AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -43%
Braun Tondeuse À Barbe BT3041
Voir le deal
28.59 €

Partagez

Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Vide
 

 Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyLun 11 Fév - 23:45

Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Icontl Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  0008d8y8
Crystal - Kovu - Kiara - Peter. (dans l'ordre de passage)

A l’entrée de cette majestueuse forêt, elle attendait, assise entre deux arbres qui s’entrecroisaient jusqu’à leurs sommets. C’était un silence remplis de sons qui l’accompagné, c’était nouveau, encore jamais entendu... Le vent dans les arbres chantait une chanson, les oiseaux bavardaient et là haut dans les arbres le chant du coucou répondait à la chouette ou bien au hibou. Une bouffée d’air pur. Elle regarda tout autour d’elle, guettant l’arrivée de son meilleur ami, Kovu. Elle ondulait au moindre souffle de l’alizé, espérant que le froid ne vienne pas à bout de sa patience, aussi légendaire soit - elle. Caressant le feuillage bleu floconneux du ciel, elle s’adressa au soleil par de doux frémissements, l’invitant à effleurer les frissons de son corps. Un peu de chaleur, c’était son seul souhait de l’instant. La sirène n’avait pas encore pris l’habitude de s’habiller chaudement, c’était gênant et désagréable tout cette panoplie à mettre pour elle qui avait comme ancien style de vie de ne porter rien d’autre que ces écailles nacrées et quelques précieux joyau par ci par là. Elle n’était quand même pas prête à ne sortir sans rien dans ce monde, un jean, un sweet à capuche et une paire de basket. C’était une tenue convenable pour faire du camping non? Elle n’en savait rien, c’était la première fois et sincèrement elle n’avait pensé à rien d’autre qu’à ce moment tant promis où elle découvrirait ce qu’était un feu de camps, une nuit à la belle étoile et manger des marshmallow grillés. C’était son cher meilleur ami qui lui avait promis tout ça... bon sauf la dernière partie, les marshmallow était de la pur gourmandise, depuis qu’elle l’avait vu à la télévision, elle en rêvait. Hum. Elle regarda sa montre, vérifia son gros sac à dos posé à ses pieds et tenta de faire le point sur ce qu'elle avait et ainsi vérifier encore une fois si elle n'avait rien oublieé. Deux tentes. Deux sacs de couchages, assez grands pour accueillir deux personnes ou presque - oui elle aimait avoir un minimum d'espace -. Lampes torches. Boussoles. Trois paquets de marshmallow, sait - on jamais si il n'y en avait pas assez elle en avait laissé encore deux autres dans sa voiture garé plus loin. Des habits de rechange. Un kit de survie spécial camping, convaincue par le vendeur pour ça. Tout le nécessaire qu'une fille a besoin au milieu d'une forêt, enfin le stricte minimum plus ou moins. En plein dans ses pensés, la voix de son éternel ami se fit entendre, comme un doux chant d'espoir mettant fin à son supplice glacial. « Crystal! ». Elle bondit rapidement vers lui, s'agrippa à ses épaules tentant de lui voler un peu de chaleur. « Je suis si contente de te voir Koko'. Tu ne t'imagines pas à quel point je meurs de froid! Qu'est ce qui t'as retenu aussi longtemps!? » Marmonna t-elle entre ses lèvres tremblantes. Un baiser sur sa joue et elle ne le lâcha plus, tel un petit koala accroché à son arbre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyMar 12 Fév - 17:11

D’un pas rapide, il se dirigeait vers la forêt, qui se trouvait à un bon quart d’heure de marche du Méli-Mélo. Kovu se refusait à prendre sa voiture pour faire un trajet si rapide, d’autant que malgré la fraicheur, le soleil illuminait le ciel, parant la ville de couleurs chaleureuses. Autant profiter du spectacle, avec l’hiver glacial, il était rare de voir une si belle lumière. Une lumière qu’aurait pu diffuser son cœur s’il était visible. Il avait retrouvé Kiara, son amour de toujours et savourait enfin le sens du mot « bonheur » qui longtemps lui avait échappé. Ils étaient encore maladroits, prudents, mais leur complicité n’avaient pas changé et peu à peu elle les rapprochait inexorablement, ils se redécouvraient et c’était pour le jeune homme un plaisir de tous les instants. De plus, il rejoignait en ce moment même Crystal pour passer un weekend camping avec elle. Il lui avait promis de lui faire découvrir les joies d’une nuit sous la tente, des feux de camps aussi, qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de connaitre quand elle vivait sous la mer. Et enfin il allait tenir sa promesse, passer un moment avec sa meilleure amie. Il avait hâte de lui annoncer la nouvelle, il savait qu’elle serait heureuse pour lui. D’un pas vif, il marchait vers elle, le vent dans son dos le poussant presque à accélérer et enfin il la vit. Elle était là, à l’entrée de la forêt, plongée dans ses pensées, sa crinière d’or volant légèrement autour de son sublime visage. « Crystal ! » Il n’avait pu se retenir de prononcer son prénom, de l’interpeller, pour lui signifier qu’il était là. Il aimait qu’elle lui porte toute son attention, et une bouffée de satisfaction l’assaillit quand elle posa son regard azur sur lui, pour venir s’agripper à ses épaules en l’espace de quelques secondes « Je suis si contente de te voir Koko'. Tu ne t'imagines pas à quel point je meurs de froid! Qu'est ce qui t'as retenu aussi longtemps!? » Il lui sourit, lui aussi ravi de la retrouver et sans perdre un instant de plus, il la ramena contre lui, la serrant dans ses bras pour la réchauffer, elle était glacée. Il déposa un baiser sur son front et rétorqua en restant évasif: « J’avais quelques petites choses à préparer, je sais que j’ai un peu de retard pardonne moi. Mais je suis vraiment content de te voir ! Tu es radieuse comme toujours, même en sweat et baskets. » C’était ainsi avec elle, simple, facile. S’il avait un compliment à faire, alors il le faisait, sans se retenir. D’ailleurs il fallait qu’il lui annonce la nouvelle. Pas celle de se ses retrouvailles avec Kiara, pas encore, autre chose. « Hum Crys… Je… J’espère que tu ne m’en voudras pas, j’ai invité quelqu’un d’autre. Elle va arriver d’une minute à l’autre. » Et rien qu’à cette perspective, son cœur accélérait, il avait hâte de la voir. Il avait hâte de partager ce weekend avec les deux femmes de sa vie rien que pour lui. Son seul espoir était que tout se passerait à merveille, mais il leur faisait entièrement confiance à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyMar 19 Fév - 3:17

C'était encore une belle journée qui s'annonçait aujourd'hui, Un soleil brillant... Une journée paisible... Un froid de canard, mais néanmoins supportable, tout ceci n'était rien comparé au bonheur qui animait mon coeur, Kovu en était certainement la cause. Depuis que nous nous sommes remis ensemble, le sourire ne me quittait plus, la joie s'imprégnait de chaque vision qui s'offrait à mon regard. Comment expliquer toute l'ampleur de ce bonheur à l'état pur ? Je ne pouvais pas le crier, pas pour l'instant, car je devais m'assurer d'abord que tous ce passe bien. C'est pourquoi j'avais accepté l'invitation de mon petit ami, celui de passer un weekend de camping en sa compagnie et celle de Crystal. Au départ, entre moi et Crystal avait toujours été neutre, car une certaine jalousie avait pris place de par nos relations avec ces deux charmants hommes de notre vie Kovu et Peter. Mais, maintenant j'avais envie de déposer les armes, j'avais envie de passer un excellent weekend, j'avais envie qu'entre nous quatre, l'entente reprennent place et c'est pourquoi j'avais pris la peine d'inviter Peter. Je savais que la tension serait à son comble entre les deux hommes, mais je voulais que tous s'arrange alors j'ai un peu poussée le destin comme je le dis si bien. Pour l'occasion, je me vêtis d'un fuseau jean noir, d'un chandail simple noir et d'une veste en cuir glacé d'un noir un peu plus clair. Aux pieds, j'avais des bottines plates et noirs arrivant jusqu'aux genoux. Sur mon cou, une écharpe en laine rouge et noir et dans le dos, un sac avec tout ce dont j'aurai besoin. C'était la première fois que j'allais faire du camping, alors je ne savais pas trop quoi emporter avec moi, si ce n'est qu'un kit de survie et quelques trucs à se mettre sous la dent. « Allez Peter marche plus vite bon sang ! Même une tortue pourrait te rattraper ! » Disais-je en passant derrière le jeune homme posant mes mains dans son dos et le poussant ainsi à marcher plus vite. « Il fait un froid de canard et je n'ose pas imaginer ce que la nuit nous réservera ce soir...Heureusement que je me suis vêtue convenablement. » Autant dire qu'avec ce froid, nous devions nous attendre à ce qu'il fasse encore plus froid la nuit tombée. « Tortue va !. » Affirmais-je en passant devant lui, lui tirant la langue par la même occasion. J'aimais bien taquiner mon meilleur ami sans qu'il puisse le prendre mal ou quoi que ce soit, c'est ce qui rendait notre relation naturelle et unique. Mais en même temps j'avais surtout hâte de revoir Kovu, un sourire se dessina sur mon visage rien que par cette simple pensée. En parlant du loup, il montre aussitôt sa queue. « Hey !...Désolé du retard !. » Lançais-je en direction de Kovu et Crystal. « Hum, à ce propos...désolé, j'ai envoyée une tortue qui se serait ennuyée toute seule ce weekend, j'espère que ça ne vous dérange pas... » balançais-je d'un signe de pousse derrière moi, me poussant sur le côté pour laisser entrevoir Peter qui venait à peine de faire son entrée. Rholalalala une vraie tortue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyMar 19 Fév - 20:20

    Le paysage avait quelque chose de magique, d’imaginaire. J’avais trop longtemps vécut au centre de la ville, la forme des arbres m’avaient manquées sans que je n’en ressente le moindre malaise, du moins jusqu’à aujourd’hui. C’était une odeur d’épine, de feuillure gelée qui survolait l’air, qui enchantait mes narines alors qu’une légère brume s’échappait d’entres mes lèvres. Il faisait froid, mais je ne m’en plaignais pas. Du bout des doigts je m’accrochai à l’arcade d’une de mes oreilles, elle était frigorifié, un vrai glaçon. « Allez Peter marche plus vite bon sang ! Même une tortue pourrait te rattraper ! » Un rire d’enfant m’échappa. Plus elle le disait, plus mon pas ralentissait, n’avait-elle pas encore compris? Et puis pourquoi était-elle si pressée? Je ne connaissais pas la destination, mais j’avais cru deviner qu’elle serait aléatoire. J’avais fait du camping toute ma vie, à Neverland on survivait, on ne vivait jamais. La nature n’avait aucun secret et je ne lui avais jamais rien caché en retour. J’inspirai profondément, la nostalgie m’envahissant les entrailles, ramollissant mes jambes déjà bien lentes. « Il fait un froid de canard et je n'ose pas imaginer ce que la nuit nous réservera ce soir...Heureusement que je me suis vêtue convenablement. » J’ai toujours aimé les canards de toutes manières. Elle posa ses deux minuscules mains dans mon dos, me poussant en vain. Je fis mon possible pour lui rendre la tâche difficile, elle était si petite, si inoffensive. Un sourire ce glissa sur mes lèvres.

    «Je serai là pour te réchauffer petit avorton.» Je collai la plante de mes pieds au sol, m’immobilisant un instant pour qu’elle abandonne enfin ce qu’elle avait entrepris. « Tortue va !» Elle m’exposa le bout de sa langue et je lui répondu d’un grognement faussement dangereux. Elle passa devant, m’obligeant à ne voir que ces cheveux, ondulant par le mouvement de sa marche, jolie spectacle. « Hey !...Désolé du retard ! » Je levai un sourcils, incapable de voir à qui elle s’adressait. Je croyais cette fin de semaine exclusive à nos deux âmes, la déception me tordis le ventre. « Hum, à ce propos...désolé, j'ai envoyée une tortue qui se serait ennuyée toute seule ce weekend, j'espère que ça ne vous dérange pas... » J’étais le premier à m’en déranger d’ailleurs. Elle fis un mouvement vers la droite, me laissant enfin voir ce qu’elle me cachait précédemment. Deux personnes, une entité plutôt vu la proximité qu’ils entretenaient. C’est tout un monde qui s’échoua sur mes épaules quand je m’accrochai au regard azuré de la blonde, Crystal, son prénom m’échappa dans un soupir intérieur. Elle était belle, plus qu’à mon souvenir. Et, horreur, Kovu, celui qui ne m’inspirait qu’une violence sans borne. Les voir ensemble me faisait mal, je plissai les yeux, m’accrochant au bras de Kiara je tournai le dos aux deux autres et glissai ma tête dans son cou, ma bouche à quelques millimètre de son oreille. Je murmurerai pour ne pas me faire entendre des deux intrus.

    «Si je suis une tortue, toi tu n’est définitivement pas une lionne. Plus sérieusement, qu’est-ce qu’ils font ici?» Son salut aurait dû m’en donner un indice, visiblement j’étais le seul surpris dans cette histoire. «Tu savais qu’ils... ne t’en fais pas, je m’en occupe.» Mes doigts se resserrèrent autour de son avant-bras. Je laissai tomber le sac que j'avais trimbaler jusqu'ici aux pieds de ma meilleure amie et me retournai, ne fixant mes yeux que sur l’homme, ignorant celle qui avait quelque peu hanté mes lèvres depuis ... hum. M’approchant d’un pas rapide vers lui, ma main se refermant sur le tissus de son collet je l’écartai de sa compagne et d’un élan violent le projetai au le sol. Me postant à ses pieds, mon ton haussa d’un octave. «Kiara n’est pas le genre de femme que l’on peut simplement remplacer au bout de quelques jours. J’ai toujours su que tu ne la méritais pas, mais ... toi... avec elle.» Ma voix se brisa un peu, je fermai les yeux, conscient que je n’en serais pas aussi affecté si ça avait été n’importe quelle autre femme... tout sauf celle-ci... celle-là... l’unique à me donner encore un espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyVen 22 Fév - 14:32

Les bras de Kovu autour d'elle pour la réchauffer, elle chercha la moindre parcelle de chaleur auprès de son meilleur ami qui était toujours là quand elle en avait besoin... Elle comptait d'ailleurs faire appel à ses conseils tout au long de ce weekend qui se présageait merveilleux. Elle attendait ce moment depuis assez longtemps et en avait vraiment besoin. Loin de tout, elle espérait pouvoir faire le vide dans sa tête, dans son coeur, passer un bon moment, trouver les réponses à certaines questions et profiter de son ami au maximum. « J’avais quelques petites choses à préparer, je sais que j’ai un peu de retard pardonne moi. Mais je suis vraiment content de te voir ! Tu es radieuse comme toujours, même en sweat et baskets. » La jeune femme lui murmura un merci du bout des lèvres, pour le reste il était tout pardonné depuis la deuxième minute après son arrivé. Elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir de toute façon... Presque jamais ou cela ne durait pas. Peut - être qu'elle arriverait à tenir quelques dizaine de minutes, mais elle revenait toujours vers lui et inversement. « Hum Crys… Je… J’espère que tu ne m’en voudras pas, j’ai invité quelqu’un d’autre. Elle va arriver d’une minute à l’autre. » Automatiquement en l'entendant la jolie blonde se redressa assez pour voir son visage et confronter son regard. La nouvelle atterrit dans sa tête comme une bombe, une catastrophe qui venait de faire s'envoler tous ses espoirs pour ce weekend. Adieux marshmallows. « Elle? De quoi tu parles Kovu, je croyais que... il y a quelque chose que je n'ai pas compris dans le 'toi et moi' ? ». Elle arqua un sourcil avant de baisser le regard en secouant doucement la tête. Relâchant à demi son étreinte après qu'un gros soupir se soit échapper de sa bouche. Elle était déçue, qu'allait - elle faire avec eux deux? Tenir la chandelle tout le weekend? Ah et bien, super programme. Elle était presque prête à faire demi - tour, ça la démangeait vraiment, prendre ses affaires et les laisser tous les deux. Non mais à quoi pensait - il en la faisant venir? Son identité n'était pas dur à trouver, elle l'avait deviné dès les premières étoiles dans les yeux de son meilleur ami et il n'y avait qu'une seule fille - à son grand malheur - qui était dans le coeur de Kovu. « Hey !...Désolé du retard !. » Elle. C'était elle, Kiara. Le visage de la blonde se tourna pour la voir, lui offrant un sourire médiocre sur le coup, pas vraiment heureuse de la voir... En d'autres occasions, peut - être, ce n'était pas qu'elle ne l'aimait pas, mais... elle lui volait un peu, beaucoup, trop souvent son meilleur ami. Elle était jalouse, simplement, mais pas parce qu'elle aimerait être à sa place, loin de là, Kovu avait beau être vraiment très sexy, elle ne le verrait jamais comme autre chose qu' un ami, un très bon ami. « Hum, à ce propos...désolé, j'ai envoyée une tortue qui se serait ennuyée toute seule ce weekend, j'espère que ça ne vous dérange pas... » Une tortue, un lapin, un canard, peu importe, sur le moment elle faillit sauter de joie de savoir que ça n'allait pas être un weekend en solitaire. Sa silhouette se fit peu à peu découvrir... Bien plus grand que ce reptile dont parlé Kiara, peut - être une tortue géante qui sait, mais ce jeune homme qui faisait son entrée était loin d'être petit et insignifiant. Il ne lui fallu qu'un instant dans ses yeux pour se remémorer ô combien il prenait de place dans son coeur. Brulants souvenirs. Un souffle, une seconde, il leur tourna le dos, elle s'agrippa au tee shirt de son compagnon, que faisait - il, ici et là maintenant? Son coeur se rebellait déjà dans sa poitrine, c'était insoutenable, en si peu de temps, comme une étoile filante, il était apparu dans sa vie, puis repartit aussi vite. Trop tôt. Il leur fit face de nouveau, avança rapidement vers eux, elle ne comprit qu'à la dernière seconde que ce n'était pas pour elle, non, il fonçait littéralement sur Kovu. «Kiara n’est pas le genre de femme que l’on peut simplement remplacer au bout de quelques jours. J’ai toujours su que tu ne la méritais pas, mais ... toi... avec elle.». Elle cligna à plusieurs reprises des yeux, croyant un instant que tout ceci n'était pas réel, que Peter n'avait pas fait ça. Kovu au sol. Elle regarda Kiara essayant de chercher une explication, mais rien n'était cohérent dans sa tête et son regard se reporta directement sur lui, cet homme qui n'arrêtait donc jamais de bouleverser tout son être. « Peter, ça ne va pas?! » Ces premiers mots avant de partir près de son ami, heureusement qu'il était plutôt solide, elle lui agrippa le bras pour l'aider à se relever. Une fois rassurée sur son état, la blonde s'empressa de faire les présentations. « Bonjour au faite, ravie de te revoir, mais la prochaine fois, évites de t'en prendre à mon meilleur ami s'il te plait! » Un regard en direction de Kiara, ce devait être elle le lien entre eux deux. Elle se demanda alors, qu'elle était sa relation avec Peter aussitôt. Proches, très proches, trop proches? Hum. Elle devait trouvé quelque chose pour calmer l'ambiance, dans quelques secondes Kovu allait peut - être répondre et elle ne préférait pas voir ça, ni le laisser faire. Un, deux, trois,... « ... Un volontaire pour m'aider à récupérer quelque chose dans ma voiture? » Garée juste à quelques dizaine de mètres d'eux, ça lui donnerai l'occasion de prendre les deux paquets de chamallow. Elle appuya son regard dans celui de Peter, comme pour ne lui laissait aucun autre choix, ça devait être lui, il devait l'accompagner, elle en avait besoin. C'était tout son corps qui le réclamait, même le vent se mettait à lui souffler son prénom au creux de son oreille, sur ses lèvres et... ce n'était peut - être que son imagination, mais elle dû regarder ailleurs en se sentant défaillir des pieds à la tête. « Viens. » Lança t-elle en entrainant le jeune homme sans attendre son consentement. Elle espérait que de l'autre coté, Kiara s'occupe de Kovu, elle était peut - être la seule à pouvoir le calmer et l'empêcher d'engrainer la situation et puis ils devaient certainement avoir beaucoup à se dire, du genre, communication corporelle. Beurk.

Elle lui avait attrapé la main, quelques secondes de trop, puis l'avait relâché en chemin. Ils n'étaient pas très loin des deux autres, mais assez pour ne pas entendre leur conversation. Elle resta à quelques pas devant le jeune homme, jouant nerveusement avec ses clés de voiture et en se rendant compte qu'elle ne savait pas du tout ce qu'elle faisait. A cet instant, elle revoyait en boucle leur dernier moment ensemble et... hum. Balançant son visage en arrière, elle chercha son beau minois du coin de l'oeil. « Je ne savais pas que tu venais... Tu as déjà fait du camping? » Question inutile et tout à la fois importante pour elle, mais la jeune femme devait bien dire quelque chose, c'était une envie, un réel besoin que d'avoir un échange avec lui. Et dire, qu'ils allaient passé tout un weekend ensemble, elle ne savait pas vraiment si elle en était heureuse ou le contraire, elle était censé être ici en partie à cause de lui ou grâce à lui et là... elle ne savait plus. « J'espère qu'il y en aura assez, j'avais pas prévue que... que l'on serait quatre. ». Les deux paquets de chamallow entre ses bras, s'arrêtant face à lui, ses yeux se posèrent directement sur ses lèvres, elle n'était pas encore prête à en oublier le gout, puis dans ses yeux, si beaux, elle redécouvrit à quel point elle était complètement et follement entichée de lui.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyMer 27 Fév - 16:10

Il avait senti Crystal se tendre après ses paroles, et quand il rencontra son regard, il sut qu’elle était à la fois surprise et un peu en colère. Il la connaissait par cœur. Instantanément, il s’en voulu de ne pas l’avoir prévenue, d’avoir invité Kiara sans lui en parler, mais ça avait été plus fort que lui. Il voulait partager son bonheur avec elles deux. Il voulait les avoir à ses côtés, le temps d’un weekend. Peut-être aussi, que cela aiderait à apaiser leur relation à toutes les deux. Elles ne se détestaient pas mais Kovu savait qu’une certaine jalousie les habitait… « Elle? De quoi tu parles Kovu, je croyais que... il y a quelque chose que je n'ai pas compris dans le 'toi et moi' ? » Un soupir s’échappa de ses lèvres et il remua, légèrement gêné, s’excusant du regard. Il aurait dû la prévenir oui, mais il avait eu si peur qu’elle réagisse mal, qu’elle refuse. Et puis, il voulait lui faire la surprise, en lui annonçant qu’il s’était remis avec Kiara. Maintenant qu’il lisait la déception dans son regard, Kovu se sentait tiraillé par la culpabilité. Une culpabilité qui ne le tortura pas bien longtemps car avant même qu’il n’ouvre la bouche pour lui répondre, il entendit une douce voix résonner à ses oreilles. Une voix qu’il aurait reconnue entre milles. « Hey !...Désolée du retard !. » Instantanément, un sourire prit possession de son visage et il tourna la tête vers elle. Kiara. Elle était radieuse comme toujours, et rien qu’en la voyant à quelques mètres de lui, il mourrait d’envie de s’approcher d’elle pour s’emparer de ses lèvres. Mais il devait résister, ils n’étaient pas seuls et leur couple n’était pas encore « officiel ». Il se contenta donc de l’admirer jusqu’à ce qu’une phrase vienne l’interpeller, brisant son instant de bien-être. « Hum, à ce propos...désolée, j'ai envoyé une tortue qui se serait ennuyée toute seule ce weekend, j'espère que ça ne vous dérange pas...» Sourcils froncés il regarda la jeune fille plus attentivement, tenant toujours Crystal dans ses bras. Un mauvais pressentiment lui soulevait le cœur, et tout à coup, il se demandait s’il avait eu une bonne idée en invitant son aimée. C’est alors qu’elle se décala et qu’il l’aperçu. Lui. Peter. Son cœur eut un raté et la colère monta en lui en un instant. Que faisait-il ici ? Pourquoi l’avait-elle invité lui ? Lui qu’il détestait tant, lui qui avait brisé son couple il y a quelques mois. Ses sourcils se froncèrent un peu plus et sa mâchoire se contracta. Une nouvelle vague de ce sentiment d’une noirceur intense monta en lui quand il le vit s’approcher de sa Kiara pour se pencher à son oreille, et instinctivement, il resserra son étreinte autour de Crystal, pour se contenir, pour ne pas lui sauter dessus. C’est alors qu’il le vit approcher et qu’il sentit une main le saisir. En quelques secondes, il était au sol. Il n’avait pas même eu le temps de protester. «Kiara n’est pas le genre de femme que l’on peut simplement remplacer au bout de quelques jours. J’ai toujours su que tu ne la méritais pas, mais ... toi... avec elle.» Un excès de violence résonna dans tout son corps. Pour qui se prenait-il pour émettre un tel jugement ? Il n’avait aucun droit sur lui ni sur Kiara. La rage. La rage coulait dans ses veines, il était prêt à le réduire en miettes. Un grognement féroce s’échappa de sa gorge. Un grognement animal, comme quand il était encore un lion. « Peter, ça ne va pas?! » Sa douce voix inquiète venait de résonner dans l’air. Et une seconde à peine plus tard, son parfum gagnait ses narines, elle était là, à ses côtés, l’aidant à se relever. En lui agrippant le bras, Crystal lui signifiait qu’elle ne voulait pas de combat. Pourtant la même rage le dévorait toujours et il n’était pas certain de pouvoir résister à la violence, même pour elle. « Bonjour au faite, ravie de te revoir, mais la prochaine fois, évites de t'en prendre à mon meilleur ami s'il te plait! » Ses pensées furent interrompues par cette étrange phrase. Elle connaissait donc cet être abject et égoïste, ce Peter voleur de cœurs. Elle le défendait face à lui, sa Crystal, sa meilleure amie, et cela le rassurait, l’apaisait un peu. Pourtant il regardait toujours Peter avec une méchanceté non dissimulée. « ... Un volontaire pour m'aider à récupérer quelque chose dans ma voiture? » En un éclair elle avait inversée la situation, elle redoutait une confrontation. La jolie blonde avait déjà saisi Peter et l’entrainait au loin, vers sa voiture.

Un autre sentiment vint l’envahir. La jalousie. Il n’aimait pas ça, la voir avec lui, d’autant qu’elle semblait… Différente en sa présence. Troublée. Aurait-elle succombé à ses charmes ? Son cœur battait douloureusement dans sa poitrine. Crystal méritait mieux, bien mieux que lui. Il allait devoir en apprendre plus et discuter avec elle. N’y tenant plus, Kovu hurla en direction de Peter : « Ne me juge plus. Plus jamais. Et ne t’avise pas de la toucher. » . Son ton était menaçant. Il secoua la tête pour tenter de refouler ce sentiment dévastateur qui brûlait en lui et il darda enfin son regard vers Kiara, un regard empli de reproches, il était bien trop aveuglé par la colère pour se montrer doux. « Pourquoi tu l’as fait venir ? Tu sais bien que je ne le supporte pas. Merci vraiment, ce weekend s’annonce superbe. » Son ton était des plus sarcastiques, et il conclut par un soupir. Un soupir de lassitude. Ne pourrait-il jamais profiter d’un instant de bonheur pur, sans ombre de malheur ? Il jeta un coup d’œil vers la voiture pour s’assurer que tout se passait bien et se tourna à nouveau vers Kiara, la détaillant. Peu à peu il parvenait à retrouver le calme, mais un pas de travers de Peter et à nouveau il serait submergé par la colère. Kovu s’avança vers son aimée et s’empara de sa main, déposant un baiser dessus à défaut de pouvoir se saisir de ses lèvres. Il murmura alors plus délicatement : « Je suis quand même content que tu sois venue. Mais j’aurai préféré que tu sois seule. » Il s’approcha un peu plus et passa une main sur son beau visage pendant quelques secondes seulement, il ne fallait pas que Crystal ou Peter se rende compte maintenant de la relation qu’ils partageaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyJeu 28 Fév - 12:05

« Je serai là pour te réchauffer petit avorton. » À cette pensée je ne pus retenir un petit rire m'échapper de mes lèvres, s'il le faisait, il risquerait sans aucun doute d'avoir un coup de poing de Kovu. De plus, il ne se doutait guerre que nous ne serions pas seul, car si je le lui avait dit, il aurait surement refusé de venir. J'appréhendais un peu ce weekend de peur qu'une bagarre éclate entre les deux hommes, mais d'une part j'espérais que tout ce passe bien, que nous poussions finalement faire régner une petite lueur d'entente. Je voulais les réconcilier, je voulais que nous puissions tous nous entendre, j'avais besoin que mon meilleur ami soit consentent pour moi et pas qu'il me fasse des reproches sans arrêt concernant mon petit ami, c'était un peu le but de sa venue ici. Apercevant Kovu et Crystal, je pris soin de les saluer, remarquant le sourire médiocre de la jeune blonde. Pour moi c'était évident, elle n'était pas du tout heureuse de me voir, dans mes pensées, je m'excusais un peu de ma venue, car j'aurai très bien pu refuser de venir, mais pour moi ce fut la belle occasion à tenir pour réconcilier les garçons et pour mieux nous entendre elle et moi sachant qu'une certaine jalousie s'était installée entre nous par rapport à nos meilleurs amis. Nous étions possessives, nous n'aimions pas le temps que l'une ou l'autre prenait avec le meilleur ami de l'autre. Mais il serait peut-être temps de faire couler tout cela, du moins accepter de partager. Le regard que lança Kovu à Peter lorsque je venais d'annoncer son entrée, ne présageait rien de bon, mais j'essaierai de le calmer et il fallait que j'y arrive coute que coute. Soudainement Peter m'attrapa le bras afin de nous retrouver un peu à l'écart, lorsqu'il me susurra à l'oreille. « Si je suis une tortue, toi tu n'es définitivement pas une lionne. Plus sérieusement, qu'est-ce qu'ils font ici? » La fameuse question, je ne pouvais pas lui dire que j'avais été seule invitée ici, je ne pouvais pas lui dire que je l'avais invité pour qu'il puisse échanger quelques mots sans coups et blessures avec Kovu. Définitivement, je prendrais un joli coup sur la tête, où des reproches à n'en finir. « Peter, je.... » N'avais-je eu le temps de finir qu'il m'interrompit à nouveau. « Tu savais qu'ils... ne t'en fais pas, je m'en occupe. » J'arquais soudainement mes sourcils, ne saisissant pas où il voulait en venir, lorsqu'il se jeta soudainement sur Kovu le plaquant au sol. « Kiara n'est pas le genre de femme que l'on peut simplement remplacer au bout de quelques jours. J'ai toujours su que tu ne la méritais pas, mais ... toi... avec elle. » Surprise de ce qu'il venait de se passer, je ne pus ouvrir ma bouche, Peter avait crue que Kovu m'avait remplacé avec Crystal, c'est insensé, impossible, non pas que Crystal n'avait pas tous les atouts pour, mais le fait est qu'on sortait ensemble. Olalalala, la sortie elle est par où, ici ? Là ? Me disais-je en regardant de droit à gauche, la main posée sur ma bouche. Alors que je me ressaisis allant intervenir « Peter.... » Je fus alors coupé par Crystal qui prit les devants « Peter, ça ne va pas?! » Cette voix ferme laissait un peu paraître une colère, lorsqu'elle les séparèrent enfin. Je n'osais pas m'approcher, car j'en étais un peu la cause. « Bonjour au fait, ravie de te revoir, mais la prochaine fois, évites de t'en prendre à mon meilleur ami s'il te plait! » Dit-elle en me lançant un regard plein de reproches. J'en avais eu la chair de poule. Elle eut cependant la bonne idée de détendre l'atmosphère en emportant Peter un peu à l'écart.

Je regardais mon meilleur ami et la blondinette s'éloigner quand soudainement un cri colérique fut émit par mon petit ami en direction de Peter. « Ne me juge plus. Plus jamais. Et ne t'avise pas de la toucher. » Je compris à ce moment précis que la tâche allait être plus rude que jamais, mais il n'était pas question que j'abandonne. « Pourquoi tu l'as fait venir ? Tu sais bien que je ne le supporte pas. Merci vraiment, ce weekend s'annonce superbe. » Lorsqu'il me lança ce regard rempli de reproches, je me sentis faiblir, comme si toutes mes forces m'avaient abandonnée. Le seul truc que j'avais réussi à faire, c'était rejoindre mes deux index de mains et les tapoter au fur et à mesure, adoptant ainsi une petite moue. « Euh.. je... Tu sais... » Balbutiant mes mots, il ne manquait plus que ça. Un petit sourire nerveux pris place sur mon visage. « Je suis quand même content que tu sois venue. Mais j'aurai préféré que tu sois seule » Dit-il en s'emparant de l'une de mes mains afin de pouvoir y déposer un baiser, baiser qui me fit frissonner comme à chaque fois qu'il touchait une partie de mon corps, à ce simple contact, mon corps explosait en flammes. Mes joues rougissaient sans que je ne puisse m'en rendre compte. Sa main sur mon visage quelques secondes fit battre mon cœur à une vitesse folle, à ce rythme je ne vais pas pouvoir résister longtemps à l'envie de l'embrasser. Il fallait que je me calme ou sinon nos meilleurs amis s'en rendraient compte. Mes deux mains sur ma poitrine, je soufflais pour me calmer, du moins, calmer mon cœur. « Ça va être difficile de ne pas pouvoir toucher tes lèvres... » Disais-je en me murmurant à moi-même avant de relever mon regard cette fois-ci plus déterminant. « C'est important pour toi que Crystal puisse partager ton bonheur pas vrai ? Important qu'elle soit consentante pour nous, important que je puisse bien m'entendre avec elle pas vrai ? » Je le connaissais bien et je savais que Crystal était aussi importante pour lui, que Peter l'était pour moi. « Alors tu comprendras pourquoi j'ai fait venir Peter aujourd'hui... » Disais-je avec un fin sourire, espérant qu'il comprenne. « S'il te plait essai de mieux t'entendre avec lui, ce n'est pas sa faute si j'ai fait cette erreur, il n'est au courant de rien... fais-le pour moi... Kovu... » Je rejoignis cette fois-ci mes deux mains comme pour implorer un pardon. Oui, Peter n'était même pas au courant que je croyais avoir eu des sentiments pour lui, que j'avais stoppée avec Kovu pour ces sentiments. Il ne savait rien et ne devait jamais le savoir, c'était une erreur. « Et d'ailleurs tu étais assez proche de Crystal t'alheure, je suis jalouse... » Je rigolais biensûre, même si c'était un petit peu vrai, car je ne pouvais pas le tenir dans mes bras là, ça serait beaucoup trop louche pour les deux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptySam 2 Mar - 19:58

    Une telle violence m’animait quand je pensais à ses maux, quand je la savais en danger. Elle n’avait besoin de personne pour se défendre, c’était ce que je lui avais tout de suite adoré, mais s’il y avait un homme sur Terre capable de la rendre vulnérable, c’était bien celui-ci. Le même qui était maintenant bien au chaud dans le confort de ces deux bras, alors que quelques mèches blondes lui chatouillaient déjà le cou. Je serrai des dents, le potentiel d’un bris de coeur, celui de Kiara, aurait pu suffire à alimenter ma colère, mais c’était elle. Celle que je ne saurais décrire, à qui je ne pouvais penser sans m’y perdre complètement. Et je m’y perdis, d’un coup d’oeil j’implosai. « Peter, ça ne va pas?! » Sa voix déchira l’air, elle m’avait manqué sans même le savoir. Je m’étais juré de ne plus la revoir, mais la voici, belle comme toujours, comme jamais, et je craque, je suis faible devant mes envies... je ne peux pas la laisser m’échapper à nouveau. J’ai tout perdu, où suis-je? Que fais-je? Informations inutiles quand je ne souhaite véritablement qu’une unique chose, partager un silence avec elle. Crystal se précipita sur l’homme que ma jalousie avait projeté au sol, le remis sur pied en un geste. Rien de cassé. Dommage. « Bonjour au faite, ravie de te revoir, mais la prochaine fois, évites de t'en prendre à mon meilleur ami s'il te plait! » Meilleur ami. Je ravalai un sourire, l’embarras pressant. Ses mots, peut-être ne les pensait elle pas vraiment... ravie, elle avait dit l’être, c’était ce que j’étais, ainsi que surpris. « ... Un volontaire pour m'aider à récupérer quelque chose dans ma voiture? » Mes yeux la fixaient sans subtilité, incapable de m’en défaire, découvrant chaque seconde une nouvelle qualité, un nouveau désir de lendemain. Je n’entendais plus exactement ce qu’elle disait, trop de mes propres pensées encombraient le silence. Elle me vola son regard, posant le sien ailleurs, bien loin. « Viens. » Ses doigts comblèrent l’espace entre les miens, me brûlant jusqu’à l’os. Elle avait quelque chose d’unique, d’exceptionnel, d’impossiblement compris ou niable... ce qu’elle provoquait chez moi devait bien séjourner sous la définition de magique. Le rouge teinta ma vue et mes pieds la survirent sans rien lui interdire. « Ne me juge plus. Plus jamais. Et ne t’avise pas de la toucher. » Cette voix masculine seconda nos pas. Sans me retourner je reserrai mes doigts autour de ceux de cette femme, répondant par la négative à cette demande complètement déplacée qui me faisait maintenant douter de la véracité des dires de Crystal. Qu’un ami, oui, qui désirait une part bien trop grande d’elle. Je serrai les muscles de ma mâchoire, les imaginer tous les deux me rendait malade. Et alors que cette image laissai une empreinte amer contre ma langue, elle lâcha ma main, je ne pus m’empêcher d’y comprendre qu’elle le préférait à moi. Que devais-je attendre de toutes manières? Il faisait si froid tout à coup, alors que son pas accélérait, qu’elle s’éloignait de plus en plus de moi et de la faiblesse de mes membres qui n’en pouvaient déjà plus de la voir et de ne pas l’avoir. « Je ne savais pas que tu venais... Tu as déjà fait du camping? » Ses cheveux autour de son fin visage encourageait le vice, je mourrais d’envie d’y plonger mes doigts... Pas aujourd’hui malheureusement, ce n’était possible qu’en rêve. Je secouai la tête en pressant ma course pour la rattraper.

    « Il serait plus juste de demander quand je n’en ai pas fait.» La question semblait bien futile dans ce genre de contexte, ne voyait-elle pas mon état, ce qu’elle faisait à mon bonheur en ne le partageant pas avec moi. Mon sourire s’était éteint avec elle, avait brûlé sous les flammes de son regard bleuté d’indépendance. Elle atteint sa voiture en premier, ouvrit la porte, en sortit deux sacs et me rejoint en moins de temps pour le dire.« J'espère qu'il y en aura assez, j'avais pas prévue que... que l'on serait quatre. » Je portai une main vers elle, lui arrachant un des sacs pour le coller à mon ventre. Ses yeux valsèrent de mes yeux à ma bouche et sans retenu je glissai ma langue contre mes lèvres, désireux de savoir ce qui lui passait par la tête. Désireux de tout. D’un doigt je glissai une de ses mèches blondes derrière son oreille, mes yeux suivant le mouvement avec attention, je ne frôlais qu’à peine sa peau, mais c’était suffisant pour m’en faire perdre le souffle. J’approchai mon visage du sien, dangereusement près. Ma gorge se noua, elle sentait si bon, si sucré. Ma bouche accosta son oreille, n’échappant pas au contact inévitable. «Parfois je me demande si ce n’était qu’un rêve.» Ma voix, un unique souffle. Rien n’avait changé depuis, je ne saurais toujours rien décrire, je ne pourrais y survivre, m’en sortir entier. Elle avait... hum. Je reculai mon visage de quelques centimètres, mes yeux trouvant ses yeux, j’étais beaucoup trop proche. Mes lèvres, son souffle s’y écrasant comme si elles lui appartenaient, quelle torture. « Il n’y aurait véritablement qu’un moyen de m’en assurer, mais...» Mes yeux s’attardèrent contre sa bouche, si seulement... «C’est interdit.» Les mots de Kovu en mémoire, un sourire se glissa sur mes lèvres. Je n’obéissais jamais à personne, mais cette fois l’ordre pourrait bien faire office d’excuse... un baiser s’éternisait trop facilement quand il était partagé avec elle. Je pris un pas de recule, mes mains se refermant autour du sac, un doigt y perçant déjà un trou assez grand pour en sortir un marshmallow. D’un sourire, j’enfouis le morceau dans ma bouche et le dégustai sans oublier de gémir sourdement sans jamais la quitter des yeux. J’aimerais bien lui en faire partager le délice, mais... Je glissai ma main entre la sienne, l’obligeant cette fois-ci à me suivre. Je n’avais aucune envie de partager la compagnie de Crystal avec les deux autres, mais je ne pouvais laisser ma meilleure amie seule avec ce briseur de coeur. «Alors, entre toi et... lui, il n’y a jamais rien eu de... plus?» Combler le silence, c’était tout ce que j’avais su trouver. Je ne voulais même pas en connaître la réponse. Secouant la tête, je m’arrêtai en posant les yeux sur Kovu, lui qui passait sans permission sa misérable main sur le visage de Kiara. Je serrai les dents, incapable de contenir ma colère. « Ne t’avise plus de la toucher! » Criais-je en libérant la main de la blonde sans réellement m’en rendre compte. Je n’avais moi-même jamais compris ce qui les avait séparer en premier lieu. Je savais que c’était Kiara, qu’elle y avait mis fin, mais ses raisons étaient toujours bien évasives, j’ignorais tout des dessous de cette histoire, mais j’avais toujours cru que ce pourrait être une faute que Kovu aurait commise, quelque chose d’impardonnable. Je pressai le pas pour les rejoindre, à leur hauteur, j’entourai la taille de Kiara d’un bras, tenant de l’autre le sac de confiserie, mes yeux biens fixes dans ceux de l’homme que je n’avais jamais crains. «J’ignore ce que tu lui as fait la première fois Kovu, mais je ne te laisserai plus jamais le refaire. Laisse-la tranquille. » Je détachai mes derniers mots un à un, pour qu’il le gobe plus facilement. Je plissai les yeux entre les siens. «Dois-je être plus clair encore?» C’était bien une menace, qu’il n’y ait aucune méprise. J’étais prêt à tout pour protéger la brune, littéralement tout.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptySam 9 Mar - 20:46

« Il serait plus juste de demander quand je n’en ai pas fait.» Elle mordilla sa lèvre inférieure, puis y renonça. Elle avait tant à lui demander, mais ce n'était pas le moment.... Elle commençait à croire que celui ci n'arrivera peut - être jamais, elle ne voulait pas se risquer à gâcher ce précieux temps qu'il lui offrait, avec ses mots imparfaits. Exilant son regard sur la soie framboisée de ses lèvres, le silence s'imposa. Sa langue vint les caresser, sans qu'elle n'eut le temps de s'y préparer, d'y échapper, l'envie posséda son corps, son coeur se mit à battre la chamade en sourdine et... Il vint frôler sa peau. D'un touché capiteux, il remit une de ses mèches blondes derrière son oreille avant de s'y pencher, près, trop près. «Parfois je me demande si ce n’était qu’un rêve.» Sa voix l'immergea d'un désir vorace, l'interpella au plus profond de ses envies. Ses paupières abandonnèrent en premières, tombant sur ses yeux dès le premier souffle... embrasant sa peau, entrainant sa chute. « Il n’y aurait véritablement qu’un moyen de m’en assurer, mais...» Éparpillant ses yeux pour y héberger les siens, sans savoir comment il faisait, la jolie blonde ne bougea pas, pas même d'un centimètre, immobile et surtout figée. Son regard quitta le sien et elle le suivit comme une ombre jusqu’au moment où il imposa à son imagination qu’il désirait peut - être ses lèvres à cet instant. Le temps d’y croire, de s’y voir et de le vouloir mais... «C’est interdit.» Un soupire nostalgique s’échappa de sa bouche, ses yeux se levèrent vers le ciel puis fusillèrent du regard le présumé coupable à tout ça. Il était au loin, près de son bonheur à lui, à deux doigts de le toucher, de l’embrasser, de l’avoir pour de bon. Et elle savait qu’il faisait ça pour son bonheur à elle, qu’il ne voulait pas qu’elle soit blessé et surtout pas par celui qui avait brisé le coeur de son meilleur ami, mais... et si son destin heureux se trouvait devant elle, en la personne de Peter? N’avait - elle pas le droit de le vouloir? Elle resserra le paquet entre ses bras avant de revenir sur celui qui avait l’air de s’amuser de la situation. Comment pouvait - il sourire? Ne ressentait - il pas cette effroyable obsession comme celle qui grandissait en elle? Un pas en arrière, mais cela ne changea rien, elle manquait d'air, il lui prenait tout! Et ô malheur, il alla même jusqu'à ouvrir le paquet de sucreries, mangeant un chamallow devant elle. Elle se surprit soudainement à vouloir être ce petit nuage et atterrir dans sa bouche. C'était de la torture et elle ne trouvait rien à lui dire, rien pour suspendre ce spectacle qu'il lui offrait du haut de tout son être. «Alors, entre toi et... lui, il n’y a jamais rien eu de... plus?» Sa main se retrouva dans la sienne et son corps, à coté du sien, marchant en cadence comme ci... « Kovu et moi? Tu plaisantes... non, non, rien de ce genre, c'est vraiment un ami extraordinaire et pour rien au monde je ne voudrai perdre ce que l'on a... ».

Il s'arrêta près des deux autres et elle fit de même. Remarquant leur proximité, elle se questionna d'ailleurs sur leur relation, qu'en était - il aujourd'hui? Ensemble, pas ensemble? A tous les coups, Kovu était encore entrain de tomber dans le panneau... Il était si amoureux et c'était bien connu, l'amour rend aveugle. Il ne voyait pas d'ombres au tableau et pourtant... La blonde redoutait ce jour où elle retrouvait son cher ami en mille morceau, encore une fois, à cause de la même personne. « Ne t’avise plus de la toucher! » Peter lâcha ses mots avant de la lâcher, elle. Sa main bascula dans le vide, un néant glacé, comme le reste de son corps au fur et à mesure de l'éloignement du jeune homme. Ses yeux, traitres, le suivirent jusqu'à sa destination qui n'était autre que la brune, Kiara. De son coté elle ne bougea pas, enlaçant le paquet puisqu'il ne lui restait plus que ça... Regardant la scène, pas d'assez loin pour en ignorer ce sentiment... de la jalousie? Oui, ce devait être ça... Elle venait l'empoisonner. Aussi surprenant que cela puissiez être, ce sentiment dérangeait son esprit, s'emparait d'elle. La conduisit lentement à son propre mépris. Une implacable douleur qui la rongea. Lui et elle, enlacés. Cette image ne fit qu'attisé le feu de son triste bûcher. Sa gorge se serra et sans savoir pourquoi, son coeur la lacéra. Un eclair de bon sens traversa son esprit et lui fit tourner les talons, rejoignant son sac à dos qu'elle avait laissé plus tôt. S'éloignant des trois autres, mais c'était peut - être mieux comme ça. Ce conflit était du genre interminable, les deux étaient têtus et apparemment cela allait durer tout le weekend... Elle mit sur ses épaules son sac, qui était presque plus gros qu'elle mais fait exprés pour marcher avec, enfin un truc du genre d'après le vendeur... Elle n'avait même jamais marché avec un poids sur ses épaules, c'était une sensation étrange et pas vraiment agréable. Sur ses longues jambes, elle commença à faire quelques pas, lançant dans le vide quelques mots à l'attention des trois autres. « Bon, quand vous aurez fini, n'oubliez pas de me rejoindre au moins avant la tombée de la nuit... » Elle ramena ses cheveux d'un seul coté de sa tête avant de rabattre sa capuche. Se protégeant du froid et surement d'autre chose. Puis elle emprunta l'allée principale qui menait... hum, elle ne savait pas vraiment, mais ils trouveraient bien un endroit propice au camping à un moment donné.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyMer 13 Mar - 16:21

Il avait laissé sa colère exploser contre Kiara, la tenant pour responsable de ce qu’il s’était passé. Après tout, c’est bien elle qui avait ramené l’autre avorton ici… Pourtant il savait que lui aussi avait sa part de faute, au départ ce weekend il aurait simplement dû le partager avec sa meilleure amie. Tout aurait été beaucoup plus simple, si seulement il n’en avait pas voulu plus. « Euh.. je... Tu sais... » La voir ainsi, presque tremblante, cherchant ses mots, fit descendre sa colère, il ne voulait pas la voir ainsi, pas à cause de lui, il était hors de question qu’il la fasse souffrir. Pas elle. Il l’aimait tant… La seule chose qu’il voulait lui apporter c’était de l’amour, du bonheur. Il adopta donc un ton plus doux par la suite et ne résista pas à entrer en contact avec elle, avec sa peau. « Ça va être difficile de ne pas pouvoir toucher tes lèvres... » C’était presque un murmure mais il l’avait entendue, et il hocha la tête, lui offrant un sourire. Oui il ressentait la même chose. Ne pas pouvoir l’embrasser, c’était certainement ce qui serait le plus dur au cours de ces prochains jours. Ses lèvres sucrées lui manquaient déjà, il voulait s’en saisir, y goûter à nouveau, encore et encore. Cette simple pensée suffisait à le faire frissonner, Kiara était bien la seule à déclencher de telles sensations en lui. Une attraction indéfinissable les unissait et en cet instant même il n’avait qu’une envie, celle de céder à la tentation. Le souffle court il répondit lui aussi dans un murmure « Oh oui ça va être difficile pour moi aussi… » Si il s’en emparait, juste un instant, juste quelques secondes, les autres s’en apercevraient ? Il leur jeta un regard, ils avaient l’air si absorbés par leur conversation… Oui il allait poser ses lèvres sur celles de la superbe brune se trouvant face à lui, une seconde seulement. Mais alors qu’il venait de prendre cette décision, elle interrompit le geste qu’il allait amorcer : « C'est important pour toi que Crystal puisse partager ton bonheur pas vrai ? Important qu'elle soit consentante pour nous, important que je puisse bien m'entendre avec elle pas vrai ? » Sa mâchoire se contracta, il voyait tout à fait où elle voulait en venir. Lentement il hocha la tête. Elle le connaissait par cœur, mieux que personne, elle savait ou appuyer pour qu’il se calme et qu’il comprenne. « Alors tu comprendras pourquoi j'ai fait venir Peter aujourd'hui... » Il la regarda encore un instant, sourcils froncés et laissa un soupir s’échapper de ses lèvres. Oui il comprenait ce qu’elle voulait, parfaitement même. Mais la situation était différente, entre lui et Crystal il n’y avait jamais eu d’ambigüité, juste de l’amitié, alors que Kiara elle avait cru éprouver des sentiments pour l’autre. Elle avait même quitté Kovu pour ça et il ne pouvait simplement oublier. « S'il te plait essai de mieux t'entendre avec lui, ce n'est pas sa faute si j'ai fait cette erreur, il n'est au courant de rien... fais-le pour moi... Kovu... » Elle était là, face à lui, les deux mains jointes, comme pour l’implorer. Comment pouvait-il lui dire non ? Il était impossible de lui résister. C’était dur, tellement dur, jamais il ne pourrait s’entendre avec Peter c’était une certitude encore plus présente dans son esprit après ce début de journée où il avait osé le mettre à terre. Il devait pourtant faire un effort pour elle. Il haussa les épaules et murmura d’une voix tendue : « Je ne peux pas te promettre de devenir son ami ou de m’entendre avec lui mais… Je peux essayer. Enfin, à condition qu’il ne se jette pas sur moi encore une fois, dans ce cas-là, je ne réponds plus de rien. C’est à moi que tu fais cette demande, mais pour le moment c’est lui qui a cherché les problèmes. » Un nouveau soupir, puis il caressa le visage de Kiara, la regardant droit dans les yeux alors qu’elle ajoutait : « Et d'ailleurs tu étais assez proche de Crystal t'alheure, je suis jalouse... » Il rit, sachant pertinemment qu’elle le taquinait, mais qu’au fond, elle ressentait bel et bien une pointe de jalousie. Elle n’avait pourtant aucune raison d’être jalouse de Crystal, elle était bien la seule femme pour qui son cœur battait, elle sa lionne. Mais avant qu’il n’ait pu le lui exprimer, un cri retentit : « Ne t’avise plus de la toucher! » Il arqua un sourcil, une blague, c’était une blague. Ou la réalité. Peter venait de surgir, attirant Kiara à lui, la serrant dans ses bras. Rien que cette vision suffit à faire remonter la colère de Kovu, et une vague de jalousie d’une puissance incomparable. Il ne voulait pas que cet homme la touche, il avait déjà commis bien assez de dégâts… Si il n’avait pas promis à Kiara de tenter d’apaiser la situation il lui aurait certainement envoyé son poing dans la figure. «J’ignore ce que tu lui as fait la première fois Kovu, mais je ne te laisserai plus jamais le refaire. Laisse-la tranquille. » Il le contempla sonné, surpris par de telles paroles. Ce qu’il lui avait fait la première fois ? Justement il n’avait rien fait. Rien du tout. «Dois-je être plus clair encore?» Cette fois un rire s’échappa de sa gorge, un rire amer, dur, pas un rire joyeux. Comment pouvait-il se permettre de telles paroles, lui qui était à l’origine de la rupture de Kiara. Lui qui était la cause de la souffrance de ces derniers mois. Il sera le poing et déclara d’un ton cassant : « Ce que j’ai fait la première fois ? C’est une blague ? Je n’ai rien fait la première fois. C’est toi et toi seul le coupable de notre rupture Peter. Toi et toi seul la cause de ma souffrance. Et maintenant que j’ai retrouvé Kiara, je ne compte pas la laisser malgré toute tes menaces, c’est plutôt à toi de te remettre en question pour savoir quelle souffrance tu lui a fait subir.» Il savait que Kiara ne lui avait rien dit mais il était temps. Il ne passerait pas un weekend à être tenu coupable de quelque chose qu’il n’avait jamais désiré ni provoqué. Il la regarda, avec tristesse : « Je crois qu’il faut que tu t’expliques avec lui Kiara. » Puis il tourna les talons pour s’éloigner. Il ne voulait plus les voir enlacés, c’était bien trop douloureux. Et il devait rejoindre Crystal qui s’était éloignée, les laissant à leurs histoires. Récupérant son sac, il la rattrapa en quelques enjambées et posa une main sur son épaule pour l’arrêter un instant. Ses yeux dans les siens, il déclara sur un ton d’excuse : « Je suis vraiment désolé pour tout ça… J’aurai du m’en tenir à notre weekend à deux, pardon » Il était sincère, il s’en voulait. Il reprit sa marche aux côtés de sa meilleure amie, avec l’espoir qu’elle ne lui en voudrait pas trop, puis il laissa s’échapper une autre question qui le tiraillait : « Mais dis-moi, tu connais Peter ? Tu as des sentiments pour lui ? Tu es étrange en sa présence. Et ne me dis pas le contraire, je te connais Crystal. » Cette fois son ton était plus inquiet, et il attendait sa réponse, espérant de tout cœur qu’elle n’avait pas succombé aux charmes de Peter.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyVen 15 Mar - 18:38

« Oh oui ça va être difficile pour moi aussi… » Mes petits murmures avaient donc fini par l'atteindre, mes joues rosies d'un naturalisme incontrôlable, j'avais beau le connaître depuis longtemps, mais cela m'empêchait pas de rougir à chaque fois qu'il me faisait un compliment ou qu'il me regardait avec ce même regard de braise, celui qui me faisait fondre comme une glace. Un large sourire ne me quittait plus, heureuse de savoir qu'il était aussi heureux de me voir que moi je l'étais. Je n'imaginais plus mes jours sans lui et mon avenir ? Je le voyais avec lui. Et je voulais aussi que cet avenir soit radieux, c'est pourquoi il était si important pour moi que mon meilleur ami soit consentant. J'espérais vraiment qu'il me comprenne comme je le comprenais et comme je savais que c'était important pour lui que Crystal puisse bien s'entendre avec moi. Pourquoi ce ne serait pas le cas de Peter et Kovu ? Certes il y a eu des sentiments, mais seulement de mon côté, Peter n'était au courant de rien, alors pourquoi ne pouvons-nous pas laisser ce qui appartenait au passé dans le passé et se construire pour l'avenir. « Je ne peux pas te promettre de devenir son ami ou de m'entendre avec lui mais... Je peux essayer. Enfin, à condition qu'il ne se jette pas sur moi encore une fois, dans ce cas-là, je ne réponds plus de rien. C'est à moi que tu fais cette demande, mais pour le moment c'est lui qui a cherché les problèmes. » Cela me touchait énormément, qu'il puisse essayer égaillait encore plus ma journée, je savais qu'il le faisait pour moi, que ça lui demandait beaucoup d'efforts, car ce n'est pas facile pour lui d'avoir eu le poids de mes pseudos sentiments pour Peter. Je l'aimais encore plus et chaque jour s'intensifiait cet amour. « Merci...merci d'essayer mon amour... » Disais-je en murmurant doucement de sorte que nous soyons simplement que deux à partager ces mots, pourtant si faible pour décrire ce que je ressentais. Alors que nos regards s'intensifiaient, ce moment où nos lèvres s'aimantaient pour ne former qu'un, une pression s'accentua autour de ma taille, me ramenant au monde réel. « Ne t'avise plus de la toucher! » Je fus surprise sur le coup, mais je savais déjà qui était derrière ces mots prononcés. « J'ignore ce que tu lui as fait la première fois Kovu, mais je ne te laisserai plus jamais le refaire. Laisse-la tranquille. » Non il se trompait, j'étais la cause de tous ses malheurs au contraire, il n'y était pour rien, il n'avait rien fait, absolument rien, si ce n'est m'aimer et jamais en aimer une autre. Mon coeur battait si vite face aux regards foudroyant des deux hommes et pourtant je ne pouvais pas me libérer du bras de Peter, il me serrait tellement fort que j'avais eu l'impression d'être un citron pressé. « Bon, quand vous aurez fini, n'oubliez pas de me rejoindre au moins avant la tombée de la nuit... » J'avais soudainement envie de la supplier de ne pas me laisser seule, mais je ne pouvais pas, car je sentais qu'elle ne m'aimait pas spécialement beaucoup.

« Ce que j'ai fait la première fois ? C'est une blague ? Je n'ai rien fait la première fois. C'est toi et toi seul le coupable de notre rupture Peter. Toi et toi seul la cause de ma souffrance. Et maintenant que j'ai retrouvé Kiara, je ne compte pas la laisser malgré toute tes menaces, c'est plutôt à toi de te remettre en question pour savoir quelle souffrance tu lui a fait subir. » Merde... Kovu avait finalement craché le morceau, c'est à ce moment-là que je lui balançais ce triste regard qui pouvait en dire long sur ce secret que je ne voulais en aucun cas dévoiler. Je devais lui en vouloir pour l'avoir finalement balancé, mais je ne pouvais pas, ce n'était tout simplement pas sa faute s'il devait endurer de fausses accusions et d'ailleurs ce n'était pas celle de Peter non plus. Tout cela était uniquement de ma faute. Misérable était bien le mot qui me décrivait. « Je crois qu'il faut que tu t'expliques avec lui Kiara. » Le regardant s'éloigner rejoindre Crystal, pour moi, il n'était plus possible de faire marche arrière et puis il avait peut-être raison, il était temps de mettre toute cette histoire au clair. Mon regard se porta cette fois-ci plus fermement sur Peter, je réussis finalement à quitter son emprise reculant d'un pas, je remettais nerveusement une mèche de cheveux derrière mon oreille. Cela ne devrait pas être si difficile de lui dire non ? Alors pourquoi j'étais aussi nerveuse ? Peut-être à l'idée de me remémorer le passé et la douleur que j'ai pu causer à Kovu, chose que je ne voulais plus lui faire subir parce que tout simplement c'est lui, lui que mon coeur a choisi. « Il a raison... » Allez, je pouvais le faire. Je pris une grande respiration, rassemblant toutes forces énergétiques pouvant m'aider à tout déballer le lourd sac de mon coeur. « Kovu n'y est pour rien si j'ai rompu avec lui... Peter, si j'ai rompu avec lui c'est parce que...parce que je croyais avoir eu des sentiments pour toi... » Marquant une courte pause pour être sûre qu'il encaissait bien le coup « Et puis finalement j'ai ouvert les yeux sur celui que j'aimais véritablement...c'est lui Peter... ça toujours été lui... je me suis trompée, perdue dans les véritables sentiments que j'éprouvais à ton égard, parce que je devenais beaucoup trop dépendante de toi.... tu es mon meilleur ami et je ne veux pas que ça change, c'est comme cela que j'aime notre relation... » Maintenant que tout était dit, j'espérais que ce mal entendu entre lui et Kovu s'arrange. « Je suis simplement la seule fautive de ma séparation avec Kovu alors s'il te plait, s'il te plait ne lui en veut pas, c'est quelqu'un de bien et d'honnête, je veux simplement qu'on puisse tous les quatre bien s'entendre, c'est tout ce que j'espérais de ce weekend... » Attrapant mon sac que je replaçais sur mes épaules j'avançais de quelques pas histoire qu'il puisse me rejoindre et que nous puissions rattraper les deux autres. Nous pourrions discuter en chemin...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyMar 26 Mar - 16:52

    Étrange comme elle possédait tout en un instant, en un regard furtif. Capteur de rêves ou de réalités, elle avait des propriétés magiques, m’empêchant de fuir comme je devrais sans doute le faire, comme je l’avais fait par le passé. Sa main dans la mienne semblait y avoir trouvé sa place, incendiant le peu de raison qu’il me restait, m’obligeant à lui poser les questions les moins discrètes et les plus révélatrices de mes envies. S’il était trop tôt pour parler d’amour, il était déjà trop tard pour ma jalousie. « Kovu et moi? Tu plaisantes... non, non, rien de ce genre, c'est vraiment un ami extraordinaire et pour rien au monde je ne voudrai perdre ce que l'on a... ». Je devrais me réjouir, mais tout mon corps vibra d’impatience, mes dents se refermèrent sur ma langue, m’intimant au silence par la douleur. Je n’avais aucun droit, pas même le droit de la vouloir, alors qu’il me semblait avoir déjà coulé. Nos pas s'imitaient avec un synchronisme déconcertant, léger comme sur un pavé de nuage, les poumons libre de respirer sans complication, en si peu de temps elle avait séché toutes les pluies, sans que je ne m’en doute et sans savoir comment elle en était même capable. J’étais peut-être fou d’y croire, mais, là, maintenant, je m’envolerais à sa simple pensée. Comme toute belle histoire trouve sa fin, Une vision vint craqueler mon paradis sur terre et elle m’échappa presque involontairement. Alors que je m’en éloignais, le regret me tordit le visage, mais je ne tournai jamais la tête. Ma main se referma sur une autre taille, fine et familière, mes yeux s’encrèrent dans le regard d’encre de ce voleur de coeur, et j’étais à nouveau bien loin du bonheur. Ma colère parla et je lui jetai au visage ce que j’avais si longtemps retenu. « Bon, quand vous aurez fini, n'oubliez pas de me rejoindre au moins avant la tombée de la nuit... » Sa voix de cristal traversa l’air épais et tendu, je me refusai à tourner la tête, de peur d’en perdre mes idées. Je pouvais la sentir s’éloigner, emportant la lumière avec elle, mon soleil personnel. Kovu se mit à rire, glaçant mon sang je me reprochai davantage de Kiara, prêt à tout pour la défendre s’il osait encore lui faire du mal. « Ce que j’ai fait la première fois ? C’est une blague ? Je n’ai rien fait la première fois. C’est toi et toi seul le coupable de notre rupture Peter. Toi et toi seul la cause de ma souffrance. Et maintenant que j’ai retrouvé Kiara, je ne compte pas la laisser malgré toute tes menaces, c’est plutôt à toi de te remettre en question pour savoir quelle souffrance tu lui a fait subir. Je crois qu’il faut que tu t’expliques avec lui Kiara. » Il s’était envolé avant même que je ne puisse tout absorber, l’air me manquait, si tout était vrai, si c’était véritablement de ma faute, comment ne pouvais-je avoir rien vu? Je n’osais même tourner la tête pour voir la surprise ou la résignation sur le visage de ma meilleure amie. Ce ne pouvait être vrai, ce ne devait pas l’être, je m’étais si souvent accroché à l’idée qu’elle serait mon unique certitude en ce monde, que je ne l’avais jamais blessé. Je la sentis me glisser des dents, mais trop lâche encore je restai immobile, regard planté aux bouts de mes pieds. « Il a raison... » C’est tout mon visage qui se décomposa en cet instant, en cette vérité qui effraie et blesse. « Kovu n'y est pour rien si j'ai rompu avec lui... Peter, si j'ai rompu avec lui c'est parce que...parce que je croyais avoir eu des sentiments pour toi... » Je redressai la tête rapidement, la trouvant, n’y croyant pas d’abord. « Et puis finalement j'ai ouvert les yeux sur celui que j'aimais véritablement...c'est lui Peter... ça toujours été lui... je me suis trompée, perdue dans les véritables sentiments que j'éprouvais à ton égard, parce que je devenais beaucoup trop dépendante de toi.... tu es mon meilleur ami et je ne veux pas que ça change, c'est comme cela que j'aime notre relation... Je suis simplement la seule fautive de ma séparation avec Kovu alors s'il te plait, s'il te plait ne lui en veut pas, c'est quelqu'un de bien et d'honnête, je veux simplement qu'on puisse tous les quatre bien s'entendre, c'est tout ce que j'espérais de ce weekend... » J’essayais de tout comprendre, comme si cette annonce devait ce loger avec douceur sur mon coeur, mais en vint. Elle me fuit à son tours alors que mes deux pieds restèrent bien encrés au sol, je la regardai s’éloigner, s’effacer comme un vieux souvenir. Comment réagir? Je pouvais en faire un histoire, un argument, une chicane, mais je pouvais aussi également en faire un silence. Fronçant les sourcils, décidé, je rebroussai chemin pour me saisir de mon sac et l’accrocher à mes épaules. Le passé resterait le passé, la seule différence était que je n’avais maintenant plus aucune raison d’en vouloir à Kovu, l’ajustement serait long et capricieux, mais le chemin était droitement tracé vers cette réussite. Je me rapprochai de Kiara, glissant ma main maintenant gelée entre la sienne, nos doigts s’entrelaçants avec naturel. Rien n’avait changé.

    «Alors... amis?» Murmurais-je en tournant la tête vers elle. C’était tout ce que je pouvais dire en ces termes, il était beaucoup trop tôt pour rigoler et beaucoup trop tard pour oublier qu’elle avait pu, jadis, ne plus vouloir nous unir d’amitié et seulement. Je reserrai ma paume contre la sienne, accélérant le pas pour retrouver les deux autres. Ils n’étaient pas bien loin, mais aussi beaucoup trop près l’un de l’autre, je serrai la mâchoire, incapable de tout retenir, de tout ravaler. Mes yeux voyagèrent aux alentours, s’immobilisant sur eux à nouveau, arg!

    «Je crois que nous pouvons nous arrêter ici!» Criais-je par dessus leur épaules pour qu’ils soient enfin confronter par ma présence. Je ne pouvais pas la voir, à peine quelques mèches s’échappaient de sa capuche, c’était cruelle et trop peu pour étancher ma soif. Quand elle était là, je ne pensais qu’à ça, qu’à l’avoir égoïstement. Je tournai la tête vers Kiara, sentant mon coeur s’emporter à la simple idée de voler la blonde aux mains de Kovu. Ma main quitta la sienne avec urgence, je balançai mon sac sur un tronc d’arbre non loin, un sourire effleurant déjà le coin de mes lèvres. « Vous n’avez pas eu le temps de vous saluer convenablement, je crois que... » Je m’approchai d’elle, incapable encore de la voir, ses yeux me manquent. « Suis moi.» Murmurais-je à son oreille, mon torse rencontrant la surface de son sac, mes deux mains s’accrochèrent à ses épaules, la débarrassant de son lourd sac pour ensuite le projeter dans les airs, au même endroit que le mien. Je souris à Kiara, l’encourageant à aller vers son chevalier, c’était un grand progrès, sans doute influencer pas mon envie d’être seuls, seuls avec... Mon bras s’enroula autour du sien, l’emportant sans la permission de chacun, sans même la sienne. J’étais complètement fou et à peine réussissais-je à le dissimuler, peu importe après tout. Le vent me caressait le visage , la légèreté à nouveau conduisait mes pas à travers les racines d’arbres. Je ne l’avais pas encore découvert, mais sa main suffisait à me rendre heureux. Comment faisait-elle pour me rendre ainsi esclave de moi-même? Je m’immobilisai, la ramenant vers moi, son dos rencontrant la surface aride d’un arbre gelé. Un souvenir ou un rêve, cela restait encore à déterminer. Mes yeux trouvèrent les siens, une vague d’un sentiment teinté de rouge me submergea, m’étouffa en cet instant. Si belle que ça en faisait mal. Une flamme traversa mon regard, elle était coincé à nouveau entre moi et le reste du monde et je ne voulais qu’une chose... «Embrasse-moi.» Je voulais oublier d’eux, je voulais me souvenir de nous.



Not even sorry. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  2034992622 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyJeu 11 Avr - 22:17


« Je suis vraiment désolé pour tout ça… J’aurai du m’en tenir à notre weekend à deux, pardon ». Les yeux de Kovu dans les siens, le jeune homme l'avait rejoint, arrêtés en chemin, il lui faisait ses excuses même si elle savait très bien qu'il n'avait rien vu venir. Elle haussa simplement les épaules en souriant en coin, elle ne pouvait pas lui en vouloir bien longtemps et elle ne cachait pas non plus que cette situation ne l'a dérangée moins qu'à l'arrivé. Ils reprirent la route, alors que les deux autres étaient toujours derrière eux... Elle mourrait d'envie d'entendre leur conversation, mais à la fois ne voulait rien savoir. « Mais dis-moi, tu connais Peter ? Tu as des sentiments pour lui ? Tu es étrange en sa présence. Et ne me dis pas le contraire, je te connais Crystal. » Il y en avait un en tout cas qui était bien curieux. Elle s'attendait à cette question, connaissant que trop bien son meilleur ami. Marchant à ses cotés, la jeune femme savait exactement quoi lui répondre. « Et bien figure toi que... Je comptais profiter de ce weekend pour te parler de nous, mais... » Son monde entier se figea dans le temps. Elle bascula la tête en arrière, c'était Peter et l'écho de sa douce voix. «Je crois que nous pouvons nous arrêter ici!» Elle ne prêta aucune attention à l'endroit, restant fixée sur lui, ne se lassant jamais d'admirer ses traits, rêveuse et emportée par un tourbillon incontrôlable. Kiara passa à ce moment là sous ses yeux et la blonde reprit sa conversation avec Kovu. « Comme tu vois, on est plus seul. On en reparlera plus tard. » Ce n'était pas parce qu'elle l'avait pardonné, qu'elle ne devait pas le torturer un peu. Sa langue s'échappa de sa bouche pour venir le narguer, la lui tirant jusqu'au moment où elle sentit un souffle au creux de son oreille. C'était chaud, brulant. Sa peau en frissonna, de l'échine à la plante des pieds. Lui provoquant un léger sursaut qui lui rappela à quel point il était exceptionnel. « Suis moi.» Ce qu'elle fit sans hésitation. Au contraire, l'idée lui plaisait, l'excitait. Peut importe où il l'emmenait, elle était bien, à ses cotés. Il se débarrassa de son poids, puis lui attrapa le bras. Quelques pas plus tard, ils étaient là, face à face, mais nul part à la fois, au milieu de cette forêt bien trop immense pour prendre le temps à la découvrir, pas pour le moment, pas quand elle est avec lui. Son dos contre l'arbre presque gelé, ses mains cherchant les siennes, elle se raccrocha finalement au brin de chaleur qu'il lui donnait d'un toucher, d'un regard, d'un mot. Tout sourire, rien qu'à l'idée de son corps à ses cotés. «Embrasse-moi.» Son regard se plongea directement dans le sien, enjôleur de toute cette beauté en un seul instant. L'envie consuma tout son être. Son coeur lui, trembla littéralement sous sa poitrine. Et en l'espace d'un battement de cil, son corps se retrouva contre le sien. Ses yeux teintés par le reflet ivoire de sa peau, ses fines lèvres vinrent saluer - à son tour - l'oreille de Peter.

« Où je veux? » Passant sa langue sur ses propres lèvres, désireuse de se délecter de la saveur du jeune homme, elle le frôla rien qu'un peu, ou peut - être trop. Ses doigts retrouvèrent les siens subtilement, le temps de lui faire tourner les yeux, le temps d'en profiter pour embrasser son cou. Un baiser infiniment doux qui la transporta au dela des frontières du bonheur, la poussant à prolonger ce contact trop longtemps désiré et attendu. Elle sentit la passion l'enflammer, elle en voulait encore, plus... Silencieusement, elle remonta avec mille et un baisers, le chemin de ses lèvres. Ses doigts resserrant leur étreinte brusquement, elle s'arrêta le nez contre le sien, le souffle coupé. « Je veux être avec toi, Peter... » Un chuchotement, un frisson de délicatesse, des mots électriques qui glissent telle une caresse de la nuque aux orteils. A la source de son haleine, elle s'enivra, elle respira son souffle, s'appliquant à ressentir le flux de son être. Fermant les yeux, elle s'abandonna pour pulser à son rythme, n'être qu'un dans le même respire. La jeune femme écrasa la pulpe de ses lèvres contre les siennes, ivre de désir, puis revient encore et encore buter contre elles, tantôt douceur, tantôt violence, elle prolongea la rencontre en savourant pleinement l'intimité infinie de ce contact charnel au parfum si sensuel. Cela aurait pu durer une éternité si ce n'était que son souhait, mais on les attendait. « On a surement besoin de nous là bas... » Elle parcourra de ses yeux clair sa nouvelle passion, mettant fin à cet extase, lui attrapant le bras pour l'entrainer vers le campement. Elle ne savait pas comment agir, ni comment interpréter ses choses, ses sentiments qui la possèdent, qui brulent en elle... Tout était si nouveau, jamais, ô seigneur non jamais, elle n'avait ressenti une telle magie.

Une fois de retour à l'endroit qu'avait choisi son beau Peter, la jolie blonde ne perdit pas de temps avant de montrer à Kovu son immense sourire qui illuminait tout son être. « On est là! » Signala t-elle, sait - on jamais. Elle sautilla presque jusqu'à son sac à dos, tout en entrainant avec elle le jeune homme qu'elle tenait par la main. « Tu m'aides à installer ma tente s'il te plait? » En quelques secondes, elle se détacha de lui pour attraper son sac, elle le vida contre le sol et déccrocha les deux tentes. Hum. Elle se pinça un instant les lèvres, se retrouvant confronter à un petit problème, ou pas. « Oh! Je viens de penser que je n'avais pris que deux tentes et on est... quatre... » Sur le coup, elle prit un air un peu trop innocent, ayant déjà une petite idée en tête pour le choix de son compagnon de nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyJeu 9 Mai - 12:18

Les mots étaient sortis de ses lèvres, étaient tombés telle une sentence et maintenant qu'ils étaient prononcés ils allaient certainement déclencher plus, beaucoup plus. Tout serait différent à présent. Peter saurait. Il saurait combien il avait compté pour Kiara. Un instant le cœur de Kovu s'était serré, et si, il se rendait compte qu'il l'aimait et tentait de la récupérer, le laisserait-elle tomber à nouveau ? Non c'était impossible. Il devait lui faire confiance. Il ne pouvait regretter ce qui venait d'arriver, il fallait que ça arrive. Pourtant le jeune homme avait bien perçu le regard triste que Kiara lui avait lancé. Il avait fait mine de l'ignorer, sa colère, sa tristesse à lui aussi sûrement, avaient pris le pas sur tout le reste. Tout à coup il ne supportait plus d'être jugé coupable. Peut-être lui en voudrait elle, mais il devait dire la vérité. Maintenant tout était entre ses mains à elle, elle n'avait plus qu'à dire ce qu'elle souhaitait à Peter et arriverait ce qu'il arriverait. Il ne voulait pas entendre, il n'osait pas se retourner, il n'osait pas les regarder. Il avait rejoint Crystal et en cet instant plus qu'en n'importe quel autre, il avait besoin d'elle, de sa présence. Elle était son point de repère dans toute cette instabilité qui balayait sa journée, dans tout ce bazar. Il lui présenta ses excuses, et en réponse, il obtenu un sourire et un haussement d'épaule. Lui aussi, lui sourit, pour oublier tout ça. La connaissant parfaitement il savait que cela voulait dire qu'elle le pardonnait, et c'était tout ce qui comptait. Il reprit la route à ses côtés, posant l'autre question qui lui brûlait les lèvres. La réponse ne fit pas attendre « Et bien figure toi que... Je comptais profiter de ce weekend pour te parler de nous, mais... » Il attendait la suite avec impatience, avec curiosité. Il voulait savoir ce qu'elle allait lui dire, ce qu'elle allait lui révéler. Déjà une douleur sourde habitait sa poitrine, si elle voulait lui parler de cela c'est qu'il y avait quelque chose à raconter. Donc elle était liée à Peter. «Je crois que nous pouvons nous arrêter ici!» La voix résonna dans l'air et les stoppa. Stoppa leur conversation. Kovu, surpris, se tourna vers celui qui avait osé les interrompre et le fusilla du regard. « Comme tu vois, on est plus seul. On en reparlera plus tard. » Décidément, il avait le don de tout gâcher à chaque fois, un signe du destin ? D'ailleurs il tenait la main de Kiara et cette fois, son cœur cessa de battre . Tout avait basculé, en un instant, il étouffait, l'air n'atteignait plus ses poumons. Alors ça y est, il l'avait à nouveau prise dans ces filets. Son monde s'écroulait. Mais cela ne dura que quelque secondes à peine, déjà Peter l'avait lâchée, et se dirigeait vers eux. Cette fois, ses paroles et son demi-sourire ne firent que surprendre Kovu : « Vous n’avez pas eu le temps de vous saluer convenablement, je crois que... » Puis il attrapa Crystal qui s'envola avec lui et le lion resta sur place, ébahit. Il ne comprenait plus. Alors maintenant il avait le consentement de celui qu'il avait depuis son arrivée ici, considéré comme son ennemi ? Il secoua la tête, troublé, sourcils froncés et se tourna vers Kiara. « Tu... Tu lui as tout dit alors ? » Sa voix, était presque semblable à celle d'un enfant plein d'espoir et de craintes à la fois. Il voulait des réponses, souhaitait savoir, quitte à souffrir. Il n'osait même pas s'approcher d'elle, attendant que ce soit elle qui fasse le premier pas. Pourtant il la dévorait des yeux, brûlant toujours de cet amour dévorant qui l'habitait. Elle était son tout, son destin, il ne pouvait pas imaginer être séparé d'elle à nouveau. Se mordillant la lèvre il ajouta dans un murmure : « J'ai eu peur quand je t'ai vu arrivée main dans la main avec lui... » Il n'avait pas besoin d'en dire plus, elle comprendrait. Il baissa les yeux, et poussa un soupir de soulagement. Puis n'y tenant plus, il franchit les derniers mètres qui les séparaient et posa ses lèvres sur les siennes, enfin. Il retrouvait ce goût sucré, qui n'appartenait qu'à elle. Une vague de bien-être se saisissait de chaque parcelle de son corps alors qu'il savourait cet instant. Sa langue effleura ce nectar pour s'en saisir un peu plus encore et il la serra contre lui. Non jamais il ne pourra ressentir de telles choses avec une autre.

« On est là! ». Crystal. A regrets, Kovu se détacha des lèvres de Kiara , lui souriant avec complicité, il ne voulait pas être surpris tant qu'il n'avait rien dit officiellement à sa meilleure amie. Sa meilleure amie qui semblait d'ailleurs bien plus joyeuse tout à coup, un sublime sourire ornait son visage, et il savait tout à fait ce que cela voulait dire. Il aurait fallut être bête pour ne pas comprendre, dans ses yeux, il lisait une passion nouvelle, une flamme, qui ne pouvait brûler que pour Peter. Ses yeux se posèrent sur ce dernier et pour la première fois, il le regardait sans haine, simplement avec curiosité. Puis ils se lancèrent dans la construction des tentes, Crystal avec Peter, lui avec Kiara. Il lui lançait des regards enflammés et il murmura : « Je crois que ces deux là nous cachent quelque chose... » Peut-être en savait-elle plus que lui. Il voulait savoir à tout prix. Tout ce qui concernait Crystal l'intéressait, certainement car il tenait à elle comme à une sœur. Elle avait toujours était là pour lui depuis leur rencontre et il se sentait investit d'un instinct protecteur la concernant, rien de plus normal donc, qu'il veuille sa voir à qui elle offrait son cœur. Elle interrompit ses pensées à ce sujet « Oh! Je viens de penser que je n'avais pris que deux tentes et on est... quatre... » Kovu se redressa et la contempla. Elle prenait un faux air innocent. Il savait parfaitement ce que cela voulait dire. Il savait aussi avec qui elle souhaitait partager sa tente et il n'était pas totalement contre non, d'autant que cela lui permettrait de passer la nuit avec Kiara et c'est tout ce qu'il désirait. Pourtant... Il voulait jouer, la taquiner. Après tout elle ne lui avait pas encore dit elle non plus, quelle était exactement sa relation avec Peter... Et rien que pour ça, elle méritait d'être embêtée un peu. Croisant les bras, il déclara catégorique : «  Oh ça me semble plutôt clair... Deux femmes, deux hommes. Je vais devoir dormir avec Peter.  » Il retenait un rire, les scrutant tous les trois le plus sérieusement possible.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyMar 25 Juin - 21:14


Il fut un temps où sans doute je n'aurais jamais eu le courage d'avouer tout ceci à mon meilleur ami, ce temps-là où je n'arrivais encore à faire la différence entre l'amitié et l'amour, ce temps qui aujourd'hui est révolu, car pour moi tout avait été bien clair et aujourd'hui, je m'ouvrais à lui de la plus grande facilité qu'il puisse exister, tout simplement parce que dans mon coeur, un seul homme y régnait. J'espérais au plus profond de moi, que rien ne changerai entre moi et Peter après cette révélation, c'est pourquoi dans un sens je fuyais, m'éloignant presque de lui afin de pouvoir rejoindre les autres. Bien vite, mes doigts furent entrelacés par un contact que je connaissais si bien, son contact. « Alors... amis? » Murmura-t-il m'entraînant avec lui vers les autres. Nos paumes resserrés comme au bon vieux temps, mon coeur reprenait petit à petit son rythme cardiaque, je fus soulagée de cette réponse, comme si je venais de me débarrasser d'un poids lourd difficile à porter sur les épaules. Je ne pus alors m'empêcher de lui répondre par un signe de tête et un sourire. Finalement, c'était plus facile que ça en avait l'air. Aussitôt près des autres, Peter prit l'initiative de s'adresser à Kovu, avant de kidnapper Crystal et de s'en éloigner. Les sourcils froncés, je fus surprise de mon meilleur ami, était-ce bien lui ou une âme inconnue habitant son corps actuellement ?. « Tu... Tu lui as tout dit alors ? » Fus-je interrompu dans mes pensées par les dires craintifs de mon petit ami. « J'ai eu peur quand je t'ai vu arrivée main dans la main avec lui... » Un sourire s'empara de mes lèvres alors que machinalement je passais une mèche de cheveux derrière mon oreille, croisant son regard, m'approchant lentement de lui. « Tu ne devrais pas avoir peur mon coeur » Disais-je posant mes mains sur son torse attrapant quelques bouts de tissus entre les doigts. « Il sait tout, nous resterons meilleur ami comme nous l'avons toujours été et toi... » De l'éclat flamboyant de mes pupilles, je lui transmettais alors cette envie à nouveau de sceller nos lèvres. « Toi... tu n'es rien qu'à moi... » y laissant un souffle chaud parcourir ses douces lèvres. Venez-à-moi, venez-à-moi ô douces lèvres; pensais-je silencieusement en fixant le fruit de mes envies. Et alors nos lèvres entrèrent en contact, prenant appui simplement sur la pointe de mes pieds, je passais mes deux mains derrière son cou, caressant sa nuque au passage. Nos souffles communiquaient entre eux, ils entraient en collision à chaque respirations, nos langues dansaient aux sons des tambours, il n'y avait nul doute, j'en étais démesurément accro à ce fruit si sucrée qui n'appartenait qu'à moi.

« On est là! » Dit la jolie blonde en me séparant à regret de mon prince. Bien vite, je me mordis discrètement la lèvre pour empêcher le baiser de s'évaporer dans les aires. « Je crois que ces deux là nous cachent quelque chose... » En effet, rien qu'à en juger du sourire béa de Crystal. J'en savais peut-être quelque chose à ce sujet, mais ce n'était pas à moi de lui dire. « Je crois aussi, mais on finira bien par le découvrir, nous avons tout le weekend. » Affirmais-je d'un clin d'oeil discret à l'intention de mon petit ami. « Oh! Je viens de penser que je n'avais pris que deux tentes et on est... quatre... » Oupss. Pour moi il était clair que mon partenaire serait Kovu étant presque certaine du choix de Crystal, mais contre tout attente, Kovu changea les plans. « Oh ça me semble plutôt clair... Deux femmes, deux hommes. Je vais devoir dormir avec Peter. » Et venant de lui, ce n'était nul autre qu'une taquinerie de plus. Je ne pus hélas empêcher un éclat de rire s'échapper de mes lèvres. « Moi ça me va... » Appuyais-je Kovu, d'un petit rire taquin.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyMer 10 Juil - 16:14

    J’avais soufflé ma demande sur le bout de mes lèvres asséchées d’envie. Un baiser et tout serait réglé, le rêve se mêlerait à la réalité en une perturbante similarité et j’aurai confirmation d’une réciprocité. C’est doux et violent, cette chaleur consumante au sein de mon être, qu’elle se taise et m’embrasse avec vérité et je saurai enfin si mon coeur est brisé. Son regard de braise se joua du mien, j’aurais pu fondre si je n’avais été humain, mourir d’un seul coup de foudre serait si simple et si poétique. Mon coeur se mêla à la symphonie des désirs, tous les signes y étaient, elle me faisait toujours perdre la tête comme avant, comme toujours. Répondant à mon empressement, son corps heurta le mien sans subtilité, ces lèvres, telle une plume, me frôlèrent l’oreille, réduisant à néant mes chances de nier l’évidence... « Où je veux? » Achève moi. Mon visage prit feu, oui... où tu veux. Ses doigts embrassèrent les miens, s'imbriquant comme deux morceaux de casse-têtes destinés par avance, le spectacle était délicieux jusqu’à ce qu’elle... ses lèvres, déchirèrent mon âme en deux d’un souffle de baiser. Il s’éternisa sur ma plait, fit trembler mes jambes, faiblir mes genoux sous le poids de quelque de méconnu à ce jour. Le feu voyagea vers le bas, alors qu’elle remontait vers le haut, ces lèvres me triturant la peau sans ménagement... Je vais exploser. « Je veux être avec toi, Peter... » J’eus peine à entendre ces mots par dessus le vacarme que causait mon coeur amoureux. Son nez me chatouilla, son souffle retrouva le mien comme par habitude. S’imbriquant, lui aussi, à merveille. Je n’eus le temps de réfléchir à la profondeur, à la signification des mots. Ce qu’il y avait à dire, fut dis. Sa bouche enfin me devança de peu, je n’en étais plus au vouloir, mais au besoin. Besoin d’elle, de ces lèvres à la fraise, de ce qu’elle m’a fait découvrir en si peu de temps. Besoin de me perdre avec elle, ici et pour toujours. Ne jamais plus me connaître sans être fractionnel, une demi et c’est suffisant, jamais complet sans sa présence. Ses lèvres me quittaient et m’étaient rendues, quelques murmures de contentements m’échappèrent pour lui communiquer mes états d’esprits. Ma passion brûlait de plein feu, la forêt entière y aurait passée si elle n’était pas intervenu à temps, avant que mes doigts ne puissent retenir leur instincts.  « On a surement besoin de nous là bas... » Je fronçai les sourcils, insatisfait et perdu. Où étais-je si ce n’était avec elle? Avait-elle déjà changé d’idée? Elle se saisi de mon bras pour me traîner vers quelque part, loin, bien loin de mon rêve éveillé. Mon visage se décomposa en moins de temps pour le dire, ma main libre captura mes lèvres, les cachant, honteux. J’avais dû la décevoir alors qu’elle avait réalisé tous mes fantasmes. Mes pieds traînaient sur le sol nonchalamment, bien que je ne lui imposait aucune résistance. Mon coeur battait encore plus fort, battait pour ne pas se briser, pas déjà.  « On est là! » Sa voix raisonna dans mon crâne sans jamais atteindre ma compréhension, je ne pouvais voir son visage, mais n’en avais l’envie non plus. Je levai les yeux vers Kiara, tentant de lui transmettre un message, qu’elle vienne me sauver, me prendre dans ses bras, qu’elle me ramène chez moi au plus vite. Elle ne devait que penser à ce Kovu maintenant, ceci m’enrageait. Je ne pu maintenir le contact qu’une fraction de seconde avant d’être entraîné à nouveau vers l’avant. « Tu m'aides à installer ma tente s'il te plait? » Je restai de marbre, fixant mon regard au sol alors qu’elle vidait le contenu de son sac pour se saisir de deux plus petits paquets. Tout pour ne pas la regarder directement, elle me ferait tout oublier à nouveau. Mes dents passaient frénétiquement sur mes lèvres, cherchant le peu de magie que je croyais lui avoir montrer à notre précédente rencontre, la même qui c’était volatilisée aujourd’hui sans savoir comment. Quelques murmures brisèrent dans mon dos, sans que je ne puisse en dessiner les mots exacts, puis Crystal renchérit. « Oh! Je viens de penser que je n'avais pris que deux tentes et on est... quatre... » Je n’avais pas bougé, telle une statue, depuis notre arrivée à notre campement improvisé. Je relevai la tête, attiré par la tonalité de la voix d’un homme.  «  Oh ça me semble plutôt clair... Deux femmes, deux hommes. Je vais devoir dormir avec Peter.  » Son air semblait sérieux, la réalité me rejoignant peu à peu, j’étais prêt à acquiescer à cette demande en cachant bien ma joie, peut-être arriverais-je à me  volatiliser subtilement dans la nuit ainsi, ni vu, ni connu. Plus subtil encore était mon envie secrète de la voir intervenir, me surprendre dans ma mélancolie en mettant fin à mon cauchemars, mais le silence toujours s’allongea pour s’éterniser en déception complète. Un rire teinta l’atmosphère, presque contagieux celui-là. « Moi ça me va... » J’affrontai enfin Crystal du regard, attendant une seconde de plus rien que pour voir, rien que pour espérer, mais ce fut au tours de ma voix cette fois de casser le silence. «Parfait alors, si tout le monde est d’accord...» Mon ton était sec et envenimé de quelque chose de colérique, alors qu’il n’y avait que tristesse dans mon regard. Mes doigts arrachèrent un des sacs dans la main de la blonde et je m’éloignai un peu du groupe. «Je n’ai pas besoin d’aide, amusez-vous avec la deuxième!» Je tournai le dos et je partis, partis loin, sans être hors de vue. Je respirai un grand coup pour retenir mes larmes débordantes. Je laissai le paquet tomber sur le sol, m’asseyant juste à côté. Mes doigts plongèrent dans le sac avec appétit, enfin quelque chose dans lequel j’avais une complète et entière assurance. Enfin compétent. J'emboîtai quelques tiges de métal ensemble, glissai la toile au travers, machinalement, sans même y penser. Je tournai la tête une seconde pour voir les trois autres, j’essayais d’envoyer un message subliminal pour que ma meilleure amie me rejoigne, mais je me doutais bien de mon échec... lui, lui et toujours lui. Qu’avait-il donc que je n’avais pas?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  EmptyMer 7 Aoû - 13:10

Tout le monde avait l'air du même avis... donner le sien n'aurait servi à rien alors, elle étouffa son envie. Bascula son regard de droite à gauche, se donna un air occupé... Après tout... il y aura d'autres occasions, d'autres nuits à partager avec lui... non? Oui c'était son souhait, mais la réciprocité n'était pas évidente, il n'y avait qu'à écouter son  ton pour comprendre que... que quoi? Elle n'arrivait pas à déchiffrer ce qu'il se passait, mais il était clair que son comportement envers elle avait changé. En quelques pas, il s'était éloigné. Même pas un regard, ou bien était-il trop léger pour le sentir. Sa peau ne s'embrasait plus, au contraire, le vent revenait la refroidir d'un souffle frais, emportant dans son chemin toute cette fougue amoureuse dont elle avait cru partagé. Ce n'était peut-être qu'elle. Qu'une illusion. Après tout, il ne lui avait même pas répondu et ses empreintes qu'il avait peint sur sa peau, n'étaient peut - être pas la marque d'un désir mais seulement d'une lâcheté inavouée. Elle n'arrivait plus qu'à entendre ses pas, il partait seul dans son coin et elle aurait souhaité être sur son passage, quelque chose qui lui barre la route, qui lui fasse obstacle, qui le retienne, une raison de faire demi tour, de lui demander de l'accompagner... Attends moi! Oh, c'était son coeur qui le cria, de toutes ses forces, elle ne voulait pas le perdre, pas déjà, pas aujourd'hui, pas un jour, jamais. Pourtant, aucun son ne sortit de sa bouche. Qu'avait - elle dont fait pour mériter ça? Peter, et son regard de marbre... elle savait que derrière celui-ci, il en demeurait sensible, elle voulait le comprendre, mais le coeur du jeune homme n'avait plus l'air d'être ouvert pour elle.

C'était la bataille dans sa tête, elle avait envie de le rejoindre mais sa fierté l'en empêchait. Pour se faire repousser? Non merci. Mais... arg! Ses sentiments étaient trop présents, partout, à l'intérieur, autour d'elle, ils ne lui laissaient pas un temps de répit. Elle ne chercha pas de réconfort dans les yeux de Kovu, les seuls qu'elle désirait actuellement n'étaient pas disponibles. Et puis, pfff, c'était sa faute à lui aussi, pourquoi avait - il proposé cette combinaison de couple pour dormir? Elle se demandait ce qu'en penser Kiara, si elle aussi elle... n'importe quoi, il n'y avait que la jolie blonde qui se mettait dans un tel état. « Je vais chercher du bois pour le feu moi! » Elle se redressa, attrapa son sac et fit quelques pas de son coté. Elle allait se trouver un coin que pour elle et s'y faire, voilà. C'était ce qu'elle se disait, mais en quelques minutes, ne pouvant se retenir plus longtemps, elle se retrouva à marcher sur les pas de Peter. C'était dingue, obsessionnel, elle n'arrivait pas à s'en éloigner. Elle déposa son sac dans un coin puis se mit à chercher des brindilles de bois, tout en le regardant construire la tente du coin de l'oeil, admirative de son travail. « Tu fais ça depuis longtemps hum? T'es vachement doué, on dirait que t'as fais ça toute ta vie. » L'air de rien, elle se glissa jusqu'à lui, fit le tour de la tente qu'il était entrain de construire, regardant un peu comment tout ça fonctionner. L'idée de récolter du bois était vite oublié devant lui. « Tu crois que tu peux m'apprendre comment on fait? » Elle se mit à faire une petite moue craquante, sa lèvres inférieure se gonfla légèrement pour accompagné son regard de princesse irrésistible.
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P. Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps d'un weekend ou plus si affinité. ★ C. K. K. P.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-