AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 






 

 (applidy) un peu de chaleur humaine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: retrouver le chemin vers le salut.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 27/09/2014 Jouant le rôle de : la terrible et meutrière malgré elle, pomme empoisonnée. #teamsnowwhite Nombre de messages : 176 On me connait sous le pseudo : WEDNESDAY' (camille) Un merci à : dreamy (avatar) + ange & céline (signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Bree Fry, la beauté rebelle.
MessageSujet: (applidy) un peu de chaleur humaine. Lun 8 Déc - 22:40



un peu de chaleur humaine. feat cassidy

Il y avait foule dans les couloirs ; les portes se claquaient les unes après les autres, des gémissements s’échappaient des chambres voisines et des rires du rez de chaussé. Mais Apple ne connaît que trop bien cette ambiance glauque et cette odeur de sueur qui lui emplit les narines au beau milieu de la nuit. Il est à peine vingt-trois heures et la maison close est déjà pleine à craquée, la brune arpente les couloirs avec sa boule au ventre habituelle, jetant autour d’elle des regards mêlant méfiance à l’effroi. Il n’y a rien et pourtant elle a peur de tout, guettant le moindre danger susceptible de lui sauter dessus, persuadée que de toute façon, ce soir ne dénoterait en rien de d’habitude, et tout se résumerait à une soirée épuisante de plus. Par-dessus tout, elle se doit d’affronter le froid. Car ce soir, elle est envoyée dehors, et ne parvient pas à remettre la main sur son pardessus. Un soupire lui échappe, alors qu’elle descend lentement les escaliers, sentant des regards sur elle qu’elle fait tout pour éviter, fermant un instant douloureusement les yeux, se répétant d’un refrain presque entêtant qu’un jour tout irait mieux.

Elle aperçoit le manteau d’une ses collègues, oublié là près de la porte, et n’hésite pas une seconde pour s’en saisir et l’enfiler, glissant ses doigts sur la poignée de la porte, filant dehors avant de se faire attraper. L’air glacé de ne novembre la saisit brusquement et un sanglot étouffé lui échappe brusquement sans qu’elle ne puisse le retenir. Elle regarde alors autour d’elle et déglutit avec difficulté, remarquant seulement quelques courageuses frigorifiées, dont une penchée sur une voiture. Elle se surprend à prier de trouver rapidement un vieux pervers pour le faire rentrer, et ne plus avoir à rester à poireauter dans le froid. Ses mollets fins jouent des castagnettes, et elle doit s’y reprendre à plusieurs fois pour s’empêcher de tomber sur ses immenses talons. Et voilà qu’elle se met bêtement à guetter, regardant autour d’elle avec une panique presque chronique dans les yeux. La plupart des autres se sont allumer une cigarette pour se réchauffer un minimum de l’intérieur, mais elle n’en fait rien, ses longs cheveux noircis par la nuit s’envolant dans le vent d’hiver.

Soudain, elle aperçoit une silhouette luttant dans la pénombre de la rue. L’individu semble perdu, et elle se dit que c’est sa chance. Elle sent le regard perçant de ses collègues sur le passant, et elle hésite un instant. Un frisson lui arrache une décision, qu’elle lui veuille ou non, et elle se résigne à appuyer encore sur ses chevilles épuisées par ses talons pour rejoindre l’ombre, prenant son courage à deux mains. Sa chance de retrouver la chaleur de l’intérieur se trouve droit devant elle, et elle sait que quitte à combattre sa timidité, elle pourra au moins se consoler devant le feu brulant de la cheminée de sa chambre. « Hey, salut toi. » Elle lâche, après s’être raclée la gorgée, d’une voix qu’elle essaye de rendre le plus assurée possible. « Ça te dis un peu de chaleur humaine ? » Elle manque de se briser la cheville, ses talons glissant sur le trottoir glissant. Apple tente un de ses sourires les plus convaincants, complètement improvisés et maladroits. Elle aussi elle en voudrait bien, de la chaleur humaine, mais tout ce dont elle a le droit, c’est une capote usagée et un billet de cent dollars qui la laissent épuisée.
code par (c) eylika. photo de we heart it.

Voir le profil de l'utilisateur




Dernière édition par Apple Eve Whitaker le Dim 22 Fév - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 15/11/2014 Jouant le rôle de : Simplet (team blanche neige) Nombre de messages : 382 On me connait sous le pseudo : nenes (Inès) Un merci à : anaëlle. + WILD HEART. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Louis Cute Tomlinson
MessageSujet: Re: (applidy) un peu de chaleur humaine. Mar 30 Déc - 2:46


Applidy

▽ I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going but I don't think I'm coming home.
Le froid le saisit à l'instant même où il sort du magasin. Il avait passé la soirée à travailler parce qu'il ne c'était pas rendu compte du temps passé là. Il se souvenait du gérant qui était parti, lui demandant de "tout fermer" et de lui, agitant la tête et émettant un petit grognement pour montrer son accord, bien trop occupé pour chercher à parler, pour prêter de l'attention à quelqu'un. C'était le seul moment où il arrivait à réellement se concentrer. La tête plongée dans son établis, les pensées ailleurs, tout son être occupé à façonner des pierres précieuses, à les rendre parfaites pour les associer à des parures somptueuses. Tout cet éclat, toutes cette beauté le subjuguait. Déjà dans les mines, il avait du mal à détourner son regard des grosses pierres que ses frères découvraient chaque jour. Mais il n'avait que rarement l'occasion de les approcher. Il était celui qui restait derrière, qui balayait la poussière mais n'avait pas le droit de toucher. On ne lui faisait pas confiance, il aurait pu tout casser. Dans ce nouveau monde, personne ne l'avait empêcher de s'emparer de ces merveilles. Il avait pu apprendre à les travailler. Il n'avait peut-être appris que ça depuis qu'il était arrivé, mais c'était ce qui le rendait le plus heureux. Il se moquait bien de ne pas savoir lire, de ne pas pouvoir écrire et même d'être incapable de parler. Quand il se retrouvait face à ses pierres, il était le plus heureux des hommes. Il n'était ainsi pas rare qu'il finisse ses journées en pleine nuit, complètement inconscient du temps passé sur son oeuvre.
Il était sortit la tête pleine d'émeraudes et de rubis se frayant un chemin parmi les topazes. Glacé mais rêveur, il avait erré plusieurs minutes avant de se reprendre. Il oubliait trop souvent qu'il devait gérer lui même ses déplacements. Que personne n'était là pour lui prendre la main et lui dire où aller. Alors évidemment, souvent, il se perdait dans les méandres de la ville. Souvent, comme ce soir. Quand il se concentra sur ce qui l'entourait plutôt que sur ses rêveries, il se rendit compte qu'il n'avait aucune idée de l'endroit où il se tenait. Il grelottait comme un malheureux, tentant tant bien que mal de retrouver son chemin. Il était si concentré qu'il manqua presque cette jeune femme qui s'avance vers lui. A vrai dire, il ne l'aurait même pas remarqué si elle ne l'avait pas abordé. « Hey, salut toi. » Surpris il pose les yeux sur elle. « Ça te dis un peu de chaleur humaine ? » Elle sourit mais son visage ne s'illumine pas comme il devrait. Elle ne semble pas très heureuse et pourtant, elle est si belle. Cassidy la regarde un instant en souriant. Il secoue la tête tout content qu'elle est croisé sa route. Peut-être qu'elle pourra lui indiquer son chemin. Et puis elle a l'air si gentille, d'habitude, personne ne l'aide quand il se perd. Pour lui montrer son bonheur, il se rapproche d'elle et la prend doucement dans ses bras. Un instant il la serre contre lui puis se recule, un grand sourire barrant toujours son visage.
(c) AMIANTE

Voir le profil de l'utilisateur


I'd promise you anything for another shot at life.
And I want to be known for my hits, not just my misses. I took a shot and didn't even come close. At trust and love and hope, and the poets are just kids who didn't make it and never had it at all.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: retrouver le chemin vers le salut.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 27/09/2014 Jouant le rôle de : la terrible et meutrière malgré elle, pomme empoisonnée. #teamsnowwhite Nombre de messages : 176 On me connait sous le pseudo : WEDNESDAY' (camille) Un merci à : dreamy (avatar) + ange & céline (signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Bree Fry, la beauté rebelle.
MessageSujet: Re: (applidy) un peu de chaleur humaine. Jeu 22 Jan - 0:23


 
 
un peu de chaleur humaine. feat cassidy

 
Ce froid, c’était affreux. La brune n’y résisterait pas bien longtemps. A chaque seconde qu’elle passait de plus, elle se sentait défaillir et se mettait à prier silencieusement que n’importe qui puisse passer, qu’elle lui saute dessus. Dans ces moments là, son reflex était de se tourner vers ses sœurs de galère, et elle se mettait à les observer, toutes une par une, avec la même tristesse qu’elle avait pour sa propre situation. Ses collègues n’étaient pas plus envieuses, et pas en meilleur état qu’elle, mais elles semblaient toutes si fortes, si courageuses. Apple se sentait tâche parmi toutes ses femmes fortes, qui surmontaient leurs peines et le froid, et qui parvenait à garder la tête haute même sous la torture que leur infligeait cette occupation. Elle avait la sensation d’être trop faible, et d’avoir peut-être une trop grande chance d’être ici, alors que depuis toujours elle ne faisait que bêtement se laisser faire, offrir son cœur à qui le voudrait, tant qu’on la payerait. Elle n’émettait aucune passion, aucune haine, aucun désir de revanche. Comme une morte, comme si elle était déjà morte de l’intérieur. Pourtant, son cœur battait et elle sentait son sang circuler en elle, mais elle avait perdu toute sa joie de vivre en arrivant ici, si fut-un jour où elle fut vraiment heureuse, car elle n’en avait pas souvenir. Elle était d’une tristesse qui la révoltait, et presque ironiquement, éveillait encore plus ses peines.

Ce fut là qu’elle aperçu cette ombre masculine inconnue qui s’avançait vers elle, et son sang ne fit cette fois qu’un tour. Rendue folle par le froid, elle était bien décidée à rentrer, et elle ne laisserait pas passer sa chance. D’ailleurs, ses collègues ne semblèrent pas vraiment décidée à l’en empêcher, et elle se demanda si c’était par manque d’envie ou par solidarité envers elle. Dans tous les cas, la pomme était gagnante. Elle en oublia ses pieds fatigués par ses talons et trotta vers sa cible, lui adressant un immense sourire déchiré par le froid, en lui proposant d’une voix douce un peu de chaleur humaine. L’individu ne semblait pas être plus âgé qu’elle, et il ne ressemblait en rien au genre de client habituel, et sentait étrangement bon. Il n’avait rien de méchant ni de laid, il ressemblait à un adolescent tout ce qu’il y avait de gentil et d’adorable, et son regard n’avait rien de pervers ni de mauvais. Qu’est-ce qu’il faisait là ? Mais Apple avait apprit à ne surtout pas juger les clients à leur physique, car trop de fois elle avait été déçue, trompée, et avait vu des visages d’anges se transformer en véritables démons.

Il acquiesça pour toute réponse, et elle écarquilla les yeux en sentant ses bras se nouer autour d’elle. Elle sursauta, d’abord effrayée et s’imaginant déjà là, violée au milieu de la rue, mais il n’en fut rien. Ce fut un câlin tout ce qu’il y avait de plus chaste, de plus doux. C’était quelque chose que la pomme ne connaissait pas, mais c’était tendrement agréable, et bien fait. C’était sans mauvaises attentions, et elle se sentait toute chamboulée après cela. Elle le regardait la lâcher tout bêtement, sans comprendre. « …Mais qu’est-ce que vous faites là … ? » Elle demandait d’une voix cotonneuse, le regardant dans les yeux, en se demandant ce qu’un homme avec tant de douceur pouvait foutre en plein milieu d’une rue de prostituées où le moindre geste tendre était banni. Elle se prit immédiatement d’affection pour cet étrange garçon qui lui paraissait si doux, et sans pouvoir s’en empêcher lui attrapa doucement la main, l’emmenant vite à l’intérieur. Un long soupir de soulagement lui échappa lorsqu’elle sentit le froid la quitter, et elle en retint presque des larmes de joie. Les yeux brillants, elle tourna la tête vers le fameux client. « Venez. » Elle exerça une petite pression sur sa main et l’emmena jusqu’à sa chambre, fermant la porte à clé derrière eux. Là, elle enleva son manteau, se retrouvant en sous-vêtement, et elle leva les yeux vers le jeune homme. Elle soupira doucement et le fit asseoir doucement sur le lit, déglutissant. « Comment vous vous appelez ? Vous avez l'air si gentil… » Elle n’avait pas souvenir d’avoir un jour rencontré quelqu’un aussi innocent, et ça faisait du bien.
code par (c) eylika. photo de we heart it.

 
Voir le profil de l'utilisateur




Dernière édition par Apple Eve Whitaker le Dim 22 Fév - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 15/11/2014 Jouant le rôle de : Simplet (team blanche neige) Nombre de messages : 382 On me connait sous le pseudo : nenes (Inès) Un merci à : anaëlle. + WILD HEART. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Louis Cute Tomlinson
MessageSujet: Re: (applidy) un peu de chaleur humaine. Dim 22 Fév - 3:16


Applidy

▽ I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going but I don't think I'm coming home.
Il avait l'habitude que l'on prenne soin de lui. A vrai dire, il ne savait pas si c'était une bonne ou une mauvaise chose. Parfois il prenait ça bien, parfois il se rendait compte qu'il abusait de la gentillesse des autres, qu'il n'était bon à rien finalement. Mais il n'avait pas le choix, il savait finalement qu'il ne pouvait pas s'en sortir seul. Il n'était même pas réellement capable de se diriger seul, il avait besoin d'aide si il ne souhaitait pas être perdu. Souvent il essayait de sortir avec quelqu'un pour être sur qu'on le ramènerait chez lui. Mais bien sur parfois, personne n'était disponible. Alors il devait se débrouiller seul. Et il se perdait. Ca n'avait rien d'étonnant. Aussi, quand cette belle brune lui proposa de l'aide,  il n'hésita pas une seule seconde à l'accepter. Il ne savait pas qui elle était, ce qu'elle faisait là, ni même pourquoi elle voulait lui apporter son aide, mais il n'était pas en position de refuser. Et de toute façon, il n'était pas du genre à repousser les gens. Il était plutôt du genre à se rapprocher d'eux.
Il la sentit sursauter lorsqu'il la serra dans ses bras. Il ne s'attendait pas réellement à cette réaction et frémis légèrement. « …Mais qu’est-ce que vous faites là … ? » Lorsqu'il s'écarta délicatement d'elle, il se mit à la fixer en fronçant les sourcils, quelque peu perdu. Il avait cru bien faire, il avait eu l'impression qu'ils s'entendaient déjà très bien tout les deux, sinon pourquoi l'aurait-elle aidé ? Mais il savait aussi que bien souvent il se trompait sur les réels sentiments de ceux qui l'entourait. Alors il baissa légèrement le regard en haussant les épaules. « Désolé, finit-il par dire d'une voix un peu triste. » Les humains devraient réellement penser à faire des guides pour que les étrangers comprennent leurs attitudes, il en était persuadé. Il était prêt à repartir, pour ne pas l'embêter plus quand il sentit sa main glisser dans la sienne et l'attirer vers l'intérieur. Un grand sourire se dessina alors sur son visage alors que la chaleur de l'endroit s'emparait de lui. Quand elle se retourna vers lui, elle lui apparu déjà plus joyeuse. Pas encore suffisamment à son gout, mais plus que quelques minutes auparavant. Il remarque ses yeux brillants, sans réussir à réellement les comprendre. « Venez. » Ne la lâchant pas du regard, il la suivit sans se poser la moindre question. Il ne fit même pas attention à l'endroit dans lequel il se trouvait. Il avait entièrement confiance en cette jeune femme, même si il n'avait aucune raison pour. Il n'était pas du genre méfiant, parfois ça lui jouait des tours, mais il était presque persuadé que cette fois ci non.
Elle le fit rapidement entrer dans une petite chambre, les enfermant là tout les deux. Il ressentait une forme d'interdit dans ce qui était entrain de se passer. Comme si il n'avait rien à faire là, comme si quelqu'un risquait à tout moment de le jeter sur le trottoir. Pourtant, il se sentait bien et n'avait aucune envie de partir, intrigué par celle qui l'avait amené jusqu'ici. Quand elle retira son manteau, il se sentit tout drôle. Elle ne portait rien en dessous que des sous vêtements et c'était clairement la première fois qu'il voyait une femme dans cette tenue. Il la regarda un instant en fronçant les sourcils. Finalement, il détourna le regard, pouffant dans un petit rire gêné sans trop savoir quoi faire dans cette situation. Il était comme un enfant tombant sur une photo dénudée de femme, à la fois intrigué mais tout de même conscient qu'il n'était pas censé voir ça. Il la laissa le faire asseoir sur le lit, sans trop oser bouger plus.
« Comment vous vous appelez ? Vous avez l'air si gentil… » Son visage s'illumina. Il n'y avait pas de plus beau compliment pour lui. Être gentil ne le dérangeait pas, il savait plus ou moins que certains préfèrent passer pour des méchants, des gros durs qui parlent fort et disent des choses désobligeantes. Lui n'était pas comme ça. Il se fichait de savoir si gentil était un compliment ou non, il le prenait comme tel. Il secoua la tête avec enthousiasme. « Cassidy ! articula-t-il avec fierté, toi ? » Quand il était arrivé à Fantasia Hill, il se présentait plutôt comme Simplet, mais il avait arrêté de le faire. Il détestait ce nom, tout ce qu'il représentait, tout ce qu'il lui rappelait. Il sentait son côté négatif, tout ce qu'il apportait de mauvais à son image. Cassidy sonnait comme une douce mélodie à ses oreilles. Il aimait chacun des sons qui le composait, en l'entendant, il lui était apparu comme une évidence. Alors il ne pouvait s'empêcher de se sentir fier de l'avoir trouvé par lui même. Il considérait ça comme sa première grande réussite. Il posa sa main délicatement sur la sienne, glissant son regard dans le sien. « Gentille aussi, lui avoua-t-il, un doux sourire étirant ses lèvres. » Et puis son regard se posa à nouveau sur son corps nu. Il rougit, retirant sa main, pas tout à fait sur de la façon la plus correcte d'agir. « Froid ? lui demanda-t-il, fixant son regard au sien. » Il baissa un instant la tête sur sa propre tenue. Peut-être qu'elle n'avait pas de quoi s'habiller simplement. Alors il attrapa un bout de son sweat et le tendit vers elle, remontant le regard, un sourire enjoué sur les lèvres. « Vêtement toi ? il laissa échapper un petit rire, je donne. » Il se mit à rire un peu plus, l'imaginant dans son sweat qui de tout évidence ne lui irait pas. Mais il ne pouvait s'empêcher d'être intrigué par cette histoire. Comment pouvait-on ne pas avoir de vêtement ?
(c) AMIANTE

Voir le profil de l'utilisateur


I'd promise you anything for another shot at life.
And I want to be known for my hits, not just my misses. I took a shot and didn't even come close. At trust and love and hope, and the poets are just kids who didn't make it and never had it at all.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: retrouver le chemin vers le salut.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 27/09/2014 Jouant le rôle de : la terrible et meutrière malgré elle, pomme empoisonnée. #teamsnowwhite Nombre de messages : 176 On me connait sous le pseudo : WEDNESDAY' (camille) Un merci à : dreamy (avatar) + ange & céline (signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Bree Fry, la beauté rebelle.
MessageSujet: Re: (applidy) un peu de chaleur humaine. Dim 8 Mar - 16:23


 
 
un peu de chaleur humaine. feat cassidy

 
Elle qui était d’un naturel si méfiant, toujours à cracher la première pour éviter de se faire cracher dessus, elle qui faisait toujours tout pour se protéger : elle n’avait pas hésité une seule seconde à faire rentrer cet étrange inconnu dans la maison close. Et il l’avait suivi. Apple avait eu de ses pressentiments qu’elle n’avait que rarement, comme un doux murmure à son oreille, qui innocentait complètement le jeune homme à ses yeux. Et pourtant, il ne lui avait donné ni son nom, ni son âge, et elle avait vu passé des clients aussi jeunes – voir plus – dans cette maison. Ce n’était dû à rien de physique, mais seulement parce que dans la chaleur étrange de son câlin inattendu, elle s’était sentie bien. Elle n’avait pas souvenir d’une telle douceur depuis sa naissance. Pas de main sur les fesses, pas de possessivité, par d’odeur de tabac ou d’autres substances illicites ; juste le petit corps tout doux de ce jeune homme, qui la serrait gentiment dans ses bras, sans aucun arrière pensée. Dieu, ce que ça faisait du bien, un peu de coton dans ce monde de piques.

Alors elle l’avait fait monter jusqu’à sa chambre, et elle avait surtout prit soin de bien refermer la porte à clé derrière eux. Techniquement, elle était sensé donner la clé aux clients pour que ce soit lui qui décide ou non de sortir, mais là, ce n’était pas exactement pareil. Ne voulant cependant pas paraître hostile, elle posa calmement la clé sur la petite table de nuit, avant de le faire assoir sur le bord du lit et de venir près de lui. Alors, elle retira son manteau, dévoilant son corps en sous-vêtements de dentelles, svelte et ses jambes fines. Son impression de chasteté dans les yeux de son jeune homme se confirma lorsqu’elle le vit détourner les yeux. Elle sourit un peu, tristement en vérité, car elle se sentait honteuse d’une telle tenue devant quelqu’un de si gentil, de si pur. Elle inspira doucement et lui demanda son nom, avec la voix douce d’une grande sœur protectrice, et touchée. Il lui répondit qu’il s’appelait Cassidy, et elle décela une façon de parler peu commune, comme le ferait un jeune enfant. « C’est un joli prénom. Moi c’est Apple. » Répondit-elle, avec un petit sourire tout aussi doux que le sien. Elle sentit sa main se poser sur la sienne, et sursauta légèrement, comme par reflex, mais se re-saisit finalement en le laissant faire. Sa méfiance disparaissait peu à peu, peut-être avait-elle tord, ou au contraire, raison. Cassidy lui retourna le compliment, et elle lâcha un petit rire. « Nous sommes plus au chaud ici, vous ne trouvez pas ? » Elle lui demanda finalement, arrangeant les mèches rebelles de ses cheveux. Le temps était réellement abominable dehors, et même dans la chambre, on entendant contre les fenêtres le vent souffler, comme menaçant. Apple lâcha un petit soupir quant à ce temps terrible, qui lui faisait froid dans le dos. Elle avait beau être à l’intérieur de cette maison, tout lui paraissait ici tout aussi hostile. N’y aurait-il aucun endroit où elle se sentirait enfin en sécurité ? Elle remarqua alors le regard de son interlocuteur sur elle, et cligna des yeux, surprise quant à sa question, et amusée par sa proposition. Elle rougit légèrement, mordillant sa lèvre en cherchant comment répondre à cela. Sans doute que l’adorable Cassidy ne comprenait pas vraiment ce qu’il se passait ici. « Oh c’est mon… Uniforme de travail. Mais je vous l’accorde, il n’est pas très adapté à un temps pareil. Dit-elle en un soupir. Oh, non, c’est vous qui allez avoir froid sinon. » Elle chercha des yeux quelque chose à enfiler et sourit en coin, allant s’emparer de son peignoir qu’elle enfila, nouant la ceinture autour de sa taille pour qu’il tienne, puis elle revint vers lui en riant aussi. « Est-ce que vous savez où vous êtes, ici ? » Elle demanda, mais se doutait bien de la réponse. Alors elle prit une mine plus embêtée, pinçant légèrement les lèvres avant de lui sourire, venant prendre doucement ses deux mains dans les siennes. « Vous pouvez rester ici avec moi si vous voulez ! Oh je… je ne vous ferai pas de mal. Je n’ai pas l’habitude d’avoir des gens aussi adorables que vous avez lesquels discuter. » Elle avait l’impression de s’être fait un nouvel ami.
code par (c) eylika. photo de we heart it.

 
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (applidy) un peu de chaleur humaine.

Revenir en haut Aller en bas
 

(applidy) un peu de chaleur humaine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (applidy) un peu de chaleur humaine.
» chaleur humaine (robyn)
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Skyline Square :: Rues-