AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Phoebe ஓ and then a squirrel fell on me !  Vide
Phoebe ஓ and then a squirrel fell on me !  Vide
 

 Phoebe ஓ and then a squirrel fell on me !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Phoebe ஓ and then a squirrel fell on me ! Phoebe ஓ and then a squirrel fell on me !  EmptyMer 25 Déc - 23:24

phoebe & cillian
we are wild, we are like young volcanoes.
J’ouvre un œil, puis le deuxième, avant de regarder l’heure sur mon “portable”, cette machine incroyable qui permet de communiquer avec n’importe qui, dans l’instant, sans que la personne soit avec vous. Il est tout neuf, et sa lumière me fait mal aux yeux, comme à chaque fois (j’ai la fâcheuse habitude d’oublier à quel point ce machin est… lumineux). Il est exactement 5h02. Comme d’habitude, je me suis réveillé aux aurores, et comme d’habitude, je n’ai qu’une envie, aller faire une balade en forêt. Je me lève le plus silencieusement possible, histoire de ne pas réveiller Lucifer (la dernière fois, je me suis emmêlé les pieds et lui suis tombé dessus, ça lui avait moyen plu), et enfile un sweat-shirt par-dessus l’ensemble jogging/t-shirt qui me sert de pyjama. Deux minutes plus tard, je suis dans la rue. J’aime marcher, je préfère largement utiliser mes pieds plutôt que leurs « voitures » et autres « vélos ». Certes, je trébuche sur tout et n’importe quoi - j’ai manqué de piétiner un chien il y a deux jours – et même si je marche rapidement, ça va toujours plus lentement que leurs trucs, mais rien à faire, je ne fais pas confiance aux humains, et encore moins à leurs machines. Et puis la forêt n’est pas loin quand on marche à mon rythme. Quinze minutes après être parti, je m’enfonce entre les arbres, familier avec le trajet à présent, pas comme au début, où je tournais toujours dans la mauvaise rue. Je me fais de plus en plus à cette ville de « béton », mais surtout je commence à la connaître très bien cette forêt, et j’ai mon endroit favori maintenant : une longue pierre plate au centre d’une clairière. Je reste des heures allongé dessus, à regarder le ciel. Parfois, je m’endors, et le week-end, j’amène ma guitare, ou un livre. Quand le soleil se lève enfin, et qu’il y a suffisamment de lumière, je peux rester là des heures, à composer, ou plongé dans mon roman. C’est l’une des choses que j’aime le plus, avec le fait d’être humain : pouvoir lire des livres. Il y en a tellement, et je veux tous les lire, tous sans exception, avant que ce corps et ces yeux disparaissent, et que je ne puisse plus jamais en tenir. Mais aujourd’hui, je ne peux pas. J’ai cours. Il est presque huit heures quand je sors de ma contemplation et me déloge de mon rocher en soupirant pour repartir. Les étoiles ont disparu pour laisser place à un ciel bleu. Je m’enfonce à nouveau entre les arbres touffus, perdu dans mes pensées. C’est pour ça que je ne l’entends qu’au dernier moment, cette personne dans un arbre au-dessus de moi. C’est pour ça que ce n’est que quand elle me tombe dessus que je m’aperçois de sa présence, et que je n’ai pas le temps de l’éviter.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Phoebe ஓ and then a squirrel fell on me ! Phoebe ஓ and then a squirrel fell on me !  EmptyVen 27 Déc - 16:44


 Phoebe ஓ and then a squirrel fell on me !  Tumblr_mw5gkxIDYk1rtez3jo4_250

And then, I meet a Sword.



Comme chaque matin, ce fut la sonnerie stridente de son réveil qui réveilla Phoebe en sursaut. Elle s’extirpa lestement de ses draps et se dirigea vers la machine afin de la faire taire une bonne fois pour toute. La dernière fois qu’elle avait voulu l’éteindre, elle n’y était pas arrivée. Cette fois-ci, elle comptait bien relever le défi que lui imposait la technologie.
Au préalable, elle s’était bien renseignée auprès de son colocataire, Olaf. Lui non plus n’y connaissait pas grand-chose, mais en ex-bonhomme de neige, il paraissait en avoir tout de même plus quand la caboche. Il lui avait donc bien expliqué sur quel bouton elle devait appuyer afin de faire cesser le bruit insupportable qu’il produisait. Une aussi petite chose pouvait-elle réellement faire autant de bruit ?
Ce fut d’un geste empli de fierté que son doigt enfonça le bouton et que le réveil s’arrêta instantanément. Un sourire victorieux ourla ses lèvres d’avoir remporté pour la première fois une bataille enragée contre la technologie. D’un pas léger et dansant, elle se mit donc à se préparer pour sa journée. Aujourd’hui, elle était de congé au Coffee Nutt, donc à la place, elle allait en cours. Elle suivait un cursus d’art à l’université et elle adorait ça. Elle ne savait pas compter, peu lire et encore moins écrire. Elle misait donc tout sur l’expression de l’art qui était pour elle un langage universelle. Mais par-dessus tout, elle adorait la photo.
Et justement, elle comptait bien faire un crochet par la forêt auparavant. En tant qu’ancienne écureuil, elle avait ce besoin constant de se retrouver avec la nature. Il n’était donc pas rare qu’elle s’accorde une balade dans les bois, à grimper dans les arbres et à chercher à rentrer en contact avec les écureuils. Une entreprise qui n’avait pas encore porté ses fruits.
Phoebe venait tout juste de re-rentrer dans sa chambre après sa douche, que la sonnerie de son réveil se fit à nouveau entendre.

« Tu étais censé t’éteindre ! » rouspéta l’écureuil en prenant l’objet dans ses mains.

L’agacement prenant place, elle se mit à le frapper contre la table de son bureau. Elle appuya sur les multiples boutons qui recouvraient la surface du réveil, mais rien à faire. Il ne voulait pas se taire. Dans un excès de rage, car tous les matins, c’était le même cirque, elle se dirigea d’un pas énergique vers la fenêtre. Elle ouvrit l’un des battants et jeta l’objet avec toute la force dont elle était capable. Elle l’observa tomber au loin, se briser et finalement, se taire.

« Ah ! Tu fais moins le malin maintenant ! » tempêta-t-elle à son encontre comme s’il pouvait réellement l’entendre.

Reprenant par la suite son calme, acheva de se préparer, prit son appareil photo avec elle et s’élança en direction de la forêt. Elle y fut en peu de temps, le Méli-Mélo House se trouva à proximité des bois. Immédiatement, elle sentit son esprit s’apaiser grâce à ce retour à la nature. Elle avait la sensation d’être chez elle, à sa place.
Elle flâna un peu dans la végétation hivernale, observant le blanc manteau de l’hiver. Son nez pointait vers le ciel, guettant le moindre signe de vie de rongeur. Ils devaient avoir fait leurs provisions depuis longtemps désormais.
S’arrêtant devant un arbre qu’elle jugeait facile à escalader, elle se mit à grimper le long du tronc, s’accrochant aux branches qui jaillissaient çà et là. Leste et agile, elle fut rapidement au sommet de l’arbre. Elle contempla tout d’abord la vue imprenable qu’elle avait sur les bois, avant de s’intéresser plus particulièrement à l’objet de sa recherche, non sans avoir fait une photo au préalable. Se tournant vers l’écorce de l’arbre, elle la détailla afin de trouver un petit trou d’écureuil. Elle avait dans sa poche des petites provisions de graines qu’elle souhaitait leur faire partager. Malheureusement, nulle trace de demeure de rongeurs ici.
Phoebe eut une moue contrite, mais elle ne s’avouait pas vaincue pour autant. Elle comptait bien mener son exploration jusqu’à d’autres arbres. Songeant encore comme une écureuil, la première pensée qui lui vint à l’esprit, ce fut qu’elle pourrait parvenir à sauter de branches en branches comme autrefois. Ce fut donc avec sa rapidité d’autrefois qu’elle s’élança au-devant les hautes cimes. Malheureusement, elle n’avait guère plus rien d’un écureuil.
La maladresse ne manqua pas tandis qu’elle effectuait son bond. Ses doigts ne parvinrent à saisir une branche au vol et elle se sentit irrémédiablement tomber vers le bas. Un cri s’échappa de sa gorge pendant qu’elle chutait et qu’elle voyait les cimes des arbres s’éloignaient d’elle.
Elle rentra finalement en collision avec le sol, mais contrairement à ce qu’elle s’imaginait, il fut moins dur qu’elle ne se l’était imaginée. Elle tâta la surface molle un instant, avant de se rendre compte qu’il s’agissait en réalité d’un être humain. Elle roula alors sur le côté, et s’enleva du corps qu’elle avait heurté et sur lequel elle était allongée, totalement affolée.

« Je suis désolée ! J’ai voulu sauter sur un arbre, mais j’suis tombée ! Est-ce que ça va ? Tu as mal ? Tu es blessé ? Tu vas mourir ? » s’enquit l’écureuil en assaillant le garçon de questions un peu trop alarmistes tandis qu’elle le secouait par le tee-shirt de peur qu’il ne perde connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
 

Phoebe ஓ and then a squirrel fell on me !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-