AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Vide
Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Vide
Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Vide
Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Vide
Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Vide
Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Vide
Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Vide
Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Vide
Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Vide
 

 Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia EmptyMar 16 Avr - 0:16

Kovu Ҩ Hibernia
« Can't trust a cold blooded woman »


- J’aime pas ce monde.
J’envoie valser au loin mon coussin telle une enfant qui n’aurait pas eu droit à son jouet favori. C’est un peu comme ça que je me sens. Sauf que je me fiche d’un jouet, je n’ai jamais été spécialement pourrie gâtée… Bon d’accord, sûrement plus que la moyenne m’enfin… Mais pas énormément non plus voyons !
Enfin ce n’est donc pas un jouet que je réclame, ni une friandise ou aller à Disney Land… Ce que je veux par-dessus tout c’est retrouver mon Monsieur Moustache. Je regarde longuement le plafond sans rien dire, restant stoïque face à la situation qui en fait m’oppresse. Le temps passe, je ne sais combien de temps je reste ainsi, fixant un point invisible si bien que dans ma tête j’arrive à me convaincre que c’est une minuscule araignée qui attend que je me rendorme pour pouvoir venir se loger dans mon nez…. N’importe quoi, et pourtant, je suis sûre qu’elles font ça !
Je me redresse rapidement dans mon lit, regardant à droite à gauche à la quête de n’importe quel mouvement, attendant un signe me prouvant que tout ceci n’avait été qu’un fabuleux cauchemar… Mais non. Le plancher en bois clair et celui que j’ai dans cette ville et non mon magnifique plancher gris… Par reflexe mes mains se posent directement sur ma poitrine que je presse pour être sûre de leur réalité… Oui, eux aussi sont encore là…
Je me lève rapidement allant dans la salle de bain, je suis toujours cette grande blonde au grand regard, le seul truc qui a changé est que je suis une adulte maintenant. Plus une petite fille si fine et plate… Encore une fois je touche ma poitrine en souriant… Y’a quand même des avantages à devenir grande.
Je soupire de nouveau, pensant à ma trop grande solitude qui finalement me pèse…
Je regarde le bidule magique qui permet de communiquer à distance et commence à écrire un message à Kovu.
from Hibernia
J’ai besoin de toi ma crotte... Tu peux venir… S'il te plait...

Intérieurement, cela voulait dire "pitié doudou vient me faire des câlins je déprime…"
Tout ce que j’espérais est qu’il ne soit pas déjà pris…
Kovu… Mon ptit doudou, ouuuh ça rime… Je me souviens encore de notre rencontre. Il m’a regardé étrangement lorsque je lui ai dit que j’étais la spécialiste des gros chats… Quoi c’est vrai, moi je trouve cela plus mignon que félin… Quoi que félin, c’est sexy comme mot… Enfin bref, j’ai bien vu qu’il me prenait pour une fille bien étrange… Et encore plus lorsque je me suis mise à observer les crottes de lions. Ne soyez pas dégoûté, il faut toujours, je dis bien TOUJOURS vérifié si le caca des gros mat… Des félins ! Ne forment pas de lettres… Et d’ailleurs cette fois-là je fus assez déçu… Aucun d’entre eux n’avait rêvé de moi.
Enfin je ne sais pas trop si c’est mon côté étrange qui m’a plu, ou alors si c’est ma répartit implacable face à ses accusations ou rigolade, mais le fait est que l’on s’est tout de suite entendu. Il est toujours là finalement pour me donner les câlins dont je suis terriblement en manque, pour me faire rire, et surtout… SURTOUT pour se moquer de mon habitude avec les crottes de chats… Mais le fait est que même s’il me trouve étrange il est toujours là, et c’est le plus important.
Je file prendre une douche, ne voulant pas non plus ressembler à une crotte dans le cas où il vienne… et puis, cela me fait du bien, c’est dans ces instants que je me permets de lâcher une larme. Caché de tous, et avec pour seul preuve… Non il n’y en a aucune voyons… L’eau est là pour effacer le trouble de mes yeux et les larmes de mes joues. Là encore je reste longtemps, adorant sentir l’eau couler sur ma peau si blanche. Je finis par sortir à contre cœur, enfilant une serviette de bain autour de la taille. La première chose que je fais n’est pas de m’habiller non, c’est de me maquiller les yeux, de façon sombre, triste et noire. Cela fait aussi ressortir le bleu que j’aime tant. Je souris, satisfaite du résultat si bien que j’en sautille presque sur place lorsque tout d’un coup j’entends frapper à la porte. Tel un chat je redresse la tête, tendant l’oreille vers la source de bruit pour voir si je n’ai pas rêvé. Encore des frappements, on me demande.
Je marche comme une enfant vers la porte, tenant la serviette pour ne pas qu’elle tombe, il parait que c’est mal vu de se balader nue…
- Qui c'est, je demande, comme une petite fille qui ne doit pas parler au grand méchant loup… Mais moi… J’AIME LES LOUPS !!!
Bref, j’ouvre la porte rapidement et souris grandement en voyant Kovu, je suis presque sûre que mes yeux brillent énormément aussi, comme la boule dans ce film là… Saturday Night Fever !!!
Je prends une légère impulsion et me retrouve dans ses bras. Je passe mes bras autours de son ventre, le serrant encore plus contre moi et j’aurais presque envie de pleurer tant ma solitude me frappe toujours de plein fouet lorsque je suis avec quelqu’un. Mais je me retiens. Ce n’est vraiment pas le moment de pleurer et je ne supporte pas de le faire devant les autres. J’enfouis cependant mon visage dans son torse afin de me donner une certaine contenance.
- Merci d’être venu…
Je suis bien là, dans les bras de doudou, mais je sais que cela ne durera pas, j’attends qu’il me dise de le lâcher, qu’il me dise d’être moins collante car je sais que je suis chiante aussi parfois… Enfin bref, je m’en moque pour le moment. J’adore sentir sa présence, son parfum, son souffle… Il est là, et c’est tout ce qui m’importe.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia EmptyJeu 9 Mai - 16:08


En équilibre sur un escabeau, Kovu tentait d'accrocher le poster que venait de lui offrir Kiara. Une photo d'eux, pas sous leur forme humaine, sous celle de lions. Elle l'avait trouvée sur internet et lui avait fait la surprise en lui offrant, toute heureuse d'avoir déniché un tel cadeau. Il se souvenait encore de ses yeux pétillants quand elle lui avait tendue, fière d'elle. Dès qu'il l'avait découverte, il avait partagé sa joie, sautillant comme un enfant avant de la serrer fort dans ses bras. C'est dans de tels moments qu'il se rendait compte qu'être humain avait des avantages, pas seulement des inconvénients, et que cela leur permettait de vivre des choses beaucoup plus fortes peut être. Beaucoup plus heureuses aussi. Dans la savane, elle n'aurait pu lui offrir un tel cadeau. Un cadeau qui lui faisait extrêmement plaisir et qu'il souhaitait accrocher face à son lit, pour le voir chaque jour en ouvrant les yeux et en les fermant. Il était donc en cet instant même en train de mettre son plan à exécution, très concentré pour que le poster soit bien droit. Langue entre les dents il découpait des morceaux de scotch -en accrochant par mégarde deux sur trois autour de ses doigts- avant de les poser sur le mur. C'est cet instant que choisi son téléphone pour vibrer, le déstabilisant, En un instant il se retrouva les fesses au sol, à regarder le plafond. Il venait de tomber de l'escabeau, heureusement pas trop haut. Soupirant, il se maudit de sa maladresse, cette fois il se disait qu'être lion était plus avantageux. Il était plus agile sur des pattes, plus stable aussi. Après quelques secondes à vérifier que tout était bien à sa place, qu'il n'avait rien de casser, il se redressa. Si, il avait mal... A la cheville. Dès qu'il posait le pied à terre, une douleur s'élançait, gagnant progressivement toute sa jambe. Heureusement, elle n'était pas insupportable, simplement gênante. Hors de question qu'il aille à l'hôpital ou chez un médecin pour cela, ça passerait. Il sortit donc son portable de sa poche et sourit en voyant que le message qui l'avait fait chuter venait d'Hibernia, elle allait bien rire quand il lui raconterait ça. « J’ai besoin de toi ma crotte... Tu peux venir… S'il te plait... » Il arqua un sourcil. Un appel à l'aide. C'était bel et bien cela, elle voulait qu'il vienne la voir et jamais elle ne lui demandait cela de la sorte quand elle était heureuse et pleine de vie. Hibernia avait certainement besoin qu'on lui remonte le moral, et Kovu était plutôt doué pour cela. Il appréciait beaucoup la jolie blonde un peu particulière qu'il avait rencontrée au zoo alors qu'elle observait les crottes de ses lions. Étrange était le premier mot qui lui était venu pour la décrire, mais elle avait ce « quelque chose » de particulier et d'attachant, qui avait fait qu'il n'avait pu lui résister et qu'aujourd'hui, ils étaient amis. Sans réfléchir plus longuement, il attrapa donc son manteau, mis ses chaussures et quitta la chambre, boitillant. Le poster attendrait.

Le chemin avait été quelque peu... Laborieux. Kovu ne s'attendait pas à ce qu'une simple cheville le dérange tant. Il s'était arrêté à la pharmacie pour acheter un bandage. Il se sentait mieux maintenant, même si chaque pas lui arrachait une grimace. Enfin devant la porte de l'appartement d'Hibernia, il toqua trois coup. Il avait hâte de la voir, et de savoir ce qui la tracassait. « Qui c'est ? » Sa petite voix amusée résonnait étrangement, étouffée par la porte fermée, mais il entendait déjà, la pointe d'excitation que ressentait la jeune fille. Pour la taquiner il déclara «  Le grand méchant loup ! » Et l'instant d'après, il se retrouva face à elle, la détaillant des pieds à la tête. Yeux brillants, joyeux, et maquillés comme toujours, ainsi que... Serviette de bain en tout et pour tout. Il arqua un sourcil, pas vraiment surpris, elle était très, nature ! Avant même qu'il n'ait d'ailleurs pu lui faire une quelconque remarque, elle était dans ses bras. Sans qu'elle ne le voit, il grimaça, son poids appuyait un peu plus sur sa cheville. Pourtant il ne la repoussa pas, bien au contraire, il savait qu'elle avait besoin de câlin. Alors il la serra un peu plus fort contre lui, et caressa ses cheveux blonds avec douceur. Elle était fébrile, fragile, même si elle voulait cacher cette partie d'elle. Il le sentait en cet instant, mais il ne dirait rien, il ne voulait pas perturber ou la vexer. « Merci d’être venu… » Il resserra encore un peu son étreinte, en murmurant : «  Tu sais bien que je suis toujours là quand tu as besoin de moi. Je suis un peu ton super héros quoi... » Il rit, pour détendre l'atmosphère et surtout, pour la faire sourire elle. Puis il ajouta : «  Bon ce n'est pas tout mais il va falloir songer à me laisser entrer dans ton appartement, on ne va pas rester sur le pas de la porte.  » Il la relâcha, la laissant retomber doucement sur le sol, et il entra boitillant encore. Il se tourna vers elle, avec un sourire éclatant et moqueur... «  Dis moi, tu accueilles tout le monde en serviette ou je suis le seul à avoir cet honneur? Pas que ça me déplaise mais bon... » Il haussa les sourcils deux fois. Avec elle, il était toujours ainsi, taquin et détendu. C'était une relation particulière qui les unissait, une relation qu'il ne pouvait vraiment qualifier mais qui lui faisait un bien fou. Avec Hibernia il était insouciant, même si parfois, elle était un peu collante. Cela ne le dérangeait pas vraiment, il aimait la réconforter. C'est pour cette raison qu'il attrapa sa main et la fit basculer vers lui pour déposer un baiser sur sa joue toute fraîche. In-extremis il rattrapa la serviette qui glissait et la replaça, éclatant de rire : «  Tu vois un accident est vite arrivé ! Heureusement que je ne suis pas un gros pervers... ».



Dernière édition par Kovu N. Sullivan le Mer 10 Juil - 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia EmptyVen 17 Mai - 20:54

Kovu Ҩ Hibernia
« Can't trust a cold blooded woman »


C’est simple, aujourd’hui n’est pas ta journée.
Il faut dire qu’il n’y a aucune journée dédié à ma personne et je trouve cela fortement dommage non ? Enfin je dis vraiment n’importe quoi !
Il doit bien y avoir une journée de la blonde, et ça, cela doit être une journée particulièrement exceptionnelle ! Je suis sûre que ça se passe en été, le soleil chauffe les peaux pour les rendre plus sombres, le ciel bleu nous regarde de façon intense et tout ce que l’on cherche, c’est profité de la nature et de l’extérieur !
Et si cela n’existe pas, et bien c’est fortement dommage ! Il devrait le faire !
Enfin tout cela pour dire que ce n’est pas la journée de la blonde non plus. C’est tout simplement une journée ou je me sens trop seule.
Oh bien sûre, j’aime jouer les femmes sûre de moi. Jamais de toute façon on ne m’entendra dire à voir haute que j’ai besoin de quelqu’un. Enfin certains signes ne trompent pas, il y a certaines choses qui montrent parfaitement à quel point je me sens mal en ce moment. Ils appellent cela la nostalgie. Ba moi j’aime pas être nostalgie franchement, c’est du grand n’importe quoi. Bien sûr que mon chat me manque. Moi qui dormais toujours avec lui, me voilà à dormir seule. Moi qui étais la reine à la maison, je me retrouve seule à vanter mes mérites.
Oui, ils me manquent mine de rien. Monsieur Moustache était toujours là pour me protéger et me voilà moi, pauvre petite fille sans défense ! Bon ok, j’exagère, c’est moi qui le sauvais plus qu’autre chose… Si si si je vous jures !!! Attendez ! Qui c’est qui le nourrissait de croquette mélanger à du pâté parce que Monsieur aimait bien le mélange moue croquant ?… Et qui c’est qui lui caressait le bidou pour qu’il ronronne à n’en plus finir ? Vous voyez, je suis adorable !
Et puis malgré tout, il ne faut pas croire non plus qu’il n’y ait que des mauvais côtés dans ma nouvelle vie... Je me retrouve à aimer sortir, à adorer converser avec des personnes à l’extérieur. Chez moi, je dialogue toute seule et ce n’est pas tout le temps un problème mais bon, la solitude pèse parfois plus lourd que ma bouteille de whisky.
Je soupire alors que mon message est envoyé, enfin mon message, mon appel en détresse plutôt.

Et après une petite douche bien mérité… TOC TOC TOC, et que le rideau se lève !!!
Je m’amuse déjà comme une folle alors qu’il n’est même pas à l’intérieur… C’est pour dire à quel point je suis totalement givrée. Enfin je ne suis pas d’accord sur le givrée car je suis plutôt chaleureuse et étouffante… On va dire… Enfantine ! Ca c’est le mot tout simplement parfait !
- Qui c’est ?
Me voilà sur la pointe des pieds, me penchant légèrement devant la porte en attente d’une réponse.
- Le grand méchant loup !
PARFAIT ! C’est un ami et c’est avec grand plaisir que je vais lui ouvrir !
J’ouvre…
- MENTEUR ! T’es un gros DOUDOU !!!
Je souris alors que je fonce dans ses bras. Oui, je suis bien mieux là comme ça qu’a inventer je ne sais quel jour férié… Enfin je devrais peut être en faire part à Kovu, je suis sûre que la femme blonde en lui adorerait mon idée ! Oui oui, on a tous une femme blonde en soi, moi j’ai juste fait le mieux. Je suis devenue la femme blonde dans sa totalité ! Je sais je sais, ne soyez pas jaloux voyons ! C’est juste un petit moins pour vous.
Je souris en sentant les doigts de Kovu dans mes cheveux. Cela fait tellement de bien un peu d’attention.
Je le remercie finalement d’être venu… OUI j’ai vraiment dit ça ! Vous voyez, ce monde me rend finalement meilleure et un peu plus abordable ! Je le sens un peu plus présent contre moi et je ne peux que me dire que j’ai choisit l’un des meilleurs doudou au monde.
- Tu sais bien que je suis toujours là quand tu as besoin de moi. Je suis un peu ton super héros quoi…
Je joins mon rire au sien. A croire qu’il lit dans mes pensées.
- Non non pas mon super héros… Mon super doudou !
- Bon ce n’est pas tout mais il va falloir songer à me laisser entrer dans ton appartement, on ne va pas rester sur le pas de la porte.
Oups… Oui oui cela sera mieux ainsi effectivement. Je le vois entrer en boitillant. Je penche ma tête sur le côté, comme un petit chaton.
- Qu’est ce que tu as à la cheville ?
Je demande, inquiète tout de même. Je peux m’occuper de lui sans le moindre souci. Enfin, des glaçons, pourquoi pas une sorte de petit massage, j’ai des doigts de fée !
Enfin… Personne me l’a dit, encore un compliment que je m’attribut à moi-même…
- Dis moi, tu accueilles tout le monde en serviette ou je suis le seul à avoir cet honneur ? Pas que ça me déplaise mais bon…
Je rigole doucement, faisant une moue toute innocente.
- Qui sait ? je souffle doucement en imitant son haussement de sourcil.
Sa main attrape la mienne et HOP, un bisous sur la joue de façon acrobatique. Je rigole comme une enfant, comme moi quoi, et souris grandement. Voilà, en cinq minutes il fait ma journée, Kovu est vraiment trop fort !!!
- Tu vois un accident est vite arrivé ! Heureusement que je ne suis pas un gros pervers…
AH C’est donc ça !
Je me détache de lui me mordant la lèvre inférieure comme pour jouer à la pauvre petite victime.
- Tu as raison, je vais être plus prudente et donc aller m’habiller. Assieds-toi, je vais m’occuper de toi après.
Je souris avant de me retourner. Finalement, je me déhanche de façon sexy et provocatrice, jouant avec mes cheveux d’une main et de l’autre… Oups, la serviette est tombée !
Un, deux, trois pas fesses à l’air et je tourne sur ma gauche afin d’entrer dans ma chambre. Il a raison, j’ai de la chance que ce ne soit pas un pervers.
Je regarde un peu ma garde robe, enfile des sous vêtements, un jean avec plein de trou dedans… Oui, du travail bâclé franchement ! Mais cela me rappelle les griffures de mon chaton qui faisait des troue énormes dans mes jolies robes… Un débardeur et je suis prête.
Je reviens dans le salon et avant de retrouver Kovu je fonce dans mon frigo. Un, deux, trois, quatre, cinq glaçon dans un torchon et je reviens vers lui.
Je m’assois sur le canapé en sourient tapotant mes cuisses.
- Allez, on me donne la cheville que la gentille Bibi puisse regarder tout cela.
Je rigole doucement alors que j’agite devant moi le torchon plein de glaçons qui fondent déjà.
Et bien voilà, il joue au grand méchant loup et moi, je joue encore les infirmières. Mais je suis toujours heureuse qu’il soit là et je compte bien le chouchouter pendant que j’en ai l’occasion.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia EmptyMer 10 Juil - 15:30


Alors même qu'il se trouvait encore derrière la porte et qu'il ne pouvait la voir, Kovu devinait déjà le sourire qui illuminait le visage d'Hibernia. Ils n'étaient pas encore ensemble que déjà, elle semblait amusée, joyeuse. Comme quoi de simples mots pouvaient tout à fait remonter le moral de quelqu'un. Il fallait juste trouver les bons, savoir les utiliser et puis évidemment, avoir une affinité particulière avec la personne à qui on les offraient. Avec Hibernia il savait exactement quoi dire, et à quel instant le dire pour qu'elle retrouve sa joie de vivre. C'était simple, si simple d'être avec elle, si revitalisant. Son côté enfantin avait le don de donner du baume au cœur à Kovu, il éveillait son côté insouciant à lui. - MENTEUR ! T’es un gros DOUDOU !!! Un éclat de rire s'échappa de sa gorge alors qu'il la réceptionnait, s'appuyant sur sa cheville douloureuse. Un gros doudou ? Oui le terme était approrié, il était comme un doudou pour la jolie blonde qui le cajolait tout le temps, le serrait dans ses bras et s'en servait comme d'un remède contre la nostalgie. Et à vrai dire elle lui faisait le même effet alors cette amitié était vraiment parfaite. En plus avec lui, elle était adorable, et pas du tout peste comme avec certains. D'ailleurs quand il la voyait froncer les sourcils et qu'il sentait la colère monter, cela l'amusait beaucoup parce que dans ces cas là elle devenait hystèrique-Hibernia. Plutôt que d'entrer dans son jeu, il la laissait se lâcher un peu, dire des anneries et prononcer des mots d'oiseaux à qui passait par là, puis il la prennait dans ses bras et lui caressait les cheveux comme il le faisait en cet instant, et elle se calmait. - Non non pas mon super héros… Mon super doudou ! Une nouvelle fois il rit, il fallait qu'il note qu'il était un doudou et pas un héros, même si être un héros était un peu plus flatteur qu'être un doudou il fallait le reconnaître. M'enfin, pour la faire sourire il était prêt à tout alors il se contenta simplement de grommeler quelques mots dans sa barbe : «  Je préfère héros à doudou mais bon ok ok...  ».

Hibernia finit par le faire entrer et il avança comme il pouvait vers le canapé. Jamais il ne lui avait semblé si loin d'ailleurs. D'habitude en trois pas il était là il clopinait comme il pouvait sans vraiment avancer vite. Ce qui n'échappa pas à la jolie blonde presque nue qui venait de l'acceuillir. - Qu’est ce que tu as à la cheville ? Il se tourna vers elle, presque un peu gêné de sa maladresse et il haussa les épaules, comme pour signifier que ce n'était rien de grave. Puis d'un ton léger il rétorqua. « Mof... Rien de très grave je vais te raconter tu vas rire... » Mais avant de lui raconter, il voulait la taquiner, c'était bien plus drôle et il ne voulait pas la voir inquiète. Il sentait dans sa voix qu'elle n'était pas totalement rassurée et il refusait qu'elle se fasse du soucis pour lui. Surtout pour une vulgaire cheville si fragile. Il lui demande donc si elle réservait cet accueil de déesse à tous ses invités. La serviette blanche enroulée autour de son corps faisait très déesse oui, et puis avec sa cheveulure dorée elle s'y apparentait un peu plus encore. Si il lui disait évidemment, il en entendrait parler pendant encore des mois et des mois. Il fut rassurer de l'entendre rire avant de craquer devant sa mine innocente. Elle faisait très bien cette tête là, et pourtant il savait à quel point elle était loin d'être innocente, très très loin même. Il la connaissait assez pour ça. - Qui sait ? Il leva les yeux au ciel, l'attrapant par la main pour l'attirer vers lui. Elle était vraiment forte à ce jeu là. En plus elle tentait de l'imiter. Ah les blondes ! Il sourit à son baiser et pouf la serviette qui glisse. Son rire se joignit à celui d'Hibernia. Il sentait que tout était naturel, et il était vraiment très heureux de l'entendre s'amuser ainsi. Il ne demandait rien de plus, juste ça. En quelques secondes, mission accomplie, elle se sentait mieux. Mais il eut le malheur d'en rajouter une couche et elle prit une nouvelle fois, son air d'innocente victime. - Tu as raison, je vais être plus prudente et donc aller m’habiller. Assieds-toi, je vais m’occuper de toi après. Kovu haussa les sourcils en l'entendant, pas vraiment convaincu qu'elle puisse obtempérer si vite, mais il s'assit tout de même et quand il posa à nouveau ses yeux sur elle, elle se déhanchait dans le salon comme une streap-teaseuse professionnelle qui fait son show. Un rire monta dans sa gorge et l'instant d'après, explosa dans la pièce, redoublant d'intensité quand la serviette tomba. Oui il avait eu le temps d'apercevoir un bout de fesse, mais il n'y faisait pas vraiment attention, d'une c'était Hibernia et de deux, il riait tellement qu'il n'avait pas aperçu grand chose. Quand elle revint dans le salon, il la vit foncer vers le frigo comme une fusée avant de se précipiter vers lui avec des glaçons. Que préparait-elle encore ? Un délicieux cocktail alcoolisé pour attenuer la douleur peut être ? - Allez, on me donne la cheville que la gentille Bibi puisse regarder tout cela. Eh bien non, c'était bien plus sérieux que ça. Elle jouait la soigneuse. Encore une fois, il obéit sans discuter et lui abandonna sa cheville. « Tu es vraiment adorable quand tu veux tu sais... » Il sourit de toutes ses dents mais il était réellement sincère. Il trouvait ça vraiment chou qu'elle s'occupe de lui parce qu'il avait mal. Se laissant aller sur le canapé pour s'allonger il enchaina : « J'imagine qu'il faut que je te raconte ce qu'il m'est arrivé maintenant que tu me soignes... Je te dois bien ça. Bon... Euh... En fait j'accrochais un poster dans ma chambre, perché sur un escabeau. Puis j'ai reçu ton message, mon portable a vibré, ça m'a destabillisé et... Voilà. Je me suis retrouvé les fesses par terre.  » Il haussa une nouvelle fois les épaules pour enlever du dramatique à la situation, il espérait qu'elle en rit plutôt qu'elle ne lui pose plus de questions, inquiète. « Mais c'est rien de grave, je suis certain que tes dons d'infirmière vont me guérir. » Il attendait qu'elle enlève le bandage qu'il avait acheté et mis en route, puis qu'elle pose les glaçons. Quand elle le fit , Kovu sursauta, faisant un bond sur le canapé. C'était la première fois qu'il sentait un truc aussi froid sur sa peau comme ça là. Il n'y avait pas ça dans la savanne. Et il n'avait jamais eu à faire face à une telle situation depuis son arrivée ici. « Aouch mais c'est quoi ça ? C'est froid ! T'es sure de toi ? Je vais pas mourir avec ton truc ? Ou me congeler ?  » Il la regardait, et cette fois c'est lui qui était inquiet. Peut être qu'avec un simple glaçon il pouvait vraiment se congeler. Après tout quand on les mettait dans l'eau, ou dans un cocktail, ça devenait tout froid et glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia EmptyVen 12 Juil - 22:20

Kovu Ҩ Hibernia
« Can't trust a cold blooded woman »  


Je repense à ma mâtiné… Naze…
Mon message… Naze…
Kovu qui débarque… Na… Mais n’importe quoi !!! C’est juste trop génial ! Il réussit en quelque mot à me faire rire comme un imbécile. Je me demande si le facteur serait capable d’une telle prouesse s’il m’emmenait juste un carton et qu’il veuille que j’ouvre la porte pour signer je ne sais quel papier… Tient, je prends note dans ma tête de me commander un truc juste pour essayer. Et puis, le facteur sera peut-être craquant…
BA QUOI !!! Je suis plus une petite fille, je ne suis pas encore le maître de l’univers non plus mais je peux tout me permettre maintenant ! Plus de parents pour me dire non, pour m’interdire ceci ou cela…
Une fois, des hommes en bleu m’ont grondé, mais ce ne sont pas mes parents alors j’ai tourné les talons et suis partie comme la princesse que je suis.
Finalement alors que j’ouvre la porte, Kovu le grand méchant loup n’est en fait qu’un gros doudou voilà ! Il a osé me trompé, je suis outrée, ô mon pauvre petit cœur se meurt devant tant de haine dans ce pauvre petit monde… Mais je dis vraiment n’importe quoi, pour une fois, j’ai le droit de dire n’importe quoi puisque ça ne m’arrive pas du tout souvent…
- Je préfère héros à doudou mais bon ok ok…
Je souris en le regardant.
- Essaye de me contredire juste pour voir, je souffle, la menace la plus terrible du monde.
Parce que s’il le fait, je lui fait quoi moi… Je l’enferme dans la salle de bain en mettant du Colonel Reyel à fond dans la maison… Ô non, ce serait me torturer avec lui et ce n’est pas drôle. Et si je le… Décoiffait ! AH AH ! Ça c’est de la menace pure et dure je suis sûre qu’il en frémirait s’il lisait dans les pensées… Mais il ne vaut mieux pas, il connaîtrait une façon terrible de me torturer.
- Et moi je préfère Doudou ! Fin de la discussion, je souffle en levant un doigt en l’air.
Je le fais finalement entrer et remarque facilement sa patte folle. Qu’a-t-il fait encore ? Les doudous ne se font jamais mal d’habitude, ou alors cela nécessite d’être recousu, rafistolé quoi… Je vais peut-être devoir le recoudre avec un bout de chiffon qui sait ?
Il hausse les épaules pour toute réponse. Ok, les choses sont grave, IL EST OU LE CHIFFON ?!
- Mof… Rien de très grave je vais te raconter tu vas rire…
Je me calme un peu, respirant mieux. Je n’aurais pas à le recoudre et c’est tant mieux, je sais à quel point cette solution et douloureuse…

Il change vite de sujet, parlant de ma tenue. Ba quoi, elle est magnifique ma tenue ! De toute façon j’ai de la chance, tous les vêtements chez moi me vont, même les serviettes (bravo Sherlock !)
Je m’amuse avec lui, je fais ma petite bouille toute adorable alors que je lui dis que c’est peut être fait totalement exprès. Après tout, c’est une technique comme une autre !
Il me prend la main et m’attire à lui, je lève le regard pour toujours le regarder droit dans les yeux, souriant toujours malicieusement. Son rire emplit la pièce et cela met des paillettes dans mes yeux, je vous jure c’est la vérité ! Je me sens juste extrêmement bien avec lui dans les parages, en cinq minutes, imaginez sur une après-midi ou une journée entière !
Je vais finalement me changer, non sans faire l’imbécile d’abord. Je me déhanche, je joue avec mon nouveau corps et finalement la serviette glisse. J’entends Kovu rire et au début, cela me vexe. Quoi ? Suis-je si ridicule que ça ? J’ai vu ça une fois dans un film et cela à beaucoup plus à l’homme si bien qu’après il devient son amoureux. Pas tant que je veuille que Kovu soit mon amoureux, non, mais j’aime bien tester le pouvoir que je peux avoir sur les hommes dans ce nouveau monde. Et il se moque de moi là non ?
Mais cela passe vite au final, pourquoi ? Parce que son rire est tout simplement trop contagieux pour que l’on puisse bouder bien longtemps. Si ma bouille est mon point fort, son rire est sans nul doute le sien.
Je m’habille donc rapidement pour vite le retrouver, je ne veux pas perdre de temps comme le font ses filles futiles, à passer des heures et des heures à choisir une tenue qui semble « correcte » et encore…
Je reviens dans le salon, dans la quête de le soigner, les glaçons vont dans le torchon et je reviens m’assoir vers lui.
- Allez, on me donne la cheville que la gentille Bibi puisse regarder tout cela.
Il me montre sa cheville que je pose sur mes cuisse, je la fixe doucement, réfléchissant à quoi faire méthodiquement.
- Tu es vraiment adorable quand tu veux tu sais…
Je redresse la tête le regardant de façon intriguée. Lui, il sourit de toutes ses dents comme un idiot mais il semble si sincère. Je suis folle, étrange, totalement décalé, mais on ne m’avait encore jamais dit que j’étais adorable. Je rougis doucement et reporte vite mon attention sur sa blessure pour reprendre une certaine contenance.
- J’imagine qu’il faut que je te raconte ce qu’il m’est arrivé maintenant que tu me soignes… Je te dois bien ça. Bon… Euh… En fait j’accrochais un poster dans ma chambre, perché sur un escabeau. Puis j’ai reçu ton message, mon portable a vibré, ça m’a destabillisé et… Voilà. Je me suis retrouvé les fesses par terre.
Je ne peux pas m’empêcher de rire comme une idiote. C’est vrai que c’est assez ridicule comme situation. C’est fou en fait la vie ici est clairement dangereuse.
- Quelle idée, je sais qu'avoir des nouvelles de moi c'est renversant mais tout de même !
- Mais c’est rien de grave, je suis certain que tes dons d’infirmière vont me guérir.
Je souffle doucement.
- Je suis vétérinaire, pas infirmière…
Je regarde toujours sa cheville dans l’attente d’un miracle, me disant que c’est peut être inutile et qu’on devrait aller à l’hôpital en fait. Finalement, je commence à retirer son bandage de fortune, à mettre les glaçons dessus doucement. Je fixe ainsi sa cheville et l’eau qui commence à couler sur sa peau.
Il sursaute rapidement et je maintiens sa cheville afin que son geste stupide ne lui coute pas une blessure plus grave.
- Roh, reste sage voyons, je marmonne.
- Aouch mais c’est quoi ça ?
Je redresse la tête pour voir s’il est sérieux… Et il l’est !
- C’est froid ! T’es sure de toi ? Je vais pas mourir avec ton truc ? Ou me congeler ?
Un rire m’échappe alors que je ferme les yeux.
- Ce sont des glaçons gros bêta ! C’est pour cesser le gonflement, alors reste calme, tu vas voir à force sa brûle !
Je le regarde de nouveau avec des grands yeux et un sourire à faire peur n’importe quel… Personne oui ! J’allais dire enfant mais je ne doute pas que Kovu va clairement se poser des questions sur mon état de santé mentale… Il ne sera pas le premier, tant pis !
Je me penche sur sa cheville, regardant la blessure de plus près.
- Je pense que c’est pas grand-chose, si tu pouvais éviter de marcher dessus pendant quelques jour, je te passerais des béquilles si tu veux, je souffle doucement. Tu en as de la chance, sans ses glaçons j’aurais clairement dû te couper la jambe…
De nouveau les gros yeux, comme ceux de la marmotte que j’ai vue sur cette vidéo avec une musique en trois temps… Bon sang, je suis géniale !
Je reste sérieuse un moment, reporte mon attention sur sa cheville et attend sa réaction avec impatience, il m’en faudra pas beaucoup pour que j’éclate de rire… Vraiment pas beaucoup…

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia EmptyJeu 19 Sep - 17:35


Il avait osé la contredire, ou du moins émettre une hypothèse différente de celle qu'elle avait en tête. Rien de grave évidemment, rien n'était jamais grave entre eux... Mais il avait expliqué qu'il préférait largement qu'elle le considère comme un super-héros que comme un super-doudou. A y réfléchir, être un super-héros impliquait de trouver un costume, de sauver le monde ou les demoiselles en détresse -comme c'était le cas actuellement- mais surtout... De se balader en collant. Finalement ce n'était peut être pas la bonne option... En comparaison, un super-doudou lui avait pour seul rôle de faire des câlins et des bisous aux demoiselles en manque d'affection. Beaucoup moins fatiguant, plus agréable et surtout moins ridicule. Il avait déjà une tête de doudou qu'on veut câliner, pas besoin de se coller des plumes ou une fourrure pour ça. Bon certes, c'était moins gratifiant... Mais Hibernia avait tranché et on ne contredit pas Hibernia. - Essaye de me contredire juste pour voir. La preuve, elle peut vraiment être très menaçante et très persuasive ! Pas que Kovu ait peur d'elle loin de là, mais il préférait largement la faire sourire, il savait qu'elle était capable du pire rien que pour l'embêter et le torturer, et il ne préférait pas tester, elle avait certainement des tas d'idées pour le rendre dingue et le faire admettre qu'elle avait raison. Il pourrait se venger, lui aussi trouverait de quoi faire... - Et moi je préfère Doudou ! Fin de la discussion. Mais pas pour cette fois, il lui laissait le dernier mot. Adieu collants horribles qui le compresserait de partout. Bonjour canapé et séance poupoutage. Une séance pas si tranquille que ça finalement, car la jolie blonde remarqua de suite que son très cher doudou avait un mal fou à le rejoindre ce fameux canapé, lieu Ô combien important pour la prochaine étape -ils n'allaient tout de même pas se câliner debout au milieu d'un salon non ?. Kovu tenta de se justifier rapidement, sans trop en dire pour préserver le mystère -ou pas- enfin surtout pour ne pas trop l'inquiéter. Parler de sa tenue à elle était une meilleure stratégie, et un sujet beaucoup plus drôle aussi. Qui aurait idée de recevoir des invités en serviettes à part elle ? Personne à coup sûr. Mais Hibernia était tellement particulière, elle avait en elle un grain de folie qui fascinait le jeune homme. Il l'admirait d'être toujours si naturelle, c'est ça qui l'avait amené à vouloir la découvrir plus encore quand il l'avait trouvée. La serviette, elle ne la garda d'ailleurs pas longtemps vu qu'elle faisait la folle, pour changer, en se trémoussant dans le salon. Elle avait le don d'être drôle, jamais il n'aurait pu vivre ça avec une autre et des instants de légèreté comme ceux là il en voulait des tas. Certains ne comprendraient pas, les prendraient certainement pour des demeurés en les voyant dans une telle situation mais il s'en moquait éperdument, et il savait qu'elle aussi. Son rire s'était joint au sien juste avant qu'elle ne disparaisse dans sa chambre et alors qu'il était seul, il souriait encore, il sourit jusqu'à ce qu'elle réapparaisse, dans une tenue descente cette fois. Il lui tendit sa cheville quand elle le rejoignit sur le canapé, sagement et l'admira alors qu'elle réfléchissait. Le compliment qui suivit vint naturellement, il la trouvait adorable, oui vraiment. Il remarqua l’étonnement quand elle entendit ce mot pour la décrire, et vit même ses joues se colorer un peu de rouge. Une couleur qui lui allait à ravir, il avait encore plus envie de prendre soin d'elle quand elle était ainsi. Elle n'avait surement pas l'habitude qu'on la complimente... Et pourtant elle le méritait. Sans la déranger plus, ou du moins la gêner plus, il enchaîna en lui racontant l'anecdote ridicule qui l'avait conduit à tomber d'un escabeau et bien évidemment elle se mit à rire. Un instant, juste quelques secondes, il fut quelque peu vexé, elle se moquait de lui après tout. Mais il réalisa bien vite qu'effectivement, c'était ridicule et que ça méritait qu'on en rit. D'autant qu'il adorait entendre son rire à elle envahir la pièce et y répandre des éclats de bonheur. - Quelle idée, je sais qu'avoir des nouvelles de moi c'est renversant mais tout de même ! Il sourit en coin et hocha la tête pour appuyer ses dires et rétorqua amusé : « Tu vois un peu quel effet tu as sur moi... ». Avant d'ajouter qu'il n'avait certainement rien de grave, et qu'elle allait le guérir. - Je suis vétérinaire, pas infirmière… Il arqua un sourcil et secoua la tête d'un air exaspéré : « C'est tout pareil. Et puis, j'étais un lion dans une autre vie alors bon... ». La conversation s'arrêta pour un temps, c'était très étrange cette pièce maintenant peuplée de silence. Il préférait largement quand elle résonnait des rires d'Hibernia, mais l'heure était au sérieux, elle contemplait sa cheville et ne paraissait vraiment pas convaincue. C'est peut être ce qui l'affola quand il sentit les glaçons refroidir sa peau. La panique le saisit, et si il gelait littéralement comment ferait-il pour marcher ? Il remua, c'était plus fort que lui, il devait savoir si il sentait encore son pied. - Roh, reste sage voyons. Oui il le sentait et il sentait la glace le tirailler encore un peu plus à chaque instant. Il finit par poser la question qui lui brûlait les lèvres et ne s'étonna même pas de voir l'air surpris de son amie qui le regardait comme si il avait un neurone qui avait sauté. Pourquoi ? Le phénomène de congélation pouvait tout à fait s'appliquer à la peau non ? Apparemment non. Elle riait, yeux clos, se moquait encore une fois et il prit son air boudeur l'écoutant tout de même attentivement. - Ce sont des glaçons gros bêta ! C’est pour cesser le gonflement, alors reste calme, tu vas voir à force sa brûle ! Il ouvrit la bouche pour répondre, un peu rassuré mais se sentant effectivement comme un gros bêta. C'était ridicule non de croire qu'il allait devenir froid comme un glaçon ou comme une boisson juste parce qu'elle en posait sur lui... Mais il ne pouvait pas savoir après tout. Croisant les bras il marmonna : « Je pouvais pas savoir moi... Y a pas ça dans la savane... Et puis pourquoi des glaçons glaceraient de l'eau et pas la peau hein ? ». Un vrai gosse, c'est ce qu'il était en cet instant même et comme pratiquement chaque fois qu'il passait du temps avec Hibernia. Hibernia qui le regardait avec un sourire très étrange, presque effrayant, elle semblait encore plus folle là tout de suite. Peut être devrait-il s'assurer qu'elle sait ce qu'elle fait ? Pas qu'il ne lui fait pas confiance mais il est possible qu'elle ait déraillé d'un coup. Pof un neurone en moins et la folie. Secouant la tête, il tenta de se raisonner, non il la connaissait, c'était du tout elle ça il ne fallait pas s’inquiéter. - Je pense que c’est pas grand-chose, si tu pouvais éviter de marcher dessus pendant quelques jour, je te passerais des béquilles si tu veux. Comme elle l'avait prédit un peu plus tôt, il sentit les glaçons sur sa cheville brûler sa peau. Vraiment très étrange comme sensation, le froid qui déclenche le chaud, il se demandait bien comment c'était possible. Ce qui le perturbait encore plus, c'était cette histoire de béquilles... « Quoi ? C'est les trucs pour marcher là ? Mais je vais jamais y arriver et puis c'est trop compliqué... Je vais pas pouvoir courir pendant plusieurs jours en plus ! Tu veux que je meurs ? » Il n'en rajoutait qu'un peu, il avait besoin de courir tous les jours, c'était presque vital, si il ne courait pas, il accumulait en lui tous ses sentiments et il avait l'impression de pouvoir exploser à n'importe quel moment, comme une bombe qu'on vient de dégoupiller. Alors il se mettait en colère pour rien et ce n'était pas beau à voir... Non il ne voulait pas en arriver là à cause d'une chute ridicule tout de même. - Tu en as de la chance, sans ses glaçons j’aurais clairement dû te couper la jambe… Quoique finalement il valait peut être mieux les béquilles que ça ! Il se redressa d'un bond sur le canapé, restant ainsi et saisit le torchon qu'il appuya lui-même sur la cheville. Il ne fit que peu attention à la tête d'Hibernia qui ressemblait étrangement à une marmotte, mais la demi-seconde au cours de laquelle il l'avait aperçue renforça son angoisse. « Me couper la cheville ? Mais ça va pas ou quoi ? Merci pour les glaçons tu m'as sauvé... C'est toi en fait le super-héros. » C'est fou ce que la peur peut déclencher comme réaction, il était là assis sur un canapé, à côté d'une fille qui ne racontait que des bêtises à longueur de journée et qu'il connaissait parfaitement, et pourtant il tombait encore dans ses pièges. Évidemment quand il s'en rendrait compte il se vengerait mais pour le moment il était bien trop préoccupé. Il s'imaginait déjà boitillant comme un imbécile dans la rue pour rentrer chez lui. C'est Kiara qui allait s’inquiéter en le voyant dans cet état... « Mais là tu... Tu ne vas pas me couper le pied hein ? Pas besoin ? » Il la regardait avec des yeux de merlan frit, la priant de dire oui coûte que coûte.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia EmptyLun 28 Oct - 17:18

Kovu Ҩ Hibernia
« Can't trust a cold blooded woman »  


MON SUPER DOUDOU !!!
Je crois qu'il a eu raison de me donner... raison Ah ah !
Non mais parce que franchement j'aurais été capable de le sequestrer, et cela n'aurait pas été pour me déplaire. A l'affique, séance de calin froufrouteux, chatouille de l'espace et autre méfait terriblement bien concocté !
Mais voilà il est mon super doudou... QUI MARCHE MAL !!! Bon sang, il avait fait quoi encore celui là !  Même si cela part rapidement sur ma sublime serviette de bain, à moins qu'il parle de mon corps de rêve ce que je peux comprendre aussi, je n'en oublie pas moins son bobo ! Non mais ! Mais bon, j'aime lorsqu'on vante ma nouvelle beauté, et plus particulièrement ma poitrine... Ce qu'il ne fait pas... RHA ! Je l'aurais un jour doudou de malheur !
Je file donc me changer, en profitant pour lui montrer mon postérieur royal... Je ne cherche pas à lui plaire non, cela me fait tout simplement rire. Je n'ai pas tellement la notion de drague, encore moins de l'amour... Je n'ai jamais embrassé de garçon de toute ma vie... Pfeuh !
Et j'ai encore moins la notion de jalousie... Surtout en ce qui concerne les copines.
Bien sûre après que je connais la jalousie, mais dans ce genre de moment... Je crois que les copines n'aiment pas qu'une fille autre qu'elle montre leur fesse...
HOP HOP HOP !!!
J'enfile une tenu de super belle gosse... QUOI ! Oui je suis une belle gosse... Je crois...
Et je reviens rapidement à lui. Sa cheville je dois tout de suite m'en occuper ! Sinon qui sait je devrais lui couper ! J'ai une scie dans ma chambre sa devrait le faire...
Pourquoi j'ai une scie ? J'ai envie de vous répondre, ET POURQUOI PAS ?! Et toc ! Ca c'est encore une répartie du tonerre ou je ne m'y connais pas !
Enfin bref, pour l'instant il n'est pas question de ça et je crois que des petits massages, pourquoi pas des bisous magique et des glaçons lui suffiront...
Et puis, comment me montrer méchante alors qu'il est si gentil avec moi. Il me fait des compliments, chose dont je n'ai absolument pas l'habitude. Ba quoi, je suis la petite fille folle. On me prends pour une folle et c'est tout. Je suis celle qui lis les crottes de chats, celle qui garde un grand œil sur vous et rien de plus.
Non on ne me dis jamais que je suis adorable, jamais que je suis jolie ou tout simplement géniale. J'aime à me dire jolie, je joue de ça et je me traite moi même de belle gosse mais dans le fond c'est peut être une façon de me faire des compliments afin de ne pas crever de solitude.
Mais je crois que ce n'est pas le moment de penser à ça... J'y ai trop pensé toute la journée, d'où mon sms un peu appel au secours à Kovu un peu plus tôt, dont le but de sa présence... J'étais trop seule, et cela me désespérait.
Encore heureux, il change vite mon humeur en me racontant comment il est tombé... Bon sang, il peut être si maladroit parfois, à moins que ce soit dans la nature humaine de se montrer aussi idiot parfois ! Oh non je ne veux pas le traiter d'idiot, mais il est vrai que sa chute à le don de me faire rire.
- Tu vois un peu l'effet que tu as sur moi...
- HINHIN !!! Je rétorque en haussant les sourcils de façon... lubrique ?
Et me voilà m'occupant de lui. Bon c'est pas un chat mais tout de même je comptes bien m'occuper de sa petite papatte !
- ... j'étais un lion dans une autre vie alors bon...
Oh... J'avais oublié ce détail. Lui aussi ne venait pas de ce monde. Lui aussi a subit des transformations, et quelles transformations. Si moi je n'ai fait que grandir, lui a carrément changé d'espèce. Ok je vais m'occuper de lui comme si c'était un lion, sauf qu'au moins, la communication se fait mieux avec Kovu... Malheureusement je ne parle pas le lion.
Et voilà que monsieur le lion s'agite dès qu'on mets les glaçons... Bien un lion celui là, c'est vraiment les plus indiscipliné quand on cherche à les soulager.
- Roh, reste sage voyons.
Ok, il se calme, je suis vraiment la reine des félins mouéhéhéhéhéhé !
Mais je dois avouer que je préfère ce lion qui parle, il a vraiment le don de me faire rire c'est dingue... Ok les glaçons c'est froid, mais d'où on meurt congeler à cause de ça... A moins que  ? Il connaisse plus de chose que moi ! OH LE PETIT SALIGAUD !!!
Enfin normalement... J'ai déjà vécu ça, c'est désagréable, gelé qui se brûle au final, mais j'ai toujours survécu ! Et je pense que Kovu fait aussi partie de l'élite qui survivra à la crise.
- Je pouvais pas savoir moi... Y a pas ça dans la savane... Et puis pourquoi des glaçons glaceraient de l'eau et pas la peau hein ?
Je me penche vers lui dangereusement, soufflant finalement a son oreille.
- Parce que les glaçons sont de l'eau...
ATTENTION cours de physique... Ou alors de chimie ? RHA !
L'eau existe sous trois forme ! Gazeux, et ne pas penser aux pets dans ces conditions !!! Liquide, comme d'habitude... Ne pas penser au pipi ! Et solide, la glace... Pensez à manger !
Je reviens le regardant avec une tête de folle... Ma tête en somme vu que je suis la petite fille folle.
Bon reprenons notre sérieux. Finalement je lui dis ce que j'en pense. Au final plus de mal que de peur. Il lui faut juste du repos, j'ai des béquilles et il sera de nouveau beau comme un Dieu... Oh mais il l'est encore là. Il est tout choupinou... DOUDOU !!!
- Quoi ? C'est les trucs pour marcher là ? Mais je vais jamais y arriver et puis c'est trop compliqué... Je vais pas pouvoir courir pendant plusieurs jours en plus ! Tu veux que je meurs ?
Je m'approche de nouveau vers lui en riant.
- Imagine que j'en ai déjà eu, et je suis encore là... Ça devrait te rassurer non ?
Et voilà que je pars dans un délire lui disant que sans les glaçon j'aurais dû lui couper la jambe...
- Me couper la cheville ? Mais ça va pas ou quoi ? Merci pour les glaçons tu m'as sauver... C'est toi en fait le super-héros.
Je me mords la lèvre inférieure et annonce de façon triomphante :
- I'm batman !!! Ouiiii
Je me redresse et me mets à courir comme une idiote. Finalement je prends une veste noir qui traine au sol, le mets sur mon dos et mets à courir en fredonnant la musique de batman.
- TATATATAAAA TATATAAAAA !!!
Je reviens finalement vers lui, restant soudainement toute calme, comme si ce que je venais de faire était naturel... comme si dans le fond je m'étais je sais pas, cherché un verre d'eau... AH AH !
- Mais là... Tu ne vas pas me couper le pied hein ? Pas besoin ?
Ok il est resté bloqué là dessus...
- Doudou ! Fait moi un câlin et je reconsidérerais ton offre, je dis avec un grand sourire... Je suis vraiment dingue... OH NON ! Après tout je viens de lui sauver la vie alors, j'ai droit à mon câlin super doudounique ! Non je ne pare pas d'un doudou qui nique bande de pervers !!!

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia EmptyJeu 19 Déc - 16:33


 « HINHIN !!! » Léger détail à préciser, Hibernia n'était pas simplement une fille un peu folle et originale, elle était aussi une fille sans-gêne et à l'esprit très mal placé. Ce simple borborigme insignifiant le prouvait, il lui parlait de l'effet qu'elle lui faisait, et voilà à quoi elle pensait. Son regard lubrique et ses haussements de sourcils voulaient tout dire. Loin d'affoler Kovu pour le mettre dans un état proche du  « Au secours elle va me sauter dessus ! », cela l'amusait beaucoup. Il la connaissait et non elle n'allait pas lui sauter dessus -pas pour une partie de jambe en l'air en tout cas, juste pour des bisous tout doux et tout baveux. Certes de l'extérieur, cette situation pourrait sembler étrange... D'abord il l'avait vu nue, et maintenant elle lui offrait des regards lourds de sens, mais non il n'y avait rien entre eux, elle était juste elle même, totalement entière et naturelle, ils étaient juste amis. Alors oui, n'importe quelle copine pourrait être jalouse qu'une fille comme ça passe du temps avec son amoureux mais pourtant il n'y avait aucune raison de l'être. Kovu ne bouga donc pas et se laissa soigner par son infirmière-vétérinaire personnelle qui prenait grand soin de lui et dédramatisait la situation par ses élans de folie. Même celle d’affolement et de paranoïa qui avait saisit le jeune homme pendant quelques minutes  à cause de simples glaçons. Une vrai dresseuse, une dompteuse de lion, il aurait pu lui dire tiens qu'elle n'avait qu'à venir dresser les fauves avec lui dans l'enclos ! Quoique elle l'aurait certainement pris au sérieux et ce n'était pas une si bonne idée que ça, elle pourrait se mettre en danger en courant partout et il ne voulait pas qu'elle soit blessée, il tenait bien trop à elle pour ça. Sagement, il se contenta donc de bouder des moqueries de son Hibébé en râlant pour préciser que les glaçons il n'avait jamais connu ça lui et donc que forcément il se posait des questions.  C'est cet instant là qu'elle choisit pour s'approcher furtivement de son oreille et y murmurer quelques mots énigmatiques : « Parce que les glaçons sont de l'eau...» Oui énigmatiques car il ne saisissait toujours pas pourquoi le fait que les glaçons soient de l'eau, expliquerait le fait qu'ils glaceraient du liquide et pas de la peau. Non mais franchement, il n'était pas un chimiste professionnel et n'avait jamais pris de cours de physique alors les réactions tout ça tout ça, il n'y comprenait strictement rien. Enfin, si Hibernia le disait ça devrait être vrai étant donné qu'il n'avait toujours congelé alors il allait se contenter de la croire sans passer pour un  bêta une nouvelle fois. Il fronça simplement les sourcils comme si il était très concentré, et puis un autre problème bien plus inquiétant lui occupait maintenant l'esprit -et oui tout se bousculait dans sa petite tête quand il se trouvait avec une hyperactive blonde qui enchaînait les sujets sans liens. Il n'allait plus pouvoir marcher normalement et ça c'était bien pire que tout, ou presque, et elle, elle riait, elle trouvait ça drôle. Il croisa les bras sur sa poitrine en l'écoutant : « Imagine que j'en ai déjà eu, et je suis encore là... Ça devrait te rassurer non ? ». Le rassurer ? C'est vrai qu'elle immobile et presque "paralysée", ça devait être drôle à voir, pire que lui étant donné qu'elle bougeait tout le temps partout, dans tous les sens. Il tentait d'imaginer la scène et sourit un peu. « Mouai... j'ai droit à une démonstration alors ? Parce que j'arrive pas à m'imaginer une Hibernia en béquilles... Peut être que ça me rassurera ! » Bien vite pourtant ses inquiétudes refirent surface quand elle évoqua l'opération de justesse à laquelle il avait échappé : une jambe à couper rien que ça ! Il replaça vite les glaçons en la remerciant et en inversant les rôles de super-héros. Il ne s'attendait pas à la scène suivante, il fallait le reconnaître : « I'm batman !!! Ouiiii ! » La fierté perçait dans sa voix et l'excitation aussi. L'excitation d'une bêtise qui couvait, pas une autre voyons. Et effectivement, elle se redressa d'un coup avec une rapidité à couper le souffle et se mit à courir comme une fusée à travers la pièce, en enfilant un manteau noir en guise de cape. Il écarquilla les yeux en voyant la scène et un fou rire monta dans sa gorge. « TATATATAAAA TATATAAAAA !!! »  Le rire explosa dans la pièce, si fort qu'il voilait presque la musique détonante que la jeune fille en furie chantait à pleine voix. Il ne s'en remettait pas, s'était si drôle de la voir comme ça, débordante d'énergie. Après de longues secondes, quand elle vint se rasseoir , il parvint tout de même à articuler un vague : « Il ne te manque que le masque  ! T'as pas un crayon noir ? Je veux te le dessiner ! Aller et si toi t'es batman, on me trouve un costume de super doudou ok ? » Sa part d'enfant émergeait, comme toujours quand il se trouvait avec elle et il sentait l'adrénaline monter dans sa poitrine, il était prêt à tenter toute aventure aussi folle soit elle si sa jolie blonde se trouvait à ses côtés pour la vivre. Elle agissait comme si de rien n'était et il hors de question qu'il laisse faire, maintenant, il était lancé aussi et il en était certain, si il la titillait un peu, elle allait entrer dans le jeu. Il demanda quand même par sécurité, pour que la fête ne soit pas gâchée, si elle allait lui laisser son pied. « Doudou ! Fait moi un câlin et je reconsidérerais ton offre !» Il arqua un sourcil, en faisant mine de réfléchir. Puis haussa les épaules. « Bon si ça peut sauver mon pied ok, j'accepte la requête ! » Il l'attrapa pour la placer sur ses genoux car elle était légère comme une plume, et il la serra fort fort fort dans ses bras, blottissant sa tête dans ses cheveux tout doux. Là il était Super Doudou, aucun doute. Et il aimait bien ce câlin réconfortant. Mais la scène se déroula encore dans sa tête, et il prit conscience... Qu'elle s'était moqué de lui, juste pour l'embêter, elle lui avait fait croire qu'elle avait réellement songé à l’amputer alors qu'en fait non. Il aurait du le comprendre tout de suite en voyant son air de marmotte mais il n'avait pas eu le temps d'y réfléchir, il était bien trop bouleversé à ce moment là. Sauf que ça méritait vengeance !  Sans dire un mot de plus, il descendit ses mains sur ses côtes et hop, se mit à la chatouiller de toutes ses forces. « Petite maligne, tu crois que j'ai pas compris que tu te moquais de moi ! VENGEANCE ! »
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Prout prout prout que je t'aiiiimeuh... Ҩ Kovu&Hibernia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-