AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le CrocoDeal du moment : -35%
Sac de transport extensible pour chat ...
Voir le deal
31.99 €

Partagez

[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Vide
 

 [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptyJeu 27 Déc - 18:43

lights will guide you home.
feat. pinocchio de la vie. ♥
Ma vie avait énormément changé depuis mon arrivée à Fantasia Hill. J’avais été confronté à des choix et des tentations qui m’étaient totalement inconnues à Agrabah. La notion de l’Amour ici-bas était bien différente de celle de l’autre monde. La vie n’était pas aussi rose que celle que je menais anciennement. Je savais maintenant ce qu’était un véritable couple, avec ses hauts et ses bas. Et non pas cette niaiserie et cette ambiance guimauve constamment présente. D’ailleurs, la dispute qui venait de m’opposer à Jasmine ne faisait que confirmer ce que je réalisais. Nous ne nous étions jamais parlé de la sorte. Le ton n’avait jamais été aussi haut. En même temps, nous n’étions plus réellement un couple. Même plus du tout. Il fallait se rendre à l’évidence, avec tous ces changements, la flamme d’antan était éteinte et ce depuis un certain temps déjà. Depuis que j’avais pris conscience de la vérité et de mes sentiments envers Pinocchio. Bordel, rien que de parler de lui je sens des picotements dans mon ventre. Ca peut avoir l’air débile mais c’est ce que je ressens. Je revis avec lui. Il est la meilleure chose qui me soit arrivée ici. Entre mon boulot qui me bouffait mon temps, et Jasmine qui me bouffait mon énergie, je ne savais plus où donner de la tête. Mais avec lui c’est différent. Avec Pino, c’est… le bonheur. Je suis de nouveau heureux. Comme on dit : quand on aime une personne, on l’aime pour qui elle est et pour ce qu’on est grâce à elle.

Ce soir, j’avais rompu avec Jasmine. J’avais enfin mis fin à cette mascarade toute pleine de fausse joie et de malheurs dissimulés. Évidemment, elle l’avait mal pris. Rares sont ceux qui le prendraient en sautant de joie et en chantant une ode aux bisounours. Résultat, je me retrouvais à la porte. Elle ne m’avait pas foutu dehors, j’avais décidé de partir de moi-même. J’avais attrapé quelques affaires des plus importantes que j’avais bourrées dans une valise et j’étais parti. Je ne la fuyais pas, je pensais juste qu’il était meilleur pour nous deux que l’on s’éloigne pendant un moment. Je ne savais pas où aller mais je m’en foutais. J’ai passé ma vie à la rue et bien que j’ai toujours tout fait pour ne pas y retourner, s’il le fallait, je ne le craignais pas.

J’errais dehors, sans trop savoir où aller. Mes pieds me guidaient et je ne faisais pas réellement attention à l’endroit où ils me menaient. Il ne pleuvait pas et ne faisait pas spécialement froid, mais je sentais mes poils se hérisser un peu partout sur mon corps. Il faut dire que j’avais connu plus joyeux comme situation. Quand mes pieds s’arrêtèrent enfin et que je relevai la tête, je me trouvais devant la porte numéro 34 du dortoir cinq de la Méli-Mélo House. Je souris presque automatiquement. C’était plus fort que moi. Tout me ramenait toujours à lui. Je ne savais pas spécialement pourquoi j’étais venu chez lui. Peut-être parce qu’il était le seul que je voulais voir. Le seul qui pourrait me faire me sentir mieux. Le seul qui pourrait m’aimer et que j’aimerais en retour. Ma main se levai et toquai doucement à la porte. Je sentais mon cœur battre, espérant qu’il soit là.



Dernière édition par Aladdin R. Jayan Dayma le Ven 18 Jan - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptyJeu 27 Déc - 21:21


Pinono' & Ali-Chou Namour (a)
" Lights will guide you home. "

Après une sieste décidément longue je me levais sans trop d'envie de mon lit pour faire à manger. Façon de parler évidemment. Je n'étais pas un spécialiste de la cuisine et à vrai dire cela ne m'intéressais guère mais il fallait bien que je me nourrisse. Vivre seul avait ses inconvénients comme ses avantages. Question désordre j'étais un champion dans la matière mais heureusement il n'y avait personne pour me rappeler à l’ordre. Du moins pour le moment. Il est vrai qu'un tas de vêtements vaguaient au milieu de la pièce ainsi que des boîtes de pizza près de la porte d'entrée n'était pas très glorieux mais après tout comme la cuisine le rangement n'était pas mon point fort. J'enfilais rapidement un tee-shirt avant de me diriger vers la cuisine histoire de réchauffer un reste de pâte. Cela faisait plus de deux semaines que je n'avais pas vu Aladdin. A vrai dire à part quelques SMS que l'on s'échangeaient et des paroles au téléphone sa présence me manquait. Je comprenais parfaitement qu'il était très occupé. Sans parler de sa femme Il y avait de quoi après tout je n'étais pas tout rose dans cette histoire. J'avais le pressentiment que tout allait retomber sur moi tôt ou tard. Mais comment faire face à ses sentiments ? Ce n'était pas si simple. Puis cette fameuse journée sur la plage. Le bruit du micro-onde me fit sursauter. Ses douces pensées m'avait laissé pantois. J'avais appris à mon grand désespoir à patienter. Mais c'était plus fort que moi, je voulais le voir, le sentir et le toucher. Je pris mon plat de pâte avant de m'installer devant la télévision. Décidément cet ennui mortel me déprimait quelque peu. J'avalais ma première bouchée de pâte avant d'entendre quelqu'un frapper timidement à la porte. Je regardais d'un bref coup d’œil l'heure affichée sur mon portable. 20H00. Tiens dont qui cela pouvait-être à cette heure-ci ? Je n'attendais aucune visite et pourtant le fait de ne plus se retrouver seul pendant quelques minutes dans cette pièce me soulageait plus que tout. Sans prendre le temps de poser mon plat de pâte je me dirigeais vers la porte pour ouvrir d'un air interrogateur. C'était lui. Bon dieu je croyait rêver. Sous un juron peu inaudible, je lâchais mon plat de pâte avant d'adresser péniblement quelques mots. "Ali...Ali c'est bien toi ?" J'aurais voulu le toucher mais il était encore trop tôt pour comprendre réellement si c'était tout simplement le fruit de mon imagination ou bien lui. Finalement trop désireux de sentir son corps contre le mien, d'une vivacité presque déconcertante je l'entraînais dans la pièce avant de le serrer contre moi. "Tu m'as manqué...Mais...Mais qu'est-ce que tu fais là ? Tu...Ça va ? J'ai l'impression que tu ne vas pas bien." Mon visage se perdit contre son cou. Je n'avais pas réalisé réellement combien il m'avait manqué. Et son odeur qui me faisait tourner la tête. "Je suis désolé pour le désordre. D'ailleurs en prime je viens de caser un plat remplit de pâte. Comme quoi je suis toujours autant retourné quand je t'aperçois." Il m'était difficile maintenant de me détacher de lui. D'autant plus qu'il devenait ma drogue à chaque instant.
fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptyVen 28 Déc - 1:04

lights will guide you home.
feat. pinocchio de la vie. ♥
La porte s’ouvrit. Je soupirai de soulagement en entendant la clé de la porte tourner dans sa serrure. J’avais peur de me retrouver devant le pas de la porte comme un gueux. De toute façon j’aurais attendu là toute la nuit s’il le fallait. Si mes pas m’avaient conduit jusqu’ici, c’est que je voulais le voir. Je le savais au fond de moi. Je l’aimais bordel. Je vis son visage et j’en étais sûr. Je restai immobile un instant, je ne savais pas trop quoi faire. C’est pas comme si je débarquais à l’improviste à 20h du soir alors qu’on ne s’était plus vu depuis une quinzaine de jours. Se contenter d’appels téléphoniques et de sms pendant tout ce temps avait été dur. Très dur. Mais maintenant j’étais là, devant lui. Et je buguais, comme un con. Un niais que j’étais.

« Ali... Ali c'est bien toi ? » Il était dans le même état que moi. On se regardait dans les yeux, trop éblouis par la présence de l’autre, trop incertains de la réalité pour se décider à bouger. Je parvins à murmurer un faible « Tadaaaa. » avant qu’il ne m’attrape, me tire à l’intérieur de sa chambre et ne saute dans mes bras. J’en lâchai mon sac qui s’écrasa au sol dans un gros bruit sourd, histoire de réveiller les voisins de pallier. En deux secondes, on était dans le canapé, lui blottit contre moi, la tête posé au creux de mon cou. Mon bras était serré autour de ses épaules et je respirais l’odeur de ses cheveux. Elle m’avait manqué à un point tel que je faillis tourner de l’œil (c’est imagé, bien sûr, je ne tourne jamais de l’œil).

Je posai un léger baiser sur le haut de son crâne avant de jouer avec les doigts de sa main pendant qu’il parlait. « Tu m'as manqué... Mais... Mais qu'est-ce que tu fais là ? Tu... Ça va ? J'ai l'impression que tu ne vas pas bien. » J’attendis un moment pour lui répondre. Il me fallait choisir mes mots, les peser. Ne pas dire n’importe quoi. Je savais qu’il s’en voudrait. Alors que je réfléchissais à la meilleure réponse, il me devança. « Je suis désolé pour le désordre. D'ailleurs en prime je viens de caser un plat remplit de pâte. Comme quoi je suis toujours autant retourné quand je t'aperçois. » Je ne pris même pas la peine de regarder autour de moi. « Toi aussi tu m'as manqué, énormément. Et t’inquiète pas, tant que je suis près de toi. Je nettoierai après s'il faut, t’en fais pas. » Je m’arrêtai un instant, je songeai un instant à la question du dois-je lui dire ou me tais-je encore ? et finis par me décider.

« Pino, je… j’ai quitté Jasmine. C’est fini. J’en avais marre de ce mensonge. Je suis parti. C’est pour ça que j’ai un sac avec moi. » Je passai ma main sur sa joue et posai mon front contre le sien. « Mais tu dois pas te sentir mal d’accord ? Cela n’a rien à voir avec toi. Je sais que tu vas psychoter, que tu vas culpabiliser mais tu dois pas. Il y avait un problème entre Jasmine et moi depuis un moment déjà, et c’est seulement maintenant qu’on a osé y faire face. Et tu m’as un peu aidé. Mais tu n’es en rien coupable, ok ? » Mes yeux étaient plongés au plus profond des siens. Je voulais qu’il voie à quel point j’étais sincère. À quel point je pensais ce que je disais. Je connaissais sa nature, je savais qu’il s’en voudrait, qu’il se sentirait forcément à l’origine de cette séparation et qu’il ne le supporterait pas. Il n’aimait pas être à l’origine de problèmes, de conflits ou de toute autre nuisance. Je voulais qu’il comprenne que ce n’était pas le cas. Le seul responsable dans cette histoire, c’était moi. Je n’avais pas réagi assez rapidement face au problème qui était né entre Jasmine et moi.

« Je t’aime, Pino. » lui dis-je dans un dernier souffle avant de sceller notre amour par un baiser. Le plus tendre et le plus passionné des baisers que j’avais jamais échangé.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptyVen 28 Déc - 14:21


Pinono' & Ali-Chou Namour (a)
" Lights will guide you home. "

"Ne t'en vas plus..."Ma tête était toujours enfouit au creux de sa nuque. J'avais peur qu'il ne soit qu'un mirage. Une sorte d'illusion de mon imagination en détresse. Mes mains agrippèrent de force sa chemise. C'était peut-être un geste futile voir démesuré mais je suppliais le ciel de ne pas me l'enlever. C'est avec un naturel presque déconcertant que j'entremêlais mes doigts aux siens. Finalement je pris conscience après plusieurs minutes qu'il était bien là face à moi. Son sourire, ses gestes délicats, la texture de sa peau n'avait rien d’irréel. C'était bien lui. Sans parler de son odeur si familière qui me faisait chavirer dans une sorte d'extase déroutante. Pourtant je sentais que quelque chose n'allait pas. Il n'était pas comme d'habitude. Cette lueur mystérieuse qui généralement brillait spontanément dans ses yeux n'y était pas. J'avais un très mauvais présentement. "Toi aussi tu m'as manqué, énormément. Et t’inquiète pas, tant que je suis près de toi. Je nettoierai après s'il faut, t’en fais pas." Ces paroles ne rassurèrent pas mon inquiétude. Quand au nettoyage il n'était pas urgent de le faire malgré l'état pitoyable de ma chambre. Je relevais songeusement mon visage vers le sien. J'avais besoin que mes yeux se perdent dans la couleur verte de ses yeux. Il m'avait terriblement manqué. J'en ressentais encore la douleur de son absence au creux de mon estomac. "Ali...Que t'arrive t-il ? Je...Je n'aime pas te voir ainsi..." Je caressais alors tendrement ses cheveux ébènes avant de laisser mon visage s'y perdre. "Pino, je… j’ai quitté Jasmine. C’est fini. J’en avais marre de ce mensonge. Je suis parti. C’est pour ça que j’ai un sac avec moi." Que m'avait-il dit ? Instinctivement je me redressais avant de me remémorer les paroles qu'il m'avait adressé. Il venait de quitter Jasmine ? Mais comment...Je commençais à avoir la tête qui tourne. Un poids lourd venait de s'abattre sur mon corps. Je me sentais terriblement mal. Qu'avais-je fais ? Bon dieu qu'avais-je fais ! J'éprouvais d'énormes difficultés à me détendre malgré la douceur de son front contre le mien. "Mais tu dois pas te sentir mal d’accord ? Cela n’a rien à voir avec toi. Je sais que tu vas psychoter, que tu vas culpabiliser mais tu dois pas. Il y avait un problème entre Jasmine et moi depuis un moment déjà, et c’est seulement maintenant qu’on a osé y faire face. Et tu m’as un peu aidé. Mais tu n’es en rien coupable, ok ?" Il me connaissait si bien. Aussi dérisoire que cela puisse être je culpabilisais terriblement. J'avais l'impression d'avoir engendré une catastrophe. Comment allais-je réussir à me regarder dans un miroir après cela ? Puis tout ce poids qui subitement m'avait rongé l'estomac venait de se traduire par des larmes qui perlèrent sur mes joues. Je pleurais. Mais étrangement la culpabilité s'était envolée pour laisser place à une sorte de bonheur indescriptible. J'étais affreusement égoïste, alors qu'il souffrait terriblement tout comme Jasmine. Pourtant mes larmes continuaient de couler. "Ali...Je suis désolé pour...pour tout ce qui t'arrive...Je...C'est ma faute et pourtant...Pourtant je suis heureux....Parce-que...Parce-que je pourrais enfin te voir plus souvent...Et je..." Je me serrais d'avantage contre lui. Il fallait que je cesse ces enfantillages. C'était puéril. "Je t’aime, Pino." Comme-ci tout ceci ne suffisait pas il venait de me porter délicatement le coup de grâce. A cet instant j'aurais pu m'étouffer avec mes propres larmes. Mon cœur était au bord de l’explosion. J'avais tellement attendu. Rêvé, désiré que ses paroles soient murmurées enfin un jour. Maintenant qu'elles venaient d'être prononcées, j'étais comme ahuris. Perdu. "Tu...Tu...M'aimes ? S'il te plaît...Répète encore et encore ces mots..." Je le suppliais presque du regard avant de lui souffler à mon tour à l'oreille que je l'aimais aussi.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptyDim 30 Déc - 21:30

lights will guide you home.
feat. pinocchio de la vie. ♥
« Tu... Tu... M'aimes ? S'il te plaît... Répète encore et encore ces mots... » Il était d’une incertitude attendrissante et irrésistiblement à croquer. C’était ce petit côté fragile que j’aimais chez lui. Comme si je me devais de le protéger des dangers externes, des dangers présents dans le monde tout autour de nous. Et je savais maintenant qu’ils étaient nombreux. Plus même que ce que j’aurais pu imaginer autrefois, même si ceux-ci n’était pas comparables. À Agrabah, tout n’était que question de pouvoir. Combien de brigands avide de prendre le trône n’avais-je pas défait. Ici, c’était autre chose. Les gens cherchaient également le pouvoir, et l’argent. Mais ils ne mettaient pas en place des stratégies loufoques et complexes avec l’intervention de gros bras. Ici, on manipulait les plus naïfs, on détruisait moralement les plus faibles. Et c’était de cela dont je voulais le préserver. Je voulais lui offrir la vie qu’il méritait. La plus belle des vies. Et je savais que c’était chose possible car malgré toutes les atrocités dont souffrait ce monde, il était doté de trésors d’une valeur inestimable.

« Je t’aime, Pinocchio. Je t’aime, bordel, je t’aime. Je t’aime comme j’ai jamais aimé. » Je souriais. Je ne m’étais jamais senti aussi niais rien que part un sourire. C’était horriblement délicieux. Je ressortis ma langue un instant pour m’humecter les lèvres, toujours étirées entre mes deux oreilles. Je caressai sa joue du bout de mon index. Sa peau était douce. L’envie de m’y perdre était aussi forte que celle de me noyer dans le bleu de ses yeux. « Tu te souviens la fois où on a dormi sur la plage ? Même si comme réveil j’aurais pu rêver mieux que Cassio, je dois dire que c’était la plus belle nuit de ma vie. » Mes yeux n’avaient toujours pas quitté les siens. « Tu sais, maintenant que c’est fini avec Jasmine… On a plus à se cacher. » C’était tout ce que je voulais. Vivre notre amour. Je voulais qu’il voie que je n’avais pas honte de sortir avec lui, de l’aimer. Toujours ce problème de confiance en lui. C’était fou. Il n’arrêtait pas de se sentir ridicule. Mon souhait le plus cher était de lui donner assez d’amour pour qu’il comprenne qu’avec moi, il pouvait bien être aussi ridicule qu’il le pensait, je n’en avais strictement rien à foutre. S’il avait été un autre, cette flamme qui brûlait pour lui en moi n’aurait jamais pu naître. « Enfin si c’est que tu souhaites. » Sait-on jamais. Peut-être que je n’avais pas peur que le monde me voie à son bras, mais qu’en était-il de lui ? Pour la première fois, je ressentais ce besoin d’être désirable. J’étais mannequin, je savais que je n’avais pas un physique banal, cela n’avait jamais été le cas mais ce sentiment était présent. Et c’est là que je compris quelque chose de très important. Quelque chose qui me fit prendre conscience que je l’aimais à un point bien plus élever que je n’aurais pu l’imaginer.

J’avais peur de le perdre. Peur que le destin soit assez cruel pour l’arracher à moi. Peur de le voir partir.

Je n’aimais pas cela, avoir peur. Je n’avais jamais eu peur de rien. Jamais. Et aujourd’hui, je craignais de devoir dire au revoir à celui que j’aimais. C’est à cette pensée que ma résolution apparut dans mon esprit claire comme de l’eau de roche : à partir d’aujourd’hui, j’allais tout faire pour le combler, pour nous combler. Tout faire pour que notre Amour vive la plus belle histoire. J’allais vivre ma vie à ses côtés à fond, sans attendre, sans craindre la suite. Je n’allais pas nous laisser gâcher le temps qui nous était offert par des disputes qui nous détruiraient, des conflits inutiles qui ne feraient que parasiter notre bonheur. Nous allions vivre. Je n’étais pas pessimiste ou paranoïaque. J’avais juste choisi d’être heureux.
Mais chaque chose devait arriver en son temps.

« Mon ange, je vais te faire un vrai truc à manger ! Je pense pouvoir me débrouiller avec ce que je trouverai pour te faire quelque chose de comestible. De toute façon, ça sera pas pire que ton plat de pâtes réchauffé qui a fini sur le sol, hein ! » Je le décoiffai en riant. Il était tellement adorable, c’en était perturbant. Et putain, ce que je me sentais mièvre. Mais le pire c’est que j’aimais cela. « Mais je vais peut-être commencer par nettoyer tes dégâts, avant que tu n’en causes d’autres. » Le taquiner était décidément plus fort que moi. Je lui fis un clin d’œil avant de l’embrasser sur le front et de le laisser sur le canapé. Une fois le sol nettoyé, je l’entrainai à ma suite dans l’espèce de mini-cuisine dont était équipée sa chambre et fouillai dans toutes les armoires, histoire de rassembler un maximum de nourriture et de pouvoir trouver un truc facile à faire. « Bonne nouvelle, ce soir t’as droit à du hachis Parmentier ! Le meilleur de tout Fantasia Hill, tu m’en diras des nouvelles. » Une fois le hachis mis au four, je me retournai vers lui, l’attrapai par la taille et le posai sur l’espace de travail de la cuisine. « On a encore un peu de temps avant que ça soit prêt… » Je le dévorais des yeux. Je n’aurais pu demandé une meilleure entrée pour ce repas. J’approchai mon visage du sien, ma bouche alla à son oreille et, dans un murmure, l’invita au pire des vices qui soit : celui de l’amour.

« Embrasse-moi. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptyLun 31 Déc - 2:04


Pinono' & Ali-Chou Namour (a)
" Lights will guide you home. "

Mes larmes coulèrent encore. Ma sensibilité me faisait défaut. Surtout lorsqu'il s'agissait de lui. Mes mains se nouèrent davantage autour de sa taille. Il m'était difficile à présent de me détacher de son corps. Ce corps qui m'apportait sans cesse réconfort. A cet instant je ne désirais que lui. Du moins durant toute ma vie je n'avais jamais autant aimé quelqu'un. Mon âme était d'une délicatesse sans faille qui avait besoin de ses paroles, de sa tendresse pour se sentir en sécurité. "Je t’aime, Pinocchio. Je t’aime, bordel, je t’aime. Je t’aime comme j’ai jamais aimé." Je me sentais défaillir. Mon esprit devenait de plus en plus flou comme-ci il s'éparpillait en bride de pensée. Je me raccrochais tant bien que mal à sa taille. Une vive chaleur s'empara de tout mon être. Je me sentais terriblement bien enfouis au creux de ses bras. Loin de toute colère, de toute douleur, de tous soupçons. Le bonheur. Si je pouvais donner une définition je pense que c'était ce que je ressentais en ce moment même. Mes larmes s'étaient lâchement empresser de sécher sur mes joues. "Je crois que je vais devenir fou..." Effectivement je perdais toute lucidité. J'étais à la fois transporté par la sincérité de ses paroles et cette passion qui se lisait dans ses yeux. A cet instant j'étais heureux. Parce-que qu'il ne voulait que moi. J'étais le seul présent dans son esprit. L’égoïsme me rongeait toute preuve de compassion. J'en avais déjà oublié Jasmine. Affreux. Trop indélicat pour que je puisse réellement m'en rendre compte. "Tu te souviens la fois où on a dormi sur la plage ? Même si comme réveil j’aurais pu rêver mieux que Cassio, je dois dire que c’était la plus belle nuit de ma vie." Si il savait comme j'en avais rêvé. Du moins depuis deux semaines je n'avais pas sentis son corps près du mien. Cette solitude m'avait pesé sur le cœur. Alors lorsque je souffrais la pensée de cette fameuse nuit à la plage me redonnait espoir. Par moment j'avais l'impression que mon corps s'était imprégné du sien. "Oui. La seule nuit où mes rêves n'étaient pas baignés de cauchemars. Je veux encore passer des nuits comme celle-ci endormis dans tes bras. J'ai eus l'impression que les battements de ton cœur me berçait." Je souris en repensant à Cassi qui s'était subitement retrouvée sur la plage. Au moins elle n'avait pas perdu la vue. Je me décalais légèrement de lui afin de lui faire face. Du moins avec difficulté car je rougissais sans cesse. Mais je voulais voir son visage et toutes ses expressions qui le rendait terriblement séduisant. A chaque fois qui m'adressait un sourire je sentais des picotements me chatouiller l'estomac. L'amour. L'amour et définitivement l'amour. "Tu sais, maintenant que c’est fini avec Jasmine… On a plus à se cacher." Je l’observais attentivement. A vrai dire je ne voyais pas du tout où il voulait en venir. On avait passé notre temps à nous cacher du moins lorsque l'on se voyait ce qui était extrêmement rare. Je n'aimais pas ces moments là. Je les haïssais. Parce-qu'il fallait toujours faire attention aux regards des gens autour de nous. "Enfin si c’est que tu souhaites." Pour la première fois je percevais de l'hésitation dans sa voix. Comme-ci il n'était pas sûr de lui même. Étrange Aladdin qui perdait confiance en lui ? Sa question était stupide. J'étais prêt à rester le restant de mes jours avec lui. Je ne voulais plus me cacher. Tout sauf cela. Je me relevais subitement du canapé et d'une voix plus que allègre je rajoutais de vive voix. "Évidemment ! Je ne veux plus me cacher Ali...J'ai trop souffert. Je veux réellement pouvoir dire à tout le monde que je sors avec toi. Que je t'aime. Qu'il n'y a que toi. Je veux te tenir la main. J'ai vraiment besoin d'éprouver se sentiment de complaisance. Sache qu'il n'y a que toi qui peut me l'apporter." J'en avais sans doute trop dis. Mais pendant plusieurs semaines j'avais ruminé toutes ses paroles qui m'avait rendu mélancolique. J'avais cru que ce moment n'arriverait jamais. Qu'on allait me retirer sans que je puisse me défendre. J'en pleurais parfois la nuit. C'était bien trop dur d'être amoureux. Du moins en cet instant tout venait de s’éclaircir. Allais-je réellement être à la hauteur ? "Mon ange, je vais te faire un vrai truc à manger ! Je pense pouvoir me débrouiller avec ce que je trouverai pour te faire quelque chose de comestible. De toute façon, ça sera pas pire que ton plat de pâtes réchauffé qui a fini sur le sol, hein !" Je n'osais lui dire que je n'avais plus faim. Que ma faim venait d'être comblée par sa subite venue. Que je ne voulais que lui. Qu'il n'avait pas besoin de cuisiner quoique se soit. J'aurais voulu lui interdire de bouger par peur qu'il disparaisse. C'était tellement stupide ! Mais je l'observais ramasser mon assiette casée et s'empresser par la suite de trouver quelque chose comestible dans la cuisine. Je le trouvais énormément attendrissant. Et pour la première fois j'osais enfin au plus profond de mon être avoué que j'avais envie de lui. Mon dieu j'en rougissais. Que m'arrivait-il donc ? Ma pudeur venait de s'envoler en quelques secondes quand à mon innocence elle faisait toujours autant barrage. Cependant une question vint me tarauder l'esprit avant que je sois pris à nouveau de vertige lorsque son souffle frôla mon oreille. "Ali...Tu veux dormir ici ? Enfin...Même pour toujours...Enfin ce que je veux dire c'est que...Tu veux t'installer avec moi ici ? C'est pas le grand luxe tout comme ma cuisine mais au moins tu seras au chaud." Je n'attendais aucune réponse de sa part j'étais déjà pris dans une sorte de piège envoûtants qui me poussait au vice. "Embrasse-moi." Je suivis sans réfléchir cet ordre. Étant donné que je venais d'être soulever sans effort sur l'un des buffets (à ma hauteur comme par hasard) qui longeait la cuisine mes jambes se nouèrent sans aucune hésitation comme-ci elles étaient aussi guidées par l'envie autour de sa taille. Mes mains caressèrent à leur guise ses cheveux avant que mes lèvres frôlent enfin les siennes. Un gémissement de béatitude s'échappa de ma bouche sans que je puisse réellement le contrôler. Une fois que j'étais lasse d'impatience mes lèvres s'attachèrent sauvagement contre les siennes. La passion que j'éprouvais pour lui en devenait incontrôlable. Je n'étais plus maître de mes mouvements. Je m'accrochais davantage à ses cheveux. Ma langue finit par se perdre contre la sienne. Certes le baiser était peut-être maladroit mais les sentiments y étaient. Je perdais tout sens de la réalité. A cet instant il pouvait faire tout ce qu'il voulait de moi. J'étais à lui.
fiche par century sex.


Dernière édition par Y. Pinocchio Castello le Jeu 17 Jan - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptyLun 14 Jan - 2:25

lights will guide you home.
feat. pinocchio de la vie. ♥
« Évidemment ! Je ne veux plus me cacher Ali...J'ai trop souffert. Je veux réellement pouvoir dire à tout le monde que je sors avec toi. Que je t'aime. Qu'il n'y a que toi. Je veux te tenir la main. J'ai vraiment besoin d'éprouver se sentiment de complaisance. Sache qu'il n'y a que toi qui peux me l'apporter. » Je souriais. Mon visage rayonnait de mille feux, et même pas parce que j’avais pris le temps de me préparer ou quoi que ce soit (de toute façon, avec la dispute et la marche que je m’étais tapé, je ne devais plus ressembler à rien). Mes ces simples mots qu’il prononça eurent assez de force pour effacer momentanément les cernes qui creusaient mon visage depuis quelques jours. L’espèce de tristesse qui s’était installée dans mes yeux s’était envolée en une fraction de seconde. J’allais enfin pouvoir être heureux, vivre mon amour comme je le souhaitais mais surtout, pouvoir le rendre heureux comme il le méritait. Je l’embrassai encore une fois. Putain, je devenais tellement niais. C’était désespérant. Mais qu’est-ce que j’aimais ça. « Je t’aime, Pino. Je t’aime tellement… t’as pas idée. J’ai envie de le taguer sur les murs, de sonner à toutes les portes, de le hurler au visage de tous ceux qui m’ouvriront, de le faire écrire dans le ciel, de me le tatouer sur le front comme ça tout le monde le voit, je t’aime, je t’aime, je t’aime. » Et encore une fois mes lèvres rejoignirent les siennes.

« Ali... Tu veux dormir ici ? Enfin... Même pour toujours... Enfin ce que je veux dire c'est que... Tu veux t'installer avec moi ici ? C'est pas le grand luxe tout comme ma cuisine mais au moins tu seras au chaud. » Je fronçai un sourcil (je ne sais pas pourquoi, je n’arrivais jamais à froncer les deux en même temps). Mes yeux clignèrent plusieurs fois, alors que le coin droit de ma bouche remontait doucement en un sourire et que mes lèvres s’entrouvrirent légèrement. Je ne savais pas quoi dire. Je ne trouvais pas les mots. Je voulais accepter mais plus aucun son ne voulait franchir le seuil de mes lèvres. Je buguais complètement, de partout. Plus aucun membre ne répondit pendant un moment. J’avais atteint le sommet, l’apogée. Pino, mon Pino, qui me proposait de m’installer avec lui. Haaa. Respire, Ali, respire. Doucement. Voilà comme ça. Hem. C’était bien la première fois que je me mettais dans des états pareils. Dans des moments pareils, je réalisais qu’en effet, je ne m’étais pas trompé.

« Pino, je… Oui. Oui, je le veux, oui. Oui, oui, et encore oui. Je veux vivre avec toi. Et j’en ai rien à foutre que ça soit pas un palace, qu’on soit serré, qu’on soit collé l’un contre l’autre dans la salle de bain à cause de sa taille ou même que tu doives dormir sur moi. Je m’en fous. Je veux être avec toi. Je veux vivre avec toi, je… Oui. » Mes bras se serrèrent autour de sa taille, alors qu’il était sur le plan de travail. Nos lèvres dansaient ensemble, ses jambes étaient croisées dans mon dos. J’aimais cette position, je ne savais pas pourquoi. J’avais du mal à me retenir de la dévorer sur place. Je sentais ses mains dans mes cheveux et mes lèvres sourirent contre les siennes. Nos langues jouaient, se cherchaient. Mes mains se glissèrent sous son t-shirt, sans que je les contrôle. Elles caressèrent son torse avec envie. Je le sentais un peu maladroit dans son baiser, et je ne pouvais m’empêcher de fondre tant je trouvais cela adorable. Elles le remontèrent lentement et il se retrouva torse nu devant moi. Je dus les empêcher de le lui arracher. Mes lèvres allèrent se perdre dans son cou, laissant une marque violacée assez prononcée que je n’avais pu m’empêcher de créer. Il était mien. Mes dents lui mordillèrent la peau et redescendirent le long de sa clavicule. Je m’arrêtai, me disant que j’allais peut-être un peu vite pour lui.

« Heu… pardon mon cœur. Je me hâte un peu, ha ha. Je veux pas que tu te sentes forcé. » Je l’embrassai délicatement, juste nos lèvres qui se rencontrent. Ni plus, ni moins. Et je lui souris, le visage penché sur le côté. Je l’observais. J’admirais sa beauté, ses fossettes quand il souriait, son petit nez en trompette que je mangerais bien, ses yeux marrons, ses lèvres irrésistibles, ses cheveux châtains qui narguaient mes mains. Dieu, il était magnifique. Tellement mignon…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptyVen 18 Jan - 16:21


Pinono' & Ali-Chou Namour (a)
" Lights will guide you home. "

L'amour ce sentiment unique que nous ressentons à n'importe quel moment de notre vie. Ce sentiment si intense qui nous fais perdre toute logique et qui nous rends peu à peu dépendant de la personne aimée. Ces ressentis profonds qui me pousse à des pulsions affectives au point d'exploser. Je l'aimais tellement au point de devenir fou. Ma passion se mêla à la sienne ce qui me fit perdre pied. Je tremblais de manière incontrôlable. Je me raccrochais encore une fois à ses épaules. Il n'en avait peut-être pas conscience mais j'éprouvais du désir. Trop de désir. Évidemment je me cachais de lui dire étant donné que j'étais quelqu'un de plutôt réservé. Du moins pour le moment. Une personne m'avait autrefois dit qu'il n'y avait rien de mal à exprimer ses sentiments de manière plus tactile. Certes, elle n'avait pas tort. Mais voyez-vous il était encore difficile pour moi d'accepter ce côté sauvage caché au plus profond de mon être. Il n'avait pas cesser de me dire qu'il m'aimait au point de le hurler à tout le monde. Je m'imaginais déjà le visage ébahis des gens autour de nous. Ce qui me fit sourire. Son enthousiasme et sa joie de vivre le rendait définitivement adorable. Il n'en avait d'ailleurs pas conscience non plus. Du moins les gens le faisait passer pour le bellâtre de service (qui entre nous n'était pas faux) sans cervelle. Croyez moi que cela me mettait tellement en colère ! Juger sans réellement apprendre à connaître la personne. J'étais peiné de voir à quel point les gens étaient cruels. Aladdin était tout simplement l'inverse de cette comparaison. Certes il était beau même plus que beau mais contrairement à ces opinions stupides il avait un cerveau. Je cessais enfin toutes ces réflexions qui n'avait pas lieu d'être. Je me concentrais de nouveau. Sur lui. Sur ses lèvres, ses doigts qui caressaient mon corps. Jusqu'à ce que sa voix résonne à nouveau dans mon esprit. Et mon dieu quelle voix..."Pino, je… Oui. Oui, je le veux, oui. Oui, oui, et encore oui. Je veux vivre avec toi. Et j’en ai rien à foutre que ça soit pas un palace, qu’on soit serré, qu’on soit collé l’un contre l’autre dans la salle de bain à cause de sa taille ou même que tu doives dormir sur moi. Je m’en fous. Je veux être avec toi. Je veux vivre avec toi, je… Oui." Hum...? J'avais des difficultés à retenir toute mon attention sur les paroles qui venaient de prononcées. Mon regard c'était perdu sur ses lèvres. J'étais attiré inévitablement par elles. Du moins mon visage se penchait vers lui avec un automatisme étonnant. Je déglutis péniblement avant de me rendre compte de mon geste. "Tu...Tu.. QUOI ?" J'avais enfin remis un peu d'ordre dans mes idées pour me rendre à l'évidence. Il avait dis oui. Bon ce n'était pas une demande en mariage évidemment ! Mais j'avais le droit quand même de me mettre dans cet état. J'étais plus ou moins abasourdis. A vrai dire je ne pensais pas qu'il allait me donner une réponse assez rapidement. J'aurais cru qu'il aurait besoin de réfléchir un peu avant. Je mettais encore tromper. Une nouvelle fois je venais d'être pris de court. Lui et moi ensemble. Dans le même appartement, la même pièce, le même lit. Je baissais la tête mes pensées étaient bien trop embarrassantes pourtant j'étais encore rongé par ce désir. Ce désir qui ne voulait plus partir. Puis tout bascula de nouveau. Je découvris encore ses lèvres qui m'enivraient. Je sentais les muscles de ses larges épaules bouger au rythme de ce baiser. Ce baiser emplit d'amour mais qui avait une toute autre allure. Je perdais le fils de mes pensées. Ma langue se fit plus sauvage cherchant à être comblée par la sienne. Ma maladresse le fit sourire mais j'en voulais toujours plus. Encore une fois je me surpris à intensifier le baiser. Mes lèvres en demandaient toujours plus. Le désir se transformait peu à peu en soif inassouvie. Haletant je repris mon souffle. Mon esprit était transporté dans une sorte de transe inexplicable. La bouche entrouverte je laissais échappé quelques plaintes de plaisir après que ma nuque soit prise d'assaut. Étrange sensation. Bien trop étrange mais tellement bonne. Je ne comprenais toujours pas ce qui m'arrivait. Mes joues étaient en feu. D'ailleurs mon corps l'était aussi. J'avais l'impression d'être dans un saunât. Puis tout s'arrêta et je me surpris à être déçu. "Heu… pardon mon cœur. Je me hâte un peu, ha ha. Je veux pas que tu te sentes forcé." Hein ? Mon dieu. J'avais honte. Trop honte pour admettre que tout n'allait pas vite. Que j'en avais envie comme lui. Je n'allais tout de même pas brûler en enfer à cause de ceci ? A cause que j'avais tout aussi envie de lui. La sonnerie du Micro-Onde retentit. Et pour une fois je m'en fichais royalement. Je j'étais un coup d’œil discret à un endroit précis que je me garderais de révéler pour le moment. (Oh punaise The Suspens XD MOUHAHAHAHA *sbaff*) Je voyais déjà Aladdin se diriger vers le Micro-Onde. Je ne savais quoi répondre. Je le retins par le bras délicatement. Sans réellement le regarder dans les yeux je lui murmurais de manière peu audible "Attends" avant de déboutonner mon pantalon. Il n'y avait rien à dire de toute façon en l’occurrence il devait avoir compris.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptySam 26 Jan - 1:01

lights will guide you home.
feat. pinocchio de la vie. ♥
« Tu... Tu… QUOI ? » Je souris. Mes mains ont attrapé sa nuque et ont scellé nos lèvres, une fois de plus. En me détachant, j’embrassai rapidement le bout de son nez. « J’accepte. On vit ensemble à partir de maintenant. » Ma bouche s’est étirée en un sourire et j’ai senti que celui-ci ne me quitterait plus avant longtemps. Ca peut paraître débile. Personnellement, je pense que c’est juste ce que nous fait ressentir l’amour. Le fait qu’on soit heureux avec l’autre. Que toujours, on gardera le sourire, pour la simple raison qu’il reste là, à nos côtés, à nous soutenir, nous supporter dans quoi que l’on fasse. C’est ça l’amour. C’est savoir que peu importe d’où on vient et où on va, le chemin, on le fait à deux. Et c’est le sentiment que j’ai avec Pinocchio.

La sonnerie du four à micro-ondes a retenti et j’allais me diriger vers lui quand je sentis la main de Pino sur mon bras. Je me suis retourné vers lui, ne comprenant pas vraiment. Ou plutôt… douteux de ce que j’avais compris. « Attends. » J’ai suivi ses gestes du regard et l’ai regardé s’affairer sur le bouton de son pantalon. J’ai souri, une lueur d’excitation brûlant dans mes yeux. Je l’avais déjà rejoint. Alors que nos langues dansaient dans un tango endiablé, mes mains avaient déjà vite fait de lui ôter son pantalon et de l’envoyer à travers la pièce. J’ai attrapé le lobe de son oreille entre les dents. Mes lèvres ont rejoint son cou. Elles en ont suivi la descente jusqu’à sa clavicule, et ont continué à aller plus bas. Elles se sont refermées sur son téton (ce mot est moche mais je refuserai d’appeler ça un « bouton de chair » ou quoi que ce soit d’autre). Ma langue a joué avec lui, mes mains se sont amusées dans son dos, les siennes dans mes cheveux. J’ai entendu un soupir. Ca a fait monter l’excitation en moi à une allure folle.

Ma langue a continué de descendre, laissant un sillage humide sur ses abdominaux finement dessinés. Elle a tourné dans son nombril et fini par un trait qui s’est arrêté juste au bord de son caleçon.

« Mon cœur… tu en es sûr ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptyVen 1 Fév - 12:39


Pinono' & Ali-Chou Namour (a)
" Lights will guide you home. "

Je me débattais péniblement avec les boutons de mon pantalon. A vrai dire je n'avais jamais trouvé cela bien compliqué de dégrafé un stupide bouton. Mais vue la situation dans laquelle je me trouvais, j'avais perdu toute dextérité. Mes mains tremblèrent et je me sentais idiot. Je découvrais de nouveau ce corps chaud contre le mien. Ce corps qui me faisait perdre tous mes moyens. Je relevais légèrement la tête avant d’apercevoir deux magnifiques iris noisettes m'observer. "J’accepte. On vit ensemble à partir de maintenant." C'était donc cela le bonheur ? Cette sensation agréable qui vous chatouillait de manière indescriptible la peau. Cette délicieuse boule dans l'estomac qui s’intensifiait au fur et à mesure de ses sourires. Et cette joie infime que je percevais à chaque fois qu'il caressait ma peau d'une manière affectueuse. Je ne rêvais plus. J'avais pris conscience de la situation. J'allais enfin pouvoir me réveiller dans ses bras, sentir son souffle chaud contre mon corps et entendre ses rires résonner contre les murs de cet appartement. Je perdis très vite le fils de mes pensées lorsque sa langue reprit le contrôle de mes lèvres. Mes mains vinrent se poser rapidement sur son visage pour accentuer l'ivresse de se baiser. Je ne lui résistais plus. J'étais bien trop désireux de ressentir toutes ses sensations nouvelles bouleverser mes sens. Je ne dissimulais plus mes soupirs impudiques lorsque ses lèvres descendirent chatouiller mon oreille ainsi que ma nuque. Ma voix rauque se fit à nouveau entendre entre ces quatre murs. Je n'aurais jamais imaginer qu'une légère morsure libidineuse pouvait me faire autant d'effet. A croire qu'il venait de trouver un autre point sensible. Mon corps lui appartenait. Il n'y avait aucun doute la dessus étant donné que c'était le seul à me procurer autant de sensation à la fois. Il me connaissait par cœur et savait en jouer. Il savait la manière de me faire perdre la tête, de m'enivrer avec sa voix, son odeur, ses gestes doux dénués de toute maladresse. Il me rendait passionné, déraisonnable. Il n'y avait plus de barrière si bien que mes mains se glissèrent à nouveau dans ses cheveux pour accompagner ses lèvres tout le long de ma poitrine. Je ne portais plus qu'un malheureux caleçon. Malgré le peu de chauffage qui régnait dans la pièce je me sentais bouillir inexorablement. Mon cœur tambourinait de manière brutale contre ma cage thoracique. L'exaltation me plongeait dans une sorte de transe dans laquelle je n'étais plus maître de mes mouvements. Tout devenait de plus en plus flou à chaque fois que sa langue traçait des lignes imaginaires sur mon torse avant de se perdre sur mes tétons. (Ouais c'est clair c'est moche mais c'est ça ské bon ! *sbaff*) Mes yeux se rouvrir précipitamment surpris par l'effet de ce nouveau émoi. Tout devenait de plus en plus délicieux lorsque sa bouche parcourait inlassablement mon corps. Je soupirais encore et encore sans réellement savoir comment m'arrêter. Mes mains devenaient de plus en plus imposante pressant sa chevelure de manière désordonnée. Je voulais lui avouer intimement qu'il pouvait continuer autant de fois qu'il le souhaitait j'étais déjà esclave de ses moindres gestes. Mon tortionnaire continua de plus belle jusqu'à légèrement frôler à l'aide de son souffle chaud un endroit sensible de mon anatomie. Des frissons incontrôlés parcourent mon échine. C'était quoi encore ce ressentis étrange qui me rongeait le bas de l'estomac ? "Mon cœur… tu en es sûr ?" Sa voix me paraissait lointaine. Comme-ci je venais de rejoindre un autre monde. Hum ? Je reprenais difficilement mes esprits. Mes yeux ne voulaient plus s'ouvrir. Je voulais me remémorer chaque sensation qui avait parcourus mon corps à chaque fois qu'il me touchait. Je désirais affluer mes sens. Je voulais imprégner mon esprit de toutes ses souvenirs passionnels. Une de mes mains caressait le haut de ses épaules. J'avais l'image de sa peau nacrée en tête. Toujours décider à rester les yeux fermés je lui murmurais d'une voix enrouée. "Ne t'arrête sous aucun prétexte." Étais-ce la première fois que je parlais durement comme un homme ? Je ne ressentais plus aucune honte, plus de aucune pudeur. Je pinçais inexplicablement ma lèvre inférieure avant de jouer de nouveau avec les cheveux de Aladdin.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. EmptyJeu 23 Mai - 17:26

Près de 4 mois d'inactivité, j'archive [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. 1823284050
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. [HOT] PINALI ∞ lights will guide you home. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[HOT] PINALI ∞ lights will guide you home.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-