AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -35%
KARCHER : promo sur nettoyeur haute pression K5 ...
Voir le deal
241.99 €

Partagez

Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Vide
Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Vide
Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Vide
Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Vide
Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Vide
Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Vide
Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Vide
 

 Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ EmptyDim 6 Jan - 15:00


Retrouvailles inattendues

TU VOIS CE PETIT TROU AU FOND DE MOI, TU LE COMBLES AVEC TA PRÉSENCE.

Trixie & Siam
Le passé est souvent le gardien de lourde blessure, que le présent ne peut guérir. Sauf si celui-ci nous laisse notre chance et nous permet de tout faire pour les cicatriser. Et pour cela il fallait que je puisse repartir là-bas, mais avant de pouvoir être à nouveau libre, je devais prouver aux médecins que j’étais sain d’esprit, et la tache fut difficile puisque pour être sain d’esprit il me fallait sacrifier deux vies. Le choix n’était pas aisé, qui de nous trois devaient rester, qui de nous trois devaient s’en aller. Si était fort, vicieux et près à tout, Am était faible, malin et plutôt battant, Siam lui était plus humain que les deux autres, plus sensible, plus amoureux, mais il n’était pas question qu’il laisse sa place. Alors la bataille fut sans merci, sans répit, faible un jour, de retour le lendemain, chacun menant à son tour le combat. Les médecins eux comptaient les coups, et renforçaient le traitement quand il le fallait. Finalement il y eu un gagnant, mais on ne sait pas trop comment, ni même qui réellement des trois est resté vivant, mais cela avait peu d’importance aux yeux de ceux qui avaient provoqué ce résultat. L’essentiel étant de rendre Siam parfaitement normal. Et toutes ses souffrances, le vainqueur eu le droit de sortir, laissant derrière lui deux âmes errantes, mais prêtes à tout pour revenir. Le problème c’est que les papiers du vainqueur était noté le mon de Siam, mais est-ce bien le Siam que tu connais qui est là aujourd’hui devant toi, ou bien est-ce un Siam plus torturé et plus mauvais que jamais qui a décidé de retourner à Fantaisie Hill.

Devant la patinoire les patins à la main, je n’ose pousser la porte. Cela fait plusieurs jours que je retourne sur ce lieu mais je reste là planter sans bouger. Derrière cette porte sont caché des souvenirs précieux, souvenirs que j’ai revu défiler dans ma tête, lorsque je les vu glisser comme une reine sur la glace. Je l’observe de derrière les fenêtres restant caché de peur de l’effrayer, de peur de tout gâcher, de peur surtout qu’elle fasse celle qui ne me connait pas, celle qui n’en a rien à foutre de moi. Mais aussi parce que j’ignore réellement qui je suis, car même si je suis seul dans ma tête, je ne sais pas qui est là, je suis peut être un peu des trois. Mais aujourd’hui je sais qu’elle ne vient pas, en tout cas c’était comme ça avant mon départ. Je prend donc mon courage à deux mains et pousse enfin la porte. Je dis bonjour, paye mon entrée et file mettre mes patins. J’ai fait de gros progrès depuis mes derniers cours en sa compagnie, il y avait une complexe sportif à côté de l’hôpital, et nous avions droit d’y aller pour nous défouler. Bien entendu on était jamais seul, moi j’étais toujours accompagné par Rambo et Terminator, juste question de sécurité, avec eux à vos côté pas envie de vous faire la belle. On pouvait faire un tas de chose, mais moi j’ai choisi le patinage, lorsque j’étais sur la glace une foule de souvenir envahissait mon esprit et cela m’aider à tenir, surtout lorsque je voyais son visage. Oui, elle m’a aidé à surmonter tout ça. Et tu es trop sensible, je suis sur que si elle te voit, elle te colle une claque et elle t’envoie chier. Je sais ce n’est pas son style, mais c’est tout ce que tu mérites. Tais-toi, tu dis n’importe quoi. Je secoue ma tête pour faire fuir ses voies qui envahissent me tête, et oui plus de dialogue à trois à haute voie, mais des voies d’outre-tombe qui se font entendre parfois, perturbant encore plus mon cher équilibre.

Je m’avance vers l’accès à la patinoire, je jette un coup d’œil vers les gradins, combien de fois avons-nous posé nos fesses dessus, regardant évoluer la belle sur la glace, avant de nous décider un jour d’enfin la rejoindre. Ce qui n’a pas été au gout de tous mais sa main posée sur notre cœur valait toutes les chutes. Je m’élance enfin, l’air frais caresse mon visage, je reprends mes esprits, doucement je glisse faisant le tour de la piste pour me mettre en jambe, avant de faire quelques figures, oh rien de compliqué, je ne suis pas Philippe Candeloro, mais je tiens debout c’est déjà ça. De temps en temps je regarde vers l’entrée comme si j’espérais qu’elle pousse la porte, cette pensée fait battre mon cœur plus fort. En même temps que pourrais-je lui dire si elle se retrouvait fasse à moi. Bonjour, excuses-moi, coucou et oui c’est moi, tu vas bien, enfin je me fais un petit film de ce que serait nos retrouvaille. A par que ce soit, tu fais quoi là, je plus te voir, je ne sais pas qui vous êtes, et tout plein qui font que je n’aurais pas du venir à la patinoire. Quel idiot je suis, venir ici me fais plus de mal qu’autre chose et ai-je bien envie de la revoir et pourquoi ? Suis-je bien celui qui avait des sentiments pour elle, ou bien celui qui ne l’aimer pas. Ah merde j’ai faillit tomber, je suis malin, bon faut que je reste concentré sinon c’est la chute. Mon regard se reporte encore une fois vers la porte, et là une silhouette familière, une silhouette féminine, une silhouette que je connais, une silhouette qui s’avance. C’est elle, je la reconnaitrais entre mille, oui c’est elle, Trixie. Mais c’est trop tôt, que vais-je lui dire ? Comment va-t-elle réagir ? Mon dieu elle avance, elle va me voir, et tellement perturbé par sa présence que je me retrouve le cul sur la glace, une belle gamelle qui en fait rire quelques uns, et qui me fait passer pour un débutant. Je reste par terre, et puis je la voie là juste devant moi, plus belle que dans mes souvenirs.

- Trixie…

Revenir en haut Aller en bas
P. Trixie Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Retrouver toute ma famille
Faites place à la vedette
P. Trixie Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 23/06/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters. Vous vous demandez laquelle ? Celle qui a le plus de caractère et qui gère la bande. Chieuse en force *héhé*. Nombre de messages : 1943 On me connait sous le pseudo : ... Un merci à : twisted lips + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke.
MessageSujet: Re: Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ EmptyLun 14 Jan - 11:53



Siam & Trixie
I heard that your dreams came true. Guess she gave you things I didn't give to you. Sometimes it lasts in love, but sometimes it hurts instead


De nombreuses personnes peuvent le témoigner, lorsqu'on a la joie de connaître les délices d'une amitié forte et sincère, cela a le don de vous permettre d'arpenter la vie qu'on ne cède de vous imposer avec plus de courage. C'est grâce à cela, que l'on peut avancer, que l'on peut tenter de réaliser notre rêve, que l'on se sent soutenu quelque soit les épreuves que l'on vit. Tout semble beaucoup plus simple que lorsqu'on est seul. N'allez pas croire que la jeune lapine avait été seule dans sa vie jusqu'alors. Loin de là cette idée, puisqu'elle a toujours eu les soutiens de sa famille mais également de ses amis. Cependant, c'était la première fois, qu'elle s'était sentie rassurée et surtout écoutée, sans avoir la moindre peur d'en être rejetée. Cela était étrange, surtout lorsqu'on avait son caractère, mais cela faisait également beaucoup de bien. Depuis qu'elle avait réussi à parler à son meilleur amie de ses tracas et qu'il s'était révélé être présent pour elle, Trixie parvenait à affronter ce qu'on lui infligeait avec plus de patience. Oui oui, elle savait être patiente parfois. Liam lui avait redonné le sourire qu'elle avait perdu, et cela représentait énormément pour elle. Si bien qu'elle ne voulait plus croire qu'elle serait seule. Il était là à présent, et elle mettrait tout en œuvre pour que cela continue encore et encore. Si bien, que la simple idée de le perdre provoquait en elle des sensations étranges mêlées à de la tristesse et des prémices de sanglots. Quoi qu'il en soit, cela faisait à présent une semaine, depuis l'épisode où quelque chose s'était crée entre eux. La jeune fille était encore incapable d'y mettre un mot dessus, cependant cela lui faisait du bien, et dés qu'elle n'était plus avec lui, elle avait envie de le rejoindre juste pour le voir sourire ou alors l'entendre. Il parvenait à lui réchauffer le cœur à distance, et ainsi à lui permettre d'affronter les journées difficiles au fast food. En effet, prenant part de ses conseils, la jeune fille avait tenté de les appliquer avec le plus d'attention possible, même si cela s'avérait être une mission de combattant à certains moments. Heureusement, elle disposait de certaines de ses soirées pour pouvoir s'aérer l'esprit et ainsi se rendre à la patinoire afin d'extérioriser la pression qu'elle pouvait ressentir au quotidien. C'est d'ailleurs lors de ces soirées, que la jeune fille passait le plus clair de son temps à tournoyer sur la glace. Comme si elle parvenait à ne faire qu'un avec cet élément, si bien qu'elle ne ressentait plus le froid comme elle avait pu le faire il y avait de cela quelques temps déjà. Ce qui importait le plus était de rester en équilibre, d'épouser la glace, de trouver son point fixe et de laisser son corps faire ce que bon lui semblait. Plus rien n'existait autour de cela, plus aucun tracas ne parvenait à franchir les barrières qui délimitaient la piste glacée du reste du monde. Il n'y avait qu'elle dans cet espace clos, elle et ses désirs de vouloir pousser encore plus loin sa limite dans la réalisation de certaines figures. Son côté aventurier ne cessait de la pousser plus loin encore, si bien qu'il lui arrivait parfois de tomber, comme tout à chacun. Quoi qu'il en soit, c'était avec une mine boudeuse qu'elle avait débuté cette journée. En effet, la jeune fille savait pertinemment que ce soir, elle ne pourrait pas se rendre à la patinoire afin de pouvoir laisser son esprit vagabonder un peu. C'est donc en soupirant et en bougonnant que la journée se déroula normalement. Mais alors qu'elle s’apprêtait à reprendre son service de la soirée, son patron lui indiqua qu'il préférait la lui laisser libre afin qu'elle puisse venir faire l'ouverture du lendemain. Souriante, Trixie n'avait pas pu se retenir de faire un petite danse de la joie devant son responsable, ce qui avait eu le don de le faire rire. Et c'est donc avec un grand sourire et une excitation débordante, qu'elle quitta son lieu de travail et qu'elle s'empressa d'appeler Liam, sans trop savoir pourquoi d'ailleurs, mais c'était une impulsion du moment qui s'exprimait pour lui faire part de sa joie. Oui bon d'accord, il y avait une raison à cet appel. Elle voulait le convaincre de l'accompagner avec elle à la patinoire pour lui apprendre. Sauf que... Il avait décidé de l'embêter. Forcément ! Boudant à moitié, elle le traita avec amusement de poule mouillée avant que ce dernier ne rétorque qu'en réalité il avait promis à Ruby de rester avec elle ce soir et rajouta en vitesse, qu'elle pouvait lui demander si elle voulait, parce qu'il savait qu'elle ne le croirait pas. La jeune fille explosa de rire au téléphone, en pensant qu'il faudrait qu'elle soit moins prévisible la prochaine et le laissa tranquille en lui souhaitant une bonne soirée. Après quoi, elle regagna le chemin du Meli Melo House où de l'agitation titilla sa curiosité.

En effet, les personnes semblaient être plus surexcitées, voire même euphoriques ces derniers temps. Enfin, il y avait toujours eu des personnes beaucoup plus enthousiastes que d'autres, mais depuis deux ou trois jours, il se passait quelque chose. Et Trixie n'eut pas à attendre bien longtemps avant de trouver la raison de ce changement de comportement. En effet, alors qu'elle se rendait dans sa chambre, afin d'y récupérer les patins, elle fut interpellée par Lady qui lui demanda si elle était au courant. Au courant de quoi ? Qu'on manquait de carottes ? Non cela ne lui disait rien et ce n'était pas elle pour une fois. Mais Lady fit un signe négatif de la tête avant de lui demander de s'asseoir. Chose qui n'était pas bon signe du tout. S'exécutant, la jeune fille demanda en premier lieu si ses sœurs allaient bien, et Lady la rassura en lui assurant qu'elles n’avaient rien. Dubitative, Trixie se dépêcha de trouver son téléphone et d'envoyer un simple « ça va ? » à Daisy, Ria et Tressie, malgré ce que Lady pouvait bien lui dire. Reprenant son sérieux, elle finit néanmoins par la regarder et cette dernière prit un ton solennel et quelque peu énigmatique alors qu'elle prononçait un prénom que la jeune fille n'avait pas entendu depuis très longtemps. Non, elle avait mal entendu, ce n'était pas possible. Il était parti, il avait disparu, il l'avait abandonné. Cela ne pouvait pas être le même. Prise de panique, Trixie eut l'impression que son cœur venait de s'arrêter dans sa poitrine et mima la tête d'un poisson rouge en pleine réflexion existentielle, alors que Lady la secouait dans tous les sens pour qu'elle revienne à la réalité. Elle ne savait que penser, que faire, si ce n'était partir à la patinoire. Et c'est d'ailleurs avec ce regard pensif, qu'elle se leva et qu'elle répondit uniquement en lui affirmant qu'elle se rendait à la patinoire. Comment devait-elle réagir ? Qu'est-ce qu'elle devait faire ? Certainement pas aller à sa rencontre et lui sourire en lui disant un simple « Hey salut alors comment ça va depuis le temps ? » NON ! Certainement pas. Il s'était fichu d'elle en partant et n'avait jamais daigné prendre de ses nouvelles, pourquoi serait-ce à elle de le faire ? D'ailleurs pourquoi devait-elle aller le voir ? La rancœur qu'elle avait à l'égard de Siam, alors qu'elle l'aimait ne s'était pas estompée malgré le temps. Elle pensait l'avoir vaincue, mais à présent qu'elle se trouvait devant le fait accompli, elle resurgissait de nulle part.

Prenant ainsi le chemin tant convoité, la jeune fille essaya de tout remettre dans l'ordre dans son esprit, si bien qu'elle ne se rendit pas compte que le chemin avait été aussi rapide. C'est avec un timide sourire qu'elle salua le gérant qu'elle connaissait bien maintenant et qu'elle se dirigea ensuite vers l'entrée afin de mettre ses patins. Combien de fois avait-elle lacé cette chaussure ? Elle secoua la tête pour revenir à la réalité et s’aperçut qu'elle était vraiment bien attachée. Pour sûr, elle n'allait pas la perdre. Et c'est une fois fin prête qu'elle se lança à travers quelques personnes sur la piste. Mais alors qu'elle venait de tourner derrière un couple, son cœur se serra et elle s'arrêta de manière nette en reconnaissant sa silhouette plus loin. Et apparemment lui aussi l'avait reconnu, puisqu'il venait de tomber. Ne sachant que faire et n'étant pas méchante, la jeune fille s'avança vers Siam et sans un mot lui tendit la main afin de l'aider à se relever. C'est alors qu'une vague d'émotions passées commença à resurgir en elle, au même moment où il prononça son prénom. Il n’avait pas changé, si ce n'était peut être qu'il avait l'air fatigué. Il était toujours aussi beau et charmant que dans son souvenir, si bien qu'elle le fixa malgré elle avec un visage indifférent, comme si elle le dévisageait. Quelques secondes passèrent et c'est en revenant à la réalité, que la jeune fille relâcha sa main et lui tourna le dos pour souffler. Elle avança de quelques mètres afin de remettre toutes ses idées en place, et finit par se retourner pour le regarder avec des yeux mauvais.  « Tu es parti... » Le ton qu'elle venait d'employer était pleins de reproches, si bien qu'elle ne se reconnaissait pas elle même.  « ...sans rien dire, sans même laisser de mot à quelqu'un. Si tu viens pour demander pardon, c'est pas la peine, tu peux repartir. » La colère de la jeune fille était telle qu'elle ne se rendait pas compte elle même de ce qu'elle pouvait dire. Car au fond d'elle, c'était ce pardon là qu'elle recherchait. Mais Siam avait affaire avec la grande sœur protectrice à ce moment là.


I was searching, you were on a mission. Then our hearts combined like a neutron star collision. I had nothing left to lose you took your time to choose. Then we told each other with no trace of fear that... Mon cœur s'ouvre à ta voix comme s'ouvrent les fleurs aux baisers de l'aurore. Our love would be forever and if we die, we die together. And lie, I said never 'cause our love would be forever.

   (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ EmptyMar 15 Jan - 23:06


Retrouvailles inattendues

TU VOIS CE PETIT TROU AU FOND DE MOI, TU LE COMBLES AVEC TA PRÉSENCE.

Trixie & Siam

« Trixie… »

Je n’ose croire à l’apparition qui est devant moi, je dois rêver et pourtant c’est bien sa silhouette qui se tient devant juste là. C’est bien elle qui me tend sa main pour m’aider à me relever, à son contact une foule de sensations et de souvenirs me reviennent en mémoire. C’est comme si je retournais dans le passé, comme si je n’étais pas partie. Elle est toujours aussi ravissante, ses yeux brillants, son sourire éclatant, ses joues rosies par le froid de la salle, je ne peux la quitter du regard tout en me relevant doucement. Mais je réalise que son regard est loin d’être aussi joyeux que je l’imaginais, son sourire aussi éclatant. Non au contraire c’est un visage indifférent et accusateur qui est là face à moi, elle me lâche la main et un froid glacial m’enveloppe, je reste sans voie. Elle s’éloigne, puis me tourne le dos, quand elle me fait face à nouveau c’est un regard noir et rempli de reproche qui me fait front, et ça me fait un drôle d’effet, c’est même douloureux. En même temps je peux comprendre, puis … « Tu es parti… » Le ton est loin d’être amical. « …sans rien dire, sans même laisser de mot à quelqu’un. Si tu viens pour demander pardon, c’est pas la peine, tu peux repartir. » La phrase tombe comme un couperet, je reste perdu, je ne m’y attendais pas. Je ne pensais pas vraiment qu’elle me sauterait au cou, mais j’étais loin de penser qu’elle pourrait m’en vouloir à ce point. Face à face, chacun sur ses patins, je ne sais que faire, je me sens un peu comme un petit enfant à qui on aurait pris son nounours ou son jouet. J’ai même du mal à la regarder et du coup chose rare chez moi je baisse les yeux, je préfère regarder la glace que de soutenir les reproches de son regard que j’avais toujours vu si joyeux. Je dois lui expliquer, mon départ n’était pas volontaire, mais là le lieu ne se prête pas trop à des confidences et puis vu que je ne m’attendais pas à la voir ce soir je suis un peu pris de cours. Je me décide enfin à relever mes yeux pour croiser le fer avec les siens, mais dans les miens que de la faiblesse, de la tendresse.

« Trixie, je ne suis pas là pour te demander pardon, je suis là pour expliquer la raison de mon départ, mais sur la glace ce ne sera pas facile. Dans les gradins si tu veux, ou ailleurs, aujourd’hui ou demain ou même dans un mois. Laisses –moi juste le temps de te raconter ce qui m’est arrivé, après tu me jugeras. » Je reste là planter, les gens glissent autour de nous, certain nous observe, d’autre nous ignore, en attendant moi je me sens mal. J’ai envie de prendre sa main, de lui caresser sa joue, de la prendre dans mes bras, de l’entendre rire, mais voilà rien de tout cela ne se passera. Du coup je n’ai plus aucun désir de patiner, et tout ce que je souhaite à cet instant c’est partir de cet endroit, ici tous les moments que j’ai passé avec Trixie rimaient avec joie, alors pourquoi rester vu qu’elle me juge avant de savoir. Je ne suis pas un saint et dans ma vie d’avant mon séjour à l’hôpital je l’étais encore moins, mais avec Trixie c’était différent, enfin pas la peine de pleurer sur son passé, faut aller de l’avant. Et il vaut mieux que je la laisse plutôt que de la blesser d’avantage, surtout si celle-ci n’est pas prête ou ne veut pas entendre mon histoire. « Trixie, faut que je sorte d’ici, désolé, je ne peux pas rester là, pas si tu me regardes encore comme ça. » Je me dirige vers la sortie de la piste, essayant d’éviter les autres patineurs, ce n’est pas évident tout ça m’a fait perdre ma concentration et je ne me sens plus du tout à l’aise sur mes patins. Tant pis si je retombe, j’y vais, je vide ma tête ou du moins j’essaye et je fixe du regard le point ou je dois aller. Si elle me suit tant mieux, sinon c’est que je l’aurais perdu même en amie, et je m’en ferais un raison, je ne veux pas m’imposer, je ne veux pas l’obliger à écouter mon histoire. Enfin je sors de la piste sans trop d’encombre, je m’assois sur le banc pour quitter les patins et remettre mes chaussures. Je reste assis un instant ma tête dans mes mains, pourquoi est-elle venue, je voulais que nos retrouvailles soient différentes, elle ne devait pas être là. Tout ça me donne mal à la tête.Tu vois je te l’avais dis, que c’était une mauvaise idée.Tu lui as rien dis du tout c’est moi qui y est pensé. Le survivant se sent mal, pauvre petite chose, tu croyais quoi, qu’elle ne te tiendrait pas rigueur de ton absence inexpliqué. Non pas ça s’il vous plait, c’est pire qu’avant avec ce système, je ne veux plus entendre vos voix, laissez moi, laissez moi. Je lève les yeux, elle n’a pas bougé, elle est toujours sur la piste, je me mets debout, attrape mes patins, j’ai envie de partir, je ferais surement mieux de quitter ce lieux. Mais je suis fou, et je décide de me diriger vers les gradins, juste pour la voir patiner, enfin si elle se décide à bouger car pour le moment c’est plutôt une statue de glace. Je monte et je vais m’installer à ma place habituel, ce n’est pas spécialement une bonne idée mais tant pis au point ou j’en suis qu’est que je risque. Serait-elle capable de venir me rejoindre pour me mettre une bonne baffe afin que je comprenne qu’il vaut mieux que je me tire. Ou bien viendra t-elle s’assoir à mes côtés, même si on ne parle pas, juste pour être là à mes côtés. Je regarde la piste sans chercher son regard, sans chercher son pardon, je regarde la piste mais je ne vois que des ombres qui dansent. Alors je me perds dans mes pensées et je revois Trixie sur la glace, souriante, légère, joyeuse, superbe, la Trixie que j’ai abandonné, que j’ai laissé tomber sans le vouloir, mais c’est ce que j’ai fait. Et ça c’est impardonnable.





Dernière édition par Siam H. Miaou-Chat le Jeu 24 Jan - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
P. Trixie Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Retrouver toute ma famille
Faites place à la vedette
P. Trixie Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 23/06/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters. Vous vous demandez laquelle ? Celle qui a le plus de caractère et qui gère la bande. Chieuse en force *héhé*. Nombre de messages : 1943 On me connait sous le pseudo : ... Un merci à : twisted lips + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke.
MessageSujet: Re: Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ EmptyMar 22 Jan - 14:30



Siam & Trixie
I heard that your dreams came true. Guess she gave you things I didn't give to you. Sometimes it lasts in love, but sometimes it hurts instead


A demie tournée vers la direction de Siam, la jeune fille avait l'impression que le temps s'était suspendue l'espace de quelques instants. Son regard ancré dans le sien, de manière à lui faire passer le message, au delà de la rancœur qu'elle éprouvait, le fait qu'il lui avait manqué. Elle avait l'impression que les derniers mots qu'elle venait d'employer résonner encore contre les parois fraîches des murs de ces lieux. Que ressentait t-elle ? Les prémices de cette colère étaient t-elles réellement dues à ce qu'elle avait pu ressentir lors de son absence, ou était-ce autre chose ? Quelque chose qui la dépassait et qui lui donnait à présent, cette sensation de mal être. Les yeux de son interlocuteur semblaient avoir changés, puisqu'il n'arrêtait pas de lui prier, par cette lueur, de ne pas changer. Comment faire ? Comment parvenir à aller au dessus de tout cela ? Elle venait de lui demander de partir, pensant qu'il s'agirait là de la chose la plus responsable et la plus apte qu'il fallait. Peut être qu'il valait mieux que les choses se passent de cette manière. Peut être même qu'il fallait que Trixie repousse Siam le plus possible afin de parvenir à oublier tout le mal qu'il avait pu lui faire par son absence. A vrai dire, elle n'avait aucune idée de ce qui était bien et ce qui ne l'était pas. Ce qu'elle voulait à présent était qu'il disparaisse à nouveau, ou peut être pas, son esprit n'arrêtait pas de changer d'avis. Tout était si confus, qu'elle ne parvenait même plus à se rendre compte de l'endroit dans lequel ils se mouvaient. De la buée sortie de ses lèvres, alors qu'elle essayait de transpercer de son regard, les non dits de celui qui lui avait brisé le cœur. Malheureusement, rien ne se passait. Ses mains tremblaient, sans qu'elle ne puisse s'en rendre compte, alors que son regard accompagné le mouvement de tête de Siam. Avait-il honte ? Ou était-ce une ruse pour parvenir à l'amadouer ? Jamais dans son souvenir, Trixie n'avait pu le voir baisser les yeux de la sorte. Si bien que même si il était peut être en train de jouer un jeu avec elle, il parvenait à la faire culpabiliser de sa réaction, ce qui l'incita à détourner le regard et ainsi lui tourner le dos. Fermant les yeux, la jeune fille était en train d'essayer de se reprendre. Non elle n'était pas méchante, tout comme elle n'agirait jamais contre les valeurs qu'on lui avait inculqué. Elle soupira légèrement et se retourna de manière à lui faire face une nouvelle fois. Si bien qu'elle s'était avancée un peu plus. Ce simple geste lui laissa ainsi l'occasion de constater de la douceur dans le regard de Siam. Une nouvelle vague de souvenirs s'imposa à elle, alors qu'elle se revoyait avec lui dans d'autres circonstances alors qu'il la regardait de cette manière. Elle lui souriait à son tour et pensait qu'elle était la plus chanceuse d'obtenir une telle attention, si bien qu'elle aurait souhaité que cela soit éternel. Mais à présent, elle ne parvenait plus à soutenir ce regard là, et ce fut d'un léger mouvement de tête sur le côté qu'elle laissa ses yeux vagabonder sur les traces de pistes glacées. Ses yeux se fermèrent une nouvelle fois, alors qu'elle profitait du timbre de sa voix comme dans les jours passés. Ses mots s'enchaînaient comme une douce mélodie. Mais le sens qu'il leur donnait n'étaient pas aussi harmonieux que dans son souvenir. Il souhaitait lui parler, pourquoi faire ? Elle lui avait pourtant dit elle même, il n'avait aucun compte à lui rendre. Pourquoi le désirer maintenant ? D'autant plus qu'il lui laissait le choix. La jeune fille n'y comprenait plus rien, qu'avait-il à gagner ? A moins que... Trixie ouvrit ses yeux une nouvelle fois et se remit à fixer Siam avec un regard interrogateur. Pour qui est ce qu'il agissait ? La réponse ne tarda pas à être dévoilée dés qu'elle entendit la fin de sa phrase. Ainsi donc, il avait peur de son jugement. Siam.

Aussi immobile qu'une statue de marbre, la jeune fille n'osait ciller tant qu'elle n'aurait pas compris ce qu'il se tramait. Auparavant, jamais il ne lui aurait dit de telles choses. Jamais il n'aurait évoqué le fait qu'elle pourrait le juger, car il se fichait pas mal du jugement des autres. Qu'est ce qu'il s'était passé ? Qu'est ce qui l'avait amené à tant se remettre en question pour lui parler ainsi, alors qu'il savait pertinemment qu'elle n'était pas une fille qui juge. Certes, elle était énervée, certes, elle lui en voulait, mais il devait bien admettre que le fait de juger les autres ne faisait pas parti de son tempérament. Combien de fois lui avait-on dit de se méfier de lui ? Combien de fois l'avait-on prévenu qu'il n'était pas fréquentable ? Et pourtant, jamais elle ne l'avait laissé. Elle l'avait toujours soutenu et défendu et ce malgré les dires de Peter à ce sujet. Pourquoi lui dire cela maintenant ? Complètement figée dans le temps, Trixie ne se rendait pas compte de la manière dont les aiguilles tournaient plus ou moins en leur faveur. Elle cherchait juste à comprendre. Si bien que, perdue dans ses pensées, elle ne dit mot et ne bougea pas une seule fois alors que Siam passait à côté d'elle pour partir. Pour quelle raison l'aurait t-elle retenu ? Toujours en colère, cette dernière se dissipait peu à peu alors que sa curiosité avait pris le dessus à l'heure actuelle. Elle avait cependant besoin de réfléchir. De savoir, juste, comment est ce qu'elle devrait se comporter. Et elle ne trouvait rien. Rien du tout si ce n'était simplement, rester là en plein milieu de la patinoire et de repenser à ce qu'il venait de se passer. De toute manière, il était trop tard à présent, il venait de partir. Mais pourquoi ? Pourquoi lui avait-il parlé de cette manière là ? Qu'est ce qu'on lui avait fait pour qu'il devienne aussi soudainement différent ? De même qu'elle n'arrêtait pas de se demander pourquoi est ce qu'il avait peur d'elle ? Tout était tellement incohérent avec la personne qu'elle avait connu, qu'elle en venait à se demander si ce n'était tout simplement pas son jumeau caché qui venait lui faire une blague. Cependant, elle se ravisa bien vite et chassa cette hypothèse de son esprit aussi vite. Ils étaient trois dans sa tête et à aucun moment, il ne lui avait confié qu'ils avaient un frère.

Une bousculade qui faillit lui faire perdre l'équilibre la ramena à la réalité et lui rappela qu'elle était sur la patinoire. S'excusant poliment auprès de la jeune fille qui avait manqué de la faire tomber, Trixie se contenta de retourner en arrière afin de partir d'ici. Elle ne parviendrait à rien de toute façon aujourd'hui, cela ne servait à rien de rester là. Il lui fallait un endroit calme. S'installant sur le banc à côté de l'entrée de la patinoire, la jeune fille ôta doucement son patin gauche. Elle releva une mèche de ses cheveux de manière à lui dégager le visage et s’aperçut à ce même instant qu'il la regardait. Son regard s'arrêta vers lui quelques secondes, lui permettant ainsi de se rendre compte qu'il n'était pas parti. Puis elle baissa ce dernier, afin de se consacrer à son deuxième patin, qu'elle enleva plus rapidement cette fois. Elle se releva de ce banc et prit ses patins dans sa mains avant de se diriger vers le hall d'entrée. Coupant ainsi tout contact avec Siam et le monde qu'ils avaient crée ensemble, la jeune fille s'assit sur un banc et chercha une solution à ces questionnements. Est ce qu'elle voulait savoir ? Qu'est ce qu'il en découlerait ? Pourquoi rien n'était aussi simple ? Relâchant l'emprise de ses patins, elle se releva et partit en direction du distributeur à boissons. Elle y commanda deux chocolats chauds, prenant ainsi la décision qu'elle jugeait la plus adéquate, du moins elle l'espérait. Après quoi, elle regagna, sans prendre la peine de remettre ses propres chaussures, la patinoire et sans le regarder une seule fois, elle monta les marches des gradins afin de le rejoindre. Elle ne savait pas pourquoi elle faisait cela. Ce dont elle était certaine c'est que quelque part, elle en éprouvait le besoin. Aussi, alors qu'elle passait devant Siam, la jeune fille se pencha afin de déposer un gobelet fumant à côté de lui.  « Il me semble que c'était ce que tu aimais le plus ici. » Elle s'installa à côté de lui mais laissa une distance entre eux. Puis elle déposa son propre gobelet encore trop chaud pour être dégusté à côté d'elle, avant de frotter ses cuisses à l'aide de ses mains, signe de son malaise.  « Je ne sais pas si c'est bien. Mais j'ai envie de savoir maintenant. » Trixie regarda droit devant elle, vers la patinoire, comme si elle craignait le regard de Siam. Ce qu'elle faisait, elle même n'en n'avait aucune conscience. Mais peut être n'était-ce pas un mal ?


I was searching, you were on a mission. Then our hearts combined like a neutron star collision. I had nothing left to lose you took your time to choose. Then we told each other with no trace of fear that... Mon cœur s'ouvre à ta voix comme s'ouvrent les fleurs aux baisers de l'aurore. Our love would be forever and if we die, we die together. And lie, I said never 'cause our love would be forever.

   (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ EmptyVen 25 Jan - 10:48


Retrouvailles inattendues

TU VOIS CE PETIT TROU AU FOND DE MOI, TU LE COMBLES AVEC TA PRÉSENCE.

Trixie & Siam
Je regarde la piste sans vraiment la voir, je me demande même pourquoi je suis resté là, pourquoi je ne suis pas parti, tout simplement parce que je crois en Trixie et aux sentiments qui nous unissent, même si ils ne sont plus basé sur la confiance, j’y crois encore mais elle y croit-elle. Une bousculade sur la piste me ramène à la réalité et je constate qu’elle est toujours là sur la glace, à la fois si proche et si inaccessible, que donnerais-je pour revenir en arrière, pour effacer le vide que mon absence a du laisser dans son cœur. Je la vois sortir de la piste, puis s’assoir pour quitter ses patins, pour partir, sans un seul regard vers moi, sans un seul mot, elle est sort de la patinoire comme si je n’étais pas là, comme si je n’existais pas ou plus à ses yeux. A ce moment là, je me rends compte à quel point cela doit la faire souffrir de me voir là, c’était peut être une erreur, et son indifférence à mon égard est la pire des blessures, la pire des tortures. Je ne peux lui reprocher sa réaction après tout c’est moi qui est disparu sans dire au revoir, je n’ai plus aucune raison pour rester et à l’avenir j’éviterais de fréquenter cet endroit, j’y ai trop de souvenir et si elle ne veut plus me voir, vaut mieux que j’oublie le patinage. Puis j’entends, sa petite voix, je lève les yeux, elle est juste là à côté de moi, je ne l’ai même pas entendu arriver, je remarque alors qu’elle n’a pas de chaussures, normal qu’il n’y est eu aucun bruit quand elle montait les escaliers des gradins. « Il me semble que c'était ce que tu aimais le plus ici.» Elle pose à coté de moi un gobelet fumant venant tout droit du distributeur, elle n’était finalement pas partie. Puis elle s’installe à mes côtés, laissant la place d’un invité entre elle et moi, elle pose son gobelet. Je suis encore sous le choc du coup je m’y reprends à deux fois pour lui dire merci, comme si les mots avaient du mal à franchir le seuil de ma bouche, comme si j’avais peur que le son de ma voix la face disparaitre. Elle frotte ses mains sur ses cuisses, a-t-elle froid ou bien se demande t-elle si c’est la bonne solution de m’avoir rejoint. «Je ne sais pas si c'est bien. Mais j'ai envie de savoir maintenant.»Je regarde devant moi n’osant affronter son regard, et je sais qu’elle en fait de même car je ne sens pas ses yeux sur moi. Elle veut savoir, mais comment réagira t-elle quand elle apprendra ce que l’on m’a fait et que du coup je ne sais plus trop qui je suis même si je n’ai rien oublié de mon passé, je ne sais pas lequel de nous trois est là devant elle.

Je prends le gobelet, j’en bois plusieurs gorgées comme pour me donner le courage nécessaire afin de lui parler des mes longs mois d’absence. Surtout lui dire la vérité, sans implorer sa pitié, je ne veux pas de cela, je veux juste qu’elle sache que ce n’était pas de ma faute et que je regrette le mal que cela lui a fait. J’éclaircis ma voix avant de prononcer les premiers mots. « Tu veux vraiment savoir, j'averti que cela va prendre un peu de temps et que tu risques d’être choqué par moment. N’hésites pas à me dire si tu veux que j’arrête de te raconter, tout ce donc je vais te parler maintenant est la stricte vérité, c’est vraiment ce qui m’est arrivé. Tu devrais boire ça va être froid si tu attends encore. Et si tu as froid dit le moi, j’irais chercher une couverture ou bien on changera d’endroit. » Mes paroles sont sorties de ma bouche mais j’ai l’impression qu’elles étaient prononcé par un autre, depuis ma sortie de l’hôpital je n’ai abordé le sujet avec personne, à part avec October, et puis dans quelques jours j’ai un rendez vous au tribunal avec un juge et des médecins du centre où j’étais pour faire le point sur la situation. Je pose le gobelet vide, tourne ma tête vers Trixie espérant croiser son regard tout en redoutant de le voir toujours aussi noir et plein d’accusation. Mais en même temps j’ai besoin de la regarder pour pouvoir lui raconter, pour lui prouver que tout ce que je dis est la pure vérité, que je n’affabule pas, que ce n’est pas une invention, que je suis bien seul dans ma tête au moment ou je lui parle. Peut être aussi pour trouver dans ses yeux la force de tout lui dire, son pardon si elle le désire, et aussi pour me prouver à moi-même que je suis capable de vivre avec ça, et d’avancer vers ce que m’offre demain sans avoir peur d’hier. Un moyen de me soigner bien plus efficace que toutes leurs séances, que tous leurs médicaments, que toutes leurs brimades et un moyen de comprendre qui je suis vraiment maintenant. Et c’est avec mes yeux posés sur son merveilleux visage, que je commence mon récit après avoir pris une bonne respiration et passé machinalement ma main dans mes cheveux. Main qui voudrait rejoindre la sienne pour me sentir plus fort et être sur de trouver de trouver le cran d’aller jusqu’au bout de ce que je m’apprendre à lui dire maintenant.

« Trixie, je n’ai pas disparu volontairement, non, on m’a disons kidnappé, je sais ça va te paraitre dingue, mais je te jure que c’est la vérité. Je ne suis pas partie de Fantasia Hill de mon plein grès, on m’y a obligé et malheureusement je n’ai pu rien faire contre ça, ni prévenir personne, ni toi, ni aucun autre. Je suis désolé mais ils ne n’ont pas laissé le temps, ni le choix et j’ai du faire avec durant tous ces mois ou je suis resté loin de chez moi, loin de toi. » Je reprends mon souffle, mon regard n’a pas quitter son visage, je scrute la moindre de ses réactions qu’elle soit positive ou bien négative peu m’importe, l’essentiel étant qu’elle sache si c’est vraiment ce qu’elle veut. « Ca c’est passé sur le parking du centre commercial, j’allais chercher des poissons chez Darla, elle m’avait dit qu’elle en avait pour moi. Soudain une ambulance a stoppé devant moi, et deux molosses en sont sorties de l’arrière et m’ont attrapé, je me suis débattu, j’ai crié, personne n’est intervenu, et puis j’ai senti une piqure dans le bras, ensuite c’est le trou noir. Je me suis réveillé dans une chambre aux murs blancs avec des barreaux à la fenêtre, on n’avait déshabillé, quitté mes pompes, pris tous mes objets personnels. A la place je portais un genre de pyjama bleu, des chaussons et mes bras étaient pris dans des sangles. On m’avait enfermé dans une camisole de force, je ne savais pas où j’étais, ni qui avait pu faire cela, j’étais prisonnier et paumé. » Je m’arrête, je m’en rends compte que c’est vraiment difficile de parler de ces moments là, et ce n’est que le début et je suis loin d’avoir fini et le plus dur reste à dire, comment va-t-elle accepter cela. Va-t-elle réellement me croire, j’ai peur, peur qu’elle me prenne pour un fou, un danger public, un homme à oublier et à éviter. Mes mains sont posées sur mes cuisses et je les sens trembler, comme je voudrais qu’elles me les prennent, qu’elle me rassure. « Trixie, ça va je peux continuer…parce que la suite n’est pas évidente et je préfère te le dire, ce qu’ils n’ont fait n’est pas facile à entendre, ni à raconter, tu te sens capable d’écouter le reste… »

Revenir en haut Aller en bas
Madame Pixie Dust

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Avoir mon Happy Ending.
Faites place à la vedette
Madame Pixie Dust
J'ai posé bagages ici le : 24/04/2012 Jouant le rôle de : Maîtresse suprême. Nombre de messages : 3169 On me connait sous le pseudo : La Bitch Un merci à : .Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : .Margo Robbie
MessageSujet: Re: Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ EmptyDim 24 Mar - 13:48

Pas de réponse depuis le 25 janv, j'archive I love you


Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥ Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles inatendues avec Trixie, la plus belle des lapinettes. ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]
» [UploadHero] La Belle et la Bête [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-