AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -31%
Climatiseur réversible mobile BEKO BX112H (3400 ...
Voir le deal
449 €

Partagez

EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. Vide
EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. Vide
EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. Vide
EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. Vide
EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. Vide
EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. Vide
 

 EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EmptyLun 31 Déc - 20:14



EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure... feat October, mon professeur

Quelle journée, surtout la fin, je n’ai vraiment pas eu de chance et du coup je me sens pas du tout en forme. Et puis mon regard se pose sur le soleil qui se couche, doucement le ciel se tinte de mille couleurs, du rose, d'orange, du jaune, du rouge. C’est une vraie merveille. J’ai l’impression de plonger dans un arc-en-ciel, une douceur m’envahit. La chaleur des derniers rayons caresse mon visage, cela me réconforte un peu. Mais une larme coule doucement sur mes jours et je sens comme un petit pincement dans mon cœur. Pourquoi regretter ma vie d’avant, celle-ci a tellement à m’offrir. Il faut dire qu’entre le fait d’être une pantoufle de verre et une jeune fille faite de chair et de sang, il n’y a pas photo. Même si cette pantoufle est sortie d’une baguette magique, qu’elle a été au pied d’une belle fille qui a vu son vœux le plus cher exaucé, même si cette pantoufle trônait sur un cousin royal en velours rouge. Comment regretter ? J’étais seule, froide, un peu oublier. Alors que maintenant j’ai des amis, ma vie est faite de rire, de joie, d’accord de larmes aussi parfois. Mais je ne m’ennuie jamais entre mon métier que j’adore, mes cours de rattrapage avec October, mes aventures folles avec Balto, mes journées shopping avec Ruby, mes jeux de séductions avec Yoëv, mes chamailleries avec Eerin, mes longues discussions avec Khalida. Que de moments merveilleux me donnent cette nouvelle vie. Et je sais que bien d’autres encore m’attendent. Alors pourquoi cette larme ? Pourquoi ce pincement au cœur ? Ai-je peur que le sort s’inverse, que le charme soit rompu et qu’à nouveau je redevienne la pantoufle de verre sur un cousin de velours rouge désespérément seule. Même si Cendrillon s’occupe de moi en me faisant briller tous les jours. Non, je ne veux pas repartir. Mais je sais qu’au fond de moi ce n’est pas cela qui me chagrine, non c’est une chose bien pire encore en tout cas pour moi, C’est sur que d’autre trouveront cela bête et futile mais moi j’en rage au point de pleurer.

Le ciel est teinté d’un bleu profond, la nuit est tombée et je me sens si triste. Pourquoi faut-il que ça m’attriste autant ? Et pourquoi faut-il que cela m’arrive à moi ? Je la voulais tant, j’en rage. Rien que dit penser je me mets à pleurer. Elles étaient faites pour moi et pas pour cette vieille peau. Flûte et re-flûte pour rester polie. Non je ne pleure pas sur ma vie d’avant, mais sur le fait qu’une vieille m’a piqué, juste sous mon nez, une paire de talons aiguilles superbes. Ca aurait dû être ma cinquième paire de chaussures à talons aiguilles. En tout, je dois en avoir une bonne centaine. De chaussures hein, pas de talons. En tout cas, j’ai le moral à zéro, faut pas que je reste seule, je vais déprimer sinon, même si c’est déjà le cas. Mais franchement que va-t-elle faire de ces chaussures c’est pas du tout son style, elle était faite pour des charentaises pas des talons de cette classe. Et si je contactais une de mes amies, pour partager ma douleur. Voyons voir téléphone portable, October me conseille plutôt les sms dans les cas d’urgence et là, c’est un cas d’urgence. Je pourrais en envoyer un à October, un à Khalida, un à Eerin et un à Ruby. Il y en a bien une qui sera libre pour venir me remonter le moral et sécher mes pleurs, n’importe là quelle, je ne suis pas difficile. Evitons les garçons, ils ne comprendraient pas ce genre d’hystérie et je n’ai pas envie d’écouter leurs blagues ou de participer à leurs jeux de fou, en tout cas pas à ce moment précis. Bon écrivons le petit message.

Au secours. Grave coup de cafard. Besoin de toi en urgence. RDV à notre bar pour noyer mon chagrin dans un verre. Pas le courage de rester seule ce soir. Pitié. STP.

Message envoyé, en attendant la réponse je vais poser mes yeux sur la vitrine du magasin de chaussures, d’en regarder quelques paires je vais peut être me sentir mieux. Olala, je revois encore c’est beaux talons à leur ancienne place, bouh, je les voulais tant. Pitié qu’une me réponde, sinon je vais m’effondrer comme une crêpe, enfin le téléphone vibre c’est le signe d’une réponse. J’appuie pour lire le message pour voir qui c’est et flute je l’ai effacé, c’est vraiment pas ma journée. Qui peut bien m’avoir répondu, j’essaye toutes les touches pour retrouver le message, mais je n’y arrive pas. Je vais craquer, non je craque et les larmes arrivent par grosse vague. Tant pis je file au bar et je verrais bien qui vient, là j’ai besoin d’un verre, un bon jus d’orange ou bien d’ananas, en attendant que je passe aux choses sérieuses avec un cocktail super hyper alcoolisé. Mais cela je ne le ferrais que lorsque je serais accompagnée. Ah le téléphone re-vibre, bon attention de ne pas faire la même bêtise. Oh super chouette c’est ….OCTO.
code par (c) eylika. photo de we heart it.



Dernière édition par C. Irina Glass-Shoe le Dim 20 Jan - 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EmptyVen 18 Jan - 17:53


L’aube commence à se pointer, une autre journée à vivre dans ce monde qui n’est pas le mien. Certain arrivent à aimer Fantasia Hill mais moi, j’ai du mal. J’ai perdu quasiment tout les personnages de mon conte, sauf mon fils, mon cher Pino. Mais cela ne fais pas quelques mois que j’ai enfin retrouvé mon fils … Or, je n’arrive pas totalement à me reconstruire, une part en moi a besoin d’eux pour être enfin moi. Mais, je ne pouvais être moi si je ne peux plus exercer ma précieuse magie, sans elle, que suis-je ? Seulement une femme, une simple mortelle. Rien. Je me réveille dans mon lit, je suis seule. Solitaire, comme une louve, douce comme une brebis, gracieuse comme un cygne. Je m’étire avec un sourire niché sur mes lèvres rosées. Mon ventre hurle famine, il est temps pour moi de me restaurer et de nourrir mon ventre. Je vais dans la cuisine, les enfants seront-ils là ? Je ne sais pas, il faut dire que depuis quelques mois, mes filles comme mon fils ne sont pas souvent à la maison, je ne les blâme pas, ils ont le droit de faire leur vie même si cela doit m’inquiéter énormément. Je devrais organiser un repas de famille pour qu’on puisse parler, oui ! Je dois le faire. Je mange quelques pancakes, je les savoure avec délice et je ferme les yeux pour mieux ressentir ce plaisir qui peut digne d’un pèche capital. Je daigne enfin à les ouvrir. Je regarde la cuisine, et je ne sais pas pourquoi mais je ressens l’envie de faire les courses. Or, pour cela, je dois d’abord me prendre une douche et me préparer. Imaginez, un instant que je sors avec un pyjama, les gens vont me regarder d’un drôle de façon et je ne veux pas être la risée de Fantasia Hill. J’ai une réputation à tenir, moi. Quelques minutes après cette réflexion, je suis lavée et habillée et donc prête pour faire des courses. Je me rends après au centre commercial, par quoi commencer ? C’est tellement grand ici que je ne sais pas ce que je dois acheter dans un premier temps. Je savais que j’aurais du faire une liste avant d’y aller. Quelle idiote ! Bon, j’imagine que je dois me débrouiller sans celle-ci. Je vais donc commencer dans un premier temps, par les fruits et légumes, j’en trouve quelques uns, ceux de saison. Puis, je les mets dans les caddies. Ensuite, je cherche d’autres aliments. Après ceci, je termine mes courses, par quelques produits essentiels comme les produits de beauté, les produits d’entretient et d’autre. Je finis mes courses et je décide qu’il est grand temps de payer. Je vais à la caisse, ce n’est point la première fois que je paye ici, non. Je parle avec la vendeuse quelques minutes pendant qu’elle passe les achats sur le tapis roulant et qu’elle les entre dans sa machine. Je crois qu’elle sert celle-ci à calculer chaque produit puis à les ajouter pour faire une somme, celle-ci, je la paye en liquide. Je paye et je retourne chez moi. Je range les courses avec soin et je décide de faire la cuisine. Je prépare le repas, je mange par la suite. Que vais-je faire aujourd’hui ? Pas grand-chose, j’en ai peur. Je décide de lire des romans qui sont dans ma bibliothèque, je choisis celui de mon conte, je lis sur ma chaise à bascule. Et je sombre dans un rêve, un rêve coloré. Soudain, je me réveille, adieu rêve ! Bonjour la réalité. Je vois mon portable vibrer sur la table de chevet, qui donc m’a envoyé un message ? Je découvre le message.

Citation :
Au secours. Grave coup de cafard. Besoin de toi en urgence. RDV à notre bar pour noyer mon chagrin dans un verre. Pas le courage de rester seule ce soir. Pitié. STP.



Je dois l’aider, il faut que je l’aide. Je garde mes vêtements et je décide d’aller à rhumerie pour aider mon amie. Mais avant, je lui téléphone « Allô, Irina, j’arrive dans un petit moment, ne bouge pas ! » Quelques minutes après avoir appelé la jeune femme, je suis là-bas avec elle, je la vit et je m’approche d’elle, je la serre dans mes bras, affectueusement. Puis, je la relâche doucement et je la regarde avec gentillesse.

October ▬ Qu’est-ce qui s’est passé ? Dis-moi tout ! Ne me dis pas que tu as craqué sur des bottes et que quelqu’un les as prises ?

Je sors une boite de mouchoirs et je lui donne un. Je lui donne deux carrés de chocolat. Un serveur s’approche de nous. Il nous regarde et nous tends les commandes. Puis, il part sans un mot. Je pose mon regard sur Irina.

October ▬ Je suis là ! Tu te rappelles de mes chaussures rouges à talons hauts, je te les offre ! Ils sont pour toi.

Je me demande si cela va lui faire plaisir … Je n’aime pas voir mes amis pleurer, j’aimerais tant les aider plus que leur parler ou donner des conseils, mais je n’ai pas de pouvoir pour certains de leurs vœux.

October ▬ Que veux-tu boire ? C’est moi qui paye !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EmptyDim 20 Jan - 21:36



EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure... feat October, mon professeur


«Allô, Irina, j’arrive dans un petit moment, ne bouge pas !» « Pas de soucis je t’attends de toute manière je n’ai pas le courage de me retrouver seule. » Je rentre donc dans le bar et je commande un jus d’orange en attendant October. Enfin la voilà, elle me prend dans ses bras rien que ce geste me fait énormément de bien, ça me soulage un peu. « Qu’est-ce qui s’est passé ? Dis-moi tout ! Ne me dis pas que tu as craqué sur des bottes et que quelqu’un les as prises ? » Elle sort de son sac une boite de mouchoirs multicolores, celle où s’alterne les jolies couleurs de l’arc en ciel, j’en prends un jaune, puis un bleu, puis un rose, un violet, je me demande si je vais enfin arrêter de pleurer. Heureusement que la boite est pleine, pas de risque de tomber en panne, et de nouveau un jaune, ah un vert. Octo, me donne aussi deux carreaux de chocolat, c’est vrai que c’est très bon pour le moral surtout le noir, moi j’adore le chocolat c’est un des aliments qui ne me pose pas de problème à manger et puis il y en a tellement de sorte différente. Je la remercie en lui adressant un joli sourire, mes yeux doivent être tout bouffit à force de pleurer. « Oui c’est un peu ça, c’était une superbe paire de talon que j’avais repéré, et une vieille peau est passée devant moi et bam plus de paire de talon, j’en rage. » Et de nouveau un flot de larme submerge mon visage, je reprends un autre mouchoir tient un bleu. « Je suis là ! Tu te rappelles de mes chaussures rouges à talons hauts, je te les offre ! Ils sont pour toi. » Ce qu’elle me dit fait vite partir mes idées noires, elle est adorable prête à me donner une paire de ses chaussures pour me faire oublier mon chagrin. « Octo, non voyons ce n’est qu’une paire de chaussure, j’avais qu’à les prendre la première fois que je les ai vu. Et tes bleus tu me les donnerais, je veux dire à la place des rouges. Non je rigole, c’est surement le jus d’orange. » Un serveur revient nous voir pour notre commande. « Que veux-tu boire ? C’est moi qui paye ! » Oui boire un verre, maintenant que je ne suis plus seule je peux passer aux choses sérieuses et oublier ma peine en la noyant dans l’alcool. « Un cocktail, bien fort s’il vous plait, de quoi me faire oublier. »

Je regarde October, d’un air de dire tu n’as rien de prévu, car moi je ne suis pas prête de rentrer, j’ai bien l’intention de faire valser les verres et de vider mon cœur de toute sa tristesse. Je sais une paire de chaussures et bien oui, vous comprendriez si vous étiez addict aux chaussures, c’est ma drogue à moi, elle est moins toxique que celle donc j’ai entendu parler. Le serveur revient avec deux jolis verres au bord fluo, remplit d’un mélange de toutes les couleurs. « A ta santé Octo, et merci d’être là, c’est très important pour moi tu sais de pouvoir compter sur une amie comme toi. » Je prends le verre trinque avec elle et avale une gorgée, puis une deuxième, le gout est exquis mais wahou c’est fort et ça me donne chaud, je continu à descendre le verre comme si je buvais un verre de lait. D’un seul coup je me sens beaucoup mieux, oublier mon chagrin ou du moins je le pense, mais en regardant la boite de mouchoirs multicolore je me rappelle pourquoi je suis ici et l’envie de pleurer revient, vite il m’en faut un autre. « Et si on recommandait, cette fois c’est moi qui paye. Ah tu n’as pas fini le tien, on attend un peu alors, mais je risque de pleurer dans ce cas. » Bon sens je vais passer pour une idiote, heureusement qu’October est un amour et je pense que cela va plus la faire rire que la mettre en colère, enfin je pense. Je cherche un serveur pour lui faire signe de venir reprendre une commande même si Octo n’en ai qu’à la moitié de son verre. Avec tout ça je n’avais même pas remarqué la super musique, du coup mes jambes se mettent à bouger sous la table.

Le serveur arrive enfin et met très peu de temps pour nous ramener deux verres pleins d’un cocktail différent du premier, je le goutte, franchement celui la c’est un feu d’artifice. Il aurait été dommage de ne pas en prendre un deuxième, mais vu qu’October n’a pas fini son premier verre, je reste sage et attend un peu pour boire encore. En attendant mes jambes s’en donnent à cœur joie sous la table, et du coup mes mains se mettent à tapoter la table, je suis prise d’une irrésistible envie de danser. Je crois que mon chagrin est enfin oublié, je me sens le cœur tout léger, puis je vois la boite de mouchoir sur la table et c’est reparti pour un tour, ce n’est pas possible mais je suis trop sensible, et cette boite de mouchoir me torture l’esprit. « Ranges la boite de mouchoir Octo sinon je ne me consolerais jamais car à sa vue je repense à cette putain de paire de chaussures. C’est trop dur. » Du coup j’avale le deuxième verre sans penser aux conséquences futures et je me lève pour aller danser, mais je me rassois aussitôt, c’est bizarre l’effet de l’alcool quand on n’y est pas habituer. Même si ces boissons se boivent comme des verres de lait c’est loin de faire le même effet et pour le moment il vaut mieux que je laisse mes fesses sur la chaise et mes jambes faire les folles sous la table plutôt que de vouloir prendre possession de la piste de danse car je risquerai de me retrouver par terre. Je regarde mon amie, lui sourit pour la rassurer, ah flute mon verre est vide, mais la boite de mouchoir a enfin disparu. « Je vais bien ne t’inquiètes pas, je vais rester encore un peu assise. Et merci d’avoir rangé la boite de mouchoir, je me sens mieux de ne plus la voir. Bon tu me racontes quoi de beau, car avec tout ça c’est à peine si je t’ai demandé si tu allais bien, ainsi que tes enfants. Excuses moi pour ce manque de politesse. Dis moi tout de ta journée, au moins le temps que les effets de l’alcool s’estompe. »
code par (c) eylika. photo de we heart it.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EmptySam 16 Fév - 21:34

Quand on revient chez soi, c’est toujours un plaisir de pouvoir se ressourcer. Je range les courses que j’avais effectué quelques heures plus tôt puis je me prépare un savoureux plat. Puis après le repas, je décide de lire un roman. Mais celui me transporte dans un rêve onirique. Et, je me réveille. Je remarque que mon portable a vibré. Je m’approche de ce dernier et je découvre le message. Qui m’avait envoyé un sms ? Irina et elle avait besoin de moi. Comme je suis une amie fidèle, je l’aiderais. Je décide donc de l’appeler un premier temps puis j’arrive à notre lieu de rendez-vous …. C’est-à-dire à la rhumerie. Je la vois enfin. Je la prends directe dans mes bras, je la serre. Une amie est toujours là pour consoler l’autre, toujours là pour l’aider à surmonter des épreuves, toujours là pour donner et recevoir quand c’est possible. Etre amie, c’est des liens qui se tissent grâce aux rencontres, aux discutions mais ce n’est pas un lien qui peut durer à l’infini … Seul le sang dure. Enfin passons, je la relâche et je la regarde. Je commence à lui poser des questions. Un peu trop de questions. Je me demande si je ne devrais pas me lancer dans la carrière de la police. Passons, je lui offre une boite de mouchoir pour qu’elle puisse se moucher et je lui donne également du chocolat. On dit que le chocolat est le meilleur ami de la femme ou de l’homme, je ne sais plus. Puis, on nous tend nos cartes.

Irina ▬ Oui c’est un peu ça, c’était une superbe paire de talon que j’avais repéré, et une vieille peau est passée devant moi et bam plus de paire de talon, j’en rage.
October ▬ Oh ma chérie ! # Lui donne un autre morceau de chocolat #

Puis quelques minutes après, je lui demande si elle voulait mes chaussures à talons. Peut-être, ça allait lui remonter morale. Les chaussures sont aussi les meilleures amies des femmes. Si des messieurs sont là, il faut leur rappeler que pour des occasions comme la Saint Valentin, des talons seraient un bon cadeau. Je reviens vers mon amie et je la regarde.

Irina ▬ Octo, non voyons ce n’est qu’une paire de chaussure, j’avais qu’à les prendre la première fois que je les ai vu. Et tes bleus tu me les donnerais, je veux dire à la place des rouges. Non je rigole, c’est surement le jus d’orange.

October ▬ Mais ce n’est pas qu’une paire de chaussure, c’est la vie ! Une paire de chaussure est importante pour une femme, donc, je te les donnes et ne discute pas ! Bah je te passe les bleus, elles t’iront merveilleusement bien surtout avec tes yeux ! # Je ris #

Le serveur arrive, je lui fais un petit sourire et je continue de regarder la liste des boissons. Hum, sur quoi, je vais porter mon choix ? Très bonne question.

Irina ▬ Que veux-tu boire ? C’est moi qui paye !
October ▬ Je prendrais la même chose que toi. Ah non, c’est moi qui paye ou on fait moitié-moitié mais je te laisse pas payer seule, c’est compris ?

Elle fait sa commande, je demande la même chose. Je souris puis je remets une de mes mèches en place. Elle me fait le regard « tu as prévu quelque chose », je réponds avec mon regard «non ». Puis, le serveur revient avec nos boissons.

Irina ▬ A ta santé Octo, et merci d’être là, c’est très important pour moi tu sais de pouvoir compter sur une amie comme toi.
October ▬ A la tienne. Mais, c’est normal ma chère. Tu es une amie, et une amie est toujours là pour celles qui lui sont chères. Oh je ne suis pas la seule, tu sais. Il y a beaucoup de gens comme moi qui pensent aux autres.

Je bois le breuvage d’une traite. Est-il bon ? Pas vraiment. Je tousse et j’ai les yeux qui pleurent. Rho, qu’est-ce qui m’arrive ? Je ne sais pas.

Irina ▬ Et si on recommandait, cette fois c’est moi qui paye. Ah tu n’as pas fini le tien, on attend un peu alors, mais je risque de pleurer dans ce cas.
Octo ▬ Ah non, ne pleures pas ! Je refuse de te voir pleurer !

Un autre arrive, il nous donne encore deux cocktails. Je le regarde puis je me sens mal. Enfin, je commence à aller mal.

Irina ▬ Ranges la boite de mouchoir Octo sinon je ne me consolerais jamais car à sa vue je repense à cette putain de paire de chaussures. C’est trop dur.

Je ne lui réponds pas. Je ne fais que l’écouuter.Je range la boite de mouchoir mais mon teint vire au blanc. Je ne me sentais vraiment pas bien. J’aurais du penser que je ne tenais pas à cet alcool … Merde.

Irina ▬ Je vais bien ne t’inquiètes pas, je vais rester encore un peu assise. Et merci d’avoir rangé la boite de mouchoir, je me sens mieux de ne plus la voir. Bon tu me racontes quoi de beau, car avec tout ça c’est à peine si je t’ai demandé si tu allais bien, ainsi que tes enfants. Excuses moi pour ce manque de politesse. Dis moi tout de ta journée, au moins le temps que les effets de l’alcool s’estompe.

October ▬ Je reviens !

Je fonce droit aux wc car je sentais que j’allais vomir. Je vomis quelques minutes plus tard dans la cuvette. Je nettoie celle-ci puis je rince mon visage avec de l’eau. Je soupire. Puis, je reviens vers Irina.

October ▬ Je … Pardon, je n’aime pas trop cet alcool. Hormis ça, ça va … Je suis toujours en train de rechercher Cricket, sinon, les enfants vont bien. Pino doit être avec Aladdin ou il doit être avec sa tante Paige tandis qu’Ivy, elle doit surement travailler. Tandis que Nyméria, elle doit aussi bosser et Tiana, elle doit être avec Naveen. Oh je n’ai pas fait grand-chose … Et toi ? Dis, tu ne veux pas qu’on va regarder un film ? Et boire du lait avec du jus d’orange ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EmptyDim 24 Mar - 14:13

Suppression d'Octo, j'archive I love you
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

EH BAH OUI ! Pour une paire de chaussure → ft October.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-