AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -26%
25% d’économie sur la Maxi Plancha ...
Voir le deal
53.99 €

Partagez

And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice Vide
And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice Vide
And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice Vide
And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice Vide
 

 And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice EmptyVen 29 Mar - 20:06



Skyfall.



1.
Errante. Une simple fille errante, voilà ce qu'était Red. Son chaperon rouge sur la tête, elle scrutait autours d'elle les têtes étrangères qui l'entouraient. Fade. Ignoble. Vermine. Nez trop gros. Yeux trop petits. Oreilles trop décollées. Ongles rongés. Mal fringués. Certains se pensaient populaires, d'autres se terraient dans leur coin. En plus de ça, ils étaient mal élevés, bousculant de temps en temps la jeune fille qui n'appréciait absolument pas. Néanmoins, Angélique était calme aujourd'hui, car Red sommeillait tranquillement dans un coin de sa tête, elle somnolait et pour le moment n'était pas prête de se réveiller, Angélique était souriante, ses yeux ternes observant le long couloir, pour ne pas faire attention aux regards qui l'épiaient. Elle entendait les murmures, sentait les regards, percevait les rires, ça ne lui plaisait pas vraiment mais elle n'avait pas le temps de s'arrêter sur ses attardés mentales, leurs sarcasmes ne l'atteignaient de toute façon pas. Angélique n'était pas chez elle, de toute façon elle n'était chez elle nulle part, il n'y avait pas d'endroit appelé "maison", pas d'endroit où rentrer le soir, pas de cocon qu'elle pouvait appelé "mon chez-soit". Errante. Vagabonde. Dans un monde qu'elle voulait s'approprier, qu'elle voulait posséder. Elle détestait tous les mèdecins, psychologues et autres types du même genre pour l'avoir enfermer si longtemps, pour l'avoir puni pour le crime de Red, pour avoir attisé ses envies de vengeances, ses pulsions d'horreurs. La matérialisation de la folie peut se faire sous plusieurs formes, c'est tout un processus qui peut s'enclancher sur jour au lendemain sur une parole, un geste, une larme. Si vous vous demandez comment Red est devenue folle ? Et bien je vous répondrais que je ne sais pas, je ne saurais dire à quel moment ni pourquoi, mais le pire dans tous ça c'est qu'elle ne se rend pas compte de sa folie, le pire dans tout ça, c'est qu'elle ne voit pas qu'Angélique n'est pour elle qu'une matérialisation de ce qui reste d'à peu prés saint en elle, à peu prés parce qu'il ne reste plus grand chose de censer, la destruction est un terme à la mode et en ce moment c'est celui qu'emploi le plus la jeune fille, la dérive l'avait fait naviguer au loin, toujours plus loin, mais aujourd'hui elle retournait auprés de sa bien aimée, parce qu'elle n'avait put atteindre de rivage et qu'elle avait préféré retourner vers son horizon.

2. Briser, casser, arracher, griffer, tromper, quitter, violer, la violence faisait partie intégralement de notre société, la vulgarité était à la mode et les vices étaient de sorties. Il suffisait de traverser d'un trottoir à l'autre pour se faire écraser par un chauffard ivre, passer au coin d'une rue la nuit pour se faire violer la nuit, d'une parole malheureuse pour se faire poignarder. La sécurité n'existait pas mais au moins au Meli Melo Alice était déjà un peu plus ens écurité qu'à l'extérieur, en dehors de sa cage dorée. Une porte. Deux portes. Trois portes. Kingsley, sur la quatrième porte. Angélique poussa la porte et alla prendre place sur le lit de la demoiselle, la chambre était sombire, vide, à l'image de sa propriétaire. Elle attendait patiemment la jeune femme tout en déchirant une feuille de papier.

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice EmptySam 20 Avr - 9:40

don't make me crazy,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


Sa main cherchant de l’aide elle n’attrapait que l’air enfoui, soufflant entre ses cheveux défaits et son écharpe blanche immaculée conception sur ses épaules. Fragile petite fille marchant toujours le long des routes, vagabonde enténébrée et la voix innocente de l’enfant perdu dans un univers de terreur. Alice écho des grands bois courrait alors pour échapper au destin fatal, prise entre des doigts fins horreur nocturne, grinçant et rompant ce silence bienheureux ; voulant s’échapper de ce carnassier, l’apparence d’un saint et l’esprit diabolique… Son mari maintenant. L’enfermant dans cette pièce trop petite, trop noire, trop… Tout. Le souffle court le regard plongé vers l’arrière, ce passé qu’elle espérait avoir fui pour de bon cette fois-ci, elle continua son chemin gamine éphémère, imparfaite. Et sa crinière au vent indiscipliné comme des fils criblés de balle fantomatique valsait parmi le vide ambiant. Bohème inatteignable, image mystérieuse d’un être brisé aux larmes cristallines elle prit ses clefs depuis longtemps restées à l’abandon et, dans la serrure tant chérie ouvrit la porte et s’effondra sur ce sol. Cette terre qui l’avait accueilli, enfin de retour chez elle, au mélimélo petit pensionnat pour des êtres déchirés, heureux, rigolards. Êtres humains dans l’immensité du cosmos étoilé, leurs lèvres peintes de couleurs amères, témoins de générations, souvenirs épars sur la terre ferme que le pied foulait d’une démarche sombre, Alice volait dans l’éther putride. Rêvant un jour de s’envoler parmi les anges éthérés, elle chantait pour eux… les grandes créatures achevées. Elle hurlait son désespoir à cette face immonde qui soulevait sa jupe et dévoilait ses vices à l’humanité la pervertissant jusqu’à la moindre goutte de ce sang corrompu noir tel l’ébène sur l’autel versé par le malin lui-même. Le bruit d’une déchirure vint caresser ses oreilles pointues et les yeux de braises virent cette jeune fille, égarée elle tenait en sa main une feuille de papier blanche et, allongée sur son lit belle endormie mais les yeux ouverts elle attendait patiemment sa dulcinée. Alice poupée de chair à sa rencontre se faufila sous les couvertures encore habillée de ses oripeaux de malheur, assistants de frayeurs dans cet appartement trop luxueux, l’odeur nauséabonde étouffant ses poumons. Red son épousée presque, pourrait-on dire, de son parfum enivrant elle enfoui sa tête entre son cou gracile, du satin caressant ses narines.

Malin était ce grand réunissant les âmes, malin était ce Dieu leur donnant l’amour d’une flèche accrochée au cœur transformant les transports violents en douceur candide. L’enfant pendu au sein de sa mère grandit dans un climat de sécurité, Alice n’en avait jamais eu. Eduquée, fille de bonne famille devant se marier très jeune pour l’honneur et le prestige à un homme riche… Les larmes coulèrent alors sur ses joues rosies par le froid hivernal et le gel régnant dans cette pièce ; des feuilles roulant comme les vagues de son état d’âme emprise sempiternelle de malheur, enchainée par les chaines de la drogue, la dépendance de son époux. Perdue au milieu d’une cohue enfer de tourmente, elle s’accrocha alors à Red la prenant entre ses bras frêle, créature accablée de sévices. Elle ne dit rien. Le silence pensant autour les entourant dans un halo obscur de légèreté maladive.
made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
W. Emily Stoker-Pemberley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
W. Emily Stoker-Pemberley
J'ai posé bagages ici le : 20/04/2012 Jouant le rôle de : Emily, the Corpse Bride. Nombre de messages : 2553 On me connait sous le pseudo : Broken Cookie. Un merci à : paperbrain & hotmess & BTVS & tumblr. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Felicity Jones.
MessageSujet: Re: And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice EmptyVen 14 Juin - 11:30

Quasiment deux mois d'inactivité, je mets aux archives flyheart




Tell me,
my dear.
Can a heart still break once it's stopped beating ?

Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

And sometimes the only thing we can do to ease the pain is call a simple truce. ✖ Pv Alice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-