AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

"If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute Vide
"If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute Vide
"If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute Vide
"If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute Vide
"If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute Vide
"If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute Vide
"If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute Vide
"If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute Vide
"If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute Vide
 

 "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute EmptyLun 29 Avr - 20:51

Kuzcodoudou Ҩ Bibichoute
«... Risk it all 'Cause I'll catch you if you fall wherever you go If my heart was a house, you'd be home." »


Mon corps frissonne, je peux sentir cette transformation de ma peau. La chaleur monte aussi. Bon sang, pourtant il me semble qu’il fait froid dehors, oui je me souviens parfaitement de se vent glacial se glissant sadiquement sous mes cheveux pour frôler mon cou. Franchement, il aurait pu se calmer. Et puis je ne portais pas de jupe alors pas la peine de s’exécuter.
BREF ! La question n’est pas là. Alors que je suis dans le noir… Oui, c’est le noir autour de moi, et pourtant je peux facilement le discerner. Car oui, je ne suis pas seule dans mon lit. Au-dessus de moi, jouant avec mes nerfs, le jeune homme embrasse ma peau, me touche comme jamais et… BA QUOI ? Vous pensiez qu’ils venaient d’où ces frissons. Non ce n’est pas en m’étirant, ou alors en pseudo dormant dans mon lit que je me retrouve limite en chaleur ! Ce serait du n’importe quoi. Enfin, y’en a bien qui disent que leurs lit sont l’amour de leurs vie.
BREF ! Moi c’est un jeune homme qui me rend toute folle du cul. Attendez, il ressemble à un athlète, il a un corps de rêve et en ce moment il me colle d’une façon tellement sensuelle !!!! Bref ! C’est le feu d’artifice dans ma culotte et ça c’est bien !
BIP BIP BIP
- ET MERDE !!!
Je me réveille en sursaut et regarde autour de moi. Ma chambre est vide, mon lit toujours aussi vide et il fait jour comme jamais. Pfff allez maintenant je rêve de chose érotique, et ba bien la gamine ! AH MAIS NON ! Je ne suis plus une petite fille !!!
Par reflexe je pose mes mains sur ma poitrine, la palpant légèrement, elle est toujours là, tout est ok ! Je suis opérationnelle !
Je me lève rapidement, allant sous la douche. Ah j’adore ça, et je suis déçue de ne pas avoir de baignoire. Cela me manque clairement de ne pas prendre de bain… Enfin, j’arriverais bien à en reprendre une fois j’espère.
Je sors, me maquillant les yeux avant toutes choses car, au final ce sont eux que je chouchoute le plus. Mon regard sombre, ténébreux, et de charbon prêt, je m’habille de sous-vêtements noir sexy, le boxer ayant pour écriture sur les fesses « I’m sexy and you can touch this ! ». Je trouve que l’invitation est tentante, mais franchement, il parait que c’est déjà super étrange lorsque je me tripote les seins, alors… Je me contenterais de cela. Et puis, après tout même quand j’étais petite fille j’avais des fesses, alors que les seins… Nada, zéro, piqûre de moustique ! Enfin bon…
Je laisse mes cheveux sécher naturellement, j’enfile un débardeur un peu large, et un jean avec beaucoup… Beaucoup de trou, mais bon, cela me donne un style… Rock sexy on dira.
Je finis par sortir et c’est partie pour aller bosser. Ba ouais ! Les matous ont besoin de moi.
Ne me demandez pas comment j’ai réussi à avoir cette place de vétérinaire sans diplôme. Enfin mon patron ne cesse de me dire que c’est parce qu’il a vu mon amour des félins qu’il m’a embauché. Et moi, ça me fait un peu rire, car j’ai plus l’impression d’être une sadique professionnelle m’enfin. Il se trouve que j’aime vraiment ses petites boules de poils. Mettez-moi avec un chaton et je deviens totalement gaga, le chouchoutant, le gardant contre moi ! Je crois que je m’en sors mieux avec les chatons que si j’avais un bébé. J’ai la fibre animaternelle !
Enfin la journée est bien calme, pas d’opération prévu cet après-midi, on doit juste changer les caisses, nourrir les animaux, donner le biberon aux bébés… Bref rien ne d’exceptionnel. Si bien que me voilà libre à seize heures. Non mais franchement où va le monde ! Je fais quoi moi maintenant ? Je n’ai pas envie de rentrer chez moi. Je me sens trop seule en ce moment et c’est tout simplement insupportable. Même mes monologues deviennent ennuyeux. Pas que je n’aime pas me faire la conversation avec moi-même mais… Je suis toujours d’accord avec ce que je pense alors bon…
Je sors de mon travail, regardant la rue avec insistance et restant un petit moment sur le pas de la porte coulissante. BON ! Et maintenant ?
Et soudainement, j’ai envie de revoir mon doudou… Enfin l’un d’eux… Mais lui quand même, c’est mon gros doudou d’amour. Mon Kuzcodoudou, bref vous avez compris quoi !
Je marche donc avec un certain entrain dans la rue. Les gens me surprennent même à sautiller telle une petite fillette (ce que je reste au fond de moi !) Enfin, je vais si joyeusement là-bas que je me retrouve rapidement devant sa porte. Je me mets à frapper avec assurance et je souris comme une débile… Imaginez quand je vais voir sa bouille quoi !
Mais personne ne répond… Je ne sais combien de temps j’attends comme une idiote mais je n’abandonne pas. Finalement, je force la chance, posant ma main sur la poignet, j’appuie et… MIRACLE c’est ouvert ! Pas besoin de jouer à la petite voleuse avec une carte de crédit… Quoi… NON j’ai pas dit ça… Je… BON OK ! Je sais entrer par effraction chez les gens… Mais chut hein !
Je passe ma tête doucement, personne… J’appelle… Personne… Ouuuuuh ! Je suis seule chez mon Kuzcodoudou c’est trop génial !!!!!
Je marche doucement, sachant ce que je veux faire. J’en rêve depuis ce matin quoi ! Dans le couloir, mon jean tombe, mon T-shirt suit, mon soutient-gorge aussi tient, si bien que je me retrouve en culotte dans le couloir. Cela ressemble presque à des indications pour dire « coucou je suis là, suis les traces… » Ou encore « Suis le lapin blanc »… Mais ça c’est dans un autre film… Enfin bon !
Je rentre dans la salle de bain, retirant mon dernier sous-vêtement, et commence à me faire couler un bain. Ba quoi ! Il m’a dit de faire comme chez moi la première fois que je suis venue alors… Ca ne dure pas toujours ce genre d’indication ?
Je mets un peu de savon et commence à chantonner alors que je laisse tout cela prendre forme. Au bout de quelque petites minutes, le bain et prêt. Je mets un orteil dans l’eau, mmmh ! L’eau est bouillante, c’est tout simplement trop bon !
Je rentre directement dans l’eau en rigolant doucement, commençant à jouer avec les bulles, soufflant dessus pour les faire voler, posant une jambe sur le rebord de la salle de bain, je suis juste parfaitement bien.
Je crois que venir chez Kuzco est la meilleure idée que j’ai pu avoir ! Comme quoi, on peut être blonde et avoir des coups de génie !
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute EmptyJeu 2 Mai - 23:02

T'es pas une fille comme les autres, t'es loin d'être comme toutes ces pimbêches que j'traine tout les soirs dans mon lit. Ouais, toi c'est tellement différent, car tu me fais ressentir tellement de chose. J'sais pas si c'est ce qu'on appelle l'amour, et sérieusement j'm'en branle. Rien ne sert de mettre une étiquette sur notre relation, t'es juste super importante pour moi, point barre.
if my heart was a house, you'd be home..
OK, tu dois bien l'avouer, il y a un désavantage à ne pas travailler ; tu t'emmerdes comme c'n'est pas permis. Non sérieusement, depuis que tu es dans ce monde, tu n'as jamais travaillé ( tu n'as d'ailleurs jamais travaillé de toute ta vie ), mais là ça devient tout bonnement insoutenable. Aller voir des potes ? Ils bossent tous ! Même pas fichus d'avoir une once de pitié pour ta personne et de prendre un congé pour t'occuper. C'est vraiment là que tu regrettes le temps où tu étais empereur, mon pauvre. Dire qu'avant, on se serait plié en quatre pour exaucer le moindre de tes désirs, à présent ils pensent tous à leur unique personne ! Quelle bande d'égoïste. Alors toi, qu'est-ce que tu fous de tes journées ? Eh bien tu traînes dans les rues, tu passes par quelques bars pour reprendre des forces, avant de reprendre la route à la découverte de tout les recoins de cette ville. Et surtout, à la recherche de nouveaux membres. T'as beau faire, ta secte c'est tout pour toi, c'est d'ailleurs l'unique chose qui puisse t'occuper. Alors tu y consacres tout ton temps, en même temps qu'as-tu d'autre à faire ? Cependant, trouver des abrutis prêts à te servir et peut être à mourir au nom de ta propre personne, c'n'est pas chose facile. Les gens de ce monde décidément, ils ne pensent qu'à leur gueule ! Avant, les gens se seraient battus pour se faire sacrifier en ton nom. Aujour'hui, si tu as ne serait-ce que le malheur de parler de tradition aztèque, on te dévisage avant de vite se barrer. Ouais, je crois bien qu'ils te croient pour un sacré dérangé. Mais ils ont tord, et le jour viendra où tu pourras déverser ta colère envers ces pauvres mortels, Dieu que tu es !
Mais en attendant, t'es en train de courir comme un fou furieux dans les rues, fuyant le gérant d'un magasin décidément mécontent que tu aies osé lui.. emprunter deux ou trois maillots sans payer. Alors, les habits sur l'épaule, tu pousses toutes silhouettes se présentant sur ton chemin, et au bout d'une petite dizaine de minute tu finis par le semer en passant par dessus une palissade. Ouais, le Dieu que tu es a encore du chemin à traverser avant de retrouver sa Puissance Divine. Mais tu ne perds pas espoir, et continues de jouer ton rôle de simple mortel. Heureux de t'être occupé ne serait-ce qu'un instant, tu décides finalement de rentrer à la villa, avant que le crétin du magasin n'appelle les poulets.

Une petite trotte, et tu y étais enfin. Dire que tu avais prévu, au départ, de posséder ton propre domaine, te voilà réduit à partager cette pauvre demeure avec une folle furieuse hystérique. Enfin, il faut dire que tu avais le choix entre l'hôtel et devenir son coloc, le temps que les travaux ne se finissent. Et sa compagnie t'est bien plus agréable qu'un rat d'hôtelier. Mais ce soir, enfin depuis un si long moment, tu te retrouves enfin seul avec toi-même, prêt pour une soirée tranquille et calme. Si tu n'aimes pas forcément la solitude, il faut dire que vivre avec Jo te l'a fait apprécier par instant.
Heureux de rentrer chez toi, à peine as-tu posé un pied à l'intérieur que tu remarques quelque chose d'étrange. Sans doute ton instinct de Dieu. Prudent, tu poses tes habits « empruntés » sur le premier meuble à ta portée, soit.. le sol, et d'un pas de loup parcourt le couloir de l'entrée. Une odeur, une odeur de femelle. Non, pas celle de Jo, pire.. Celle d'une femelle d'une toute autre folie, si ce n'est plus immense. Le regard droit, tu ne fais pas attention où tes paluches se posent et tu finis par trébucher. Les fesses rebondissantes sur le parquet douloureusement, tu attrapes la raison de ta chute : un soutien gorge. D'accord.. l'intruse est belle et bien une femelle, et elle est dénuée en plus de cela. Pourvue que ce ne soit pas encore l'une de ces fanatiques accro à ta sublime personne ! Tu n'étais pas d'humeur ce soir pour ce genre de folie. Mais non, tu es persuadé de savoir qui est cette personne, tu connais trop bien cette odeur. Tu connais trop bien cette personne pour l'a savoir capable de ça. Alors, tu suis le chemin indiqué par les cadavres d'habits, et arrives sans surprise devant la porte de ta salle de bain, entrouverte. Une voix s'élève soudainement, et tes soupçons sont confirmés. D'un coup rapide, tu ouvres grand la porte en poussant un cri digne d'un détraqué sexuel.

Bibichoute. Tu en aurais donné ta main, du moins celle d'un de tes sbires, à couper ! Il faut dire qu'en temps normal, tu serais entré dans une colère noire de voir qu'une personne ait osé s'introduire chez toi pour se baigner dans ton bain, mais là il s'agit de ta Bibichoute, alors au lieu d'une quelconque colère, tu ressens plutôt une certaine.. joie ? « J'étais certain que c'était toi, ça pue tellement le chat dans les couloirs. », commenças-tu à l'a taquiner, comme tu aimes tant le faire. Un sourire amusé aux lèvres, tu t'approches sans gêne de la baignoire. Entre vous, ça a toujours été comme ça, pas de barrières, pas de gênes. Et puis, c'était loin d'être la première fois que tu voyais la jeune femme nue après tout ! Te penchant alors au dessus d'elle, tu lui déposas un tendre baiser sur le front avant de t'asseoir sur le rebord, ne pouvant décidément pas retirer ce sourire niaisement heureux de ton visage. « T'as de la chance qu'il n'y ait que moi ce soir ma belle, sinon crois bien que tu aurais subi la folle colère d'une furie. », rias-tu en pensant à ce genre de scène.
Finalement, tu trempas ta main dans l'eau, en profitant pour frôler la peau de ta Bibichoute, et tu semblas hésiter « J'espère qu'elle est bonne au moins.. », dis-tu juste avant de te laisser glisser, cul premier, dans l'eau, tout habillé. Non pas que tu étais gêné de te retrouver nu devant elle, juste que tu avais la divine flemme de te déshabiller. Même si tu détestais cette sensation de sentir tes habits te coller.
« Alors, que me vaut cette charmante visite ? », demandas-tu à ta précieuse amie, tout en lui lançant une petite vague d'eau dans la figure, gamin que tu étais.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute EmptyVen 3 Mai - 4:19

Kuzcodoudou Ҩ Bibichoute
«... Risk it all 'Cause I'll catch you if you fall wherever you go If my heart was a house, you'd be home." »


Franchement, on peut dire que cette journée ne commençait pas super bien… Enfin y’a toujours pire. Après tout, j’ai un toit au-dessus de la tête, et même si je n’ai pas de baignoire, j’ai de quoi laver mon corps si sexy… Ouais bon ce n’est pas que je veux me vanter mais bordel ! Faut dire que quand je repense à mon corps de petite fille, en fait c’est nul d’être une enfant ! Ou si, juste dans sa tête. Et ça, je crois que j’ai parfaitement compris. Car si je reste une femme physiquement, dans ma tête il parait que je ne suis pas nette… Enfin bon, moi je reste comme je suis, et ça plait ou ça plait pas je m’en moque. J’ai des amis, rien que si je compte mes amis chats on en compte pas mal quand même ! Vous voyez, je ne suis pas seule au monde et cela me convient parfaitement. Enfin, mon chat me manque plus que tout. Ba oui, il est où Monsieur Moustache ! Il devrait me chercher au lieu de fouiner je ne sais où… A mois que… NON ! Impossible qu’il n’aime pas sa maîtresse d’amour qui ne le torturait pas du tout avec des petits nœuds rose, même si elle savait que c’était un joli petit mâle… Je vous jure… J’ai fait ça qu’une fois roh ! On ne va pas en faire du pâté en foie gras quand même !
Mais bon, en l’attendant je me satisfais comme je peux… Et n’allez pas chercher des sous entendue, c’est dégoûtant ! Enfin bref ! Moi c’est pas le tout mais il faut bien que me détende après ce genre de réflexion intensive !
Aller chez Kuzco, c’est vraiment un coup de génie. Ça m’arrive pas souvent, j’en suis consciente, mais lorsque ça se produit, et bien c’est mieux que la bombe atomique !
Les bulles flottent autours de moi, et je rigole comme une idiote toute seule. Finalement il en faut pas beaucoup pour m’occuper. Donnez moi de quoi faire des bulles et j’y passe mon après-midi… Quoi que… ZUT ! Je viens de donner mon point faible, maintenant tout le monde connait le bouton OFF d’Hibernia… Mais ce qui est bien lorsqu’on pense… C’est qu’on est seul dans notre tête n’est-ce pas ?...
Enfin bref, tant que ça reste dans ma tête, personne ne saura jamais rien mouahaha !
Donc… Les bubulles les bubulles, elles tournent, flottent et j’admire ce spectacle qui m’ait offert. J’adore tout simplement leur côté festif, les couleurs qui s’y reflètent, c’est tout simplement surnaturel.
Je caresse doucement ma peau, me réchauffant avec l’eau chaude, faisant glisser le savon qui a une odeur particulièrement enivrante. Je m’amuse même à étendre mes bras, mes jambes, les levants de façon sensuelle et laissant le savon glisser jusqu’à atteindre l’eau.
Bref, on s’amuse comme on peut hein ! Je suis presque déçue d’apprendre que Kuzco n’a pas de canard en plastique pour jouer dans son bain, ou alors… Il l’a caché ce fourbe ! Égoïste comme il est cela ne m’étonne même pas. Tout le monde ne peut pas toucher au canard de Kuzco ! Ce serait un affront envers les Dieux… J’adore les affronts !!! Je me redresse fouillant les placards, mettant de l’eau partout au passage mais tant pis et… TADA !!! JE LE SAVAIS !!!
Je récupère le canard en riant, me replongeant dans l’eau et me voilà partie dans un nouveau délire…
- Le canard intrépide est prit au piège dans les bubulles acides !!! Monsieur Moustache l’affreux a parfaitement calculé son coup ! Il l’aura son canard laqué… Super canard tente de nager… Non MON DIEU !!! Voici le savon démoniaque !!! Oh non sauvez moi dame Hibernia, coin, sauvez moi et devenez ma reine coin coin. Moi devenir une reine… Mmmh, mais je le suis déjà, tu es condamné à mourir pour ne pas le savoiiiir ! Nooooncoiiiiiiin !
Plouf, mort !!! Et… Oh ba non il flotte toujours ! Ce n’est pas le canard de Kuzco pour rien, son canard vient de ressuscité dis donc !
Et alors que je regarde le canard, totalement fascinée par sa capacité de flottement malgré mon attaque mortel et les bubulles, la porte s’ouvre en grand et j’entends une espèce de cri, qui ressemblerait presque à un grognement de gorille…
Je relève les yeux et regarde Kuzco, souriant de toute mes dents avant de reporter mon attention sur le canard. Lui aussi à fait un bruit de ce genre en mourrant… Ou alors était-ce moi ?
Il me regarde et moi, j'hausse doucement les épaules. Je n'ai aucune gêne avec lui. Je crois qu'il est le premier à qui j'ai fait tripoter mes seins pour lui prouver qu'ils étaient vrais... Enfin bon, tout ça pour dire que le fait qu'il me voit nue, ça me passe au dessus de la jambe, en dessous, partout en fait... Je m'en fou quoi.
- J’étais certain que c’était toi, ça pue tellement le chat dans les couloirs.
Je redresse de nouveau le regard prenant une mine outrée !
- Alors d’abord, c’est toi le chat ok ! (Ouh attention Hibernia 400 Kuzco 0… ET OUAIS !!!!!) Et ensuite, je prends un bain pour ne plus sentir le chaton parce qu’après tu te moques de moi.
Je fais ma tête de petit chaton justement, montrant sa terrible cruauté envers ma petite personne !
Je le regarde s'’approcher de la baignoire, fermant les yeux en sentant ses lèvres contre mon front.
- Ah ! J’aime mieux ça !
Il reste avec moi, postant son royal séant sur le rebord du bain. Je réponds à son sourire terriblement contagieux alors que je ne dis plus rien.
- T’as de la chance qu’il n’y ait que moi ce soir ma belle, sinon crois bien que tu aurais subi la folle colère d’une furie.
Je rigole doucement ! Ah entre moi et sa charmante colocataire, ce n’est pas vraiment la joie. Et puis, je n’ai pas peur, après tout, folle contre folle sa donne une super folie… Donc une folie avec une cape c’est dingue ça… Non je dis vraiment n’importe quoi là rien ne vas plus !!!
Sa main effleure doucement ma jambe et je frissonne doucement. Pouarf il sait parfaitement que je reste quelqu’un de tactile et que là… Brrr j’adore ça !
- J’espère qu’elle est bonne au moins…
Je veux répliquer une pique, non mais franchement, il me prend pour qui pour croire que je prends des bains tout pourri tout froid !!! Mais il ne me laisse pas le temps de dire ouf que je le vois glisser tout habiller dans l’eau. Le canard vient de mourir de nouveau. Il est bien Dieu, il vient de tuer le canard qui venait de ressusciter ! Je rigole comme une enfant, plaçant mes mains autours de mes lèvres pour réprimer un fou rire, me mettant du savon partout… Enfin principalement sur le bout du nez mais bon.
- Alors, que me vaut cette charmante visite ?
Et PAF ! Un tsunami, merci mon doudou ! Au moins je n’ai plus de savon sur le nez, j’en ai partout. Je soupire retirant le savon avant de le regarder.
- Et bien ! Il se trouve que je m’ennuyais royalement, et quoi de plus royal que de s’ennuyer royalement avec un roi !
Je souris comme une idiote en passant mes bras autour de lui, j’écarte les jambes et l’attire contre moi. Son dos contre ma poitrine, je passe mes bras sous les siens, les croisant autour de son ventre et ma tête vient se poser sur son épaule. Je murmure doucement à son oreille :
- Maintenant, tu es mon prisonnier ! Ça fait quoi Monsieur le roi de savoir une femme au commande ?
Je rigole doucement avant de mordiller son oreille une seconde, comme le ferais un petit chat découvrant un nouveau jouet. Je finis par me calmer, gardant ma tête là où elle est, la penchant pour pouvoir le regarder.
- Tu as fait quoi de ta journée alors ?
Je sais qu’il ne travaille pas, et même s’il est doté de pouvoir mystique, il y a de quoi s’ennuyer de façon surnaturelle dans ce bas monde. Encore heureux qu’il ait une fille comme moi pour occuper ses journées vous ne trouvez pas ?...
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute EmptyVen 3 Mai - 14:26

T'es pas une fille comme les autres, t'es loin d'être comme toutes ces pimbêches que j'traine tout les soirs dans mon lit. Ouais, toi c'est tellement différent, car tu me fais ressentir tellement de chose. J'sais pas si c'est ce qu'on appelle l'amour, et sérieusement j'm'en branle. Rien ne sert de mettre une étiquette sur notre relation, t'es juste super importante pour moi, point barre.
if my heart was a house, you'd be home..
Finalement, la journée allait bien se terminer pour toi, grâce à la folle mais charmante compagnie de ta Bibichoute. Tu voulus presque l'a remercier d'être venue pour égayer ta journée, mais toi Kuzco n'accordais à personne tes remerciements. Tu te contentais alors de lui donner ton plus sincère des sourires, et elle comprendrait par elle-même ta joie de l'a voir. Bref, tu t'enfonces un peu plus dans l'eau chaude, t'amusant à écraser la mousse entre tes doigts, écoutant de manière amusée ta Bibichoute se défendre de prendre un bain pour mieux sentir. Tu n'avais jamais compris comment elle pouvait bosser dans cet endroit, infesté de toutes ces sales bestioles à poils. Non, tu n'as jamais vraiment aimé les animaux, surtout après ta terrible transformation.. Mon Kuzco, rien qu'en y repensant tu te touches les joues pour vérifier qu'elles n'ont pas encore été remplacés par d'horrible sac de poils. Mais non, tu as toujours cette douce peau de bébé qui t'aies chère. Ta perfection est toujours présente. «  Et bien ! Il se trouve que je m’ennuyais royalement, et quoi de plus royal que de s’ennuyer royalement avec un roi ! » Si elle savait à quel point tu pouvais adorer qu'on te rappelle ton titre ! Elle au moins ne te riait pas au nez quand tu affirmais l'être ! D'ailleurs, affichant ta petite moue habituelle, tu fis doucement non de ton index « Empereur, empereur s'il te plaît. » Ne pas confondre, tu n'étais pas qu'un simple petit roi sans pouvoir ni influence après tout, mais bel et bien Empereur, au titre même de Dieu en personne ! Enfin bon, tu savais que tu avais beau le répéter, cela n'entrait pas dans le cerveau de ces pauvres mortels. Sauf dans celui de ta chouchoute, elle, elle était différente, hors de question de l'a foutre dans le même lot que ces ignorants. Elle te méritait, au moins.
En parlant de la belle, elle t'entoura de ses maigres bras pour t'attirer contre elle, lentement. Ses jambes t'emprisonnant, et ses bras t'entourant, tu n'étais en aucun cas en position de force. Un frisson alors à ton oreille, elle te susurra d'un même ton amusé qui lui était propre «  Maintenant, tu es mon prisonnier ! Ça fait quoi Monsieur le roi de savoir une femme au commande ? » Elle ne changeait décidément pas, toujours prête à te défier et te taquiner, et c'est bien pour cela que tu l'adorais, cette folle. Tu laissas alors fuir un rire amusé, à ton tour, posant finalement tes mains sur celles de la gamine pour montrer ta rapide capitulation. « Drapeau blanc, drapeau blanc ! J'accepte avec plaisir d'être prisonnier dans cette.. condition », affirmas-tu en sentant sa peau généreusement collée à la tienne. Finalement, elle te mordilla puérilement l'oreille avant de poser docilement sa tête sur ton épaule, ne te lâchant pas pour autant.
« Tu as fait quoi de ta journée alors ? » Rien de bien intéressant à lui répondre, mais au moins elle se préoccupait de toi, et t'adores ça einh, qu'on s'occupe de toi. Attrapant alors l'une des mains de ta Bibichoute, tu l'as portas face à ton visage et examina chacun de ses doigts, sans vraiment savoir pourquoi. Juste un prétexte pour pouvoir sentir sa main dans la tienne. « Oh, si tu savais ! Tant de chose, je suis épuisé. Être Dieu oblige à... », ne terminas-tu pas, sentant quelque chose titiller sous ton pied. Attrapant l'objet sous l'eau avec l'aide de tes orteils, tu soulevas ta jambe hors de l'eau et découvris ton tendre canard. Elle avait osé le sortir de sa cachette ! C'était plus fort que toi, ton canard, c'était ton canard, et tu te devais toujours de le planquer dans l'une des armoires pour que personne ne puisse mettre la main dessus. Faute impardonnable ! Qu'elle s'introduise chez toi en ton absence, qu'elle prenne un bain sans rien demander, qu'elle vienne même mettre le foutoir dans ta chambre, ça passait ! Mais pas te piquer TON canard. Comme choqué, tu attrapais doucement ton canard de ton pied, l'examinant pour voir si elle ne lui avait pas causé de tord. Il était impeccable, certes, mais souillé. « T'es quand même culotté einh, c'est mon canard ! Si t'en veux un, va t'en acheter, prends pas le mien ! Je sais pas moi .. ! », grognas-tu tel un enfant. Et, caprice digne de toi, tu envoyas le pauvre canard valser violemment contre le mur, le faisant couiner une dernière fois avant qu'il ne percute le sol. « T'as gagné, je boude pour la peine. », finis-tu par affirmer, lâchant la main de ta Bibichoute et croisant tes bras contre ton torse.
Finalement, tu te mis à imiter ta choute à voix basse, prenant une voix exagérément aïgue « Gnagnagna, et si je lui piquais son canard, gnagnagna rien que pour l'emmerder haha, car j'suis qu'une sale gosse qui aime voler les canard des gens, gnagnagna ouais qu'une grosse gamine qui se prend pour une femme hahaha ! » Tu partais totalement dans ton propre délire, tes phrases n'ayant à vrai dire aucun sens. Finalement, une idée de pique te vint en tête, toi qui savait mieux que personne ce qui pouvait faire bondir ta Bibichoute. Alors, ne pouvant empêcher un sourire narquois de se creuser sur ton visage, tu détournas légèrement ton visage, et chuchotas de manière distincte « Planche à pain va... »
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute EmptyVen 3 Mai - 17:40

Kuzcodoudou Ҩ Bibichoute
«... Risk it all 'Cause I'll catch you if you fall wherever you go If my heart was a house, you'd be home." »


Ah rien de mieux finalement qu’un Kuzco pour m’occuper. Ba quoi… Ouais je sais les bubulles les bubulles, mais elles ne sont pas super coopérative parfois… Non je rigole ! En fait le truc qui m’énervé-je crois que c’est qu’elles sont trop manipulables. Où est le plaisir si y’a pas un peur de mordant ? Où est l’envie, si elles font tout ce que tu veux ? Pour cela, je suis différente de Kuzco. Si lui veux tout le monde à ses pieds de façon catégorique et sans bavure, moi j’aime quand ça claque ! J’aime les réponses cinglantes, cela me fait rire au plus haut point. J’aime griffer, mordre. J’aime être une sauvage tout simplement. Je crois que cela fait partie de mon charme. Quoi, il faut avouer, au moins avec moi on ne s’ennuie pas. Moi je ne vois aucun plaisir lorsque tout est trop net, il faut des bosses pour avoir un dromadaire ! Ba la vie c’est tout pareille !
Le voilà dans le bain avec moi, et je rigole comme une idiote. Il a le don de me faire oublier que je suis seule. Il a le don de faire ressortir ce côté "Peter Pan" comme ils disent par ici. Je ne sais pas, il a tout simplement un don. C’est dommage que les autres ne s’en rendent pas aussi compte que moi ! Ils auraient vu la mort du canard survivant de ma terrible vengeance, ils auraient compris la toute-puissance de Kuzco. Et puis, je vois bien à son sourire qu’il est heureux que je sois là… Ba quoi, sinon il m’aurait dédaigné et tout… Et quand Monsieur Kuzco sourit de cette manière, c’est une façon de dire « merci d’être là ». Enfin c’est comme ça que je l’interprète. Et puis si ce n’est pas ça, tant pis, moi ça me plait de me dire qu’il est heureux de me voir.
D’ailleurs, il me demande ce que je fais là, et je ne peux m’empêcher de le taquiner gentiment. Ba oui, tout est royal avec lui, et quand je m’ennuie royalement, ce serait nul de faire des choses royal sans lui. Il lève finalement un doigt. Oh bon sang, il compte protester !
- Empereur, empereur s’il te plaît.
Je rigole doucement en levant les sourcils.
- Tu comptes te tripoter le cœur comme cet empereur… Napoléon ?
Je le regarde, vraiment curieuse. Lorsqu’on me dit empereur, j’assimile toujours à Napoléon… Pas que je n’ai pas Kuzco en tête mais, lui je préfère le voir en roi, c’est plus beau, et cela a plus de noblesse à mes yeux.
Je finis par le faire bouger, l’encadrant de mes jambes et l’entourant de mes bras. Là, là c’est parfait. Je me sens bien. Ce bain devient de mieux en mieux avec ses petits accessoires en plus. Même si Kuzco est tout de même bien plus qu’un accessoire bien sûr.
Je m’amuse avec lui, l’appelant toujours roi, lui demandant ce que ça faisait lorsqu’une femme régnait… Enfin un truc dans le genre quoi.
Je sens ses mains sur les miennes et je souris doucement.
- Drapeau blanc, drapeau blanc ! J’accepte avec plaisir d’être prisonnier dans cette condition.
OH ! Monsieur Kuzco accepte d’être fait prisonnier… Ouuuuuh je dois être un peu spécial non, ou alors lui aussi aime bien lorsqu’il y a un peu d’action ? Je le sens un peu plus se coller à moi. S’en rend-il compte ? Je frissonne doucement, faisant tout pour ne pas qu’il le voit. Ce serait injuste qu’il voit l’effet qu’il peut me faire parfois.
Je lui demande finalement ce qu’il a fait de sa royale journée. Le silence s’installe alors que j’attends patiemment. Il a peut-être des trucs super secrets de roi empereux qu’il ne peut dire ! Oh j’adore ça les secrets !!! Je veux savoir ! Prépare-t-il une guerre contre ceux qui ne reconnaissent pas son génie ?! Je veux être une espionne… Owiiii !!
Finalement, ma main flotte au-dessus de l’eau… Zut comment ça se fait. Et je sens ses doigts me toucher alors que son regard se pose sur ma peau. Il est vraiment trop fort !
Ses doigts glissent entre les miens, caressant doucement ma peau. Je regarde nos deux mains alors que sa voix reprends place dans la mousse ambiante.
- Oh, si tu savais !
Mais justement je veux savoir !!!
- Tant de chose, je suis épuisé. Être Dieu oblige à…
Il s’arrête, et je me dis que voilà, il garde un secret mystique que je meurs d’envie de découvrir dorénavant.
Il s’agite attrapant un objet poueteux… LE CANARD ! Il l’a ramené à la vie. Bon sang ! Je regarde de nouveau le coin coin miraculé totalement fascinée.
- T’es quand même culotté einh, c’est mon canard ! Si t’en veux un, va t’en acheter, prends pas le mien ! Je sais pas moi.. !
Il lance le canard et… OWI, le canard vole !!! C’est tout simplement magique il flotte si gracieuse… Ah… Ba non finalement, il est mort de blessure à la tête terrible. D’ailleurs, sa plainte est terrible "COIIIIIiiiiiiiinnn…" Adieu canard !
Je ne comprends pas pourquoi il semble si vexé, et puis… Et puis pourquoi il me parle de culotte. Elle est juste là ma culotte, s’il veut la voir c’est pas un souci !
Enfin je n’aime pas du tout le ton qu’il prend avec moi ! Non mais ! Je sais qu’on ne touche pas à son canard mais je ne suis pas n’importe qui voyons !
- T’as gagné, je boude pour la peine.
Mes mains retombent inerte dans l’eau. Aïe, ça fait mal…
- Gnagnagna, et si je lui piquais son canard, gnagnagna rien que pour l'emmerder haha, car j'suis qu'une sale gosse qui aime voler les canard des gens, gnagnagna ouais qu'une grosse gamine qui se prend pour une femme hahaha !
Je le regarde, complétement sur le cul.. Ouais c’est le cas de le dire, mais bon…
Je fais mon léger regard de petit chat, mais il ne me regarde plus. Il continue dans son délire d’imitation. Il est nul, j’ai même pas cette voix-là.
- Planche à pain va…
Là… Là j’ai entendu même s’il a voulu parler bas… Enfin je ne doute pas qu’il ait voulu que j’entende.
Je m’agite dans son dos.
- Alors déjà ! Ton canard il a le droit à la liberté ! Et je pensais que j’avais le droit ! Fait comme chez toi, que des mensonges tout ça hein !!! Et t’as pas le droit de bouder ! Je refuse !!!! C’est interdit par la loi de me bouder de toute façon, sous peine de griffure et morsure terrible.
Je fronce le nez, je suis en colère et terriblement blessée…
- PLANCHE A PAIN !!!
Je prends sa main et la place sur mes seins, appuyant doucement dessus pour qu’il puisse palper ma matière.
- ET CA C’EST DE LA CHOUCROUTE EN BARRE PEUT-ÊTRE…
Je laisse sa main sur ma poitrine, continuant mon délire parce qu’il n’a pas le droit d’insulter mes seins ! Ma grande fierté !
- ET JE SUIS PAS CULOTTÉE !!! SI TU VEUX MA CULOTTE ELLE EST JUSTE LA !!!
Je montre rapidement le sol où ma culotte se trouve sagement par terre. Je finis par me débattre, commençant à vouloir sortir du bain mais… Mais il me retient prisonnier le fourbe… Il avait raison, moi qui pensais que c’était lui le prisonnier, je me suis totalement gourée…
Je finis par taper avec mes poings ses épaules, mais je suis tellement faible qu’il ne doit pas sentir grand-chose.
- T’as pas le droit, t’as pas le droiiiit ! Tu peux pas être aussi cruel avec moi !!!
Grah ! Il m’énerve… Tout ça pour un canard qu’il a le don de ressusciter à sa guise !!! Pfffffffffffffff !!!
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute EmptyJeu 11 Juil - 11:46


T'es pas une fille comme les autres, t'es loin d'être comme toutes ces pimbêches que j'traine tout les soirs dans mon lit. Ouais, toi c'est tellement différent, car tu me fais ressentir tellement de chose. J'sais pas si c'est ce qu'on appelle l'amour, et sérieusement j'm'en branle. Rien ne sert de mettre une étiquette sur notre relation, t'es juste super importante pour moi, point barre.
if my heart was a house, you'd be home..
Tu as toujours été ce sale gosse capricieux Kuzco, détestant qu'on ose toucher à tes jouets, aux choses qui étaient censées d'appartenir. C'est ça d'avoir été le fils unique d'un Empereur, puis Empereur à ton tour : tu crois avoir tout pouvoir, tout droit sur toutes personnes et choses. Même sur les personnes qui comptent énormément pour toi.. Tu sais que ça n'est pas bon pour toi d'être aussi possessive et égoïste, car la solitude t'attend au bout de ce chemin. Mais c'est plus fort que toi, tu es né ainsi, gosse pourri gâté jusqu'à la moelle et tu l'es malheureusement resté dans ce monde. Pour un simple canard.. Un simple et stupide petit canard en plastique, tu te mettais hors de toi sans même savoir pourquoi, gâchant un instant si tendre avec ta précieuse Bibichoute. Comme toujours, tu étais le seul à pouvoir foutre en l'air un moment qui paraissait pourtant si parfait. T'avais beau vouloir jouer le gaillard, jouer le bonhomme, l'adulte, tu n'étais toujours qu'un fils à maman papa qui ne se comprenait pas encore lui-même, qui se cherchait encore. Tu paraissais avoir tout pour être heureux mais de ton propre chef tu détruisais tout bonheur qui t'entourait.
Pour un canard. Et au final, ce canard était à présent cassé et foutu juste parce que tu ne supportais pas de le voir dans d'autres mains que les tiennes.. Et si seulement ce genre de jalousie ne pouvait se limiter qu'aux objets. À présent, tu avais énervé ta chère invité à son tour, ce qui paraissait logique vu le ton soudain que tu avais prit.. Tu lui avais crié dessus, l'avait imité de la manière la plus horrible qui soit et finalement tu avais osé mentionner sa poitrine, son talon d'Achille. Alors, quand elle se mit à son tour à hurler, tu t'écrasas. «  Alors déjà ! Ton canard il a le droit à la liberté ! Et je pensais que j’avais le droit ! Fait comme chez toi, que des mensonges tout ça hein !!! Et t’as pas le droit de bouder ! Je refuse !!!! C’est interdit par la loi de me bouder de toute façon, sous peine de griffure et morsure terrible. » Bibichoute avait le don pour sortir des conneries, décidément, des bêtises qui te donnaient toujours le sourire même dans ce genre de moment de « dispute ». Toi qui n'étais pas habitué à ce que l'on te tienne tête, à ce qu'on obéisse au doigt et à l'oeil à tes moindres désirs, tu adorais pourtant son petit côté rebelle, sauvage, aigrie parfois même quand elle s'emportait ainsi. C'était bien une exception, la seule à pouvoir te parler de cette manière sans que tu ne bronches, juste parce que cette p'tite bouille de malade, tu l'adorais de tout ton être et bien plus encore.

Alors tu l'as laissé te cracher son venin sur la face, l'a voyant virer au rouge suite à ton insulte sur sa précieuse poitrine. « PLANCHE A PAIN !!! », hurla-t'elle au bord de l'agonie, avant d'attraper l'une de tes mains pour l'a placer, comme d'habitude quand ce sujet est abordé, sur l'un de ses seins. Loin d'être désagréable, elle te prouva alors de manière très certaine que plate, elle n'était pas. Dans un sens, tu étais assez fier de toi, sachant par avance qu'elle en viendrait à ce genre de geste si tu l'insultais à ce sujet. Un léger sourire, très discret pour ne pas paraître comme un vieux pervers tout content, se dessina alors au coin de tes lèvres pendant que Bibichoute continue son speech. « ET CA C’EST DE LA CHOUCROUTE EN BARRE PEUT-ÊTRE…  ET JE SUIS PAS CULOTTÉE !!! SI TU VEUX MA CULOTTE ELLE EST JUSTE LA !!! » Elle criait décidément comme une hystérie, mais cela pouvait se comprendre, à chacun son tour de se comportait comme un gamin vexé. D'ailleurs, lorsqu'elle te parla de sa culotte, te l'a désignant même, tu parus assez.. perplexe, laissant place à ta moue de WTF ?
Finalement, elle lâcha sa main de la tienne et tenta de se débattre, exprimant son envie de sortir du bain, apparemment très vexée. Mais tu ne comptais pas l'a laisser partir, oh ça non. Elle allait voir qui commandait ici ! Tu fais alors en sorte de t'écraser de tout ton poids contre elle, l'empêchant complètement de bouger même et sens ses petites mains toquer contre tes épaules, désespérément, ce qui t'arrache un petit rire amusé. Enfin, les beaux jours sont de retour et la tempête semble être passé. Il est très rare que tu calmes ton impulsivité aussi vite, peut être que cette Bibichoute est juste capable de t'apaiser facilement ?
« T’as pas le droit, t’as pas le droiiiit ! Tu peux pas être aussi cruel avec moi !!! » A ces mots, tu t'appuyas un peu plus contre elle, faisant tout de même attention à ne pas l'a noyer en dessous de toi.  Cette situation t'amusait, car non seulement tu avais le pouvoir et toi même savait à quel point tu adorais cette sensation, mais surtout le bonheur et le plaisir du début étaient revenus. Même si ta Bibichoute semblait toujours aussi aigrie en fait. Alors, au lieu de logiquement t'excuser, ce que toute personne normale aurait fait, toi tu comptais l'emmerder encore un peu plus. Car tu étais ainsi, vous étiez même ainsi. Pas de trucs nianians entre vous, juste deux gamins. Alors soudainement, coupant Bibichoute dans sa lutte contre tes épaules, tu commenças à faire semblant de t'étouffer, de plus en plus fort, lançant même de très charmants petits cris d'agonies, avant finalement de te laisser tomber de tout ton poids dans la baignoire, donc au dessus, à nouveau, de ton amie qui fut de nouveau bloqué de tout ton poids.
Tu feignis alors d'être mort, sortant même ta langue gracieusement de tes lèvres et laissant tes bras balloter dans le vide.

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute EmptySam 13 Juil - 22:45

Kuzcodoudou Ҩ Bibichoute
«... Risk it all 'Cause I'll catch you if you fall wherever you go If my heart was a house, you'd be home." »  



Tout commence pourtant si bien.
Son sourire, son air enjoué. Je me sens bien là dans ce bain royal avec mon roi qui se glisse avec moi dans les eaux profondes de la royauté… Quoi ? Beaucoup trop de trucs royaux ? Et alors, c’est ça qui fait la beauté de cette salle de bain. Elle n’est pas comme la mienne au final, plus grande mais ne comportant pas de douche comme la mienne, il n’empêche qu’elle a ce petit truc en plus… Ou c’est simplement la présence de Kuzco qui fait ça ?
Il faudrait que je l’emmène dans ma salle de bain un jour pour pouvoir comparer cette découverte ! Mais pour l’instant à quoi bon pensé à ma salle de bain quand je suis avec lui contre moi. Nos mains l’une dans l’autre, nos doigts entrelacé alors que l’eau goûte doucement de nos peau en quête de séchage. Je regarde tout cela fascinée. Voilà, il est aussi capable de créer la pluie à partir de ma propre main… Il me surprendra toujours.
Mais soudain, le canard refait son apparition !!!
Dis donc, rien que notre vie dans le bain pourrait faire un merveilleux film, plein de rebondissement ! Enfin, ce qui est dommage c’est que l’intrigue va trop vite… Ba oui, le canard super héros ne met pas longtemps avant de mourir le pauvre. Je prends soin de noter dans ma tête que je vais devoir lui faire une petite tombe, et des petites fleurs… Ça existe des fleurs en miniature ?
Enfin, je n’ai pas trop le temps de me poser ce genre de question pour les petites funérailles du petit canard en plastique que Kuzco me fait son caca nerveux.
Bon sang ! Que je n’aime pas lorsqu’il agit ainsi avec moi. Il se prend pour qui franchement ? Bon d’accord c’est l’empereur mais il n’a pas le droit de blesser ainsi mon cœur.
Il n’a pas le droit ainsi de me parler comme si j’étais n’importe qui. Il me semble que l’on vit quelque chose en plus non ? Après tout, à qui il autoriserait l’accès au bain royal sans faire une crise… Je n’aurais pas pris son canard, il n’aurait jamais été aussi cassant… Mais voilà, un bain sans canard, ce n’est pas un vrai bain, c’est juste de l’eau avec du savon et ça c’est nul !
Et alors, ALORS !!! Quand il parle de ma poitrine comme d’une espèce de truc plat sans saveur, je deviens folle de rage. Je vois parfaitement qu’il me laisse parler, et j’en profite encore plus inventant une loi anti-boudage envers ma personne, espérons qu’il ne connaisse pas toute ses loi par cœur sinon il va savoir qu’une telle loi n’existe malheureusement pas.
Et alors quand je le vois sourire avec son petit visage parfait, cela me rend dingue !!! Donc je défends ma plus grande nouvelle fierté, portant sa main sur ma poitrine afin qu’il voit si le pain est aussi génial que ma poitrine !
Je ne remarque pas son sourire, mais je vois clairement dans son regard qu’il se passe un truc pas net dans son cerveau, ou justement trop net pour ma pauvre personne.
Je soupire, continuant mon monologue, hurlant de plus en plus alors que je finis par lui montrer ma sublime culotte qui mériterais plus de compliment de ma part tellement elle est toute mignonne !
Je me mets à me débattre comme une folle pour aller vivre ma grande histoire d’amour avec la dite culotte, usant de mes poings, me débâtant, foutant de l’eau partout mais je n’en ai que faire…
Je sens soudainement son corps plus proche du mien, m’empêchant de plus en plus de faire des gestes. Mes bras se retrouvent plaqués contre ma poitrine et son torse et je le regarde avec colère alors que je tente de faire la chenille contre lui… Bon, si j’étais un insecte, je serais une très mauvaise chenille…
Je peux même entendre un petit rire amusé… Bon sang, saurait-il lire dans les pensées maintenant ? Je me débats encore plus, ne supportant pas être sujette à ses moqueries, cela fait trop mal.
Il m’écrase encore plus contre lui, son odeur est partout, dans mes cheveux, dans l’eau, sur son cou, ses vêtements mouillés… Bon sang, il va me faire défaillir…
Je continue de tenter de le repousser.
- Bon sang, tu… es… louuuuuuuurd !!!
Je le soulève… Et relâche car je suis incapable de faire plus de l’éloigner de plus de cinq centimètres de moi. Et soudain, j’entends ses cris d’agonie. Je le regarde totalement paniquée, je le regarde impuissante ne me rendant pas compte du ridicule de la situation… Quoi… Un roi ne peux pas être aussi stupide si ? Roh en fait cela m’étonnerais même pas qu’il fasse l’imbécile, c’est Kuzco et il est très bien comme ça. Je le sens encore plus lourds alors qu’il ferme les yeux et… Tire la langue…
Je regarde cette scène un peu, faisant des grands yeux. Finalement, je pose un doigt sur sa langue… Pfeu ! C’est dégoutant… Je m’amuse finalement à tirer dessus guettant toute réaction…
Bon très bien, il veut jouer à ça !!!
- Ba si tu es au mort ! Moi aussi !!!
Je me laisse glisser sous l’eau, me faisant écraser de tout son poids… A quoi bon vivre dans un monde où l’Empereur n’est plus je vu le demande !
Je laisse mes cheveux flotter au-dessus de mon visage, en vrai j’adore cette sensation. Si j’avais pu demander à Victor quelque chose, cela aurait été de me transformer en sirène. Mais bon, il avait assez à faire avec son chien, et puis je ne voulais lui demander quelque chose après ce que Monsieur Moustache avait fait… VILAIN CHAT !
Je savoure donc ce moment avec l’eau, le laissant me consumer de façon sensuelle et terriblement torride à mon goût, avec le corps de mon roi sur  moi… Je mourrais pour lui… Ou il me sauvera, revenant des morts pour me donner un nouveau souffle de vie.

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute EmptyJeu 8 Aoû - 17:14

J'archive "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute 1823284050
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute "If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

"If my heart was a house, you'd be home." Ҩ Kuzcodoudou&Bibichoute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
» [UploadHero] House of the Rising Sun [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-