AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
21.95 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -29%
Jeu d’ambiance Dobble
Voir le deal
7.12 €

Partagez

DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Vide
 

 DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 17:30


 

Parfois, il scrute un miroir, dans l'espoir vain de voir apparaître le pâle et blafard reflet de son épouse, de sentir enfin son cœur et son âme libérées du poids qui l'obsède jour et nuit. Il ne s'est toujours pas vraiment habitué à travailler : avant, son éducation et son rang lui épargnaient le besoin de gagner de l'argent, mais depuis son arrivée à Fantasia Hill, il semblerait que même lui doive travailler. Cependant, Drystan a réussi à récupérer une partie de sa fortune d'antan, et il n'est pas indépendant à l'argent, comme nombre d'autres gens. C'est pour cette raison qu'il n'est pas payé pour ses services de tueur à gages avec de l'argent, mais avec des services, des dettes qu'il recense avec précaution dans un petit carnet. Quiconque ose réfuter sa dette finit malheureusement en cendres. Voltaire n'est pas du genre à faire dans la demi-mesure. Peut-être espère-t-il retrouver son seul et unique amour, et de se faire pardonner pour ses péchés, qu'il considère en revanche comme presque impardonnables. Il ne regrette rien, ou presque. Toute sa vie n'avait été qu'un immense mensonge à lui-même, et il sait pertinemment que cette « deuxième chance » est la dernière. Il a gardé ses habitudes du passé : il lui arrive de froncer les sourcils, à n'importe quel moment, ou encore de laisser échapper quelques mots très courtois qui n'ont rien à faire dans une conversation de ce monde-ci. Il a bien vite compris que tout était diamétralement opposé : ici, les gens n'avaient plus la même façon de parler, de se vêtir, d'être, tout simplement. Une vie opposée à la sienne, en somme. Il a tendance à cacher une personne qu'il n'aime pas montrer, une facette de lui à laquelle il refuse toute existence, qui n'a de raison d'être qu'en présence d'Essylt. Aussi tente-t-il au maximum de la cacher, quitte à s'inventer un mensonge. Il arrive parfois que cette partie de tendresse et de douceur qui co-existe avec son côté d'ombre pure, lorsqu'il revoit dans cette vie un épisode de son passé, où son sourire omniprésent fait battre son cœur, vite, vite. Il y a une seule chose dont il soit incapable : donner sa confiance pleinement, pour une raison que lui-même ignore ; il n'arrive pas à faire confiance aux gens et garde cette méfiance constamment, croyant sans doute qu'il n'y a pas de bonheur possible sans elle. Il cherche, cherche Essylt, mais au final, il n'est même pas sûr qu'elle l'ait suivie dans ce monde. Tout ce qu'il espère, c'est que son insupportable sœur Ann soit également du voyage. Insupportable, prétentieuse, et jalouse. Il accepterait volontiers de la tuer s'il en avait l'occasion, et le droit, mais son épouse n'est pas de cet avis. Malheureusement, elle voue une adoration totale à cette superficielle donzelle sans aucune douceur ni grâce. Tout le contraire d'Essylt.

Drystan Voltaire 'Blue' Carhays
The vilains are back ⊹ feat. Gaspard Ulliel

Depuis mon arrivée à Fantasia Hill, je m'appelle Drystan Voltaire, en hommage à la littérature, chose que j'affectionne tout particulièrement, mais en réalité je viens d'un autre monde, un monde magique, là bas on m'appelait la Barbe Bleue, même si personne n'a jamais réellement su la signification de ce surnom. Vous devez sûrement me connaitre, avez vous déjà entendu parler du conte qui porte mon surnom, Barbe Bleue ? De toute manière, je vais vous parler un peu de moi, j'ai vingt-huit ans, je ne compte plus les années passées sur cette Terre tant elles me semblent lointaines et imprécises, on dit souvent que je suis peu scrupuleux, mais d'une grande tendresse malgré tout, quelque peu masquée par mon côté sombre, séduisant, attirant et le rendant bien aux femmes, même si au fond il n'y a qu'elle, méfiant, ne donnant presque pas ma confiance, à mon plus grand regret, impulsif, autoritaire, mais seulement lorsque les choses ne se passent pas comme je le souhaite, ce qui en soit est rare, pour un homme de mon rang et de mon état, sarcastique et cynique, je cache cependant une facette beaucoup plus sensible, à demi dévoilée en sa présence, s'effaçant dès qu'elle disparaît, et intelligent et cultivé, bien plus qu'il n'y paraît. Mais vous savez ce que je pense des apparences... Actuellement, je suis tueur à gages, mais ne pensez pas que je fais ça pour l'argent. Je suis déjà immensément riche, pourquoi en vouloir toujours plus ? Je fais ça pour passer le temps, sans doute que j'espère la retrouver grâce aux informations que je glane au détour d'une ruelle. Au lieu d'argent, on me paie par service, ce qui me donne ce délicieux sentiment de puissance et de hauteur, j'aime beaucoup la lecture, l'enfant à mes côtés et les armes blanches. Oh et pour les petits curieux, je suis désespéré.


PSEUDO/PRÉNOM ◆ Lulapsy, ou Margot, toujours le même donc hihi. :bril: ÂGE ◆ Si on considère que dans 12 jours j'ai 15 ans, je peux dire que j'ai 15 ans ou pas encore ? DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2389784783 PAYS/RÉGIONS ◆ Toulouse, la plus belle ville du monde lalala. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622 OU AS-TU CONNU LE FORUM ? ◆ Ça fait tellement longtemps, je ne m'en rappelle pu, mais par Nathanaël sans doute, vu que j'avais Théa. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050 TES IMPRESSIONSvenerevenere  SCÉNARIO OU PI ? ◆ Scénario de la divine Essylt. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622 CODE DU RÈGLEMENT ◆ OK par BELLA DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2845003994 SOUHAITES-TU ETRE INSCRIT POUR UN SURPRISE RP APRES TA VALIDATION ?◆ Pourquoi pas. chat potté  Ça dépendra de si j'ai le temps donc non et si jamais je peux je m'inscrirais. mdrr UN DERNIER MOT POUR LA FIN ◆ Love love love love. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 38529682


Dernière édition par Drystan V. 'Blue' Carhays le Ven 27 Sep - 23:52, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 17:31




Naiveté enfantine.

Ses yeux profonds sont faits de vide et de ténèbres,
Et son crâne, de fleurs artistement coiffé,
Oscille mollement sur ses frêles vertèbres.
Ô charme d'un néant follement attifé.

La chambre était à peine éclairée. Seule une bougie trônait là, posée sur la vieille table en bois qui avait supporté les années avec courage. La fenêtre ouverte laissait entrer l'air frais du soir, et dans le ciel on discernait la lune, toute brillante, parée de tous les éclats, la rendant si belle et gracieuse dans le ciel bleu marine, cernée d'étoiles de toutes parts. Confortablement installé sous sa couette, l'enfant regardait son grand-père avec ce soupçon d'excitation, ce frisson d'adoration et d'attente, et ce petit sourire qui lui appartenait, à lui, et lui seul. « Quelle histoire, pour ce soir ? » Le gamin parut réfléchir quelques secondes, et, fixant son grand-père, sauta presque sur place. « Barbe-bleue, grand-père ! » Le vieillard soupira. Deux semaines et deux jours que l'enfant voulait la même histoire, sans qu'il ne puisse donner une raison particulière. Prenant le gros livre de contes sur ses genoux, il toussota légèrement, prenant un air plus sérieux, et commença la lecture, sous le regard de son petit-fils, visiblement très intéressé, qui fronçait les sourcils, la tête posée sur l'oreiller doux de son lit en bois, à peine vieilli malgré les années. « Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et à la campagne, de la vaisselle d'or et des carrosses tout dorés ; mais par malheur cet homme avait la barbe bleue : cela le rendait si laid et si terrible, que femmes et filles fuyaient devant lui... » Lorsqu'il releva enfin la tête, à la fin de sa lecture, l'enfant, les yeux clos, dormait profondément, un petit sourire dessiné sur ses fines lèvres. S'approchant de son front, il y déposa un baiser, et sortit de la chambre, éteignant au passage la maigre bougie qui éclairait jusqu'alors la petite pièce.
Un conte peut avoir plusieurs interprétations, voire parfois même plusieurs versions. Mais pensez-vous tout connaître des contes que, petit, on vous a si souvent racontés ? Pensez-vous avoir eu la vraie version de chacune de ces histoires, ou pensez-vous avoir été dupés à cause de votre jeune âge, sous prétexte qu'il ne fallait pas vous choquer ? Pensez-vous que la vérité vous a été cachée, afin de ne pas réveiller de vieux cauchemars ? Ou pensez-vous simplement, naïvement, que tout ce qui sort de la bouche d'un adulte peut être considéré comme véridique ? Détrompez-vous.
Le regard du vieil homme se tourna une dernière fois vers le corps endormi de son petit-fils, et il poussa un petit soupir, coupable du mensonge répété depuis des semaines et des semaines, pour la seule et unique raison qu'il était bien incapable de raconter la réelle version de l'histoire à l'enfant, de peur de le voir effrayé et terrifié, plus qu'il ne pouvait déjà l'être. S'asseyant dans son vieux rocking-chair, il fixait l'horizon, sans dire mot, ses pensées bien trop lointaines, son esprit racontant malgré lui la réelle histoire de Barbe-bleue.




Imperfection si parfaite.

Sois brise, mon poème,
caresse les joncs du Styx
chante, apaise et endors
ceux qui attendent.

Imaginez. Laissez votre esprit vagabonder à travers les méandres d'un monde imaginaire. Imaginez un portail, en fer forgé, vieux comme le monde, qui grince au moindre mouvement, envahi par les herbes grimpantes, de toutes parts. Imaginez que vos pas le franchissent, comme si vous pénétriez dans un monde bien différent du vôtre. Imaginez un petit sentier de terre, bordé de ronces, sans aucune logique apparente, où tout vous semble fouillis, brouillon. Imaginez le gazouillis des oiseaux, dans les arbres, les odeurs d'un automne déjà bien présent, toutes ces senteurs délicieuses qui parviennent jusqu'aux papilles. Imaginez un petit lac, où nagent quelques poissons, à peine réveillés par les clapotis que font les branches d'un saule pleureur, pendant dans l'eau tel un corps avachi sur le bord de l'eau. Imaginez de grandes pelouses, de grands jardins, qui semblent pourtant à peine travaillés, à peine nettoyés, ajoutant plus de grandeur à l'endroit. Imaginez un immense château, dont on ne voit sans doute pas le haut des tours, caché par les nuages gris presque habituels de l'Angleterre. Imaginez une grande allée, menant à une large porte en bois, à demi entr'ouverte, comportant une grosse serrure, sans clé. Imaginez un parterre de lys blancs, chacun plus beau que le précédent. Imaginez que votre regard monte, observe le mur de crépis, peint avec délicatesse et grâce, portant une plaque, reflétant la richesse du lieu, sur laquelle sont gravées des inscriptions : « Domaine Conomor de Carhays ».
Personne ne connaissait réellement ce « de Carhays ». Certains disaient qu'il était immensément riche, depuis sa naissance. Que toute cette richesse avait été transmise de générations en générations années après années. D'autres disaient qu'un des anciens habitants avait même été roi d'une province éloignée, mais à dire vrai, il restait un parfait inconnu. Et puis, un jour, il était sortit de ce cocon dans lequel il avait vécu toute sa vie. Après avoir mis au courant les personnes les plus influentes de son existence, il lui avait suffi d’annoncer une ou deux fois, au revers d'une conversation, qu'il recherchait une femme pour que les plus belles viennent le courtiser, voulant sans nul doute atteindre sa richesse au moyen d’un mariage, ô viles créatures pathétiques. Chacune redoublait d’efforts pour lui montrer à quel point elle était vaillante, belle, loyale. Chacune se battait, voulant à tout prix prouver qu’elle serait la meilleure femme qu’il ne puisse jamais espérer trouver. Qu’elle serait l’unique femme de sa vie. C’était à une joute, sans limites, féroce, presque animale qu’elles se livraient, n’ayant aucune pitié les unes envers les autres. Il se rappelait avec précision chacune d'elles. Au final, elles se ressemblaient toutes. Des artifices, seulement une superficialité. Aucune personnalité.
Pourtant, sans doute poussé par une pulsion humaine, il se maria tout de même avec la plus belle d'entre elles, et celle qui semblait être la plus intelligente. A partir de ce moment, l'histoire racontée aux plus petits a sa part de vérité : durant des semaines, elle fut pour lui la plus merveilleuse épouse qui soit. Il lui offrait tous les bijoux, toutes les perles, la présentait aux plus grands du pays. Ils devinrent invités dans tous les bals. Toutes jalousaient cette jeune femme, qui avait une vie si parfaite, et ce Lord qui, contrairement aux rumeurs, n'était pas si laid que cela. Il avait même un charme plutôt prononcé. Ce qui n'est pas conté aux enfants, c'est ce qu'il se passa lorsqu'il partit pour la France, laissant à sa femme les clés du domaine. Il existe, près de la Corse, de petites îles, surnommées les Îles Sanguinaires. On les aperçoit de la montagne Ajaccienne, vers la droite, là où l'île de Beauté s'arrête pour laisser place à la mer toute entière. Il y a plusieurs raisons à ce surnom ; on dit que lorsque le soleil se couche, elles prennent une couleur rouge, semblable au sang, leur apportant plus de mystères encore. On dit également qu'étaient envoyés là-bas les victimes de la lèpre, cette odieuse maladie jusqu'alors incurable. C'est là-bas que s'est rendu l'héritier de la famille de Carhays. C'est là-bas que, ô ignominie, il récupérait de temps à autres des bouts de corps de lépreux, afin sans nul doute de les étudier de retour chez lui.
Mais les femmes sont fourbes, et bien trop curieuses. Quelle n'a pas été la surprise de sa femme en découvrant, dans cette petite pièce, des bocaux, alignés sur des étagères, emplis de formol, dans lequel nageaient des bouts d'organes, rendus bleutés par l'obscurité, tandis qu'au-dessus, un portrait de l'ancêtre familial semblait veiller sur toute ce petit manège.
Lorsqu'il apprit qu'elle était entrée dans la chambre, il n'eut d'autre choix que de la faire disparaître, elle et son insupportable prétention.
A partir de ce moment, il déplaça le tableau de son ancêtre au milieu du grand salon, et les gens commencèrent aussitôt à le surnommer Barbe-bleue, à cause de la barbe du vieil homme, peint, dont les reflets bleutés laissaient entrevoir une facette bien mystérieuse de cette famille encore très inconnue.
Le lendemain, on entendait plus parler d'elle nulle part. Et ce fut ainsi pour ses sept autres femmes, toutes plus stupides les unes que les autres, ne désirant que sa richesse, que ses bijoux, et que son nom. Il avait cette terrible façon, cette terrible attitude de vouloir absolument avoir une présence à qui se raccrocher, une personne sur qui compter, mais jamais il n'avait réussi à trouver la bonne, la grâce incarnée. Toutes étaient des créatures avides d'argent. Sauf une.




Apparition céleste.

Si la rose savait que sa grâce et sa beauté la conduisent droit dans un vase, elle serait la première à se trancher la gorge avec sa propre épine. Mais elle l'ignore, et c'est dans cette poche d'ombre qu'elle puise la sève de sa propre survivance.

Il n'avait jamais su ce qui l'avait tant charmé chez elle. Peut-être était-ce ses yeux, où derrière son regard il discernait nombre de diamants perlant au gré des flots, peut-être était-ce son sourire, qui renfermait toute la douceur et la beauté d'un monde pour lequel il aurait fait tout ce qui était en son pouvoir, peut-être était-ce sa pureté, son innocence, ce charme qui la rendait si belle tout en la laissant comme aux premiers jours, enfantine sans vraiment qu'elle le soit. Ou peut-être était-ce simplement elle, sa façon d'être, de marcher, de percevoir les choses et de les analyser à sa manière. Peut-être dessinait-elle dans la pâleur de la rosée du matin l'espoir d'une femme aimante et si pure, en qui il aurait pu avoir toute confiance. Elle était telle une Némésis, une déesse, elle était la Toison d'Or tant recherchée, la nymphe si gracieuse, la Muse si parfaite. Elle était tout, pour ne pas dire qu'elle était si importante qu'il aurait fait pour elle ce que jamais il n'avait voulu faire auparavant. Et surtout, elle était différente. Elle n'était pas aussi belle que les autres, mais elle avait sa propre beauté, pas cet artifice monté de maquillage qui la rendait si superficielle.
Il se rappelait, avec grande précision, comme si cela avait été hier, le jour où, faisant une promenade à cheval, au détour des bois près de son domaine, il l'avait vue, debout, tentant de porter un morceau de bois qui faisait deux fois sa taille. Il avait ri un instant, et s'était approché, pour voir ce qu'il se passait de plus près. Elle était frêle, enfantine, et en un instant il était tombé sous son charme, incapable de penser à autre chose qu'à elle. Alors, se montrant le plus courtois possible, il l'avait séduite, espérant qu'elle accepterait qu'on lui fasse la cour ainsi. Elle avait ravivé en lui une flamme qu'il croyait ne jamais pouvoir revoir. Peut-être pensait-il qu'elle serait le dernier espoir, son dernier espoir. Il espérait.
Lorsqu'il partit pour l'Europe, une fois de plus, laissant toutes les clés à Essylt, il était certain au fond de lui qu'elle n'ouvrirait pas la pièce interdite. Elle était... si délicate, si intelligente, si parfaite qu'il ne douta pas le moindre instant de sa loyauté.
Mais la dernière chose qu'il vit, avant la lumière, ce fut son couteau à demi enfoncé dans la poitrine de sa bien-aimée, et la hache de son bûcheron de frère s'abattre sur lui dans un fracas.




Agonie au masculin.

Les dieux nous envient parce que nous sommes mortels, parce que chacun de nos instants peut être le dernier et que tout est beaucoup plus beau car nous sommes condamnés.

« Combien, en échange ? » Un sourire éclot sur ses lèvres, et ses doigts glissèrent sur le papier posé délicatement, soigneusement sur le bureau en bois. Il attrapa un stylo, sortit une feuille blanche, et inscrivit quelques mots, dénués de sens pour qui ne le connaissait pas personnellement. « Je ne veux pas d'argent. Tu sais très bien comment je travaille, pourquoi poser la question ? Si tu le veux vraiment, cela ne sert à rien d'insister. » L'homme qui lui faisait face ne sembla pas surpris, haussant les épaules comme si finalement, il n'en avait rien à faire. Drystan se leva, lui faisant rapidement comprendre qu'il devenait nuisible et inutile, et s'approcha de la porte. « Dans deux jours, c'en sera terminé. » L'homme hocha la tête, recouvra sa tête d'une capuche noire qui lui cachait presque entièrement le visage, et, en silence, sortit. Resté seul, Voltaire retourna à son bureau, contemplant un moment les feuilles blanches posées devant lui, perdu dans ses pensées. Il revoyait encore le visage d'Essylt, cet adorable sourire qu'elle avait l'habitude d'afficher, sa façon de marcher, son adoration pour les lys... il revoyait tout d'elle, et à chaque fois, il avait plus mal encore. Secouant la tête, il sortit un petit carnet de l'intérieur de sa veste, et ajouta à la suite des chiffres qui semblaient incompréhensibles un nombre auquel lui, et lui seul, voyait une signification. « 318. » Pour la plupart des gens, c'était un embrouillamini de chiffres et de nombres sans symbolique, mais lui savait à quoi correspondait chaque trait, chaque chiffre, chaque mot. Il était très méthodique, et il lui arrivait fréquemment de ranger, tel un maniaque, son bureau ; il allait jusqu'à vérifier le moindre petit grain de poussière, le moindre centimètre en trop. Sans doute une vieille habitude.
Il se leva, se dirigea vers un placard, et appuya sur un petit bouton caché par le rideau, ouvrant une trappe dans le placard. Il en sortit un silencieux, referma la trappe, le placard, prit son manteau et son petit carnet, qu'il cacha soigneusement dans sa veste, et sortit, prêt à faire une nouvelle victime pour le souhait de ses clients.

love.disaster



Dernière édition par Drystan V. 'Blue' Carhays le Sam 28 Sep - 18:04, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 17:39

"... Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige"
C'est pour moi l'un des plus beaux vers de la poésie française, et tout le poème est magnifique ! :bril:

Que dire, puisque ainsi tu commences par l'Harmonie du soir ? olala
J'ai hâte de te lire, ma curiosité est déjà attisée, et j'espère que tu te plairas avec ce personnage ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622
Si tu as besoin de quoique ce soit, si tu as des questions sur la psychologie ou l'histoire de Barbe Bleue, ou même sur celles de Mily, encore une fois n'hésite pas à m'envoyer un MP !

Bon courage ! kissheart

P. S. : Argh, en plus j'aime tellement Gaspard quand il a les cheveux en arrière comme cela, en fin de compte je crois que Mily va oublier ses bonnes manières et te dévorer sur place elle-même ! wiwi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 18:08

Je l'ai connu il y a quelques temps, il est vraiment magnifique. :bril: J'espère que mon style et ma fiche te plairont, je vais faire le maximum pour en tous les cas. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622

Te harceler par Mp peut en effet être une excellente idée. Umm Merciiii :bril:

P. S. : Viens me dévorer je n'attends que toi DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 38529682
Revenir en haut Aller en bas
Abigaelle A. Blair

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Savoir enfin d'où je viens...
Faites place à la vedette
Abigaelle A. Blair
J'ai posé bagages ici le : 13/09/2013 Jouant le rôle de : Alice in Wonderland. Nombre de messages : 875 On me connait sous le pseudo : Asz. Un merci à : Tumblr ♥ Je suis fier(e) de porter l'avatar de : La sublime et divine Kathryn Prescott.
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 18:36

Bienvenue ! Bon courage pour ta fiche, puis, Gaspard Ulliel kissheart leche love pompom han 04 dance applaudir Super choix d'avatar !!


STAY ❞

I'll give her one more time. We'll give you one more fight. Said one more line. There'll be a riot, cause I know you.
Revenir en haut Aller en bas
Stanislav N. Bartok

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: être un homme meilleur
Faites place à la vedette
Stanislav N. Bartok
J'ai posé bagages ici le : 09/05/2013 Jouant le rôle de : Bartok (team Anastasia) Nombre de messages : 1306 On me connait sous le pseudo : nenes Un merci à : Box&Shock + nenes + northern lights. + tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Ed Hot Westwick
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 18:38

Rebienvenue et bon courage pour ta fiche :bril: Tu as vraiment fait un super choix, ce scénario est génial et puis Gaspard bave 



If you wish it, wish it now.

Everybody's gotta love someone but, I just wanna love you, dear. Everybody's gotta feel something I just wanna be with you, my dear.  I know it's hard to be in this position. If they stop loving, I won't stop loving you. If they stop needing you, I'll still need you, my dear.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 18:49

@Abigaelle A. Blair a écrit:
Bienvenue ! Bon courage pour ta fiche, puis, Gaspard Ulliel kissheart leche love pompom han 04 dance applaudir Super choix d'avatar !!
C'est re-re-re(...)re-bienvenue pour être précise. 03 mdrr Mais mercii, puis, Gaspard quoi. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 543194845 olala DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050

@Stanislav N. Bartok a écrit:
Rebienvenue et bon courage pour ta fiche :bril: Tu as vraiment fait un super choix, ce scénario est génial et puis Gaspard bave 
Mercii Stanichou ! :bril: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050
Revenir en haut Aller en bas
W. Emily Stoker-Pemberley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
W. Emily Stoker-Pemberley
J'ai posé bagages ici le : 20/04/2012 Jouant le rôle de : Emily, the Corpse Bride. Nombre de messages : 2553 On me connait sous le pseudo : Broken Cookie. Un merci à : paperbrain & hotmess & BTVS & tumblr. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Felicity Jones.
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 19:29

Oww, Barbe Bleue :bril:

Comme je suis contente que ma morphine ait trouvé son Gaspard (:bril:) d'autant qu'entre tes mains il sera sûrement en sécurité. Excellent choix de scénario, j'ai hâte de lire ce que tu vas faire de la version de l'histoire qu'Essylt a écrite flyheart

Bonne chance pour ta fichounette kissheart

PS : mow, tu as repris le cadeau que j'avais fait à ma morphine, ça me fait tout drôle et tout plaisir que vous l'utilisiez :**:




Tell me,
my dear.
Can a heart still break once it's stopped beating ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 20:38

Mouhaha ! ici Mily c'est ma femme, bienvenue en Enfer... devil J'sens qu'on va avoir des trucs à se dire !

+ Ok j'avoue Baudelaire c'est un critère de vénérabilité totale, bien joué ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622

Ha oui et j'ai compris que c'est le mot de passe top secret de fin des messages sur cette présentation : "han et puis Gaspard quoi..." DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 813734878
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 20:42

Re-re-re-bienvenue, mon beau. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622
Gaspard + barbe bleue est un choix à tomber... olala hâte de lire ta fiche. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 20:46

Brrrr.. j'n'aurai qu'une chose à dire.. Umm

dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate  dumby s\'éclate
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 20:51

@W. Emily Stoker-Pemberley a écrit:
Oww, Barbe Bleue :bril:

Comme je suis contente que ma morphine ait trouvé son Gaspard (:bril:) d'autant qu'entre tes mains il sera sûrement en sécurité. Excellent choix de scénario, j'ai hâte de lire ce que tu vas faire de la version de l'histoire qu'Essylt a écrite flyheart

Bonne chance pour ta fichounette kissheart

PS : mow, tu as repris le cadeau que j'avais fait à ma morphine, ça me fait tout drôle et tout plaisir que vous l'utilisiez :**:
Merci Emilou, t'es adorable :bril: Et puis évidemment que je l'ai repris, c'est une vraie merveille ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622 Je t'envoie des câlins DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050

Peter S. Shadow a écrit:
Mouhaha ! ici Mily c'est ma femme, bienvenue en Enfer... devil J'sens qu'on va avoir des trucs à se dire !

+ Ok j'avoue Baudelaire c'est un critère de vénérabilité totale, bien joué !  DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622

Ha oui et j'ai compris que c'est le mot de passe top secret de fin des messages sur cette présentation : "han et puis Gaspard quoi..."  DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 813734878
Ta femme ? Arrête de rêver de femmes mariées, elle est déjà prise & je ne la lâcherais pas. devil Si tu m'as pas reconnue, c'est ton Jukebox-sans-surnom-fixe Umm Alors un peu de respect s'il te plaît ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 4153354820

Merci sinon. :bril: Han et puis Gaspard quoi... DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 813734878

Wendy M-A. Darling a écrit:
Re-re-re-bienvenue, mon beau. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622
Gaspard + barbe bleue est un choix à tomber... :olala:hâte de lire ta fiche.  DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050
Merci ma belle, j'espère être digne de ton avis olala DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050 Tu me fous la pression là d'un coup. chat potté 

Eris Danaé Chaos a écrit:
Brrrr.. j'n'aurai qu'une chose à dire.. Umm

dumby s\'éclate  dumby s\'éclate ... etc.
Nous faudra un lien mon Amour, c'est obligé. Umm DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050 Mais je ne répondrais que cela, tu comprendras amplement :
dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate dumby s\'éclate 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 20:54

Oh, mais non, pas de pression, mon doux. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 38529682 tu as une très belle plume, je ne pourrais que l'apprécier confrontée à ce personnage. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622 DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 20:56

Erf, tu vas me faire rougir.. olala DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622 Je vais écrire le plus joliment possible en espérant que cela plaise, alors ! :bril:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 21:07

Hi hi. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622 Cela ne me donne que plus envie de te lire encore, bon courage à toi. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050

*s'arrête de flooder* DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2845003994 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyJeu 19 Sep - 21:47

Re-bienvenuuuuuuuuuue chez toi ! Mais quel choix ! J'aime beaucoup !

Bonne chance pour ta fiche et have fun sur Pixie ! flyheart 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyVen 20 Sep - 17:32

Wendy M-A. Darling a écrit:
Hi hi. :trognon:Cela ne me donne que plus envie de te lire encore, bon courage à toi. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050

*s'arrête de flooder* DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2845003994 
Phu. olala

*s'arrête de flooder aussi* DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2845003994

M. Aladin Al Zahrani a écrit:
Re-bienvenuuuuuuuuuue chez toi ! Mais quel choix ! J'aime beaucoup !

Bonne chance pour ta fiche et have fun sur Pixie ! flyheart 
Merci Aladinouuuu ! :bril: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 1823284050
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyVen 27 Sep - 23:50

Je ne vais pas te dire bienvenue tout de même... Si ? DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 900726629
Bon allez, re-bienvenue et écris-nous vite cette histoire que je puisse laisser mes yeux parcourir tes lignes merveilleusement bien écrites flyheart
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptySam 28 Sep - 0:07

Je viens faire ici la pompom girl un petit coup, comme je suis en retard sur mes MPs et que je n'ai pas le temps de m'y mettre ce soir... Je voulais juste te dire que j'aime beaucoup ce début d'histoire ! wiwi DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622 J'ai bien aimé la partie avec le grand-père et l'enfant, c'était très intriguant... J'ai hâte de lire la suite, bon courage en tout cas ! kissheart
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptySam 28 Sep - 11:25

Aiden J. Amane a écrit:
Je ne vais pas te dire bienvenue tout de même... Si ? DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 900726629
Bon allez, re-bienvenue et écris-nous vite cette histoire que je puisse laisser mes yeux parcourir tes lignes merveilleusement bien écrites flyheart
Si, allez soyons fous. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 900726629 Pf, tu dis n'importe nawak, mais merci :bril: Je me dépêche !

Essylt H. 'Mily' Carhays a écrit:
Je viens faire ici la pompom girl un petit coup, comme je suis en retard sur mes MPs et que je n'ai pas le temps de m'y mettre ce soir... Je voulais juste te dire que j'aime beaucoup ce début d'histoire !  wiwi  DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622  J'ai bien aimé la partie avec le grand-père et l'enfant, c'était très intriguant... J'ai hâte de lire la suite, bon courage en tout cas !  kissheart
Tu es très classe en pom-pom girl, en tous les cas. Umm Ravie que ça te plaise, ça me met un peu de pression que ce soit toi, mais je fais de mon mieux. :bril: J'espère finir aujourd'hui (enfin) ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyMer 2 Oct - 17:45

Très belle présentation leche 
Il nous faudra le feu vert de Essylt avant de pouvoir te valider kissheart 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyMer 2 Oct - 19:16

Oups, mon ténébreux ami vient de me faire remarquer qu'on attend plus que moi pour la validation, je vous prie de m'excuser... DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 4029093039 C'est-à-dire que je ne pensais pas qu'on me demanderait mon opinion ! ^.^'

Ta fiche est très bien, je n'ai rien à dire si ce n'est que j'ai hâte de passer aux RPs ! wiwi DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622
Alors avec tout le retard du monde je vous prie de bien vouloir valider mon amoureux... chat potté
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyMer 2 Oct - 19:28

Oh, je suis ravie qu'elle te plaise, j'avais un peu peur de ton avis, mais je suis rassurée ! Hâte hâte hâte de pouvoir enfin rp avec toi. DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 2034992622

Merci Midoriiiii, quel beau nouveau prénom :bril:
Revenir en haut Aller en bas
W. Emily Stoker-Pemberley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
W. Emily Stoker-Pemberley
J'ai posé bagages ici le : 20/04/2012 Jouant le rôle de : Emily, the Corpse Bride. Nombre de messages : 2553 On me connait sous le pseudo : Broken Cookie. Un merci à : paperbrain & hotmess & BTVS & tumblr. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Felicity Jones.
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! EmptyMer 2 Oct - 19:34

Et oui ma morphine, on ne valide pas avant que le créateur du scénario ait approuvé chat potté

Bien jolie fiche DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! 38529682 - je dirais juste que c'était son épée et non un couteau qu'il usa contre Ann mais on s'en fiche #sbaaff (c'est parce que j'ai voulu vérifier un truc sur la fiche d'Essylt avant de valider que je me souviens d'un tel détail hein mdrr)

Félicitations !
Bravo ! Tu peux dès maintenant commencer la quête de ton avenir, que nous serons heureuses de suivre dans les moindres détails. Voici une petite liste de liens importants et utiles ci-dessous que tu pourras suivre obligatoirement. Nous te souhaitons néanmoins, la bienvenue ici et surtout bon jeu sur Pixie Dust !.

☀️ RECENSER SON AVATAR
☀️ RECENSER SON PERSONNAGE
☀️ RECENSEMENT DU FAIRYBOOK
☀️ RECENSER SON MULTI-COMPTE
☀️ LES GROUPES
☀️ LES LIENS
☀️ LES SUJETS
☀️ NOUVEAUTÉS
☀️ PARRAINNAGE


I love you N'OUBLIE PAS LE PETIT VOTE TOUTES LES DEUX HEURES  

DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Mini_309666244178partenariat DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Mini_309666244178partenariat




Tell me,
my dear.
Can a heart still break once it's stopped beating ?

Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

DRYSTAN ◭ Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ; valse mélancolique et langoureux vertige !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Fiches de présa et gestion des personnages-