AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-28%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
180€ 250€
Voir le deal

Partagez

Tell me life is beautiful # Nala Vide
Tell me life is beautiful # Nala Vide
 

 Tell me life is beautiful # Nala

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Tell me life is beautiful # Nala Tell me life is beautiful # Nala EmptyDim 20 Oct - 13:32



Ce matin, comme de nombreux matins depuis que nous sommes en couple et mariés, Tiana et moi, je me retrouve seul dans notre lit. Elle a dû partir tôt pour faire l'ouverture du restaurant. D'après le planning, je ne travaille que vers 14h, alors pour l'instant, étant donné qu'il n'est que 9h, j'ai du temps devant moi pour faire un peu ce dont j'ai envie. Je m'étire et vais prendre une bonne douche froide pour bien me réveiller. Il ne fait pas particulièrement très beau et très chaud ces derniers temps, mais je ne crains pas tellement le froid, j'ai le sang bouillant, moi, donc je peux me permettre de me réveiller à l'eau fraîche, même si ça fait un petit choc. Je profite d'être dans la salle de bain pour me raser et m'habiller en prenant bien mon temps. Je choisis bien le tout pour que ce soit harmonieux. Aujourd'hui je serais habillé simplement, sobrement, contrairement à certains jours où j'aime faire dans l'originalité, mais bon, je me dis que ce n'est pas la peine d'en faire des caisses de toute façon, je ne risque pas de rester longtemps dehors et puis je suis d'une classe naturelle, que je sois habillé comme un individu lambda ou comme une personne avec un sens du goût particulièrement développé en matière de vêtements. Je me vante si peu. Je prends un petit déjeuné en vitesse avant de sortir faire une petite promenade. Je ne sais pas trop où est-ce que j'ai envie d'aller, surement au centre commercial, il y a toujours tant de choses à voir et à faire là-bas. Je ne croise personne que je connais en chemin, mais ce n'est pas plus mal, je n'ai rien à dire en ce moment, j'ai l'impression que ma vie est un peu plate. Enfin, bien sûr, je pourrais parler de ma personne comme je le fais si bien. Je suis un sujet de conversation tellement intéressant, en même temps. J'arrive enfin au centre commercial. Il y a déjà pas mal de monde et il n'est que 10h30. Je me balade un peu à travers la galerie marchande, jetant un curieux un peu partout où mon regard passe, surtout dans les boutiques de vêtements, il faudrait que je pense à changer ma garde robe, je n'ai décidément plus rien à me mettre. Puis finalement, c'est une boutique de fleurs qui attire mon attention. Je ne sais même plus pourquoi. Peut-être est-ce à cause de la bonne odeur parfumée de fleurs, ou parce que je me dis que je devrais faire un cadeau à ma jolie femme ou alors c'est la demoiselle qui est devant la boutique qui m'attire. Il faut avouer qu'elle est mignonne et je suis presque sûr de la connaître. Je m'approche d'elle et prend une fleur. Quel divin parfum. Lui dis-je avant de tourner la tête vers elle. Je me rend rapidement compte que c'est la belle Nala. Et bien, je suis ravi de te trouver ici. C'est vrai, je l'aime bien, alors la croiser là me fait plaisir. Je lui souris donc, toujours avec ma fleur à la main. Qu'est-ce que tu viens faire là, ma belle ? Oui, je suis curieux, donc je veux savoir pourquoi elle regarde toutes ces jolies fleurs avec un regards si mélancolique, enfin qui me parait mélancolique de là où je suis.


Dernière édition par B. Naveen de Maldonia le Lun 21 Oct - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Tell me life is beautiful # Nala Tell me life is beautiful # Nala EmptyLun 21 Oct - 9:25




Tell me life is beautiful.


J'ai peur, peur d'affronter cette toute nouvelle journée, peur que tu me reviens plus jamais.” Les yeux clos, assoupis par une fatigue profonde. Les pensées pourtant pleines d'innombrables sourires flous et de joie passée. Aujourd'hui est bien une nouvelle journée. Je rêve du jour ou le soleil chaud d'Afrique viendrait à nouveau dorer ma peau blanche et que ses animaux respectueux chantonneraient le chant de l'amour dans notre cocon familial.  J'entend au loin les rires éclatants de notre précieuse petite Kiara suivis de près par les rugissements moqueurs de son cher et tendre Kovu et je souris, un sourire bête et faible. Soudain, elles s'ouvrent brusquement ne me laissant que pour mirage ce vulgaire plafond blanc souillée par l'humidité. Je n'ai pas besoin de tendre la main à mes côtés car tu n'es pas la, cela fait combien de temps que tu es partis? Peut-être une heure voir deux, mais comme à ton habitude tu n'as même pas pris le temps de m'embrasser avant de partir. Je soupirais en me levant paresseusement hors du lit. Estimant qu'il était grand temps pour moi de me reprendre en main, la clinique vétérinaire, généreuse, m'avait offert quelques bons jours de récupération afin de mettre une phrase,une note à ma situation personnelle. Cela ne m'aiderait pas, j'en étais persuadée et certaine mais à son contraire, cela m'ennuyais profondément. Dans cette unique demeure vide et sans vie, je demeure à présent jour après jour, heures après heures. Furtivement je jetais un œil à ma messagerie personnelle, rien. En temps normal, de nombreuses femmes se seraient déjà jetés sur leur cellulaire pour harceler les hommes de leurs pensées durant des minutes entières afin de les mettre sur le fait accompli et les faire culpabiliser au point qu'au soir venu il rentre chez eux avec pour compagnie un somptueux bouquets de roses rouges mais pas moi.

Simba était parti à nouveau et son retour serait la difficile résolution du problème "X". Je m'attela aux taches quotidiennes, un croissant et petit pain mâchés sans gout, un jus d'orange amer qui fait grimacer et une douche froide qui fait frissonner. En une petite heure de temps je fus fin prête. Prête à partir au delà des frontières interdites: Le monde extérieur. La main sur la poignet de nôtre logement je le fixais tristement vide et sans son avant de claquer la porte pour le laisser prisonnier de ses secrets et malheurs et me mis en route vers la ville. Les mains dans les poches, le regard rivé au sol, cela fit à peu près trois ou quatre jours que je demeura ainsi neutre lors de mes promenades, essayant de m'assurer que la vie est belle et que l'avenir aussi mais rien ne démontra mes dires et pensées. Nos regards s'étaient peu croisés durant ses dernières semaines, Simba n'osant m'affronter et moi de même. Nous étions devenus un peu le couple fantôme semblant vivre ensemble pour unique but de préserver leur famille d'une déchirure pouvant à tout moment corrompre le bien de tous. Je n'étais pas heureuse, à chacun de mes pas je crus imaginer Simba dans les bras de sa chère patronne de travail, la serrant contre son corps pour lui susurrer sa tristesse au creux de l'oreille. Vivement je secoua la tête. Non, comment guérir si ce n'étais pour penser à de pareilles broutilles? Mais si cela était vrai?

Je m'arrêtais dans ma marche. Une brise légère s'était levée, j'enfonçais ma tête un peu plus à l'intérieur de mon manteau tout en plissant les yeux. A ma gauche, un attroupement de personne. Quelques femmes d'un certain âge et même des hommes, certains accompagnés d'enfants de bas âge. Je les scrutais du regard avant de sourire bêtement. Cette époque me manquait tant. Je m'approchais avec lenteur du stand extérieur ou de splendides roses s'y trouvaient, toutes des plus sublimes les unes des autres et tandis que leur parfum enivrant me vint en tête, je me souvient de ses précieux instants ou il m'en avait offerte une un sourire franc au visage. Simba. "Et bien, je suis ravi de te trouver ici". Mes yeux écarquillaient quittèrent leur horizon, je levais la tête pour faire face à cette voix m'étant devenue familière depuis mon arrivée à Fantasia Hill et ne pût m'empêcher de sourire bêtement face à cette personne qui venait de m'interpeller. Qu'est-ce que tu viens faire là, ma belle ?

Un peu de tout, un peu de rien. J'ignore à vrai dire pourquoi je me suis arrêtée à ce stupide marchand de fleur, je n'ai de présent à offrir à personne et je n'en ai pas envie. Je jalouse peut-être toutes ses femmes qui ont le privilège d'en avoir, et espère qu'à leur tour elles pourrons voir ce qu'est le véritable amour.Je lui souris faiblement. Cet homme aux traits si parfait et à la beauté rarissime, mon petit Monkey man. Il avait la prestance d'un prince et des paroles rassurantes, un peu mauvais dragueur mais doté d'un humour particulier qu'il le rendit unique en son genre. Curieusement à chaque fois que je le vis à mes côtés, il parvint à me redonner espoir et courage, je fus heureuse de savoir que je n'allais pas rester seule et abandonnée face à ce marchand de fleur durant longtemps. Ce sourire faible, il était le mieux pour savoir ce à quoi il était dû, expert en la matière, Naveen semblait me connaître bien mieux que quiconque, une peine amoureuse sans doute. "C'est plutôt à moi de te demander ça.. Bien que je crois connaître déjà la réponse."

Mes prunelles, traîtresses de ma peine, croisèrent les siennes. J'espérais qu'il ne me sorte pas son numéro de prince Héros secourant une jeune demoiselle en détresse et qu'il n'ose me parler de Simba car pour lui , rien ne valait mieux sa présence plutôt que celle d'une autre. Naveen était véritablement le seul garçon que je pus fréquenter sans ressentir une once de rage ou de colère. Pour moi, les hommes étaient tous devenus pervers et cruels, de véritables monstres aimant faire souffrir leur bien-aimée mais dans le cas de Naveen, les choses étaient différentes et bien qu'il en crûs le contraire vu l'étiquette séductrice qui lui colle au dos, il était un prince, celui qui se refuse de voir une larme couler le long d'une joue féminine. J'observais par la suite une rose rouge qui marqua particulièrement mon attention, rose éclatante brillant aux reflets de la lumière, je la saisis dans la main pour venir humer d'un peu plus près son parfum délicat, mais à ma grande surprise j'en fûs bien vite dégoûtée et je la reposais sans même avoir essayer de l'imaginer dans un vase à mon domicile. "Même les roses ont cette drôle d'odeur de tromperie." Je laissais cette unique phrase s'échapper furtivement hors de ma bouche, sans avoir réfléchi une seconde à la personne dont j'avais affaire juste à mes côtés.

Une personne protectrice et bienveillante qui adorait sourire et vivre. Un espoir pour moi de penser que la vie était belle finalement..

© charney

Revenir en haut Aller en bas
 

Tell me life is beautiful # Nala

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-