AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-46%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
205 € 379 €
Voir le deal

Partagez

(meekoma) + memories. Vide
 

 (meekoma) + memories.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ehawee Nakoma Powhatan

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: l'empêcher de mourir.
Faites place à la vedette
Ehawee Nakoma Powhatan
J'ai posé bagages ici le : 05/06/2013 Jouant le rôle de : la noix de coco – pocaca's bff. #teampocahontas. Nombre de messages : 1425 On me connait sous le pseudo : olympe. Un merci à : kika. (ava) little wolf (signa) wild heart. (code rp). Je suis fier(e) de porter l'avatar de : nickayla rivera.
MessageSujet: (meekoma) + memories. (meekoma) + memories. EmptyDim 3 Nov - 14:58



ALL ALONE IN THE MOONLIGHT I CAN SMILE HAPPY YOUR DAYS I CAN DREAM OF THE OLD DAYS. LIFE WAS BEAUTIFUL THEN I REMEMBER THE TIME I KNEW WHAT HAPINEESS WAS, LET THE MEMORY LIVE AGAIN. EVERY STREET LAMP SEEMS TO BEAT A FATALISTIC WARNING ; SOMEONE MUTTERS AND THE STREET LAMP GUTTERS AND SOON IT WILL BE MORNING DAYLIGHT. I MUST WAIT FOR THE SUNRISE I MUST THINK OF A NEW LIFE AND I MUST・NT GIVE IN WHEN THE DAWN COMES, TONIGHT WILL BE A MEMORY TOO AND A NEW DAY WILL BEGIN.
memories.

Le soleil brille, les oiseaux chantent, le vent souffle doucement dans les arbres, douce mélodie d’une fin d’après-midi ensoleillée, et toi tu vois pourtant tout en noir. Tu es de mauvaise humeur, angoissée et nerveuse sans vraiment savoir pourquoi. Tu as ce sale goût d’amertume au fond de la bouche qui ne te quitte pas. Tu as toutes ces questions encore qui te trottent dans la tête depuis que tu as rencontré cette Pocahontas, depuis qu’elle t’a raconté tout ça – sur toi, sur elle. Sur vous. Sur votre vie à toutes les deux, votre amitié si forte et unique. Tu as vu tant de sincérité dans ses yeux de velours, tant de tendresse et d’amour à ton égard qu’il te serait difficile de douter de ses paroles. Mais bon sang, tout ça est si insensé. Si fou. Tu as toute une autre vie à te remémorer, tu as toute une nouvelle existence à ré-apprivoiser. C’est comme si une autre personne se trouvait à l’intérieur de toi sans que tu en aies conscience. Sans que tu le saches. Bien sûr, tu as toujours senti au fond de ton cœur que tu  n’appartenais pas à cet univers-là, à ce monde-ci mais sans jamais vouloir trop y croire. Tu te disais que ce n’était là que des foutaises, des fabulations un peu folles de ton esprit imaginatif. Et désormais tout ça prenait corps. Prenait vie. Tu te rendais peu à peu compte que cette Nakoma avait bel et bien existé – dans un autre temps pourtant. Et tu ne sais pas comment réagir, pas quoi faire avec toutes ces informations qui se bousculent à l’intérieur de ton crâne. Tout te semble si confus.
Et tu as peur. Tu es perdue, comme une petite fille esseulée. Tu ne sais même pas si tu as envie de revoir cette brune qui a fait partie de ta vie d’antan ; tu ne sais pas si tu es capable d’encaisser tout ça. Tu  ne peux pas faire comme si de rien n’était, comme si cette vie qu’elle t’avait contée était réelle à tes yeux. Comme si tu l’avais bel et bien vécue. Non, impossible. Parce que tu ne te souvenais de rien, absolument rien. Ta mémoire n’était qu’un trou noir immense dans lequel se noyaient des souvenirs dont tu ne sentais que des effluves indistincts et incertains. Tout ton être te hurle pourtant de lui faire confiance mais tu sens cette vile méfiance te retenir et t’étreindre comme un serpent qui s’enroule autour de ton corps gracile. Pourquoi irait-elle inventer toutes ces histoires abracadabrantes si elles n’étaient pas vraies ? Et votre ressemblance si frappante, vos points communs si criants de vérité. Ton être qui a semblé réagir à sa simple présence à tes côtés. Tu le sais, tu le sens – elle et toi, vous êtes liées. Liées de cette manière inexplicable, de cette manière infinie. Tu n’as pas de mots pour l’expliquer, pas de terme pour définir ce que vous unit. C’est juste comme ça, c’est juste là. Certainement depuis des années même si tu ne t’en rappelles pas. Tu ne peux plus le nier, parce que cette rencontre a réussi à combler ce vide brûlant dans ta poitrine qui semblait t’étouffer.
Tu soupires doucement, l’esprit bouillonnant et le corps tendu. Autour de toi, les enfants chahutent, les adolescents en bande rigolent à gorge déployée. Le sentiment effroyable de ne pas être normale, de ne pas être à ta place dans cet univers t’envahit de nouveau et tu serres les mâchoires. Tu donnerais pourtant cher pour faire partie de leur monde, être comme eux – insouciants et heureux. Mais quelque chose te retient. Quelque chose t’empêche de réellement t’intégrer à cet environnement qui n’est pas le tien. Peut-être parce que tu veux d’abord retrouver ce qui te fait défaut, tu veux retrouver cette existence que tu as délaissée contre ta volonté avant de construire à nouveau quelque chose. Et il te faut avant tout accepter ce que t’a raconté Pocahontas, ce qu’elle t’a appris sur toi-même. Mais comment ? Comment t’en sentir capable ? Tu penses soudainement à Meeko, à ce garçon étrange qui, lui aussi, t’a reconnue sans peine et t’a fait partager cette vie en Virginie. Mais, trop effrayée de ce qu’il te disait à l’époque, tu avais juste fait semblant de ne rien comprendre, de ne rien entendre. Tu avais fui tout ça, sans te retourner. Et pourtant, maintenant que tu repenses à tout ce qu’il s’était passé, tu remarques toutes ces similitudes dans toutes ces choses que lui et la brune t’ont dites. Tu déglutis, le ventre noué et te mets à marcher sur un coup de tête. Il faut que tu en aies le cœur net, pour de bon cette fois. Il faut que tu retrouves la mémoire, tes souvenirs. Ta vie perdue.
Alors avant même que ton esprit ne l’ait simplement envisagé, ton corps a pris la décision de t’emmener à la pâtisserie du brun qui saura trouver les réponses à tes questions. Tu te sens trembler intérieurement, tu as même envie de rebrousser chemin et d’aller te cacher sous tes couettes mais tu sais que tu ne dois plus te laisser le choix. Tu ne dois plus repousser cette confrontation qui t’angoisse. Tu ne peux pas rester avec ces creux dans ton existence – tu dois les combler, une bonne fois pour toutes. Tu as encore un sursaut d’inquiétude devant la façade de la pâtisserie que tu tentes d’envoyer au diable lorsque tu pousses la porte vitrée. Les odeurs de chocolat et de fruits se mélangeant au sucre emplissent tes narines et tu regrettes presque de ne pas être une cliente comme les autres, venant ici juste pour apprécier une délicieuse douceur pour le goûter, accompagnée d’un chocolat chaud des plus crémeux. Peut-être plus tard, quand ton estomac ne sera plus aussi noué, quand tes appréhensions arrêteront de faire remonter ton cœur palpitant jusque dans ta gorge à t’en donner l’envie de vomir. Le regard balayant la salle avec rapidité, tu avises celui que tu cherches et un sourire incurve soudain tes lèvres. Tu ne l’aurais jamais imaginé, mais tu es heureuse de le revoir. Tu ne sais peut-être pas ce qu’il adviendra de toi après cette conversation mais, déjà, sa simple vue t’apaise étrangement.
Tu avances vivement en sa direction, ton cœur battant à tout rompre entre tes côtes, prêt à se décrocher de ta poitrine pour aller se répercuter un peu partout à l’intérieur de ton corps. « J’ai besoin de ton aide Meeko, tu lâches tout de go, sans même penser à le saluer, trop obsédée par tout ce tumulte faisant rage en toi – comme si une véritable tempête se levait pour venir gronder furieusement. » Tu ne fais pas attention à cet air perdu qui chiffonne ton visage légèrement pâle ; tu ne sais pas que tes cheveux se sont emmêlés, te donnant un petit air de sauvageonne qui dénote avec ce monde qui t’entoure. Tu oublies tes pieds nus qui doivent choquer plus d’un client de la pâtisserie. Tout ce que tu veux pour l’instant, ce sont des réponses à toutes tes questions. Et tu sais que lui seul est en mesure de te les apporter. « Tu as un peu de temps devant toi, ou peut-être que je peux repasser plus tard ? tu demandes après un petit silence, soudainement consciente que tu ne peux pas débarquer à l’improviste sur son lieu de travail telle une folle furieuse. C’est important. »


made by pandora.



i love him but only on my own
and when i lose my way, i close my eyes and he has found me. ✻ without him the world around me changes, the trees are bare and everywhere the streets are full of strangers. i love him but every day i’m learning, all my life i’ve only been pretending. without me his world will go on turning, a world that’s full of happiness that i have never known ▬ on my own, les misérables.
Revenir en haut Aller en bas
 

(meekoma) + memories.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-