AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

i only know i never want to let you go ▽ ELIZABETH Vide
i only know i never want to let you go ▽ ELIZABETH Vide
 

 i only know i never want to let you go ▽ ELIZABETH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: i only know i never want to let you go ▽ ELIZABETH i only know i never want to let you go ▽ ELIZABETH EmptyMar 26 Fév - 21:46

Tu peux m'abattre, tu peux me laisser languir, mais chérie, je t'aurai. Ca ne va pas tarder. Tu peux détruire mon coeur, tu peux saccager notre amour, mais mon désir envers toi est beaucoup trop fort.
elizabeth
Depuis quand exactement étais-je devenu une sorte de maso ? Si la première fois que je m'étais douloureusement cassé une dent, ce fut un bête accident, suite à une course poursuite qui s'était mal terminée, cette nouvelle dent qui venait d'à moitié sautée l'avait été intentionnellement. J'avais alors ingénieusement accroché ma pauvre victime à une fine cordelette, reliée elle-même une la poignet de ma porte, que je fis violemment claquer avec mon pieds. Ni une ni deux, la molaire avait volé, prenant dans son élan quelques gouttes de sang. Cette idée, que j'avais déniché en traînant sur le net, m'avait apparu dans un premier temps comme superbe. Mais une fois l'acte fait, je me sentais complètement idiot. Quelle idée de m'auto infliger cela au juste ? Moi qui adorait tant prendre soin de moi... Voilà deux dents en moins ! Cependant, c'était plus fort que moi, il suffisait que je repense à elle pour me sentir prêt à n'importe quelle autre connerie de ce genre. Elle m'intriguait, me perturbait tant. Me hantait presque pour ainsi dire. Mademoiselle Fairydust. Voilà tout ce que je connaissais d'elle, et pourtant il me hâtait de l'a revoir. Si j'avais su qu'en courant chez le dentiste pour guérir mon affreux mal, je serai tomber sur une femme aussi... troublante, pour ne pas utiliser d'autre mot familier. Ce jour là, alors qu'elle fait tout simplement son boulot, à inspecter ma bouche ( créant déjà ainsi une certaine intimité entre nous, du moins c'est ce que je me plais à me dire ), je n'avais cessé d'accrocher mon regard admiratif sur elle. Comment rester indifférent face à ce genre de petit bout de femme au juste ? Jamais je n'aurai cru devenir si faible face aux femelles en arrivant dans ce nouveau monde...

Bref. J'enfilais alors ma veste en cuir, faux bien entendu, je ne me voyais pas porter l'un de mes semblables sur le dos, et partit immédiatement en direction du cabinet de celle qui s'amusait à hanter mes nuits. Un petit quart d'heure, juste ce léger laps de temps me séparait d'elle. Cependant, je savais que je ne pourrai trop m'attarder à l'observer, et à l'emmerder avec mes faux problèmes de dentitions, car je devais reprendre mon service quelques heures après. Et le boulot, c'est le boulot. Arrivant à destination, je dus attendre mon tout comme tout ces autres dans la salle, principalement remplie d'enfants accompagnés de leur parent. Je me sentais comme de trop, tel un Prada parmi des sous marques en vérité. Je tentais alors de m'occuper en feuilletant les quelques stupides magasines, mais en vain. Mon cœur ne voulait s'arrêter de battre si fort, sachant que la belle inconnue ne se trouvait qu'à quelques mètres maintenant. Et que bientôt viendrait mon tour.

L'heure passa péniblement, et je commençais à me dire qu'ils m'avaient oublié. Il ne restait à présent plus que moi, et une vieille dame, qui d'ailleurs ne cessait de me faire de l'oeil. Mon dieu, si je n'avais pas cette envie folle de voir cette charmante dentiste, je serai vite parti d'ici ! Mais, comme lorsque je me suis arraché cette dent, plus le temps passait, plus je me disais que c'était finalement une mauvaise idée. Après tout, elle devait en voir passer des clients, pourquoi se souviendrait-elle de moi ? Et même si, par chance, mon visage d'ange lui était resté en mémoire, quelles étaient mes chances exactement ? Certes, j'avais un physique parfait pour plaire, et mes nombreuses conquêtes pouvaient le prouver, mais cette femme me paraissait tellement différente. Elle n'était pas du genre à craquer dès le premier sourire, et c'est précisément ce détail qui me donnait encore plus envie de l'a connaître. Le problème, du moins le principal problème dans toute cette histoire, c'est que j'avais terriblement peur qu'elle ne me prenne pour un fou, voire un pervers dégénéré.D'accord, je faisais exprès de m'arracher une dent pour la seule raison de l'a recroiser, mais c'était cela ou consulter son dossier au commissariat et d'aller l'attendre devant chez elle. A ce moment-là, je serai passé pour un psychopathe, en plus du pervers dégénéré.
Et puis, qu'avais-je à y perdre, de me lancer dans le tas, au juste ? Rien, par contre il était certain que si je ne tentai rien, jamais je ne pourrai avoir ce plaisir que de l'avoir un peu plus longtemps à mes côtés. Et cette fois-ci pas dans un cabinet, si possible. La voix exagérément aiguë de la secrétaire me réveilla alors de mes pensées, me précisant que c'était mon tour. Enfin ! Arrivant alors dans ce précieux cabinet, je pris place sur le fauteuil de dentiste, qui ressemblait plus à une machine de torture, et comme me l'indiqua la secrétaire, j'attendis. Encore. Un peu trop longtemps même à mon goût. Soupirant, je commençais alors à passer le temps en jouant avec les étranges instruments qui se trouvaient à ma gauche. Et bien évidemment, mademoiselle Fairydust choisit le moment où j'arrosais le sol avec le petit appareil cracheur d'eau pour faire son entrée ! Totalement gêné, sachant que j'avais l'air d'un gamin, voire un attardé, je reposai rapidement et brutalement l'appareil et joignis mes deux mains sur mon ventre, tel un signe d'innocence. Moi qui m'étais préparé tout un discours dans la tête, voilà que ce léger accident l'avait fait s'envoler. Je me contentais alors de l'a fixer, grand sourire aux lèvres. Ok c'est officiel, j'ai aucune chance.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: i only know i never want to let you go ▽ ELIZABETH i only know i never want to let you go ▽ ELIZABETH EmptyMer 27 Fév - 1:13


I only know I never want to let you go
Maximus
Il est clair que j’aime mon métier, je l’adore même, tant il était évident pour moi que je devais faire cela arrivée dans ce monde. Cependant, en acceptant de devenir dentiste, je m’attendais plus à retrouver des sensations proches de celles que me procurait mon rôle de Fée des dents, soit de petits anges calmes et heureux de me voir, qui repartirait avec le sourire et des souvenirs pleins la tête. Et bien non ! C’est fini les enfants ne croient plus en moi ! Dès qu’ils rentrent dans mon cabinet, souvent suivis de leurs parents complètement gênés, les petits se mettent à brailler, à pleurer, voir à hurler de peur face à moi et mes instruments. Je ne leur apporte plus émerveillement et joie, bien au contraire. Et là est bien problème de mon job. J’ai pourtant tout essayé : les bonbons, les sucettes à la sortie du cabinet, les dessins-animés et même de mettre de la musique. Mais rien, rien n’y fait, je suis désormais la terrible sorcière de l’histoire.
C’est pourquoi après un énième enfant en larmes je priais pour qu’avant midi il n’y en ait plus. Tout, des mamies, des dents cassées, des urgences, tout sauf un enfant terrifié ! Ma secrétaire à la fois terriblement aigue, trop aigue (pourquoi l’avais-je choisi celle-là déjà ?) m’envoya un homme d’une quarantaine d’années à peine à la dentition dépourvue de toute hygiène. Voilà venu le temps de se mettre en mode automatique. Ce que je veux dire par là c’est que lorsqu’un patient à une dentition vraiment trop horrible, je le soigne tout en pensant à autre chose, car là est bien l’avantage, il ne peut guère vous parler lorsque vous le soignez. Son nom me dit quelque chose et je repars alors dans mon monde, celui où je triais vigoureusement les dents de lait, pour conserver tous les souvenirs des enfants, leur innocence, leur sourire. A deux ou trois reprises déjà, je me suis souvenue de gens à qui nous avions récupéré leurs dents moi et mes fées. De vrais casse-cou qui n’avaient fait que ça, perdre des dents. Mais je me devais de garder mon identité secrète, une vraie espionne quoi, et j’étais restée Mademoiselle Fairydust, la dentiste du coin.
L’homme une fois soigné, me remercia, les yeux plein de lumière. J’avais du mal à m’y faire, mais Yoëv m’avait fait remarqué il y a peu que, je cite : « c’est pas étonnant que les hommes te regardent, t’es devenue très jolie dans ce corps là ! » Alors bien entendu, rien d’ambigu entre nous, mais cette réflexion m’avait perturbée. Moi qui ne m’étais jamais vraiment souciée de plaire dans mon corps de fée, je voyais désormais des hommes me regarder fixement. Certes, j’avais déjà été attirée plusieurs fois par la gente masculine, Jack en était un exemple concret, mais jamais il ne m’était venue à l’idée que je puise plaire de la sorte. Une vieille dame suivit et son problème de dentier fut vite réglé. Ma secrétaire s’occupa de faire payer la patiente, tout en m’informant qu’il ne restait plus qu’une personne avant la pause déjeuner, mais avant cela j’en profitais pour faire un tour aux toilettes. De son côté, elle s’occupait de faire rentrer le patient. Je pris un peu mon temps, contente que la matinée se finisse tant j’avais faim.
Me lave les mains, récupère la feuille de soin du patient et hop je débarque dans le cabinet, ne m’attendant certainement pas à la scène qui se déroule alors sous mes yeux. Un jeune homme, Maximus, d’après le papier que j’avais à la main, s’amusait avec mes ustensiles de travail. Enfin, avec mon vaporisateur d’eau qu’il dirigeait tout bonnement vers le sol. Je ne pus m’empêcher de rire face à son air faussement sage et innocent. Son sourire me rappela qu’il était déjà venu pour une dent cassée. En parlant de sourire, le sien était tout simplement magnifique, blanc et laissant apparaître de petites fossettes sur la commissure des lèvres, lèvres toutes aussi sexy que l’homme auquel elles appartenaient. Je secouais vivement la tête, cessant de sourire bêtement face à lui et cherchai à reprendre contenance. Le sourire aux lèvres je m’approchais de lui. « Alors qu’est-ce qui vous amène ici ? Vous aviez bien aimé mes outils et du coup vous vous êtes dit que ce serait chouette de jouer avec ? Avouez ! C’est ça ? » Je le taquinais bien entendu, mais cette image me restait en tête, un si bel homme qui s’amuse à arroser le sol du cabinet, ça reste assez drôle quand même ! Quoi qu’assez attendrissant… J’attrapais un mouchoir pour essuyer la mini flaque, tandis qu’il m’expliquait pourquoi il était de retour dans mon cabinet.
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
 

i only know i never want to let you go ▽ ELIZABETH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-