AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Apprends moi, apprends moi à aimer → RUBY Vide
Apprends moi, apprends moi à aimer → RUBY Vide
 

 Apprends moi, apprends moi à aimer → RUBY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Apprends moi, apprends moi à aimer → RUBY Apprends moi, apprends moi à aimer → RUBY EmptyMar 13 Aoû - 12:44




Apprends-moi, apprends-moi à aimer !

Le soleil se couchait enfin sur Fantasia Hill, laissant les ténèbres s’engouffraient dans la ville. Alexander avait toujours aimé ce moment de la journée. C’était comme si on passait dans un monde parallèle, que la terre se retournait. Une légère brise venant de la mer le faisait sentir vivant, il avait l’impression d’être invincible, ici, dans ce corps. Il était passé d’un loup, redouté, disgracieux et lourd à un homme, agile, musclé et plaisant à regarder. Même s’il y avait quelques inconvénients à être parti dans ce monde, il ne percevait que les privilèges  auxquels il avait eu le droit depuis son arrivé ici. Il réfléchissait à son succès ici en tant que chef de la police locale et homme quand la radio de sa voiture de fonction transmis un message à toutes les unités pour un vol à main armée à Skyline square. Il pensa d’abord l’ignorer mais ces fonctions ne lui permettait pas de prendre ce genre d’appels aussi à la légère, il décida tout de même de se griller une dernière cigarette avant de reprendre son poste puis il fila à toute allure dans les rues de Fantasia Hill. La sirène lui permettait de pouvoir rouler sans avoir d’obstacle et c’était une des raisons pour lesquelles il adorait ce métier. Il avait ce sentiment de pouvoir absolu, il pouvait aller aussi vite qui le souhaitait sans que personne ne le gêne et que tout le monde le respecte voir même l’admire. Et être admirer était une des choses préférait du Policier. Il aimait être le centre d’attention, que tout le monde le regarde comme un chef et un modèle à suivre. Pourtant il était loin d’être un modèle pour les autres, avides de pouvoir et d’argent, il trouvait tous les bons moyens pour se faire du fric facilement et sur le dos des autres, il était aussi un grand joueur de poker et ne pouvait s’empêcher d’y jouer mais surtout d’arnaquer ses compagnons et de les défausser de tous leurs biens sans aucunes once de pitié ou de regret. Il était ainsi, un sale type, que les gens adulaient grâce à son insigne et son sourire charmeur. Ceux qui l’avaient percé à jour n’hésitaient pas à le traiter entre autres, de loup, ça le faisait sourire. Ils ne savaient pas  que pour lui c’était un compliment. Etre le méchant de l’histoire ne le dérangeait pas le moins du monde, tant qu’elle se finissait bien pour lui.

Toutes ces pensées l’avaient égaré et pendant un moment, il stoppa la voiture de police, la sirène toujours allumée pour savoir ce qu’était déjà sa mission. Il hésitait à rappeler le poste pour savoir ce qu’il devait faire mais il avait trop peur qu’on le prenne pour un incompétent. Il essaya tant bien que mal de se souvenir mais il n’y avait rien à faire. Ce ne fut que quelques minutes plus tard qu’il se rappela enfin ce qu’il devait faire, quand trois ou quatre voitures de police comme la sienne débarquèrent sur l’avenue d’en face, elles étaient en train de prendre en chasse, une voiture noire, où il avait cru apercevoir trois hommes d’une trentaine d’années. Il allait venir en renfort quand il reçut un autre appel d’une des voitures de flic qui venait de passer lui signalant qu’il prenait les choses en main et que bientôt un hélicoptère allait survoler pour les aider. Assez nombreux, ils n’avaient donc pas besoin de lui et n’ayant rien à faire dans l’immédiat, Alex décida de faire le tour du quartier histoire de voir si tout se passait bien.  Il était 21 heures, l’air était chaud et humide et après avoir effectué sa ronde, il se décida enfin à ressortir de la voiture pour pouvoir s’en fumer une autre et peut être même allait boire une bière. Il s’accouda contre l’avant du véhicule, sortit son paquet de clope et commença à inhaler la fumer pour qu’elle entre dans son corps. Ce geste tout simple était une véritable drogue pour le policier, la cigarette le détendait, il sentit tous ces muscles se décontracter, la fumée lui brulait légèrement la gorge mais ça ne le dérangeait plus, il n’y faisait presque plus attention. Le seul moment où il regrettait de fumer autant c’était quand il devait courir longtemps et rapidement, son souffle était beaucoup plus difficile et il avait plus de mal à trouver de l’air mais était assez sportif, ses deux heures de jogging par jour lui permettait sans trop de mal de ne pas souffrir quand ce genre d’intervention se présentait à lui.

La cigarette finit, il la jeta par terre et alla écraser le reste de cendres qui était toujours allumé. Il allait entrer dans un des premiers bars qu’il avait repérer quand il remarqua une fille sur le trottoir d’en face. Les cheveux bruns, légèrement roux détachés se balançaient sur son dos en accord avec l’allure de marche qu’elle avait. L’air contrarié, elle semblait se presser pour aller quelque part de bien précis. Il ne la connaissait que trop bien mais ne savait pas s’il devait aller la rejoindre pour lui demander comment elle allait ou justement ne rien faire et la laissé tranquille. Il allait opter pour la deuxième option et ne l’appeler sur son portable que le soir même mais elle était si belle quand elle était énervée qu’il ne pût s’empêcher de traverser la rue en courant pour éviter l’accident puis quand il ne fut qu’à deux mètres d’elle, il l’interpella : « Ruby ! Ruby ! Attends-moi s’il te plait. » Surprise, elle se retourna vers lui pour comprendre qui l’appelait et quand elle l’aperçut elle lui sourit. Un sourire qui aurait pu faire fondre n’importe qui même lui mais il devait se souvenir que tout ceci n’était qu’une vengeance et qu’il n’essayait pas de flirter avec elle car il en avait une terrible et irrésistible envie. Non il devait se convaincre que tout ceci n’était qu’un jeu …

©️ charney



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ruby M . Loxley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Parvenir à vivre enfin notre amour pleinement et dans la joie.
Faites place à la vedette
Ruby M . Loxley
J'ai posé bagages ici le : 08/10/2012 Jouant le rôle de : La belle Marianne. Nombre de messages : 2877 On me connait sous le pseudo : Toujours le même. Un merci à : Avatar by me + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : K.Stew <3.
MessageSujet: Re: Apprends moi, apprends moi à aimer → RUBY Apprends moi, apprends moi à aimer → RUBY EmptyDim 18 Aoû - 14:02

Apprends moi, apprends moi à aimer → RUBY Tumblr_mrn0o3ZSMr1se6zueo1_500

Le plus court chemin du plaisir au bonheur passe par la tendresse. Un nouveau monde venait de se dévoiler sous les yeux de la jeune fille. Un univers tout entier dans lequel toute forme de vie quelle qu’elle soit s’élevait afin de retrouver au mieux le partage qu’il en découlait.  Comme si, à nouveau, son existence avait retrouvé un souffle de vie pour lequel elle était prête à se dépasser afin de le préserver. Comme si, il ne pouvait y avoir d’autres desseins à cette tâche que celui de l’avoir retrouvé. La crainte de ce nouveau monde, dans ce temps si éloigné du sien s’estompait enfin. Parce qu’ils étaient à nouveau réunis et qu’ils avaient su vaincre une nouvelle fois les mauvais tours menés par le Vilain. L’espoir avait eu raison des jours sombres, il lui avait ainsi permis de continuer, d’aller de l’avant et finalement elle avait pu être récompensée de cette tâche. Loin étaient les instants pendant lesquels elle pensait tout arrêter, loin étaient encore ces minutes pendant lesquelles elle s’était prise à maudire le Ciel et à pester contre cette force supérieure qui lui avait retiré son unique raison de vivre. Ces souvenirs douloureux avaient trouvé un remède, si bien que le baume sur son cœur lui en faisait presque oublié la douleur passée. Ainsi, elle avait retrouvé son souffle de vie, ainsi elle avait pu renaître une nouvelle fois, ainsi elle existait. Et tout cela grâce à son regard, ses yeux qui ne cessaient de lui faire ressentir cette chaleur au fond de son cœur. Une chaleur si vive et si intense qu’il lui arrivait d’en ressentir les moindres préludes dès lors que ses pensées retrouvaient son image.  Ses joues se mirent à rosir encore une fois, alors que Ruby couchaient de nouveaux mots sur le papier. Ayant pris place dans le parc de la ville, comme elle avait pris coutume. Elle s’était abritée sous cet illustre saule pleureur, qui lui rappelait tant celui, sur lequel Robin avait inscris leurs initiales durant leur enfance. Peut être était-elle installée ici depuis des heures ? Ou simplement quelques minutes ? Le temps lui était devenu inconnu, surtout lorsqu’elle repensait à leurs retrouvailles. Le sourire sur ses lèvres ne la lâchait plus, tout comme cette quiétude qui avait pris l’habitude de l’habiter à présent. Fermant un instant ses yeux, la jeune fille laissa son esprit dessiner les traits de son Amour. Elle le revoyait sourire et comme pour répondre à son appel, lui répondait en faisant de même. Ses yeux n’avaient pas changé, ils exprimaient cette même ruse et ce même défis que lorsqu’ils étaient encore des renards. Son pelage s’était changé en cette magnifique chevelure, qui lui rappelait bien les couleurs chaudes dans lesquelles, Marianne y avait toujours vu le soleil s’y refléter avec une grande intensité. Et ses lèvres… A l’unique pensées de ces dernières, la jeune fille effleura de ses doigts timides ses propres lèvres, en souvenir de ce baiser qu’ils avaient échangé. Son cœur chantait des douces quantiques alors que son désir de le revoir s’intensifiait de plus en plus. Le monde autour d’elle avait changé, mais pas leur amour, jamais. Elle se pinça légèrement sa lèvre et se décida enfin à ouvrir à nouveau ses paupières, lui dévoilant une vue d’ensemble bien dégagée. Un lac sur lequel venait batifoler quelques libellules s’offrait devant ses yeux et au-delà de celui-ci, des enfants couraient et riaient ensemble. Désireuse de garder cette nouvelle vision, elle resta ainsi à les admirer encore quelques instants. Que ce temps lui manquait… A vrai dire, elle n’avait jamais connu de réels amusements d’enfants, enfermée dans la cours du roi Richard, seuls les voyages lui étaient connus. Et elle ne pouvait en vouloir en son bon oncle, qui, après tout, avait rempli sa fonction de tutelle avec beaucoup de bonté et de clairvoyance, si bien qu’elle parvenait à le voir comme une figure paternelle. Nombre de fois est-il venu la rassurer alors qu’elle craignait les foudres d’un orage, nombre de fois est-il venu à sa rencontre alors qu’elle désirait agir de son propre chef durant l’âge ingrat, afin de lui rappeler les bonnes manières, mais surtout nombre de fois l’avait-il cajolé contre son épaisse fourrure hirsute alors qu’elle laissait échapper des larmes sur le sujet de ses parents. Le roi Richard avait toujours été bon envers elle et elle espérait qu’il ait pu trouver une quiétude dans ce monde, si il en faisait parti. Ses yeux se baissèrent légèrement, alors que ses mains jouaient entre elles dans un ballet délicat.  Soupirant doucement, la jeune fille se mit à penser que son oncle serait probablement bien entouré et aurait trouvé de quoi s’abriter. Elle ne doutait pas de lui, ni en ses capacités. Après tout, il était parti en guerre en Terre Sainte durant de nombreuses années. Il était aussi courageux que son nom lui-même. Cœur de Lion, la jeune fille sourit en revivant son retour après ce long voyage, les lueurs d’espoir dans chaque yeux alors que la bonne grâce venait de les rejoindre. Oui, il devait aller bien et oui ils se reverraient bientôt.

A ces pensées, Ruby referma soigneusement ses manuscrits et se releva. Scrutant le ciel, chargé de nuages, il semblait préférable de quitter les lieux avant que la pluie ne commence à semer ses fines perles sur le monde. Aussi, elle sortit du parc de son pas gracieux et léger et s’en alla reprendre le chemin du retour. Mais son regard fut attiré par une plaque au cours de sa marche. En effet, depuis qu’elle était arrivée dans cette ville, dans ce nouveau corps, elle n’avait jamais eu le courage d’oser franchir le seuil de la porte du musée. La crainte d’y trouver des affaires de son époux l’y avait rebuté. Mais à présent, plus rien ne pouvait l’empêcher de fouler le sol de ces lieux. Aussi, c’est en resserrant ce qu’elle transportait contre elle, qu’elle s’avança d’un pas timide mais curieux entre les murs humides et chargés d’innombrables histoires de cet établissement. Et ses yeux n’en revinrent pas des choses qu’elle eut l’occasion de découvrir. Tant de merveilles et de beautés l’entouraient, si bien qu’elle se perdait dans les moindres détails de chaque pièce ou confections. Son regard ne parvenait à se détacher des tapisseries qui ornaient les murs immenses. De magnifiques toiles qui représentaient la Dame à la Licorne, ouvrages qui lui avaient été donné de voir à la Tour de Londres lorsqu’elle y résidait, mais jamais d’une telle grandeur. Soucieuse du moindre détail, elle se laissa guider à travers l’histoire que racontait cette étoffe, jusqu’à ce qu’une personne ne la sorte de sa torpeur en lui indiquant que les lieux allaient fermer leurs portes d’ici peu. Confuse du désagrément qu’elle eut pu occasionner, la jeune fille se confondit en excuse plusieurs fois et ne put retenir bien longtemps la question qui lui brûlait les lèvres, à savoir de quelle place venait cette magnifique tapisserie. Le gardien de ces mieux lui répondit avec sureté et gentillesse, lui donnant ainsi toutes les informations qu’elle désirait entendre alors qu’il la raccompagnait en direction de la sortie. Leur conversation déboucha ainsi sur quelques anecdotes qu’elle se plaisait à lui donner vis-à-vis de son temps et ce dernier lui demanda en échange si elle était une Historienne. Ruby se mit à rire légèrement avant de lui répondre qu’elle était une simple passionnée de ce temps. Et puis, après ce long discours, chacun fit route de son propre côté.

La nuit commençait à tomber sur la ville et les nuages lourds qui planaient au dessus de chaque habitant laissaient présager de l’orage imminent. Notre jeune renarde appréciait beaucoup la pluie, sentir chaque goutte ruisseler le long de son corps, mais également pouvoir admirer la nature dès lors qu’elle avait droit à cette clémence. Malheureusement, sa nouvelle condition, ne lui permettait pas d’avoir le privilège de l’admirer sans tomber malade. Aussi, et par mesure de sécurité et de prudence, elle se souvint des conseils de son preux Liam, à propos des divers cochers. N’hésite pas à prendre un taxi si tu vois que les bus ont fini leur tournée. lui avait conseillé son ami, alors qu’elle prenait conscience des divers cochers. Et autant mettre en pratique ces conseils. C’est donc en longeant la rue qu’elle essaya d’appeler plusieurs fois un cocher aux couleurs d’une abeille. Malheureusement, elle n’avait pas encore réussit à obtenir les habitudes des riverains et ses appels ne devaient probablement pas être vus. Ainsi donc, elle abandonna cette idée et se contenta de presser son pas de plus belle. Le regard rivé vers le sol, elle priait pour que la pluie ne s’abatte pas, Pas encore… se répétait-elle à elle-même en avançant son pas. Heureusement les pantalons qu’elle portait lui permettaient ainsi de faire de plus grandes enjambées afin d’accélérer son pas. Cependant, il lui semblait entendre son prénom au loin. Curieuse, elle prêta un peu plus attention à cette voix et s’arrêta alors qu’elle prenait conscience que c’était son nom qu’on prononçait. Elle se retourna doucement, le regard légèrement curieux, alors qu’un sourire commençait à se dessiner sur le coin de ses lèvres en reconnaissant le visage ami de son appelant. Ce sourire s’étira davantage alors qu’elle distinguait de manière nette les traits de son ami, Alexander. « Oh… bonsoir Alexander. » L’avait –elle gratifié sur un ton délicat. Puis se souvenant des manières de cette époque, elle s’avança légèrement et déposa l’une de ses mains sur son épaule afin de lui donner une bise, comme il était de coutume. « Veuillez pardonner mon indélicatesse à votre égard. Ma hâte ne m’avait pas permis de distinguer au mieux votre voix. » Elle lui adressa un nouveau sourire et se recula d’un pas, pouvant ainsi admirer le charisme et la prestance de son ami. « Comment vous portez-vous  en cette soirée chargée de lourdeur ? » Désignant le ciel menaçant au dessus de leurs têtes, Ruby laissa ses yeux se perdre dans ceux de son ami, désireuse d’y déceler une éclaircie qui pourrait les réchauffer.


Spoiler:
 



printemps éternel

« Celui qui occupe mes pensées possède les seules richesses dont je puisse ambitionner la conquête : un noble cœur, un esprit chevaleresque et un caractère loyal. Je lui serai éternellement fidèle et attachée. »
Revenir en haut Aller en bas
 

Apprends moi, apprends moi à aimer → RUBY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-