AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -57%
Autoradio JVC KD-X351BT – Bluetooth (ODR ...
Voir le deal
39.99 €

Partagez

# Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. Vide
# Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. Vide
# Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. Vide
# Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. Vide
 

 # Les pécheresses ont aussi un droit d'asile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: # Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. # Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. EmptyMar 24 Sep - 23:02




Les pécheresses ont aussi le droit d'asile.


Mardi, 23h” Le cœur battant à tout rompre. Impénétrable carapace semblant pourtant si fragile, insurmontable et indomptable lionne reine de la savane qui jamais ne se laisserais dominer, une véritable battante qui court à travers son destin peut-être pour le fuir ou l'éviter. Je sentis mon souffle glacée, mes forces peu à peu s'estompèrent, j'en étais convaincue que dorénavant je ne serais plus reine mais une simple proie pour quiconque désirerait s'attaquer à moi et Simba ne pouvait rien face à cela, il n'était plus auprès de moi. La lune, seul lueur d'espoir me poursuit à travers ma course, peut-être parviendra t-elle à m'isoler. Je l'ignore. J'ignore encore tant de chose de ce bas monde et de tout ses habitants qui vous hantent et vous jugent sans même vous connaître. La peur est un sentiment naturel quand l'on est face à de mauvaises révélations, des vérités qui parfois peuvent nous mettre en danger de mort voir même pire nous mettre face aux tentations les plus malfaisantes et je craignais bientôt subir l'une des punitions pour mes innombrables péchés.

Les péchés sont immoraux et ne doivent être pardonnés que par l'être suprême au dessus de nos têtes, mais ci ce même dieu m'avait fait reine de mon univers c'est qu'il avait foi en moi et en mes bonnes volontés. Désormais humaine et perdue dans cet univers complètement loufoque je divague. Je ne crois plus qu'en un seul dieu, celui qui me préservera moi et ma famille de tout les malheurs qui s'abattent sur Fantasia Hill et qu'il préserve les miens, le reste m'importe que très peu à vrai dire. Ce cœur semblant exploser à travers ma poitrine ma course s'arrêta face à l'église de la ville, une pluie fine vint s'abattre sur mon pauvre visage innocent apeuré par le diable. Sans honte mais craintive je frappais violemment la porte de l'église suppliant un droit d'asile, suppliant qu'une âme bienveillante puisse m'ouvrir la porte et me préservait du mal qui me poursuivais. Je me mis à hurler de plus en plus fort, la pluie également se fit plus forte et lorsque je me rendis compte que personne ne viendrais m'aider, des larmes inondèrent mon visage et je me laissais tomber devant l'énorme porte de bois de l'église, tête contre celle ci je repris peu à peu mon souffle.

J'ai peur si peur Simba. Ici les gens te regardent comme ci tu n'étais pas des leurs, une inconnue aux yeux de tous alors j'évite de croiser leurs regards. J'espérais et priais de tout mon être pouvoir obtenir un droit d'asile auprès de l'église de la ville mais celle ci m'avait lâchement abandonnée, je n'avais plus foi en rien, ni même en moi même. Pétrifiée d'être punie et abandonnée en enfer, que  les démons saisissent mon âme pour les sombres songes qui hantaient mes nuits. J'avais peur pour Kiara et son avenir, peur de lui révéler que je doutais de nôtre amour. Peur qu'il ne finisse par m'attraper dans ses filets et que je deviennes alors son jouet.Je n'étais pas encore prête à vivre cela. Les larmes vinrent s'abattre sur le devant de l'église, je levais la tête au ciel laissant le liquide cristallin de mes prunelles se mélangeait avec la pluie. Abandonne moi si tu veux mais ne me condamne à l'enfer. Je ne le mérites pas, du moins je crois. "Asile.. Droit d'asile."

Dans un instant d'espoir, j'espérais pouvoir obtenir satisfaction à ma requête mais le silence brisa mes espoirs. Je me rendis vite compte qu'à l'heure actuelle, Kiara devait sûrement être dans les bras de Kovu, le sourire aux lèvres et Simba pensait-il simplement à moi, à nous? Mon regard se porta de nouveau vers l'horizon, neutre et stoïque, sans expression. Je n'étais pas sainte d'esprit, j’espérais l'être mais au fond de moi une voix intérieure se mit à hurler comme pour me réveiller, pour m'épauler et j'avais beau avoir de précieux amis prêt à m'aider à n'importe qu'elle heure de la nuit, cette fois, j'avais lâchée prise. Plus maîtresse de moi même, l'heure des confessions n'était pas venue, j'étais prise entre deux feux, celle de me pendre au bout d'une corde ou de revenir chez moi indemne et discuter tranquillement avec Simba sur nôtre situation et nôtre avenir à Fantasia Hill mais ce calme qui pour certains fût accablant demeura être une véritable bénédiction pour moi et cette endroit dit "saint" malgré sa fermeture m'apaisa. Je penchais la tête, les yeux mis clos et de nombreux souvenirs me revinrent en mémoire parmi eux, un homme que j'avais déjà pût croiser de nombreuses fois sans qu'il ne m'adresse la parole. Un homme charmant au charme envoûtant, un prétendu disciple du diable. Je fermais les yeux. Je divaguais et mes pensées n'étaient plus véritablement claires mais tandis que je m'apaisa simplement, des pas me sortirent de mon pseudo sommeil. J'écarquillais les yeux et de nouveau ses battements de cœur se firent plus oppressants dans ma poitrine, la peur s'empara de nouveau de mon être.
© charney

Revenir en haut Aller en bas
Gabriel C.R. Frollo

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Gabriel C.R. Frollo
J'ai posé bagages ici le : 11/06/2013 Jouant le rôle de : Frollo (team bossu de notre dame) Nombre de messages : 375 On me connait sous le pseudo : nenes (Inès) Un merci à : SWAN ; northern lights. ; tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Johnny Perfection Depp
MessageSujet: Re: # Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. # Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. EmptyJeu 26 Sep - 23:30


Saramon Church  † Nala-S Sullivan & Gabriel C.R. Frollo
Les pécheresses ont aussi un droit d'asile.
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder.   


 




Mardi, 23h” La maison de dieu était le seul endroit de recueil aux personnes les plus démunis. Un lieu sacré de prières et de chansons religieuses apportant paix et propriété au sein des inconnus à la maison de Dieu et même de certains pécheurs.  Jamais nul endroit n'avait était aussi saint et aussi épuré que celui ci et bien qu'il pouvait également être lieu à d'affront rebelle athéisme ou autre, à l'intérieur de l'énorme bâtisse chaque individu y est à son aise comme de puissants bras imaginaires qui nous enveloppent contre eux pour nous préserver. Elle n'était pas bien grande, ni trop petite mais elle était somptueuse et admirable. Des vitraux à perte de vue et des figures de saintetés tout les mètres en longueur du mur. Aucun bruit n'était imperceptible mais les murs de prières cachent parfois de sombres mais précieux indices sur ce qui en est de la vie nôtre sauveur et père de tous. Le droit d'asile fût instauré il y a fort longtemps et celui qui l'implore au sein d'une église obtient protection et jugement auprès du saint esprit et uniquement de cela. Cette fois et pour la première fois durant son existence, la sublime lionne enragée le proclama haut et fort dans les hauteurs de cet antre catholique et face à cela, il s'était limite mis à ricaner. Un rictus apparu sur ses lèvres. Elle prit le temps de l'analyser. Les lueurs des bougies et des lumières éclairèrent son visage le dévoilant au grand jour aux yeux apeurés de sa pauvre petite victime. Il fût un temps ou ses menaces et hurlements firent trembler bien des personnes, cette époque est malheureusement révolue et ce fût l'unique des choses que Nala regrette aujourd'hui.

Nous, êtres humains, désirons plus que tout obtenir un "super pouvoir" ou quelque chose qui pourrait nous défaire du mal qui pèse sur nos épaules. On rêve de voir nos assaillants et rivaux tomber par terre à nos pieds mais cela ne sont que des envies car la réalité en est tout autre. Elle scruta le moindre de ses faits et gestes. Tout en lui était ténèbres:Son visage et ses expressions, ses mouvements et agissements pour finir par ses murmures et paroles et bien que la maison de Dieu pût lui appartenir à travers une simple et minuscule clé, la liberté et les droits, eux, n'étaient pas sien. On ne peut renier et soumettre une femme qui, un jour, a mis au monde un enfant. Une femme qui a aimé ce petit bout d'elle même et qui a appris à le préserver des forces obscures et du mal qui pouvait l'entourer. Si la vierge Marie de son piédestal céleste observe en silence les futures mères protégées par le Dieu éternel, alors Nala n'avait rien à craindre de ce perfide personnage. L'église n'était pas bien grande mais elle était doté d'objets qui même insignifiants pouvaient apporter la mort. Son regard se dirigea vers les longs chandeliers qui avaient délimité un chemin de croix dans la bâtisse, avec lenteur elle s'avança vers l'un d'eux et posa sa main avec délicatesse sur le manche de celui ci. Son visage haineux d'auparavant se métamorphosa en celui d'une pauvre brebis suppliante et innocente à l'écoute de ses paroles, il avait l'apparence d'un prêtre exorciste malsain, croyant faire de cet endroit son unique et saint royaume ce qui en était tout autre. Dans les contes et les rêves les plus fous, toujours la même histoire: Celle d'une pauvre princesse aux rêves fous se fesant brutalement arracher de son château par un être machiavélique qui la séquestre dans les hautes tours d'un royaume aussi noir que la nuit.Elle soupira et ferma les yeux quelques instants. Cette fois, c'était elle la princesse, et c'était elle qui allait se retrouver enfermer ici durant plusieurs heures voir même plusieurs jours mais peu importe, ses premières pensées se tournèrent vers sa fille adorée. Si à première vue les apparences furent autres, intérieurement, Nala priait de tout son être pour qu'on la préserve du mal et qu'elle puisse rapidement retrouver sa fille pour lui conter cette mésaventure.

Ce fou à lier qui l'avait épiée depuis des semaines entières et qui se présenta ce soir à elle pour la séquestrer à l'intérieur d'une église. Ignorant son prénom ou même son identité, elle crût d'abord à un psychopathe anciennement interné ou fanatique religieux. Il était peut-être armé, un couteau dissimulé et face à ses sombres songes, plusieurs frissons vinrent parcourir l'échine de sa colonne vertébrale. C'est avec la même douceur d'antan qu'elle baissa la tête et son regard vers le manche du chandelier dont elle avait posé la main quelques minutes plus tôt."Dois-je me considérer comme morte?". Un rictus s'offrit sur ses lèvres alors qu'elle releva les yeux plongeant son doux regard de biche dans celui de son assaillant: "Que nôtre sainte vierge me pardonne d'avoir échouer dans mon rôle de mère." La haine et la colère ne mènent à rien surtout lorsque l'on est fasse à un dangereux personnage de son ampleur à lui.

Préférant jouer la carte de la douceur et l'intelligence, elle espérait que le dialogue finalement ne soit possible pour pouvoir partir avant même qu'elle ne fût enfermée ici et si ce n'était pas le cas et qu'il se voulait être cruel et sans pitié auprès d'elle, alors une terrible bataille obscure ferait rage à l'intérieur même de ce lieu saint car il était bien hors de question qu'elle ne se fasse manipuler ou toucher par une personne tel que lui bien que depuis ses derniers jours, la belle a beaucoup de mal à penser à Simba son mâle dominant. Il est le seul qui ai pût la toucher et l'aimer et elle se refuse tout autre homme bien que son agresseur face à elle fût assez agréable à regarder dans le sens ou sa beauté ravageuse était la raison qui avait poussé Nala à ne pas l'abattre de suite à coup de chandeliers. Elle n'était pas cruelle, c'était une femme respectable et respectée et peut-être un peu infidèle, non??
© charney



Dernière édition par Nala-S Sullivan le Ven 11 Oct - 10:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel C.R. Frollo

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Gabriel C.R. Frollo
J'ai posé bagages ici le : 11/06/2013 Jouant le rôle de : Frollo (team bossu de notre dame) Nombre de messages : 375 On me connait sous le pseudo : nenes (Inès) Un merci à : SWAN ; northern lights. ; tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Johnny Perfection Depp
MessageSujet: Re: # Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. # Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. EmptyVen 11 Oct - 1:09


Saramon Church  † Nala-S Sullivan & Gabriel C.R. Frollo
Les pécheresses ont aussi un droit d'asile.
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder.  


 




Mardi, 23h” La maison de dieu était le seul endroit de recueil aux personnes les plus démunis. Un lieu sacré de prières et de chansons religieuses apportant paix et propriété au sein des inconnus à la maison de Dieu et même de certains pécheurs.  Jamais nul endroit n'avait était aussi saint et aussi épuré que celui ci et bien qu'il pouvait également être lieu à d'affront rebelle athéisme ou autre, à l'intérieur de l'énorme bâtisse chaque individu y est à son aise comme de puissants bras imaginaires qui nous enveloppent contre eux pour nous préserver. Elle n'était pas bien grande, ni trop petite mais elle était somptueuse et admirable. Des vitraux à perte de vue et des figures de saintetés tout les mètres en longueur du mur. Aucun bruit n'était imperceptible mais les murs de prières cachent parfois de sombres mais précieux indices sur ce qui en est de la vie nôtre sauveur et père de tous. Le droit d'asile fût instauré il y a fort longtemps et celui qui l'implore au sein d'une église obtient protection et jugement auprès du saint esprit et uniquement de cela. Cette fois et pour la première fois durant son existence, la sublime lionne enragée le proclama haut et fort dans les hauteurs de cet antre catholique et face à cela, il s'était limite mis à ricaner. Un rictus apparu sur ses lèvres. Elle prit le temps de l'analyser. Les lueurs des bougies et des lumières éclairèrent son visage le dévoilant au grand jour aux yeux apeurés de sa pauvre petite victime. Il fût un temps ou ses menaces et hurlements firent trembler bien des personnes, cette époque est malheureusement révolue et ce fût l'unique des choses que Nala regrette aujourd'hui.

Nous, êtres humains, désirons plus que tout obtenir un "super pouvoir" ou quelque chose qui pourrait nous défaire du mal qui pèse sur nos épaules. On rêve de voir nos assaillants et rivaux tomber par terre à nos pieds mais cela ne sont que des envies car la réalité en est tout autre. Elle scruta le moindre de ses faits et gestes. Tout en lui était ténèbres:Son visage et ses expressions, ses mouvements et agissements pour finir par ses murmures et paroles et bien que la maison de Dieu pût lui appartenir à travers une simple et minuscule clé, la liberté et les droits, eux, n'étaient pas sien. On ne peut renier et soumettre une femme qui, un jour, a mis au monde un enfant. Une femme qui a aimé ce petit bout d'elle même et qui a appris à le préserver des forces obscures et du mal qui pouvait l'entourer. Si la vierge Marie de son piédestal céleste observe en silence les futures mères protégées par le Dieu éternel, alors Nala n'avait rien à craindre de ce perfide personnage. L'église n'était pas bien grande mais elle était doté d'objets qui même insignifiants pouvaient apporter la mort. Son regard se dirigea vers les longs chandeliers qui avaient délimité un chemin de croix dans la bâtisse, avec lenteur elle s'avança vers l'un d'eux et posa sa main avec délicatesse sur le manche de celui ci. Son visage haineux d'auparavant se métamorphosa en celui d'une pauvre brebis suppliante et innocente à l'écoute de ses paroles, il avait l'apparence d'un prêtre exorciste malsain, croyant faire de cet endroit son unique et saint royaume ce qui en était tout autre. Dans les contes et les rêves les plus fous, toujours la même histoire: Celle d'une pauvre princesse aux rêves fous se fesant brutalement arracher de son château par un être machiavélique qui la séquestre dans les hautes tours d'un royaume aussi noir que la nuit.Elle soupira et ferma les yeux quelques instants. Cette fois, c'était elle la princesse, et c'était elle qui allait se retrouver enfermer ici durant plusieurs heures voir même plusieurs jours mais peu importe, ses premières pensées se tournèrent vers sa fille adorée. Si à première vue les apparences furent autres, intérieurement, Nala priait de tout son être pour qu'on la préserve du mal et qu'elle puisse rapidement retrouver sa fille pour lui conter cette mésaventure.

Ce fou à lier qui l'avait épiée depuis des semaines entières et qui se présenta ce soir à elle pour la séquestrer à l'intérieur d'une église. Ignorant son prénom ou même son identité, elle crût d'abord à un psychopathe anciennement interné ou fanatique religieux. Il était peut-être armé, un couteau dissimulé et face à ses sombres songes, plusieurs frissons vinrent parcourir l'échine de sa colonne vertébrale. C'est avec la même douceur d'antan qu'elle baissa la tête et son regard vers le manche du chandelier dont elle avait posé la main quelques minutes plus tôt."Dois-je me considérer comme morte?". Un rictus s'offrit sur ses lèvres alors qu'elle releva les yeux plongeant son doux regard de biche dans celui de son assaillant: "Que nôtre sainte vierge me pardonne d'avoir échouer dans mon rôle de mère." La haine et la colère ne mènent à rien surtout lorsque l'on est fasse à un dangereux personnage de son ampleur à lui.

Préférant jouer la carte de la douceur et l'intelligence, elle espérait que le dialogue finalement ne soit possible pour pouvoir partir avant même qu'elle ne fût enfermée ici et si ce n'était pas le cas et qu'il se voulait être cruel et sans pitié auprès d'elle, alors une terrible bataille obscure ferait rage à l'intérieur même de ce lieu saint car il était bien hors de question qu'elle ne se fasse manipuler ou toucher par une personne tel que lui bien que depuis ses derniers jours, la belle a beaucoup de mal à penser à Simba son mâle dominant. Il est le seul qui ai pût la toucher et l'aimer et elle se refuse tout autre homme bien que son agresseur face à elle fût assez agréable à regarder dans le sens ou sa beauté ravageuse était la raison qui avait poussé Nala à ne pas l'abattre de suite à coup de chandeliers. Elle n'était pas cruelle, c'était une femme respectable et respectée et peut-être un peu infidèle, non??
©️ charney



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: # Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. # Les pécheresses ont aussi un droit d'asile. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

# Les pécheresses ont aussi un droit d'asile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-