AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 




 

 (tadahoney) just an illusion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: recommencer une nouvelle vie.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 15/06/2015 Jouant le rôle de : honey lemon #teambighero6 Nombre de messages : 106 On me connait sous le pseudo : elyana. Un merci à : Juice pour l'avatar, endlesslove pour la signature. Merci merci ! Je suis fier(e) de porter l'avatar de : imogen poots
MessageSujet: (tadahoney) just an illusion Ven 26 Juin - 12:07

it's just an illusion
tadashi & honey


 
Loving you isn't the right thing to do. How can I ever change things that I feel? If I could, baby I'd give you my world. How can I when you won't take it from me? You can go your own way (go your own way). You can call it another lonely day. You can go your own way, go your own way. Tell me why everything turned around. Packing up, shacking up's all you wanna do  Δ Fleetwood Mac

Il y a des hasards qui n'en sont pas. Après tout, ne dit-on pas que les coïncidences n'existent pas? Iris - après quelques mois, elle a fini par s'habituer à ce nouveau prénom - s'en moque bien. Honey y croyait, elle. Elle pensait que tout arrivait pour une raison, qu'elle soit majeure ou non. Elle croyait au destin, au bien, et au rêve. Mais ce n'est plus le cas d'Iris. C'est presque cliché, de dire qu'elle a perdu espoir. Pourtant, cette malédiction n'était-elle pas un signe du destin pour elle? Elle arrivait à ce moment où l'on est au bout du tunnel, au croisement maudit qui implique un changement brutal. Honey fonçait droit dans le mur, sans possibilité de faire demi-tour. Et puis, la malédiction lui avait offert une nouvelle vie. Peut être croyait-elle encore au destin.

En ce matin brumeux, s'interroger sur le hasard est une occupation comme une autre. Assise sur sa chaise d'hôpital, Iris s'impatiente. Son esprit vagabonde, à la recherche de quelque chose à faire. La jeune fille déteste ces moments solitaires, où elle a pour seule occupation de repenser au passé. Ce passé qu'elle aimerait bien oublier, parfois. Mauvais combo : cette salle de consultation lui rappelle beaucoup trop de souvenirs.

Elle déteste l'hôpital. Certes, c'est loin d'être original. Mais elle estime avoir une bonne raison. Pas comme ces gens qui ont simplement peur des piqûres, ou du sang. L'hôpital, comme elle se le répète sans cesse, est le symbole d'un ancien ami, bien trop important pour elle. C'est le travail de sa vie. Et puis, c'est aussi le lieu où sont restés ces gens qu'elle a blessé. Si elle avait pu éviter de passer les portes de cet hôpital, elle l'aurait fait. En courant même. Mais sa collègue ne lui avait pas laissé le choix. Après s'être pris un objet assez lourd sur le bras, son poignet avait enflé. Rien de grave, pour la jeune femme. Si l'on en croyait le regard de sa collègue, elle risquait presque l'amputation. Pour qui tu te prends, hein? avait elle voulu crier. Chouette, elle était tombée sur une parano. Ou une couveuse. Sûrement une fée dans une autre vie.

Pire, elle avait insisté pour l'y amener. Un acte qu'Honey aurait trouvé admirable, quelques temps plus tôt. Mais à présent, elle avait disparu dans les méandres de l'hôpital. Peut être à la recherche d'un médecin. Iris attendait donc toujours que quelqu'un daigne s'occuper d'elle. Elle fait sûrement peine à voir, assise sur cette chaise, avec un simple poignet enflé. Alors que d'autres souffrent de blessures bien plus importantes. Elle a presque honte. La jeune femme veut courir loin. Cet endroit lui rappelle trop celui à qui elle ne voulait pas penser.

Elle était pourtant sûre qu'il ne s'agissait de rien. Oui, la caisse était plutôt lourde. Et il est possible qu'elle ait crié - en fait, c'est même carrément sûr. Pourtant, Iris était une (ancienne) habituée des dangers, et des épreuves. La blondinette en avait surmonté davantage avec les nouveaux héros qu'en une vie entière. Elle avait parfois été blessée. Comme cette fois où Fred avait mal réglé son tir de flamme. Ses cheveux s'en souviennent parfaitement. "J'aurais pu être chauve !", avait-elle hurlé à l'oreille de Fred, qui s'en réjouissait presque. "On aurait pu t'appeler la chauve-souris". Il était si fier de son jeu de mot - soyons honnête, il n'était même pas bon. Mais cela avait suffit à la faire rire. A cette pensée, elle soupire. Ils étaient si nuls, au début. Baymax avait même du mal à voler. Dur d'y croire. Honey avait vu pire que ce poignet, donc. Pourtant, elle avait eu peur. Bien plus peur que lors de ces aventures. Et elle ne sait pas pourquoi. Assise sur sa chaise, elle ressasse. Une chose est sûre : elle s'est grandement fragilisée.

Devant elle, un jeune homme est assis derrière ce qui semblait être un secrétariat. Elle se lève, doucement, et s'approche. Avec un sourire, elle espère se libérer de cette prison. Mais avant même qu'elle ouvre la bouche, son interlocuteur semble fermé à toute discussion. "Bonjour", essaye t-elle rapidement. "Mon amie - arf, ce mot était dur à prononcer, d'autant plus que c'était loin d'être vrai - m'a amenée ici, mais je vais bien. Regardez, il s'agit d'un simple gonflement. Rien de grave. Peut être pourriez vous me donner un simple arrêt de travail?". Au regard du type, elle sentait que c'était peine perdue. "On ne sait jamais", commenta t-il. "Retournez vous asseoir, un médecin va venir vous ausculter". Try again. Elle soupire, avant de retourner sur sa chaise. Elle allait sûrement y passer des heures. Elle sentait que quelque chose allait arriver. Et elle le redoutait plus que tout.
electric bird.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur



don't dream it's over
~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: être un héros
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 16/06/2014 Jouant le rôle de : tadashi (big hero 6) Nombre de messages : 284 On me connait sous le pseudo : night sky. Un merci à : night sky. (ava&signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : sean o'pry
MessageSujet: Re: (tadahoney) just an illusion Jeu 2 Juil - 15:37

just an illusion
tadashi & honey



Tu connais que trop bien cet endroit, ce qui, d'une certaine façon, t'attriste. L'hôpital, ce n'est pas le lieu où les gens aiment habituellement traîner. Toi tu t'y rends parfois pour ton travail, quand il te faut installer des nouveaux robots et les tester, quelques fois en réparer. Normal alors que tu connaisses bien tous ses raccoins, presque aussi bien que les médecins qui y travaillent. Et puis, il y a aussi tes thérapies... Ça, tu préfères ne pas y penser. Déjà tu en as honte, tu sais bien que c'est idiot, mais tu ne peux pas t'empêcher de trouver ce traitement ridicule. Il a beau être ridicule à tes yeux, tu en as de besoin. Tu as besoin de ces antidépresseurs et de ces thérapies avec le psy. Parce que sinon tu coules, il n'y a pas plus simple que ça.

L'air brumeux de l'extérieur te laisse supposer que la pluie tombera sur la ville plus tard dans la journée. Tu n'aimes pas particulièrement la pluie, disons que tu préfères largement le beau temps ensoleillé. Quoique la pluie doit aider à stopper les incendies... Non, arrête d'y penser. Tu tiens la porte d'entrée pour ton collègue derrière toi, l'ingénieur Carson, qui lui transporte votre matériel. Votre travail aujourd'hui ne risque pas d'être très long, vous n'avez qu'à changer une pièce défecteuse d'une machine déjà installé. Et tant mieux, parce que le plus vite tu seras sorti d'ici, le mieux tu te sentiras. Tu ne tiens pas à traîner ici plus longtemps que nécessaire, entre ces murs tout blanc et cette odeur trop sanitaire. Vous vous dirigez donc directement à la réception en présentant votre carte. Tu entends le réceptionniste appeler un responsable dans son microphone, puis celui-ci vous dit d'attendre quelques instants. Tu sais pertinnement que "quelques instants", dans un hôpital, n'a pas la même valeur qu'ailleurs, et tu soupires en t'adossant sur le colonne la plus près, faisant face la salle d'attente.

Tu ne peux t'empêcher de te mettre à examiner ces patients qui attendent. Ils ne sont pas si nombreux, tu as déjà vu des matins pires que celui d'aujourd'hui. Il y a encore le vieux qui lit son journal, on dirait un habitué celui-là. Une mère avec son enfant, ce dernier ne semble pas être dans son assiette avec son teint livide, il est blanc comme un drap.  Tu ne te rappelles pas avoir été malade à ce point. En fait, tu dois avoir de bons anticorps, car tu ne te souviens pas être allé très souvent à l'hôpital quand tu étais petit. Et pourtant tante Cassie ne vous épargnait pas avec ça, elle courait à la clinique de San Fransokyo à la moindre égratignure. Tu te rapelles, un jour tu étais tombé d'un arbre. Tu étais avec Hiro, tu avais voulu l'impressionner et lui faire croire que tu étais un espèce de superhéros qui peut voler. Tante Cassie n'avait pas apprécié l'idée et avait passé un quart d'heures à te réprimander quand vous étiez retournés à la maison. Un sourire se dessine inconsciemment sur tes lèvres alors que tu te rappelles ce souvenir, tu ne t'en serais pas rendu compte si ton regard n'avait pas croisé celui d'une patiente assise dans la salle d'attente. Et là, ton coeur fait un bond. Une blonde avec de beaux grands yeux, qui semble assez grande malgré qu'elle soit assise. Tu détournes vite le regard pour éviter de te faire repérer. Tu n'étais pas attentif, tu ne l'as pas dévisagé intentionnellement, après tout. Tes yeux retournent toutefois vers elle, cette fois-ci en sachant très bien ce qu'ils font. Mais bordel, qu'est-ce qui t'arrive? Tu ne regardes jamais les femmes d'habitude, tu n'es pas vraiment un grand séducteur dans l'âme. Mais il y a quelque chose chez elle qui... t'intrigue, voilà, c'est ça le mot. Tu ne la connais pas, et pourtant tu ressens quelque chose de terriblement familier en la regardant. Comme si le destin avait voulu que... « Monsieur Hamada? » Tu te retournes vivement vers cette nouvelle voix, le responsable en question qui est arrivé. Tu ne sais pas depuis combien de temps il est arrivé, tu as dû te perdre dans tes pensées. « Oui, je suis désolé. » Tu t'empresses de lui faire une poignée de main brève avant qu'il ne reprenne la parole. Il ne s'empêche de te taquiner un peu, puis vous explique dans quelle pièce se trouve le robot à réparer et ce que vous avez à faire, ce que vous savez déjà. Une équipe de votre entreprise a déjà fait une visite pour repérer le problème, vous n'avez maintenant qu'à faire le travail. Non vraiment, ça ne devrait pas être trop long. Tu lances un regard derrière toi avant que vous ne quittiez définitivement la salle d'attente pour vous engagez dans un couloir vers la salle d'opération, espérant malgré toi retrouver brièvement ces yeux bleus.
electric bird.


HS:
 
Voir le profil de l'utilisateur


« Et je vole, je m'envole vers le vent et vers le ciel. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: recommencer une nouvelle vie.
Faites place à la vedette
J'ai posé bagages ici le : 15/06/2015 Jouant le rôle de : honey lemon #teambighero6 Nombre de messages : 106 On me connait sous le pseudo : elyana. Un merci à : Juice pour l'avatar, endlesslove pour la signature. Merci merci ! Je suis fier(e) de porter l'avatar de : imogen poots
MessageSujet: Re: (tadahoney) just an illusion Sam 11 Juil - 11:24

it's just an illusion
tadashi & honey


 
Loving you isn't the right thing to do. How can I ever change things that I feel? If I could, baby I'd give you my world. How can I when you won't take it from me? You can go your own way (go your own way). You can call it another lonely day. You can go your own way, go your own way. Tell me why everything turned around. Packing up, shacking up's all you wanna do  Δ Fleetwood Mac

Trois cent soixante-neuf, trois cent soixante-dix, trois cent soixante et one, trois cent soixante-douze, trois cent soixante-treize, trois cent soixante-quatorze. Elle pourrait continuer longtemps comme ça, elle le sait. Une fois, elle a bien compté jusqu'à plus de deux mille - deux mille quatre cent trente et un, pour être précis. Une vieille habitude lorsque la jeune fille n'a rien à faire. Pour occuper son esprit, qu'il soit en perpétuel mouvement. Une sale manie de petit génie, en fait. Et puis, certaines réactions chimiques étaient  complexes, si bien qu'Honey avait besoin que son cerveau ne s'arrête jamais. Jamais. Elle a envie de rire en y repensant. Bien sûr que son cerveau s'était arrêté de compter. De penser même. Après cette spirale infernale, qui avait tout changé pour eux. Et pourtant, elle se reprend parfois à compter pour s'occuper. Comme au bon vieux temps.

Il faut dire qu'elle n'a rien de mieux à faire, assise sur cette chaise miteuse - certes, le mot est un peu fort. L'hôpital semble presque neuf, mais vu l'âge de la ville, ça n'est pas étonnant. Iris a néanmoins l'occasion de repérer trois fissures au plafond, et de la peinture qui se décolle sur le mur. Elle sait parfaitement que cette manie de tout observer est dur à supporter pour son entourage, puisqu'elle n'hésite pas à leur faire remarquer toutes ces petites imperfections. Mais être un super héros a ses inconvénients, et pour Honey, cela s'exprimait par un besoin de tout voir, avant d'être attaqué. Un peu comme quelqu'un qui conduit en permanence. Même si, soyons réalistes, Honey avait relâché son attention depuis longtemps, provoquant un bel accident sur la route de sa vie. Tes métaphores sont pathétiques ma fille, souffle t-elle, dépitée.

Tout bouge dans cet hôpital, sauf elle. Les patients défilent, mais la salle d'attente ne désemplit pas. A côté d'elle, une femme tente de calmer son enfant. 3 ans, d'après Iris. Même si elle n'a pas une grande connaissance des enfants - fille unique, quelques cousins au compteur, pas d'enfants à signaler. Hiro était loin d'être un enfant, même en étendant la définition. Les joues rouges, le garçon crie de toutes ses forces. Il pleure par intermittence. Iris comprend vite d'où vient le problème. La physique-chimie, aussi éloignée soit-elle de l'humain, implique des connaissances précises en sciences. Toutes les sciences. Ou peut être était-ce juste sa curiosité personnelle. Impossible cependant d'aider le petit homme. Elle n'est pas médecin, et est loin d'être un héros. Ses pensées passent brutalement vers celui qui aurait pu l'aider. Elle les chasse le plus vite possible.

Tous les individus qui remplissent la pièce sont concentrés sur leurs propres problèmes. Normal. Personne ne fait attention à elle, malgré sa grande taille, ou son énervement palpable. Et pourtant, elle sent un regard porté sur elle. Vous savez, cette impression étrange, presque imperceptible, que quelqu'un vous regarde? Souvent, il ne s'agit que d'une illusion, peut être d'une envie d'être vue. Mais Iris est habituée - le truc de l'observation marche dans les deux sens, n'est ce pas? A l'époque, elle aimait dire qu'il s'agissait d'un sixième sens de super-héros. Plutôt débile. Mais elle se rassurait ainsi, pensant qu'elle faisait partie du groupe pour une raison, et non juste parce qu'elle était au mauvais endroit au mauvais moment. Et puis, le regard n'était pas insistant. Ni pesant. Tu es bête, ça n'est rien. Pourtant, elle ne peut s'empêcher de tourner la tête. Tu es folle, se répète t-elle. Dans ce long couloir, personne ne la regarde. Tout le monde est bien trop concentré sur son travail. Qui pourrait te regarder dans un hôpital, de toute façon? Les pensées fusent. Jusqu'à ce qu'elle remarque. Un homme qui tourne rapidement la tête, et engage une conversation. Il regardait par ici. Peut être. Impossible de voir son visage, mais son interlocuteur semble ravi. Les deux n'ont rien de bien intéressant. Ils ne crient pas, ne se font pas remarquer. D'ailleurs, elle n'entend pas leur conversation. Mais l'homme de dos regardait par ici. Sûrement un vieux type qui aime les blondes, se rassure t-elle.

Elle n'a pas le temps de vérifier son hypothèse.  "Mademoiselle Rivera", t'appelle le stagiaire de tout à l'heure. "Passez dans la salle B, un médecin va arriver.". Surprise, elle tourne rapidement la tête, perdant de vue l'homme en question. Comme si elle ne comprenait pas les mots du type de l'accueil. Il la regarde, étonné, puis se répète. Elle balbutie quelques mots, puis se lève, cherchant des yeux la salle B. Il lui explique qu'elle est un peu plus loin dans le couloir. Son bras ne lui fait presque plus mal. Quelle perte de temps. Elle s'engage dans le couloir, et, sans pouvoir l'expliquer, tourne la tête une dernière fois. Le grand homme brun n'est plus là.

La salle B est au bout du couloir. Bien sûr, on l'envoie à l'autre bout de l'hôpital. Lorsqu'elle y arrive enfin, la porte est entrouverte. Et plusieurs personnes s'y trouvent. Le médecin s'approche, visiblement gêné. "Ma consultation n'est pas encore terminée, vous pouvez attendre quelques minutes devant la porte?" Elle acquiesce, visiblement perdue. Il referme la porte. La voila adossée contre un mur, à attendre. Encore.
electric bird.
Voir le profil de l'utilisateur



don't dream it's over
~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (tadahoney) just an illusion

Revenir en haut Aller en bas
 

(tadahoney) just an illusion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» La musique est une illusion qui rachète toutes les autres • Astoria
» L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité. [PM] & Dorian
» Un entrainement à l'ombre d'une illusion [Pv: Eldaln Silhae et Roy Shinku Hibana]
» La vie n'est qu'illusion ... [END] / Imani || Validé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Bretzelburg Avenue :: Bothmond hospital-