AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-46%
Le deal à ne pas rater :
Montre connectée HONOR Band 5 Sport
14.44 € 26.99 €
Voir le deal

Partagez

Entrée & Grand Salon Vide
Entrée & Grand Salon Vide
Entrée & Grand Salon Vide
Entrée & Grand Salon Vide
Entrée & Grand Salon Vide
Entrée & Grand Salon Vide
Entrée & Grand Salon Vide
Entrée & Grand Salon Vide
 

 Entrée & Grand Salon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Monsieur Pixie Dust

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: contrôler le monde
Faites place à la vedette
Monsieur Pixie Dust
J'ai posé bagages ici le : 27/02/2012 Jouant le rôle de : maître suprême Nombre de messages : 536 On me connait sous le pseudo : l'homme sans visage. Un merci à : tous les généreux donneurs d'organes Je suis fier(e) de porter l'avatar de : tous les enfants qui me suivent dans ma caravane sans poser de questions.
MessageSujet: Entrée & Grand Salon Entrée & Grand Salon EmptyVen 2 Nov - 11:39

Je déclare le Phantom Manor ouvert !
Halloween, aussi appelée fête des morts, est un jour qui ne laisse personne indifférent. Certains l’attendent avec hâte, friands de grandes sensations tandis que d’autres la redoutent dès le premier janvier déjà. Marathons de films d’horreur au cinéma, course aux bonbons en déguisements, maisons hantées, bals masqués, nombreuses sont les animations liées à cet événement si populaire. Sans doute que de petits fantômes viendront sonner à vos portes, attendant bonbons, pommes d'amour, caramels, chocolats et pop-corn tandis que vous dégusterez votre cidre chaud en vous régalant d'une bonne tarte à la citrouille devant le dernier volet de Paranormal Activity. Une voix résonna soudainement dans tout le château, alors que les grandes portes de l'entrée du hall étaient encore fermées. " Bonsoir cher habitant de Fantasia Hill ! Cette année, Fantasia Hill inaugure sa première grande maison hantée officielle ! Toutes les équipes de corps de métiers disponibles de la ville ont été monopolisées pour travailler à ce bâtiment, c'est ainsi que les meilleurs techniciens et fabricants ont permis la réalisation de ce petit bijou de technologie et d'architecture. Nous pouvons donc vous promettre une soirée riche en émotions, en grands frissons et en cauchemars ! Le Phantom Manor vous réserve bien des surprises, allant du petit saisissement au traumatisme de votre vie. Si vous êtes là ce soir c'est que vous avez reçu une carte d'invitation à cette ouverture, vous avez donc été choisi pour participer à cet évènement qui j'espère ne vous traumatisera pas ! Soyez prêt lorsque les portes du hall s'ouvriront et surtout amusez vous bien...ou pas ! " Un rire aguicheur ce fit entendre par la suite. Personne ne savait à qui appartenait cette voix. Les portes de l'entrée s'ouvrèrent dans un grincement suraiguë qui vous broie les tympans, certains arrivaient et d'autres déjà pénétraient le manoir.
NB: DONNEZ VOS TÉLÉPHONES PORTABLES AU MAJOR D'HOMME A L’ENTRÉE, IL EN PRENDRA BIEN SOIN !


Grand Salon
Les portes ouvertes, l'obscurité régnant à l'intérieur semble contenir la lumière de différentes couleurs effrayantes, parfois rouge, parfois bleu, parfois vert, vous découvrez maintenant le hall et le grand salon, sombre comme les images des films d'horreur qui s'immisce dans le cerveau de celui qui ose pénétrer en ses lieux. Échappez au couteau du tueur à gages des Médicis, des bruits sourds en pleures de petites filles autant dire des fantômes. Des têtes réduites arrachée, accroché un peu partout dans les pièces. Des squelettes, des toiles d'araignées et bien d'autres choses effrayantes, faites attention au cavalier sans tête, vous entendez le bruit de son cheval, mais il ne se montrera que lorsque vous vous y attendrez le moins. Pour votre plaisir la musique bat son plain, certains dansent, d'autres s'adonnent aux délices du buffet effrayant. Vous découvrez ainsi les décorations effroyables, menu sanguinolent tandis que soudainement CLAC ! La porte vient de se refermer sur vous fait l'effet d'une bombe, non ce n'était pas un courant d'air, la porte fermée à présent à clé, une immense porte en fer se referma sur la porte, toutes les fenêtres du manoir se barricadèrent de fer comme téléguidé par quelqu'un, dehors le pont le vil se referma, aucune issue possible de s'échapper, vous vous posez des questions, mais ce n'est que pour vous mettre dans l'ambiance du moins c'est ce que vous croyez. Sauf qu'il y a une chose que vous ne savez pas, c'est que cette nuit sera plus longue que vous ne l'aurez imaginé. La même voix de tout à l'heure résonna une nouvelle fois de plus dans le manoir " Cher habitant, il y a un tout petit changement, votre séjour s'avouera plus long qu'une nuit, qu'est-ce que vous en dites de deux jours ? Oh non trois, c'est plus jubilant ! Votre cauchemar ne fait que commencer ! Je vous laisse entre les mains de mon major d'homme qui vous guidera tout au long de votre séjour, mais je vous en prie faites comme chez vous ! " Termina-t-il de dire en laissant échapper de nouveau ce même rire ô combien inquiétant.
Revenir en haut Aller en bas
Madame Pixie Dust

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Avoir mon Happy Ending.
Faites place à la vedette
Madame Pixie Dust
J'ai posé bagages ici le : 24/04/2012 Jouant le rôle de : Maîtresse suprême. Nombre de messages : 3169 On me connait sous le pseudo : La Bitch Un merci à : .Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : .Margo Robbie
MessageSujet: Re: Entrée & Grand Salon Entrée & Grand Salon EmptyDim 4 Nov - 3:31


HALLOWEEN PARTY !

Je ne savais pas pourquoi, ni comment, mais j'avais reçu une carte d'invitation comme la plupart de mes proches pour une soirée qui se déroulait plus précisément au Phantom Manor. Ce dernier ouvrait ses portes spécialement pour cet évènement, cette nuit fuligineuse traîtresse de ce carnage d'âmes meurtries par la crainte de citrouilles enguirlandées dans le sang parsemées de poudre d'ombre... Halloween. Encore et toujours cet épisode d'horreur siégeant perpétuellement aux esprits sombres à qui voulaient le croire. Il y a des jours comme ça, où tout le monde se prépare pour un évènement mémorable. Les sociétés et autres sont tous inactifs aujourd'hui. Personne ne se rut dans le parc d'attraction et encore moins au restaurant, car la plupart des personnes se faisaient une beauté pour attirer les regards sur leurs jolies minois et ce soir moi en particulier.

Mes cheveux relâchés légèrement en boucles inaugurait un foulard violet, le maquillage de mes yeux viraient et ressemblaient catégoriquement à la noirceur de la nuit, c'était normal pour Halloween. Sur mes lèvres, gisait une grande quantité de rouge à lèvre aussi rouge que le sang, par-dessus un gloss transparent au goût de fraise. Mon corps était habillé d'un mini chandail gitane bleu et blanc aux manches longues et larges, laissant apparaitre mon joli ventre bien lisse et doré. Au bas, une longue jupe gitane bleu et doré ornée d'une longue fente laissant une petite vue sur ma cuisse droite et le tout, entouré d'un foulard violet aux perles dorées attaché sur le côté gauche. Aux pieds, des tongues plates dorés, laissant apparaitre une très jolie chaine de pied dorés sur ma cheville droite. Me voilà enfin prête, je n'en dirais pas autant d'Oliver. Oli, j'y vais tu me rejoindras là-bas !. Disais-je en attrapant ma petite pochette de sac à main assortit avec à l'intérieur tout un chichi de fille et mon portable.

Quelques minutes plutard, je descendis du taxi, mais en me retournant après avoir payé, ma bouche s'entrouvrit face à ce paysage plutôt effrayant, déjà l'entrée ne me rassurait guerre, un énorme frisson s'accapara de mon corps, cette vue était à la fois effrayante, mais tellement impressionnante. Soudainement, une voix s'exprima " Bonsoir cher habitant de Fantasia Hill ! Cette année, Fantasia Hill inaugure sa première grande maison hantée officielle ! Toutes les équipes de corps de métiers disponibles de la ville ont été monopolisées pour travailler à ce bâtiment, c'est ainsi que les meilleurs techniciens et fabricants ont permis la réalisation de ce petit bijou de technologie et d'architecture. Nous pouvons donc vous promettre une soirée riche en émotions, en grands frissons et en cauchemars ! Le Phantom Manor vous réserve bien des surprises, allant du petit saisissement au traumatisme de votre vie. Si vous êtes là ce soir c'est que vous avez reçu une carte d'invitation à cette ouverture, vous avez donc été choisi pour participer à cet évènement qui j'espère ne vous traumatisera pas ! Soyez prêt lorsque les portes du hall s'ouvriront et surtout amusez vous bien...ou pas ! " Pas du tout rassurant, mais alors pas du tout. Alors que je suivais certaines personnes pour franchir l'entrée, un Major d'homme nous arrêtèrent en réclament nos portables, nous ne pouvions pas entrer si nous ne lui donnons pas ces machines. Mais le fait est que je n'approuvais pas ce point, sauf qu'il le fallait, c'est pourquoi je grognais un court instant avant de lui tendre mon portable. Dedans c'était comment dire, n'en parlons pas, entre des têtes accrochées au mur, le cri d'un cheval invisible ou les pleures d'une petite fille, la peur était à son comble et moi j'essayais de rester collé à un petit groupe que je ne connaissais pas, mais au moins je me sentais un tout petit peu en sécurité.

Aujourd'hui et précisément depuis quelques semaines j'avais perdu mon sourire, mais je pouvais compter sur certaines personnes qui étaient toujours là pour moi. Lui ? Je ne voulais plus en entendre parler, j'avais trop souffert par sa faute et j'avais appris qu'il refaisait sa vie. Au départ, j'avais regretté d'avoir dit non à sa demande en mariage, mais maintenant je me rendais compte que je n'avais pas eu le droit de le faire, finalement j'avais bien fait, c'était la meilleure décision que je pouvais prendre de toute ma vie et maintenant, je prenais la décision de l'oublier, car tout comme lui, j'avais aussi le droit de refaire ma vie et d'être heureuse. Il n'était tout simplement pas fait pour moi et je n'étais tout simplement pas faite pour lui. Ce soir était une occasion de m'amuser, d'arrêter de me faire du mal pour quelqu'un qui ne le méritait pas, j'allais plutôt profiter de cette soirée et de mon joli costume de bohémienne. Alors que je regardais autour de moi restant néanmoins distante de tout ce qui m'effrayait, CLAC ! La porte se referma sur tout le monde ainsi présent, comme l'effet d'une bombe, non ce n'était pas un courant d'air, la porte fermée à présent à clé, une immense porte en fer se referma sur cette dernière, toutes les fenêtres du manoir se barricadèrent de fer comme téléguidé par quelqu'un, dehors le pont le vil se referma, aucune issue possible de s'échapper quand cette voix à nouveau " Cher habitant, il y a un tout petit changement, votre séjour s'avouera plus long qu'une nuit, qu'est-ce que vous en dites de deux jours ? Oh non trois, c'est plus jubilant ! Votre cauchemar ne fait que commencer ! Je vous laisse entre les mains de mon major d'homme qui vous guidera tout au long de votre séjour, mais je vous en prie faites comme chez vous ! " Sérieusement ? Trois jours ? Nah mais ça ne va pas, mon cœur se serra, j'avais la nette impression que nous allions avoir pas mal de surprises, qu'elles ne faisaient que commencer. Quoi qu'il en soit, du regard je cherchais certaines personnes que je connaissais.

fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite




Dernière édition par Sansa-Marine A. Sirens le Ven 16 Nov - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Entrée & Grand Salon Entrée & Grand Salon EmptyDim 4 Nov - 15:38

♔ Soirée d'Halloween - Phantom Manor ♔
Entrée & Grand Salon Deborahannwollvpa
Voici donc la tête qu’elle faisait en arrivant au manoir hanté : épaules raides et sourire crispé, parce qu’elle songeait uniquement à deux choses. Petit un : cette robe irait beaucoup mieux à une Cendrillon (elle, au moins, elle n’aurait pas l’impression qu’il est complètement anormal d’être ainsi vêtue), et, petit deux : « Ne tombe pas, surtout, ne tombe pas ! ». Pourtant, elle était plutôt de bonne humeur, d’une humeur d’autodérision qui ne l’avait pas quittée depuis que le livreur avait frappé à la porte de sa chambre, la veille. A la question « Etes-vous bien Daphné Goldfish ? », la demoiselle avait été tentée de mentir, en voyant l’imposant paquet que l’homme tenait dans les bras. C’est néanmoins la curiosité qui l’emporta, et, après avoir signé le registre électronique, elle alla poser la boite sur son lit et s’assit en tailleur en arborant un air perplexe. Le paquet avait été expédié depuis un magasin de déguisements, mais il n’y avait aucun nom d’expéditeur, hormis celui dudit magasin. La boite était étonnamment élégante, et ornée d’un gros nœud rouge. Elle se décida à l’ouvrir, plus sceptique qu’enthousiasmée. A la vue de son contenu, elle écarquilla les yeux, et récupéra le couvercle pour relire le nom du destinataire. Oui, c’était bien son nom à elle, aucun doute là-dessus. Elle aurait bien aimé savoir qui pouvait lui avoir fait parvenir un tel présent. Il s’agissait d’une robe à crinoline en tulle et mousseline, avec un nombre incalculable de jupons. Dans un coin de la boite, elle trouva une feuille pliée en quatre. Un mot écrit au stylo noir, non signé. « Il y a assez longtemps, tu m’as dit que tu vendrais ton âme pour porter un jour une robe comme celle-ci. Je n’espère pas que tu me la vendes mais j’ai des choses à me faire pardonner, alors, s’il te plait, viens demain soir à la fête d’inauguration du Phantom Manor. P. S. ». Elle trouva étrange que le Post Scriptum ne soit pas rempli (peut-être que le mystérieux expéditeur avait été coupé dans son élan lorsqu’il avait écrit le mot, mais alors, pourquoi n’aurait-il tout simplement pas effacé ce « P. S. » avant d’envoyer la lettre ?). Cependant, il y avait plus important à songer en cet instant. De toute manière, elle comptait aller à cette soirée dont elle avait reçu l’invitation quelques jours auparavant. Pourtant, elle savait désormais que quelqu’un là-bas l’y attendrait, et ce n’était pas du tout (mais alors absolument pas) rassurant. Il la tutoyait, donc elle supposa qu’elle connaissait cette personne depuis assez longtemps. Elle relut le mot deux fois. Tenez, ce n’était peut-être pas un homme : rien ne l’indiquait dans la lettre. Daphné se demanda s’il était prudent de se rendre à cette soirée, tout compte fait. Elle joua nerveusement avec une mèche de ses cheveux une minute, pesant intérieurement le pour et le contre. Elle se dit finalement qu’il y aurait vraiment beaucoup de monde là-bas, et que ce manoir n’était pas réellement hanté (ce n’était qu’une attraction), et qu’après tout elle ne voyait pas pourquoi elle aurait peur de rencontrer cette personne (elle tâcha alors d’oublier les films d’épouvante qu’elle avait vus cette semaine en compagnie de Fred, et leva les yeux au ciel quand une petite voix au fond d’elle lui souffla : « Et si c’était un psychopathe ? »). C’était décidé : elle irait.

Si elle n’avait pas eu l’esprit aussi occupé, elle aurait pu s’arrêter une minute sur le parvis de l’élégant bâtiment qui lui faisait face, et en aurait sans doute beaucoup apprécié l’architecture très XIXème (qui soit dit en passant allait à merveille avec sa robe). Pourtant, un major d’homme en livrée au visage étrangement blafard l’arrêta à l’entrée et lui demanda son téléphone portable. Elle le lui donna de moyennement bonne grâce, se souriant à elle-même avec ironie lorsqu’elle se dit que, si cette soirée devait tourner au film d’horreur, elle serait sans doute la première à se faire découper en rondelles : il semble que les scénaristes du monde entier se plaisent à maculer de sang les robes de princesse. Oui parce que, vous l’aurez compris, elle avait finalement décidé de porter ladite robe à crinoline. Devant son miroir, et avec un peu d’appréhension, elle s’était dit que c’était bien autre chose que de porter une petite robe noire et un serre-tête avec des oreilles de chat : là, elle risquait de se faire remarquer, ne serait-ce qu’au bruit de froufrou qui accompagnait chacun de ses mouvements. Et puis, haussant les épaules, elle avait décidé que peu importait, et qu’après tout, c’est bien vrai qu’elle aurait vendu son âme pour porter une robe du temps jadis comme celle-ci. Juste devant elle, elle vit passer une très jolie Esméralda, et c’est seulement à l’expression peu rassurée de son visage que Daphné songea qu’elle aussi pouvait commencer à avoir peur. En effet, les décors étaient parfaitement horrifiques et lugubres, le parquet n’avait de cesse de craquer, on entendait des bruits de portes qui claquent et des hennissements plaintifs de chevaux invisibles. La jeune femme essaya de toutes ses forces de se convaincre que, si on allumait la lumière, tout ceci serait risible, de simples mannequins et autres décors artificiels. L’auto-persuasion ne fonctionna pas le moins du monde lorsqu’elle entendit une voix sinistre s’élever d’elle ne savait où dans toute la pièce. Et toutes les portes se fermèrent comme par magie en une demi-seconde lorsque la voix sans corps annonça qu’ils allaient devoir rester ici trois jours durant. Les gens tout autour d’elle échangeaient des regards de panique à travers la pénombre. Elle resta statique et livide. Elle vit de loin son pâle reflet dans un miroir brisé : là, elle avait vraiment quelque chose de spectral, à tel point qu’on aurait pu croire qu’elle faisait partie du décors d’épouvante. Et puis, ces mots lui revinrent : « trois jours ». Oh, rien n’aurait pu être pire. Dans trois jours, ce serait lundi. Autant dire qu’à son réveil elle se retrouvera dans ce même décors abominable et aura complètement oublié cette histoire d’Halloween. Elle mourra d’effroi en prenant tout ceci pour une réalité terrifiante, ne comprenant pas le moins du monde le pourquoi du comment elle était ici. Il était impératif qu’elle s’adresse à quelqu’un, au responsable de la soirée pour lui parler de son état… Mais elle se souvint que les portes étaient verrouillées et il lui semblait bien que le major d’homme était resté à l’extérieur. Alors, il fallait qu’elle trouve un feutre, un stylo, n’importe quoi, pour qu’elle s’écrive dans la main que tout ceci n’est qu’une plaisanterie, une simple fête. Pourtant, plus elle y songeait, moins elle pensait qu’il y avait de quoi rire. Elle commençait à avoir les mains légèrement moites, et cela lui sembla le comble de l’ironie : quand bien même trouverait-elle un stylo qu’elle n’aurait plus qu’à se griffonner son message sur le bras, et encore, c’était sans certitude que cela tienne jusqu’à lundi. Joyeux Halloween, disent-ils.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Entrée & Grand Salon Entrée & Grand Salon EmptyJeu 8 Nov - 13:48





Halloween Moment !

« Vous êtes cordialement invité à fêter Halloween en compagnie de toute la ville de Fantasia Hill ! Rejoignez nous au Phantom Manor pour vous amusez et passer une nuit d'horreur ». Non mais Aelys pourquoi est ce que tu allais la-bas ? Explique moi un peu ? Qu'est ce qu'on allait foutre dans un soit disant manoir hanté à part boire et s'emmerder tout le long de cette soirée ? Aelys ! Réveilles toi tu vaux mieux que ça ! Et bien il fallait croire que non, que j'allais vraiment aller à cette soirée ou j'étais cordialement invitée. Je n'avais jamais fêtée Halloween de ma vie, et je ne savais pas ce que ça allait donner pour une première fois. J'y allais pour suivre le mouvement, il semblait que toute la vie se rendait à cette super soirée qui semblait être la fête du siècle ! Je n'étais pas très très à l'aise et pas non plus amatrice de sensation forte, mais je n'avais pas d'autre choix que de me rendre la-bas. Il fallait bien s'amuser après tout ?

Le pire était sûrement de se déguiser. Qu'est ce qu'il fallait mettre à ce genre d'évènement ? Une robe ? Un pantalon ? Une toge ? Non mais vraiment je n'avais rien d'horreur moi ! Je sortais déjà la moitié de ma garde-robe lorsque je trouvais une idée. De toute façon, je n'avais que cela. J'avais eu besoin de cette robe cabaret il y avait deux semaines pour la soirée spéciale au bar. Si j'avais sus que je réutiliserais cette horreur ! Mais au moins j'avais un déguisement, enfin à peu près. Bien je n'avais plus qu'à partir.

Marchant dans la rue, je ne regardais pas trop ou je posais les pieds. Pour une nuit Halloween le temps était exactement dans le thème. Il faisait froid, on ne voyait pas la lune, pas d'étoiles. Rien ne donnait envie de rester dehors. Je pressais donc le pas essayant d'aller un peu plus vite pour rejoindre le manoir le plus rapidement possible.

Arriver devant, je voulus faire demi-tour. Mes jambes refusaient cependant de bouger. La façade du lieu était... lugubre, sombre, elle faisait peur à voir, à mon avis il passait pas souvent le ménage ici. Je poussais le portail qui grinça. C'était une mauvaise blague, on aurait dit un film d'horreur. Mais si j'étais arrivée jusqu'ici cela voulait dire que je devais rentrer. Je passais donc par le petit chemin pavé de pierre grise. Il n'y avait pas de lumière, seulement un lampadaire à coté de la porte qui permettait de voir l'ombre des arbres, terrifiantes. Frissonnant, j'entrais dans le bâtiment, inquiète et pas du tout rassurée. J'aurais peut-être du rester chez moi et me regarder un film avec un pot de glace, je suis sûre que j'aurais eu moins peur. Non mais Aelys ressaisis toi ! Ce n'était qu'un manoir sale et infecté d'araignée ! Tu n'allais pas prendre tes jambes à ton cou pour si peu dis donc ! Allez ma vieille bouge tes grosses fesses et avance ! Motivée comme jamais je passais la porte et arrivais dans le hall d'entrée. Je ne fus même pas étonnée lorsque je découvris le peu de lumière qu'il y avait. Je déposais mon manteau et allais me rendre au salon lorsqu'on me barra la route. « Téléphone », me dit alors un homme grand, baraqué, faisant mon double, tant au niveau taille, qu'au niveau largeur. Je supposais que je ne pouvais pas rigoler avec lui, alors en soupirant je sortis mon téléphone. « Tu fais gaffe il est nouveau ok ?! ». Puis reprenant mon chemin, je me rendis dans le salon. Tout était noir, sombre, seul les lumières vertes, rouges, ou bleus permettaient de voir un peu mieux. Il y avait des toiles d'araignées un peu partout, je me posais encore la question si c'était des fausses juste pour la décoration ou des vraies. Un squelette par ici, et une musique rythmée par là.

Je ne savais pas trop ou je pouvais me mettre. Je voulus sortir de la salle pour prendre l'air, mais les portes claquèrent derrière moi. Qui était l'idiot qui m'empêchait d'aller aux toilettes ? J'essayais donc d'ouvrir la porte mais elle ne bougea pas. Des barres de fer se mirent alors sur mon chemin, je remarquais d'ailleurs qu'il y en avait partout. Sur les fenêtres comme sur les autres portes. Mon coeur fit un bon. Je ne savais pas ce que les habitants faisaient mais ce n'était pas drôle du tout ! " Cher habitant, il y a un tout petit changement, votre séjour s'avouera plus long qu'une nuit, qu'est-ce que vous en dites de deux jours ? Oh non trois, c'est plus jubilant ! Votre cauchemar ne fait que commencer ! Je vous laisse entre les mains de mon major d'homme qui vous guidera tout au long de votre séjour, mais je vous en prie faites comme chez vous ! "

Deux jours ? TROIS ? Mais qu'est ce qu'il racontait lui ? Il craquait son slip ou quoi ? Je n'avais pas que ça a faire de rester deux ou trois jours faire une promenade de santé pour son plaisir ! Y avait du travail qui m'attendait. Et le major d'homme ? Le mec qui avait prit mon téléphone ? Non mais ils se foutaient tous de moi ! J'étais sûr qu'ils pouvaient nous rendre nos téléphones on captait sûrement pas dans un coin pareil. Je me faisais un chemin parmi les autres personnes se trouvant ici, tapant dans certaines et cherchant une issue de secours.
(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Entrée & Grand Salon Entrée & Grand Salon EmptyDim 11 Nov - 21:31

Halloween, ça a jamais été ma fête favorite.

Halloween Costume :
 
C’est un grand jour aujourd’hui. Oui, c’est le jour de mon grand retour. Depuis ce matin j’ai tout prévu, j’ai fait un planning pour la journée. Tout d’abord, je vais travailler au magasin, oui ça me manque. Ensuite, je vais faire un mini jogging, j’ai besoin de me reprendre en main, même si j’ai plus maigri qu’autre chose ses derniers temps. Je rentre chez moi vers 16 heures, ce qui me laisse le temps de tout préparer. La tenue est déjà dans mon armoire. Je la sors et la dépose sur le lit. Il y a mon chapeau bordeaux avec un ruban noir, mon tee-shirt style indien et ma jupe noire courte avec un sorte de voile par-dessus et la ceinture qui va avec. Je me dirige vers la salle de bain, enlève mes vêtements et rentre dans la douche. Je tourne le robinet et allume l’eau. Elle est chaude, brulante, et coule le long de mon corps. Je sors une demi-heure après. Je m’habille en cowgirl et fini les préparatifs. Cheveux légèrement ondulés en cascade sur mes épaules, mes deux colliers fétiches et qui s’accordent parfaitement avec la tenue, puis des bracelets. Maquillage simple mais efficace et mes bottes à talons marron. Je suis fin prête à partir. Je prends un petit sac avec mon portable, mon portefeuille et l’invitation et je pars de l’hôtel.

Tout le long du trajet, je pense, je réfléchis, je me souviens du passé… Son nom, son visage, sa voix, ses baisers… Tout me revient en mémoire. Une larme coule le long de ma joue. Je l’essuie et continue ma route. J’arrive finalement au lieu tant attendu. L’endroit qui représente le plus la fête d’Halloween dans cette ville de Fantasia Hill. Le Phantom Manor. Un frisson parcoure mon dos. J’ai peur… Mais je ne peux plus faire marche arrière maintenant. Le manoir se dresse devant moi, je suis frigorifiée, non pas par le froid mais bien par la peur. Je m’avance jusqu’à la porte d’entrée, un léger vent souffle et fais voler mes cheveux, malgré le chapeau. Il hante encore mes pensées, c’est horrible de ne pas réussir à faire sortir une personne de sa tête, surtout dans ces moments là. Je fini par ne plus réfléchir, supprimer toutes pensées qui traversent mon esprit. Je regarde les alentours, hésitant à entrer. Il y a un monde fou, c’est presque hallucinant. On dirait que tout Fantasia Hill c’est donné rendez-vous ici. Finalement je m’avance, un major d’homme récupère mon téléphone et je pénètre dans la demeure. Il fait sombre, limite noir, c’est effrayant. Je me demande ce que je fais ici, pourquoi je suis venue. J’aurais été tellement mieux chez moi à cet instant précis. Enfin à me morfondre comme une pauvre idiote que je suis. Finalement ce n’est pas plus mal que je sois là. Je m’avance à tatillon. Cherchant des points de repères pour ne faire une mauvaise chute.

J’arrive dans le grand salon, plusieurs invités sont là. Je cherche du regard des visages familiers mais impossible d’en trouver. Surement à cause des petites lumières rouge, bleue et verte qui n’éclairent pas grand-chose. Je regarde la décoration un peu plus, il y a des toiles d’araignées partout, des squelettes aussi et tout plein de truc plus horrible les uns que les autres. Je m’avance vers le banquet, mon ventre réclamant depuis tout à l’heure. Simplement à ce moment là, une voix, assez sombre, effrayante et comme qui dirait sorti d’outre tombe, intervient. « Cher habitant, il y a un tout petit changement, votre séjour s'avouera plus long qu'une nuit, qu'est-ce que vous en dites de deux jours ? Oh non trois, c'est plus jubilant ! Votre cauchemar ne fait que commencer ! Je vous laisse entre les mains de mon major d'homme qui vous guidera tout au long de votre séjour, mais je vous en prie faites comme chez vous ! » Je reste sous le choc. Trois jours ? Ce n’est pas possible… J’ai envie de pleurer, crier, hurler mais surtout de m’enfuir d’ici pour aller me blottir dans ses bras. Oh ! Si tu savais à quel point tu me manques. Je réalise que nous sommes tous dans la même situation et impossible de joindre quelqu’un vu que nos téléphones sont détenus par le major d’homme. Je pousse un long soupir. Pourvu que ce ne soit pas si horrible que ça. Je m’éloigne du banquet et marche un peu, je dois trouver des gens que je connais, déjà pour ne pas rester seule dans cette « épreuve » mais aussi pour avoir quelqu’un avec moi dans la chambre. Un rire nerveux m’échappe, surement à cause du fait d’être enfermée. Chaque porte est verrouillée, chaque fenêtre à des barreaux. Il est impossible de s’échapper, de partir. On est tous bloqués ici. Nous sommes à la merci de cette voix. Je sens vraiment que ça ne va pas être une partie de plaisir… Je me murmure à moi-même « Que la partie commence. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Entrée & Grand Salon Entrée & Grand Salon EmptyDim 25 Nov - 2:42

it's halloween, baby.
Quand j’avais reçu cette invitation, elle avait immédiatement volé dans la poubelle. Je trouvais ces soirées organisées en l’honneur d’évènements pareils tellement ridicules et insensées. Pourquoi vouloir célébrer quelque chose qui n’existe pas et qui, en plus de cela, a pour but d’effrayer tout le monde ? Non, cela ne me plaisait pas, absolument pas. Le fait était pourtant que Pinocchio, je ne sais comment, avait retrouvé mon invitation et la sienne au fond de la corbeille — oui j’avais été un peu vite et ne lui avais pas vraiment laissé le choix… Bon à vrai dire j’avais espéré passer une soirée tranquille rien qu’à nous devant un film d’horreur débile comme ça je pourrais le serrer dans mes bras pour le réconforter. Il est si mignon quand il a peur. — et était donc venu à la charge avec l’idée de nous y rendre. Je vous ne dis pas l’enchantement que je ressentis à ce moment-là. J’eus beau essayer de le dissuader, il semblait que pour une fois, mon petit pantin n’était pas prêt à lâcher prise. Hé bien qu’il en soit ainsi. Il voulait aller à cette fête ? Pas de problème. Mais je lui avais bien fait comprendre qu’il serait le seul à blâmer s’il finissait par faire une crise cardiaque. Toutefois, il savait que mes bras seraient à sa disposition à chaque fois qu’un vampire tenterait de l’approcher, qu’un zombie essayerait de l’avaler ou qu’une quelconque autre bestiole étrange dans ce style là envisage de l’approcher. Mes poings étaient d’ailleurs prêts à les accueillir.

Nous y étions donc ensemble. Histoire d’être original, je m’étais débrouillé pour me dégoter un sarouel, un gilet mauve sans manches, un petit chapeau bordeaux et des babouches. Je me sentais comme moi… avant. Avant le sort. Avant tous ces changements qui avaient opéré dans ma vie. Enfin je me sentais à l’aise comme ça. Etrangement je n’avais pas froid. À peine avais-je enfilé ce costume que déjà je me sentais à l’aise, je retrouvais mes marques. J’étais de nouveau insensible à tout ce qui était externe et matériel. Une seule chose m’atteignait encore. Son regard. Bordel, je l’aimais ce petit con. Je le regardais, devant cette maison à l’air glauque qui nous hurlait de faire demi-tour et moi, la seule chose qui me venait à l’esprit était que je l’aimais. Mes yeux étaient ancrés dans les siens, je m’avançai lentement vers lui et je l’enlaçai avec toute la tendresse que j’avais, toute la tendresse qu’il m’offrait. Je lui glissai doucement à l’oreille un petit « Je suis là pour te protéger, mon ange. » avant de l’embrasser doucement et de l’entraîner avec moi à l’intérieur.

Dans le salon, la fête battait son plein. Pinocchio semblait un peu mal à l’aise. Il était évident que ce n’était pas le genre de soirée où il venait habituellement. Sans doute avait-il tant voulu se rendre ici sous l’influence de Cassiopea ou d’Ange. Le contraire m’aurait étonné. Les gens s’amusaient partout dans la pièce, peu soucieux du décor qui les entourait. J’attrapai Pino par la main et l’entraînai à ma suite dans un coin de la salle où on pourrait danser sans forcément être le centre d’attention général — déjà que tout le monde avait les yeux rivés sur mon torse, que mon déguisement ne recouvrait pas, se demandant comment je faisais pour ne pas avoir froid. J’allais lui proposer de rentrer, voyant bien qu’il aurait préféré être partout sauf ici, quand soudainement un bruit sourd se fit entendre. Toute la salle sursauta. La voix qui avait fait l’accueil se remit à parler.

« Chers habitants, il y a un tout petit changement, votre séjour s'avouera plus long qu'une nuit, qu'est-ce que vous en dites de deux jours ? Oh non trois, c'est plus jubilant ! Votre cauchemar ne fait que commencer ! Je vous laisse entre les mains de mon majordome qui vous guidera tout au long de votre séjour, mais je vous en prie faites comme chez vous ! »

Et voilà. À peine débutée, cette soirée partait déjà dans une direction que personne n’avait espérée. J’entendis presque les dents de Pinocchio claquer à mes côtés. Mes doigts se glissèrent entre les siens tandis que je me glissais devant lui, mes yeux pénétrant son regard. « Ne t’inquiète pas d’accord ? Ce doit être une blague que nous font les organisateurs pour l’occasion. C’est Halloween après tout ! Et de toute façon je suis là. Je veille sur toi. » J’approchai mes lèvres de son oreille et glissai, un accent quelque peu sensuel et suggestif dans la voix : « Celui qui tient à ses couilles à intérêt à se tenir loin de toi. » avant d’attraper brièvement son lobe entre mes dents. C’était plus fort que moi. Son odeur avait sur moi un effet plus qu’envoûtant. Plus qu’enivrant. Un effet… hypnotisant. Comme un enchantement. « Joyeux Halloween, mon ange. »

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Entrée & Grand Salon Entrée & Grand Salon EmptyJeu 6 Déc - 15:43

Halloween Moment.

J'aime pas les citrouilles, j'aime pas les fantômes encore moins les squelettes !

Nous avions finalement opté pour une soirée cauchemardesque. Nous étions donc face à cette maison à l'aspect lugubre. Je ravalais rapidement ma salive tout en serrant fortement la main d’Aladdin. J'aurais dû oublié immédiatement cette invitation. Au lieu de cela, j'avais eu l'envie de lui montrer que j'étais courageux. Que j'aurais pu affronter n'importe quelles situations même les plus effrayantes. Ce qui était totalement faux. Mais pour impressionner Aladdin j'étais prêt à tout. Une idiotie comme une autre car à cet instant précis il devait sans doute ressentir le moindre de mes frissons contre la paume de sa main. J'avais tellement insisté pour lui prouver à quel point je pouvais affronter ma peur. Ce qui était une très mauvaise idée. Je n'avais qu'un seul désir, fuir et rentrer à la maison me faufiler sous les draps dans les bras de Aladdin. Le bruit du vent me fit sursauter. On aurait presque cru à une voix en pleine agonie. Le souffle glacial du vent c'était faufiler méchamment au creux de ma nuque ce qui me valait une nouvelle fois de nombreux frissons incontrôlables. Je regardais fixement Aladdin, me demandant comment il ne pouvait avoir froid. Sa tenue vestimentaire lui allait parfaitement bien contrairement à moi qui n'avait fait aucun effort vestimentaire comme d'habitude d'ailleurs. Je n’étais même pas coiffé à croire que la coupe de cheveux que j'adoptais à l'heure actuelle ne ressemblait à rien. J'avais enfilé rapidement un polo blanc et bleu avant de sauté rapidement dans ce jean délavé qui perdait de sa couleur. Quand à mes converses elles commençaient à faire leur temps. Le Caban noir que j'avais attraper avant de refermer la porte était petit au niveau des manches. Il fallait absolument que je fasse un effort. C'était terriblement pathétique. "Je suis là pour te protéger, mon ange." Certes je n'en doutais pas un seul instant. Pourtant, je lui affichais un sourire crispé qui témoignait de mon angoisse qui commençait légèrement à me ballonner l'estomac. "Je crois que j'ai tellement voulu t'impressionner que maintenant j'ai la nausée. Je suis stupide." Alors que son baiser rendait mon esprit plus paisible avec cette étrange facilité d'apaiser toutes mes craintes je le suivais sagement sans oser prononcer un mot. C'était si simple avec lui. Il n'avait pas besoin d'en faire des masses car tout ce qu'il pouvait entreprendre me rendait stupidement béat. Une fois dans le salon je sentais mes tympans souffrir par le bruit infernale de la musique bien trop forte qui résonnait dans la pièce. Encore une fois je me demandais comment avais-je pu me mettre dans un pétrin pareil ? Une fête. Le genre de chose qui ne m'avait jamais réellement attiré. Je n'étais pas du tout à l'aise au milieu de la foule encore moins avec mon corps. Tout le monde avait fait un effort pour ressembler à quelque chose je faisais tâche au milieu de cette foule immense. "Chers habitants, il y a un tout petit changement, votre séjour s'avouera plus long qu'une nuit, qu'est-ce que vous en dites de deux jours ? Oh non trois, c'est plus jubilant ! Votre cauchemar ne fait que commencer ! Je vous laisse entre les mains de mon majordome qui vous guidera tout au long de votre séjour, mais je vous en prie faites comme chez vous !" Je crois que j'allais défaillir. Je me raccrochais à l'épaule de Aladdin. Pourquoi fallait-il que je me comporte comme un pauvre lâche ? Je sentis de nouveau sa main agripper la mienne. J’esquissais un mouvement brusque sous l'effet de la panique avant de me réfugier à nouveau dans les bras de Aladdin. "Ne t’inquiète pas d’accord ? Ce doit être une blague que nous font les organisateurs pour l’occasion. C’est Halloween après tout ! Et de toute façon je suis là. Je veille sur toi." Il devait avoir raison. Mais je ne trouvais pas la blague drôle du tout. Surtout que je me voyais mal rester cacher dans une maison qui sentait la mort et la peur à des kilomètres. Les gens autour de nous ne comprenaient pas très bien ce qui se passait. De mon côté j'étais tellement tétanisé que mon visage s’enfouissait de plus en plus contre le torse de Aladdin. "Celui qui tient à ses couilles à intérêt à se tenir loin de toi." Bizarrement je n'étais toujours pas rassuré. Je ne tenais plus sur mes jambes ce qui me fit perdre l'équilibre avec Aladdin. Une fois tombé au sol je me sentais totalement con. J'avais l'impression d'être un poids pour lui. Vous savez je ressemblais à ce genre de personnage dans les films d'horreur celui qui se cachait toujours sous les jupes du héros. Mon dieu que j'étais pathétique. "Joyeux Halloween, mon ange." Joyeux ? Je ne voyais rien de plaisant ici à part peut-être lui et les bonbons qui traînaient sur cette table au loin. "J'ai peur. Je veux rentrer. C'était idiot de ma part d'insister. Mais je n'arrive plus à bouger. Et si on restait comme cela ? Non j'ai une meilleur idée cachons nous quelque part je ne veux pas tomber sur quelque chose qui risquerait de me donner une crise d'angoisse ou pire une crise cardiaque. Ali j'ai peur..." Stupide mais complètement stupide. Ce n'était pas dans ce genre de situation que nous allions échapper aux morts-vivants.

© Mzlle Alice.

Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entrée & Grand Salon Entrée & Grand Salon Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Entrée & Grand Salon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Hentaï] Le Grand Jeu
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]
» [UploadHero] Le Grand bazar [DVDRiP]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-