AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Réduction sur la console Nintendo Switch Lite
196.29 €
Voir le deal

Partagez

Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Vide
Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Vide
Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Vide
Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Vide
Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Vide
Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Vide
Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Vide
 

 Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] EmptyMar 22 Oct - 21:55



Le regard dans le vague, fixé sur ses pieds, elle déambulait sur le sable fin. Elle ne voyait pas où elle allait, elle ne voyait rien, elle avançait simplement, sans but précis, tentant juste de faire le vide dans son esprit. Elle était trop peinée pour admirer le magnifique paysage qui l'entourait. Un paysage qui lui rappelait beaucoup de souvenirs, de souvenirs avec lui. Elle était venue ici avec lui, elle l'avait rencontré ici, elle l'avait admiré ici, elle l'avait reconquérit ici. Et maintenant elle était seule ici. Seule avec sa peine pour compagnie. Il n'était plus là. Pourtant sur les grains dorés, quand elle prêtait un peu d'attention à ses pas, elle ne voyait que son visage se dessiner. Quelques instants avant que le vent ne l'emporte peu à peu. Chaque fois qu'elle le voyait s'envoler, elle repensait à sa disparition subite et elle se questionnait. Pourquoi ? Qu'avait-elle fait de mal. Les mêmes et éternelles interrogations. Elle serra son poing et donna un coup dans le pied dans le vide. Les larmes se bousculaient au bord de ses yeux, menaçant de déborder sur son visage à tout instant. Elle détestait pleurer, mais depuis qu'elle avait appris la nouvelle, depuis qu'elle lui avait été confirmée, elle ne faisait que ça. C'était plus fort qu'elle. Nymeria se laissa tomber sur le sable, prenant sa tête entre ses mains et se recroquevillant sur elle même. Il fallait qu'elle se calme, qu'elle respire, c'était la seule solution pour retrouver un peu de contenance. Elle se força à prendre de l'air à plusieurs reprises et parvint à être plus sereine au bout de plusieurs minutes. A présent, elle regardait l'horizon, la mer agitée. Ce n'était pas une belle journée, il faisait plutôt frais, et le ciel était gris, mais elle n'avait pas résisté à l'envie de venir ici et elle se doutait qu'elle serait seule ou presque, ce qu'elle recherchait, personne ne devait la voir dans cet êtat. Elle savait que c'était mal, qu'elle se ferait du mal, mais elle en avait besoin, c'était sa thérapie. Venir dans un lieux qu'elle avait partagé avec lui. Squiz. Rien que de penser à ce prénom la tourmentait atrocement. Son coeur se tordait dans sa poitrine, déclenchant une douleur sourde. Elle se recroquevilla un peu plus contre ses jambes, sans pour autant lâcher l'étendue d'eau salée du regard. A présent, il lui semblait le voir, debout sur sa planche, filant sur les vagues. Sa mâchoire se serra et elle murmura pour elle même un faible : « Pourquoi ? ». Depuis plusieurs jours, elle n'avait rien mangé, elle n'en avait pas ressenti le besoin, mais maintenant elle se sentait faible. Elle se laissait aller, complétement, ce n'était pas dans ses habitudes mais c'était si dur. Elle avait eu le bonheur à portée de main, elle l'avait effleuré, goûté un instant, puis il s'était évaporé, la laissant sur place, vide, chamboulée. Il était parti beaucoup plus vite qu'il n'était arrivé et elle avait du mal à l'accepter. Au fond, une lueur d'espoir subsistait. Si il revenait, elle était prête à tout pour lui pardonner, elle avait trop besoin de lui maintenant qu'il s'était décidé à s'offrir à elle et qu'il lui avait donné un aperçu du bonheur. Pourtant, elle sentait aussi qu'il ne reviendrait pas. Se mordillant la lèvre, elle chassa l'image illusoire qui fondait la mer en clignant des yeux et se leva. A grandes enjambées, elle se dirigea vers l'eau et sans réfléchir plus, y entra. C'était froid. Le froid l'entourait un peu plus à chaque pas mais elle s'en moquait, elle n'y faisait pas attention. Elle voulait juste s'allonger, et se laisser porter par le remous des vagues comme lui l'aurait fait avec sa planche. Cette idée était absurde mais elle s'en moquait. Peut-être que lui « voler » cet endroit qu'il aimait tant la soulagerait. A quelques mètres du bord, elle se laissa tomber sur le dos, et ferma les yeux, les bras et les jambes écartées comme une étoile de mer. Ses membres s'engourdissaient rapidement mais elle flottait toujours pour le moment. Peut être que d'ici peu, elle serait engloutie. Réagirait-elle ? Elle n'en était pas certaine. Une idée trottait dans sa tête en cet instant, tout serait plus simple si elle s'endormait pour ne plus se réveiller. Elle ne penserait plus, elle ne souffrirait plus, et alors elle n'aurait plus à se remettre en question, tout serait terminé. Si l'être qu'elle aimait plus que tout l'avait abandonnée, alors plus rien n'avait d'importance, les autres pourraient le faire aussi. Ses cheveux blonds flottaient autour de sa tête, comme une couronne dorée. Elle s'enfonçait un peu plus et prenait une dernière respiration chargée de sel et d'iode. Non finalement lui prendre ce qu'il aimait ne changeait rien à la douleur qu'elle ressentait.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby M . Loxley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Parvenir à vivre enfin notre amour pleinement et dans la joie.
Faites place à la vedette
Ruby M . Loxley
J'ai posé bagages ici le : 08/10/2012 Jouant le rôle de : La belle Marianne. Nombre de messages : 2877 On me connait sous le pseudo : Toujours le même. Un merci à : Avatar by me + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : K.Stew <3.
MessageSujet: Re: Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] EmptyMer 4 Déc - 14:08




« L'enfer, c'est l'absence éternelle. »

Ce monde avait tout à offrir et à la fois tant à reprendre. Chaque cœur se devait de répondre à l’appel d’un autre, s’adonner complètement à son rythme afin de pouvoir se faire entendre à sa manière. Mais il advenait tant d’épreuves et de déception qu’il arrivait à n’importe quelle âme, aussi forte soit-elle, de perdre contenance. Perdre cet espoir pour lequel on se battait tant. Cette perte ne faisait que s’accroître de jour en jour, creusant un peu plus ce trou béant au fond de notre cœur. Nous arrachant chaque battement comme s’il avait été le dernier, dans une douleur si vive que tout semblait bien apaisant en comparaison à cette dernière. Le monde devenait obscur, froid, indigne de toute volonté de désirer se sortir de cette torpeur. Il n’y avait plus rien, si ce n’était cette absence constante pour laquelle on ne disposait plus d’aucune force pour la vaincre.  Les jours ne cessaient de se lever, de se coucher, d’offrir tant de choses aussi merveilleuses soient-elles, plus rien ne parvenait plus à égayer la joie de la jeune fille. Rien, si ce n’était ce souvenir tant éloigné auquel elle désirait se raccrocher coûte que coûte.  Celui de son époux, dont le sourire aussi maligne soit-il parvenait à rassurer le cœur de la jeune renarde. Sa main dans la sienne, ses yeux osant admirer les mille et unes constellations de son cœur. Chacun de ses souvenirs devenaient de plus en plus insurmontables tant le chagrin prenait une place importante au fond de son cœur. Certes, un infime espoir avait su venir installer son nid dans les tréfonds de son âme, lui accordant ainsi le bénéfice et la joie de pouvoir sourire grâce aux connaissances qu’elle avait eues le plaisir de rencontrer. Mais d’aucun ne parvenait à la faire se sentir vivante comme elle avait pu l’être jadis à ses côtés. Le monde ne cessait de lui échapper, comme l’automne venait prendre toute vie afin de la plonger dans les froideurs de l’hiver. Ses espoirs devenaient de plus en plus vains, alors qu’elle ne croyait plus en rien. Ses doutes quant au fait de le retrouver n’avaient de cesse que d’augmenter. Ou était-il ? Se portait-il bien ? A moins qu’il n’ait trouvé celle qu’il méritait tant. Marianne n’était rien, si ce n’était qu’une pauvre jeune fille naïve de tant de choses de la vie et rêveuse d’une histoire d’amour impossible. Lui, le brigand, et elle appartenant à la cour royale, rien n’allait à l’encontre de leurs âmes. Et il suffirait probablement qu’une autre soit comme lui pour qu’il ne l’oublie à jamais, ou du moins ouvre qu’il lui ouvre son cœur de la même manière qu’elle lui avait ouvert le sien. Chassant les quelques larmes qui  perlaient le long de ses joues, Ruby ne put contenir le sanglot qui venait de l’assaillir. Perdue, chagrinée, désespérée, la jeune fille ne parvenait plus à se battre tant les mauvaises pensées ne cessaient de venir se heurter à ses propres idées. Se concentrer lui en devenait tellement difficile, que le souvenir d’un sourire lui était éloigné à une telle distance que ses doigts n’effleuraient que le vide. Mais désireuse d’avancer, de garder à l’esprit que sa vie lui appartenait à lui, elle ne pouvait se résoudre à se laisser dépérir. Peut être était-ce là un comportement que beaucoup jugeraient de pathétique, ou peut être simplement était-il héroïque ? Cette question n’avait aucune importance en soit, tant que le résultat parviendrait un jour à elle. Admirant les nuages de part sa fenêtre, la jeune fille se décida enfin à sortir pour prendre l’air. Cet air qui lui battait les joues, comme si il lui rappelait qu’elle était vivante, et que le froid qu’elle connaissait lui serait éternel.

Ses pas la guidèrent par delà les frontières de la ruelle dans laquelle ils vivaient Liam et elle, lui dévoilant ainsi le spectacle d’une mer calme. Le gris de cette scène était semblable à celle de la fumée venant prendre dans ses bras le dernier souffle d’un condamné, sauf qu’il n’y avait là aucune source de chaleur. Il n’y avait rien, si ce n’était le néant ou ce sifflement du vent. Aucune mélodie n’avait été aussi triste, et c’était celle dont elle apprenait à connaître chaque accord pour le reste de sa vie. Elle s’avança un peu plus sur la plage déserte. A vrai dire, ce temps était plus propice à l’enfermement plutôt qu’à une promenade. Mais pourtant, il était apaisant. Le calme qui régnait, le vaste dont la plage faisait preuve, parvenait à enrichir le monde dans lequel la jeune fille veillait à s’enfermer. S solitude s’accordait à merveille avec l’horizon à perte de vue, alors que ses pas continuaient à aller par delà le sable pour le rejoindre. S’asseyant sur ce coussin glacé et humide, la jeune fille passa ses bras autour de ses genoux, laissant ainsi son esprit voguer par delà les flots. Peut être que Lui aussi se comportaient de cette manière de l’autre côté de cette étendue. Leurs regards se croisaient –ils malgré la distance et l’absence ? Ou était-il simplement en train de vivre aussi pleinement qu’elle le rêvait ? Ses yeux retrouvèrent la couleur si inanimée du sable dans ses mauvais jours, alors qu’un nouveau sanglot venait la prendre dans ses bras. Ses tremblements étaient tels qu’elle avait à chaque fois l’impression de partir dans un autre monde, où seules les ténèbres seraient ses alliées. La jeune fille ferma ses yeux, dégageant ainsi ses yeux des larmes qui ne cessaient de couler. Et alors qu’elle les ré ouvrait, sa vision se brouilla, lui laissant ainsi espérer un mirage par delà ses pieds. Les yeux perdus dans l’eau, Ruby sembla y trouver un îlot presque parfait, à peine immergé par l’eau. Elle secoua sa tête une première fois, pensant y voir là une illusion des plus inquiétantes, mais elle dut frotter ses yeux à plusieurs reprises pour se rendre compte que cet îlot se mouvait de telle manière qu’il semblait flotter. La jeune fille se releva en vitesse, et porta ses mains en visière, espérant voir de quoi il s’agissait. C’est ainsi qu’elle distingua les courbes d’un corps inerte. Portant ses mains au niveau de sa bouche, Ruby se hâta de regarder de part et d’autre d’elle-même, n’y voyant que le vide. C’est alors qu’elle prit son courage à deux mains et qu’elle courut vers le rivage afin de s’engouffrer dans l’eau pour extirper ce corps. « J’arrive. » cria t-elle une première fois à l’adresse de cette personne. De là où elle se trouvait, il lui était difficile de juger si il s’agissait d’un homme ou bien d’une femme, et l’entendre devait probablement se résoudre à un long silence bien marqué, si cette personne avait ses oreilles dans l’eau. Se dépêchant un peu plus, l’eau lui arrivait déjà au niveau de la taille lorsqu’elle put distinguer qu’il s’agissait d’une femme. « Par pitié, dîtes moi quelque chose… ». L’adrénaline commença à la saisir, lui insufflant ce courage qu’elle pensait avoir perdu et lui dévoilant par là même, le fait qu’elle n’était pas aussi fragile qu’elle voulait le croire. Ses mains effleurèrent dans un premier temps celle de l’inconnue, jusqu’à ce qu’elle ne parvienne à lui saisir complètement tout en lui relevant la tête pour la dégager de l’eau. « C’est fini, vous n’êtes plus seule. C’est fini . » répéta t-elle alors qu’elle essayait de ramener la jeune fille vers le bord.






© charney




printemps éternel

« Celui qui occupe mes pensées possède les seules richesses dont je puisse ambitionner la conquête : un noble cœur, un esprit chevaleresque et un caractère loyal. Je lui serai éternellement fidèle et attachée. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] EmptyMer 19 Fév - 21:13


Son cœur déchiré semblait flotter dans sa poitrine comme elle, flottait sur les vagues. Il se glaçait un peu plus à chaque instant, comme le reste de son corps. Elle était engourdie, de la pointe de ses orteils jusqu'à son cerveau lui même. Ses larmes se mêlaient à l'eau salée. Son visage n'était plus seulement humide là où elles avaient coulées, et c'était bien mieux ainsi, elle faisait disparaître les preuves. Personne ne saurait. Personne ne saurait qu'elle avait encore versé des larmes pour lui. Elle avait déjà fait étalage de sa tristesse trop de fois ces dernières semaines et ne le supportait plus. Cette idée de disparaître n'était finalement pas si ridicule. Chacun réagit comme il peut face à la tristesse et elle ne pouvait plus, n'avait plus la force de continuer. Elle ne supportait plus de sentir son corps si bouleversé. Elle coulait, ça y est. S'enfonçait dans une mer de glace. L'air ne lui manquait pas encore mais la douleur elle était toujours là. C'était la seule chose qu'elle ressentait toujours. Cette constatation la contrariait, pourquoi ne pouvait-elle pas se congeler comme le reste ? Peut-être que ce serait le cas quand elle toucherait le fond, le sable fin. A moins qu'elle ne souffre jusqu'au dernier instant. Ses yeux étaient encore clos, et elle ne vit pas la silhouette qui avançait vers elle. Elle n'entendit pas non plus le cri : « J’arrive. ».  Elle sentit juste un remous dans l'eau, puis des sons étouffés. Rien qui ne lui indiquait qu'on parlait, qu'on lui disait : « Par pitié, dîtes moi quelque chose… ». Elle attribua ce léger bruit au ressac. Si elle avait entendu cette voix inconnue, elle aurait certainement répondu que tout allait bien, et qu'elle voulait simplement qu'on la laisse trouver la paix. Ou alors elle aurait enfin réagit, se serait tirée de sa torpeur et aurait surgit de l'eau pour reprendre son souffle. Mais elle n'entendait pas, et l'eau entrait à présent dans sa bouche, glissant dans sa gorge puis dans ses poumons. Brûlant tout sur son passage. Elle sentit alors une main effleurer la sienne. Ses sourcils se froncèrent, elle se demandait comment c'était possible. Elle était seule sur la plage pourtant. Peut être était-ce lui, peut-être était il revenu pour s'excuser, se faire pardonner, la sauver. Les mains la remontèrent à la surface, sortant sa tête de l'eau. Elle ouvrit les yeux, le cœur battant, elle n'était pas capable de plus avec l'eau qui s'était engouffrée dans son corps. Non ce n'était pas lui. Une pointe de déception l'assaillit, bien vite remplacée par une profonde gratitude. Son existence importait donc à quelqu'un. Quelqu'un qu'elle ne connaissait pas certes, mais c'était déjà beaucoup pour elle. « C’est fini, vous n’êtes plus seule. C’est fini . » La jeune femme semblait inquiète, tout en tentant d'être rassurante. Nymeria se sentait tirée dans l'eau. Elle ne trouvait pas la force de bouger, comme paralysée. Elle n'était pas seule. Oh ces paroles lui faisaient un bien fou. Non elle n'était pas seule, comment avait-elle pu être si stupide, si égoïste ? Elle toussa, le sel avait un goût amer. Sa gorge était sèche, si sèche. Ce n'était pas Squiz mais on lui avait sauvé la vie et ce ne pouvait qu'être un signe. Elle devait se relever, avancer, et remercier cette inconnue. Elle toussa encore, et encore, l'eau quittant son corps. Puisant dans ses réserves, elle parvint même à se relever, tout en saisissant la main de l'inconnue pour se laisser guider vers le bord. Un pas après l'autre, contre le courant. Elle n'était pas capable de faire deux choses à la fois : marcher et parler. Alors pour le moment, elle se contentait d'une chose. Elle parlerait après, remercierait après. Elle s'accrochait à cette main douce et fraîche comme à une bouée de sauvetage et c'était bien ça, sa bouée.

Encore quelques mètres et elle retrouva le sable tout aussi frais. Elle se laissa tomber dessus, trempée et glacée. Épuisée. Une respiration, puis une autre. C'était dur, ça faisait mal. Elle releva néanmoins le regard vers sa sauveuse et tenta un sourire. « Merci. » Un simple mot, un seul. Sa voix était raque, éteinte. « Je suis désolée de vous avoir imposé ça, je... J'ai été ridicule. » Chaque mot était un supplice pour sa gorge mais ça n'avait pas d'importance, elle devait lui dire combien elle était reconnaissante. Elle devait se calmer aussi, calmer les battements de son cœur qui tambourinait dans sa poitrine à une vitesse folle. Elle grimaça en prenant une nouvelle bouffée d'air. C'était sa punition. Si elle n'avait pas tenté de commettre un acte complètement irréfléchie, elle ne serait pas dans cet état. Elle frissonnait, le vent mordant sa peau. La jeune femme aussi devait avoir froid, elle l'avait obligée à entrer dans l'eau pour venir la chercher. Coupable elle la regarda encore. « Vous devez être glacée à cause de moi... Je suis vraiment stupide parfois.  » Elle secoua la tête et avec peine, se redressa. A nouveau elle agrippa la main de sa sauveuse et l’entraîna vers la cabane en bois qui se trouvait un peu plus loin. En été, c'était un bar-restaurant. En hiver, ce n'était rien de bien particulier. Mais elle connaissait le propriétaire, et savait où il cachait les clés. Une fois devant la porte, elle se  hissa sur la pointe des pieds pour les saisir sur la charpente du toit. L'effort la fatiguait encore un peu plus mais elle voulait offrir à boire et un peu de chaleur à l'inconnue. Tremblante, elle parvint enfin à ouvrir et se glissa à l'intérieur, se dirigeant d'un pas décidé derrière le bar. Elle saisit une bouteille d'eau et bû rapidement son contenu, calmant le feu de sa gorge. Elle soupira de ravissement, enfin un peu plus sereine et articula avec une voix un peu plus claire : « Vous voulez boire quelque chose ? » Elle se baissa un instant, attrapa des serviettes de plage et en tendit une à la jeune femme en lui souriant. « Pour me faire pardonner, et pour que vous puissiez vous réchauffer. » Un sourire plus timide se dessina sur son visage alors qu'elle s'emmitouflait dans ses serviettes pour y rechercher un peu de chaleur. Ce n'était pas une couverture, mais c'était mieux que rien.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby M . Loxley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Parvenir à vivre enfin notre amour pleinement et dans la joie.
Faites place à la vedette
Ruby M . Loxley
J'ai posé bagages ici le : 08/10/2012 Jouant le rôle de : La belle Marianne. Nombre de messages : 2877 On me connait sous le pseudo : Toujours le même. Un merci à : Avatar by me + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : K.Stew <3.
MessageSujet: Re: Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] EmptyDim 23 Fév - 14:55




« L'enfer, c'est l'absence éternelle. »

Il suffisait parfois d'une simple main pour retrouver des choses enfouies en notre fort intérieur. Un main, une présence, une oreille, un être à part entière, qui serait capable de nous aider à affronter le courroux d'une vie parsemée d'épreuves et de difficultés. Après tout, ne dit-on pas que l'amitié valait bien mieux que n'importe quelle preuve d'affection au monde ? Certes, cette dernière ne rivalisait pas avec la plénitude d'un cœur empli d'amour, elle ne pouvait non plus se placer au même niveau que l'Amour qui envahit une âme et la berce dans des contines les plus enchanteresses. Mais pourtant, il ne pouvait exister d'amour sans amitié. Et pour cela, il ne fallait jamais croire en un oubli, ni même en la disparition de notre esprit. Non, nul ne devait croire en ce fait si douloureux, que nous n'étions rien pour personne, car il résidait toujours une personne pour qui on comptait. Et malgré nos douleurs, malgré nos maux, malgré ce manque, nous nous devions d'affronter les méandres de la vie pour ces personnes là. Souvent dissimulées parmi une foule, il ne suffisait que d'un seul regard pour que l'on se sente apaisé. Et quelque part, Ruby avait trouvé ces personnes là. Elle ne cessaient de les voir, lui apportant un soutien infaillible ainsi qu'une fidélité des plus belles. Non, elle n'était pas seule, tout comme cette jeune femme, dont elle tenait le corps inerte entre ses bras. C'est d'ailleurs, cette pensée qui la poussait à lui répéter encore et encore qu'elle n'était pas seule. Elle ne le serait plus, du moins plus pour aujourd'hui, si elle le désirait. Telle une mère protectrice envers sa jeune fille, Ruby essayait de les sortir de l'eau ensemble. Son courage n'avait de cesse que d'entendre cette jeune fille tousser encore et encore, signe de sa survie face à ces remous orageux. Le cœur de cette dernière s'accéléra de plus belle, alors qu'elle pouvait enfin entendre ce signe émaner des poumons de cette inconnue. La rassurant au passage quant à sa volonté de vouloir admirer la vie telle qu'on avait pu lui offrir. Souriant, elle continua son périple et arriva enfin sur le bord.  « C'est bien, continuez. Laissez la sortir. » tenta t-elle de la rassurer, alors que ses yeux lui brûlaient à cause du sel. Mais sa joie était si immense, quand à la vie qu'elle tenait entre ses mains, que toutes les peines qu'elle pouvait connaître semblaient avoir disparut. Il n'y avait plus rien qui l'importait à cet instant, que la santé de cette jeune fille qui toussait encore et encore.  « Tout va bien. » l'encouragea t-elle encore , alors que sa force s'amenuisait à mesure que ses vêtements se gonflaient d'eau. Encore quelques centimètres et elles seraient loin de cette menace oppressante. Et puis, comme si quelque chose les accordait ensemble, Ruby sentit la jeune femme recouvrer une certaine force, alors que sa main serrait enfin la sienne. Les yeux emplis de fierté quant à cette renaissance soudaine, la jeune fille se laissa entraîner jusque sur le sable, avant de se laisser tomber à ses côtés. Elle ne s'en était pas encore rendue compte, mais ses membres tremblaient, tant par le froid que par l'adrénaline qu'elle avait pu ressentir alors qu'elle la sauvait. Son regard se porta vers l'étendue ébranlée, alors qu'elle ressentait encore les prémices d'un froid glacial dans l'ensemble de son corps. Elle n'osait lui demander, car cela n'était pas de son ressort, mais son esprit ne cessait de se questionner sur les raisons de son acte. Était-ce un accident ? Ruby se contenta simplement de détourner son regard vers l'inconnue alors qu'elle la remerciait d'une manière sincère. Un sourire naquit sur ses lèvres, dévoilant par la même un regard compatissant, alors que ses mains se portèrent au niveau de la nuque de cette jeune femme afin de lui relever la tête pour qu'elle puisse mieux respirer.

 « Gardez vos forces pour l'instant. Nous parlerons plus tard. Respirez, laissez l'air s'engouffrer en vous et vous apaiser de cette absence si douloureuse. » la rassurait-elle une nouvelle fois, alors que son regard ne quittait pas les lèvres de l'inconnue. Chaque mot semblait lui être une véritable douleur, et la jeune fille ne pouvait que le comprendre. D'autant plus qu'elle essayait de s'excuser de son comportement. Ses moindres paroles touchèrent Ruby qui ne tarda pas à accompagner sa main jusque sur la sienne, alors que ses attentions restaient intactes quant à celles qu'elle avait pu effectuer précédemment.  « Ne vous excusez pas, nul n'est ridicule, jamais. Reprenez courage, mon amie. » Un nouveau sourire sincère se dessina sur ses lèvres, alors qu'elle ne perdait rien de cette vision. Rien n'était probablement plus beau que voir la vie reprendre dans le cœur des personnes dans le besoin. Et Ruby n'avait pas envie d'en perdre les moindres détails. Fière, elle préférait de loin savoir cette jeune femme en bonne santé et plus apaisée, plutôt que s'inquiéter de la sienne. Après tout n'avait-elle pas reçu une éducation l'encourageant à veiller à son prochain bien avant elle ? Si bien sûr que si, et elle sentait une certaine force l'envahir, en même temps qu'elle s'engouffrait dans les poumons de cette jeune femme.  « Chut, doucement. Ne vous blâmez pas. Ne vous inquiétez pas pour moi. Songez avant toute chose à vous. » lui répondit t-elle alors qu'elle l'aidait à s'asseoir du mieux qu'elle le pouvait. Le vent lui frappa le dos tel un fouet pouvait flageller ses victimes, alors qu'elle tentait de dissimuler cette froideur du mieux qu'elle le pouvait. Il fallait de l'eau à cette jeune fille. Voilà ce dont, Ruby ne cessait de penser, alors que son regard cherchait en vain une direction susceptible de lui apporter son désir. Mais alors qu'elle cherchait encore, elle sentit du mouvement à proximité, l'intimant à se relever en même temps que la jeune femme afin de la supporter. Désireuse de lui venir en aide, elle ne la relâcherait plus. Du moins, tant qu'elle la sentirait défaillir au moindre pas. Interloquée par cette soudaine prise de courage, Ruby se laissa entraîner vers cet abris de pénitence, abandonnée de toute vie. Ce n'était probablement pas une mauvaise idée que de s'y réfugier pour ainsi se mettre à l’abri d'une humidité qui les assaillait de toutes parts. Restant silencieuse, elle se contenta d'observer ses moindres gestes, prête à la retenir au cas où ses efforts ne la lâchent et la fassent défaillir. Mais il ne semblait pas en être de cet ordre, et c'est ainsi qu'elles pénétrèrent ensemble les lieux. Ruby ne put s'empêcher de regarder l'ensemble du décor, jugeant que cet abris de fortune ressemblait plus à un lieu luxueux plus qu'un simple abris. Soutenant encore la jeune femme , elle relâcha son étreinte, lorsqu'elles parvinrent à se rendre vers ce grand appui boisé.  « Pensez vous trouver un peu d'eau à réchauffer ? » l'interrogea t-elle alors qu'elle venait de lui offrir un breuvage pour s'apaiser. Ruby n'était pas une fine amatrice de breuvage quelque peu insolites et variés. Et quelque chose de chaud suffirait amplement à son ravissement. Elle s'empressa d'attraper le linge que l'inconnu lui tendait et l'admira de façon admirative, alors qu'un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres.  « Votre bonté est sans égale. Merci ma chère. » Elle commença alors à passer ce linge sur son visage, profitant par la même occasion de la mince chaleur qu'elle lui prodiguait ainsi que de la douceur qui l'accompagnait. Après quoi, elle se décida simplement de s'enrouler à l'intérieur, jugeant inutile de sécher ses membres tant ses vêtements étaient trempés.  « Vous portez vous mieux ? » laissa t-elle échapper d'entre ses lèvres, alors que son regard inspirait une confiance sans pareille. Cette jeune fille avait besoin d'aide, et Ruby s'attacherait à le lui donner tant qu'elle la laisserait agir de son plein gré. C'est ainsi qu'elle se dirigea vers elle et sans la moindre hésitation, enleva la serviette autour d'elle pour venir frotter son dos de manière frénétique.  « Vous avez besoin de chaleur. Frottez votre torse, vos bras ne s'en réchaufferont que de plus belle. Vos poumons ont besoin d'une source de vie. » Elle s'affaira à cette tâche comme si sa propre vie en dépendait, alors que sa voix se fit quelque peu interrogative.  « Puis-je m'hasarder à vous demander comment vous êtes vous trouvez ainsi perdue ? » Continuant ses mouvements, Ruby n'avait pu retenir plus longtemps sa curiosité, espérant au plus profond d'elle ne pas en avoir froissé la jeune fille qu'elle désirait simplement aider.

© charney




printemps éternel

« Celui qui occupe mes pensées possède les seules richesses dont je puisse ambitionner la conquête : un noble cœur, un esprit chevaleresque et un caractère loyal. Je lui serai éternellement fidèle et attachée. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] EmptyMer 30 Avr - 17:21


Certaines personnes sont belles, pas seulement physiquement, mais psychologiquement aussi. Cette inconnue qui l'avait sortie de l'eau par simple bonté, par simple générosité, semblait faire partie de ces personnes si rares. Chacun de ses mouvements était attentionnés, destiné à aider Nymeria. La plupart, auraient détourné les yeux en voyant un corps inerte sur l'eau, se seraient éloignés ou au mieux, auraient appelé les secours. Mais combien auraient plongé dans l'eau pour sauver d'eux-même une pauvre âme abandonnée ? Peu, si peu. Le destin avait placé une jeune femme exceptionnelle sur le chemin de la fée et elle ne pouvait que lui en être reconnaissante, extrêmement reconnaissante. Elle percevait cette présence si soudaine dans sa vie comme le signe qu'elle devait se reprendre en main, et ne pas abandonner. C'est aussi ce que lui intimait l'inconnue à ses côtés, l'encourageant quand elle avançait, quand elle toussait.  « C'est bien, continuez. Laissez la sortir. » Chaque souffle était une torture oui, mais l'eau qu'elle avait avalé devait sortir. Et la jeune femme sembla heureuse, heureuse de voir qu'elle ne se laisserait pas partir, qu'elle se battrait.  « Tout va bien. » Elle était rassurante aussi, et déjà sa présence apaisait le cœur meurtrie de Nymeria. C'est cette voix, cette main qu'elle venait de prendre dans la sienne, qui la poussaient à avancer encore et encore, même si ses vêtements gorgés d'eau étaient de plus en plus lourd, même si elle avait toujours plus froid. Et dès qu'elle le put, elle remercia sa sauveuse, se blâmant d'avoir été si stupide. Elle la remercia plusieurs fois, et sentit son cœur se réchauffer enfin un peu, en voyant un sourire apparaître sur son visage. « Gardez vos forces pour l'instant. Nous parlerons plus tard. Respirez, laissez l'air s'engouffrer en vous et vous apaiser de cette absence si douloureuse. » Chaque mot était comme un baume réconfortant qui venait panser ces blessures. Elle avait besoin de douceur, de tendresse, et c'est exactement ce qu'on lui prodiguait. Cependant, elle ne pouvait suivre ces conseils très longtemps, elle avait besoin de transmettre ses émotions, de remercier ardemment la belle inconnue, jamais elle ne le ferait assez, jamais. Elle était venue la retrouver dans le chemin le plus sombre qu'une existence puisse emprunter.  « Ne vous excusez pas, nul n'est ridicule, jamais. Reprenez courage, mon amie. » Elle secoua la tête, rétorquant. Si elle devait s'excuser, si elle avait été ridicule, ces pensées là ne la quitterait pas, elle avait faillit faire la plus grosse bêtise de sa vie.  « Chut, doucement. Ne vous blâmez pas. Ne vous inquiétez pas pour moi. Songez avant toute chose à vous. » Elle baissa les yeux face au sourire de sa nouvelle amie, qui avait une manière de parler bien à elle, elle semblait utiliser chaque mot avec soin, comme dans une poésie, ça aussi c'était agréable. Tout ce que dégageait cette femme était agréable. Elle lui devait tant, comment ne pas se préoccuper d'elle ? C'était tout simplement impossible. Elle voulait lui rendre la pareille, une infime partie au moins, de ce souffle de vie qu'elle lui avait redonné. Et elle ne pouvait supporter de la voir frissonner là sur la sable frais, alors elle l’emmena à la cabane, c'était pour le moment, la seule chose qu'elle pouvait faire.

 « Pensez vous trouver un peu d'eau à réchauffer ? » Elle même, venait de vider une bouteille entière pour apaiser sa gorge. Elle scruta les environs, et avança vers le compteur pour mettre l'électricité en marche. D'abord, elle activa le tout petit chauffage qui se trouvait là pour les rares soirées d'hiver où le lieu était occupé. Puis elle saisit une tasse et y fit couler de l'eau brûlante. « Peut être voulez-vous un thé avec l'eau ? » Elle sortit la boîte où étaient rangés les différents sachets colorés et la déposa sur le bar, entre elles deux, avec un léger sourire. Elle se fit aussi couler une tasse, pour se réchauffer, et attrapa les serviettes de bain qui feraient office de couverture. Dans les yeux de sa sauveuse, elle décelait une trace d'admiration qui la gênait, elle ne comprenait pas pourquoi elle pourrait susciter ce sentiment en elle, après l'acte désespéré qu'elle avait commis. Néanmoins, elle n'en dit rien et se contenta de sourire encore, plus timidement.  « Votre bonté est sans égale. Merci ma chère. » Surprise, elle savoura la mélodie de ces mots, puis se reprit pour rétorquer : « Elle n'a d'égale que la votre. Je vous doit beaucoup. Peu de personnes auraient agi comme vous l'avez fait... Je me répète mais, merci encore. » C'était plus fort qu'elle, elle devait encore et encore faire part de sa reconnaissance. Se blotissant dans les serviettes, elle remua un peu ses bras pour se réchauffer, et prit une gorgée de thé brûlante, qui vint se diffuser dans tout son corps, déclenchant un intense frisson.  « Vous portez vous mieux ? » Nymeria posa son regard dans celui de la jeune femme, hochant la tête : « Oui, ça va. » Elle ne mentait pas, elle se sentait réellement mieux. Cette rencontre l'avait comme tirée d'un sommeil profond, d'une anesthésie totale. Elle sentait la vie la gagner à nouveau, ou plutôt l'envie de vivre. Quand elle vit sa sauveuse se diriger vers elle et la frotter frénétiquement avec la serviette, elle fut à nouveau surprise devant tant de bonté.  « Vous avez besoin de chaleur. Frottez votre torse, vos bras ne s'en réchaufferont que de plus belle. Vos poumons ont besoin d'une source de vie. » Un rire émergea de sa gorge, et éclata dans la pièce. Un rire sincère, libérateur. Tant de gentillesse la rendait heureuse, elle ne pensait pas que des personnes de la sorte agissaient ainsi avec des inconnus. « Merci, je vais m'y atteler avec ma serviette, gardez celle-là pour vous, vous aussi vous devez avoir froid. » Elle repoussa sa main avec douceur et entreprit de frotter son propre corps pour lui prouver qu'elle était de bonne foi. Puis la question tomba, sans prévenir : « Puis-je m'hasarder à vous demander comment vous êtes vous trouvez ainsi perdue ? » C'était tout à fait normal qu'elle pose cette question, que sa curiosité la démange. Dans un tel cas, Nymeria aurait réagit de la même manière, elle se serait demandée ce qui pouvait pousser une personne à vouloir sombrer. Et si il y avait bien une personne à qui elle devait des explications, c'était à la jeune femme qui se trouvait à ses côtés. Elle inspira profondément, ignorant son cœur douloureux se rappelant à son souvenir. « D'abord, je vous propose qu'on s'installe à côté du chauffage avec nos boissons chaudes, puis je vous raconterais. » Elle se dirigea vers une petite table en bois, la déplaça contre le chauffage et y amena deux chaises, avant de retourner chercher sa tasse. La chaleur de la porcelaine dans ses mains lui faisait un bien fou, comme chaque gorgée qu'elle avalait. Son corps n'était plus seulement de glace. Elle releva les yeux, posa son regard dans celui de sa sauveuse et s'éclaircit la gorge. « Avant tout, je veux que vous sachiez que je m'appelle Nymeria. » Un sourire en coin se dessina sur son visage, puis après une autre profonde respiration, elle débuta ses explications. « Je me suis perdue il y a quelques temps déjà. En tombant éperdument amoureuse de la mauvaise personne. Un homme, avec qui tout a toujours été compliqué. Je lui ai offert mon cœur, et il l' a brisé. Il est parti, sans un mot, il a disparu, du jour au lendemain. Il m'a laissée seule et j'ai emprunté un sentier sombre. Un cœur déchiré peut faire bien des dégâts. » Elle se tut quelques secondes, pour laisser à la jeune femme le temps d'assimiler son histoire. Et avant qu'elle n'ajoute quoique ce soit, elle continua : « Je ne vous remercierait jamais assez de m'avoir empêchée de faire la plus grosse erreur de ma vie. Si je peux faire quoique ce soit pour vous aider en retour, je le ferais. » C'était surprenant, mais déjà elle sentait que cette personne assise là, elle ne la perdrait plus jamais de vue. Elle la voulait à ses côtés, elle voulait apprendre à la découvrir et l'épauler dans chaque épreuve. Elle le lui devait. Des personnes si gentilles sont trop rares pour les laisser s'échapper dans un monde si brutal.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby M . Loxley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Parvenir à vivre enfin notre amour pleinement et dans la joie.
Faites place à la vedette
Ruby M . Loxley
J'ai posé bagages ici le : 08/10/2012 Jouant le rôle de : La belle Marianne. Nombre de messages : 2877 On me connait sous le pseudo : Toujours le même. Un merci à : Avatar by me + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : K.Stew <3.
MessageSujet: Re: Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] EmptyDim 4 Mai - 14:37




« L'enfer, c'est l'absence éternelle. »

Rien n'était plus que beau que de s'émerveiller devant les spectacles que pouvait offrir la Vie. Des petits instants parsemés de la même manière que la place de chaque étoile ancrée dans des constellations, ils étaient là et permettaient ainsi de se rendre compte à quel point ils avaient une importance bien particulière au cours de notre existence. Nous rappelant à quel point nous devions nous battre. Conquérir cette petite part d'espérance pour la maintenir au creux de notre cœur et ainsi avancer. La vie n'était pas faite que d'épreuves, non, il y résidait bien plus que tout cela, des instants magiques nous poussant à aller de l'avant. Des petites choses, qui, alors que nous étions perdus, et que nos cœurs cherchaient à répondre à un appel, nous intimaient une force sans précédent. L'hiver, aussi rude soit-il, pouvait être vaincu par les rayons timides mais splendides d'un soleil naissant. L'on parvenait à puiser nos forces, comme chaque être, par delà les frontières que le monde savait nous infliger. Et lorsque enfin, le paysage devenait un peu plus clair, alors nous avions compris que le destin nous était clément, qu'il nous accordait un répit pour ainsi profiter des avantages que l'on pouvait nous offrir. Revoir la vie s'insuffler dans le corps de cette jeune femme, la sentir là dans le creux de ses mains fragiles, alors même qu'elle avait pu douter de bien des manières en sa propre existence. Tout cela représentait un bienfait venant donner un peu de baume à son cœur. Ce cœur meurtri par l'absence, las d'oser entrevoir une infime part d'espérance et qui pourtant parvenait à maintenir une douce mélodie dès lors que l'Amour se répandait autour de son être. Car c'était bien cela qu'elle venait de trouver. L'Amour de tout un chacun, celui là même, qui permettait à chaque âme de trouver un peu de quiétude et d'apaisement. Ce sentiment qui ouvrait les yeux d'une façon des plus délicates et qui avait la faculté d'intimer un courage certain quant à un avenir. Le Destin était clément dès lors qu'on lui accordait une moindre confiance.  Il y avait quelque chose de bon en cette épreuve, une chose qui naîtrait probablement à son rythme mais qui serait forte et véritable. Une amitié, des confidences, cette scène ne pouvait donner lieu qu'à un bienfait mutuel pour les deux jeunes filles. Du moins, c'est que la jeune renarde osait croire. Ainsi ne demandait-elle rien en retour, si ce n'était que le simple fait que cette brave jeune fille s'en sorte. Comment avait-elle pu finir dans de tels desseins ? L'avait-elle désiré ou n'était-ce que le fruit d'un accident ? Des questions qui n'avaient pour l'instant aucun lieu d'être dans l'esprit de Ruby, tant elle se plaisait à admirer la vie reprendre doucement sa place dans le cœur de cette jeune inconnue. Belle, charmante, fragile et qui pourtant révélait aux yeux de tous à quel point la force avait eu raison de sa volonté pour vouloir se battre à nouveau. Le froid les saisissait chacune à leur façon, mais pour l'heure, aucune d'entre elle ne préférait le laisser s'engouffrer dans leurs âmes. Trop préoccupées par ce qu'elles étaient et ce qu'elles allaient devenir. Cet instant était à même de représenter un tableau, une œuvre picturale qui remettait en scène des héros d'un temps oublié. Il ne cessait de s'étendre en avant des yeux de Ruby, alors même que son cœur recommençait à battre, heureuse d'entrevoir les yeux de cette inconnue. Vivante, voici ce dont elle ne cessait d'imprégner son esprit, alors que sa main cherchait à aider son inconnue. Elle l'avait aidé, elle qui, dans son temps, n'était rien d'autre qu'une noble de la cour. Que dirait Robin si il avait pu assister à ce spectacle ? Probablement serait-il fier d'elle, chercherait à la féliciter lui intimant ainsi la force et le courage d'oser croire que cela n'était que grâce à lui. Elle avait gagné son cœur et sa bienveillance parvenait à se partager par delà ses attentions maintenant. Un sourire se dessina sur ses lèvres, timide mais tout autant sincère, prouvant à la jeune fille qu'elle ne serait plus seule. Son cœur se retrouva bercer dans une nouvelle contine doucereuse dès lors que ce sourire perça les nuages pour lui offrir la grâce d'une résolution recouvrée.

Ainsi ses pas se laissèrent entraîner avec ceux de la jeune fille dès lors qu'elle jugea utile de trouver un abris. Cette idée était loin d'être mauvaise, car à peine avait-elle évoqué ce sentiment de sérénité au sein même d'un foyer que la sensation du froid sembla s'intensifier assez fortement. Comme si, Ruby l'avait retenu encore et encore et que trop frêle, il avait finit par étendre son venin le long de ses veines pour l'en affliger de ses douleurs. Le claquement de ses dents ne tarda pas à chanter doucement alors que ses bras se chargèrent de venir en aide à cette charmante inconnue pour la maintenir. Deux âmes en peine, voilà ce qu'elles représentaient sur cette œuvre, deux êtres en quête d'un repos éternel et qui parvenaient pourtant à se soutenir pour retrouver un but à leur dessein. Un nouveau sourire trouva sa place doucement au creux de ses lèvres dès lors qu'elle pu prendre conscience de la volonté de cette inconnue à reprendre le dessus. L'eau était un signe de vie, aussi limpide et insipide, cet élément était indispensable à la survie de tout âme. Sans elle, nous ne pourrions puiser nos forces pour ainsi affronter les méandres de ce monde. Et sa douceur nous était telle que nous ne nous rendions pas compte à quel point elle nous libérait de nombre de choses. Souillée, elle nous empoisonnait, mais claire, elle nous dévoilait un jour meilleur. Ainsi, sans mot dire, Ruby se contenta d'assister au spectacle avant de détourner son regard. Gênée par ce que l'on pouvait considérer comme trop intense dans son temps, elle se contenta alors de venir frotter ses bras l'un contre l'autre tout en osant quémander un peu de chaleur. Mais dès lors cette question avait-elle effleuré ses lèvres, que déjà, elle se rendait compte à quel point ce luxe ne lui serait probablement pas accordé. Pourtant ce jour paraissait accordé sous le signe de la joie et de l'apaisement, laissant ainsi les espoirs de la jeune fille recouvrer un peu plus de force.  « Seriez-vous magicienne ? » s'amusa t-elle à répondre à la simple demande de son amie de fortune. Une lueur d'espérance s'installa dans le fond de ses yeux alors que, telle une statue de marbre, Ruby se contenta juste d'admirer la bravoure de la jeune fille. Apparemment à la voir ainsi agir, cette dernière devait connaître les lieux et dès lors que la lumière fut, une sensation de bien être commença à prendre place dans son cœur. Acceptant avec bonté son aide, Ruby s'empressa de venir enrouler le morceau de tissus autour d'elle tout en remerciant son hôte d'un tel geste. Son regard se baissa pour venir se poser sur le sol abîmé boisé à l'évocation de nouveaux remerciements. Cependant, il ne put que se transformer en une curiosité piquée à vif dès lors que les mots qu'elle enchaînaient lui incitait à croire qu'aucune autre personne n'aurait agit de cette façon.  « Beaucoup de personnes auraient eu la même réaction. Croyez m'en, même si le monde nous paraît corrompu, il existe toujours des êtres dotés de bonté. » Un nouveau sourire sincère et amical s'étendit doucement sur ses lèvres, les souvenirs de pauvreté et de désuétude ne s'étaient pas complètement évaporés dans son esprit d'ancienne renarde. Et l'espoir n'avait jamais faillis dans les cœurs des hommes. Peut être s'était -il trouvé intimidé ? Peut être même s'était-il juste estompé pour se dissimuler derrière des apparences viles et cruelles ? Mais chaque homme, chaque femme disposaient au fond d'eux même une bonté. Ruby était bien idéaliste mais jamais personne ne pourrait lui ôter cette faculté à trouver du bon dans chaque être. Son regard se baissa alors vers cette tasse fumante. Lui offrant ainsi la faculté de réchauffer doucement ses mains rosies par le froid. Le sachet de thé qu'elle avait choisi continuait encore à diffuser dans cette dernière, lui rappelant des odeurs qu'elle avait appris à côtoyer dans ce nouveau monde. La chaleur descendit le long de son être, aussi violemment que le froid avait eu raison de son corps quelques minutes plus tôt, mais grand dieu que cela était apaisant. Une nouvelle gorgée vint renforcer ce sentiment avant que son regard ne se prête vers son amie, osant ainsi prendre conscience de sa santé. Rassurée de pouvoir entendre qu'elle se portait mieux, la jeune fille se remit à sourire timidement. Elle était fière de cette jeune fille, de la force qu'elle pouvait puiser pour ainsi parvenir à remonter de cette terrible épreuve. Cependant, le doute quant à un éventuel froid ancré dans ses os vint prendre le dessus sur Ruby. C'est ainsi que sans mot dire, elle se releva et lui expliqua tout en l'aidant à sa besogne de réchauffer avant toute chose sa poitrine avec sa serviette. Ruby possédait un caractère maternel qu'on lui avait inculqué dès sa plus tendre enfance. Son oncle, le Roi Richard, avait veillé à ce qu'elle s'attache à devenir une grande dame. L'une de celles dont un époux pouvait en requérir les aspects les plus bénéfiques, altruiste, douce, généreuse, maternelle, d'une écoute attentive et d'une parole mesurée. Ses pensées revinrent aussi vite vers son amie alors que, surprise de l'entendre rire, finit par elle aussi laisser ses rires prendre le dessus. Il s'agissait là de ces instants au cours desquels, l'apaisement nous permettait ainsi de jouir d'une nouvelle forme de bienséance. Suivant ainsi ce chant envoûtant mais surtout rassurant, Ruby finit par réajuster sa serviette autour d'elle à la demande de son amie. S'en suivit alors un léger silence, un de ceux que des compagnons de route ou d'armes savent se donner sans en exprimer le moindre mot, pour se rassurer. Cependant, de nombreuses questions vinrent se glisser dans son esprit, notamment les raisons pour lesquelles, la jeune fille s'était retrouvée ainsi.

A peine avait-elle posé cette question que déjà la jeune fille sentait ses joues se rosir alors que son regard cherchait à se dissimuler vers le sol. Néanmoins, son cœur s'apaisa presque aussitôt alors que la jeune fille lui proposait de recouvrer un peu de chaleur auprès de cette chose de l’autre côté de la pièce. Loin était le temps où l'on devait recourir à nos propres moyens pour allumer un feu et s'y réchauffer. Même si cet élément était quelque peu utile et agréable, il n'en restait pas moins que la jeune fille regrettait ce temps là. Ces soirées chaleureuses où elle s'asseyait avec dame Gertrude au coin du feu et qu'elle écoutait ces histoires, censées l'effrayaient ou du moins évoquaient en elle une certaine frayeur, mais qui trouvaient toujours remède dès lors qu'elle prononçait le prénom de son chevalier. La lumière oscillait de manière discontinue sur leurs visages, permettant ainsi de vérifier la lueur de son regard . Robin. Songea t-elle avant de revenir à cette soudaine réalité.  « Il semblerait qu'un peu de chaleur serait la bienvenue en effet. » Ses pas légèrement engourdis depuis toute à l'heure parvinrent néanmoins à battre le bois pour se reposer sur l'une des chaises installées par son amie. Ses mains se joignirent à nouveau vers la tasse chaude qu'elle portait à ses lèvres une nouvelle fois tout en prêtant attention à ce doux prénom qu'elle pourrait à présent placer sur ce merveilleux visage.  « Je suis heureuse de vous connaître Nymeria. L'on me nomme Marianne. » C'était la première fois qu'elle donnait sa véritable identité dans ce monde. Un prénom qu'elle pensait oublier à jamais dès lors que Robin avait disparut et qui pourtant cherchait à percer ses lèvres en compagnie de Nymeria. Marianne, elle se souvenait encore de la dernière fois qu'il l'avait appelé ainsi, Sa Mie. Son cœur se serra un peu, retrouvant une absence bien présente et qui la détruisait à petit feu. C'est alors que s'en suivit les raisons de cet agissement. Le regard de la jeune fille se fit un peu plus compatissant dès lors qu'elle comprenait son désarroi et sa perte. L'Amour agissait parfois de manière ingrate, osant défier des valeur pourtant si belles et si apaisantes. Comment le malheur avait pu s'abattre sur une personne avec un cœur si généreux et si délicat que celui de Nymeria. Malheureusement la vie ne nous accordait parfois des épreuves que nous trouvions difficiles à surmonter, pourtant l'espoir rejaillissait toujours. Il fallait y croire un peu, trouver quelque chose ou une personne sur laquelle il était aisé de se reposer. Car nous n'étions jamais seul. La main de Marianne relâcha l'étreinte de sa tasse pour venir chercher à tâtons celle de son amie. Ses doigts effleurèrent timidement sa peau, comme si ils lui proposaient ce soutien, comme si ils pouvaient devenir la force sur laquelle elle pourrait trouver un réel réconfort, si seulement, elle les agrippait.  « Un cœur meurtris est l'arme la plus dangereuse. Pourtant il nous faut l'écouter pour en connaître nos plus grandes peurs et ainsi les affronter. Qui ne craint pas l'Amour ? Celui qui oserait le nier serait un piètre menteur. Car toute âme, tout cœur est amené à le craindre un jour. » La jeune fille marqua une courte pause, cherchant dans son regard la force assez puissante pour ainsi dévoiler à Nymeria qu'elle n'avait pas à s'en vouloir.  « Mais nous cherchons à vaincre cette peur. Nous le devons, car nous connaissons les bienfaits que l'Amour nous confère. » Un timide sourire se dessina sur ses lèvres.  « Certains êtres sont juste effrayés à l'idée de le dompter. Votre ancien ami en est un parfait exemple. La peine est présente, la douleur vous pique à vif et vous rappelle à cet instant que vous êtes vivante. Mais un jour cette peine, cette douleur deviendra moins présente. Oh, elle ne s'effacera jamais complètement, mais elle se calmera et elle ne deviendra qu'un mauvais souvenir. Le monde regorge d'êtres merveilleux, de personnes cherchant simplement à devenir bonnes. Les chemins sont parfois escarpés et difficiles, ils nous révèlent énormément de sentiers difficiles à entreprendre et pourtant on trouve toujours le courage de les arpenter. Car nous savons, qu'au terme de ce voyage, nous serons libres et que se dévoilera devant nous ce magnifique paysage que les saisons agrémentent à leurs façons. » Des larmes vinrent s'immiscer aux coins de ses yeux, timides et pourtant sincères, tant ses mots éveillaient en elle la plénitude de ces instants perdus avec Robin. A cet instant, elle savait qu'elle le retrouverait, qu'elle mettrait tout en œuvre pour y parvenir. Mais son attention était bien plus portée sur la jeune fille à qui elle espérait avoir légèrement laissé entrevoir cette merveille.  « Vous n'êtes pas seule. Plus maintenant. » Le courage s'immisça au fond de son cœur, lui permettant ainsi de continuer ses dires avec une certaine détermination.  « Je ne peux porter votre fardeau, mais je peux vous aider à l'apaiser si vous m'en laissez les moyens. » Ses lèvres tremblèrent doucement alors que ses yeux dévoilaient une compassion sans faille. Cette jeune femme, Nymeria, avait besoin d'aide et Marianne ferait tout pour ne pas la laisser ainsi. Car elle aussi avait droit au bonheur. Elle aussi avait le droit de pouvoir se réveiller chaque matin tout en laissant ses pensées vagabonder vers celui qui ferait de sa vie un véritable conte de fée. Une âme telle que la sienne ne se devait plus de souffrir.  « Je ne vous demanderai rien en retour de mon geste. Simplement peut être de vivre et de laisser l'espoir percer par delà vos peines. » Sa main serra un peu plus celle de son amie alors que son autre main vint doucement effacer les larmes qu'elle retenait.  « Contez moi votre histoire, celle qui a fait ce que vous êtes devenue. Une jeune fille forte, déterminée et aimante envers son prochain. » A vrai dire, Marianne souhaitait simplement aider son amie du mieux qu'elle le pouvait, lui permettant ainsi de se remémorer de beaux passages de son existence, revivant des aventures bien particulières, qui pourraient éventuellement lui prouver qu'elle méritait tant de belles choses et que cette jeune fille installée face à elle, aiderait du mieux qu'elle le pourrait tant qu'elle en éprouverait le besoin.

© charney




printemps éternel

« Celui qui occupe mes pensées possède les seules richesses dont je puisse ambitionner la conquête : un noble cœur, un esprit chevaleresque et un caractère loyal. Je lui serai éternellement fidèle et attachée. »
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Save me before i fall into the darkness • [Ruby & Nym]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-