AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Clé de licence Windows 10 PRO à ...
Voir le deal
9.99 €

Partagez

fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA Vide
fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA Vide
fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA Vide
fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA Vide
 

 fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Pocahontas Mojag Powhatan

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: partir le coeur léger.
Faites place à la vedette
Pocahontas Mojag Powhatan
J'ai posé bagages ici le : 05/04/2012 Jouant le rôle de : pocaca, la seule et l'unique. Nombre de messages : 4101 On me connait sous le pseudo : BELLA CIAO. (lorenza) Un merci à : clever love (avatar) + endlesslove (sign). Je suis fier(e) de porter l'avatar de : la mignonne petite hudgens.
MessageSujet: fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA EmptyMer 8 Mai - 21:43

Elle est la peur, encrée dans son âme, car elle est la fille du mal. Elle est la haine, elle apportera la mort. Ce cauchemar rugit, nourrissant le désespoir, inspirant le feu, dérangeant l'air. Le visage comme celui d'une créature, priant avec une langue de Judas.
fur is for animals, not rich idiots.
Il faut avouer que cette idée te trotte en tête depuis maintenant des semaines et des semaines, que l'envie d'enfin passer à l'action t'envahit chaque jour, mais que tu n'oses tout simplement pas. Il faut dire que le plan que tu as élaboré est assez osé, et que tu risques de gros ennuis si jamais tu te fais avoir. Mais c'est tout simplement plus fort que toi, cette femme, c'est bien l'une des seules que tu hais au point de sentir ton cœur pourtant si sain se noircir à mesure que tu penses à elle. Toi qui est pourtant si pure, si tolérante, si pacifique, sa seule vision te donne des envies nouvelles de.. meurtre. Et bizarrement, tu ne t'en veux pas d'avoir ce genre de pulsion. Cette femme le mérite juste. Ouais, à l'instant où tu l'as vu passer dans cette ruelle, ce fut tout simplement une vision d'horreur qui s'offrit à toi. Abordant une si horrible fourrure, si fière, si arrogante. Tellement inhumaine. À cet instant, tu aurais voulu lui sauter dessus pour lui arracher cette immondice et l'étouffer avec. Mais la seule chose que tu réussis à faire, sous le choc, fut de t'arrêter en plein milieu de la route, bouche béante et la colère montante. Oh, tu en savais beaucoup de la cruauté humaine, mais jamais tu n'avais vu face à toi quelqu'un portant une telle fourrure.
Une femme tellement immonde. Alors bien entendu, tu n'en restas pas là et te renseignas le plus possible sur elle, apprenant alors son nom, son adresse, et même son lieu de travail. Cruella, décidément son prénom était effectivement témoin de ce qu'elle était. C'est donc à partir de là que naquit ton idée, que tu te décidas aujourd'hui à mettre en œuvre. Même si tu avais hésité, te disant qu'après tout ça n'était pas une simple gamine comme toi qui allait tout changer à ce problème, tu pris la décision de te rendre à sa petite entreprise de soit disant haute-couture, qui d'après ce que tu avais vu de ses habits ne devait être qu'un lieu de torture insoutenable. Adresse en main, alors que tu étais en route, prête à faire valoir ton avis sur la question, tu redevins ludique et te dis que tu ne pourrais pas aussi facilement pénétrer l'enceinte de la maison de Couture. Bien décidé à ce que ton plan fonctionne, tu partis en un éclair faire deux/trois courses pour te transformer en gros cliché de styliste, que tu pouvais parfois voir à la télévision : les cheveux attachés en une haute queue de cheval, un crayon coincé au dessus de l'oreille avec ton petit carnet calé sous ton bras, et surtout, les lunettes, qui techniquement se servaient à rien puisque tu ne souffrais d'aucun problème de vue. Et voilà, tu étais fin prête à passer totalement inaperçue dans ce milieu de la mode. Entrant sans problème, pour le moment, tu suivis le plan que t'indiquait le hall pour trouver le fameux bureau du Diable. C'est alors qu'inévitablement, la femme de l'accueil vint à ta rencontre pour te demander la raison de ta présence, sûrement intriguée par tes pieds comme toujours nus. Mince, tu avais entièrement oublié ce petit détail, mais rien que de penser porter des chaussures te donnait des frissons.. En une fraction de seconde, tu réussis à trouver un mensonge que tu balanças naturellement à la jeune femme, qui visiblement te crut puisqu'elle t'aida à trouver ce que tu cherchais tant. Le bureau.
Ton mensonge ? Tout simplement affirmer que tu étais ici pour un stage d'étudiante, et que madame De Vil t'avait demandé de l'attendre dans son antre. Coup de bol, la jeune assistante ne put vérifier si ton information était réelle puisque Cruella n'était vraisemblablement pas encore arrivée. Enfin seule, tu entras discrètement dans le bureau, et refermas derrière toi, histoire de n'être repérée par personne le temps de ton petit massacre personnel. Soupirant, fière d'avoir pour le moment réussi toutes les épreuves, tu scrutas de long en large la pièce, plus grande que ce que tu avais prévu. Mais cela ne te découragea nullement, bien au contraire. Tu posas donc ton inutile petit carnet sur le meuble, et te mit à fouiller dans les divers documents présents, tombant bien vite sur des dessins de futurs modèles de manteaux. Rien ne sert de vous préciser en quoi seront-ils faits. De rage, tu arrachas sans réfléchir les croquis, finissant finalement par arracher toutes les feuilles et autres documents à ta portée.

Tu étais hors de toi, n'en pouvant plus de voir que la folie meurtrière de cette femme s'étendait dans toute cette entreprise entière. Tant de victime, tant de souffrance en vue à ce seul plaisir de porter ces immondes choses. Tu ouvris alors violemment tout les tiroirs, les arrachant même du bureau pour vider leur contenu pour finalement les balancer contre les murs, d'une telle hargne que tout fini par voler dans tout les coins de la pièce. Faisant tomber tout ce qui était sur le bureau, l'ordinateur y compris qui vint se fissurer contre le sol, le clavier que tu claquas telle une frénétique, faisant valser les touches une par une. Tu étais devenue une vraie furie, ne te rendant plus compte de ce que tu faisais. Finalement, après dix bonnes minutes d'anarchie totale, tu t'appuyas contre le bureau détruit, essoufflée mais réellement fière de toi. Mais alors que tu t'apprêtais à t'attaquer au reste de la pièce, un cliquetis vint te couper dans ton élan, et ton cœur fini par rompre son battement au moment même où tu compris que quelqu'un venait d'entrer.
made by pandora.


Spoiler:
 


    éphémère
    or whether we are white or copper skinned, we need to sing with all the voices of the mountains. △on passe notre vie entière à s'inquiéter de l'avenir, à faire des projets, à essayer de le prédire, comme si savoir à l'avance pouvait amortir le choc. mais l'avenir change constamment. l'avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. mais une chose est sûre : quand finalement il se dévoile, l'avenir n'est jamais comme on l'avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA EmptyJeu 9 Mai - 23:02



Fur Is For Animals, Not Rich Idiots
Pocahontas & Cruella

fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA 1131006050 fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA 68356782

    Ce n'était pas anodin pour Cruella d'arriver légèrement en retard à son bureau. Lorsqu'on est propriétaire et directrice de sa propre agence, on peut se permettre d'arriver aussi en retard qu'on le souhaite. Cependant, elle ne voulait pas montrer le mauvaise exemple à ses employés. Alors, elle se leva, se doucha et s'habilla d'un sublime tailleur léopard. Elle se maquilla en même temps de coiffer sa chevelure bicolore qui ne cessait de lui donner du fil à retorde chaque matin. Elle enfila par la suite ses gants à ongles noirs et une paire d'escarpins à talons hauts. En allant dans sa garde robe de fourrures, elle choisit celle en peau de léopard et l'a passa tout en ayant un sourire fière qui se dessina sur son visage de base strict et froid. Elle descendit les marches de l'escalier et alla s'asseoir sur son canapé. Son majordome arriva avec un plateau en bois d'érable qu'il posa sur la table avec délicatesse. Dessus, y été entreposé : Le journal du matin, une théière, une boîte de sucre, deux tartines de confiture et le plus important un cendrier.

    ☼ Bonjour Madame. Comment allez vous ce matin ?! La questionna t'-il tout en lui versant du thé dans sa tasse.

    Cruella le fixa du regard, puis s'alluma une cigarette. Au bout de deux bouffées, elle se décida à lui répondre : ☼ Je vais bien Lewis. Alors maintenant partez et ne revenez que lorsque je vous l'ordonnerez. Exigea t'elle alors qu'elle lui signe de la main de partir loin.

    L'homme l'a salua et sans un mot, se retira dans la cuisine pour terminer la vaisselle de la veille. Pendant que, Cruella bu une gorgée de son thé tout en lisant les nouvelles du journal. Un article l'a fit méchamment sourire. Celui-ci parlait des défenseurs des animaux qui avaient tenté à maintes reprises de gâcher le défilé de fourrures organisé par la Maison Lepelt. Ce n'était pas le fait de savoir que son ami et associé avait du faire face à des manifestants déchaînaient qui l'a fessait rire mais plutôt, le fait de savoir que ces amis des animaux aient passé quelques jours en prison. Comme elle jubilait de pouvoir se moquer de ces pauvres gens sans classe, qui n'avait toujours pas compris que l'animal était sur Terre pour trois choses : Protéger l'Homme, Obéir à l'Homme et surtout Réchauffer l'Homme. Quand cesseront t'ils de ce battre pour une cause si futile qu'est la sauvegarde des espèces menacées. Pour Cruella, c'était bel et bien une cause perdu mais qu'importe, ils finiront bien par le découvrir lorsqu'ils purgeront d'autres jours, d'autres mois et même d'autres années en prison.

    Elle reposa le journal sur le plateau et fixa l'horloge sur la cheminée. Lorsque celle-ci afficha l'heure bien avancée de 9h30, elle se dépêcha de boire son thé et écrasa son mégot dans le cendrier. Sans prendre le temps de manger ses tartines, qui comme tous les matins finissaient à la poubelle, comme elle ne prenait jamais la peine de se nourrir le matin. Puis, elle se dirigea d'un pas nonchalant vers la porte d'entrée, l'ouvrit et sortit en prenant soin de refermer derrière elle. Elle monta dans sa panther deville, passa le portail électrique tout en s'allumant une cigarette. Si pour l'instant sa journée avait plutôt bien démarrée, elle n’allait pas tarder à déchanter lorsqu'elle verrait l'état de son bureau, mise en pièce par une jeune qui ne tarderait pas subir les foudres de celle qu'on appelle : Le Diable au féminin.

    En arrivant devant sa maison de haute couture, elle attendit que son Hermann son portier vienne lui ouvrir. Celui-ci arriva en courant et lui ouvrit sa portière : ☼ Bon matin à vous Madame.Lui dit il en lui lançant un léger sourire.

    La femme d'affaires descendit avec une classe sans nom et passa devant lui sans lui adresser le moindre mots et regards. Elle monta les quelques escaliers de marbre qui rejoignait l'entrée et entra dans la bâtisse. Elle passa devant tous les ateliers, où tous les employés l'a saluèrent avec le sourire. Elle passa un long couloir pour arriver finalement vers le bureau de sa secrétaire personnelle. La jeune blondinette lui lança un léger sourire avant de venir à sa rencontre pour lui annoncer les nouvelles de la journée.

    ☼ Bonjour Madame. Voici les nouvelles de ce matin : Il faut que vous appeliez Jean-Pierre au sujet du défilé qui doit se dérouler en Italie. Il faut également que vous lisiez et étudiez une vingtaine de dossier sur les mannequins qui devra porter vos créations pour se défilé. Et la jeune demoiselle que vous attendiez pour son stage d'étudiante et arrivé, elle vous attend dans votre bureau.

    Cruella arqua à sourcil, manquant presque de s'étouffer avec sa propre fumée de cigarette. Avait- t'elle bien entendu ?! Elle avait autorisé à une inconnue d'entrer dans son bureau. Alors, qu'elle s'avait pertinemment que personne n'avait le droit d'entrer dans son antre sans son autorisation et sa présence dans le lieu. Elle grinça des dents et fixa la jeune blondinette dans les yeux. Celle-ci commençait à sentir comme un malaise. Lorsque Cruella prit la parole avec un léger ton mi sévère, mi énervée.

    ☼ Cette femme qui vous avez laissé entrer dans mon bureau à quoi ressemble t'-elle ?!

    ☼ Elle est mâte de peau, des grands verts avec des cheveux couleur corbeau. Plutôt bien habillé sans rien au pied. Totalement pieds nus.

    Les yeux de Cruella s'écarquillèrent et ni une, ni deux sans rien dire à sa secrétaire, elle accourut vers son bureau. Et lorsqu'elle ouvrit la porte, elle resta horrifié par ce qu'elle voyait, tellement sur le choc qu'elle laissa échapper un cri de terreur mélangé à la fureur qui commençait à monter petit à petit dans son corps. Elle regarda l'état lamentable de son pauvre bureau, de tout ses croquis, de tous ses tableaux de valeur, de tous ses dossiers et surtout, ses fourrures toutes réduites à l'état de serpillière. Elle grinça des dents et s'arracha des cheveux tant la colère montait et montait. C'est alors qu'elle croisa son regard avec celle qui été la cause de toute cette anarchie dans son bureau. Elle lui jeta un regard tellement remplie de haine, que la seule pensée qui lui traversa l'esprit à cette instant était de l'étriper jusqu'à ce que mort s'en suive. Mais, la seule chose qu'elle pût faire c'est de sortir cette rage qu'elle avait accumulé depuis son entrée dans son bureau.

    ☼ Espèce de Sale Garce ! Qui vous a permis de mettre un tel désordre dans mon bureau ?! Je devrais appeler la police pour intrusion et dégâts de bien matériel. Hurla t'-elle son regard ne quittant pas celui de la jeune demoiselle. La fureur n'était pas prête de descendre et ça n'allait surement pas s'arranger au fil de cette drôle de rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA EmptyJeu 8 Aoû - 17:07

J'archive fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA 1823284050
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

fur is for animals, not rich idiots ✖ CRUELLA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-