AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Cela n'empêche pas l'éternité. ♚ PV. Crystal Vide
Cela n'empêche pas l'éternité. ♚ PV. Crystal Vide
 

 Cela n'empêche pas l'éternité. ♚ PV. Crystal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Cela n'empêche pas l'éternité. ♚ PV. Crystal Cela n'empêche pas l'éternité. ♚ PV. Crystal EmptyDim 2 Déc - 6:20

Elle avait des lèvres, pareilles à des cerises, si savoureuses qu'on éprouvait le désir d'y goûter.
-Oscar Wilde


Je peux sentir ses cheveux poser domicile dans mon cou, c'est doux, c'est surtout familier. Chaque matin, je ne sais pourquoi, j'ouvre les yeux en premier. Je suis toujours ainsi, le nez au creux de son cou et mon bras autour de sa taille, la clamant ou la protégeant, je ne sais de qui ou de quoi. Je ne saurais me l'expliquer, je me couche, juste ici, pose ma tête bien à gauche et me réveille toujours bien à la droite. Quand son souffle se perd et que je sais que Morphée l'a arraché à moi, ce n'est que là que je la rejoins dans son lit. Il fait si froid sur le sol et cette buée qui s'échappe figurativement d'entre mes lèvres me rappelle toujours à quel point je suis seul. Un sourire effleure mes lèvres alors que je reconnais ce parfum qui est maintenant mon unique chez moi. C'est ce fruit, rouge, délicieux, que je goûte en chaque inspiration. La framboise. Mon nez effleure le lobe de son oreille, ma paume rencontre la peau de son ventre une seconde de trop, cette même et quotidienne éclaire me traverse le bras et je redescend sur Terre presqu'aussitôt. Je suis bien réveillé et j'ai maintenant conscience de mes dispositions, que ma présence auprès d'elle n'a pas été commandée, pas même suggérée... je transgresse les règles pour fuir la solitude et je suis égoïste au point de venir lui voler un peu de chaleur humain, le refaisant, chaque jour, chaque soir... et chaque matin c'est le même nuage qui flotte au dessus de ma conscience, la culpabilité. Roulant lentement de «mon» côté du lit, j'essaie de ne pas la réveiller, mon cœur bat trop fort pour que je puisse l'entendre respirer, que je puisse enfin savoir si je me suis fais prendre. J'aurais trop de fierté pour l'admettre et je le nierai sans doute encore longtemps. Me glissant contre le plancher rigide de sa chambre, je lève la couverture jusqu'à mes oreilles et ferme les yeux, les narines encore emplis du papillon framboise qu'elle a fait naître juste ici, entre deux battements.

Le soleil fait rage, expose au grand jour tous les défauts, les moindres détails que l'on aurait voulu cacher. Ma main se loge dans ma nuque machinalement, je sais que je suis nerveux, mais j'ignore exactement pourquoi. Sans doute parce que la dernière fois que je l'avais vu j'avais échoué. J'étais totalement transparent devant elle... je fondais sous ses iris océans, à me les imaginer je peux sentir mes jambes faiblir sous mon poids. J'avais voulu la séduire dans un seul but, lui faire mal à lui, mais ma maladresse a eu raison de moi. J'en avais oublié la femme derrière la mission, oublié ce qu'elles me faisaient. Elle m'avait saisit à la gorge, avait volé mon souffle, inhibé mes pensées les plus pures et j'en avais délaissé ma stratégie. J'ignore comment attirer l'attention d'une femme de toutes manières, j'ignorais tout de ces jeux d'adultes si ce n'était qu'il avait tendance à devenir assez addictif. J'en suis déjà partisans, spectateur plus qu'acteur... j'attends... quelque chose, sans savoir, sans réellement chercher non plus. Je croise mon reflet dans une vitrine, arque un sourcils, m'inspecte comme je n'ai pas du tout l'habitude de le faire. Mais que m'arrive-t-il? Pourquoi son opinion importerait-elle? Parce que je sais déjà que je ne pourrai lui mentir? Parce qu'elle sait que j'ignore totalement ce que je fais? Je suis nu et j'ai froid. Elle m'intimide, je dois l'admettre. Elle et ses cheveux doré, elle et ses lèvres, ses yeux, sa peau... ce regard, cette éloquence, ce charme naturelle et captivant. Je n'ai aucune chance, de m'en sortir comme de reprendre la main. Tout s'est retourné contre moi, prétendre avec elle ou prétendre seul... la grande différence est que le potentiel mal est atténué. J'aurais voulu l'arracher à lui et non simplement l'agacer quelques temps pour qu'ensuite elle quitte mes côtés pour rejoindre les siens. C'est mieux que rien... c'est tout ce que j'ai pour me consoler, il est trop tard de toutes manières. Tournant la tête vers l'avant, ma tête ce vide de tout, même de son souvenir. Quel nom porte-elle déjà? Quelque chose de précieux, de pétillant... Juste avant qu'elle se poste sous mes yeux, il me revient et je ne peux retenir le souffle;

«Crystal...» Qu'un murmurre, pour moi et non pour elle. Que devrais-je faire? Oh ses yeux... étaient-ils aussi bleus la dernière fois? Peut-être je ne sais pas, je ne sais plus. J'ai peine à maintenir ce contact, il semble si intime alors que je ne connais rien d'elle. Pourquoi suis-je ici et elle là? Pourquoi c'est elle arrêté face à moi et non face à cette femme juste là? Ah oui! Devrais-je l'embrasser? Effleurer ses lèvres et prétendre y trouver refuge? La saluer d'abord? Que font ses autres couples? Ceci est une mauvaise idée. C'est indéniable. Pourquoi suis-je lourd tout à coup? Baissant les yeux vers le sol, j'étouffe, il fait chaud! Mon regard croise sa main et d'un vif qui se voulait doux, mais qui se révèle plutôt violent, je glisse ma paume contre la sienne, mes doigts entre les siens. Hum. Bon, ainsi nous aurons l'air d'un couple, non? Est-ce suffisant? Je tourne la tête à ma droite, croise les yeux d'un homme, le contact est bref, mais me laisse facilement deviner que je ne berne personne... pourquoi elle serait-elle avec moi? Serrant la mâchoire je relève les yeux sur elle, sentant ce silence trop longuement prolongé s'écraser contre mes épaules. « Tu as faillis me manquer mon... Quoi donc? Amour...» Ma voix est à peine audible, je me perd dans la profondeur de ses yeux. Devrais-je? Effleurant momentanément ses lèvres, ma gorge se noue et mes yeux se ravissent. Fais le! Resserrant mes doigts entre les siens, mon autre main rencontre la peau de son cou, ses cheveux caresse le dos de ma main et je n'hésite qu'une seconde supplémentaire avant de joindre mes lèvres aux siennes. Je clos les yeux, n'insiste pas plus longtemps pour prolonger cette... torture? Je n'ai pas le temps de m'y perdre, pas le temps de découvrir. Mes doigts s'entremêlent à la racine de ses cheveux, hum. Non. Me reculant sans douceur, mes doigts glissent contre sa peau, la brûlant sur leurs passages, et je me décide enfin à libérer son cou. Instinctivement je porte ma main à ma bouche, coupable de quelque chose, mais ignorant toujours de quoi. Mon pouce effleurèrent ma lèvre inférieure, juste avant de la posséder de tout son long. Je ne veux l'avoir... là, ne veux la goûter. La curiosité aurait pu avoir raison de moi, mais pas cette fois, pas pour ça. Ce jeu est dangereux. Réalisant qu'elle était témoin de mes réflexions intérieures je secoue la tête et l'entraîne à ma suite. Refusant de la regarder, je me contente d'observer droit devant, je ne m'arrêterais que si elle en décidait, autrement nous pourrions faire le tour du monde ainsi, en silence et sans ce voir. Mais, ce silence encore semble avoir l'habitude d'être pesant lorsque je le partage avec elle. «Alors... où veux-tu aller, chérie?» Cette fois c'est plus naturel... il me semble. Et puis, ma langue trouve mon pouce, y découvre quelque chose de fruité et de... rouge? Et je suis perdu à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Cela n'empêche pas l'éternité. ♚ PV. Crystal Cela n'empêche pas l'éternité. ♚ PV. Crystal EmptyMer 5 Déc - 23:04