AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] Vide
Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] Vide
Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] Vide
Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] Vide
 

 Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] EmptyLun 16 Déc - 12:05


La musique résonnait dans sa tête, donnant le rythme à son corps dont elle n’était plus maîtresse. Lentement, puis plus rapidement, elle réagissait à chaque note soufflée dans l’air. Les notes, juste les notes, elle ne se concentrait que sur cela. Les mélodies entêtantes et la ferveur qu’elle mettait dans chaque mouvement chassaient toute pensée de son esprit.  L’alcool aussi peut-être.  Là, dans ce bar sombre et sordide, elle avait choisi d’arrêter de réfléchir. Les souvenirs la minait, la tuait à petit feu, l’enchainaient  à un passé qui l’avait déjà bien trop abîmée. Elle aussi avait droit à ses moments de répit. Ce soir s’en était un.  Ici, elle ne connaissait personne et c’est ce qu’elle avait cherché. Les mots l’avaient désertée, sa voix s’était éteinte, elle ne communiquait que par des regards, des gestes, pas besoin de plus, pas besoin de s’encombrer inutilement, pas besoin de se justifier non plus. Une main posée sur sa hanche la tira de sa transe et en ouvrant les yeux, elle découvrit un homme accroché à elle, brun, grand, plutôt beau. Elle lui sourit, retira sa main de son corps et reprit sa danse. Elle ne voulait pas qu’il la touche, elle voulait être seule, s’appartenir et ne pas faire confiance à quelqu’un d’autre pour prendre soin d’elle. Elle en avait déjà bien trop souffert, elle pouvait se débrouiller seule. Pas toujours certes, mais c’était amplement suffisant pour survivre. Survivre c’est ce qu’elle faisait chaque jour depuis son départ.  Comme un zombie elle regardait défiler les heures sans prendre en main quoique ce soit. A part ce soir, où elle avait pris une décision, c’était si rare ces derniers temps, qu’elle avait presque été surprise de la sensation qu’elle avait ressenti à l’instant même où elle avait fait un choix. Elle avait enfilé cette robe rouge qu’il aimait tant, comme pour se venger de lui, lui montrer qu’elle pouvait la porter pour d’autres, puis elle était sortie, claquant la porte derrière elle sans rien dire à Daisy sur sa destination. Elle l’évitait depuis quelques temps, comme tous ceux qu’elle connaissait. Elle ne pouvait supporter les regards emplis de pitié, les paroles réconfortantes. Elle ne pouvait supporter non plus de parler de sa douleur, elle avait l’impression qu’elle ne faisait que marteler sa poitrine encore plus fort quand elle l’évoquait. Alors elle fuyait, se recroquevillait dans sa coquille, refusant toute discussion sérieuse et tout signe d’affection. Elle était bien mieux au milieu de cette foule d’inconnus, anonyme parmi les anonymes. A nouveau elle sentit une main posée sur elle, et à nouveau elle découvrit cet homme brun qui semblait vouloir danser avec elle à tout prix. Sourcils froncés, elle lui fit signe que non, elle ne voulait pas s’offrir à lui ne serait-ce que pour quelques minutes. Pour éviter toute histoire, elle décida qu’il était temps de partir, il avait brisé son moment de quiétude et dans ses yeux elle retrouvait une lueur qu’elle avait déjà aperçue dans ceux de Squiz, et qui lui brulait le cœur. Ses pas la guidaient vers la sortie mais sa démarche, n’était pas assurée, comme si ses jambes étaient en coton, elle avançait péniblement en bousculant malgré elle quelques personnes. Sa tête tournait aussi, et les murs même de la salle semblaient en mouvement. Les pulsations de lumière qui éclairaient la piste n’arrangeaient rien, elle avait l’impression de se trouver dans un monde trop rapide pour elle. Tant bien que mal, elle atteignit la porte, la poussa avec l’énergie du désespoir et inspira une première goulée d’air frais salvatrice, qui la libéra du sentiment d’étouffement qui l’avait saisie. Elle se stoppa à l’entrée, yeux à nouveaux fermés, savourant le contact de l’air frais avec sa peau brulante. Elle reprenait un peu ses esprits au fur et à mesure qu’elle sentait le froid mordant la picoter. Une nouvelle inspiration et elle soupira de soulagement. C’était sans compter sur la porte, qui s’ouvrit derrière elle, la heurta, et la propulsa en avant direction le trottoir. Un cri monta dans sa gorge, mais avant même qu’il n’en sorte, des bras l’attrapèrent, et la redressèrent. Le cœur encore battant, Nymeria pouffa de rire et leva le regard vers son sauveur en murmurant un : « Merci Superman ». Ce n’était pas l’homme de tout à l’heure, lui était différent, semblait totalement lucide, elle ne l’avait jamais vu auparavant, il ne ressemblait en rien à celui qui hantait son passé, et pour une fois, sans savoir pourquoi, elle n’était pas décidée à fuir dans la seconde.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] EmptyVen 20 Déc - 0:54

Nymeria Ҩ Damon
« La vaste nuit allume ces étoiles...»  



Ma respiration se fait plus rapide, je tente de garder mon sérieux. Inspire, expire... Inspire, expire... Le plus important là dedans, c'est de savoir respirer. Si on oublie, si on fait je ne sais quel apnée, on est foutu et on se fatigue trop vite.
Je laisse ainsi mes muscles se faire à l'idée. Au début on ne sens rien, et puis viens la sensation de crispation plutôt désagréable. Moi je me dis qu'une chose, je suis sûr de bien faire les choses. Mes bras ondules le long de mes hanches de façon méthodique, mes pieds s'envolent à un certain moment d'impulsion.
Et pendant que je laisse ainsi mon corps se tendre et se chauffer à la fois je réfléchis.
Je ne cesse de m'enfermer dans une sorte de solitude, me plaignant de celle-ci alors que je la cherche... C'est vraiment n'importe quoi. Je me demande comme Ria fait pour me supporter. Et en même temps, j'ai beaucoup de chance qu'elle le fasse. Qu'est ce que je ferais franchement sans elle. Je crois que je me nourrirais seulement dans cacahuète, et encore si j'arrive à les manger avant que Roxy, mon renard ne me les chipe.
Je souris en pensant à lui. Il fait peur à certaine personne, elles me trouvent folle d'avoir un animal si... Peu domestique... Ils ne se rendent vraiment pas compte de ce qu'ils disent. Roxy est beau, Roxy et doux... Et non Roxy n'est pas encombrant... Il aime juste mettre le bazar, nuance.
Mais je ne peux lui en vouloir, je l'aime trop pour cela. Et puis, lui au moins est là.
Garçon perdu... Surnom que l'on m'avait donné, mais ce n'est que maintenant que j'en comprends le sens. Au final, il était absolument idiots de nous appeler ainsi au Pays Imaginaire, pour la simple et bonne raison que nous nous étions trouvé. Nous étions une famille et c'était tellement agréable de pouvoir compter sur les autres. Mais voilà, depuis que cette malédiction à frappé, je suis seul.
Je me suis ainsi forgé une attitude distante, mon regard est souvent froid. Je ne parle pas spécialement beaucoup et j'aime à m'amuser avec les filles... Il n'y a qu'au boulot face aux enfants que j'arrive bien à m'épanouir. Certain sachant d'où je viens m'ont prévenu de ne pas être trop proche des enfants car cela pourrait m'attirer des problèmes. Du coup je sais où est ma place...
Inspire... Expire...
Ma respiration forme de la buée, le froid saisissant mes muscles chauffé de façon agréable. Je suis en jogging, un pull avec la capuche rabattu sur ma tête. D'habitude j'écoute de la musique, mais ce soir ce que je veux entendre c'est le silence. Je relève la tête dans ma course, regardant ainsi les étoiles. Oui, il fait nuit et je fais mon jogging, mais c'est tellement mieux ainsi, il n'y a personne pour nous regarder de façon étrange... Personne auprès de qui il faut s'excuser parce qu'il ne s'est pas poussé alors qu'on a prévenu... Ok je suis un peu de mauvaise foi, mais quand je cours je n'ai pas spécialement envie de parler.
Attendez, je suis mal habillé, en sueur, les joues rouges et je su... Aucune envie de me présenter à des personnes dans ses conditions. Enfin j'ai quand  même appris que cela pouvait avoir le don de plaire à certaine fille... Je ne suis pas présentable, mais je fais des exceptions...
Mais ce n'est pas le moment de penser à ça.
Si je sors ce soir, c'est pour faire sortir la colère qui est en moi, cette colère qui grandit jour après jours. Cette colère qui grandit alors qu'on ne me retrouve pas. J'ai finit par croire qu'on ne me cherchait pas, et rien qu'en repensant à cela, j'ai un pincement au cœur.
Une chance, une action au loin me permet de ne plus trop songer à cela... Car oui, plus je cours, plus je dois me rapprocher du centre ville, l'agitation se fait plus grande, la musique plus entendre. J'arrive sans nul doute à l'entrée d'une boite. Brrr que je n'aime pas ça. Se retrouver ainsi enfermé dans une boite pour voir les gens avoir une sorte de crise d'épilepsie... Très peu pour moi.
C'est alors qu'au loin, je remarque une jeune demoiselle dans une robe rouge qui... Est très rouge dis donc... Elle a saigné ou quoi ?
Enfin ce n'est pas tant ça qui m’interpelle. Je vois facilement l'homme qui tente d'avoir ces faveurs. Je peux comprendre, même de loin elle semble jolie. Alors que celle ci essaye... Oui je dis bien essaye vu l'état dans lequel elle doit être... de s'éloigner, le jeune homme commence à la suivre. Je n'hésite pas une seule seconde. Même si je suis assez fatigué, je souris étant satisfait de pouvoir sprinter de façon tout à fait honorable. J'arrive finalement sur le mec qui approche trop près de la jeune fille, et je vois à son regard qu'il ne pensait pas à l'aider à aller au toilette, mais plutôt à retirer sa culotte.
- Je vais m'occuper d'elle.
Mon ton est sans appel. Il m'observe en plissant les yeux.
- T'es qui quoi ?
- Je suis son mec.
C'est sortie tout seul... Mais pourquoi je dis ça moi !
- Arrêtes ton char.
Un char ? Où ça ?! Je le regarde sans vraiment comprendre et je m'approche d'elle finalement voulant l'aider.
- Hé elle est pour moi...
Il mets sa main sur mon épaule... Grossière erreur... Je me tourne vers lui, balançant mon bras de façon "logique", mon poing se fracassant contre sa joue. Il crache du sang, me regarde comme choqué, et je suis plutôt heureux de le voir battre en retraite. Je n'avais pas spécialement envie de me battre se soir encore moins pour une inconnue.
Je me dirige maintenant vers la jeune femme au loin qui ne semble absolument pas avoir prit en compte ce qui vient de se passer. Je ne peux m'empêcher de sourire. Et bien, elle doit être sacrement éméchée. Je m'approche doucement, en voulant pas lui faire peur.
Avant même que je ne puisse calculer ce qu'il se passe, elle est près de la porte, celle-ci s'ouvre, elle hurle, est poussée en avant et tombe littéralement dans mes bras.
Je la regarde un peu inquiet, et son rire me décrispe. Il m'arrache même un sourire alors qu'elle me regarde droit dans les yeux.
- Merci Superman.
- Je suis plus Peter Pan...
Et voilà que je fais une sorte d'humour que seul moi peut comprendre, n'importe quoi mon pauvre Damon.
Je la redresse, gardant mes mains atour de ses bras. Je tente de voir si elle s'est fait mal et je vois parfaitement qu'elle ne va pas bien du tout... Alors que je sais ce qu'il me reste à faire, je prie pour qu'elle ne me vomisse pas dessus.
Sans lui demander son avis, je me penche, glisse un bras dans son dos, l'autre sous ses genoux. En me redressant je la fais ainsi flotter, la portant dans mes bras. Et je commence à marcher sans trop savoir quoi dire... A vrai dire, je ne sais même pas ce que je fais là...

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] EmptyJeu 6 Mar - 18:22


Nymeria n'avait rien vu de la scène qui s'était jouée juste derrière elle. Elle n'avait pas vu le bel homme brun qui voulait à tout prix une danse avec elle la suivre. Elle n'avait pas vu non plus le coureur inconnu se diriger vers lui et lui donner un coup de poing en prétendant être son petit ami. Si elle avait été lucide, peut être aurait-elle saisi les parcelles de leur conversation houleuse... Si elle avait été lucide, peut être aurait-elle réagi en affrontant l'inconnu et en lui hurlant dessus, pour aider à se relever son « prétendant », juste parce qu'elle ne voulait pas qu'on l'aide elle, juste parce qu'elle voulait se débrouiller seule. Ou alors elle aurait été amusée qu'on la défende ainsi sans raison, et elle aurait remercié ce jeune homme. Mais elle n'était pas lucide, elle en était même très loin. Elle se trouvait dans un monde brumeux, un monde où les sons étaient étouffés et où rien ne se trouvait à sa place. La situation lui convenait parfaitement. Elle ne voulait pas se réveiller, sortir de cet état. Un état qui permettait à ses sentiments de ne pas la dévorer. Elle vivait tout avec moins d'intensité. Bien que le vent frais qui chatouillait sa peau la tirait peu à peu de ce rêve éveillée. Elle sentait déjà poindre, là, juste là, dans sa poitrine, la douleur intense qui l'amenait parfois à se plier en deux. Comme si son corps allait se déchirer. Mais elle n'en était pas là, et elle ne voulait pas y arriver, pas tout de suite. Elle inspira, et en quelques secondes, sans comprendre ce qu'il s'était passé, se retrouva dans les bras du fameux coureur qui l'avait secourue à deux reprises -Bien que ce soit la première fois qu'elle le réalisait-. Cette fois au moins, elle put le remercier et le sourire qu'il lui rendit ne fit que décupler sa reconnaissance. Un sourire d'un inconnu qui lui mettait du baume au cœur, c'était bien rare. Bien trop rare pour qu'elle ne s'en rende pas compte. « Je suis plus Peter Pan... » Elle fronca les sourcils, surprise par ce hasard. Peter Pan ? Etait-ce vraiment lui, le vrai Peter Pan, le fameux Peter Pan ? Elle le détailla quelques secondes, elle n'avait jamais rencontré le « roi » des enfants perdus et ne pouvait donc savoir à quoi il ressemblait, encore plus dans ce monde. Mais elle en avait entendu parlé, beaucoup. Clochette lui avait rabâché les oreilles avec lui quand elles se trouvaient encore au Pays Imaginaire et Nymeria avait toujours nourri un vague espoir de le rencontrer, subjuguée par ses aventures et son caractère si particulier. Elle trouvait donc que cet hasard n'était pas insignifiant, loin de là même. Elle se trouvait dans une ruelle sombre, en pleine nuit, sauvée par un inconnu, et il pourrait être Peter ? Quelqu'un de son ancien monde... Son cœur eut un raté et elle pencha la tête, des paroles se bousculant au bord de ses lèvres sans que la moindre d'elle ne sorte. Elle devait d'abord les ordonner. C'était un signe du destin, il ne pouvait en être autrement, le destin lui envoyé cette personne bien particulière pour l'aider. Mais avant même qu'elle ne puisse se décider, son sauveur l'attrapa et la hissa dans ses bras pour la porter. Elle écarquilla les yeux, surprise. Trop surprise. Elle se laissa faire sans rien rétorquer, du moins pendant quelques secondes. « Posez moi, posez moi tout de suite, qu'est-ce que vous faites ? Je peux marcher vous savez ! » Elle se montrait paniquée. A vrai dire elle n'aimait pas se retrouver dans cette position, qui plus est à quelques mètres du sol. Son ventre protestait et brinqueballée ainsi, elle commençait à se sentir mal, tout autour d'elle tournant à nouveau. Elle se débattit doucement et parvint à retomber sur ses jambes, s'accrochant tout de même au bras du jeune homme pour ne pas chanceller. Elle se placa face à lui, l'empêchant d'avancer, et posa son regard dans le sien. « Je peux savoir où vous comptiez m'emmenner ? Oui vous m'avez sauvée d'une chute mais ça ne vous donne aucun droit de me kidnapper pour me faire je ne sais quoi. Je suis encore assez lucide pour m'en apercevoir. » Elle croisa les bras, butée. Elle voulait une réponse, elle voulait comprendre. Puis sans réfléchir plus, et avec une voix bien plus douce, presque enfantine, elle ajouta : « Vous êtes vraiment Peter Pan ? » La curiosité avait pris le pas sur le reste, sur tout le reste. Elle voulait juste savoir et le fait de passer pour une folle en posant une telle question ne lui était même pas passé par l'esprit. Oui elle était persuadée que Peter Pan était bel et bien vivant, et dans ce monde. Comme plein d'autres habitants de Neverland. Et elle était toujours ravie de retrouver quelqu'un qui la comprenait un peu, qui comprenait ce qu'elle avait laissé derrière elle... Même ce soir, alors qu'elle n'était pas dans son état normal, et qu'elle souffrait d'un cœur brisé.
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux âmes perdues peuvent se trouver - [Damon & Nym]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]
» 123456789... Déclaration !
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-