AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -43%
Carte Mémoire microSD XC SanDisk Extreme 64 Go ...
Voir le deal
15.45 €

Partagez

TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana Vide
TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana Vide
TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana Vide
TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana Vide
TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana Vide
TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana Vide
TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana Vide
TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana Vide
 

 TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana EmptyMer 17 Juil - 4:03


LA FAMILLE C'EST SACRÉ, JE SERAIS TOUJOURS LA POUR TOI
FT. AQUATA & ALANA.

 



Entrouvre les yeux, overdose de clarté. La lumière dans la pièce m'agressa littéralement la rétine et je tentais de mettre fin au supplice le plus vite possible pour regarder l'heure sur l'écran de mon téléphone. Il indiquait huit heures, j'allais être in tantinet peu en retard à mon boulot, mais ce n'était pas ma faute, mais celle d'Arista pour m'avoir traînée hier dans les rues jusqu'à une heure tardive de la nuit. Résultat, je n'avais pas envie de me réveiller. Blotti sous mes couvertures, le visage à moitié caché, je fixais le plafond avec une flemme pas possible. Étant encore dans les vapes, je n'avais pas envie de bouger. Oh et puis zut, d'un geste rapide, j'ôtais la couverture de mon corps et me leva de mon petit lit douillet. Un tour à la salle de bain me permit de faire ma toilette du petit matin, ainsi que me fringuer pour cette nouvelle journée de boulot. C'était les vacances, malheureusement pas pour nous les maîtres nageurs et sauveteurs, car c'était le moment ou la plage inondait de monde et que donc, il fallait avoir les yeux rivés vingt-quatre heures sur vingt-quatre sur la plage.

Mini short jean ainsi que débardeur blanc enfilé, je plongeais mes pieds dans mes ballerines blanches, j'étais enfin prête pour une nouvelle journée de boulot. Une longue et dure journée sous le soleil, mais cela ne me gênait guerre étant une ancienne sirène, j'avais l'habitude. Bref, je pris mes cliques et mes claques regagnant la plage au volant de mon 4x4. La journée s'annonçait plus qu'ensoleillé, il n'y avait aucun nuage gris, enfin pour l'instant, sait-on jamais nous ne pouvons pas nous fier toujours à la météo. Je me rendis directement dans l'une des cabines des sauveteurs afin de pouvoir me déshabiller laissant donc place à mon joli maillot de bain rouge. Retrouvant le reste de mes collègue, je saluais rapidement tout le monde avant d'attraper ma bouée, une bouée pas comme les autres d'ailleurs spécialement faites pour notre boulot et de me rendre enfin sur la plage accompagnée de quelques collègues.

Quelques longues et longues heures interminables touchèrent à leurs fins, je pouvais tout remballer et rentrer chez moi, c'était fini pour aujourd'hui. Il était dix huit heures et j'étais assez exténué à courir dans tous les sens pour rappeler à l'ordre certains enfants. Avant de rentrer, je me suis arrêtée dans un fast-food et commanda deux cheeses burgers et une fois l'addition payée, je retournais à l'appartement où attendait surement ma petite soeur. Franchissant la porte, je la trouvais assise sur le fauteuil regardant la télévision. « Il y a du cheese burger à manger ce soir ! » Disais-je en lui tendant sa bouffe. Ensemble nous mangions et nous partagions une soirée des plus habituelle autour d'un bon film et du popcorn ainsi que des papotages. Minuit trente annonça l'horloge de mon ordinateur, Arista déjà couchée, je fus effrayée d'entendre un brusque tapotement à la porte d'entrée. Fermant rapidement mon ordinateur, je me rendis à l'entrée vêtu de ma petite culotte rose et de mon débatteur blanc, je me demandais qui cela pouvait bien être à une heure aussi tardive. Surprise d'ailleurs de constater à travers l’œil de chat, Alana. Mais pourquoi parlait-elle aussi fort. J'ouvris la porte afin de lui libérer le passage, mais néanmoins. « Chuuut chuut ! Alana tu vas réveiller Arista ! » Balançais en m'approchant d'elle, remarquant sa démarche peut équilibré, je clignais des yeux pour m'obliger à croire ce que je voyais, arquant par la même occasion un sourcil. « Dis-moi pas que t'as bu ! Merde Alana ! » Oui bon on pouvait oublier les bonnes manières de princesses, la situation était bien trop grave. Attrapant l'une de ses bras « On sera mieux dans ma chambre. » Parce que si on réveillait Arista ce serait la catastrophe, sachant qu'elle n'aimait pas être dérangée. Une fois bien installé, je refermais la porte de ma chambre, croisant les bras face à une Alana complètement saoul. Mon regard fixe et interrogateur croisa le sien en attente d'une explication. « Bah vas-y raconte, j'attends !. » Autant dire que je n'aimais pas la voir comme cela, encore moins dans ce genre d'état, je me précipitais rapidement vers elle pour vérifier qu'à son doigt elle n'avait pas fait de bêtise, oui oui, j'avais entendu dire que lorsque la plupart des gens se saoulaient, ils finissaient mariés ou bien pire encore, c'était bête d'y croire, mais je ne connaissais pas bien ce monde, j'étais encore un petit peu trop naïve je dirais. « Ouf ! Tu n'as pas de bague au doigt c'est déjà ça !. »



Revenir en haut Aller en bas
Kayla N. Sullivan

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Kayla N. Sullivan
J'ai posé bagages ici le : 11/10/2012 Jouant le rôle de : Nala Nombre de messages : 1903 On me connait sous le pseudo : Mélou. Un merci à : Shiya; Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Amber Perfect Heard.
MessageSujet: Re: TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana EmptyMer 28 Aoû - 19:36


La journée d'Alana avait été comme toutes les autres... Sombre. Morne. Noire. Sans Eclat. Sans Saveur. Sans Intérêt. Aucun événement particulier n'était venue l'égayer. Ce n'était pas une nouveauté pour la jeune femme, elle avait l'habitude de vivre ainsi, repliée dans son coin, invisible, à attendre que le temps passe. Chaque jour se suivait et se ressemblait, elle ne voyait pas le fond du tunnel. Ce corps la dégoûtait, il ne lui permettait pas de vivre comme elle l'entendait, sous l'eau. Elle avait l'impression qu'il était distinct de son âme, qu'il ne reflétait pas qui elle était, comme si elle était une étrangère qu'on aurait enfermée dans une enveloppe charnelle contre son gré. Et c'était bel et bien cela, au fond elle était une sirène, pas une humaine, et elle avait toujours désiré le rester. Ses soeurs elles, semblaient bien accepter cette situation, et elle ne comprenait pas pourquoi elle non. Même Attina, qui n'avait plus toutes ses capacités motrices était plus positive qu'elle. Comment était-ce possible ? Peut être, était elle trop faible par rapport aux autres. Pourtant, elle aimait les protéger et les conseiller, les guider vers la bonne voix. Pour elles, elle savait prendre les bonnes décisions, mais pour tout ce qui la concernait personnellement, c'était si différent. Elle avait honte, tellement honte de ce qu'elle était devenue. Cette face d'elle même, elle voulait leur cacher sans y parvenir. Toutes, étaient plus ou moins au courant qu'elle passait ses soirées à s'enivrer dans des bars, à faire la fête et à charmer les hommes. Mais elle ne voulait pas réellement leur en parler, elle évitait, à part avec Arista qui l'accompagnait parfois. Le reste du temps, elle tentait simplement de faire bonne figure, évitant le sujet.

Ce soir, comme tous les autres, malgré son dégoût d'elle-même elle avait décidé de sortir. Elle devait se changer les idées, et c'était le seul moyen qu'elle connaissait, ou du moins le seul qui était efficace. Perchée sur des hauts talons noirs, elle entra dans son "QG", l'endroit qu'elle préférait, dans lequel elle passait la majorité de ses soirées. Ici, elle buvait sans compter mais ne payait pas un seul verre. Les hommes s'en chargeaient pour elle. Toujours des hommes différents d'ailleurs, il était hors de question qu'elle ne passe plusieurs soirées de suite avec le même, c'était trop lui demander, si elle le faisait, il commençait à poser bien trop de question et cela l'exaspérait. Elle ne voulait pas se dévoiler. Elle ne voulait pas qu'ils sachent, quel gouffre l'affaiblissait à chaque instant de son existence, l'aspirant dans les méandres de la tristesse. Mieux valait qu'ils la voient heureuse, charmeuse et épanouie. Il garderait une meilleure image d'elle, et ne seraient là que pour profiter. Pas de mauvais moment, que du bon, du positif. Collant un sourire faux à son visage, elle s'installa sur un tabouret du bar, pliant ses longues jambes et regardant aux alentours. Avec qui partagerait-elle sa soirée ? Elle avait l'embarras du choix, elle savait parfaitement qu'aucun homme ne lui résisterait. Son regard s'arrêta sur un beau brun, à qui elle offrit un battement de cil avant de se tourner, et de commander un verre. Le premier de la soirée mais certainement pas le dernier, et dans quelques instants celui qu'elle avait fixé de son regard hypnotique se joindrait à elle pour en savourer d'autres.

**Quelques heures plus tard**

Elle tenait à peine sur ses jambes, et c'est pouffant de rire qu'elle quitta son prétendant sur le bord du trottoir, ce soir elle ne voulait pas dormir avec un homme, bien que la soirée avait été fort agréable. Elle voulait plutôt voir sa famille, elle en avait besoin. C'était ainsi et dans cet état, elle ne voulait pas lutter contre ses envies. Elle se sentait bien, libre, ce trou béant dans sa poitrine était temporairement anesthésié, elle ne sentait pas la douleur, c'était si bon. Elle tournoya sur elle même, en pleine rue et rit encore, si seulement elle pouvait toujours être comme ça, comme avant. Elle se stoppa pour reprendre sa route, elle marchait, mais autour d'elle, tout tournait encore et elle aimait cette sensation. Un sourire restait accroché à son visage doux. Sifflotant une chanson qu'elle connaissait depuis son enfance, elle poussa la porte de l'immeuble où vivaient Arista et Aquata. Elle gravit les marches et toqua bruyamment à la porte, n'ayant aucune conscience de l'heure qu'il était. C'était si bon cette insouciance. Elle allait leur prouver qu'elle pouvait aussi être joyeuse. S'impatientant face à la porte close elle toqua encore en déblatérant à voix haute : « Youhouuu on vient ouvrir à sa soeur chérie bande de malpolies !» Son ton était léger, empli de gaieté. Elle s'amusait beaucoup à les taquiner, l'ivresse rendait tout plus drôle. Enfin elle vit le visage d'Aquata passer par l'entrebâillement en murmurant : « Chuuut chuut ! Alana tu vas réveiller Arista ! » Elle semblait très sérieuse, ce qui eut le don de déclencher l'hilarité d'Alana. « Une vraie poule cette Arista, mais que fait-elle déjà couchée, si tôt ? Il faut profiter ! » Elle ponctua ses mots d'un éclat de rire, puis poussa délicatement sa soeur pour entrer dans l'appartement. Elle titubait, sans s'en rendre compte, et à nouveau elle tournoya sur place, des bribes de mots lui parvenant :« Dis-moi pas que t'as bu ! Merde Alana ! » . Elle s'arrêta et sourit, haussant les épaules. Elle ne se rendait pas compte de son état, ou en tout cas de l'image qu'elle devait renvoyer, demain en se souvenant, elle se mordrait les doigts, pour l'instant, elle riait de tout et taquine elle rétorqua : « Mais nooooon Aquata. Enfin si... Mais juste un ou deux verres ! Il faut profiter ! » En réalité, elle avait consommé bien plus d'alcool que ça mais ça n'avait aucune importance, elle n'allait pas révéler tous les détails à sa petite soeur. Une petite soeur qui venait de l'attraper par le bras et qui la tirait vers sa chambre, elle, n'opposait aucune résistance. « On sera mieux dans ma chambre. » Un instant plus tard, elle était assise sur le lit, Aquata face à elle la fixant d'un regard interrogateur. « Bah vas-y raconte, j'attends !. » A cet instant précis, son regard se posa sur le bas que portait sa soeur, c'était en fait une simple culotte rose. Le fou rire la submergea et sans qu'elle ne le contrôle il explosa dans la pièce. Elle tentait de faire le moins de bruit possible mais ce n'était pas vraiment une réussite. L'air très sérieux de sa soeur n'arrangeait rien bien au contraire, cela donnait un peu plus de comique à la scène. Si seulement elle avait été lucide, elle se serait rendu compte que c'était la petite qui faisait la morale à la grande, et alors, à nouveau, la honte l'aurait fait fuir. Mais elle n'était pas lucide. Elle parvint juste à articuler quelques mots : « Aqua, tu es... en culotte !». Cela n'avait rien de particulièrement drôle pour une personne sobre, certes.

C'est à peine si elle vit d'ailleurs, l'air exaspéré de sa soeur qui se précipitait à présent sur elle et qui attrapa sa main. « Ouf ! Tu n'as pas de bague au doigt c'est déjà ça !. » Son rire se stoppa net et elle se redressa, croisant les bras sur sa poitrine avec un air boudeur. « Mais non voyons, pour qui tu me prends je ne vais pas me marier avec le premier inconnu que je rencontre dans un bar ! Enfin... Promis si c'est le cas je t'invite quand même au mariage ! ». Elle lui adressa un sourire éclatant. Elle adorait taquiner Aquata et la voir se fâcher, voir ses sourcils se froncer, c'était tellement drôle. Après ça, elle s'excusait évidemment, et leurs disputes ne duraient jamais très longtemps d'ailleurs. Passant une main dans ses cheveux, elle soupira de bien être, elle se sentait bien ici, en compagnie de sa petite soeur. La famille. Une valeur qu'elle n'avait pas perdue en arrivant ici, l'une des seules. Elle s'accrochait à ses soeurs comme à personne d'autres, elles étaient sa bulle de bonheur et elle refusait de les décevoir. Se calmant un peu, elle parla d'une voix plus douce, plus maternelle.  « Bon alors dis moi, tu faisais quoi avant que je t'interrompes ? Désolée mais j'avais envie de vous voir toi et Arista. Tu es sûre qu'on ne peut pas la réveiller ? » Elle prit son air implorant alors que l'idée explosait dans sa tête. Elle savait que c'était une mauvaise idée, mais elle ne pouvait s'empêcher de trouver ça attrayant. Elle se releva et se dirigea vers la porte. En chemin, elle se prit les pieds dans le tapis et s'écroula sur le sol. L'hilarité la saisie, encore. « Je ne suis vraiment pas adroite sur mes jambes, rendez moi ma queue de sirène ! » A qui s'adressait-elle exactement ? Elle même n'aurait su le dire mais c'était encore là un détail sans importance. Se redressant pour s'asseoir elle marmonna : « Hum... C'est un signe pour que je laisse notre chère soeur en paix, soit. » Alana poussa un soupir théâtral et à nouveau sourit, c'était si bon de se sentir légère. Elle ne se lassait pas de cette sensation. Un murmure de contentement s'échappa de ses lèvres alors qu'elle admirait la beauté de sa soeur : « Tu sais, je me sens si heureuse, là, maintenant, tout de suite. ». Cette phrase, était loin d'être anodine.




Take a breath
and see the truth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana EmptyJeu 12 Sep - 0:53


LA FAMILLE C'EST SACRÉ, JE SERAIS TOUJOURS LA POUR TOI
FT. AQUATA & ALANA.

 



Un an, voir deux s'étaient écoulés depuis notre arrivée dans ce monde, nous avions repris peu à peu une vie normale. Je n'avais pas essayé d'oublier mon passé, encore moins ce que j'étais, mais j'avais simplement essayé de me créer une nouvelle vie, un nouveau chapitre. Nous avions rencontrées pas mal de difficultés dans ce monde, mais depuis quelques semaines la vie était un long fleuve tranquille. Pas que je m'en plaignais, bien au contraire, j'étais heureuse de pouvoir profiter de ma famille sans être inquiète une seule seconde. Enfin je dirais presque, parce qu'il y avait bien une personne qui m'inquiétait de jour en jour et c'était bien Alana. Certes, nous nous disputons par moment, mais nous sommes extrêmement soudées, en plus d'être sa petite sœur, j'étais aussi une amie pour elle. Et puis ne dit-on pas qui aime bien, châtie bien ?. C'est pourquoi son bonheur comme son malheur était aussi le mien. Je l'aimais énormément et ne pouvait pas voir ma vie sans elle et mes autres sœurs. Ce sont elles qui m'ont aidé à me forger cette nouvelle vie tranquille, pourtant perturbante par moments. En clair, si je ne les avais pas retrouvées dans ce monde, je n'aurais certainement pas accepté cette vie, encore moins survécu. Elles étaient tout simplement ma raison de vivre.

Ce qu'était notre famille avant tout c'était, la joie de pouvoir partager tout et rien en même temps, de se confier, de rire et tout simplement de savoir qu'on s'aime sans prendre la peine de parler. Je ne m'attendais pas à ce qu'Alana débarque totalement saoul chez nous, à vrai dire même si je savais qu'elle passait son temps dans les bars à se saouler, je n'aimais pas beaucoup cette idée de la savoir dans ces états. « Une vraie poule cette Arista, mais que fait-elle déjà couchée, si tôt ? Il faut profiter ! » Je traînais alors ma sœur jusqu'à ma chambre où nous serions tranquille sans risquer de réveiller Arista, qui sera non seulement de mauvaise humeur, mais encore pire de voir sa soeur dans cet état et ce, même si elle accompagnait souvent Alana. « Si tôt ? Tu n'as aucune conscience de l'heure, c'est ça l'effet d'alcool !. » Me permettais-je de lui faire comprendre, comme une sorte de sous-entendu. Mais Alana était dans son moment hilarant plus qu'autre chose.

« Mais nooooon Aquata. Enfin si... Mais juste un ou deux verres ! Il faut profiter ! » Un ou deux verres ? Absolument pas je dirais, mon visage laissa place de nouveau, à une expression beaucoup plus sérieuse. Dans ces moments pareils, c'était hélas aux petites de faire la morale aux grandes. « Un ou deux verres n'auraient pas pu te mettre dans cet état ! Te fou pas de moi Alana ! » Ma voix montait un peu plus d'un cran, je n'aimais pas ça, faire la morale, mais quand il le fallait, il le fallait. J'attendais maintenant une explication, plutôt que ça « Aqua, tu es... en culotte !» Oui je l'étais, où était le problème ? Je passais les petits doigts de ma main droite sur un bord de ma culotte que je tirais avant de le laisser s'écraser sur ma fesse y laissant un petit bruit s'échapper. Je n'aimais pas trop quand ça me gênait là où il ne fallait pas. « En quoi est-ce étonnant d'être en culotte ma très chère sœur ? Je trouve que c'est plus confortable pour dormir ainsi, tu devrais essayer. » Affirmais-je d'un fin sourire avant de reprendre mon sérieux. « Mais non voyons, pour qui tu me prends je ne vais pas me marier avec le premier inconnu que je rencontre dans un bar ! Enfin... Promis si c'est le cas je t'invite quand même au mariage ! » À vrai dire les premières phrases me rassurèrent, mais la dernière phrase me fit pâlir d'un coup. « Très rassurant petite vermine !. » Je savais qu'elle n'était pas dans son état normal, c'est pourquoi je n'insistais pas. « Bon alors dis-moi, tu faisais quoi avant que je t'interrompe ? Désolée mais j'avais envie de vous voir toi et Arista. Tu es sûre qu'on ne peut pas la réveiller ? » Réveiller Arista, n'était pas une bonne idée. « À tes risques et Périls !... Je ne faisais pas grand-chose à part squatter mon ordinateur et m'apprêter à rejoindre Morphée. » Aussi têtu que moi, je savais que prendre plaisir à réveiller Arista la démangerai. Je ne pouvais jamais garder mon sérieux avec elle, elle finissait toujours par me décrocher un rire et c'était le cas suite à sa chute au sol. Je ne pouvais alors m'empêcher d'étouffer un rire. « Je ne suis vraiment pas adroite sur mes jambes, rendez-moi ma queue de sirène ! » Connaissant ma sœur, cette phrase était tout sauf hilarante pour elle, c'était même en partie la cause de son mal-être dans ce monde. « Hum... C'est un signe pour que je laisse notre chère sœur en paix, soit. » Je l'aidais à se rasseoir sur le lit et l'observa attentivement. « Tu sais, je me sens si heureuse, là, maintenant, tout de suite. » Ce n'était qu'illusion causée par son taux d'alcool traversant son corps. Si seulement elle pouvait l'être sans avoir besoin d'user d'alcool. Mon cœur, j'avais si mal de la voir ainsi, si mal de ne pouvoir aider ma sœur. Je m'approchais doucement d'elle, collant mon front contre le sien, mes mains sur chaque côté de son cou, la tenant fermement. « Ça suffit...c'est bon Alana... Tu as le droit de pleurer... arrête de te cacher derrière ces faux sourires...» Plus je parlais, plus j'avais mal. « Parle-moi, ouvre moi ton cœur, grande sœur, ouvre nous ton cœur...» Nous étions sa famille, la seule qui pourrait la comprendre et l'aider. Je m'agenouillais devant ses jambes et attrapais ses mains que je serre pour la rassurer. « Je ne supporte pas de te voir dans cet état, je veux juste t'aider à aller mieux, ma sœur si seulement tu pouvais être heureuse sans avoir à boire tous les soirs. » Je voulais lui faire comprendre qu'elle pouvait l'être sans avoir à user d'alcool, je suis certaine qu'elle pouvait, la Alana si forte pouvait faire son coming back, j'en suis sûre. « Pense à maman, elle serait déçue et si triste de voir sa fille se décomposer à petit feu et papa ? Lui qui plaçait tous ces espoirs en nous. Al, nous ne sommes plus ce que nous étions à Atlantica, certes, mais nous n'avons pas tant changé, est-ce ta queue uniquement qui faisait ce que tu étais ?. » Je marquais une courte pause, caressant les mains de ma sœur. « Reprend-toi Al, vivre sous l'eau où sur terre, qu'importe du moment que nous sommes ensemble ?. Ce monde ne peut pas changer ce que tu es au fond de ton cœur. Alana, je t'admire tellement tu sais, vous êtes un modèle pour nous Attina et toi et nous avons besoin de vous, nous avons besoin de nous soutenir mutuellement. On a besoin de toi ma sœur !. » Mes yeux brillaient, je la regardais beaucoup plus tendrement, lui donnant l'ordre de pleurer, oui elle pouvait pleurer, car cela apaisera sa douleur.



Revenir en haut Aller en bas
Kayla N. Sullivan

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Kayla N. Sullivan
J'ai posé bagages ici le : 11/10/2012 Jouant le rôle de : Nala Nombre de messages : 1903 On me connait sous le pseudo : Mélou. Un merci à : Shiya; Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Amber Perfect Heard.
MessageSujet: Re: TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana EmptyMar 22 Oct - 19:49


Elle avait suivi son envie folle de voir ses sœurs, et elle se trouvait maintenant en face d'Aquata, dans sa chambre. Rien ne pouvait la combler tant en cet instant. Mais demain, demain tout serait tellement différent, quand elle réaliserait qu'elle s'était montrée à sa benjamine dans un état d'ébriété avancé. Ce n'était pas un exemple à donner alors qu'elle aurait dû être un exemple. « Si tôt ? Tu n'as aucune conscience de l'heure, c'est ça l'effet d'alcool !. » Ces mots la troublèrent un peu. Il était donc si tard ? Elle ne s'en était vraiment pas rendu compte. Un regard sur sa montre lui indiqua qu'en effet, il était minuit passé. Mais l'inquiétude et les remords n'eurent pas le temps de s'installer dans son esprit car elle était déjà en train de rire aux éclats, saisie par une bouffée d'euphorisme. L'effet de l'alcool. Un de plus. Un effet qu'Aquata semblait avoir détecté, et elle ne croyait pas vraiment à cette histoire de deux ou trois verres. « Un ou deux verres n'auraient pas pu te mettre dans cet état ! Te fou pas de moi Alana ! » Pourquoi cette voix où perçait la colère ne l’inquiétait pas ? Elle aurait dû réagir, se rendre compte de la tournure que prenait la discussion. Mais non, l'insouciance toujours l'insouciance. C'est l'insouciance qui la guidait. La preuve elle préférait se concentrer sur la tenue légère d'Aqua plutôt que sur les intonations de sa voix. « En quoi est-ce étonnant d'être en culotte ma très chère sœur ? Je trouve que c'est plus confortable pour dormir ainsi, tu devrais essayer. » Elle arqua un sourcil et retint un nouvel accès d'hilarité, marmonnant dans sa barbe : « Moui si tu le dis...  ». Mais encore une fois, son esprit volatile la poussa à penser à autre chose, à dire autre chose. Les mots s'échappaient de sa bouche avec un naturel déconcertant. A vrai dire elle n'y réfléchissait pas, elle ne savait même pas ce qu'elle allait dire au moment où elle commençait une phrase. C'est certainement pour ça, qu'elle se sentait si légère, elle ne pensait pas tout simplement, et ça faisait toute la différence. La preuve, elle racontait une absurdité à propos d'inconnu et de mariage. Oui elle taquinait sa soeur comme elle aimait tant le faire, comme elle le faisait tant auparavant mais c'était encore là des paroles alcoolisées. Aquata avait pâli et Alana riait, encore et encore, elle était dans sa bulle. « Très rassurant petite vermine !. » Une fois encore, les mots l’effleurèrent sans la toucher, comme si elle ne les avaient même pas entendus. Elle laissa libre cours à l'autre idée qui germait dans sa tête, une mauvaise idée forcément. Réveiller Arista. « À tes risques et Périls !... Je ne faisais pas grand-chose à part squatter mon ordinateur et m'apprêtais à rejoindre Morphée. » La réponse lui parvint alors qu'elle affichait son air suppliant le plus craquant. Oui c'était un risque, leur soeur n'aimait pas vraiment qu'on la réveille, dans ces cas là elle se transformait en furie qui hurlait sur tout ce qui se trouvait à proximité. Alana était respectueuse de son sommeil en temps normal, sauf qu'elle était dans un état loin d'être normal ce soir. Elle haussa les épaules et se redressa pour mener son idée à bien. C'était sans compter sur ses jambes flageolantes... Elle se retrouva sur le sol de la chambre, à rire et philosopher, sous le regard amusé de sa soeur. Elle voyait bien qu'elle étouffait un rire. Quand Aqua vint à elle, elle attrapa son bras et se laissa guider sur le lit, assaillie de bonheur. Elle se trouvait là, dans la chambre de sa petite soeur, complétement sous l'emprise de l'alcool et elle se sentait bien mieux que ces derniers jours, ces derniers mois même. Peu lui importait la raison de ce bonheur, elle le savourait. Cette sensation était bien rare pour elle, alors chaque miette qu'elle pouvait en saisir, elle la dévorait avec avidité, son corps était comme en manque, elle avait besoin d'un peu de sa dose pour avancer. Enfin elle avançait ce soir. Ses pensées furent troublées par le front de sa soeur, qui se collait au sien. Elle sentit ses mains se placer autour de son cou. Une emprise ferme mais pas douloureuse. Elle fronça les sourcils, surprise. C'était un nouveau jeu ? Non, Aquata semblait bien sérieuse, plus qu'à n'importe quel autre moment de leur conversation et cette fois, Alana n'avait plus du tout envie de rire. « Ça suffit...c'est bon Alana... Tu as le droit de pleurer... arrête de te cacher derrière ces faux sourires...» Elle écarquilla les yeux, atterrée. Ces mots là l'avaient heurtée de plein fouets, ils s'étaient échoués sur son corps fragile et l'avaient ébréché comme si il n'était que porcelaine. Son masque n'était pas si efficace qu'elle le pensait finalement, sa soeur savait, elle savait ce qu'elle cachait au fond de son coeur. C'était honteux. Elle n'aurait pas du. D'autant qu'elle semblait s'inquiéter et ça, Alana le refusait. Il était hors de question qu'on s'inquiète pour elle. « Parle-moi, ouvre moi ton cœur, grande sœur, ouvre nous ton cœur...» Un coup supplémentaire. La sensation de bonheur s'était évaporée en seulement quelques secondes, elle était bien loin maintenant, et la jeune femme la regrettait déjà. Elle était muette de stupeur, de douleur aussi. Le trou noir se rouvrait dans sa poitrine, l'aspirait, aspirait toute sensation agréable. Elle avait l'impression que son corps était envahi par le froid, un froid glaçant. Elle frissonna et s'écarta d'Aquata, incapable d'articuler. Non elle ne laisserait pas couler ses larmes, elle ne se montrerait pas faible devant elle, elle ne voulait pas. Elle sentit sa soeur bouger, s'agenouiller contre ses jambes et lui saisir les mains. C'était pire chaque seconde. « Je ne supporte pas de te voir dans cet état, je veux juste t'aider à aller mieux, ma sœur si seulement tu pouvais être heureuse sans avoir à boire tous les soirs. » Elle posa son regard sur elle, une lueur de panique lui tenaillant la poitrine et elle bafouilla maladroitement un horrible mensonge, pour tenter de se justifier : « Je... Je ne bois pas tous les soirs, c'est faux.  ». Elle aurait dû être touchée par l'émotion de sa soeur, qui désirait simplement son bonheur mais elle n'y arrivait pas, elle ne sentait que la honte la ronger.

« Pense à maman, elle serait déçue et si triste de voir sa fille se décomposer à petit feu et papa ? Lui qui plaçait tous ces espoirs en nous. Al, nous ne sommes plus ce que nous étions à Atlantica, certes, mais nous n'avons pas tant changé, est-ce ta queue uniquement qui faisait ce que tu étais ?. » Elle se raidit. « Maman ». Ce simple mot avait suffit à éveiller un nouveau sentiment en elle, une tristesse encore plus profonde, un gouffre béant. Elle lui manquait tant... « Papa ». Lui aussi il lui manquait. Elle les décevrait, elle en était consciente, mais elle ne supportait pas d'entendre ces paroles prononcées par sa petite soeur, c'était pire, bien pire, tout semblait encore plus réel. Elle était dévastée, prête à s'effondrer. Les caresses qu'elle recevait sur les mains ne l’apaisait pas, loin de là. « Reprend-toi Al, vivre sous l'eau où sur terre, qu'importe du moment que nous sommes ensemble ?. Ce monde ne peut pas changer ce que tu es au fond de ton cœur. Alana, je t'admire tellement tu sais, vous êtes un modèle pour nous Attina et toi et nous avons besoin de vous, nous avons besoin de nous soutenir mutuellement. On a besoin de toi ma sœur !. » Se reprendre ? Elle ne pouvait pas, elle n'y arrivait pas, c'était chaque jour pire. Sa soeur ne pouvait pas comprendre à quel point elle était brisée, à quel point elle se détestait. Si ce monde l'avait changée. Comment pouvait-elle encore l'admirer ? Alors qu'elle n'était plus que l'ombre d'elle même. Elle posa son regard douloureux dans celui d'Aquata et y devina une tendresse infinie. Les larmes affluèrent à ses yeux mais elle s'ordonna de ne pas craquer. Elle se redressa rapidement, et s'écarta de sa benjamine, pour récupérer de l'air, respirer, elle avait l'impression d'étouffer. La colère l'assaillait, la colère comme carapace. « Tu ne comprends rien. Tu ne peux pas comprendre. Ce monde m'a définitivement changée. C'est comme ça et tu ne peux rien y faire.  » Elle serra le point, tenant de se canaliser, sans succès. « Ne me parle pas de papa et maman ils ne sont pas là, et ils ne seront jamais ici, JAMAIS. Ils ne verront pas le déchet que je suis devenue. Et au moins, ils auront la chance de ne pas vivre dans ce monde affreux. Comment peux-tu supporter d'être devenue humaine alors que ce sont les humains qui ont tué maman ? Moi je ne peux pas. Je déteste ce corps, je le hais !  ». Elle en avait dit trop, beaucoup trop sur ses sentiments, elle ne s'était jamais livrée autant. Elle allait certainement le regretter, et blesser sa soeur. En cet instant, elle n'y pensait pas, elle se laissait dominer par la douleur, et par l'alcool aussi. Une larme roula sur sa joue. Une seule, qu'elle essuya immédiatement avant d'ajouter dans un souffle : « Je ne suis pas aussi forte que vous, je ne vous mérite pas.  » Elle assena ces derniers mots et se dirigea vers la fenêtre, se plantant devant et tournant le dos à sa soeur. Elle ne voulait pas voir le mal qu'elle lui avait fait. Elle plongea son regard dans le vide de la nuit noire et le scruta avec intensité.




Take a breath
and see the truth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana EmptyMar 29 Oct - 12:18


LA FAMILLE C'EST SACRÉ, JE SERAIS TOUJOURS LA POUR TOI
FT. AQUATA & ALANA.

 



« Je... Je ne bois pas tous les soirs, c'est faux. » Mais bien sûre, peut-être que mes soeurs pourraient la croire, mais moi non, tant bien même, je n'étais même pas sûre qu'Ariel et les autres la croiront. Nous la voyons petit à petit se décomposer, devenir une tout autre personne sans pouvoir y apporter un mot, une aide. Non, je ne voulais plus perdre quelqu'un, la mort de notre mère avait déjà suffi. Elle se recula soudaine de moi, évitant tout étreinte qui pourrait l'aider à se sentir mieux. « Tu ne comprends rien. Tu ne peux pas comprendre. Ce monde m'a définitivement changée. C'est comme ça et tu ne peux rien y faire. » Je ne comprenais peut-être rien, mais je ne voulais tout simplement pas la perdre. « Ne me parle pas de papa et maman ils ne sont pas là et ils ne seront jamais ici, JAMAIS. Ils ne verront pas le déchet que je suis devenue. Et au moins, ils auront la chance de ne pas vivre dans ce monde affreux. Comment peux-tu supporter d'être devenue humaine alors que ce sont les humains qui ont tué maman ? Moi je ne peux pas. Je déteste ce corps, je le hais ! » Comment pouvait-elle en être si sûre ? Une part au fond de moi sentait que nos parents étaient bien ici, que ce monde avait donné une nouvelle chance à ma mère comme il en avait donné à beaucoup et j'avais pu le constater jour après jour, alors comment pouvait-elle en être sûre ?. Je gardais toujours espoir.

« Tu as peut-être raison, je ne comprends peut-être rien, mais il y a une chose que je sais, c'est que je ne veux pas te perdre, aucune de nous ne le voudrait, nous en avons assez souffert auparavant de la perte de maman et ça... je refuse... » Disais-je en serrant les poignets. Femme têtu, je voulais à tout prix qu'Alana se sente bien, il est donc clair que je ne cesserais jamais de doubler d'effort chaque jour afin de lui ouvrir les yeux. « Comment peux-tu affirmer qu'ils ne sont pas là !, moi je suis certaine que papa nous cherche désespérément, quant à maman, je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression qu'elle est là, je le sens, je ne peux pas l'expliquer, mais ce monde lui a peut-être donné une seconde chance, comme beaucoup. Ne préférerais-tu pas avoir cette chance de pouvoir vivre ici avec papa et maman, que de retourner là où nous sommes certaines de n'avoir plus de mère ? Quelle vie choisirais-tu Alana ?. » Je marquais une courte pause l'observant se diriger vers la fenêtre. « Si j'arrive à me fondre dans ce corps humain, c'est parce que j'ai ouvert les yeux Al', j'aimerais que tu vois que tous les humains ne sont pas pareils, que tu vois que certains sont prêts à cacher le secret de notre existence aux périls de leurs vies et tu parles des humains ? As-tu oublié que dans notre propre monde, nous avons failli perdre Papa et Ariel ? Si c'était arrivée, aurais-tu mis la faute sur les humains hein dit moi ?. Ce que je veux te faire comprendre grande sœur, c'est que je me suis rendu compte que partout, peu importe le monde dans lequel on vit, il y a toujours des bons et des mauvais et il serait temps que tu ouvres les yeux. » Disais-je en espérant qu'un jour ce soit le cas et que nous ne la perdons pas avant, non je refusais même d'y penser.

« Je ne suis pas aussi forte que vous, je ne vous mérite pas. » Je soupirais face à ce petit mensonge, elle était plus forte qu'elle ne voulait le croire, moi je crois en elle et ce sera ainsi pour toujours et ce, peut importe combien de fois elle laissera place à une autre Alana. « Très bien Alana ! » Lançais-je prise d'une colère soudaine, je sortis de la chambre et descendit vers la cuisine à toute vitesse m'emparer de deux grandes bouteilles d'alcools. De nouveau dans la chambre, je refermais la porte et me laissa tomber, fesses contre le sol, en y déposant violemment les deux bouteilles. Une fois ouvertes, j'attrapais une et l'emmena jusqu'à mes lèvres, mon but, ingurgiter tout le contenu de ces deux bouteilles à moi toute seule. Puisqu'elle ne voulait pas comprendre avec les mots, j'avais décidé de passer à l'action. Je ne supportais déjà pas un verre, mais là, deux grandes bouteilles c'était de la folie. Peu importe, j'étais déterminé au péril de ma vie, alors j'avalais, encore et encore, sentant le liquide néfaste se fondre dans mon corps petit à petit me donnant l'impression que chacun de mes neurones allaient éclater. Je fermais les yeux, car ce n'était pas facile, ni pour moi, ni pour mon corps de digérer ça. Je n'étais même pas sûre d'en finir une sans qu'il y ait de représailles et plus j'avalais, plus ma gorge s'alourdissait, mon estomac s'enflammait, plus je transpirais. Mais pas question de m'arrêter.



Revenir en haut Aller en bas
Kayla N. Sullivan

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Kayla N. Sullivan
J'ai posé bagages ici le : 11/10/2012 Jouant le rôle de : Nala Nombre de messages : 1903 On me connait sous le pseudo : Mélou. Un merci à : Shiya; Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Amber Perfect Heard.
MessageSujet: Re: TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana EmptyJeu 19 Déc - 19:10


Sa soeur était passé à l'attaque, elle avait décidé de ne pas fermer les yeux une fois de plus sur l'état d'Alana, et elle tentait de la faire avouer quel mal la rongeait. De l'euphorie liée à l'alcool, elle était passé au sentiment totalement inverse, proche de la panique. Elle se sentait attaquée, poussée dans ses retranchements, et face aux paroles apaisantes d'Aquata, elle n'était parvenu qu'à se justifier sur sa consommation d'alcool. Ridicule, comme si c'était ça le plus important dans cette discussion. Elle se sentait pourtant comme une enfant prise en faute alors qu'elle venait de faire une bêtise et elle détestait cette sensation. D'autant qu'elle lu immédiatement la déception dans le regard de sa soeur, elle ne la croyait pas, forcément. En cet instant elle se détestait encore plus, qui était elle pour oser décevoir sa propre famille ? Une famille qu'Aqua rappelait à son souvenir pour tenter de la raisonner et ça c'était trop, beaucoup trop, la goutte d'eau qui faisait déborder le vase pour reprendre une expression commune. Elle ne supportait pas d'entendre parler de ses parents déjà en temps normal, alors dans un tel contexte, c'était encore plus dur, tellement dur. Elle laissa donc sortir la colère qui couvait en elle, une nouvelle fois, comme une enfant qui n'aurait aucune notion des conséquences de ses actes. Elle n'y pensait pas une seule seconde, seul ce qu'elle avait sur le coeur comptait et l'alcool avait délié sa langue, elle confiait ses secrets sur ton désespérément triste. Comme si les révéler ne suffisait pas, il fallait en plus qu'elle le fasse de cette manière là. La pire. Heureusement, face à elle, se trouvait une personne tout aussi têtue et pas du tout décidée à abandonner son combat. « Tu as peut-être raison, je ne comprends peut-être rien, mais il y a une chose que je sais, c'est que je ne veux pas te perdre, aucune de nous ne le voudrait, nous en avons assez souffert auparavant de la perte de maman et ça... je refuse... » Elle était aveuglée par sa colère et analysait à peine les paroles qu'elle entendait, ne saisissait pas la peur qui se cachait derrière. Elle avait juste l'impression de se trouver au milieu d'une dispute qu'elle n'avait pas cherchée, pas désirée, mais qui était bel et bien lancée. « Me perdre ? Mais pourquoi tu me perdrais ? Je ne vois pas le rapport, tu mélanges des choses qui n'ont rien à voir les unes avec les autres !  » Elles se faisaient face, les yeux de l'une comme de l'autre étincelants d'une fureur non dissimulée. Ce n'était pas la première fois qu'elles vivaient ce genre de situation, il leur arrivait souvent de se chamailler mais l'enjeux était bien plus sérieux aujourd'hui et chacune redoublait d'effort pour convaincre l'autre qu'elle avait tord, ce qui était particulièrement épuisant et surtout, ne menait nul part. « Comment peux-tu affirmer qu'ils ne sont pas là !, moi je suis certaine que papa nous cherche désespérément, quant à maman, je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression qu'elle est là, je le sens, je ne peux pas l'expliquer, mais ce monde lui a peut-être donné une seconde chance, comme beaucoup. Ne préférerais-tu pas avoir cette chance de pouvoir vivre ici avec papa et maman, que de retourner là où nous sommes certaines de n'avoir plus de mère ? Quelle vie choisirais-tu Alana ?. » Leurs parents ici, dans ce monde ? Quelle idée complètement folle ! Ils les auraient déjà retrouvés, si elles toutes les cherchaient et eux aussi faisaient de même de leur côté, alors il était impossible que les retrouvailles n'aient pas déjà eu lieu. Pour Alana c'était une utopie, un rêve de petite fille que préservait Aqua pour ne pas trop souffrir de leur perte mais depuis quand les morts revenaient ils à la vie ? Non elle ne pouvait y croire, pas pour leur mère en tout cas. Triton était peut être caché quelque part, mais pas Athéna. Et tout ce qu'elle entendait ne faisait que la révolter encore un peu plus. Elle serra son poing un peu plus fort et laissa échapper des paroles acerbes qu'elle regretterait sans doute plus tard. « Arrête de rêver, tu n'es plus une enfant, les morts ne reviennent pas à la vie Aquata.  » Mais à peine avait elle prononcé ces mots qu'elle eut droit à une nouvelle volée de paroles. « Si j'arrive à me fondre dans ce corps humain, c'est parce que j'ai ouvert les yeux Al', j'aimerais que tu vois que tous les humains ne sont pas pareils, que tu vois que certains sont prêts à cacher le secret de notre existence aux périls de leurs vies et tu parles des humains ? As-tu oublié que dans notre propre monde, nous avons failli perdre Papa et Ariel ? Si c'était arrivée, aurais-tu mis la faute sur les humains hein dit moi ?. Ce que je veux te faire comprendre grande sœur, c'est que je me suis rendu compte que partout, peu importe le monde dans lequel on vit, il y a toujours des bons et des mauvais et il serait temps que tu ouvres les yeux. » Elle avait déjà tourné le dos, préféré affronté le vide de la nuit plutôt que sa soeur déchaînée. Elle ne voulait pas entendre tout ça, toutes ces phrases vides de sens à ses yeux. Elle pouvait le reconnaître, les humains n'étaient pas tous mauvais mais ils avaient tués sa mère et ça elle ne le pardonnerait jamais, quoiqu'il advienne. Oui il y avait eu des problèmes dans leur monde aussi, mais au moins ils avaient pu maitriser un certain nombre d'éléments car justement, c'était leur monde. Tout ça, elle n'avait plus la force de le dire, elle voulait arrêter là, ne pas aller plus loin, ne pas prononcer de mots inconsidérés et blessants, c'était déjà trop, bien trop.

En réponse à sa confidence, elle entendit un vague : « Très bien Alana ! » puis une porte s'ouvrir et se fermer. Elle pensait réellement ne pas être à la hauteur de ses soeurs, et elle ferma les yeux, blessée de la réaction d'Aqua qui l'avait à peine écoutée, elle devait croire que c'était une autre de ses lubbies et qu'elle n'était pas vraiment sincère et pourtant... Ce manque de confiance en elle la rongeait. Elle se mordilla la lèvre toujours tournée vers la fenêtre. Elle était seule et c'était certainement mieux ainsi, elle avait l'impression de reprendre peu à peu son souffle, sa contenance aussi. Elle se demandait quelle était la meilleure solution pour les minutes à venir : partir à la recherche de sa soeur ou simplement s'effondrer sur le lit et attendre que cette nuit horrible se termine. Mais à nouveau, elle entendit la porte et des pas pesants réinvestir les lieux, alors elle ne bougea pas. Le silence s'installait, elle sentait la présence d'Aquata dans la pièce mais elle ne prononçait pas un mot, aucune des deux n'ouvrait la bouche pour s'adresser à l'autre. Elle l'avait donc bel et bien blessée, car ce n'était pas son genre de se taire. La culpabilité montait déjà dans sa poitrine et la curiosité aussi, que pouvait bien fabriquer sa soeur ? Alors elle se tourna, et pas un instant elle ne s'était attendue à découvrir une telle scène. Aqua était assise par terre, en train de boire une bouteille d'alcool à même le goulot. Elle resta quelques secondes muettes de stupeur y croyant à peine, puis à nouveau la colère refit surface, dévastatrice. En deux enjambées, elle atteignit sa soeur et lui arracha la boisson des mains en hurlant, sans plus penser à Arista qui dormait. « Tu es devenue complètement folle ou quoi ? Que cherches tu à prouver en buvant ça ?  » Elle attrapa l'autre bouteille et se dirigea vers la fenêtre qu'elle ouvrit pour jeter les deux boissons alcoolisées, sans même laisser un temps de réaction à Aquata. Ivre de colère elle se dirigea à nouveau vers elle et se baissa pour mettre son visage face au sien. « Je t'interdis de devenir comme moi tu entends ? Je te l'interdis !  » Une nouvelle larme roula sur sa joue, puis d'autres vinrent la rejoindre. Elle s'effondra contre sa soeur, la serrant dans ses bras de toutes ses forces. Elle ne voulait pas la détruire, pas elle.




Take a breath
and see the truth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana EmptyJeu 26 Déc - 4:58


LA FAMILLE C'EST SACRÉ, JE SERAIS TOUJOURS LA POUR TOI
FT. AQUATA & ALANA.

 



Est-ce si mal de rêver, d'espérer l'impossible ? Se rattacher à un espoir afin d'éviter de tomber, étais-ce vraiment mal ? Devrais-je moi aussi perdre espoir et sombrer à mon tour suivant les traces de ma sœur ?. Non !, après la mort de maman, je m'étais juré de ne jamais faiblir, de ne jamais crasher, toujours rester debout, forte et lever la tête haute, car je savais que peut importe où elle se trouvait, ma mère aurait été fière de moi et c'est ce qui me gardait si confiante. Mais aussi bizarre que cela pouvait paraître je comprenais la solitude dans laquelle ma sœur se noyait. La solitude dans l'âme, quand on perd des êtres chers, la douleur nous rappelle combien ils nous étaient si important. Je comprenais tout cela, c'est pourquoi jusqu'à aujourd'hui, j'avais gardé le silence sur ses actes. « Faut-il vraiment avoir un certain âge pour rêver grande sœur ? Si rêver est la seule arme qui me permet de rester debout, de me tenir là devant vous sans jamais tomber, alors je rêverai jusqu'à ne plus pouvoir le faire... » Toutefois, je n'avais pas prévu qu'une si grande émotion me troublerai à ce moment précis, qu'Alana me rappellerai cette douleur que j'avais cadenassé dans un coin de mon cœur. Je me mordis légèrement la lèvre, m'obligent à ne pas craquer, m'obligeant à laisser ce cadenas fermer.

Alana aussi têtu que moi, s'obstinait, mais jusqu'à quand ? Jusqu'à être obligée de l'envoyer dans un centre pour alcoolique ? Jusqu'à nous annoncer que l'alcool a fini par dégrader sa santé ?. Si je devais la perdre ou perdre l'une de mes sœurs, je ne le supporterais pas, je m'enfoncerais dans un trou noir et personne ne pourra m'aider. Car il ne me restait plus qu'elles, c'était grâce à elles et pour elles que ma vie avait un sens. Je n'avais rien trouvé sur le coup, que d'aller m'emparer de deux bouteilles d'alcool pour reproduire ses actes néfastes. J'avoue que ce n'était pas malin d'ingurgiter tout ça, moi qui ne tenais pas plus d'un verre. « Tu es devenue complètement folle ou quoi ? Que cherches tu à prouver en buvant ça ?. » Oui je suis devenue complètement folle, tarée, cinglée, dérangée, dingue, timbrée, frappée, atteinte. Appelez-moi de tout ce que vous désirez, je le serais, rien que pour elle, pour mes sœurs, je le deviendrais. Elle m'arracha le contenu des mains s'emparant de la deuxième bouteille qu'elle balança par la fenêtre, c'était ça, oui ça qu'elle devait faire aussi pour elle. « Je t'interdis de devenir comme moi tu entends ? Je te l'interdis ! » Alors que ses larmes montèrent à la vitesse des miennes, ses bras m'enlacèrent portant une étreinte si puissante. Mes mains virèrent dans son dos, s'agrippant à son chemisier que je serrais avec vigueur quitte à froisser le tissu. « Je t'interdis de laisser l'alcool abuser de toi ! Je t'interdis de nous priver de ton si beau sourire enchanteur, de ta si gayante joie, mon dieu comme tout ça nous manque... Pleure mon amour de sœur, pleure tout ce que tu as sous le cœur, parce que tu en as le droit, parce qu'il le faut...» Malgré mes pleures, malgré le mal qui me déchirait de la voir ainsi, malgré l'alcool qui coulait à présent dans mes veines, je m'obligeais à ne pas craquer pour suffisamment être forte afin de lui apporter réconfort. « Je suis là, nous sommes toutes là pour toi Alana...» L'une de mes mains vint caresser ses cheveux pendant un long moment. Doucement, je la fis reculer pour qu'elle soit face à moi. Mes mains sur ses joues, j'essuyais ses larmes si chaudes de mes pouces. « Ecoute moi Al', tu auras une magnifique vie, tu rencontreras l'homme de tes rêves, tu nous feras de beaux enfants, je te promets, tu redeviendras la Alana que tu as toujours été, ne nous laisse plus en dehors de tes maux grande soeur, car ils sont les nôtres... si tu savais. » En souffrant, elle nous faisait souffrir également, car nous ne supportions pas de la voir ainsi. C'est ce que nous étions nous, famille Tysee, ex habitants de l'océan, nous partagions toutes nos souffrances. « Je crois qu'on a bien mérité une bonne tasse de chocolat chaud. » Affirmais-je avec un large sourire en essuyant les dernières gouttes de larmes d'Alana. Mon bras entourant ses épaules, nos têtes collées, nous descendions à la cuisine. Plus question de pleurer maintenant, je me devais de lui redonner le sourire et pour cela, j'avais une petite idée en tête, Attina me tuerai demain, mais peu importe, pour le moment commençons par la petite tasse de chocolat chaud que je pris soin de préparer après nous êtres installées près du plan de travail. « Avoue que ta petite sœur fait les meilleures tasses de chocolat chaud du monde ! Hein ?. » Insistante, accompagnée d'un sourire et un regard tout brillant.



Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

TELL ME EVERYTHING SISTER Ҩ Alana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-