AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad Vide
Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad Vide
Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad Vide
Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad Vide
 

 Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad EmptySam 16 Fév - 20:05

Don't tell me bullshit.
« It's rubbish. »



« Alleeeeeeez… »

Dahlia serra les dents, fronça les sourcils et fixa si intensément le pot en terre cuite qu'elle cru que ses yeux allaient exploser. Elle tendit les mains devant elle, doigts écarquillés, attendant sans doute qu'elles déversent un quelconque flux magique sur le pot rempli de terreau. Elle y avait semé un bulbe de jacinthe et tenta désespérément et vainement à le faire pousser. Jadis, elle n'aurait eu qu'à pointer un doigt dans sa direction et la fleur se serait merveilleusement épanouie, mais dans ce monde cela semblait bien compromis. Elle l'avait pressenti dès son arrivée, un gouffre en elle, comme si on l'avait amputée d'un quelconque organe. Elle avait déjà essayé de réactiver ses pouvoirs, sans grand succès, mais avait mis ça sur le compte du manque de concentration. Elle s'était sentie idiote le soir où, dans sa baignoire, elle avait tenté de se fondre dans la masse d'eau, comme elle faisait si bien auparavant. Maintenant qu'elle était bien concentrée et que cette stupide jacinthe refusait de pousser, elle était à 100% certaine qu'elle avait perdu son don.
Dahlia se saisit du pot, sur le point de le lancer sous le coup de la colère et de la frustration. Elle se sentait vide désormais. Elle était née pour donner vie à la nature et n'arrivait ici à ne rien faire. Même pas à créer une petite germe, une pousse de rien du tout. Quant au fait de voler, elle avait déjà fait une grosse croix dessus, ses pieds ne décollant même pas une seconde du sol. Elle avait misé beaucoup sur cette jacinthe récalcitrante qui semblait la narguer, au fond de son trou. Elle était réduite à néant, incapable et inutile, dans ce monde, dans ce corps qui lui déplaisait. Sa légèreté lui manquait, sa magie aussi. Elle fut sous le point de lancer le pot à l'autre bout de la pièce pour crier son désespoir mais se contint. Après tout, il y avait un bulbe à l'intérieur, une forme de vie qu'elle chérissait et, pouvoir ou pas, elle ne pouvait pas la laisser dépérir. Que du contraire, il fallait qu'elle fasse de son mieux pour combler l'absence de pouvoirs par des actes. Elle se leva de son canapé et posa le pot sur le rebord de la fenêtre.

« Je t'arroserai tantôt, je sors prendre l'air… »

Oui, Dahlia parlait à un bulbe enterré. Non, elle ne se sentait même pas stupide sur ce coup-là. Elle trouvait ça même plutôt normal et il ne serait guère étonnant que la jacinthe ne se retrouve baptisée par ses soins. Elle réfléchissait déjà au nom idéal pour cette fleur en devenir en enfilant son écharpe et en franchissant le seuil de la porte de son dortoir.

La vague à l'âme, elle errait dans la rue sans but précis. Il fallait absolument qu'elle se trouve une activité pour occuper ses journées et combler le trou noir en elle. En effet, elle se voyait mal ne rien faire, rester dans sa chambre sans sortir ou vagabonder mollement dans les rues de Fantasia Hill. Il y avait bien l'écriture, un vague projet de blog sur lequel elle rédigerait une histoire, mais à part si elle se faisait remarquer par un éditeur et que le succès était immédiat, cela n'allait pas remplir sa bourse. Elle n'avait même pas encore trouvé un sujet sur lequel poser ses mots, attendant d'être plus expérimentée dans ce monde avant de se permettre d'en parler.

Plongée dans ses pensées la recherche de l'inspiration providentielle sans doute- elle n'analysa pas vraiment les quartiers dans lesquels elle marchait et s'arrêta tout à fait par hasard à la Westwood Center Way. Pour une rue qui s'appelait Westwood, elle n'était guère vraiment boisée. Ce n'était guère surprenant : les lieux verts manquaient amèrement à la région. Peut-être était-ce parce que la rue avait un lien avec la nature, mais en tout cas Dahlia se retrouva soudainement motivée. Motivée à quoi faire ? Elle n'en savait rien du tout. Elle avait juste un regain d'énergie inexpliqué.

Elle arpenta la rue en souriant, avant de tomber sur une enseigne interpellante. A genie in a lamp. Le nom était amusant et quelque peu ambigu. Le bâtiment ne se démarquait pas des autres bâtisses aux alentours, des antiquaires ou des vendeurs de vieilleries pour la plupart, et Dahlia se demandait bien ce qu'on pouvait y vendre . Des lampes à huile, selon la logique de l'enseigne, mais qui pouvait bâtir un commerce sur un ustensile aussi austère ? La curiosité de Dahlia était piquée à vif et, sans trop savoir dans quel but, elle pénétra dans le magasin.

L'ambiance semblait tout aussi vieillie que les lampes à huile. C'était étroit, confiné, et la lumière extérieure faisait apparaitre des arabesques de poussière dans l'air. La salle était plongée dans l'obscurité, un comble pour un magasin de lampes ! Celles-ci étaient d'ailleurs exposées dans tous les coins. Il y en avait de toutes les sortes et Dahlia ne savait où poser son regard. Quoiqu'il en était, il n'y avait aucun signe de présence humaine ici.

« Ouhou ? »

Sa voix était un peu hésitante et son volume relativement faible, ce qui compromettait la bonne réception du message. Mais elle avait l'impression d'être dans un lieu sacré, qu'elle aurait violé et, paradoxalement, avait peur de faire du bruit. Elle toussota et, plus ferme, réitéra son onomatopée.

« Ouhou ? »

Pas de réponse dans l'immédiat. Peut-être n'y avait-il personne ? Mais pourtant le magasin était ouvert... Lasse d'attendre, plantée là en plein milieu de la pièce, Dahlia porta son attention sur une lampe, la souleva et l'inspecta de part et d'autre. Elle était très belle et la jeune fille fut piquée par l'envie de l'acheter, pour décorer sa chambre. Comble de malheur, elle n'avait guère d'argent sur elle et ne pouvait se permettre d'acheter pareilles futilités.



© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad EmptyDim 14 Avr - 23:30

C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux...
don't tell me bullshit
Les longues journées de printemps. Je les attendais avec impatience. Surtout depuis mon accident. Je l'avais pas vu venir celui-là. Un mois à l'hôpital. Rien que ça. Un mois sans voir la lumière du jour, rien que les gouttes d'une pluie sombre qui s'abattaient sur ma fenêtre. J'avais passé un mois sans contact, un mois reculé de tous. J'avais eu deux côtes cassées, une fracture du tibias-péroné et un déboîtement de l'épaule. Et on m'avait clairement dit que j'avais eu de la chance de m'en sortir. Moi, j'en étais pas certain. Parce qu'en fin de compte, ma vie ne ressemblait à rien ici. J'étais qu'un pauvre type anéanti par les sombres désirs inavouables qu'il portait pour une fille, la plus belle, sa Khalida. Ma Khalida. Mais tout était terminé, je le savais. Il n'y avait plus rien à espérer de nous. Elle avait passé la porte de ma boutique et m'avait crié adieux. Je ne la reverrais plus, et c'était peut être mieux ainsi en fin de compte. C'était ce que j'avais toujours cherché non ? Qu'elle lâche prise ? Alors pourquoi ressentais-je ce vide atroce dans le creux de mon estomac ? J'avais besoin d'elle, maintenant je le savais. Mais comment lui dire, elle à qui je donnais la nausée ? Bordel je réfléchissais trop. Je m'emmêlais les quelques neurones que j'avais et me triturais l'esprit pour du vent. A quoi bon ?

Mon attention revenait alors sur ma boutique, vide. Comme toujours. Un silence pesant me contractait les côtes à m'en retourner l'estomac. La dernière fois que j'étais venu, Khali était passée... Je n'avais plus envie d'y penser, mais son souvenir emplissait horriblement la pièce. Et puis ce n'était pas comme si j'avais beaucoup de clients ici, qui pourrait bien s'intéresser à une boutique de lampes anciennes orientales ? Où étais-je allé cherché ça en pensant que ça pourrait plaire ? Ah mais bien sûr ! En pensant à ma chère lampe évidemment ! J'avais l'impression qu'elle était partout autour de moi, et ça me donnait du mal à respirer. J'avais en plus de cela une sorte de corset qui me maintenait le thorax pendant un mois encore histoire de m'assurer une guérison parfaite, mais au moindre mouvement j'avais encore des douleur et j'avais de ce fait du mal à me mouvoir. Enfin bon. J'étais dans l'arrière boutique, las, lorsque j'entendis la porte s'ouvrir et la petite clochette retentir. Une cliente ! Je pouvais distinguer son visage sur un miroir que j'avais savamment positionné mais elle ne pouvait pas me voir en retour, à moins qu'elle ne connaisse mon échoppe par coeur ce qui m'étonnerait fortement. D'ailleurs, elle ne sembla même pas avoir détecté une quelconque présence :

« Ouhou ? »

Bizarrement, je me délectait d'un tel spectacle. D'ordinaire je serais allé la voir et lui demander ce qui pourrait l'intéresser mais non, je préférais étudier son comportement, au risque de perdre la seule cliente potentielle de la journée. Je finissais par croire que ma chance finissait par tourner. Et que les récents évènements m'avaient rendu un tantinet plus méchant. Soit.

« Ouhou ? »

Je décidai alors de m'avancer discrètement vers elle et de la surprendre, comme j'aimais le faire avec la plupart de mes clients, c'était tellement plus marrant. Alors je me faufilais à travers ce dédale que je connaissais par coeur et me plantais derrière elle avant de lui glisser ces quelques mots :

« Ce modèle vous intéresse ? »

Je lui souris comme à mon habitude, en attendant qu'elle se retourne. J'ajoutais tant qu'à faire :

« Je me nomme Jahwad et vous épargne nom de famille imprononçable... Je suis le propriétaire des lieux et votre hôte durant ce court voyage vers l'orient. »

Okay, je m'emballais peut être mais je commençais à reprendre goût au jeu, chose que j'avais perdu à l'hôpital et c'était très bon pour moi. Je m'adresserais presque un sourire victorieux mais comme la partie ne faisait que commencer... J'attendais la réaction de l'inconnue, qui devait sûrement me prendre pour un fou.
made by pandora.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad EmptySam 29 Juin - 17:51

J'archive Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad 1823284050
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't tell me bullshit. ∂ ft. Jahwad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-