AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 








 

 (KAYSAAK) j'y crois pas, je t'ai cherché partout.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: retrouver toute ma famille.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 10/02/2015 Jouant le rôle de : le petit lion disparu, kopa. #teamlionking Nombre de messages : 355 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : strawberry insane (avatar) caius, kavinsky (signa). Je suis fier(e) de porter l'avatar de : william beau "gorgeous" mirchoff.
MessageSujet: (KAYSAAK) j'y crois pas, je t'ai cherché partout. Sam 4 Avr - 13:59

j'y crois pas, je t'ai cherché partout.
Aujourd'hui c'est différent des autres fois. Tu vas devoir te débrouiller tout seul pour discuter avec ton médecin, Hayley ne peut venir t'épauler. Elle est tombée malade et elle est clouée au lit, avec l'incapacité de se déplacer. Une méchante grippe d'après ce que tu as compris en prenant de ses nouvelles. Et tu angoisses un peu à vrai dire, à l'idée de te retrouver tout seul avec ce médecin pervers, ça te traumatise, déjà que quand elle est là, il n'hésite pas à mettre ses mains partout sur toi, alors là, tu n'imagines même pas ce qui va se passer. Le pire c'est qu'il te dégoûte vraiment, mais tu ne peux rien faire, tu as déjà essayé, mais qui te croira après tout ? Tu es sourd et muet, et tu profiterai peut-être de la situation si jamais tu portes plainte. Alors tu ne fais rien, de toute façon, il faut que tu le supportes pour tous les autres qui seraient dans le même cas que toi, ta maladie est tellement rare qu'il faut que toutes les personnes qui en souffrent puissent avoir une chance de pouvoir parler un jour, même si toi tu refuses d'être doué de la parole. Tu n'as jamais connu autre chose que l'absence de son qui sort de ton corps, alors tu ne veux pas savoir, tu ne veux pas l'entendre. D'autant plus que ce serait extrêmement robotique à moins qu'une greffe de cordes vocales puisse être possible, mais dans ce cas là, ce serait la voix de quelqu'un d'autre qui serait tienne.

Alors que tu te prépares pour aller à l'hôpital, tu penses à beaucoup de choses. Ces derniers temps, tu ne maîtrises plus grand chose dans ta vie, c'est comme si quelqu'un s'amusait à tirer les ficelles pour toi. Entre tes sentiments naissants envers Hayley que tu ne peux pas ignorer, cette attirance étrange que tu éprouves envers ton colocataire mais que tu continues de rejeter et cette maladie qui te prend beaucoup de temps et d'énergie, plus ton travail la nuit et ta probable réorientation professionnelle, tu n'arrives plus à rien. Il faudrait que tu arrives à gérer les choses, mais malheureusement tu ne peux pas, c'est comme si tu ne gérais plus rien. En fait non, ce n'est pas comme si, c'est le cas, tu ne gères plus rien, tu n'y arrives plus. Il faudrait que tu reprennes pieds, mais tu ne peux pas. Il faudrait que tu tentes d'y voir plus clair, que tu te poses pour y penser, mais tu ne trouves pas le temps, tu es bien trop occupés tous les jours pour y parvenir sans avoir un élément perturbateur qui t'empêche d'y réfléchir. Tu sors de la douche et te sèche rapidement afin de pouvoir t'habiller le plus simplement possible, c'est à dire un jean, un t-shirt blanc ainsi qu'un sweet à capuche. Tu attrapes ton dossier médical ainsi que ton téléphone que tu mets dans ta poche. Tu descends promptement pour enfiler tes baskets et ta veste, tu files prendre les clefs de la maison ainsi que ton vélo dans le jardin pour filer à l'hôpital.

Alors que tu arrives et attache le vélo dans le parking prévu à cet effet, tu te fumes une cigarette avant d'entrer, oui tu sais que fumer c'est mal, mais impossible d'arrêter, tu as essayé, mais bon, il faut beaucoup de volonté, tu en avais avant, quand tu étais encore un lionceau et que tu as fuis, tu as eu la volonté pour survivre, tu as eu la volonté pour revenir, mais ça n'a pas suffit et quand tu t'es changé en humain, cette capacité s'est envolée, disparue. Une fois que tu as terminé et que la nicotine t'as soulagé les poumons, tu te diriges vers l'étage pour les consultations. Une des femmes de l'accueil t'informes que ton médecin est malade – putain les miracles arrivent – et que ce se sera une autre médecin qui te prendra en charge aujourd'hui. Soulagement, tu n'es pas obligé d'avoir des mains de gros pervers dégueulasse sur le corps. Tu la remercies avec un petit sourire avant d'aller t'installer dans la salle d'attente. Tu prends ton téléphone pour envoyer un message à Hayley afin de l'informer de la situation, et tu ajoutes également que si seulement ça pouvait être comme tout le temps. Peut-être même que tu demanderas à changer de médecin si jamais ça se passe bien. Tu attrapes un magazine que tu te mets à feuilleter dans l'espoir que l'attente ne sera pas trop longue. De toute façon se pencher sur un cas comme le tien, c'est le rêve de tout médecin, tenter de percer le secret de ta maladie, quel médecin n'en rêverait pas après tout ? Avec de telles pensées, tu te dis que tu as raison de vouloir te lancer dans la chirurgie, il faudra que tu y penses plus à l'avenir.
©clever love.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 11/10/2012 Jouant le rôle de : Nala Nombre de messages : 1903 On me connait sous le pseudo : Mélou. Un merci à : Shiya; Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Amber Perfect Heard.
MessageSujet: Re: (KAYSAAK) j'y crois pas, je t'ai cherché partout. Ven 1 Mai - 17:23



❝Sous le ciel
la grandeur de tes yeux❞
Toi & Moi
24h de garde. 24h à l'hôpital, et elle était bien loin d'être épuisée. Ce métier, elle l'adorait, elle s'épanouissait pleinement au contact des ses petits patients, qu'elle tentait d'aider et de faire sourire. Rien n'était plus beau pour elle que de sauver une vie, d'aider une personne dans le besoin. Quand elle était ici, le temps filait à toute vitesse sans qu'elle ne se rende compte de rien. C'est en regardant sa montre qu'elle se rendit compte qu'elle était là depuis tout ce temps. Elle haussa les épaules, habituée à passer les trois quarts de son temps à l'hôpital. Certes elle aurait besoin d'un peu de repos mais elle attendrait la fin de journée pour rentrer chez elle. Une petite pause n'était pourtant pas de refus, et elle se rendit dans la salle prévue à cet effet pour un petit somme. Pas plus d'une demi-heure plus tard, elle rouvrait déjà les yeux et passait voir ses collègues avant de retourner à son poste, au cas où des patients seraient dans le besoin. Et on l'informa justement de l'absence d'un médecin qui devait reçevoir plusieurs personnes ce matin. Elle se proposa de le remplacer avec un sourire, toujours ravie d'aider, et se retrouva avec une pile de dossiers dans les bras, elle serait occupée jusqu'à la fin de la journée.

Assise dans le bureau de son collégue, elle épluchait les dossiers pour se renseigner un minimum sur ceux qu'elle allait rencontrer. « Isaak Sullivan », elle parcouru les premières pages et sentit un frisson le long de sa nuque, sans trop savoir à quoi il était du. Surement à la maladie très rare de ce jeune homme, sourd et muet. Il ne possédait pas de cordes vocales. Son coeur se serra en imaginant la vie qu'il devait mener, ce ne devait pas être facile tous les jours. Son cas l'interpellait, l'intriguait. Elle se mordilla la lèvre et passa une main dans ses cheveux pour réfléchir un instant. Un sentiment étrange s'étendait dans sa poitrine, elle voulait en savoir plus sur ce Isaak, elle en ressentait le besoin. Un besoin irrépressible, indomptable, son coeur battait la chamade. Jamais elle ne s'était sentie ainsi avant une rencontre avec un patient. Son regard glissa sur sa montre une nouvelle fois et elle se leva d'un bond en voyant l'heure, elle pouvait aller chercher le jeune homme, le timing était parfait.

Kayla rejoignit la salle d'attente d'un pas vif, souriante. Elle s'apprêta à appeler son patient avant de se souvenir qu'il ne l'entendrait pas, elle regarda la photo présente sur le dossier qu'elle tenait à la main et chercha Isaak du regard. Elle le découvrit assis sur une chaise, feuilletant un magazine. Elle approcha avec douceur et tapota son épaule. Quand il leva les yeux vers elle, elle lui sourit et trouva immédiatement qu'il avait l'air doux et sympathique, son instinct protecteur refit surface en seulement quelques secondes. Elle articula un « Bonjour » en espérant qu'il savait lire sur les lèvres et d'un geste, l'invita à la suivre. Une fois dans le bureau, elle s'assit derrière le bureau, attrapa une feuille et un stylo et y inscrivit « Enchantée, je suis le Docteur Sullivan. Votre médecin est absent, c'est moi qui vais m'occuper de vous aujourd'hui. C'est pour une visite de contrôle c'est bien cela ? ». Elle lui tendit le papier, espérant qu'il apprécierait le geste. Il fallait qu'elle communique avec lui et c'est la meilleure solution qu'elle avait trouvée. Son coeur battait encore très vite, elle se sentait très étrange.


© Pando
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: retrouver toute ma famille.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 10/02/2015 Jouant le rôle de : le petit lion disparu, kopa. #teamlionking Nombre de messages : 355 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : strawberry insane (avatar) caius, kavinsky (signa). Je suis fier(e) de porter l'avatar de : william beau "gorgeous" mirchoff.
MessageSujet: Re: (KAYSAAK) j'y crois pas, je t'ai cherché partout. Dim 3 Mai - 14:15

j'y crois pas, je t'ai cherché partout.
La maladie est le pire mal qui puisse exister sur Terre. Le mot malade vient du latin populaire male habitus, correspondant à peu près au français « mal fichu ». Quand on y pense bien, c'est la réalité, si l'on est malade, c'est qu'on mal fichu. Ce n'est pas très glorifiant, mais c'est qu'au fond de nous, quelque chose cloche, quelque chose n'est pas normal et nous provoque des douleurs ou pas d'ailleurs. Parfois nous pouvons être gravement malades et ne rien ressentir du tout, c'est pour cela qu'il faut être attentif aux moindres signes de notre corps afin de pouvoir contrer les virus et les bactéries le plus rapidement possible pour éviter qu'ils ne s'installent en nous. De plus la maladie peut apporter la mort. Tu ne penses pas à forcément décourager, mais simplement parce que c'est la vérité, des maladies comme les cancers, le sida ou tant d'autres sont létales. Encore heureux, toi tu ne souffres que d'une mutite définitive à cause de l'absence de tes cordes vocales, une maladie que tu as depuis que tu es bébé, quand tu n'étais encore qu'un lionceau. Et si tu viens à l'hôpital, ce n'est pas parce que tu as envie qu'on te propose une solution, mais pour qu'ils en trouvent pour les autres, pour ceux qui veulent parler. Toi tu es fier de ta différence, c'est à cause d'elle que tu es ce que tu es actuellement, et hors de question de changer ça.

Tu attends désormais dans la salle d'attente, plutôt pressé de voir quel médecin va remplacer le tien vu qu'il est malade. Tu es heureux, parce que tu n'auras pas les mains de ce pervers sur le corps, et même si ce n'est pas bien de souhaiter le mal des autres, tu aimerais bien qu'il soit absent tout le temps, peu importe la raison. Toi qui est d'ordinaire quelqu'un de très altruiste, tu es capable de te révéler être totalement l'opposé. Mais quand il est question de ton médecin habituel, l'altruisme n'a plus lieu d'être, c'est tout. Le magasine que tu feuillettes sans lire en attendant le ou la remplaçante est nul, ça doit être un truc pour les petites vieilles afin d'apprendre à faire différents modèles de tricots, mais peu importe, ce simple geste t'occupe au moins. Généralement tu attends beaucoup dans cette salle, parce que c'est toujours long, d'ailleurs tu te demandes si c'est normal, mais probablement puisque c'est vraiment tout le temps le cas. Il faut dire qu'en même temps suivant les auscultations, ça peut être plus ou moins long, par exemple si quelqu'un a juste un rhume ou alors carrément une grippe qui peut dégénérer, ça ne sera pas la même chose.

Puis finalement, tu vois une femme en blouse blanche arriver dans la salle d'attente. Le temps s'arrête de défiler, il y a quelque chose chez elle qui te paraît rassurant, et étrangement familier. Tu regardes sa chevelure blonde et un verrou se débloque, sans que tu ne comprennes exactement pourquoi. Elle regarde son dossier et tu comprends immédiatement qu'elle te cherche dans la salle. Croyant probablement que tu es sourd et muet, alors que non, tu n'es que muet, tu entends aussi bien qu'elle. Elle s'approche de toi et une fois prêt de toi, elle commence à parler. « Bonjour. » La façon dont elle l'articule te fait sourire, pas méchamment, mais parce qu'elle n'est pas au courant que tu es autant entendant qu'elle peut l'être. Mais peu importe, tu la suis dans son cabinet et t'installes en face d'elle alors qu'elle commence à prendre un papier pour écrire. Tu la regardes faire, et quand tes yeux se posent sur elle, tu as envie de te précipiter dans ses bras, sans comprendre exactement pourquoi. Lorsqu'elle a terminé, tu la vois te tendre le papier et le stylo, et tes doigts touchent les siens. Un courant électrique te traverse, une agréable chaleur se propage dans ton corps en entier, comme lorsque tu touches... les gens de ta famille. Ça t'a déjà fait cela une fois avec celui que tu soupçonnes d'être Kovu. Mais là c'est bien plus fort, plus beau, plus formidable. Ça ne peut-être qu'une personne, mais sans être persuadé, tu ne dis rien, il ne vaut mieux rien dire, c'est toujours mieux. On en revient toujours au même point, la peur d'être pris pour un cinglé et d'être obligé d'aller consulter un psychologue à deux balles qui ne t'aidera en rien vu qu'il ne pourra pas comprendre. Tu détaches tes yeux d'elle, un peu intimidé parce que tu viens de ressentir avant de lire les inscriptions sur le papier. « Enchantée, je suis le Docteur Sullivan. Votre médecin est absent, c'est moi qui vais m'occuper de vous aujourd'hui. C'est pour une visite de contrôle c'est bien cela ? » Un nouveau doute s'empare de toi, le même nom de famille, ça ne peut pas être une coïncidence, les sensations depuis tout à l'heure, le même patronyme, quelque chose cloche là.

Tu prends le crayon en main et commence à écrire également, tu n'es pas très doué pour ça, tu as une écriture de sagouin, de ce fait, tu tentes de t'appliquer pour qu'elle puisse déchiffrer ce que tu appelles tes arabesques plutôt que tes mots. « Enchanté, Isaak Sullivan. Même nom de famille tiens. Vous pouvez parler au fait, je ne suis que muet, j'entends très bien tout ce qui m'entoure. Et oui, visite de contrôle de ma gorge pour trouver l'origine de la mutite que j'ai depuis la naissance. » Bon, tu penses que c'est toujours mieux de rappeler la situation, parce que même si elle a ton dossier, ce n'est pas en une journée qu'elle aura pu tout se souvenir. Tu finis par lui redonner le papier, attendant qu'elle le lise et qu'elle réagisse à cela. Tu t'attends à tout, parce qui te dis qu'elle n'est pas comme ton autre médecin ? Mais quand tu la regardes, tu ne vois que douceur, que tendresse et qu'amour. Cette femme respire tout ce que tu recherches tant, celle que tu as perdu parce que tu t'es exilé dans ton ancienne vie, se pourrait-il que ce soit elle ? Tu n'en es pas sûr, et autant tenter de la connaître un peu mieux pour voir si tes soupçons se trouvent véridiques.
©clever love.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 11/10/2012 Jouant le rôle de : Nala Nombre de messages : 1903 On me connait sous le pseudo : Mélou. Un merci à : Shiya; Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Amber Perfect Heard.
MessageSujet: Re: (KAYSAAK) j'y crois pas, je t'ai cherché partout. Mar 12 Mai - 17:45



❝Sous le ciel
la grandeur de tes yeux❞
Toi & Moi
Les émotions sont parfois difficiles à contrôler. On se sent triste, sans savoir pourquoi, ou à l'inverse, complètement euphorique sans raison apparente. Kayla était passionnée par la palette de sentiments qu'elle ressentait avec ce nouveau corps. Elle avait ressenti les mêmes par le passé en étant lionne, mais c'était différent car ici, elle était seule et elle découvrait tout. Tout était nouveau, de son corps à ses habitudes, de ses besoins alimentaires à ses limites. Et le plus intéressant pour elle était d'apprendre à se comprendre. En cet instant même elle se sentait étrange et tentait d'analyser la situation. Son coeur battait à tout rompre, elle avait envie de serrer son patient dans ses bras et quand elle le fixait, elle lisait dans ses yeux une lueur familière. Elle détestait ses trous de mémoire, ils lui ôtaient toute une partie de sa vie, la reléguait dans un coin inaccessible, verrouillé. Elle avait beau se concentrer, essayer d'ouvrir le verrou, rien à faire. C'était une sensation très frustrante que de toucher un souvenir du bout des doigts sans parvenir à l'attraper. La jeune femme se força à détacher ses yeux d'Isaak afin qu'il ne la catégorise pas comme étant folle.

Assise face à lui, elle posa ses yeux sur sa main qui glissait sur le papier. Son sourire dans la salle d'attente était gravé dans son esprit et une sensation de chaleur et de bonheur l'accompagnait. Le frôlement de leurs doigts aussi avait été un moment à part. Elle sentait encore l'électricité chatouiller ses doigts et n'avait qu'une envie, retenter l'expérience. Mais cela n'avait rien de raisonnable et elle se contenta de croiser les mains en attendant qu'il termine. Le silence la pesait, elle voulait tant en découvrir plus que la hâte serrait son coeur. Jamais elle n'avait ressentie cela, avec personne, elle n'arrivait même pas à stopper ses pensées un instant. Peut-être ce jeune homme était-il quelqu'un d'important pour elle avant. Son coeur s'emballa un peu plus à cette conclusion et elle du se forcer à reprendre son souffle. À cet instant précis, Isaak lui tendit le papier et elle s'en saisit vivement, peut être un peu trop vivement.

« Enchanté, Isaak Sullivan. Même nom de famille tiens. Vous pouvez parler au fait, je ne suis que muet, j'entends très bien tout ce qui m'entoure. Et oui, visite de contrôle de ma gorge pour trouver l'origine de la mutite que j'ai depuis la naissance. ». Ses yeux s'étaient stoppés dès le départ. Sullivan. Le même nom de famille qu'elle. Elle ne s'en était pas rendu compte en lisant le dossier, probablement la fatigue et le nombre de nouveaux patients à découvrir, mais maintenant cette coïncidence la frappait. Ce ne pouvait être un hasard au vue des sensations qu'elle ressentaient à son contact. Kayla leva les yeux vers lui et le dévisagea un instant avant de se forcer à lire la suite. Un « Oh » de stupeur s'échappa de ses lèvres et elle se sentit ridicule en lisant qu'il n'était pas sourd. Comment avait-elle pu se tromper ? Ça ne lui arrivait jamais. Elle était toujours parfaitement au point concernant ses patients et mettait un point d'honneur à les connaître même si elle ne les rencontraient qu'une fois. Rouge de honte, elle continua sa lecture. Enfin elle releva les yeux et adressa un sourire penaud au jeune homme. Cette fois, elle parla normalement :  « Je suis désolée j'ai du faire une erreur, il m'a semblé lire dans votre dossier que vous étiez aussi sourd. Vraiment pardonnez-moi, je déteste ne pas cerner le cas d'un patient et cette journée est si… particulière. Bref, vous avez eu raison de m'en parler. Et effectivement, c'est assez surprenant que nous ayons le même nom de famille ! ». Elle rit, laissant cette étrangeté prendre le dessus sur le reste. Elle n'osa pas rajouter quoi que ce soit à ce sujet, sa mémoire étant trop instable pour qu'elle tente quoique ce soit. « Nous allons donc contrôler vos cordes vocales, vous pouvez vous installer sur la table d'oscultation, n'hésitez pas à me faire signe si vous avez la moindre question. ». La jeune femme se leva et prépara son matériel. Elle n'avait pas grand-chose à faire mais elle prit son temps pour se redonner une contenance. Ce patient allait certainement la prendre pour un mauvais médecin et cette idée lui serrait le coeur.


© Pando
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: retrouver toute ma famille.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 10/02/2015 Jouant le rôle de : le petit lion disparu, kopa. #teamlionking Nombre de messages : 355 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : strawberry insane (avatar) caius, kavinsky (signa). Je suis fier(e) de porter l'avatar de : william beau "gorgeous" mirchoff.
MessageSujet: Re: (KAYSAAK) j'y crois pas, je t'ai cherché partout. Jeu 14 Mai - 21:30

j'y crois pas, je t'ai cherché partout.
En vérité, tu ne sais pas vraiment pourquoi tu éprouves ce genre de choses envers cette femme. Parce qu'après tout c'est ton médecin, même si ce n'est que pour un jour. Mais dans sa façon d'être, dans son regard tellement doux, mais dans cette once de sauvagerie que tu peux discerner, elle te semble familière, comme si tu la connaissais depuis fort longtemps. C'est peut-être le cas après tout, mais tu ne peux pas le dire avec certitude, parce que c'est trop tôt pour l'affirmer, mais elle te rappelle ta maman, mais c'est bête, parce que ce n'est pas possible. Puis comment en être sûr ? Parce que jamais tu n'irais lui dire alors que tu n'en as pas la certitude, elle te prendrait pour un fou furieux et c'est hors de question. Étant médecin, elle te placerait immédiatement sous la garde d'un psychiatre ou d'un psychologue. Ce n'est pas naturel de voir un garçon dire qu'il est un lion et qu'il est votre enfant. Surtout qu'elle doit avoir quoi, environ la trentaine et que toi tu as vingt deux ans. Il y a un problème au niveau de l'âge, mais tu sais que le sortilège a trafiqué beaucoup de choses, tu étais mort et te voilà de nouveau en vie, et tu n'étais qu'un bébé à l'époque, un petit lionceau âgé d'une année environ lorsque tu es décédé. Alors tu attends que les soupçons se confirment et tu demanderas peut-être même à ce que ce soit elle ton médecin définitivement, parce que elle ne semble pas comme l'autre qui te touche comme un gros pervers.

Le fait qu'elle ait cru que tu étais sourd également t'as amusé, parce que c'est vrai que c'est plus courant de voir quelqu'un sourd et muet, alors que toi tu n'es que muet. D'autres auraient pu mal le prendre, mais pas toi. Ton handicap n'en est pas vraiment un, tu peux te débrouiller autrement, tu peux vivre avec sans que ça ne soit réellement dérangeant dans ta vie, alors que d'autres qui sont par exemple en fauteuil roulant à vie, c'est beaucoup plus difficile. Même si les gens font des efforts pour les intégrer dans la société, bien qu'il reste énormément de progrès à faire de ce côté-là. Faut croire qu'après tout, la différence ça dérange, mais bon, toi tu t'en fou, parce que la différence c'est une force selon toi, elle te façonne, elle te construit et elle fait de toi un être à part. Et tu en es fier, voilà pourquoi t'es là, mais que tu t'en fou si jamais ils trouvent une solution pour ton absence totale de cordes vocales. Tu veux rester comme ça et tu le fais pour les autres, pour que ceux qui ne veulent pas être muets puissent avoir une chance de pouvoir parler un jour.

La pauvre docteur Sullivan semble rouge de honte après avoir lu ton papier, elle doit avoir son travail très à cœur si c'est le cas. Parce que tous ne seraient pas comme elle. Tu as l'habitude des médecins qui le font juste pour l'argent et la renommée, mais elle semble réellement passionnée parce qu'elle fait. Et toi tu trouves cela juste incroyable, être autant au service des autres, et ça t'encourage à te lancer dans la reconversion au niveau des études. « Je suis désolée j'ai du faire une erreur, il m'a semblé lire dans votre dossier que vous étiez aussi sourd. Vraiment pardonnez-moi, je déteste ne pas cerner le cas d'un patient et cette journée est si… particulière. Bref, vous avez eu raison de m'en parler. Et effectivement, c'est assez surprenant que nous ayons le même nom de famille ! » Elle se met à rire, alors que toi tu ne fais que sourire. Parce que lorsque tu ris, aucun son ne sort de ta gorge et c'est généralement assez dérangeant pour les autres. Tu la regardes avec un petit air adorable, parce que tu es en confiance avec elle. Au départ le fait que Hayley ne soit pas là pour traduire ce que tu dis t'as un peu stressé, mais tu ne l'es plus du tout maintenant. Et elle a remarqué aussi que vous aviez le même nom de famille, c'est une chose fort étrange qui mérite que tu t'y attardes à la vue de ce que tu ressens en sa présence. « Nous allons donc contrôler vos cordes vocales, vous pouvez vous installer sur la table d’auscultation, n'hésitez pas à me faire signe si vous avez la moindre question. » Tu as justement quelque chose à lui dire. Parce qu'elle s'est encore une fois de plus trompée. Comment contrôler quelque chose qui n'existe pas ? En réalité, ce qu'elle est censée faire, c'est contrôler ta respiration, voire si les vibrations dans ta gorge se font correctement.

Tu attrapes le morceau de papier sur le bureau sans te lever pour le moment et tu prends le crayon avant de réfléchir à la façon dont tu dois écrire les choses, sans pour autant la vexer. Parce qu'un médecin n'étant pas au courant des choses doit s'arracher les cheveux, mais tu ne lui en veux pas, c'est occasionnel que ce soit elle qui s'occupe de toi. « Je n'ai pas de cordes vocales du tout, normalement on tente de me faire avoir des vibrations ou des trucs dans ce genre-là. » Tu termines d'écrire et te lèves à sa suite pour lui donner le papier. Afin qu'elle puisse le lire, tu lui fais un petit sourire alors que tu lui tends la feuille, parce que tu ne veux pas qu'elle le prenne mal. Et étrangement, tu ne supportes pas le fait qu'elle puisse s'en vouloir pour une chose pareille. Mais alors que tu retire ta veste et retire ton t-shirt, comme tu le fais d'habitude, tu te retournes pour la regarder. « Vous n'êtes pas un mauvais médecin. » Tu signes cela comme si elle allait comprendre ou comme si Hayley était là pour oraliser la chose. Seulement, tu te rends compte que c'est peine perdue. Tu baisses les yeux et te mets à rougir de honte. Tu es vraiment un gros crétin parfois. Finissant par attraper ton téléphone portable et ouvrir une note pour lui écrire. « Désolé, j'ai oublié que ma traductrice n'était pas là... Je disais que vous n'êtes pas un mauvais médecin... » Tu ne sais pas pourquoi tu tentes de la rassurer, mais tu as toujours été ainsi. Toujours à vouloir être gentil avec les autres, à vouloir les aider, même quand tu étais encore un lionceau tu agissais de la sorte avec les autres.
©clever love.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 11/10/2012 Jouant le rôle de : Nala Nombre de messages : 1903 On me connait sous le pseudo : Mélou. Un merci à : Shiya; Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Amber Perfect Heard.
MessageSujet: Re: (KAYSAAK) j'y crois pas, je t'ai cherché partout. Mer 1 Juil - 10:30



❝Sous le ciel
la grandeur de tes yeux❞
Toi & Moi
Le petit sourire amusé et le regard plein de confiance d'Isaak n'avaient pas eu pour effet de la rassurer. Oh oui elle l'avait trouvé adorable, elle avait senti sa gentillesse illuminer la pièce et la toucher au plus profond de son être. Mais pourtant elle s'en voulait tout de même de s'être trompée. Elle détestait ne pas contrôler ses sentiments, surtout quand cela avait une incidence sur son travail. Son travail était sacré et elle voulait absolument bien le faire. Elle voulait aider ses patients et qu'ils soient satisfaits. Elle voulait être utile. Rangeant des papiers et ses instruments, elle attendait que ce jeune homme troublant se mette en place. Elle espérait que ces quelques secondes sans poser son regard dans le sien lui permettraient de souffler un peu, et de retrouver son calme légendaire. Elle passa une main sur son front et respira un grand coup, comme elle avait appris à le faire au cours de yoga. Un, deux, trois, quatre. Elle inspira et expira, ce qui la calma un peu.

Un bruit attira son attention, un grattement sur le papier, et la jeune femme se retourna. Il était en train d'écire, une moue concentrée sur le visage. C'était comme si l'exercice de respiration qu'elle avait fait avant n'avait eu aucun effet, elle sentait à nouveau ce battement intense dans sa poitrine et la peur d'avoir fait une autre erreur la saisit. Elle avait en même temps hâte de lire ce qu'il avait à dire, car elle voulait absolument communiquer avec lui, en apprendre plus sur lui. Elle se mordilla la lèvre et attrapa plus doucement que la fois précédente le papier qu'il lui tendit, il souriait, comme pour attenuer ses propos.  Elle baissa les yeux pour lire ces quelques mots : « Je n'ai pas de cordes vocales du tout, normalement on tente de me faire avoir des vibrations ou des trucs dans ce genre-là. ». Le soulagement l'envahit et elle lui adressa un immense sourire rassurant, cette fois, elle ne s'était pas trompée, elle aurait juste du être plus explicite. Mais il était dos à elle, et il se déshabillait alors il ne vit rien jusqu'à ce qu'il se tourne et qu'il lui parle en langue des signes. Elle fronça alors les yeux, tentant de comprendre. C'était impossible car elle n'avait jamais signé, mais pourtant, elle voulait plus que tout savoir le faire en cet instant même. La frustration prenait place dans son coeur et elle se maudissait de n'avoir pas appris la langue des signes pour le comprendre. Isaak rougit et baissa les yeux, et elle eut envie de le prendre dans ses bras pour le rassurer, et lui dire que ce n'était pas à lui d'être gêné. Il attrapa son téléphone et lui écrivit à nouveau. « Désolé, j'ai oublié que ma traductrice n'était pas là... Je disais que vous n'êtes pas un mauvais médecin... ». Son regard se troubla, il était si gentil, si adorable, si prévenant. Il ne voulait surtout pas la vexer.

Kayla lui adressa encore un sourire, qu'elle voulait apaisant. « Et tu n'es pas un mauvais patient ! Tu n'as pas à rougir car tu signes, c'est normal que tu le fasses, tu as l'habitude de parler ainsi ! C'est plutôt moi qui devrait rougir de ne pas savoir le faire, je devrais savoir tout faire pour aider mes patients. ». Sans même s'en rendre compte, elle était passée au tutoiement. Elle passa une main dans ses cheveux et l'invita à s'asseoir sur la table d'auscultation, s'asseyant à côté de lui et luttant pour ne pas lui caresser la joue. « Tu es très gentil en tout cas, merci de vouloir me rassurer. Mais tu sais, cette fois je n'ai pas fait d'erreur ! Je sais que tu n'as pas de cordes vocales, mais je dois tout de même contrôler ta gorge. Premièrement car c'est la première fois que nous nous voyons, et que je dois apprendre à te connaître et à connaître ce qui t'amènes ici. Et deuxièmement car il est important de voir si tu n'as pas d'infection ou quoi que ce soit d'autre qui pourrait te gêner. ». Sa voix était douce, calme, comme si elle parlait à un enfant qu'elle voulait chérir et rassurer. « Je contrôlerais ensuite ta respiration, promis ! Mais tu peux remettre ton tee-shirt, tu n'as pas besoin de l'enlever pour ces petits contrôles de routine. ». Elle rit doucement et se releva pour aller chercher ses instruments, et les poser à côté d'elle sur une petite table. Elle ne prêta pas grande attention à ce détail, même si finalement, c'était assez étrange que ce patient retire ses vêtements pour cette visite. Était-ce son collègue qui le lui imposait ou se sentait-il plus à l'aise ainsi ? Elle secoua la tête pour laisser ces pensées s'échapper et se concentrer.  « Tu m'apprendras quelques mots en langue des signes ? J'aimerais beaucoup pouvoir au moins te saluer la prochaine fois. » C'était sorti tout seul, naturellement. Elle ne savait pas pourquoi elle avait dit cela alors qu'elle n'était pas son médecin, et qu'elle ne le reverrait probablement pas, sauf si elle le croisait dans les couloirs de l'hôpital. Cette idée l'emplissait de panique, elle lui était insupportable, elle devait trouver un moyen de le revoir.

© Pando
Voir le profil de l'utilisateur




Take a breath
and see the truth
Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: retrouver toute ma famille.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 10/02/2015 Jouant le rôle de : le petit lion disparu, kopa. #teamlionking Nombre de messages : 355 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : strawberry insane (avatar) caius, kavinsky (signa). Je suis fier(e) de porter l'avatar de : william beau "gorgeous" mirchoff.
MessageSujet: Re: (KAYSAAK) j'y crois pas, je t'ai cherché partout. Ven 10 Juil - 21:24

j'y crois pas, je t'ai cherché partout.
Cette femme est troublante, tu ne sais pas encore à quel point parce que tu n'en es pas encore totalement sûr, mais le fait est qu'elle te provoque une émotion très intense. Ne sachant pas encore si tu dois mettre cela sur ton impression d'avoir retrouvé ta mère ou sur le fait que tu sois heureux d'avoir enfin un médecin compétant et qui ne te touche pas de façon disproportionnée. En fait tu ne sais même pas si c'est réellement la femme qui t'as mis au monde, ou juste une personne dégageant la même aura, mais le fait que tu sois muet aurais peut-être pu lui mettre la puce à l'oreille non ? Enfin après tout, tu ne dois pas être le seul patient muet de la ville, peut-être qu'elle en a vu d'autre et qu'elle s'est dit la même chose à chaque fois : c'est lui. Alors qu'au fond, ce n'est que déception sur déception. Pourtant le fait que vous ayez le même nom de famille ne peut pas être une coïncidence. Tu ne l'as pas choisis, quand tu es arrivé dans cette ville, on te l'a donné immédiatement. Après tu ne vas pas non plus te mettre en chance de toutes les personnes se nommant Sullivan, ce serait une énorme perte de temps, surtout que c'est très courant. Finalement, tu es plutôt perdu là-dedans, cette femme est ta mère, ton cœur te le dit, mais ta tête t'interdis d'y penser, parce que si ce n'est pas vrai, tu seras trop dans la panade, car vu qu'elle est médecin, elle pensera que tu es attardé à penser que tu viens d'un dessin animé.

Tu as essayé de la rassurer suite à la petite erreur qu'elle a pu commettre. Parce que tu es comme ça, tu es quelqu'un de gentil, toujours à vouloir aider les autres, faire ton maximum pour que tout le monde soit heureux. C'est ta ligne de conduite et tu ne changeras pour rien au monde, c'est mieux ainsi non ? Tu veux qu'on le soit avec toi, autant l'être avec les autres. « Et tu n'es pas un mauvais patient ! Tu n'as pas à rougir car tu signes, c'est normal que tu le fasses, tu as l'habitude de parler ainsi ! C'est plutôt moi qui devrait rougir de ne pas savoir le faire, je devrais savoir tout faire pour aider mes patients. » Là par contre tu te mets à te sentir mal à l'aise, parce que ce n'est pas la première fois qu'on te fait ce genre de remarques, les gens voudraient savoir signer, mais personne ne songe vraiment à le faire, très peu en ont le courage, tu ne leur en veux pas, parce que c'est compliqué, il faut des années d'entraînement, même toi tu as du mal avec certaines notions mais tu fais tout pour t'améliorer, après tout ça ne fait pas longtemps que tu es dans ce monde. Autre chose qui te surprends, elle a commencé à te tutoyer et comble du luxe, elle ébouriffe tes cheveux et quand tu sens sa main sur ton corps, tu peux t'empêcher à ta maman qui te lustrait la crinière avec sa langue lorsque tu n'étais qu'un bébé qui crapahutait partout. « Tu es très gentil en tout cas, merci de vouloir me rassurer. Mais tu sais, cette fois je n'ai pas fait d'erreur ! Je sais que tu n'as pas de cordes vocales, mais je dois tout de même contrôler ta gorge. Premièrement car c'est la première fois que nous nous voyons, et que je dois apprendre à te connaître et à connaître ce qui t'amènes ici. Et deuxièmement car il est important de voir si tu n'as pas d'infection ou quoi que ce soit d'autre qui pourrait te gêner. » Tu n'as rien à redire suite à cela, tant et si bien que tu restes silencieux, tu n'esquisses pas le moindre geste vers le papier, attendant juste la suite qui finira par arriver vu que vous êtes là pour l'auscultation et non pas pour discuter à tout vas. Et que répondre de toute manière ? Tu n'es pas médecin. Autre chose qui te rassure, sa voix douce et calme, ça change par rapport à d'autres qui peuvent hurler. « Je contrôlerais ensuite ta respiration, promis ! Mais tu peux remettre ton tee-shirt, tu n'as pas besoin de l'enlever pour ces petits contrôles de routine. » Tiens première nouvelle, tu peux garder ton haut ? Enfoiré de médecin de merde que tu as d'ordinaire. Tu attrapes ton t-shirt et l'enfile rapidement, tu n'es pas forcément pudique, mais disons que tu n'aimes pas non plus montrer ton corps à tout le monde quoi. « Tu m'apprendras quelques mots en langue des signes ? J'aimerais beaucoup pouvoir au moins te saluer la prochaine fois. » Tu tournes la tête vers elle. Bon sang, ce genre de réflexion ça te mets le cœur en joie, oui tu aimes apprendre ta langue aux gens, la preuve, tu le fais bien pour Nuka et pour Kiméo, ça te plaît de transmettre cette partie de toi,alors pourquoi pas envers elle ? Mais une prochaine fois ? Parce qu'elle compte te prendre en charge définitivement ? Tu n'en crois pas tes oreilles, ce serait tellement génial ! Plus obligé de supporter le pervers lubrique.

Souriant à toutes dents, délivrant au passage tes petites canines prononcées vers elle, tu es réellement heureux, parce que c'est une femme qui semble vraiment prendre tout à cœur, et que tu apprécies cette qualité là, plus que beaucoup d'autres. Finalement, tu la laisses faire ce qu'elle a faire avec ton corps, sachant que ce n'est pas le bon moment pour lui apprendre quelques signes de base. Finalement lorsque tu as quelques secondes, tu écris les mots de base sur la feuille de papier : bonjour, au revoir, merci, comment ça va, oui, non, de rien. C'est déjà ça de pris, au moins elle pourra échanger les politesses avec quelqu'un, tu finis par lui montrer les gestes chacun à la fois. En espérant qu'elle les retienne. Lorsqu'elle a terminé et les a tous acquis. Tu lèves les mains en l'air et les secoue pour lui dire bravo, le signe que tout le monde connaît. Rapidement, ta main retrouve le chemin de la feuille pour écrire : « Bon, passons à la suite, vous devez avoir du travail. » Tu lui adresses un petit sourire, mais tu n'as pas envie de partir, tu te sens bien avec elle. Alors peut-être que tu devrais rallonger un peu le temps pour lui apprendre plus de signes. Cette belle dame blonde te rappelle décidément trop ta maman. Et étant muet, tu as pu développer d'autres sens et ton instinct ne te trompe pas. Soit c'est une personne importante pour toi, soit elle va le devenir. Écrivant à nouveau avant qu'elle ne continue l'auscultation tu trembles en écrivant cela. « J'ai l'impression qu'on se connaît tous les deux, et je ne dis pas ça à cause du nom de famille. » Tu lances cette phrase bateau parce que ça en dit juste assez, mais pas de trop pour brouiller un minimum les pistes, il ne faut pas non plus que ce soit trop gros. Puis au moins, peut-être que tu pourras te rattraper si tu t'es trompé au cas où.
©clever love.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (KAYSAAK) j'y crois pas, je t'ai cherché partout.

Revenir en haut Aller en bas
 

(KAYSAAK) j'y crois pas, je t'ai cherché partout.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
» Tu crois m'avoir comme ça ? |Cedric|
» [FB 1623] Chérie, c'est pas du tout ce que tu crois. [FINI]
» C'est pas c'que tu crois! (ou pas)
» Tu crois que tu es le premier que je vois ? Détrompe toi !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-