AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
Promo sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
228 €

Partagez

La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric Vide
La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric Vide
La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric Vide
La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric Vide
 

 La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric EmptyMer 2 Jan - 4:11

Peters Ҩ Frédéric
« Je ne cherche qu'à exprimer l'âme et le coeur de l'Homme» [Frédéric Chopin]


Les fêtes me laissent dans un état presque euphorique, j’ai toujours aimé la neige. Cela me rappelle tellement lorsque j’étais un lapin. Plus le temps avance, plus je trouve cela étrange de penser ainsi. Je m’habitue à être un homme et j’ai presque totalement renoncé au fait que l’on rentrerait chez nous un jour, ou que même je redeviendrais un lapin… Oui je devrais être plus optimiste, j’en connais tellement qui aimerait retourner à leur ancienne vie, mais moi je tente de vivre au jour le jour. Je veux dire, le temps nous ait déjà comptés que ce soit en humain ou encore en animal… Oui avant j’étais un animal, un jolie lapin qui n’avais pas froid ni physiquement, ni aux yeux. Mais oui plus le temps avance plus je m’habitue à l’humanité. J’aime être grand, respecté. Peut-être pas fort, mais tellement plus que lorsque j’étais un tout petit lapin. Même ici, je vois bien comment les petits enfants sont avec les êtres de mon espèce, même mes élèves semblent attirées par ce qu’elles appellent "un animal fluffy"… Fluffy, oui elle ne dise pas cela d’un homme, pas même de moi qui suis l’un des plus lapins… Bref ! Il m’arrive de ne pas être nostalgique, mais je dois avouer qu’en hiver je ne peux m’empêcher de penser à la forêt… Je me souviens encore de Bambi sur la glace en train de glisser car il n’arrivait pas à tenir sur ses jambes… Bon moi je n’étais pas mieux certes, mais au final, je me laisser glisser au grès de la glace, laissant la nature avoir un pouvoir mystique sur moi. Tout comme cette saison, l’hiver me laisse totalement rêveur.

Il neige dehors alors que je suis en train de donner mon cours. Je suis debout devant mon auditoire parlant avec ferveur de compositeur de renommé. En ce moment, nous travaillons sur le Romantisme. Je peux dire sans nul l’ombre d’un doute qu’elle est ma période préféré. Je ne saurais dire pourquoi, et c’est en cela la magie de l’art non ? Que ce soit en musique, en peinture, en danse ou en littérature, on ne sait réellement expliquer pourquoi tel ou tel chose nous touche, nous émeut tant. Il faut être lucide, on cherche toujours des explications dans ce qui est inexplicable. C’est une émotion, un ressentit, cela vient du cœur, du plus profond de notre âme et de nulle part ailleurs.
J’ai toujours une grande curiosité lorsque je dois faire des écoutes musicales, d’écouter ce que les élèves ressentent. La première chose que je remarque est qu’il est toujours difficile d’exprimer cela avec des mots et ça finit très souvent en mime. Et puis viennent les sensations, les émotions, le cœur qui bat plus vite, le mal de tête, les larmes aux yeux… Tant d’émotions et pourtant si peu à la fois. Même moi je ne sais quoi dire… Mon meilleur moyen d’expression reste le chant ou le piano… C’est fou comme la musique peu mieux s’exprimer que nous et cela me fascine… Rien que pour elle, j’ai peur aussi de redevenir lapin, non mais imaginez moi en train d’essayer de jouer du piano avec pattes franchement ! J’aurais l’air plus ridicule qu’un autre… Certaines personnes me disent que pour les concertos ils rencontrent des gens déguisé en pingouins… Cela voudrait-il dire que si j’étais pingouins je pourrais jouer ? Je n’ai jamais compris ce qu’ils voulaient dire par là, me contentant de rire poliment, j’ai trop peur du ridicule pour cela.
Je fais donc mon cour, m’attardant particulièrement sur un compositeur en particulier… Monsieur Frédéric Chopin…C’est d’ailleurs de sa faute si j’ai choisi ce prénom "humain" ici… Enfin je devrais plutôt l’en remercier, et c’est un très grand honneur que de pouvoir porter son prénom. Comment passer à côté d’une telle figure. Et puis chaque professeur à son moment de prédilection. Pour certain ce sera le classique avec Mozart ou encore Beethoven, moi c’est le Romantisme avec Chopin.
Et je ne peux m’empêcher, alors que mes élèvent me demande de leur jouer un morceau, de m’asseoir et de regarder l’instrument. Si je devais avoir une femme unique, elle résiderait ici, ce serait un piano, instrument que je ne peux tromper, ou qu’avec sa consœur la guitare mais je ne suis pas sûr que ce soit réellement de la tromperie si ?

Je regarde le piano avec tendresse avant de le toucher avec amour et permettant ainsi à la musique d’envahir la pièce. Je choisis un morceau un peu plus joyeux, une valse plutôt que de sombrer dans le génie de la folie qu’est la nocturne.
Une fois le morceau terminer, je me lève en souriant, continuant ainsi mon petit discours et m’illustrant sur ce qu’il vienne d’entendre afin de mieux leur faire comprendre ce qu’est le Romantisme. Mais il est déjà l’heure et je permets à mes élèves de sortir. Pendant ce temps, moi je m’assois sur mon bureau, regardant mes élèves partir un à un en souriant et attendant sagement que la classe se vide. Je réfléchis même à ce que je vais faire après, rentrer, jouer du piano encore un peu ?
Je ne remarque pas alors l’homme qui entre, je ne remarque rien tant je suis dans ma propre bull, ou mon propre délire mais qu’importe. Je ne vois rien, mais par contre, je suis presque sûr que je vais le sentir passer…
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric EmptyDim 20 Jan - 13:46

Il avait quitté le théâtre plus ou moins déconcerté. Le régisseur lui avait fait comprendre qu’il ne pouvait pas continuer d’y introduire des demoiselles quasi-clandestinement comme si de rien était. Il faut dire que le bon monsieur l’avait déjà vu en compagnie de trois jeunes femmes différentes, toutes excessivement jolies et originales à leur manière. Le souvenir de Kiara pleurant dans ses bras à cause de Pan lui étant tout à fait pénible, il s’arrêta davantage sur l’image de Lullaby, charmante excentrique à qui Peter faisait découvrir les décors du théâtre. Elle touchait à tout, s’intéressait énormément aux différents tissus des costumes et malgré tout, Peter savait que s’il avait un jour la fantaisie de prendre sa main dans la sienne, la jeune femme aurait une réaction des plus alarmantes, et sans doute ne lui adresserait-elle plus jamais la parole. Enfin, le pauvre régisseur avait du avoir particulièrement peur de sa dernière visiteuse, la miss Peatey, aux yeux brillants comme deux joyaux machiavéliques sertis dans de l’ivoire. Elle était entièrement animée par un désir de vengeance dont Peter ne comprenait pas franchement l’origine, mais qui allait dans son sens à l’égard de Pan. Ainsi donc, Peter avait été gentiment « averti » que s’il continuait à créer des drames bizarroïdes au milieu du Julieta Theater en compagnie de ces demoiselles, il serait tout aussi gentiment viré. Le jeune homme n’avait strictement rien répondu à cette menace en bonne et due forme, se contentant de hausser les épaules et d’exécuter une révérence de dérision face au monsieur qui le réprimandait, avant de claquer la porte. Un jour, le bonhomme ramperait à ses pieds, car il serait un metteur en scène génial dès qu’il aurait l’occasion de s’exprimer. Et l’occasion viendrait peut-être plus vite que prévu, pensa Peter en poussant les portes de la « Belleville High School ». Il avait pour se faire rencontré un sombre personnage, tout droit sorti de son passé féérique, qui avait dit qu’il l’aiderait. Quoiqu’il en soit, Peter, par précaution et craignant de se faire réellement virer de son emploi au théâtre, avait trouvé un autre travail à mi-temps dans un de ces bâtiments remplis d’étudiants pas trop studieux. Il s’occupait de certains trucs administratifs pas forcément passionnants mais il avait un peu plus de pouvoir ici qu’au théâtre où il se contentait de balayer. On l’envoyait arpenter les lieux de long en large pour régler des problèmes avec des élèves ou des profs, faire passer des messages ou encore faire des rappels à l’ordre. Il salua courtoisement les secrétaires en enfilant ses lunettes sans correction –c’était là pour se donner un air sérieux quand il les portait sur le nez et affairé lorsqu’il les relevait dans ses cheveux— et traversa le hall pour aller regarder les emplois du temps des profs. Il s’était réconcilié avec Daphné depuis peu. Quoique elle ne se rendait pas vraiment compte qu’ils étaient « réconciliés » puisqu’elle n’avait plus souvenir de leur dispute. Il évitait de penser qu’elle avait appelé la police après qu’il avait balancé le farfadet à la flotte, et chaque jour il se demandait comment elle avait fait pour ne plus le prendre pour un dangereux psychopathe, mais, bref, ils étaient de nouveau relativement amis. Du moins, suffisamment pour que Peter soit choqué d’apprendre ses fiançailles avec son colocataire. Une bague, sur la petite main de Daphné, qui prenait le même air qu’un boulet de canon accroché à la cheville d’un prisonnier. Peter avait vu rouge. En apprenant que l’impudent qui avait osé demander la main de Daphné était un simple professeur de musique, il s’était dit qu’il allait essayer de tirer tout cela au clair, car cette histoire était tout simplement improbable. Vous comprenez mieux pourquoi notre cher Peter travaillait depuis un mois en ces lieux studieux ? Mieux valait d’abord prendre ses marques, connaître tous les aspects du champ de bataille, avant de tirer sur l’ennemi. Et à présent tout le monde l’aimait bien du côté de l’administration, parce qu’il était efficace et travailleur et qu’en plus il avait un joli sourire. Parfait.

Il attrapa une liasse de papiers au hasard et monta les marches deux par deux pour se retrouver devant la salle M123 au moment où les étudiants en sortaient plutôt bruyamment. Peter souriait, lui seul sachant que son sourire était reptilien. Vu de l’extérieur, il avait l’air serein et sympathique. Il prenait un air sérieux et calme face aux profs, respectueux devant les haut-placés de l’administration, et détendu auprès des élèves. A l’intérieur, il brûlait d’envie de voir le fiancé de Daphné, cela le ravageait, mais il rongeait son frein, attendant que les élèves soient tous sortis pour passer l’encadrement de la porte. Appuyé contre le bureau, l’air rêveur, une espèce de gringalet vaguement sexy et relativement mal coiffé semblait attendre on ne savait quoi. Peter retint un rictus de satisfaction. Il était soulagé de ne pas se retrouver face à un basketteur de deux mètres trois fois plus large que lui. Cela rendrait les choses plus faciles. Il ne laissa rien paraître de son soulagement, et s’approcha de lui à grands pas tout en faisant semblant de lire les papiers que contenait le dossier qu’il avait emporté.
« Bonjour, monsieur. Etes-vous bien le professeur Frédéric Bunnier ? »
Le musicien leva enfin les yeux vers Peter, comme si ce dernier venait de le tirer d’une réflexion profonde. Peter le regarda sans quitter son sourire aimable, mais en fait il cherchait à comprendre ce que Daphné, si délicate et tout à fait distinguée malgré ses maladresses, pouvait bien lui trouver. C’est parce qu’il était musicien ? Parce qu’il avait dans l’attitude quelque chose d’un peu mélancolique qui faisait penser aux poètes maudits ? Bon sang, Peter avait l’habitude de se trouver mieux que tout le monde, mais là franchement il ne voyait pas pourquoi… pourquoi ce Frédéric plutôt que lui.
« J’ai été chargé de vous transmettre un plainte au sujet d’une demoiselle. »
D’autres élèves venaient d’investir la salle pour attendre leur prochain cours. Alors Peter fit quelques pas en direction de la porte et intima à monsieur Bunnier de le suivre.
« Nous devrions en parler dehors. Si vous voulez bien m’accompagner… »
Il passa l’encadrement de la porte et se retrouva dans le couloir. D’un geste nonchalant il défit les boutons des poignets de sa chemise et releva ses manches sans s’arrêter de marcher, sans même se retourner pour savoir si le prof le suivait ou non. C’était juste ridicule, toute cette histoire. Daphné fiancée, lui s’apprêtant à écrabouiller ledit fiancé comme une crêpe… Sa rage.
« Dites, professeur, lança-t-il par-dessus son épaule d’un ton toujours poli mais un peu plus désinvolte que précédemment, ce n’est pas Orphée qui arrivait à séduire par sa musique n’importe quel être, qu’il soit humain ou divin ? Ca ne vous semble pas un peu invraisemblable ? J’aurais voulu connaitre ce type et lui faire avaler sa lyre, pour la peine. »
Il se tourna enfin vers le Bunnier, son plus beau sourire étirant ses lèvres tandis qu’une lueur vaguement malsaine contaminait son regard. Il jeta un coup d’œil rapide à la main gauche de l’éminent professeur. C’est bien ce qu’il pensait.
« Vous ne portez pas d’alliance ? »
Là, normalement, l’autre allait commencer à se douter que Peter n’était pas qu’un simple employé de l’administration. Il espérait qu’il s’inquièterait. Il avait de quoi s’inquiéter. Peter était ravi de faire sa connaissance. Mauvais présage.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Madame Pixie Dust

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Avoir mon Happy Ending.
Faites place à la vedette
Madame Pixie Dust
J'ai posé bagages ici le : 24/04/2012 Jouant le rôle de : Maîtresse suprême. Nombre de messages : 3169 On me connait sous le pseudo : La Bitch Un merci à : .Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : .Margo Robbie
MessageSujet: Re: La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric EmptyDim 24 Mar - 13:23

J'archive I love you


Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La haine et pourtant si proche de l'amour... Ҩ Peters&Frédéric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
» G - "With or Without You" [HENTAÏ] [PV Mina]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-