AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 







 

 (attis) juste pour ce soir s'il te plaît.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 11/06/2015 Jouant le rôle de : l'une des têtes de cerbère, le chien d'hadès. #teamhercules Nombre de messages : 66 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : acid lemon (avatar) caius + the pretty reckless (signature) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le magnifique ange à la peau pâle.
MessageSujet: (attis) juste pour ce soir s'il te plaît. Jeu 18 Juin - 16:34





C'est sa durée, et elle seule, qui authentifie le réel. Qu'un cauchemar ne finisse pas, il devient votre réalité, et il faut bien faire avec. Que votre vie s'achève, elle n'était qu'un songe, et il faut bien ne plus faire avec. (daniel pennac)


Ottis est dans la rue, comme tous les jours avec son nouveau gang comme il l'appelle. Cherchant à faire un larcin quel qu'il soit. Incapable de s'arrêter de faire du mal aux gens, il est comme ça chacun a hérité d'une personnalité différente et bien démarquée les une par rapport aux autres, et lui il a eu la méchanceté, la rage, la haine et la colère. Alors il en use, en déchaînant les gens, en faisant en sorte de rendre tout le monde irascible, en s'impliquant dans des conflits qui ne le regardent même pas, ou même en distribuant le chaos partout où il pose les pieds. Et Ottis aime ça, oh que oui, ça le fait jouir, voire même lui procure un orgasme que de faire autant de mal. Il recommence une nouvelle fois, s'approche d'un groupe avec le sien et cherche une fois de plus les ennuis, sauf que ça tourne rapidement mal. D'ordinaire ils en finissent aux mains voire avec des battes de base-ball, mais là c'est une autre affaire. Un véritable carnage, lames argentées brillant au reflet de la lune et des lampadaires, sang qui dégouline au sol et tâche les murs briqués. Et Ottis qui se met à rire, comme toujours avec cet air exubérant de celui qui s'amuse. Puis d'un coup, une balle de pistolet s'échappe d'à travers sa gorge et ne s'échappe de son corps que le gargouillis du sang qui se coince dans sa bouche et l'étouffe petit à petit, et le sang liquide rouge qui gicle partout, qui pue, qui brûle. Un cri perce la nuit, tu te redresses immédiatement, tout le corps en sueur. Les yeux hagards cherchant du bout des doigts le bouton pour allumer la lampe de chevet. Tu as peur, encore un de ces satanés cauchemars, toujours le même genre de mauvais rêves en prime. Finissant par tenter de te rendormir mais peu importe ce que tu fasses, quand tu fermes les paupières, tu revois toujours le sang chaud et poisseux te gicler au visage. Celui de ton frère, celui d'Ottis, se faisant prendre à son propre jeu dans ces histoires de gang qui t'agacent. Non décidément tu ne pourras pas te rendormir pourtant il est deux heures du matin. Le pire c'est que tu ne peux pas aller réveiller ton frère, il n'est pas là. Parlant de Alpiel bien entendu. Ton premier choix aurait été d'aller le voir lui, pour en parler, au moins avec le plus gentil des trois, la discussion est facile. Depuis quelques temps il part deux ou trois soirs par semaine pour aller faire un truc que tu ignores, mais comme t'es le genre à t'en foutre, bah tu veux pas savoir et tu ne cherches même pas à savoir. Mais bon tu te diriges vers la salle de bain pour aller chercher un somnifère, seulement une fois arrivé, les boites renversées et une envie irrépressible d'aller foutre ton poing dans le mur, tu finis par baisser les bras. Sachant que dans toute la maison, il n'y a qu'ici qu'il y en aurait. Les pas traînants, tu te diriges à nouveau vers le lit, incapable de t'enlever cette image immonde qui t'inonde. Mais à peine as-tu ouvert la porte de ta chambre que l'odeur revient, qu'elle t'assaille à nouveau, le goût et le parfum du sang. Il ne t'en faut pas plus pour renoncer à cette idée. Elle t'effraie de trop. Il en faut beaucoup pour te faire peur, tu n'es pas du genre à te démonter, mais quand il s'agit de tes frères, tu es capable d'être bien pire qu'Ottis. D'ordinaire, rien ne te touche, mais là, c'est d'une autre dimension, c'est quelque chose qui peut devenir réalité. Et jamais, ô grand jamais tu ne le permettras. Tu en deviendrais dingue si jamais quelque chose lui arrive, alors non, tu ne le laisseras pas arriver. En attendant, tu restes là, face à ta porte, te disant qu'il n'y a qu'une seule chose à faire, et ce n'est sûrement pas d'aller dans ta chambre, et d'ailleurs il en est hors de question. Le seul c'est truc c'est que tu as encore peur, et ça te tiraille les tripes, ça t'en fait mal, tu trembles comme une feuille, et ce n'est pas parce que tu es entièrement nu, ça non. Tu as l'habitude de l'être. Tu te balades souvent à poil chez toi, ça te prend souvent, ça fait gueuler Alpiel, mais rire Ottis. Mais bien sûr Ottis. Tu finis par aller dans sa chambre, tu ne sais pas s'il dira oui ou non pour que tu puisses dormir avec lui, parce qu'après tout, vous avez pas l'âge de le faire, mais là t'as besoin de savoir qu'il est là ce soir. Et qu'il n'est pas dans la rue à risquer sa vie ou la prison pour ses conneries et sa présence a toujours su te calmer lorsque tu ne vas pas bien. Ouvrant sa porte lentement, tu finis par venir te poser à côté de lui sans le toucher et murmures du bout des lèvres. « Ottis ? Je peux dormir avec toi ? » Tu t'attends à te faire envoyer chier, avec lui t'en as l'habitude, c'est toujours moquerie, méchanceté mais il n'y peut rien, il est comme ça, c'est comme toi quand tu es froid et distant ou quand Alpiel est transpirant de bonne humeur et de gentillesse. Chacun sa tare. « J'ai fais un cauchemar... » Oui, surprenant pour un monstre venu tout droit des enfers, mais depuis que tu es devenu humain, tu finis par penser comme un humain, tu as finis par en devenir un à presque cent pour cent. Tu es toujours attaché aux enfers, mais beaucoup moins qu'avant. Maintenant il n'y a plus qu'à espérer que ton triplé accepte que tu viennes dormir avec lui dans son lit.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (attis) juste pour ce soir s'il te plaît. Lun 22 Juin - 0:48

JUSTE CE SOIR
AZAEL & OTTIS

d'être hanté par mes vieilles obsessions, cela me rassure. Mieux vaut un cauchemar apprivoisé que la blessure à vif d'un souvenir récent. ✻✻✻


Lui et le sommeil, ça a toujours été une grande partie de cache-cache. Sous ses airs un peu simple, il était pourtant le premier à se remuer l'esprit avant de dormir, et à laisser sa cigarette mourir entre ses lèvres. Sa chambre empestait le tabac froid, mais il en fallait beaucoup plus pour affecter l'odorat d'Ottis, qui s'était habitué à cette odeur mortelle, qui finalement lui allait plutôt bien. Et tandis qu'il entamait sa troisième cigarette, le regard brumeux occupé à vaguer le long du plafond blanc, il finissait par lentement sombrer dans le sommeil. Les yeux finissant par lui picoter, il prit cela comme un signe – et il ne serait pas trop tôt à deux heures du matin déjà – et écrasa sa clope dans le cendrier près de son lit, soufflant sa dernière fumée avant de refermer enfin les yeux, se livrant aux bras de Morphée, dont il aurait bien croqué les fesses de ce dieu farceur dans son autre vie plus canine. Son sommeil fut plutôt calme, car les rares fois où Ottis dormait la nuit, il ne bougeait ni ne grognait. Il profitait de ses courtes heures de sommeil qu'il s'offrait exceptionnellement à lui même, loin de la rue glacée où la plupart des nuits il traînait, et qui sait ce que risquait le pauvre passant qui prenait le risque de se promener à cette heure là. Oh, avec ses gars, combien de types en robes de chambre et chaussons, promenant leurs clebs ils avaient vu ? Peut-être cent, deux-cents. Le profil était toujours quasiment le même ; le vieux promenant son chien à moitié à poil, le clochard bourré se lamentant au coin de la rue, la prostituée paumée, ou l'adolescent fugueur. L'ex gardien des Enfers n'avait pourtant aucune pitié, les uns après les autres, et selon son humeur, il les faisait jouer dans sa petite pièce de théâtre grandiose dont il se moquait, et pendant tout le temps qu'il voulait, tous étaient ses petites marionnettes. Seulement ce soir, non, ce n'était pas le cas. Le vieux pourrait promener son caniche jusqu'au coin de la rue sans rien risquer, car Ottis s'était finalement endormit lourdement, et ses ronflements graves sont non sans rappeler ceux qui faisaient trembler les portes des Enfers.

Ottis n'a pas perdu sa faculté de rêver. Il cauchemarde autant qu'il rêve, mais les images sont bien là. Parfois il se surprend à rêver de redevenir monstre, et se rappelle avec délice le bruit des os craquant contre ses canines, d'autres fois il jubile à l'idée de s'enfuir loin de tout, comme ses rêves de liberté dont chaque humain rêve finalement. Il ne cherche pas à interpréter ses rêves, car il craint égoïstement de les gâcher, comme une prophétie dont on peut changer l’événement. Cela l'importe peu, car enfin, il dort.

Seulement ce n'est pas le réveil sifflant ses musiques à la con qui le réveille pendant la nuit, mais bel et bien la voix de son frère, qui dans un murmure prononce son nom, et lui arrache un long grognement mécontent. Ottis n'est pas un chien pour rien. D'abord, mal réveillé, il ne comprend pas ce qu'il dit, mais la voix poursuit et s'explique, et il se repasse en accéléré ce qu'il vient de dire, et finit par percuter. Il lâche un nouveau grognement. « Azael, t'as quel âge ? » Il râle, d'une voix endormie, changeant de coté, lui tournant le dos, puis il soupire et tourne encore, pour se retrouver face à lui finalement. Les frères sont sacrés, ils l'ont toujours été. « Pourquoi tu ne vas pas voir l'autre fleur bleue ? » Il lâche, faisant référence à Alpiel, qu'il sait malgré lui beaucoup plus doux et réconfortant. Ce dernier l'aurait probablement prit dans ses bras pour dormir. Ottis roule les yeux, et soupire à nouveau, laissant son frère prendre ses aises dans le lit, parce qu'en vérité il le sait bien, qu'il ne le renverra pas coucher dans sa chambre. « De quoi t'as rêvé encore, petite couille molle ? » Il demande finalement en lâchant ce surnom affectueux, frottant ses yeux, marmonnant.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 11/06/2015 Jouant le rôle de : l'une des têtes de cerbère, le chien d'hadès. #teamhercules Nombre de messages : 66 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : acid lemon (avatar) caius + the pretty reckless (signature) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le magnifique ange à la peau pâle.
MessageSujet: Re: (attis) juste pour ce soir s'il te plaît. Jeu 25 Juin - 12:37





C'est sa durée, et elle seule, qui authentifie le réel. Qu'un cauchemar ne finisse pas, il devient votre réalité, et il faut bien faire avec. Que votre vie s'achève, elle n'était qu'un songe, et il faut bien ne plus faire avec. (daniel pennac)


Qu'est-ce qui t'as pris de venir dans sa chambre ? Ce n'est pas comme si tu t'attendais à ce qu'il t'ouvre les bras et te dise de venir l'enlacer pour calmer ta peur frénétique. Si tu voulais cela, il fallait aller voir ton autre jumeau, parce que ce n'est pas le genre d'Ottis que de rassurer les gens, que de leur dire que tout va bien aller. Non lui, c'est plutôt le genre qui t'enfonce encore plus dans ta merde et qui prend son pied à le faire. Sauf que voilà, tu sais très bien qu'il n'est pas méchant, ou du moins pas avec toi, il ne le sera jamais. Pas une seule fois il n'a levé la main sur toi ou t'as dis quelque chose de réellement blessant à ton égard. Il a beau se cacher derrière des apparences froides et meurtrières, tu le connais mieux que personne, peut-être même plus qu'Alpiel. Au fond, toi tu es la contre mesure de tes deux jumeaux, tu es capable d'être les deux à la fois, mais bien plus au fond. Capable d'être violent, méchant et sadique, mais également agréable, doux et attentionné. Mais le plus étrange, c'est cette nonchalance habituelle, ce je-m'en-foutisme qui te caractérise tant. Il peut t'arriver la pire des merdes, tu n'en auras strictement rien à faire, parce que c'est comme ça, tu es fais ainsi. Mais face à ce cauchemar, tu ne peux rien, ça te glace, ça te paralyse et te donne envie de pleurer, de faire en sorte que ton triplé arrête ses escapades nocturnes qui finiront par mal tourner. Si jamais il lui arrivait quoi que ce soit... non, inutile d'y penser, ça n'arrangera strictement rien et tu risques de virer barge. Déjà que t'es pas mal dans ce rôle-là au final. Le pire c'est que la plupart du temps, des trois dégénérés issus de Cerbère, c'est toi qu'on trouve le plus bizarre, le plus dérangeant, personne ne parvient à te saisir ou savoir sur quel pied danser avec toi. Le truc c'est que ce soir, tu ne veux pas rester tout seul, tu veux être avec Ottis, juste pour vérifier qu'il n'ira pas dehors, juste pour qu'il ne risque pas sa vie inutilement comme d'habitude, parce qu'un beau jour, il va finir par se faire pincer par les flics ou même pire, il va finir par y perdre la vie quand il tombera sur bien plus dangereux que lui et les blaireaux qui composent son gang.
Après avoir demandé si tu pouvais rester dormir avec lui, un petit temps de blanc s'installe suivit d'un grognement plutôt bestial. Chacun d'entre vous trois a gardé des anciennes habitudes canines, lui il grogne, toi tu détestes les chats, c'est comme ça. Mais finalement il finit par parler, d'une voix rauque et plutôt désagréable mais qui sonne si joliment à tes oreilles. « Azael, t'as quel âge ? » Tu t'attends à ce qu'il t'envoie chier, parce que c'est ce qu'il fait d'habitude, il envoie chier tout le monde. Il préfère la solitude et rester comme un pauvre débile entouré de la solitude, du sang et de la désolation. Oui certes toi aussi tu adores ça mais pas tout le temps quoi. Ottis finit par se retourner pour te regarder et tu vois qu'il a encore les yeux à moitié fermés, ouais en gros il a la tête dans le cul quoi. Enfin, à sa place, tu n'aurais pas été mieux. « Pourquoi tu ne vas pas voir l'autre fleur bleue ? » Parce qu'il n'est pas là et que tu aurais eu droit à des mots doux toute la nuit, chose que t'aurais pas forcément supporté. Certes tu adores Alpiel, mais ce n'est pas non plus une raison pour qu'il vienne tout le temps pour te dire à quel point tu es extraordinaire ou même lâcher des conneries gentilles et douces. Le pire c'est qu'Ottis sait que le troisième d'entre vous a découché ce soir, mais non, il te dit ça quand même. Crétin. Mais au final, tu le vois se décaler pour te faire un peu de place dans le lit, tu te glisses à ses côtés alors même que t'es à poil, sans aucun complexe. De toute façon, ça ne sert à rien d'en avoir, tu es exactement pareil que lui à une seule différence, une tâche de naissance sur ton avant bras en forme d'os à moitié rongé. « De quoi t'as rêvé encore, petite couille molle ? » Tu as finis par t'habituer à ses surnoms, il les sort tout le temps, tant et si bien qu'à force ça ne te fait plus rien, peut-être même que tu les apprécies au bout du compte.
Le truc, c'est est-ce que tu as vraiment envie de parler de ton cauchemar ou pas ? Parce que ce n'est pas forcément le genre de chose dont tu as envie de te souvenir intentionnellement. Mais tu ne peux pas non plus le taire, parce que t'es plutôt du genre à sortir ce que tu penses, peu importent les conséquences que ça peut avoir dans le futur. « J'ai rêvé de toi... » Tu te rends compte immédiatement de la connerie que tu viens de dire. Bon sang mais qu'est-ce que tu peux être con parfois, non mais sérieusement. « Enfin je veux dire, j'ai rêvé que t'étais dans la rue en pleine nuit et qu'un mec te faisait exploser la cervelle avec un flingue... » Rien qu'en revoyant cette image là, tu te mets à trembler comme une feuille. Terrorisé à l'idée que cela puisse arriver. Non, ça ne doit pas, tu ne veux pas que ton frère ne meure, mais pourtant s'il continue ça finira bien arriver. Oui, ça ne devrait te faire ni chaud ni froid, mais c'est ta chair putain, c'est tes entrailles ce mec. Tu n'es même pas sûr que s'il meure tu pourrais continuer à vivre normalement.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (attis) juste pour ce soir s'il te plaît. Mer 1 Juil - 1:38

JUSTE CE SOIR
AZAEL & OTTIS

d'être hanté par mes vieilles obsessions, cela me rassure. Mieux vaut un cauchemar apprivoisé que la blessure à vif d'un souvenir récent. ✻✻✻


C'est avec son éternel ton agressif qu'il lui répond, et pourtant, Ottis est tranquille. Il a enfin trouvé le sommeil et vogue parmi ses pensées abstraites de monstre sadique, les souvenirs sombres de sa grotte au fond des enfers ne suffisent même plus à le faire sursauter, ni même frissonner. Ottis n'a peur de rien, pas même de la mort, car il la connaît sous son à apparence à longue capuche noire faisant traverser le Styx, sous celle d'un grand Dieu terrible aux flammes bleuâtres dressées sur sa tête, ou la dernière de ses crocs acérés, et grognement perçants le brouillard. De quoi pourrait bien avoir peur le gardien des Enfers, au fond ? Habitué aux hurlements des morts subissant les tortures du Styx, et aux rires cruels de son ancien maître, pour qui il bosse encore aujourd'hui. Le canidé à trois têtes vit à deux pas du cimetière, et pourtant, la vue des tombes lugubres luttant contre la nuit l'excite d'avantage qu'il ne le fait frémir. Non, ce qui le dérange d'avantage, c'est ce réveil impromptu au milieu de la nuit, qui lui arrache des grognements dignes de ceux réveillant les morts, des siècles voir des millénaires auparavant. Il est ainsi, dans son comportement comme dans celui de ses trois frères, grandit encore des réflexes canins qu'il n'est pas prêt d'abandonner après tant de temps de cohabitation. Rien ne tracasse Ottis, si ce n'est les désagréments physiques, et surtout les réveils impromptus durant les rares nuits qu'il sélectionne pour dormir enfin.  

Seulement la voix qui chuchote aurpès de lui, après que son long corps ce soit glissé sous les draps, est celle d'un Azael embêté par des surprenants cauchemars. Ottis ne trouve ni la force, ni l'envie de le virer du lit et le laisse s'y installer en étirant longuement ses muscles immenses, et ses jambes comparables à deux bâtons osseux, si bien que toutes les filles se les arracheraient. Dans son éternelle mauvaise humeur, piquée à vif par ce réveil qui n'était pas prévu – il consulte l'heure qu'affiche son radio-réveil – une question persiste tout de même dans l'esprit du chef de gang. Si lui rien ne l'effraie, que peut-être la source des cauchemars d'un de ses frères, et même pas le plus innocents en plus que ça. Il lui pose alors la question. « J'ai rêvé de toi... » Souffle l'autre d'une voix tirée, Ottis sens l'hésitation à lui parler d'une chose. Alors il relève ses grands yeux célestes ayant pris une teinte de profondeur d'océan, et il écoute ce qu'il compte lui dire. Le mot 'toi' l'interpelle, non seulement parce qu'il flatte son redoutable égo, mais aussi parce que c'est bien étrange de se dire que son frère a rêvé de lui. « Enfin je veux dire, j'ai rêvé que t'étais dans la rue en pleine nuit et qu'un mec te faisait exploser la cervelle avec un flingue... » Il roule les yeux en l'entendant, se rapprochant de lui pour secouer la tête, le rassurant d'une petite tape sur l'épaule – non, il étais incapable de faire preuve de tact. « Qui sait, peut-être que ça m'arrivera ? Mais dis toi que pour le moment, c'est un rêve. » Il se rend tout de même compte qu'il ne risque pas de rassurer grand monde avec une telle réplique. Alors il soupire et pivote vers sa table de nuit, tâtant au hasard pour retrouver son paquet de clope et son briquet. Il se l'allume et tire longuement dessus, soufflant la fumée avant de tourner la tête vers son frère. « Je croyais que tu n'avais pas peur de la mort, même de celle des autres ? » La mini-braise que constitue le bout de sa cigarette n'illumine pas grand-chose, mais il sait où est le cendrier. Ainsi il l'attrape et le pose près de lui avant de tendre la clope à son frère, pour qu'il la prenne s'il en a envie. Il sait mieux que personne qu'il fume autant que lui, eux trois sont une caserne de pompiers à eux tous seuls. « Une clope, y'a rien de meilleur pour chasser les idées noires. » Il lui fait de ta voix grave et rauque alors qu'il tire à son tour dessus. Ottis soupire et glisse sa main immense dans les cheveux d'Azael pour les ébouriffer, ils sont exactement comme les siens.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 11/06/2015 Jouant le rôle de : l'une des têtes de cerbère, le chien d'hadès. #teamhercules Nombre de messages : 66 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : acid lemon (avatar) caius + the pretty reckless (signature) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le magnifique ange à la peau pâle.
MessageSujet: Re: (attis) juste pour ce soir s'il te plaît. Ven 10 Juil - 21:29





C'est sa durée, et elle seule, qui authentifie le réel. Qu'un cauchemar ne finisse pas, il devient votre réalité, et il faut bien faire avec. Que votre vie s'achève, elle n'était qu'un songe, et il faut bien ne plus faire avec. (daniel pennac)


La vérité, c'est que t'as toujours été bien plus proche d'Ottis que de ton autre triplé. Pourquoi ? Il n'y a aucune raison à cela, à part que dans ce monde, ton caractère proche de la mort colle bien plus à la méchanceté qu'à la gentillesse. Certes t'en as rien à foutre de tout, mais buter quelqu'un ou lui faire du mal, ça te fait prendre ton pieds, et c'est réel. Ça a toujours été le cas, et quand Alpiel a décidé de quitter le gang, toi tu n'as rien dit, en fait tu t'en foutais de faire ça avec les autres têtes de Cerbère, tes frères, tu pouvais très bien te démerder tout seul. C'est juste que t'en avais marre de suivre et que ça te cassait les burnes de devoir être catalogué. Le truc c'est que ça a fait plaisir à Alpiel, mais pas à Ottis, et que depuis, tu sais très bien que ça a tout changé, les relations sont devenues tendues entre eux deux. Toi t'es là, comme un putain de médiateur qui sert à rien au fond, parce que tu sers à rien, tu ne donnes pas ton avis, rien ne te branche. C'est comme si t'étais la foutue plante verte qu'on pose sur un meuble dans une maison pour que ça fasse jolie mais qui n'a aucune utilité. Et depuis que l'autre fleur bleue s'est dissocié, tu t'es énormément rapproché de la brute épaisse. Voilà pourquoi aussi, tu te sens bien en sa présence et que t'as osé aller le déranger en pleine nuit pour un simple cauchemar. Parce que tu sais qu'il t'apprécie autant que toi pour lui. C'est aussi simple que cela. Et le truc c'est que t'as peur de le perdre, ouais, toi qui es sans peurs, c'est vraiment la seule chose au monde qui te terrorise le plus au monde. Tu ne le supporterais probablement et deviendrais barge.
Mais qu'attendais-tu au juste en venant le voir ? Qu'il te réconforte ? Non, certainement pas. Le truc c'est que t'as juste besoin de sa présence pour être serein, pour reprendre pied et éviter d'y penser. T'as besoin de constater qu'il est bien là et que ce n'était qu'un foutu rêve où tu le voyais entrain de crever à cause de ses histoires de gang débiles. Et tu le sens entrain de se rapprocher et quelques secondes plus tard, une petite tape sur l'épaule, censée être rassurante, ouais et une grande claque dans la gueule ça aurait fait le même effet. « Qui sait, peut-être que ça m'arrivera ? Mais dis toi que pour le moment, c'est un rêve. » Charmant Ottis, vraiment charmant. Non mais sérieusement ? Il croit que ça apaise ta conscience ? Non mais n'importe quoi. Mais rien que de sentir sa chaleur contre toi, tu sais que tu es déjà plus calme, plus reposé. Ton triplé finit par bouger et allumer une cigarette. Encore quelque chose qu'il ne devrait pas faire, un jour il va finir par mourir immolé parce qu'il aura laissé sa clope allumée dans son lit en s'endormant, quel crétin. « Je croyais que tu n'avais pas peur de la mort, même de celle des autres ? » Seulement de la tienne. Celle des autres ne t'importe que peu, tu la dispenses même, ou tu la fais disparaître, la preuve en est quand Aphria fait appel à toi pour torturer, tuer et faire disparaître le corps d'un ou d'une défunt pour effacer toute trace. Puis Ottis te passe la clope, tu tires longuement dessus, en gardant le silence. Ne préférant pas dire tout haut ce que tu as pensé tout bas. « Une clope, y'a rien de meilleur pour chasser les idées noires. » Non, ce qu'il y aurait de mieux, c'est qu'il arrête tout ça, qu'il reste sagement à la maison le soir, évitant d'aller dans la rue pour se faire défenestrer un jour ou l'autre. Rapidement tu sens la main de ton frère venir ébouriffer tes cheveux, ce geste soudain te prend par surprise et le rouge commence à monter aux joues, ne sachant pas pourquoi exactement. Après tout, vous êtes exactement pareil à part à un endroit pourquoi ce geste te fait-il cet effet là ?
Repassant la cigarette à ton frère, tu finis par te blottir contre lui, alors que tu es totalement nu. Mais aucune pudeur à avoir, de toute façon, tu n'en as pas, tu n'as rien de toute façon, enfin si, tu es physiquement normalement constitué, mais rien dans le sens où rien ne te touche. Enfin bref. « T'sais... j'ai pas peur de la mort, c'est juste que sans toi je serais totalement perdu... tu finis ta phrase ainsi, mais rapidement tu te rends compte de l'énormité que tu viens de sortir et te rattrapes en bafouillant. Et d'Alpiel aussi. » Tu ravales un petit soupir avant de venir t'écarter de lui et d'aller au final t’étirer comme le ferait un chien dans le lit. Un craquement sinistre s'échappe de ta colonne vertébrale et un grognement sort de tes lèvres pour signifier le bien que cela te fait. Tout du canin, la classe Azael. « Dis, au fait, t'es pas un peu con ? J'veux dire, genre pour fumer dans ton lit, il doit t'en manquer une de case, imagine tu t'endors avec ta clope allumée... » Et voilà, tu recommences à penser à sa mort. T'imagines la maison prenant feu avec Ottis qui crame dedans, et là, aucun espoir de récupérer ses cendres ou son corps, tout sera calciné. Tu secoues la tête vigoureusement, essayant de chasser cette image de ton esprit, hors de question de penser à ça. Il faut que t'arrêtes de t'en faire autant pour lui, c'est un grand garçon, mais au fond de toi subsiste quelque chose : le plus gamin d'entre vous trois, c'est Ottis, lui qui ne prend pas conscience de tout ce qui pourrait le toucher.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (attis) juste pour ce soir s'il te plaît. Sam 11 Juil - 19:32

JUSTE CE SOIR
AZAEL & OTTIS

d'être hanté par mes vieilles obsessions, cela me rassure. Mieux vaut un cauchemar apprivoisé que la blessure à vif d'un souvenir récent. ✻✻✻


Il n'a jamais vraiment su réconforter les autres, même lorsqu'il s'agit d'Azael. Ce dernier a beau être son frère qu'il chéri sans oser vraiment le montrer, Ottis reste cet éternel maladroit lorsqu'il s'agit de faire preuve d'un peu de douceur, de sang froid, ou même de lucidité. Il n'est pas fait pour ça. Il a été crée pour tuer, pour mordre, pour chasser et pour faire peur, et il conserve malgré lui ces réflexes qui lui plaisent en temps normal. Pourtant là, il n'est pas vraiment à l'aise devant son évident manque de tact. Parfois secrètement, il admire quelque peu Alpiel et sa transformation immense, lui qui a su chasser l'enfer hors de lui pour devenir meilleur, quelqu'un de doux, quelqu'un de tendre. Lui ne sait pas faire là, ses mains immenses ne savent qu'empoigner son éternelle batte de base-ball et frapper de toutes ses forces. Pourtant, vraiment, sincèrement, ce soir il a envie d'essayer. Parce qu'il sent Azael inquiet, et que ce dernier essaye de s'ouvrir à lui, malgré cette fissure évidente entre les trois frères depuis la séparation du gang. La vérité c'est qu'il ne sait pas vraiment comme réagir face à ça, ce cauchemar surprenant, sa propre mort qui a réussie à effrayer l'une des têtes du chien des Enfers. Et pourtant il sait qu'Azael n'est pas quelqu'un d'impressionnable. Cela veut dire beaucoup, mais là encore, Ottis est maladroit lorsqu'il s'agit de sentiments, d'attachement simple… Fort même. C'est une façon pour son triplé de lui dire qu'il tient à lui, et qu'il craint qu'il parte, et ça Ottis finira bien un jour par le comprendre. En attendant, bourru, il fait le contraire pour le rassurer, et reste évasif. Mais il n'est pas complètement idiot, il a bien conscience que ce n'est pas en lui disant cela qu'il rassurera le brun, qui semble tout de même déjà un peu plus tranquille depuis qu'il a rejoint le lit. Il tâche alors de se rattraper et allume une cigarette, le laissant tirer longuement dessus, il sait que ces choses là pourraient peut-être parvenir à l’apaiser mieux que lui. Comment dis-t-on à quelqu'un de ne pas s'inquiéter ? Comment exprimer ce que l'on ressent lorsqu'on ne sait que grogner et trancher des gorges ? Jamais il ne pourrait s'abaisser à poser la question à Alpiel, alors Azael pourrait peut-être lui montrer, malgré son manque d'intérêt perpétuel. Et c'est exactement ce qu'il fait, surprenant Ottis, comme il sait le faire. « T'sais... j'ai pas peur de la mort, c'est juste que sans toi je serais totalement perdu... » Il commence, tandis que l'autre relève un peu la tête, fronçant les sourcils. Il n'a cependant pas le temps de réfléchir d'avantage que le brun s'empresse de rajouter : « Et d'Alpiel aussi. » Là encore, il ne sait quoi répondre. Il sait qu'il va sûrement faire encore une bourde, le vexer ou même le faire soupirer. Il n'est pas comme Alpiel, il ne sait pas parler de ses choses là. Alors, les mots ne se complétant pas dans sa tête de la façon tendre qu'il voudrait, il vient simplement serrer avec le peu de douceur dont il est capable le corps nu d'Azael contre lui, soupirant. Il est habitué au manque de pudeur de son triplé, cela ne l'a jamais vraiment dérangé. Il aime son corps, il est beau comme le sien, oui, il lui plaît. « Je ne suis pas bien doué pour parler de ces choses là, mais tu sais ce que j'en pense, tu sais lire dans ma tête. » Il ne sait pas trop si c'est correct, s'il comprend ce qu'il veut dire. Il le pense tout de même. Azael le premier a toujours su comprendre son frère le plus grognon malgré les barrières qu'Ottis s'entêtait à construire. Oui, Ottis était persuadé qu'Azael savait son affection pour lui malgré tout, sinon cela ferait longtemps que la fissure accablant les trois frères serait béante, et irréparable.

Il s'inquiète encore et fait soupirer à nouveau le fumeur, qui repose sa cigarette en roulant les yeux. Il prend lentement conscience que derrière les reproches d'Azael se cache une véritable peur de se perdre, et même si le message n'est pas encore totalement clair dans l'esprit sombre d'Ottis, ce dernier comprend le principal. « Aza. Il lâche, attrapant son menton entre ses doigts et le relevant vers son visage, sans la moindre honte de ce contact un peu spécial. Je ne vais pas mourir, je ne vais pas partir. » Il souffle d'une voix presque calme soudainement, qui se veut presque… Rassurante ? Voilà un drôle d'exploit pour l'enragé. Ce dernier s'en rend d'ailleurs compte et relâche le menton de son frère, reculant son visage du sien, lui même décontenancé par un tel reflex de sa part, quelque chose de nouveau. Et pour se donner contenance, il se met à rire. « Et je te ferai dire que l'on est triplé, alors s'il me manque une case, il t'en manque une à toi aussi. » Il fait en se cachant derrière son éternelle attitude taquine. Peut-être que ce dont lui avait peur, c'était de briser les habitudes.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (attis) juste pour ce soir s'il te plaît.

Revenir en haut Aller en bas
 

(attis) juste pour ce soir s'il te plaît.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Juste pour rire
» Juste pour la postérité [abandonné]
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» [X]Juste pour un soir oublier mes capacités et passer une bonne nuit... [X]Pv Jiao
» Un p'tit tour, juste pour dire bonjour !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-