AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -36%
Pack 1 mois – PAMPERS New Baby Taille 1 (2- 5Kg) ...
Voir le deal
29 €

Partagez

Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Vide
 

 Knockin' on the door he came by... / Bellerophon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyMar 26 Mar - 17:26


Knockin' on the door
he came by


- Mais voyons mademoiselle, vous pourriez pas faire aaaaaaaaaaaaaaattentiooooon... maiiis.. donnez moi ce volant pour l'amour du ciel!
- Noooon, j'ai trop peeeeeeeeur! Au secooooour! clama-t-elle sous l'effet de la panique, le sens dessus dessous. La voiture allait à droite et à gauche par le fait que l'examinateur tentait tant bien que mal de reprendre le contrôle du véhicule et qu'elle refusait de lui céder. Par chance, il parvint à appuyer sur la pédale de frein avant qu'ils ne rentrent droit dans un mur. Elle se laissa glisser le long de son dossier, rassurée qu'elle fusse encore en vie, elle et son examinateur.
Ce dernier soupira de désespoir. Puis il se tourna vers elle et fit une triste mine.

- J'imagine que je n'ai pas besoin de vous le dire.
"Laissez moi deviner. Je suis recalée."
- Bien, nous nous reverrons peut être un jour. Ce serait vous mentir que de dire que ce fut un plaisir alors... s'il vous plait, sortez de cette voiture.
Elle lui adressa un regard noir avant de s'exécuter. De toute façon, elle ne comptait pas rester une minute de plus dans cet engin de malheur. Elle avait une peur bleue de prendre le volant en voiture, parce qu'elle était si maladroite habituellement qu'elle devait faire attention à tout plein de chose et les gens n'étaient pas toujours très correct sur la voiture. Même lorsque ce n'était pas elle qui conduisait, elle était toujours sur ses gardes quand elle montait à l'intérieur d'une voiture. Elle préférait le vélo ou encore le roller. Moins dangereux à ses yeux, bien que même à pied, le risque était là.

Nimuë quitta l'auto-école assez mécontente et envoya un message à sa sœur pour lui annoncer qu'elle n'avait pas eu le permis de conduire, une fois de plus. Elle ne sera pas vraiment surprise, puisqu'à chaque fois, c'était la même chose. Sixième tentative, sixième échec. On ne pouvait découler qu'une évidence : elle n'aimait pas la voiture et la voiture ne l'aimait pas.
Elle rentra à l'appartement pour prendre une douche et se poser. Son examen l'avait épuisée, sans compter les trois heures de cours qu'elle avait du donner dans la matinée même. A la sortie de la douche, elle ouvrit le congélateur et prit la première boite de crème glacée sous ses yeux. Vide. Elle la jeta dans la poubelle juste à côté sous une grimace avant de prendre la seconde. Vide aussi. Mince alors, qui avait cette vilaine manie de ne pas jeter les boites vides?
Elle même, tout simplement. Elle avait pour habitude de manger de la crème glacée en fin d'après midi ou en soirée, en visionnant un film. lorsqu'elle allait se coucher, elle était si fatiguée qu'elle ne faisait même plus attention à rien.

Elle s'habilla à la hâte d'une robe de couleur verte aux motifs discrets et s'observa dans le miroir. Pour une fois, sa sœur était absente et donc, pas de bagarre devant le miroir pour être la plus visible dans celui ci. Ce fut d'ailleurs en terminant de se coiffer qu'elle vit le chapeau qu'elle avait recueillie il y avait quelques mois déjà de cela et dont elle se servait que très rarement. Elle le laissait toujours sur le même siège, dans l'entrée et avait formellement interdit à sa sœur de le lui prendre. Ce jour là était une occasion de le ressortir. Elle aimait bien ce chapeau. Il était grand et agréable à porter et surtout, il était magnifique!
Elle s'en coiffa après avoir prit toutes les affaires dont elle avait besoin et referma la porte de son appartement derrière elle, lorsqu'elle fut enfin sortie.

S'il manquait des pots de crème glacées dans son frigo, alors elle irait jusque chez le glacier pour s'en prendre une, et une exquise. Elle passait souvent au Nice Cream parce qu'elle y trouvait les produits délicieux. Il fallait dire aussi que c'était une grande friande des glaces et qu'elle n'était pas difficile à ce sujet.
Ce fut après qu'elle reçut sa commande, double pêche melba, qu'elle s'installa sur une table de la terrasse, profitant du soleil et de la chaleur qu'il commençait à produire afin de pouvoir déguster aisément sa crème glacée.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyVen 29 Mar - 20:49


Knockin' on the door
he came by


Une journée chapeauhurrissante. Voilà comment il l'aurait décrite. Enfin, une bonne journée disons, une journée de chapelier, folle avec tout ses rebondissements, ses hauts et ses bas, son charme fou. Et le voilà ici à déguster une curiosité assise à la petite terrasse d'un dénommé « bar à glace », enfin glacier mais ce terme lui convient. La serveuse l'a brillamment dévisagé avant d’émettre la vague promesse de lui rapporter sa commande. Glace au thé. Délifrileux. La petite boutique, le Cat in the Hat, coincé dans une petite ruelle colorée du centre ville, tournait à plein volume, il commençait à avoir son petit succès et son équipe assurait la demande grandissante. Des chapeaux pour toute les têtes. Bellerophon avait au moins réussit à retrouver son enthousiasme. Pas son chapeau. Cela ne voulait pas dire qu'il se paraît des couvres chefs tout droits sortis de ses doigts agiles Créations sobres, sans êtres aussi délirantes que celles qui lui arrivaient de vendre. « Tissu brillants, affriolants, Mercury dessine pour tout les têtes, même les têtes pas à chapeaux. Melon, haut de forme, gavroche, approchés, approchés, nous faisons aussi les bonnets !

Le chapelier colle une raclée au mauvais goût.» Il tritura la manche de sa veste, jetant un regard curieux sur les passants qui le dévisageait. Le soleil tapait doucement effleurant les surfaces brillantes des petites tables, ainsi que la vitrine qui reflétaient celui ci d'un vive éclat, attirant inévitablement les passants curieux vers les douceurs sucrés que proposait la petite boutique. A son parfait opposé une petite table, identique à la sienne, son occupante lui fait face, et un serveur vient de déposé sur sa table une ravissante petite couple. Lueur chafouine au creux des yeux, il salue la dame d'un geste discret du chapeau, et retourne à ses réflexions. Ce matin.... oui ce matin. Il avait quitté l'effervescence de sa boutique, la scène : le petit atelier envahit de coupures de papier, négligemment éparpillé sur le sol, les bons de commandes, les épingles, les tissus en tout genre....

« Bellerophon … » Il avait levé les yeux, vaguement agacé par l'interruption de... qui déjà ? Ah oui son second. « Plus tard sans doute... » ah il s'agissait d'une commande, pour un mariage surement ou autre occasion où le faste était au rendez vous. Une petite balade s'imposait, chercher l'inspiration dans le charmant paysage de la ville. La tendresse naturel, et la douceur des teintes de certains quartiers, ces bâtiments aux couleurs pêches, pastels douces. Ses créations ne devaient être agressives au regard, mais douce, posés, délirantes sans l'être trop. Sublimes, avaient-dit les flatteurs. Agité, l'individu débarqua avec sa commande. Une coupelle ravissante, et de la glace au thé vert. Jamais gouté, il tenterait. Il reposa les yeux sur la charmante demoiselle, fit un clin d’œil avant de se lécher les babines, mimant sa future dégustation. Et puis il le remarqua. Comment n'avait-t-il pu... ? C'était un prolongement de son être, et chacun qu'il voyait le frappait comme une évidence. Couvre chef, chapeau... de tout coup et toute forme. Chapeau, chapeau, chapeau. Il avait été sur sa tête, depuis des siècles, et son arrivée dans ce monde l'avait violemment frappé de cette évidence.

Peut-être que l'apercevoir lui avait parut comme naturel, un soulagement certain, quelque chose qui avait frappé ses yeux. Son chapeau n'était plus. Peut-être ne l'avait-t-il suivit dans ce monde ci ? Resté en arrière au pays des merveilles sans aucun espoir certain de le revoir un jour. Il s'était morfond et maintenant... son chapeau. Sur la tête de cette jeune femme rousse. Il tremblait d'excitation rien qu'à cette pensée, pouvoir revoir ce cher vieux compagnon, il en avait rêvé, tout les chapeaux qu'il avait esquissé et qui avait pris forme entre ses mains... n'était pas arrivé à sa hauteur et là.... son chapeau avec son ruban, son étiquette. C'était, c'était... yeux rivés sur la demoiselle en question il tentait de trouver une explication.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptySam 30 Mar - 21:41


Knockin' on the door
he came by

Il fallait vraiment que Nimuë eusse réellement faim pour qu'elle ne s'accorde à manger seule une gourmandise sur la terrasse du glacier où elle allait habituellement. Elle aurait bien demandé à l'une de ses sœurs ou l'un ou l'une de de ses ami(e)s à venir la rejoindre sauf qu'à cette heure ci de l'après midi, ils devaient tous être en train de travailler ou faire quelque chose autre pour qu'elle ne puisse les déranger dans leur plan. Ceci dit, elle avait pris l'habitude de le faire lorsqu'elle venait de prendre le volant pour passer son examen. Elle avait une peur bleue de conduire, une phobie de la voiture tout simplement d'ailleurs puisque à chaque fois qu'elle montait à l'intérieur de ce drôle d'engin, elle se mettait toujours sur ses gardes, comme si la mort l'attendait à chaque tournant. S'accorder ce genre de plaisir lui permettait de se détendre et de reprendre de la graine pour le reste de la journée.

Mais seule, le temps était bien long et l'ambiance fade. Elle était tellement préoccupé par tout ce qui s'était passé et à penser aux dernières choses qui lui était arrivé qu'elle ne faisait même pas attention au monde aux alentours. Pourtant, ce moment allait venir, puisqu'elle s'ennuyait et que lorsque cela arrivait, sa seule manière de passer le temps était d'observer les gens ou de tripoter les touches du téléphone portable qu'elle avait dernièrement acquérir comme un anti-stress.
Eric avait trompé Ariel. Cette nouvelle même l’assommait. Elle avait peine à le croire et pourtant, cela s'était avéré vrai. Jusqu'ici, elle n'avait pas osé rendre visite à son beau frère. Ex beau frère. Elle ne savait plus vraiment comment le considérer. Et si elle ne voulait pas le voir pour le moment, c'était pour éviter de faire des bêtises. Ce n'était pas ses affaires après tout, même si elle était très remontée. Ariel était assez grande pour s'occuper elle même de ce problème, du moins, elle essayait de s'en convaincre.

Elle finit enfin par lever les yeux, sortant de ses âpres rêveries, et remarqua la présence d'un homme attablé à l'une des tables bien loin de la sienne. Elle aurait très bien pu détourner le regard et le poser ailleurs, s'il n'était pas en train de l'observer, ou tout du bien, c'était l'impression qu'il lui donnait. Elle voulu s'en assurer en détournant tout d'abord son attention sur l'enseigne du magasin avant que ses yeux ne se remettent sur l'étrange personnage qui avait soudainement capté son attention. Elle se demanda tout d'abord s'ils se connaissaient, d'autant plus que ce dernier lui adressa un clin d’œil. Ou plutôt... étais-ce bien à elle? Elle se tourna furtivement pour vérifier que personne n'était derrière elle, désirant éviter un méchant quiproquos et... personne ne se trouvait derrière elle.
Elle commença à se mettre à rougir par la simple idée d'être observé par un garçon. Un garçon à l'allure bien différente de ce qu'elle avait pu croiser jusqu'ici et dont le style ne la laissait pas indifférente tant il était original. Gênée, elle vérifia tout d'abord si rien ne clochait ses elle et eut même peur à l'idée que de la crème glacée puisse être restée dans un coin de ses lèvres ou encore sur l'une de ses joues. Peut être même son nez. Elle ne savait pas comment se comporter, si bien qu'elle décida de se concentrer sur le reste de sa glace qui était en train de fondre, en mangeant petite cuillerée par petite cuillerée, doucement, pour ne pas être trop flagrante. Elle avait un certain chic pour tourner au ridicule dans des moments comme celui là et, par conséquent, elle se répétait mentalement de garder son calme intérieur. Ce n'était seulement qu'une personne, au bout de la terrasse, qui l'observait. Pas de quoi s'affoler, même si cela n'avait rien de très normal au fond. Que pouvait-elle faire après tout? Se lever et lui demander où était son problème? Non, non, ceci n'était pas son genre du tout. Elle était bien trop timide pour cela et ce n'était pas non plus son style d'aller chercher les ennuis.
Elle décida alors de rester ici, jusqu'à ce qu'il s'en aille. Et si cela devait prendre trop de temps alors elle s'en irait en tout premier, de toute façon, elle avait déjà payé lors de sa commande.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyMer 17 Avr - 21:20


Knockin' on the door
he came by


Curieux, il continua à scruter le visage de la demoiselle. Celle-ci ne lui avait pas bien longtemps rendu son regard, mais elle avait vite renoncé. Que se demandait-t-elle ? L'avait-t-il au moins déjà vu ? Et elle détenait surement son chapeau en otage. Non, non. Elle avait du le trouver, comment se faisait-t'il que telle créature avait mis la main sur son chapeau ? Celui-ci avait dû tomber dans ce monde, surement à un autre endroit que lui même, et peut-être même l'avait-t-elle découvert. Il repris une bouchée de glace, les yeux toujours rivés sur la demoiselle rousse au chapeau. D'ailleurs, ce couvre chef ne lui allait pas mal... enfin bon que pensais-t-il ? C'était sur le chapeau qu'il devait se concentrer. Oui oui. Le Chapelier ne se gênait pas pour détailler de haut en bas la jeune femme. La gêne... c'était un concept inconnu du chapelier. Il retira le chapeau qu'il portait, pour le poser sur la petite table, il tapotait le haut, toujours en happant joyeusement sa glace au thé. Suffit. Il était le temps de prendre des initiatives. Ce qu'il devait faire... c'était aller voir la jeune femme... il pourrait peut-être négocié le retour de son plus ancien et fidèle compagnon. Si il lui en proposait un... cent fois plus beau, fait de ses mains. Enfin beau.. pour elle sans doute, mais pour le chapelier rien ne valait son chapeau. Son bon vieux chapeau. « Quelque chose d'autre ? » Lui demanda la serveuse. « Non merci. » répondit-t-il gaiement. SON CHAPEAU. Il réalisait à peine. C'était comme retrouver un petit bout du pays des merveilles. Il devrait bluffer, faire semblant que celui-ci n'avait aucune valeur pour lui. Ça allait être difficile. Il remet son couvre chef sur sa tête et se leva d'un bond, après avoir payé sa glace bien entendu.

D'un pas léger, il traversa les tables, agilement, et vint se positionner juste à coté de la jeune femme, sans s'asseoir pourtant sur la chaise en face de la sienne. Dont il (du moins c'est ce qu'il supposait) allait bientôt voir une expression ébahie s'étirer sur son visage. Elle avait presque finie sa glace, alors il ne l'a dérangeait sans doute pas. « Bonjour, milady » annonça-t-il galamment. « Ne vous ayant jamais rencontré, je me présente Bellerophon Hatter Mercury. Mais je pense que mon nom ne laisse trop libre court à votre imagination pour deviner le métier que je vais. Chapelier, couvreur de tête, dompteur d'aiguille et de tissu pour vous servir. » Au moins, elle connaissait son identité désormais. « Puis-je m'asseoir, chère dame, ou damoiselle. » Sans attendre la réponse, il se posa légèrement sur la chaise avant de planter son regard dans celui sombre et pétillant de la jeune femme. « Très joli chapeau que vous portez là... porté par un très jolie personne. »

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyJeu 18 Avr - 11:36


Knockin' on the door
he came by

Décontenancée, elle avait du mal à se concentrer sur ce qu'elle était en train de faire, chose pourtant très facile et dont elle en avait pourtant l'habitude : manger une glace. Mais elle se savait observée, si bien qu'elle avait du mal à garder ses moyens et surtout son calme. Ce n'était peut être rien, sans doute cette personne au loin là bas la regardait que comme ça, comme on peut regarder quelqu'un normalement mais elle avait si peu l'habitude que c'en était perturbant. Elle tenta de se focaliser sur sa coupelle comme si soudainement cet objet était devenu le plus attrayant qu'elle n'ait jamais rencontrée, se disant qu'elle n'avait jamais vu une coupelle sculptée de cette manière alors qu'il ne s'agissait que d'une simple coupelle comme on en voyait partout. Elle même en avait de plus jolies à la maison qu'elle avait achetées avec Arista peu après leur emménagement ensemble. Il n'était de toute manière pas question d'avoir ses propres affaires puisque sa sœur était une chipie qui les lui prenaient à longueur de temps, adepte de l'expression "l'herbe est toujours plus verte chez celle du voisin".
Ceci dit, elle ne pouvait s'empêcher de se demander pourquoi cet étrange personnage l'observait. Qu'était-il en train de se dire? Étais-ce en bien ou en mal? Se moquait-il intérieurement? Faisait-elle quelque chose de mal? Non, non, non, ce n'était pas la première fois qu'elle venait ici et ce n'était pas la première fois qu'elle dégustait une crème glacée. Certes, de sa vie d’antan, elle n'en n'avait jamais mangée si bien que cette chose était encore nouvelle pour elle, mais il ne fallait tout de même pas abuser! Peut être avait-elle quelque chose sur le visage dont elle ignorait la présence? Une tache? Cette soudaine pensée l'amena à prendre une serviette en papier qu'on lui avait distribuée après l'achat de sa glace et de se nettoyer le bouche afin de ne pas paraitre clocharde. C'était une princesse après tout, elle avait été éduquée avec des bonnes manières dont celle d'être la plus gracieuse et élégante possible, bien que parfois, quelque traits de son éducation lui échappait, elle et ses soeurs. Ariel avait été la première à se "rebeller" mais elle avait donné une bonne leçon à tout le monde et c'était grâce à elle que leur père s'était montré plus indulgent à leur égard.

Alors qu'elle arrivait à la fin de son encas, elle releva les yeux et s'aperçut de la disparition du jeune homme de la table au loin. Néanmoins, elle ne mit pas énormément de temps pour l'apercevoir de nouveau, il ne s'était seulement déplacé... pour arriver de plus en plus proche d'elle. Elle se fit violence pour ne pas le regarder faire afin de ne pas trahir son "anxiété", si on pouvait appeler ça comme cela. Ou son embarras peut être... ou bien tout simplement les deux.
Et pourtant, ce fut bien elle qu'il avait eu l'intention de rencontrer et elle en eut confirmation lorsqu'il se positionna à côté. Elle hésita sur le coup. Devait-elle le regarder dans les yeux ou finir sa glace en se disant que cela ne pouvait pas être elle qu'il regardait. Mais les choses se décidèrent lorsqu'il se mit à prendre la parole.
« Bonjour, milady » la salua-t-il d'une voix qui l'obligea à lui faire lever la tête pour pouvoir enfin lui faire face. Surprise, oui, elle l'était, mais c'était surtout la curiosité qui la titillait. Pour quoi était-il venu? Est ce que... non, ce n'est pas possible. Il ne fallait pas penser à de telle chose. Elle aurait aimé lui répondre mais sa voix refusait de sortir de sa bouche, ou plutôt, c'était comme si son étonnement lui avait coupé les cordes vocales. Fort heureusement, il poursuivit : « Ne vous ayant jamais rencontré, je me présente Bellerophon Hatter Mercury. Mais je pense que mon nom ne laisse trop libre court à votre imagination pour deviner le métier que je vais. Chapelier, couvreur de tête, dompteur d'aiguille et de tissu pour vous servir. »
Elle le regarda avec des yeux ronds mêlés d'admiration, d'étonnement et d’incompréhension. En réalité, elle était submergée par plein d'émotion à la fois mais elle ne savait pas vraiment laquelle choisir. Ceci dit, elle était impressionnée. Impressionnée par la manière de se présenter de cet homme. Jamais quelqu'un ne l'avait abordée d'une telle manière, pas même les plus grand poète qu'elle ait pu rencontré jusqu'ici et qui lui avait plus donné envie de fuir qu'autre chose. Elle ignorait si le charisme de cet homme était tel qu'elle en perdait ses mots mais elle ne trouvait que dire pour décrire l'impression qu'il lui donnait. C'était... admirable. Il lui avait dit son nom mais aussi son métier, comme si cela était important qu'elle le sache. Ce n'était pas tous les jours que vous rencontrez quelqu'un qui se présente d'une telle manière et si cela était le cas, c'était pour un but bien particulier. Chapelier? Elle n'en avait jamais connu. L’existence même du chapeau lui avait été révélé lorsque sa soeur Ariel s'était mariée avec Eric et que, par conséquent, les relations entre le peuple marin et humain s'était ouvert. Elle en avait vu quelqu'un en porter sur la tête et, cet objet comme tant d'autre la laissait toujours admirative. Les humains étaient... fascinant et elle pouvait comprendre la passion qu'avait eut Ariel pour eux, lorsque cette dernière avait trouvé pour la première fois une épave abandonnée. Quant à la profession que cet étrange personne atypique exerçait, cela paraissait évident, en effet, bien que l’impression qu'il lui donnait était plus celle d'un... prince. Son comportement, les mots qu'il utilisait, sa présentation, son regard, ses yeux... Il lui faisait inévitablement penser à Eric, bien qu'elle n'allait pas le comparer bien longtemps avec lui étant donné que ce dernier s'était éteint dans son estime lorsqu'il avait appris son adultère et ce comportement là n'avait rien d'un prince.
- ... enchantée, finit-elle par dire d'une voix subjuguée, comme hypnotisée par la personnalité que dégageait ledit Chapelier venu expressément à sa rencontre. Elle était encore bien trop curieuse pour dire quoique ce soit d'autre et avait très envie de connaitre la raison de sa venue ici.
« Puis-je m'asseoir, chère dame, ou damoiselle? » Elle hocha la tête en guise d'acceptation et il prit place sur la chaise à côté d'elle. Elle plongea ses yeux dans les siens, le dévisageant soigneusement et observant particulièrement ses beaux yeux bleus. Il avait un regard plongeant, le genre qu'elle n'avait jamais vu auparavant et qui l'obligeait à le regarder. Il avait quelque chose, c'en était certain.
« Très joli chapeau que vous portez là... porté par un très jolie personne. » A ces mots, elle se figea sur place, comme si quelqu'un était soudainement venu couper le temps. Elle sentit ses joues prendre feu, se disant qu'elles devaient être devenues aussi écarlates que ses cheveux et elle fut si émue qu'il lui en fallu de peu pour ne pas s'évanouir. Elle avait toujours eu une certaine sensibilité au sujet du regard des autres, plus que ses autres sœurs ce qui faisait qu'elle se mettait rapidement dans tous ses états pour rien ou encore incroyablement.. timide malgré son fort caractère habituel. Elle préféra ne rien dire pour le moment, laissant ses sentiments couler comme un fleuve en torrent et reprendre calme. Si elle ne le faisait pas, elle serait capable de dire n'importe quoi, des choses incompréhensibles et qui n'existaient dans aucune autre langue.
Elle finit par réagir, se mordant tout d'abord la lèvre inférieure avant de passer un coup de langue rapide dessus pour les mouiller et ainsi, permettre à sa voix de pouvoir mieux s'exprimer. Elle revint à lui en le regardant à nouveau, l'expression égayée et légèrement amusée.
"Eh bien... merci beaucoup.." répondit-elle enfin en bafouillant légèrement par la légère difficulté que cela lui prenait. D'habitude, elle n'avait pas trop de mal à parler aux hommes (comme aux femmes d'ailleurs), bien que lors de son adolescence, cela s'était relevé du miracle. "Mais... pour être honnête, ce chapeau n'est pas à moi."
Tout à coup, l'idée que cet homme vienne dans le but de le lui acheter lui vint en tête. Après tout il travaillait avec les chapeau et peut être voulait il le revendre? Non, il ne fallait pas faire de conclusion trop hâtive. Elle n'en savait rien. Elle ne savait même pas comment travaillait un Chapelier ni ce qu'il faisait exactement. Elle n'avait donc pas d'idée à se fonder, ce n'était pas son droit.
Elle esquissa un léger sourire, oubliant totalement la fin de sa glace qui se mettaient à fondre lentement. Elle leva un peu plus les yeux pour regarder le chapeau de son interlocuteur avant de les baisser à nouveau dans les siens.
"Le votre est très joli aussi! J'imagine que ce serait une bien idiote question si je vous demandais s'il est de vous. Vous êtes très doué, je suis impressionnée."
Elle avait pris un peu plus d'assurance bien que sa timidité persistait. Elle n'avait pas l'habitude que quelqu'un lui parle comme il le faisait et elle ne savait pas encore comment le qualifier, ni d'où pouvait-il provenir. Ainsi, elle tâchait de se montrer la plus polie possible, essayant de paraitre convenable et présentable. C'était assez ironique lorsque l'on était attablé sur la terrasse d'un glacier.
Ceci dit, elle se souvint de ses bonnes manières et sursautai légèrement lorsqu'elle se souvint avoir oublier quelque chose de primordial. Après tout, il s'était présenté, et non pas elle : "Oh.. au fait, je m'appelle Nimuë. Aquata Nimuë Tysee mais contrairement à vous, mon nom n'exprime nullement un quelconque indice sur le métier que je pratique. A vrai dire, je donne des cours... à la piscine. Vous c'est les chapeaux... et moi... c'est l'eau." Elle se sentit légèrement gênée. Le métier de Chapelier lui semblait beaucoup plus impressionnant à côté du siens. Certes, elle n'avait pas honte de ce qu'elle faisait mais elle n'avait pas trouvé de tournure qui pourrait rendre son job aussi "classe" que le siens.
Elle avait envie de lui poser des questions, puisqu'il l'avait intriguée, mais elle avait peur de trop s'avancer et de raconter n'importe quoi.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyJeu 18 Avr - 20:47


Knockin' on the door
he came by


Timide personne cette... Nimue. Il se répéta plusieurs fois ce nom. Peu commun, aux intonations liquides et douces toutefois. Curieux, il se demanda pourquoi le charmant visage de cette jeune femme prenait une couleur aussi pourpre. "Chapeau, eau, ce doit être un signe, damoiselle !" s'écria-t-il. Plus sérieusement, du moins autant qu'il n'en était possible, il reporta son attention sur l'objet de sa venue aux cotés de celle-ci. Le chapeau. Il n'était pas à elle... de plus en plus intéressant. Impatient, il pianota des doigts sur la table, il ne devait pas perdre son objectif de vue.. et pourtant. Cette Nimue titillait sa curiosité; la façon dont elle avait eu son chapeau surement, qui elle était ? "Alors, ma chère Aquata Nimuë Tysee..." Il répéta son nom plusieurs fois pour l'ancrer dans sa mémoire. Un nom intéressant, beaucoup plus curieux que le sien propre. Ses mots se suspendirent en plein vol. Que dire, que faire ? Le voici, lui le Chapelier, à court de mot devant une donzelle ? Impossible ! Il était toujours assuré, et n'allais pas se laisser déconcerter maintenant alors qu'il était prés du but ! "Quant à vous, je crois que vous avez questions à me poser ? Vous vous doutez ou vous demandez que c'est sans doute point chiffons ou chapeaux qui m'ont mené à vous en cette journée ensoleillée." continua-t-il, amusé. Bien, au moins il n'était resté sans rien dire. Son assurance habituel l'avait de nouveau envahit et il espérait que celle-ci ne gênait la jeune femme aucunement. "Voyez-vous, la vie d'un chapelier est bien vide de sens si celui-ci ne parle point de chapeaux... mais ce sujet peut en ennuyer plus d'un, les profanes par exemple, j’espère ne pas vous déranger." s'empressa-t-il de continuer, affable.

Il se surprit à vaguer dans ses rêveries habituelles ou non, et à détailler la jeune demoiselle. Jeune, oui elle l'était, timide, la rougeur s'était emparé de la pâle blancheur de ses joues. Son visage était encadré de cette chevelure rousse. Un chapeau dans les tons naturelles lui irait, peut-être d'un beau vert ou une couleur ciel, ou bien qui rehausserait son teint. Il griffonnerait sans doute sur une feuille de papier; une fois rentré à son échoppe, un chapeau qui lui irait... mais actuellement.. "Excusez-moi mademoiselle, je rêvassais." se répandit-t-il en excuses. Il se demandait si il la retenait, surement s'empêchait-t-elle de s'enfuir devant si singulier personnage. Non, elle n'avait pas particulièrement l'air d'être de ce genre de personne. Au contraire, au contraire... il y avait... quelque chose qui lui plaisait dans son attitude général. Peut-être cette manière de lui parler, gentiment et de le pas le traiter de fou, avant de partir en hurlant à l'agresseur. "Bien, bien chère demoiselle... voilà si je viens ici devant fou.. je veut dire devant vous..." bafouilla-t-il pour la première fois de son existence de chapelier, gêné. "C'est que j'ai perdu un chapeau qui était fort similaire à celui-ci." Maintenant les dés étaient jetés. A savoir ce qu'elle allait répondre à ce pauvre Bellerophon.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyVen 19 Avr - 18:07


Knockin' on the door
he came by

En voilà un bien étrange personnage en face d'elle. Oh, elle en avait déjà rencontré dans le monde sous marin, des spécimens autre protagonistes en tout genre. Mais jamais comme l'était Bellerophon. Elle était partagée entre l'admiration et la curiosité puisqu'elle ne savait pas encore comment le considérer. Il avait une façon de se tenir et de parler qui était propre à lui, si bien qu'elle ne savait pas si elle devait réagir en bien ou en mauvais. S'étant déjà fait avoir, peut être était-il même en train de se moquer d'elle mais elle savait aussi très bien qu'elle n'avait pas à voir le mal partout et c'était pour cette raison même qu'elle avait décidé de laisser voir les choses comment elles se passeraient.
Le Chapelier était donc venu s'asseoir sur la chaise à côté de la sienne peu après lui avoir demander poliment la permission pour le faire. Il avait une telle présence qu'elle en était plutôt déstabilisé, bien qu'elle commençait à se mettre de plus en plus à l'aise. Quant à lui, il semblait être plein d'assurance, ce qui n'était pas son cas du tout. Elle admirait les gens comme cela, ceux qui arrivaient à avoir le contact facile qu'elle ne possédait uniquement lorsqu'elle connaissait bien la personne. Et puis, ce protagoniste semblait avoir beaucoup de charisme si bien que de toute manière, elle n'arrivait pas à ne pas l'apprécier.
"Chapeau, eau, ce doit être un signe, damoiselle !" lui dit-il sans perdre son ton enjoué dans ses mots, si bien que cela la fit sourire mécaniquement. Chaque mot qu'il prononçait résonnait dans sa tête si bien qu'elle l'écoutait comme on écoutait une belle histoire. "Un signe?" répéta-t-elle, intéressée. Elle le dévisagea à nouveau de façon rapide avant d'ajouter : "celui même qui me fait venir à vous? Peut être bien, monsieur."
L'existence de sa glace lui revint brutalement en mémoire lorsqu'elle s'était surprise à tripoter sa cuillère sans même s'en rendre compte. Il en restait un petit morceau en train de fondre lentement et le reste était devenue crème liquide. Elle s'arracha à nouveau de sa distraction lorsque la conversation reprit sur son nom. Elle l'entendit prononcer son nom entier et fit une petite grimace à cela.
- Appelez moi Nimuë, tout simplement, intervint-elle.
D'habitude, c'était sous le prénom d'Aquata qu'elle répondait, puisque c'était celui que ses parents lui avaient donné à sa naissance, mais elle avait eu l'opportunité d'en choisir qui lui était propre. Un qui lui appartenait, à savoir, un dont la première lettre ne serait pas la même que les prénoms de ses autres soeurs - mal lui en a couté lorsqu'elle se disputait avec Arista au sujet des affaires qu'elle lui piquait et que la seule preuve de son appartenance sur ses objets était l'initiale de son prénom... autrement dit, aucune preuve du tout -.
"Quant à vous, je crois que vous avez questions à me poser ?" poursuivit-il, "vous vous doutez ou vous demandez que c'est sans doute point chiffons ou chapeaux qui m'ont mené à vous en cette journée ensoleillée." Elle eut un mouvement de recul avec la tête lorsqu'elle l'entendit dire cela. Elle l'interrogea du regard en se demandant si elle devait se sentir vexée ou non par ce qu'il venait de dire. Elle finit par se mordiller la lèvre inférieure en cherchant une réponse à lui fournir avant de pouvoir s'exprimer : "Eh bien monsieur, sachez que parfois, les gens viennent parler à d'autres gens uniquement par simple envie. Mais je vous remercie pour une telle franchise de votre part et par conséquent, je vais vous poser la question tant attendue : "que me vaut votre venue mon cher, si ce n'est pas par le simple plaisir de venir partager quelques mots avec moi?" Elle avait dit tout ceci sous un ton neutre, bien que légèrement vexée, elle décida de ne pas le montrer. Elle n'avait pas l'impression que cela avait été son but si bien qu'elle garderait ses mauvaises émotions pour elle toute seule si elle avait bien droit d'en avoir.

Elle écrasa discrètement le reste de sa glace dans la coupe avant de tourner à nouveau la tête vers le Chapelier. Celui ci était encore en train de l'observer et, bien qu'elle aurait pu détourner le regard pour se concentrer sur autre chose, elle décida d'en faire autant pour lui. Elle l'observa l'observer et en prit un même un malin plaisir. Finalement, il se mit à réagir et s'excusa auprès d'elle en lui disant qu'il était en train de rêvasser. Elle échappa un rire étouffé et haussa les épaules : "ce n'est rien, rassurez vous." Elle l'avait même trouvé plutôt mignon à le voir absent comme il l'avait fait et cet homme avait définitivement quelque chose de curieux en lui.
"Bien, bien chère demoiselle... voilà si je viens ici devant fou.. je veux dire devant vous..." Le regard de la princesse s'intensifia lorsqu'elle l'entendit parler et elle appréciait de plus en plus sa manière de parler. Il semblait venu d'une autre planète mais ce n'était pas pour lui déplaire, bien au contraire. Il était... amusant et ne faisait même pas semblant de l'être et l'image qu'il lui renvoyait était celui d'un homme qui vivait comme bon lui semblait, peu importe ce qu'on pourrait dire. Il avait son propre monde et ce n'était pas donné à tout le monde. "C'est que j'ai perdu un chapeau qui était fort similaire à celui-ci."
C'était comme si la foudre s'était soudainement abattue sur elle. Elle se redressa en lui adressant une expression de surprise puis elle leva les yeux et finit par retirer le couvre chef qu'elle portait sur la tête. Elle regarda l'objet et le Chapelier simultanément en essayant de trouver un lien, pourtant évident, entre ces deux là. Du moins, ce qu'elle essayait de relier, c'était le pourquoi du comment, ou peut être juste le comment du pourquoi.
"Vraiment?"
Tout à coup, les idées furent plus claires. Les choses se mettaient petit à petit en place et elle comprit parfaitement la raison qui avait amené Bellerophon à elle : il avait - peut être - reconnu l'un de ses chapeaux et insinuait clairement qu'il était fort probable que celui qu'elle avait avec elle lui appartenait.
En observant un peu plus l'objet, elle se mit à se dire que cela ne devrait pas l'étonner à présent. Il était Chapelier, comme il l'avait si bien dit et son métier était d'en créer, des chapeaux. Il semblait d'ailleurs éprouver une profonde passion pour ces couvre chefs et lui même en avait un avec lui.
"Je l'ai trouvé sur la pelouse peu après mon arrivée ici" expliqua-t-elle comme pour se justifier, bien qu'elle n'avait aucune preuve qu'il était bien le propriétaire de l'objet en question. "Il est toujours en très bon état et comme il n'y a aucun nom d'inscrit dessus, je me suis dit que quelqu'un avait du l'oublier..." Elle tourna la tête vers lui et plongea son regard dans le siens : "... mais il semblait être très précieux aux yeux de celui à qui il appartient. Je me suis dit qu'un jour, je pourrais peut être... le retrouver." Elle se mit à sourire en repensant à ce qu'il lui avait dit "ce doit être un signe". Une fois de plus, elle le dévisagea et ajouta : "... mais alors, pourquoi l'avoir laissé égaré?" Une de ces grandes énigmes de la vie...

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyDim 21 Avr - 22:50


Knockin' on the door
he came by


Les réponses étaient multiples, ou bien n'avait-t-il qu'une réponse ? Une seule et unique réponse à cette question qui devait bruler les lèvres de la jeune femme, après tout il avait presque franchi le mur invisible de la bienséance pour venir l'aborder. Sur la pelouse avait-t-elle dit ? A son arrivée ici ? Peut-être... il n'osait espérer que cette demoiselle fusse aussi venu d'un autre monde, d'un autre univers, d'un autre lieu, lointain... comme le chapelier. Son chapeau l'aurait donc suivi dans ce monde, mais aurait atterrit loin de lui. Peut-être la raison se trouvait-t-elle dans cette rencontre même, celle-ci qu'il avait faite aujourd'hui même. « Eh bien cela aurait été curieux d'avoir marquer son nom sur un chapeau. » s'exclama-t-il. Un nom sur un chapeau... lui seul parmi sa petite troupe avait jamais porté des chapeaux, et son nom précisait bien l'appartenance de chacun des chapeaux qui avait trainé sur les terres du pays des merveilles : le chapelier fou.

«... Pour le retrouver sans doute après chère demoiselle » dit-t-il en souriant à la jeune femme. Surement. Après tout les retrouvailles n'étaient-elle pas plus heureuses que le quotidien, et la quotidienne possession d'un objet qui nous était cher. Il n'avait pas égaré par dessein son chapeau. Oh non. Jamais il n'aurait oser faire pareil chose à son bon vieux couvre chef. « J'ai cherché mon chapeau pendant... longtemps depuis mon arrivée ici. Vous avez vous aussi parler de telle chose si je ne me trompes ? Cela fait peu de temps que je suis dans ce m.. cette ville. » continua-t-il avec une prudence rare pour ce chapelier. Il s'agita, presque nerveux, sur sa chaise, tapotant sur la surface de la table, à moitié pensif. « Puis-je vous offrir une glace ? » demanda évasivement le chapelier. Perplexe, il continua à fixer le chapeau et la jeune femme. Chose ardu, que faire désormais ? Demander à celle-ci de lui rendre ce chapeau ? Peu aimable. Parler un peu plus de celui-ci à la concernée ? Un peu ennuyant pour un profane de la chapellerie. « Bien... » commença-t-il, prenant une grande inspiration. « Voilà, si je suis venu c'est bel et bien pour vous parler de ce chapeau... mon chapeau, enfin je crois en tout cas. Bien entendu, vous dire ça est vague et peu satisfaisant. Je pourrais bien être une personne inconnu qui voudrait m'en emparer et vous baratinerait de doux mensonges. Vous ne pouvez être en rien sure. » continua-t-il. Il passa une main tremblante le long de sa nuque avant de reporter son attention sur la jeune femme. « Je ne vous demande pas de le rendre. Je l'ai juste chercher pendant bien longtemps, c'est tout... » Bellerophon lui sourit, yeux rivés sur la jeune femme, aux traits fins, et aux cheveux roux brillants. « Mais maintenant... présent ici devant vous. Je ne sais que vous dire, et que faire. J'en perds presque tout mes moyens ! » balbutia-t-il.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyMer 1 Mai - 15:59

« Eh bien cela aurait été curieux d'avoir marquer son nom sur un chapeau. »
Elle avait déjà su qu'elle n'avait pas à faire à n'importe qui, à savoir, une quelconque personne ordinaire. La façon dont se comportait cet homme le montrait clairement. Mais là, c'en était plus qu'une certitude, il était spécial. Le genre à ne pas être comme tout le monde, en clair. L'atypique, le hors norme. Cette phrase avait idiotement éveillée la curiosité de l'ancienne sirène.
"Vraiment? Pourquoi cela?" demanda-t-elle en s'accoudant sur la table, posant sa tête sur la paume de sa main et en lui adressant un regard intrigué et intéressé. Cela était, en effet, fort curieux puisque elle, elle avait toujours pris l'habitude d'inscrire ses initiales sur ses affaires à elle. Chose un peu stupide lorsque l'on vivait avec des sœurs portant toutes les même, certes, mais une habitude quand même. Au moins, il est plus sure qu'elle puisse les retrouver en cas de perte... du même genre que le chapeau sur ses genoux.

Lorsqu'elle demanda pourquoi l'avoir égaré, si l'objet semblait si précieux au yeux de celui à qui il appartenait; le chapelier répondit que c'était pour pouvoir ensuite le retrouver. Jolie réponse, elle devait l'admettre. Elle aimait à penser qu'il pouvait avoir réponse à tout. C'était une impression qu'il lui donnait, mais, qui savait, peut être étais-ce le cas? Sauf peut être... à une question.
« J'ai cherché mon chapeau pendant... longtemps depuis mon arrivée ici. Vous avez vous aussi parler de telle chose si je ne me trompes ? Cela fait peu de temps que je suis dans ce m.. cette ville. » expliqua-t-il dès lors. Tiens, tiens, un nouveau... lui aussi? Il n'était pas le premier qu'elle eusse rencontré dans le même cas qu'elle, encore fallait-il que ce fusse vraiment le cas. Mais tout comme elle, il n'était pas originaire de la ville. Pourquoi cela ne la surprenait-elle pas? Son allure atypique, peut être. Sa façon de parler, différente de toutes les personnes qu'elle ait pu rencontré jusqu'ici... ou presque. En fait, il lui faisait rapidement penser à quelqu'un, mais elle effaça cette simple pensée. Il ne fallait pas non plus qu'elle se fasse trop de film, sinon elle allait rapidement devenir... folle à lier.
"D'accord, vous êtes nouveau ici. Mais alors, d'où venez vous, hatman?"
Elle avait posé cette question sans vraiment l'avoir regardé dans les yeux, même, pas du tout. Elle s'était concentré sur sa coupelle contenant à présent de la crème liquide, le reste de sa pêche melba qui avait fondu. Cette image lui rappelait assez son état du moment d'ailleurs.
« Puis-je vous offrir une glace ? »
Elle releva les yeux vers lui, assez surprise par cette initiative de sa part. Elle finit par sourire, enchantée de la perspective qui s'offrait à elle. Là de suite, elle n'avait pas très faim et n'était ni trop gourmande, mais c'était une occasion à ne pas laisser passer. "Comment refuser une telle invitation? J'accepte avec plaisir." répondit-elle d'une voix calme afin de cacher le réel plaisir que cela lui avait procuré.
« Bien... »
Il inspira.
« Voilà, si je suis venu c'est bel et bien pour vous parler de ce chapeau... mon chapeau, enfin je crois en tout cas. Bien entendu, vous dire ça est vague et peu satisfaisant. Je pourrais bien être une personne inconnu qui voudrait m'en emparer et vous baratinerait de doux mensonges. Vous ne pouvez être en rien sure. »
Elle manqua de peu d'échapper un petit rire à l'avoir entendu dire ceci. Elle tourna la cuillère qu'elle avait à la main un peu comme une toupie tout en réfléchissant sur ce qu'elle pourrait bien lui répondre.
- Rassurez vous Chapelier, je ne crois en rien de tout ceci. A vrai dire, je suis même sure que l'objet sur mes genoux vous appartient, bien que j'ignore ce qui me fait dire cela. Je pense qu'il n'y a qu'une personne comme vous à qui un chapeau aussi magnifique puisse appartenir sans parler du fait que celui que vous avez en ce moment même l'est tout autant. Vous êtes vraiment doué et j'admire énormément votre main d’œuvre.
Elle tourna les yeux vers lui afin de pouvoir le regarder. Nul doute qu'elle n'était pas au bout de ses surprises, de toute façon.
« Je ne vous demande pas de le rendre. Je l'ai juste chercher pendant bien longtemps, c'est tout... » Eh bien, en voilà une, de surprise à laquelle elle ne s'était pas attendue non plus. « Mais maintenant... présent ici devant vous. Je ne sais que vous dire, et que faire. J'en perds presque tout mes moyens ! »
Elle se tourna vers lui en le regardant longuement sans rien dire,sans doute dans l'espoir d'essayer de savoir où il voulait en venir et ce qui se tramait dans sa tête. Oh, pas qu'il eusse un quelconque projet en tête, sinon il aurait réagi autrement, du moins, c'est ce qu'elle se disait. Toutefois, sa dernière phrase la refit lentement rougir, bien qu'elle ne savait pas vraiment comment le prendre non plus.
"Vous ne demandez pas de vous le rendre?" s'étonna-t-elle. "Je ne vous crois pas. Si c'était le cas, vous ne seriez jamais venue à moi et encore moins pour me parler de chapeau. Vous y tenez, j'en suis certaine et sachez que nulle n'a jamais été mon intention de le garder pour moi toute seule lorsque je l'ai trouvé."
Elle baissa les yeux vers le chapeau et les remonta vers le chapelier. "Lorsque je l'ai récupéré, je me suis promis de le rendre à son propriétaire lorsque je le trouverais, et, voyez vous, monsieur, je suis du genre à honorer mes promesses."
Elle sourit et s'octroya du chapeau, prête à s'en séparer. Sauf que...
"Ceci dit, si je vous rend votre précieux bien, j'ai besoin d'avoir, en retour, quelque chose qui m'est précieux, et ceci, de votre part, Hatman."
Son regard s'intensifia par cette simple perspective.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyLun 20 Mai - 20:55

Il s’enfonça dans son siège. Tapotant le chapeau qu'il avait ôté de sa tête pour poser sur la surface de la table. Perplexe. « D'où je viens ? » souffla-t-il, le regard pensif. « Eh bien c'est une longue histoire, mademoiselle ? » Et c'était le cas de le dire. D'un monde, d'un univers coloré. Loin, bien loin d'ici. Perdu dans les limbes désormais. Il se demandait souvent si désormais le Pays des Merveilles étaient désert, dépourvu de ses habitants, et destiné à devenir un monde fantôme, abandonné de tous, un simple et lointain souvenir, c'était tout. « Oh tout simplement d'ailleurs disons. » il s'interrompit. « Mais n'est-ce pas le cas de tous ?» Dévisageant sans gêne la jeune femme rousse. Bellerophon exhiba un grand sourire. Bien sur, il n'avait pas escompté exiger le chapeau, pour la même raison qu'il n'avait pas inscrit son nom sur son chapeau. Celui n'était pas sa propriété parce qu'il l'avait décidé. Il l'était... eh bien parce qu'il était. C'était comme ça. Surement pour cette raison que cette charmante jeune femme pouvait inconscient identifier son propriétaire. A chaque fois qu'il l'avait égaré, du moins les rares fois où ceci était arrivé, il l'avait, d'une façon ou d'une autre retrouvé. Comme quand un de ses compagnons, le lièvre par exemple l'avait dissimulé dans une théière ou autre. Ils avaient surement bien rit par la suite de cette farce, avant de continuer un de leurs non anniversaires. Le chapelier s'agitait, un instant, rare instant certes, mal à l'aise, ne sachant que dire ou que faire. Certes, il était venu avec cette idée à l'esprit, mais... il avait bel et bien besoin de repartir avec son chapeau. Il était le chapelier, non ? Et celui-ci le raccrochait, d'une bien maigre façon certes, mais tout de même au pays des merveilles, qui semblait plus loin que jamais en ce moment.

« Eh bien... damoiselle, me voici bien coincée. » articula-t-il avec soin, regard pénétrant porté sur la demoiselle munit du chapeau. Elle allait bien lui céder. Mais, elle tenait à quelque chose en échange. Normal, elle allait abandonner son dû, même si ce chapeau ne lui appartenait pas, le destin lui en avait fait faire l'acquisition. Tout naturel, que cette jeune créature demandasse quelque chose en échange. Quelque chose qui lui était précieux... si frêle, et sympathique créature exigeant quelque chose. Cette situation était emprunte d'un certain parfum de mystère. Et ce n'était pas pour déplaire au charmant chapelier. « Je doute qu'il s'agisse d'un chapeau... Umm vous avez découvert mon point faible, mademoiselle. Cette énigme me retourne l'esprit. Quelque chose de précieux... dû égal sans aucun doute. Mais je ne vois pas ce qu'un pauvre ère comme moi pourrait bien avoir qui intéresserait aussi charmante jeune femme. » continua-t-il en haussant les épaules.

Il se rejeta en arrière, pensif, et passa une main sur sa joue, avant de lisser le tissu de sa veste. Bellerophon l'avait vu rougir. Curieuses créatures que ces femmes. En avait-t-il fréquenté ? Peut-être, peut-être pas... Disons, que jusque là les non anniversaires avaient sans doute eut plus d'attraits à ces yeux qu'autre chose. Et les chapeaux se plaignaient et parlaient beaucoup moins. Et puis, disons que l'attitude du chapelier était plutôt plus à déplaire la gente féminine qu'autre chose. Au moins... cette jeune femme ne partait pour l'instant pas en courant. Bon signe, se dit-il en hochant la tête, acquiesçant pour lui même. Il détailla discrètement son interlocutrice. Il y avait bien quelque chose qui le poussait à lui faire confiance, et à rester dessus au lieu de partir sur un coup de tête, le chapeau surement. Mais aussi autre chose. Bien différente, que les autres personnes auxquels il avait fait face depuis son arrivée ici. Elle aurait très bien pu aussi être arrachée au Pays des Merveilles, ou à un de ces autres univers, à l'existence douteuse dans ce monde. Parfait. Il s'avança, se rapprochant de la jeune femme, la regardant fixement : « Bien, il se trouve que vous avez gagné... je suis tout ouïe, que désirez-vous qui vienne d'un pauvre et honnête chapelier, si ce n'est qu'un couvre chef ? » déclama-t-il un sourire jusqu'au oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyMar 21 Mai - 22:15

Intriguant. Elle ne pouvait pas s'empêcher de se dire que ce garçon était intriguant et de tous point. Sa manière de se tenir, se parler, de dire les choses... ses paroles, sa voix.. tout était mystérieux chez lui. Elle était assez déroutée par l'énergie qu'il dégageait. Jamais de sa vie elle n'avait rencontré quelqu'un ainsi et pourtant, cela n'était pas pour lui déplaire. Il avait un doux visage bien qu'assez atypique, elle était fortement attirée par son style unique. Jamais elle n'avait rencontré un homme comme lui. Elle s'imaginait déjà une personne comme lui.. entourée de gens. Peut être le contraire. Mais elle était impressionnée par ce qu'il était.

« D'où je viens ? Eh bien c'est une longue histoire, mademoiselle ? »

Elle n'arrivait rien à y trouver. En réalité, elle l'avait écoutée sans vraiment l'écouter. Ses yeux étaient plongés dans les siens, de la même manière que si elle était en train d'y voir un film au cinéma. Elle se demanda si chaque personne était aussi attentive qu'elle à chaque fois qu'il parlait. Elle avait cru comprendre que sa spécialité était la création et vente de chapeaux et sans doute les clients étaient-ils tout aussi impressionnés qu'elle ne l'était à son adresse.
« Oh tout simplement d'ailleurs disons. »
Mystérieux, c'était bien le mot, ou peut être était-il simplement amnésique? Non, cette idée était bien trop absurde. Peut être ne voulait-il pas le dire, tout une quelconque raison qu'elle n'avait pas à connaitre.
« Mais n'est-ce pas le cas de tous ?»
Elle haussa les sourcils d'étonnement à cette question. Elle le regarda sans rien dire et de façon bien curieuse, encore plus qu'elle ne s'était mis à l'observer depuis qu'il s'était déplacé jusqu'ici pour lui parler de chapeaux. Elle finit par baisser le regard en le mettant un peu n'importe où et haussa les épaules. Repenser au royaume sous marin la rendait un peu nostalgique. Contrairement à sa sœur, elle n'avait jamais demandé à être humaine et si elle n'avait pas trouvé ses autres sœurs et d'autres personnages encore, elle aurait été persuadée que quelqu'un comme Ursula était caché derrière tout ça.
- Vous avez peut être raison, soupira-t-elle. "D'ailleurs..."
Elle était un peu rêveuse en répétant le mot. La mer n'était pas si loin que ça d'ici mais son ancienne vie, à mille lieue. Peut être y reviendra t elle un jour, personne ne pouvait vraiment le dire.

Puis elle lui proposa de lui rendre son chapeau. De toute façon, elle n'avait jamais eu l'intention de le garder pour elle même lorsqu'elle l'avait trouvé, à moins de perdre tout à fait la trace du propriétaire. Seulement, elle lui avait proposé un marché : elle lui redonnerait le chapeau à condition d'une chose en échange, une précieuse chose. Il parut assez surpris de sa démarche et elle se sentit fière à l'idée d'avoir étonné ne serais-ce qu'un minimum le Chapelier.
« Eh bien... damoiselle, me voici bien coincé. »
Elle avait caché son sourire derrière le chapeau et bien qu'elle le portait toujours au niveau de sa bouche, elle lui adressa un regard perplexe. Elle n'avait pas cherché à le coincer, ni même à le gêner, même si ce qu'elle comptait lui demander allait sans doute être le cas. Mais il se prêta au jeu de devinette en cherchant ce qu'il pourrait bien lui donner.
« Je doute qu'il s'agisse d'un chapeau... Umm vous avez découvert mon point faible, mademoiselle. Cette énigme me retourne l'esprit. Quelque chose de précieux... dû égal sans aucun doute. Mais je ne vois pas ce qu'un pauvre ère comme moi pourrait bien avoir qui intéresserait aussi charmante jeune femme. »
Son sourire s'agrandit lorsqu'elle l'entendit dire, même s'il, heureusement, il ne pouvait pas le voir. Ses joues se remirent à prendre une couleur rouge et même si cette perspective l'enchantait, elle avait du mal à ne pas cacher la totalité de son visage sous le joli objet.
« Bien, il se trouve que vous avez gagné... je suis tout ouïe, que désirez-vous qui vienne d'un pauvre et honnête chapelier, si ce n'est qu'un couvre chef ? »
Incapable de parler, elle se demanda comment elle pourrait lui réclamer cette chose qu'elle attendait de lui. Elle connaissait son nom, il n'était plus un inconnu à présent. Mais tout de même, c'était la première fois qu'elle le voyait et donc la première fois qu'elle lui parlait. Nimuë n'avait pas vraiment la même conscience d'une humaine. C'était une ancienne sirène royale qui avait toujours eu son petit monde à elle. Rarement séparée de ses sœurs, il avait bien fallu qu'elle en fasse abstraction lorsqu'elle s'était retrouvé dans ce monde humain avec deux jambes et qu'elle avait été toute seule. Nouvelle vie, nouveaux principes.
Elle ignorait la patience du Chapelier mais ses yeux trahissait ses pensées.N'importe qui aurait compris qu'elle avait bel et bien quelque chose en tête mais qu'elle avait simplement du mal à l'exprimer. Ce genre de chose était réellement bizarre, mais c'était parce que cela l'importait que c'était si compliqué. Il se trouvait que ce n'était pas une chose très difficile à demander à un homme qui se prêterait facilement au jeu, à ce qu'elle avait vu dans la vie de tous les jours. Et puis... certaines de ses sœurs ne s'en étaient pas trop mal tirée non plus.
Elle finit par prendre confiance en elle et baissa le chapeau pour y dévoiler un doux sourire tout en prenant un air sérieux.
"Un pauvre et honnête chapelier? Allons, voyons...!!! mais, ce n'est en effet aucun couvre chef que j’attends de votre part, ce serait bien trop prévisible..."
Elle marqua une courte pose avant d'ajouter : "Je voudrais un baiser de vous."
Depuis qu'il avait commencé à lui adresser la parole, elle voyait en lui l'image... d'un prince, charmant, qui plus est. Il ne l'était peut être pas réellement mais elle se plaisait à penser que ce fusse le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyMer 29 Mai - 23:16

Il dévisagea soigneusement la jeune femme. Il était curieux, et rien de tel qu'une devinette, une énigme ou un mystère pour attiser la curiosité de ce cher chapelier. Il tapota la table avant de reporter son attention sur la jeune femme quand celle ci énonçant la plus curieuse demande à laquelle il avait eut affaire depuis bien des lustres, et depuis son arrivée dans ce monde. Étrange, étrange... elle bouleversait toutes les conventions et ce qu'il croyait savoir sur la gente féminine, curieuses créatures exotiques qui lui avait été donné d'approcher. « Mmmmmmm je ne vois pas ce qu'une princesse pourrait bien trouver au charme d'un pauvre chapelier » dit-il un fin sourire sur les lèvres. « Et bien curieuse méthode de la part d'une damoiselle de demander ceci à un homme qu'elle connait à peine » continua-t-il un grand sourire sur les lèvres. Bien entendu... il voulait récupérer son chapeau et ce sentiment n'avait fait que croitre depuis son arrivée et le début de sa conversation avec la jeune femme. De plus, il était aussi intéressée par cette curieuse demoiselle qui lui avait agréablement fait la conversation, et même accepté de lui rendre son chapeau, alors qu'elle ne connaissait qu'hypothétiquement le lien qui pouvait unir le chapelier avec cet objet. De plus, si il aurait accepté n'importe quel prix, qu'aurait certainement émis d'autres personnes. Cette jeune femme était plus qu'inhabituelle, voir étonnante, voir pratiquement... irréelle.

Il fit mine de réfléchir avant de porter un regard chafouin sur la demoiselle. « Mais à vous voir je crois que c'est assez rarement que vous demandez tel chose à un pauvre hère qui vient demander son couvre chef... à situation inhabituelle... réaction inhabituelle cher demoiselle ! » Cette maladresse, et cette façon d'acquérir un tel acte était plus que charmant, le chapelier se surpris à sourire avant de se renfoncer dans son siège, perplexe. « Je ne sais pas si je suis prêt à prendre pareil décision... » Il s'avança et sourit à la jeune femme. « Quoique... ». Sans crier gare, brutalement il s'avança passant le buste au dessus de la table, il glissa une main sur la joue fraiche au toucher, la glissant légérement jusqu'à dégager une mèche de cheveux, ses lèvres effleurèrent celle de la jeune femme avant que le baiser ne se fasse plus insistant. Presque à regret, il mit fin à celui-ci et se ré-enfonca au fond de son siège, un peu étourdi, un sourire étincelant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon EmptyMar 4 Juin - 15:48

La réaction qu'allait avoir le Chapelier demeurait fort important aux yeux de l'ancienne princesse d'Atlantica. C'était la toute première fois qu'elle demandait une telle négociation et comme c'était une première, à savoir, cassant les habitudes quotidiennes, elle ne savait pas trop comment l'autre personne pouvait réagir. Mal? Bien? Il fallait admettre qu'elle était un peu inquiète à ce sujet. Peut être n'aurait-elle pas dû, mais si cela n'avait pas été le cas, elle n'aurait plus été elle même. La question à son propre sujet était encore un point d'interrogation. "Je ne sais pas encore quelle genre de fille je suis" disait-elle à sa sœur pas plus tard qu'hier au sujet de sa personnalité. Elle était à la fois timide et excentrique, comme s'il n'était pas possible d'être juste l'un plutôt que l'autre.

« Mmmmmmm je ne vois pas ce qu'une princesse pourrait bien trouver au charme d'un pauvre chapelier »

D'instinct, plusieurs réponses lui vinrent en tête. Etais-ce son regard, son adorable bouille, sa façon de s'habiller, de se tenir, de parler ou encore son monde qu'elle trouvait charmant au "pauvre" chapelier? Ou peut être, de tout ceci à la fois? Néanmoins, elle se retint de lui répondre. Ce serait peut être bien trop mal avisé que d'avancer autant d'argument sur la merveilleuse personne qu'il était et elle en avait déjà assez fait comme ça en lui demandant un baiser. "Peut être parce qu'un voile est posé sur vos jolis yeux. Sachez monsieur, qu'une fille voit ce genre de chose, et à ce que je peux me dire, vous n'êtes point de sexe féminin." finit-elle par lui répondre en se souvenant qu'il l'avait prénommée "princesse" et que cela l'avait à nouveau fait rougir.

« Et bien curieuse méthode de la part d'une damoiselle de demander ceci à un homme qu'elle connait à peine »

Et voilà, elle le savait! Elle ne lui en voulait pas s'il la prenait pour une... tarée. Ou pire, une fille facile ou bien pire encore. Une trainée? Cette idée même l'angoissait. De toute manière, elle savait quel genre de fille elle était et ce n'était pas quelqu'un qui la connaissait depuis seulement dix minutes qui allait se permettre de pouvoir la juger. Tant pis s'il se faisait de fausses idées.
« Mais à vous voir je crois que c'est assez rarement que vous demandez tel chose à un pauvre hère qui vient demander son couvre chef... à situation inhabituelle... réaction inhabituelle cher demoiselle ! »
La lumière se raviva dans le cœur de la jeune femme, un soulagement soudain. Au moins, il n'était pas un idiot, et elle ne s'était pas trompée sur l'homme qu'il pouvait être.. du moins, de cette petite part qu'elle redoutait de lui. Redouter? mais à quoi songeait-elle exactement?
- Eh bien... me voilà bien soulagée que vous ne vous fassiez pas mauvaise opinion de moi. C'est en effet la première fois que je fais ça. Considérez vous comme... privilégié, répondit-elle sous un sourire en prenant un peu plus confiance en elle même, une confiance qui soudainement se douta lorsque le Chapelier reprit la parole.
« Je ne sais pas si je suis prêt à prendre pareil décision... » Elle manqua de glousser, le corps légèrement tremblant. Peut être n'aurait-elle pas dû lui demander cela, définitivement. Même si elle savait que bien d'autres hommes ne se serait pas fait répéter la chose une seconde fois, ils n'étaient, heureusement, pas tous pareil et certains se montraient raisonnable. En attendant, si cet étrange Bellerophon ne l'avait pas été, elle ne lui aurait jamais demandé une chose pareille. « Quoique... »
Elle n'eut pas le temps de songer à savoir comment on embrassait un garçon, même si elle s'était déjà amusée, avec l'une de ses sœurs, à embrasser des miroirs pour "s'entrainer". Elle voyait au baiser une chose bien trop importante qu'un simple bisou et le fait de pouvoir être considérée comme mauvaise lui était inquiétant. Cependant, le Chapelier s'était redressé vers l'avant et elle n'eut le temps que de relever les yeux pour le voir arriver qu'elle fut piquée par le baiser qu'il lui donna. Comment décrire cela? Ce fut comme si elle avait été électrocutée. A son contact, son corps se mit à frissonner de toute part alors que ses paupières s'étaient refermées. Et lorsqu'il mit fin au baiser, il lui fallu quelques seconde pour ouvrir à nouveau les yeux. Un gout sucré était resté sur ses lèvres de la même manière que si on lui avait injecté un produit, mais quelque chose de fort agréable.
Inutile de préciser qu'elle demeurait figée sur place, sans parvenir à bouger, dans un état second comme qui dirait. Est ce que ce qui venait de se passer s'était réellement passé? Oui, elle était bien trop bouleversée pour le remettre en cause.
Elle finit par bouger la tête, plutôt désorientée, et planta son regard sur le Chapelier. Elle n'arrivait pas à passer la langue se ses lèvres pour pouvoir les humidifier, parce que ce serait comme retirer le baiser qu'elle venait de recevoir. C'était comme si ce contact était resté accroché à sa bouche.
- Je...
Merci, au revoir? Cela aurait été la plus rapide des solutions, en effet. Elle baissa soudainement le regard et aperçu le chapeau qui était encore sur ses genoux. Elle se rappela soudainement le marché qu'ils avaient conclu et put ainsi se mouvoir.
- T.. tenez, voici votre bien, j'en ai pris bien soin rassurez vous, il n'a aucune tâche ni rien du tout!
Sa voix était en panique, elle parlait rapidement. Elle donna le chapeau à son propriétaire et se leva. De toute façon, elle avait déjà payée l'addition alors elle ne serait pas considérée comme une voleuse si elle partait sur le champs.
- Je... je vous remercie pour.. enfin... vous savez. Je suis désolée, je.. enfin, peu importe. Je dois y aller, des affaires m'attendent. Nous nous reverrons sans doute, fit-elle sans lui donner l'occasion de lui répondre à nouveau. "Au revoir Chapelier, ce fut un plaisir d'avoir fait votre rencontre."
Puis elle quitta sur un pas pressé en profitant du premier taxi qui passa par là pour entrer à l'intérieur - bien qu'elle avait horreur de la voiture, d'ailleurs son échec au permis de conduire lui était totalement sorti de l'esprit - et rentrer chez elle.

Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Tumblr_mlry9x5YJS1rf5vsao1_500
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Knockin' on the door he came by... / Bellerophon Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Knockin' on the door he came by... / Bellerophon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-