AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Nike : Promotions Sur Les Chaussures, ...
Voir le deal

Partagez

Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Vide
 

 Daisy ∞ « I'm on the top of the world »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
P. Trixie Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Retrouver toute ma famille
Faites place à la vedette
P. Trixie Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 23/06/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters. Vous vous demandez laquelle ? Celle qui a le plus de caractère et qui gère la bande. Chieuse en force *héhé*. Nombre de messages : 1943 On me connait sous le pseudo : ... Un merci à : twisted lips + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke.
MessageSujet: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptyMer 8 Jan - 14:57




Pine & Strawberry
I ‘Cause I’m on top of the world, ‘ay. I’m on top of the world, ‘ay, waiting on this for a while now. Paying my dues to the dirt. I’ve been waiting to smile, ‘ay. Been holding it in for a while, ‘ay, take you with me if I can

Noël avait été une fête que Trixie avait attendue avec une très grande impatience cette année. Elle qui avait toujours apprécié ce jour bien particulier de l’année, elle ne pu que l’adore encore plus. En effet, et même si, le travail au fast food avait été bien plus conséquent à cause de la période, cela ne lui avait enlevé en rien cette impatience mêlée à cette excitation qui s’étaient emprises d’elle, si bien qu’elle n’avait ressenti de la fatigue à aucun moment. Pouvoir offrir des cadeaux aux êtres qu’elle chérissait, pouvoir les rendre heureux l’espace d’une journée, pouvoir les avoir avec elle et ainsi profiter de chacun du mieux qu’elle le pouvait, pouvoir appréhender cette nouvelle vie tous ensemble était le cadeau qui lui avait fait le plus plaisir. Beaucoup cherchaient des choses superficielles, mais pas elle. Non, elle préférait de loin pouvoir partager un instant unique en compagnie de toute sa famille et de Liam plutôt qu’avoir des tonnes de choses qui ne lui serviraient probablement jamais. Voir leurs sourires, pouvoir entendre leurs éclats de rire, les uns plus marqués que d’autres, pouvoir les serrer dans ses bras, voilà donc la magie de noël telle que la jeune fille l’avait toujours espéré. Et cela raviva en elle cette petite flamme d’amour qui ne s’épuisait jamais, lui permettant ainsi de recharger toute sa force intérieure afin de mieux appréhender le futur. C’est ainsi qu’elle ne pu s’empêcher d’agir telle qu’on la connaissait. Fidèle à elle-même, elle voulait s’occuper de tout et être partout à la fois, alors qu’on ne cessait de lui demander de lâcher du leste pour qu’elle en profite elle aussi. Mais c’était bien entendu sans compter le fait de son caractère de petit sergent en chef qui désirait plus que tout veiller au bien être de chacun. Cela contribua néanmoins à lui donner d’innombrables heures de sommeil, en effet, elle était fatiguée, que dès qu’elle touchait son lit ou celui de sa Banane, elle rejoignait les bras de Morphée près de cinq minutes plus tard, suscitant des moqueries bien gentilles de la part de Liam. Son rayon de soleil, son oxygène, à présent, Pine avait l’impression d’exister réellement. Elle n’était non plus cette petite lapine devenue humaine, non, elle était devenue quelqu’un grâce à lui. Et elle ne pouvait s’empêcher de vouloir son bonheur, de désirer le rendre fier encore et encore, de souhaiter le voir sourire, mais surtout elle ne pouvait plus s’empêcher de lui sauter dans les bras dès  qu’elle le voyait ou qu’elle l’apercevait. Il était sa source de bonheur, sa chaleur qui la maintenait en vie à chaque instant. Et elle sentait qu’il en était de même pour lui.  Il ne se passait pas une seule journée depuis cette escapade sur la plage, sans qu’ils ne se voient, et cela lui faisait du bien. Toutes ses peurs s’étaient envolées, depuis qu’il lui avait laissé franchir les frontières de son cœur, bien entendu il en résidait toujours quelques uns plus importantes que d’autres, mais il n’en restait pas moins qu’à présent ils étaient deux, et là encore elle vivait le plus beau des cadeaux qu’elle désirait chérir plus que tout au monde. Pine avait l’impression de connaître un bonheur sans pareil, de pouvoir toucher du bout des doigts le ciel et ainsi se laisser transporter dans celui-ci afin de connaître un voyage inattendu et dans une totale quiétude. Du moins, elle mettrait tout en œuvre pour que cela perdure pour toujours.

Ainsi donc, depuis le début de la semaine, la jeune fille pouvait profiter de deux semaines de congés. Autant dire, qu’elle allait en profiter un maximum en essayant de passer son temps à DORMIR, du moins c’est ce dont elle espérait le plus. Car autant les fêtes et ce qui allait avec, ne semblaient pas avoir eu le moindre impact sur elle au moment propice, qu’à présent, elle se sentait complètement vidée de l’intérieur. Et cela devait probablement se voir à l’extérieur aussi. Elle avait maigri, malgré le fait de manger et de ne pas se priver, il n’en restait pas moins que le rythme du travail avait été tellement lourd, qu’elle avait l’impression d’avoir fondu en l’espace de deux semaines. Cependant, elle ne regrettait rien. Non, elle se voyait encore sur excitée, se dépêcher de partir du restaurant, après son service, afin de se rendre dans les diverses boutiques du centre ville afin d’aller récupérer les cadeaux de tout le monde. Souriante, elle avait tant espéré que ce qu’elle allait offrir plairaient à tout le monde mais l’absence de Panpan vint tâcher ce si joli tableau. Elles n’avaient toujours eu aucune nouvelle de lui, ni même de sa survie dans ce monde. Et savoir qu’il allait probablement passer noël seul avait froissé le cœur de la jeune fille. Aussi, elle commença à regarder les diverses personnes dans les allées, cherchant un signe . Peut être même qu’elle croisait son grand frère tous les jours mais qu’ils ne se reconnaissaient pas … Un soupir attristé s’évapora d’entre ses lèvres, laissant ainsi un voile de fumée chargée d’amertume s’envoler vers le ciel floconneux. Quelques flocons avaient osé faire leur apparition depuis quelques semaines, ce qui rappelait à la jeune fille les innombrables souvenirs qu’ils avaient pu créer dans la forêt. Un sourire triste illumina son visage, alors qu’elle s’apercevait qu’elle n’avait même plus le temps d’aller patiner. Mais bien vite, elle se ressaisit, alors qu’elle venait tout juste de trouver le cadeau de sa petite sœur Daisy, un très beau pendentif en forme de trèfle dont chaque pétales représentés un cœur ailé. Un petit souvenir, qui elle l’espérait, ferait plaisir à sa sœur. Après quoi, elle tourna dans d’autres magasins et en ressortit complètement chargée, alors qu’elle avait également trouvé un cadeau pour Ria, une collection de romans fantaisie, qui lui permettraient probablement de rêver d’une autre vie. Tressie quant à elle avait été la plus délicate, et c’est pourquoi Pine jugea qu’il était bien mieux de lui offrir un coffret de parfum. Son caractère rêveur parviendrait ainsi à prendre le dessus, elle espérait juste que la senteur choisie lui convienne. Enfin, et avec un sourire amoureux sur les lèvres, Pine entra dans la dernière boutique afin de trouver LE cadeau parfait pour Liam. Contente et fière d’elle, elle en ressortit quelques minutes plus tard. Elle avait hâte qu’ils ouvrent chacun leurs cadeaux le jour de noël, et autant dire qu’il lui a été très difficile de se retenir et ne pas dire ce qu’elle avait acheté à Daisy, alors que cette dernière n’avait pas arrêté de venir lui demander si elle avait été sage cette année. Cela leur valut d’innombrables fous rires, qui les rapprochèrent encore plus, même si Pine avait été obligé de cacher l’oreiller de la vérité pour ne pas que sa petite sœur s’en serve contre elle. Quoi qu’il en soit, rassurée sur le fait que tout le monde avait apprécié leurs cadeaux mais surtout heureuse d’avoir pu profiter d’un tel instant en compagnie de ceux qu’elle aimait le plus au monde, la jeune fille s’était abonnée depuis le début de la semaine à son lit. Dormant, comme si elle entrait en période d’hibernation, elle avait l’impression que se lever était déjà source d’une fatigue sans précédent. Liam n’arrêtait pas de la charrier avec cela, et elle lui répondait toujours que le froid avait tendance à lui endolorir les neurones, en lui tirant la langue. Cela leur permettait de se chercher gentiment et mutuellement avant de passer un instant câlin ensemble.  Enfin bref, aujourd’hui était une journée qui s’annonçait sous le rythme de la rigolade et de la confession pour la petite lapine. En effet, elles avaient prévu, avec Daisy, de partager une journée entre sœur à profiter l’une de l’autre. Autant dire que Pine attendait cette journée avec grande impatience, même si cela signifiait devoir se lever du lit. Mais autant bien se l’avouer, il lui tardait tout de même de retrouver sa sœur, de passer du temps avec elle. Bien entendu, elles se voyaient tous les jours et discutaient également quotidiennement, mais il n’en restait pas moins que ce qu’elle partageait, la relation qu’elles entretenaient, nécessitait un temps beaucoup plus conséquent.

Et c’est ainsi que la jeune fille se dépêcha de se préparer, donc de prendre une douche et de s’habiller, alors que Liam venait tout juste de la quitter pour aller travailler. Non sans avoir son bisou avant de partir, elle lui souhaita de passer une bonne journée et entreprit ensuite de se dépêcher pour sa préparation. Lorsqu’elle fut fin prête une demie heure plus tard, Pine retourna dans le placard où elle avait dissimulé son oreiller depuis plus d’un mois maintenant et qu’elle partit en direction de la chambre de sa sœur. Bien entendu, le chemin avait été des plus ardus. En effet, elle ne pouvait expliquer ce qu’il se passait, mais depuis près de deux mois, la jeune fille avait la sensation que les locataires de cette résidence ressemblaient à un véritable troupeau d’éléphants ou à une meute de singes, au choix.  Il y avait toujours du bruit, cela en était même lassant, mais surtout c’était souvent très sale… Et autant elle pouvait admettre que certains, voire même presque tous, avaient besoin de faire la fête pour s’amuser, autant elle ne parvenait à pas concevoir qu’ils ne respectent pas l’intimité de tout un chacun. En quoi nettoyer allait leur faire tomber un bras ? Soupirant à cette pensée, Pine devait bien admettre qu’elle avait vieillit ou du moins qu’elle ne faisait plus partie de cette tranche de personne et cela la rassurait. Faisant mine d’adopter un visage exaspéré, la jeune fille enjamba ce qui ressemblait à un coussin gonflable en plein milieu d’un couloir, avant de frapper à la porte de sa sœur. « Vite vite vite ouvre, un ras de marrée va m’emporter. » se mit-elle à dire en adoptant un ton à moitié effrayé mais qu laissait bien sous entendre son rire à venir, la jeune fille n’arrêtait pas de tambouriner la porte de chambre de Daisy en suivant un rythme bien particulier. Et lorsqu’enfin elle lui ouvrit la porte, Trixie ne lui laissa aucun moment de répit avant de venir l’enlacer contre elle. « Ma sauveuuuuuuuse ! » Déjà, elle se mit à rire, avant de la relâcher et de la regarder en souriant avec cette étincelle de bonheur dans son regard. « Comment tu vas ? Tu as ben dormi ? » Ce sourire sur ses lèvres exprimaient tant son bien être actuel, qu’elle avait l’impression que rien ne parviendrait à le lui ôter. Mais relâchant sa sœur, elle s’écarta un peu et ne put s’empêcher de dire tout haut ce qu’elle avait pensé tout bas pendant tout son périple. « Dis c’est moi ou t’as aussi l’impression d’habiter dans un cirque ? C’est à se demander si ils ne font pas un concours du plus ridicule parfois… » Elle leva ses yeux au ciel avant de se reculer un peu plus en attendant Daisy. « Bref, je suis vraiment contente qu’on puisse passer du temps toutes les deux, tu m’as manqué. Et et et, regarde qui j’ai retrouvé. » Trixie s’empressa de tendre l’oreiller de la vérité à sa sœur avant de se mettre à rire. Cependant, elle releva une main devant elle pour freiner Daisy et rajouta en se retenant de rire. « Mais avant, tu dois me dire si il te reste du chocolat, ou si on retourne en acheter toutes les deux dans la journée. Parce que oui, je te kidnappe pour la journée entière et peut être même la soirée, j'hésite encore.» Elle savait qu’elles allaient passer une très bonne journée et elle en avait besoin, tout comme elle pouvait lire dans le regard de sa sœur qu’elle aussi le désirait plus que tout au monde.


I was searching, you were on a mission. Then our hearts combined like a neutron star collision. I had nothing left to lose you took your time to choose. Then we told each other with no trace of fear that... Mon cœur s'ouvre à ta voix comme s'ouvrent les fleurs aux baisers de l'aurore. Our love would be forever and if we die, we die together. And lie, I said never 'cause our love would be forever.

   (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
S. Daisy Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Que la famille soit à nouveau réunie
Faites place à la vedette
S. Daisy Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 03/07/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters, the most crazy sister (a) Nombre de messages : 1451 On me connait sous le pseudo : Pop'n Gum Un merci à : (avatar) .skyeward + (gif) tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptyJeu 9 Jan - 21:55




Pine & Strawberry
Sister is probably the most competitive relationship within the family, but once the sisters are grown, it becomes the strongest relationship ♥

Les journées de Daisy n’avaient rien d’extraordinaire. En fait, elles semblaient régler comme du papier à musique, comme s’il n’y avait plus de place à l’imagination, aux imprévus et à tout ce qui pouvait rendre une journée inoubliable. Elle se contentait de se lever, d’aller travailler et de partager le reste de son temps entre ses sœurs et ses amis. Rien de bien exceptionnel, en somme. Pourtant, cela lui plaisait. Quelque part Daisy avait pris certaines habitudes, un espèce de rythme de vie comme lorsqu’elle était encore une lapine et qu’elle habitait dans la forêt. Sauf qu’à ce moment-là, ses préoccupations n’avaient rien à voir. Le but principal de sa journée ne consistait qu’à chercher de beaux et bons trèfles et à réussir à y arriver avant son frère, voire ses sœurs. En fait, ses journées étaient rythmées par de nombreux éclats de rires et autres chamailleries entre les membres de sa famille. Et au fond, cela lui manquait. Elle avait eu le temps de s’habituer à vivre comme une humaine, à ne plus avoir peur dès que quelqu’un ne s’approchait trop d’elle et à apprécier la vie qu’ils menaient. Elle y avait même trouvé bon nombre de choses plus agréable les unes que les autres. Et la présence de ses sœurs avec elle ne pouvait que renforcer cette joie d’être là avec elle. Parfois, elle arrivait à oublier, tout du moins à ne pas trop y penser et la journée suivait son cours. Cependant il y avait d’autres moments où c’était bien plus dur. Notamment pendant toute cette période de fête. Toutes les personnes qu’elle croisait semblaient extatique, heureux à l’approche de Noël ou même de nouvel an. Tout le monde se préparait à faire la fête, à manger en (très) grande quantité et à s’amuser. Daisy ne pouvait que les comprendre. Malgré elle, elle s’était laissée emporter dans toute cette histoire. Sans trop savoir comment, elle s’était prise au jeu. Cherchant les plus beaux cadeaux pour ses sœurs, ne lésinant pas sur le temps qu’elle y avait passé pour être sure de leur faire plaisir, se mettant même à rêver de ce qu’elle aurait le loisir de manger le soir du réveillon. Son esprit s’égarant, bien évidemment, du côté des desserts tous ayant plus ou moins un rapport avec le chocolat. Au final, c’était beaucoup plus simple qu’elle ne le pensait, elle s’était laissée emporter dans la masse de gens qui aimaient fêter Noël. Guidée principalement par sa sœur ainée. La seule qui était probablement à même de la concurrencer dans cette folie. La jeune femme était même prête à parier qu’elle gagnait haut la main. Avant même de s’en rendre compte, elles s’étaient retrouvées toutes les quatre, prête à fêter Noël, comme n’importe quelle famille. Alternant entre crise de fou rire et moments plus sérieux. Daisy n’avait aucun regret. Les humains avaient parfois de bonnes idées, tant qu’elles ne commençaient pas par forêt et chasse, elle devait bien le reconnaitre. Et après l’invention du chocolat, elle devait bien admettre que les fêtes de fin d’année et l’engouement qu’elles provoquaient tenaient une bonne place dans la liste des choses qu’elle préférait. Mais tout ne pouvait pas être aussi parfait qu’elle le pensait. Peut-être que les autres avaient toutes les raisons du monde de se réjouir et de profiter de la fête. Elle et ses sœurs en avaient fait de même mais en ce qui les concernait, il existait tout de même une ombre au dessus de leur tête. Même si elles n’en avaient pas parlé, si le sujet n’avait pas été abordé de peur  que cela soit trop douloureux ou bien de gâcher l’ambiance, elle n’en savait trop rien. Mais le fait était là, Noël était avant tout considéré comme une fête de famille mais il leur manquait quelqu’un. Aucune d’entre elles n’en avaient parlé mais pour Daisy il ne faisait aucun doute qu’elles l’avaient toutes eu à l’esprit à un moment donné. Comment pouvaient-elles passer à côté ? C’était sans doute impossible. Peu importe à quel point elles aient râlé plus jeune de lui, de sa façon de vouloir les semer et ne jamais rester avec elles. Il restait leur frère. Et elles ne l’avaient toujours pas retrouvé. Daisy y avait cru un court instant. Tous ses espoirs étaient remontés à la surface d’un seul coup. Pour rien. Si ce n’est un peu de désillusion supplémentaire. Elle y avait cru, un jour, en se promenant dans la rue. Tout semblait concorder et s’allier à la perfection. Mais ce n’était pas lui. Heureusement, elle n’avait rien dit. Préférant prendre ses précautions, elle n’avait rien dit à ses sœurs afin de leur éviter la même chute qu’elle. Ce n’était pas la peine de partager une telle chose et Daisy se refusait à leur faire de peine. Elle en était incapable. Alors elles continuaient à espérer qu’il soit tout de même dans la même ville qu’elles. Et qu’un jour, au détour d’une rue ou après une ballade dans le parc, elles puissent enfin retrouver leur grand-frère. Après tout, si elles s’étaient toutes retrouvées ici, pourquoi pas lui ? Ce n’était pas totalement impossible ni totalement inconcevable de vouloir y croire. En attendant, il fallait faire bonne figure. Et la vie reprenait son cours après des soirées mouvementées. Le travail n’attendait plus qu’elle et c’est avec un air presque dépité qu’elle pouvait facilement se rendre compte que les gens profitaient pleinement de cette période pour ruiner tous les efforts qu’elle les avait poussés à faire. Daisy devait bien reconnaitre qu’ils affichaient des mines désolées, essayant de se faire tout petit alors qu’elle retenait ses soupirs devant autant de cas désespérés. Après tout, c’était pour eux. S’ils ne voulaient même pas faire un peu d’effort, elle n’y pouvait plus rien, elle n’était pas payée pour les surveiller jour et nuit, simplement pour les aider un peu. Mais s’ils ne voulaient pas de son aide alors ce n’était plus de son ressort. Du moins une fois qu’ils franchissaient la porte de la salle.

La jeune femme secoua doucement la tête en voyant le dernier sortir. Se demandant si dans le lot il y en avait au moins un qui était prêt à faire des efforts. Sur le coup, elle en doutait fortement. Mais finalement est-ce que ça valait vraiment le coup de se poser autant de questions à ce sujet. Probablement pas. Elle récupéra ses affaires, ravie de se dire que le lendemain, elle n’aurait pas à bouger. Elle adorait les jours de congés, elle trouvait qu’il n’y avait pas mieux au monde. Elle pouvait dormir autant qu’elle le voulait, aller faire son jogging matinal même en plein milieu de l’après midi et personne ne venait l’embêter. Non vraiment, c’était un jour béni. Et elle n’avait même pas à se plaindre de sa colocataire, Nymeria était comme elle parfois hyperactive mais quand il s’agissait de dormir et de laisser quelqu’un se reposer, elle était un ange. Jamais Daisy n’avait eu à s’en plaindre. Loin de là. Elle rentra rapidement chez elle et c’est avec un bonheur non dissimulé qu’elle se glissa sous ses draps quelques heures plus tard. Bien décidée à faire une véritable grasse matinée. Du moins ce qu’elle avait décidé. Contrairement à ceux qui n’arrêtaient pas de faire des aller et retours dans le couloir. Pendant un court instant, Daisy avait cru pouvoir se rendormir et faire comme si de rien n’était. Mais au final, ça s’était avéré impossible. Soupirant, elle avait repoussé sa couverture, trainant les pieds jusqu’à la salle de bain pour prendre sa douche et s’habiller. Tout cela à la vitesse de l’escargot, bien entendu. Le jogging attendrait au moins une heure ou deux, c’est certain. Pas coiffée et les yeux encore plein de sommeil, elle décida de retourner sur son lit, en espérant grappiller quelques minutes de sommeil. Mais elle n’avait même pas pu l’atteindre qu’une personne en décidait autrement. Encore une fois. Sauf que cette fois-ci cela lui était directement destiné. Et entre deux coups à la porte, elle n’eut aucun mal à reconnaitre la voix qui allait avec. Résignée, elle se détourna de son lit pour aller ouvrir. Et à peine avait-elle ouvert la porte qu’une tornade brune lui tombait dans les bras. Elle serra sa sœur contre elle avec un sourire. « Je suis toujours là pour aider les pauvres âmes en détresse, tu devrais le savoir. » Un éclat de rire passa la barrière de ses lèvres alors qu’elle se détachait de sa sœur pour fermer la porte derrière elle. Elle se retourna vers elle, un sourire accroché au coin des lèvres. « Je vais bien, je m’apprêtais à retourner au lit mais quelqu’un en a décidé autrement… Et toi, sœurette ? Et toi, qu’est-ce que tu fais là si tôt, je pensais que tu allais hiberner ? » Un sourire amusé s’installa sur ses lèvres alors qu’elle regardait sa sœur. Maintenant qu’elles étaient ensemble, elle avait bien le droit d’en profiter pour l’embêter. De toute manière, elle savait très bien que Trixie ne perdrait pas de temps pour la rattraper. « Un cirque ? Encore je trouve que tu es gentille. Ils n’ont pas arrêté ce matin, c’est pour ça que je suis debout d’ailleurs. Je sais pas trop ce qui leur prend mais en tout cas ça a l’air de beaucoup les amuser ! » Daisy fit mine de lever les yeux au ciel. Il n’y avait probablement rien à dire de plus à ce sujet, l’une comme l’autre, elles ne pouvaient rien faire d’autre que supporter. D’autant que la jeune femme avait été bien trop flemmarde pour se lever et aller voir par elle-même qui faisait autant de bruit. Mais l’agacement de l’ancienne lapine retomba aussitôt et ses yeux étaient à deux doigts s’illuminer quand sa sœur lui tendit son oreiller. Le sien, le leur, peu importait d’ailleurs. C’était simplement L’oreiller. Dire qu’elle l’avait cherché pendant longtemps maintenant elle comprenait mieux pourquoi sa sœur n’avait pas paru aussi inquiète qu’elle face à sa disparition. Ni une ni deux, Daisy tendit le bras pour l’attraper avant que sa sœur ne l’arrête. Elle fit la moue, comme une enfant. Et à mesure que sa sœur parlait, ses mains se posèrent sur ses hanches et le regard qu’elle lui lança voulait tout dire. Franchement, comme si elle, ELLE pouvait ne plus avoir de chocolat. A ce moment là, le monde ne tournerait plus rond, c’était impossible. Affichant un large sourire, elle détendit ses bras et rajouta avant de se tourner. « Tu sais si tous les kidnappeurs étaient comme toi, je ne pense pas qu’il y aurait beaucoup de plainte. Mais alors vraiment pas. » Elle sourit une nouvelle fois avant d’aller dans le coin de sa chambre où elle avait posé ses affaires la veille. Elle partit à la recherche du précieux chocolat dans son sac et au bout d’une minute elle dut bien admettre qu’il n’y en avait plus. Mais pas dépitée pour autant, Daisy retourna vers son lit, s’accroupit alors que ses mains savaient parfaitement où il fallait chercher. Mais encore une fois, il n’y avait rien d’autre que le vide. Daisy releva la tête, l’air surprise. « C’est bizarre, je me souviens pas l’avoir mangé celui là… » Elle se releva, ne relevant pas le sourire amusé de sa sœur et ne comptait pas se laisser abattre pour autant. Elle se dirigea vers leur armoire, en ouvrit un tiroir et fit voler les vêtements au-dessus d’elle. « Dommage, c’était pas celui-là ! » Elle le referma sans préambule et ouvrit celui d’en-dessous. Le même manège recommença quand d’un coup, elle se retourna victorieuse brandissant une tablette de chocolat dans chaque main en direction de sa sœur. « Mouhaha, j’ai ! Je savais bien que c’était impossible de ne plus en avoir. » Daisy referma le tiroir, ne se préoccupant pas des affaires sur le sol et rejoignit sa sœur qui avait eu le temps de s’installer sur son lit. « Je pense quand même que ce sera utile d’aller en racheter, on ne sait jamais. Ça part vite ces petites choses quand même. » Daisy s’installa à côté de sa sœur, posant le chocolat entre elles deux. « Je suis contente de pouvoir passer un peu de temps ensemble, aussi. » Elle lui adressa un sourire avant d’attraper l’oreiller de la vérité et de le poser sur ses genoux. « Maintenant dis-moi, pourquoi est-ce que tu l’avais caché ? De quoi est-ce que tu avais peur ? » La jeune femme haussa un sourcil dans un air qu’elle voulait conspirateur. Tout en sachant que ça ne marcherait absolument pas. Mais ce n’était même pas grave. Parce que le plus important pour elle, c’était simplement de passer un bon moment avec sa sœur. Elles en avaient besoin.



STRAWBERRY DAISY BUNNIER ϟ « BEAUTY QUEEN OF ONLY EIGHTEEN, SHE HAD SOME TROUBLE WITH HERSELF.  » I dreamed I was missing. You were so scared but no one would listen. Cause no one else cared. After my dreaming I woke with this fear. What am I leaving when I'm done here ? So if you're asking me I want you to know. When my time comes forget the wrong that I've done, help me leave behind some reasons to be missed  
Revenir en haut Aller en bas
P. Trixie Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Retrouver toute ma famille
Faites place à la vedette
P. Trixie Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 23/06/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters. Vous vous demandez laquelle ? Celle qui a le plus de caractère et qui gère la bande. Chieuse en force *héhé*. Nombre de messages : 1943 On me connait sous le pseudo : ... Un merci à : twisted lips + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke.
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptyDim 2 Fév - 14:52




Pine & Strawberry
I ‘Cause I’m on top of the world, ‘ay. I’m on top of the world, ‘ay, waiting on this for a while now. Paying my dues to the dirt. I’ve been waiting to smile, ‘ay. Been holding it in for a while, ‘ay, take you with me if I can

La famille était ce qu'il  avait de plus important dans le cœur de la plupart des personnes normalement constituées. C'est grâce à elle que nous pouvions nous sentir fortes, c'est aussi par elle que nous désirions nous dépasser afin de rendre fiers chacun des membres de cette dernière, mais c'est surtout avec elle que nous nous sentions entiers.  Notre identité avait été construite par le biais d'une famille avec laquelle nous avions toujours vécu. Notre personnalité n'avait pu se dessiner et ainsi trouver son propre essor que dans les expériences que nous avions eu à réaliser au sein de notre famille. Chaque membre d'un seul et même foyer disposait de son propre rôle et ne pouvait exister que par le biais des autres membres. Cela s'avérait véridique et véritablement ancré dans les mœurs de la jeune lapine, alors que leur condition animal était toujours présente. Mais depuis qu'elles étaient toutes devenues humaines, depuis qu'elles avaient grandis et qu'elles devaient apprendre à exister de manière indépendante en plus de leur existence regroupée, Pine avait trouvé une réelle différence. Même si, elle ne pouvait se passer de ses sœurs, elle avait besoin de chacune d'entre elle dans son quotidien. Il valait qu'elle sache plus que tout au monde si chacun d'entre elles étaient heureuses, pour ainsi pouvoir elle aussi vivre son propre bonheur. On ne pouvait changer totalement une nature protectrice, surtout lorsqu'on savait quel lien les unissait les unes aux autres. Quoi qu'il en soit, heureuse comme pas deux, c'est dans un état d'esprit très enjoué et complètement enthousiaste que Pine se longea les divers couloirs du Méli Mélo House afin de se rendre dans la ambre de sa sœur Daisy. Toutes les deux avaient toujours eu une relation très fusionnelle, allant même jusqu'à ce comprendre par un simple regard. Très proches d'un point de vue caractériel, elles appréciaient passer du temps ensemble et ainsi se retrouver pour entretenir des conversations allant de leurs vis respectives, tout en passant par celles de leurs sœurs cadettes et sans omettre certains détails qui faisaient toujours rougir Pine, alors que Daisy riait de plus belle. Liam était par exemple, le sujet qui dès l'évocation de son prénom faisait devenir pivoine la jeune fille, alors qu'aucune question n'avait été prononcé. C'était une sensation bien étrange d'ailleurs, et elle aurait tant voulu la partager avec Daisy. De toute façon elle lui expliquait, mais ce qu'elle désirait au plus profond d'elle était qu'elle puisse elle aussi vivre une pareille histoire et qu'elle n'en ressorte que plus forte de la même façon qu'elle même se sentait aussi entière. Non pas qu'auparavant elle ne l'était pas, mais grâce à lui, elle avait l'impression que sa vie avait pris une toute autre tournure, lui permettant ainsi de se sentir existante à part entière, et surtout grâce à son regard. Mais là n'était pas le sujet, puisqu'elle était dans les bras de sa sœur et qu'elle ne pouvait décrocher ce sourire de sur ses lèvres, alors qu'elle ne cessait de penser à quel point elle lui avait manqué. Elle remarqua néanmoins avec une légère inquiétude dans  fond de ses yeux, que Daisy semblait tout aussi fatiguée qu'elle. Apparemment, elle non plus n'avait pas eu droit à une fin d'année des plus calmes, et elle espérait qu'elle reprenne vite du poil de la bête afin de se sentir mieux et surtout ne pas attraper froid. Car oui, depuis qu'elles étaient humaines, Trixie s'était rendue compte d'une chose particulièrement agaçante, à savoir le fait qu'elle était bien plus vulnérable d'un point de vue santé. Il suffisait qu'il fasse un peu froid et qu'un redoux suive derrière pour qu'elle n’attrape un rhume ou pire, la grippe. Et autant, dans son autre vie, son pelage s'adaptait aux saisons que dans celle-ci, sa peau ne muait pas et il fallait faire attention en fonction des vêtements portés. Tout cela pour dire, qu'elle savait que la fatigue avait tendance à favoriser le développement des microbes et rendre vulnérable l'organisme et qu'elle espérait simplement que sa sœur se porte en bonne santé. Mais bien vite cette inquiétude se mit à disparaître alors que Strawberry lui indiquait qu'elle comptait retourner se coucher avant son arrivée. C'est dans des moments comme celui là que l'on pouvait s'apercevoir qu'elles étaient bel et bien de la même famille. Piquées ensembles à vifs pour cette hibernation dont elles avaient besoin.  « Ma sœur d'amour me manquait tellement que je n'ai pas pu me rendormir en fait. » Un éclat de rire jaillit d'entre ses poumons, alors qu'elle sautillait sur place et qu'elle serrait Daisy un peu plus fort.  « Et puis, autant qu'on hiberne à deux non ? Je me suis dis que peut être on pourrait se mettre dans ton lit et quand on le déciderait on irait prendre un petit déjeuner dehors. Qu'est ce que tu en dis ? »

Elle s'engouffra un peu plus dans la pièce, permettant ainsi à sa sœur de refermer la porte derrière elle, tout en gardant ce même sourire intact sur ses lèvres.  C'est alors qu'elle se rendit compte à quel point elle était chanceuse, puisque Daisy semblait être seule. En effet, depuis que Trixie n'avait plus de colocataire, elle ne pensait plus du tout que les autres habitants de la résidence vivaient à deux. Et autant dire que si Nymeria avait été présente ce matin là, Trixie se serait confondue en excuse avant de tirer sa sœur par le bras pour qu'elles aillent dans sa propre chambre. Oui, parce que faire demi tour seule, n'était même pas envisageable dans son esprit. Écoutant attentivement la réponse de Daisy, la jeune fille en profita par la même occasion pour critiquer un peu les résidents de ces lieux ainsi que leur manière de plus en plus déjantées de mettre la pagaille partout où ils pouvaient passer. C'est ainsi qu'elle se laissa aller en qualifiant cette scène semblable à un crique, ce qui eut le don de faire soupirer sa sœur qui s'empressa d'aller vers son sens aussi.  « C'est pas la saison des amours pourtant, il fait trop froid ! Enfin, en tout cas je te plains, et si jamais tu veux mieux dormir un jour, tu sais que tu peux venir avec moi. Bon c'est pas le grand calme, mais disons que c'est un peu plu reposant que ce que tu dois vivre ici. Et puis on sera toutes les deux. » Un nouveau sourire se dessinait sur les pourtours de ses lèvres, alors qu'elle maintenait un peu plus l'oreiller de la vérité contre son dos. Une image se dessina dans son esprit, lui réchauffant ainsi un peu plus le cœur, alors qu'elle pouvait nettement percevoir une soirée spéciale qu'elles pourraient organiser toutes les deux. Peut être même qu'elles parviendraient à convaincre Ria et Tressie de les rejoindre, afin de passer une soirée inoubliable et ensemble. Un léger soupir s'échappa de sa bouche, alors qu'elle revenait à la réalité en comprenant, qu'elles n'y arriveraient probablement jamais. Cachant sa moue, Trixie en profita alors pour dévoiler au grand jour l'oreiller de la vérité en le tendant avec ce même sourire amusé et cette joie débordante en direction de Strawberry. Et sa réaction eut le don de la faire rire de plus belle, alors qu'elle savait à quel point ce simple morceau de tissu avait une importance capitale pour toutes les deux. Et ce rire se fit de plus en plus fort, alors qu'elle constatait du regard de Daisy à son encontre, dès l'évocation du fameux sujet de prédilection de cette dernière, à avoir le chocolat. Ce qu'elle pouvait l'adorer quand elle la regardait de cette manière là et quand elles s'embêtaient. Autant dire, que lorsqu'elles agissaient de manière si naturelles, cela n'était autre que le signe de leur relation si forte qu'elles se plaisaient à garder pour elles. Elles se retrouvaient, et cela faisait énormément de bien à Trixie, qui ne put s'empêcher de regarder de part et d'autre d'elle afin de se rendre compte de l'absence potentielle de chocolat dans les environs.  « Ce qui fait de moi la meilleure kidnappeuse du monde. » répondit-elle tout en détournant son regard vers sa sœur qui venait tout juste de poser ses mains sur ses hanches. S'en suivit alors une vraie chasse aux trésors chocolatées qui n'eut d'autre effet que de faire rire de plus belle Trixie alors qu'elle enlevait ses chaussures pour s'installer sur le lit de sa sœur. Surveillant au passage ses moindres faits et gestes, la jeune fille nota à quel point Daisy était vraiment une adepte de chocolat alors qu'elle cherchait dans les moindres recoins de sa chambre.  « T'as si peur que ça d'être en manque ? » lui demanda t-elle, alors qu'elle la regardait partir d'un pas décidé en direction de son armoire. C'était dans ces moments là que Trixie se rendait également compte à quel point elle avait besoin de ses sœurs. Daisy la faisait sourire et son comportement téméraire, lui rappelait tant le sien dans bien des sujets. Et puis, rien n’était plu beau que de la voir fouiller partout et se faire des frayeurs toute seule, alors que de toute évidence, elles se rendraient dans le magasin le plus proche pour refaire le stock de chocolat. S'installant sur l'oreiller de la vérité, Trixie se contenta d'attendre, silencieuse, jusqu'à ce que Daisy ne se retourne avec son air victorieux et ses deux tablettes de chocolat. Contente d'elle, Trixie ne put s'empêcher de laisser sa joie se dévoiler au grand jour.  « Ouf nous sommes sauvées. Mais alors, question juste comme ça, quand tu as les stocks remplis, t'en es à combien ? » Elle lui fit de la place à ses côtés, et en profita pour attraper le chocolat, alors que Daisy prenait le coussin, en manquant de la faire cogner. Heureusement, Trixie avait de bons réflexes, ce qui l'incita à laisser sa main se poser au niveau de son visage pour ainsi mieux regarder sa sœur.  « On ira t'en fais pas, ça nous fera sortir et puis j'en profiterai pour me prendre des gâteaux aussi. » Elle lui adressa un sourire et s'empressa de lui tendre un carré de chocolat au niveau de sa bouche pour qu'elle vienne le récupérer directement, avant d'en manger un elle aussi. Et heureusement qu'elle le laissait fondre dans sa bouche, car elle manqua de s'étouffer alors que Daisy ne perdait pas de temps quant à l'utilisation de l'oreiller de la vérité.  « Mais il va pas s'envoler, à moins qu'il ait bu du redbull, mais je pense pas. Enfin je ne lui en ai pas donné hein. » La jeune fille se mit à rire, avant de s'installer de manière plus convenable et ainsi répondre à Daisy avec sincérité.  « Parce que je ne voulais pas que tu me demandes ce que je t'avais acheté pour noël. Je voulais garder la surprise. » La jeune fille lui tira la langue et s'empressa de chiper le coussin des genoux de Daisy avant de reprendre en souriant et en caressant le coussin doucement.  « Je l'ai bien traité hein, regarde comme il est beau. Et même qu'il sent bon le chocolat. Je l'avais mis avec ceux que je t'ai offert, en espérant qu'il prenne l'odeur, tu pourras baver en dormant. Et j'espère que dans tes rêves tu verras des chocolats qui courent partout et qui fondent avant d'y tremper une fraise dedans pour que tu la manges. » Trixie se retenait de rire en se pinçant les lèvres à l'aide de ses dents, alors que Daisy roulait déjà des yeux. C'est ainsi qu'elle se reprit pour tenter d'être un peu plus sérieuse et qu'elle s'empressa de rajouter.  « Et donc. Est ce que tu vas vraiment bien ? Ou est ce que tu dis ça pour éviter les questions ? » Affichant un grand sourire à Daisy, la jeune fille n'était pas dupe et avait pu remarquer quelque chose se tramait dans son esprit depuis un petit moment déjà. Mais elle connaissait également sa nature, et savait qu'elle ne dirait rien à personne  ou sinon qu'en cas d'extrême nécessite. Elles étaient toutes les quatre ainsi.  « Ça marche peut être avec Ria et Tressie, mais tu sais qu'avec moi c'est une autre histoire. Qu'est ce qu'il s'est passé avant noël ? » Le regard de Pine se fit beaucoup plus maternel alors qu'elle s'engouffrait dans les couvertures de sa sœur pour ne pas avoir froid.  « D'ailleurs en parlant de Ria, je la trouve différente. Pas toi ? » L'heure des sujets sérieux était arrivé, alors qu'elles savaient très bien qu'elles alterneraient avec des sujets beaucoup plus drôle. Car c'était cela aussi le fait d'être sœurs, avoir la capacité de parler librement et de n'importe quoi.


I was searching, you were on a mission. Then our hearts combined like a neutron star collision. I had nothing left to lose you took your time to choose. Then we told each other with no trace of fear that... Mon cœur s'ouvre à ta voix comme s'ouvrent les fleurs aux baisers de l'aurore. Our love would be forever and if we die, we die together. And lie, I said never 'cause our love would be forever.

   (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
S. Daisy Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Que la famille soit à nouveau réunie
Faites place à la vedette
S. Daisy Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 03/07/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters, the most crazy sister (a) Nombre de messages : 1451 On me connait sous le pseudo : Pop'n Gum Un merci à : (avatar) .skyeward + (gif) tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptyDim 20 Avr - 21:40




Pine & Strawberry
Sister is probably the most competitive relationship within the family, but once the sisters are grown, it becomes the strongest relationship ♥

La famille était probablement ce qu’il y avait de plus important dans la vie. Enfin, ce n’était même pas probablement. Pour Daisy, sa famille, ses sœurs comme son frère représentaient tout ce qu’il y avait de plus important pour elle. Peu importe ce qui lui arrivait au jour le jour, en bien comme en mal, elle savait que tant qu’elle les avait à ses côtés, elle arriverait à s’en sortir. A eux quatre, ils étaient un peu comme sa bouée de sauvetage, ceux sur qui elles pouvaient compter le jour comme la nuit. Et même si pour le moment, leur frère était absent, la jeune femme ne pouvait pas s’empêcher d’y penser. Elles avaient passé tellement à lui courir après et à l’embêter dans leur forêt préféré que quelque part, elle savait très bien que cela continuerait ainsi, même dans un autre monde. Même maintenant qu’ils étaient tous humains. Alors oui, l’ancienne lapine n’arrivait plus un seul instant  à imaginer sa vie sans la sienne. En réalité, elle n’arrivait même pas à comprendre comment certaines pouvaient s’en passer. Evidemment, il y avait toujours des problèmes, des questions auxquelles chaque membre de la famille avait une réponse particulière et voulait absolument imposer la sienne. Mais tout cela faisait partie de l’histoire. C’était inévitable. Mais pas insurmontable. Les chamailleries, les boudages intempestifs, de ne pas vouloir écouter l’avis des autres ou bien de vouloir à tout prix démontrer qu’on avait raison alors que tout était contre nous. N’importe laquelle de ces situations, Daisy avait l’impression de les avoir vécu un jour ou l’autre et quelque chose lui disait qu’elle n’avait pas fini avec tout cela. Mais même si de temps en temps, cela avait le don de l’agacer ou de la faire soupirer fortement parce qu’elle ne voulait pas s’en mêler, préférant profiter du spectacle, elle ne regrettait pas une seule seconde d’avoir une famille comme la sienne. Des sœurs parfois envahissantes et curieuses mais toujours adorables et présentes et un frère avec une notion de protection quelque peu douteuse. Mais quand  elles étaient toutes réunies, plus rien de tout ça n’avait de réelle importance. Le maitre mot était simplement de profiter. Finalement, les personnes qui choisissaient de vivre sans leur famille passaient à côté de beaucoup de chose mais il n’était pas à plaindre. Après tout, ils l’avaient choisi. Non le pire était pour ceux qui n’avaient pas eu le choix et qui n’avaient eu la chance d’avoir une famille comme la sienne, soudée à toute épreuve. Eux étaient certainement les plus à plaindre. Cela dit, même si la jeune femme était prête à les plaindre une fois de temps en temps, elle ne  l’était pas encore assez pour accepter d’échanger sa place. Dans un élan purement égoïste, elle devait bien admettre qu’elle ne laisserait sa place à personne. Ne plus être en mesure de voir la tête d’une Ria agacée alors qu’elle la forçait à sortir le nez de son bouquin ou bien ne plus voir sa petite sœur Tressie faire tous les efforts du monde simplement pour lui faire plaisir. Non, elle n’était définitivement pas prête à abandonner cela. Tout comme elle aimait voir sa sœur ainée débarquer à l’improviste, le sourire aux lèvres, prête à l’embêter. Peut-être que d’ici plusieurs minutes, Daisy ne serait plus du tout aussi emballée, levant les yeux au ciel alors que sa sœur émettait une nouvelle idée qu’elle semblait trouver géniale. Mais même ainsi, elle n’arrivait jamais à lui en vouloir, elle n’arrivait pas à penser de ne pas avoir Trixie dans sa vie. Même si seulement quelques secondes avant, elle avait râlé en ouvrant la porte avec pour seule envie de retrouver son lit douillet et sa couette moelleuse. Toutes émotions négatives avaient subitement disparu devant le visage souriant de sa sœur ainée alors qu’elle se retrouvait dans ses bras avant qu’elle n’ait pu s’en rendre compte. Peut-être que Daisy avait prévu et osé penser à ne rien faire de sa journée, à flemmarder comme n’importe quelle personne normalement constituée, à la possibilité de ne pas aller courir : ce qui pour elle était définitivement une vraie révolution. Mais tous ses plans semblaient tomber à l’eau l’un après l’autre pourtant Daisy n’arrivait pas à être déçu ou bien en colère. Ses lèvres n’arrivaient plus à trouver une forme normale, son sourire restant intact. Comment pouvait-elle ne serait-ce qu’un instant penser à en vouloir à sa sœur ? Au contraire, elle lui offrait une distraction plus que bienvenue et jamais, ô grand jamais, elle ne serait en mesure de refuser quelque chose à sa sœur. Encore moins de passer la journée avec elle. Rien que l’idée lui donnait envie de sourire et de profiter de cette journée plus qu’à l’habitude. Elle était même prête à avouer que Pine avait eu une idée plus que merveilleuse alors qu’elle la laissait entrer, refermant la porte avant qu’un de ses voisins bruyants ne s’invite pour lui piquer un peu de chocolat. Comme si c’était une idée envisageable, franchement… Les seules personnes avec qui elle acceptait de partager se comptait sur les doigts d’une seule main. Relâchant quelque peu l’étreinte qu’elle avait sur sa sœur, Daisy lui adressa un sourire particulièrement enjoué à l’idée qu’elle venait d’évoquer. Comme si elle était en mesure de refuser une proposition comme celle-là. A part un jour où la maladie la frapperait trop violemment, elle ne voyait absolument pas comment. Elle ne put s’empêcher d’accompagner sa sœur dans la danse de la joie avant de lever les bras en l’air, comme si elle venait de gagner un prix. « Je suis carrément pour l’hibernation ! » Retrouvant un semblant de calme, Daisy se rapprocha de son lit, finalement elle allait le retrouver plus vite que ce qu’elle ne pensait. « Tu sais très bien qu’avec une idée pareille, je suis bien incapable de refuser. Le lit n’attend plus que nous. Et on pourra aller au starbuck, dis dis ? » Croisant les mains en dessous de son menton, elle tourna les yeux vers sa sœur, la suppliant mentalement d’accepter. Décidemment, cela faisait bien trop longtemps qu’elles n’avaient pas eu l’occasion de passer un moment entre sœurs, juste entre elles. Et Daisy avait bien l’intention de rattraper un peu le temps perdu, sachant très bien que Trixie partageait le même état d’esprit.

La jeune femme eut un nouveau sourire alors que sa sœur se laissait aller sur les idées qu’elle avait des autres habitants. Cela dit, sur ce coup là elle ne pouvait pas totalement lui donner tort. Daisy avait déjà plus d’une fois remarqué qu’ils étaient beaucoup plus bruyants qu’auparavant et cela peu importe la saison. A croire qu’ils ne suivaient aucun rythme particulier qui aurait pu les aider à les comprendre. Alors Daisy se contente d’hausser les épaules comme si cela ne valait pas vraiment le coup de chercher une bonne explication. « Non mais c’est bientôt le printemps. » Elle esquissa un sourire, comme si une simple phrase comme celle-là avait le don de tout expliquer. Loin de là, évidemment mais elle n’avait pas vraiment envie de passer une heure à débattre sur leurs voisins respectifs. Ils n’en valaient pas la peine après tout. Même si elle appréciait grandement la proposition de sa grande-sœur. « C’est adorable, je viendrais ! Enfin d’abord, il va falloir qu’on établisse un code, je m’en voudrais de débarquer alors que Liam est là… » Le sourire de Daisy s’agrandit, s’amusant toute seule. Elle jeta un rapide coup d’œil à sa sœur ainée pour profiter de l’effet qu’allait avoir sa petite phrase sur elle. C’était un de ses nouveaux passe-temps depuis que Trixie lui avait parlé de lui. L’embêter et de temps en temps laisser passer un ou deux sous-entendu de la barrière de ses lèvres. La réaction de sa sœur valait à coup sur le détour. Cela dit, la jeune femme n’était pas complètement dupe, le jour où elle serait dans le même cas, sa sœur n’allait certainement pas se gêner pour lui faire payer cet affront. Gentiment, il n’y avait aucun doute la dessus, mais Daisy allait quand même devoir y faire face. Peut-être que c’était pour ça au final qu’elle n’avait pas de grandes envies de rencontrer quelqu’un. Cependant, l’ancienne lapine n’eut pas à penser à cette éventualité trop longtemps, Trixie s’autoproclamant meilleure kidnappeuse. Sa sœur cadette ne put que sourire devant cette image et ne rajouta rien. Qui était-elle pour affaiblir le rêve de son ainée ? Et puis voir sa sœur heureuse était bien la seule chose qui lui importait. D’autant plus, qu’en toute honnêteté, elle avait autre chose à faire. Comme partir à la recherche de son précieux trésor. Bien caché d’ailleurs le trésor. L’espace d’un instant, Daisy admit même qu’à force de chercher les meilleures cachettes, elle allait finir par les oublier. Et quel drame ce serait alors ! S’arrêtant subitement dans sa recherche, elle se retourna vers sa sœur, pointant sur elle une chaussette qu’elle avait en main à ce moment et trouvée dans le tiroir. « Eh te moque pas ! C’est vital le chocolat. En plus, je partage, t’as vu comme je suis gentille ! » Pas vexée pour autant, elle sourit doucement avant de retourner à sa quête. Finissant victorieuse et brandissant deux tablettes de chocolat devant le nez de sa sœur. Les deux jeunes filles regagnèrent le lit, prenant soin de s’installer comme il le fallait pour ne plus avoir à bouger avant un bon moment. Daisy prit le carré de chocolat que lui tendait sa sœur, faisant mine de réfléchir à sa question. Qui était bien bonne d’ailleurs. Elle n’avait jamais pensé à compter le nombre de tablette qu’elle pouvait cacher mais elle n’était pas certaine que ce soit une si bonne idée que ça. Si elle pouvait passer pour une folle un peu plus tard, elle ne disait pas non. « Je ne me suis jamais posée la question en fait. Mais je pense que la réponse est…beaucoup. »Elle eut un grand sourire, presque fière d’elle. Dans ce monde, elle avait l’impression que chaque personne possédait un petit quelque chose de particulier. Quelque chose que les autres ne comprenaient pas et au final, elle ne faisait absolument pas exception. Mais heureusement pour elle, aucunes de ses sœurs ne lui en tenaient rigueur. D’un air amusé, Daisy passa une main sur le tissu de l’oreiller avant que sa sœur ne le récupère encore une fois. Elle réussit d’ailleurs difficilement à retenir un rire quand Trixie émit l’idée du redbull avant de rendre les armes. Un éclat de rire passant la barrière de ses lèvres alors qu’elle levait les yeux au ciel en voyant sa sœur partir aussi loin dans son hypothèse. Cela dit, fraise et chocolat, il n’y avait pas grand chose de meilleure. Daisy lui adressa un sourire amusé, secouant légèrement la tête comme si elle ne savait plus quoi faire d’elle. Ce qui était totalement faux. « Je dois avouer que tu m’étonneras toujours avec tes idées mais c’est bien pour ça que je t’aime sœurette ! Mais j’ai une proposition à te faire, si tu veux… » Daisy laissa planer quelques secondes de silence pour faire durer un peu le suspense et surtout faire un peu languir sa sœur. Après tout, elle avait bien le droit de s’amuser chacune leur tour. « On pourrait peut-être mettre en place certaine règle. Comme par exemple, on interdit les questions sur le cadeau qu’on va offrir pour Noël ou n’importe quelle autre occasion. Comme ça, on évite tout problème, qu’est-ce que tu en dis ? » Le coin de ses lèvres s’étira en un sourire alors qu’elle prenait un nouveau carré de chocolat. C’était toujours dangereux de commencer ces petites choses. Cela dit, dans un ordre plus sérieux, elle ne pouvait pas en vouloir à sa sœur d’avoir penser à cette éventualité. Même si elle devait bien admettre que son cadeau aurait été la dernière question qui lui soit venue à l’esprit. Il y avait tant d’autres choses à apprendre avant (a). Mais sa sœur reprit un air sérieux qui pour le coup eut le don d’inquiéter Daisy. Son heure avait sonné, c’était définitif. Et il ne lui avait fallu qu’une minute de plus pour comprendre que c’était effectivement le cas. C’est d’ailleurs dans ces moments là que Daisy prenait pleinement conscience que Pine était effectivement l’ainée. Peu importe ce qu’on voulait lui cacher, pour son bien ou pas d’ailleurs, elle le sentait et la maman qui était en elle surgissait tout à coup. Si Daisy n’avait pas eu sa copie conforme sous le nez, elle aurait même pu croire au retour de leur mère. Râlant pour la forme, elle se laissa tomber sur son lit, embarquant sa sœur avec elle. « T’es pas drôle parfois, j’espère que tu le sais. » Bien installées, allongées sous les couvertures, Daisy savait qu’elle ne pourrait pas y échapper bien plus longtemps. Laissant échapper un léger soupir, elle se décida finalement à se lancer. « Et oui, ça va ne t’en fais pas. J’étais juste fatiguée avec le boulot, les fêtes tout ça. Et puis… Peut-être aussi un peu parce que tu sais, Ethan a disparu un peu du jour au lendemain alors ça fait bizarre. J’aurais du m’en douter cela dit, mais c’était le contre coup. » Daisy se tourna légèrement, croisant les yeux bleus de sa sœur et lui sourit doucement. D’accord, Ethan n’était pas la seule et l’unique raison mais elle ne voulait pas parler de sa fausse découverte à sa sœur. Elle se refusait à lui faire subir la même désillusion qu’elle. Elle le lui dirait évidement, parce qu’elles se disaient tout mais plus tard quand elles auraient vraiment retrouvé leur frère. Son sourire s’agrandissant légèrement, Daisy reprit : « Mais maintenant ça va, la maman qui est en toi peut dormir sereinement. Et toi alors, tout va bien ? Comment va ce cher Liam ? Il arrive encore à te supporter ? » Cette fois-ci elle eut un sourire franchement amusé, embêtant un peu sa sœur. Cela dit, même si sur le moment elle semblait de son côté à lui, il valait mieux pour lui qu’il soit toujours adorable avec sa sœur sinon il allait se retrouver avec toute la famille Bunnier sur le dos. Mais Daisy oublia bien vite cette idée quand Pine évoqua une de leur petite sœur. Se redressant subitement, elle failli en faire tomber le coussin par terre. Les yeux presque écarquillés, elle se tourna vers son ainée. « Toi aussi, t’as remarqué… ! » D’accord, ce n’était pas forcément très dur mais elle était presque soulagée de voir Trixie de son côté. Au moins, elles partageaient le même point de vue. « A ton avis, qu’est-ce qu’elle a ? Elle peut pas être malade, ça ne ressemble pas à une maladie. Mais c’est comme si… je sais pas, on dirait qu’elle a découvert un autre monde et qu’elle préférait y passer tout son temps. Bientôt elle va nous dire que les livres et les études n’ont plus aucun intérêt pour elle, tu te rends compte… » Daisy afficha un air affolé qui devait probablement être assez comique. Mais c’était plus fort qu’elle, elle n’était que la deuxième mais le bien-être de ses sœurs était tout aussi important. Que ce soit pour l’ainée ou bien les deux cadettes. « Tu crois quand même pas qu’elle se drogue ? Non, non et non, impossible. » Elle balaya sa propre idée d’un geste de la main, alors que son imagination semblait partir dans tous les sens. Trixie à côté d’elle souriait. « Te moque pas, c’est toi qui m’a lancé la dedans. » Elle poussa légèrement son épaule avec sa main, ne devant pas paraitre très sérieuse avec son sourire accroché aux lèvres. Il n’y avait pas à dire, ça faisait beaucoup de bien de retrouver sa sœur.



STRAWBERRY DAISY BUNNIER ϟ « BEAUTY QUEEN OF ONLY EIGHTEEN, SHE HAD SOME TROUBLE WITH HERSELF.  » I dreamed I was missing. You were so scared but no one would listen. Cause no one else cared. After my dreaming I woke with this fear. What am I leaving when I'm done here ? So if you're asking me I want you to know. When my time comes forget the wrong that I've done, help me leave behind some reasons to be missed  
Revenir en haut Aller en bas
P. Trixie Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Retrouver toute ma famille
Faites place à la vedette
P. Trixie Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 23/06/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters. Vous vous demandez laquelle ? Celle qui a le plus de caractère et qui gère la bande. Chieuse en force *héhé*. Nombre de messages : 1943 On me connait sous le pseudo : ... Un merci à : twisted lips + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke.
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptyMar 29 Avr - 20:49




Pine & Strawberry
I ‘Cause I’m on top of the world, ‘ay. I’m on top of the world, ‘ay, waiting on this for a while now. Paying my dues to the dirt. I’ve been waiting to smile, ‘ay. Been holding it in for a while, ‘ay, take you with me if I can

La vie méritait qu'on se batte pour elle. Cette existence qui ne cessait de nous permettre de grandir encore et encore grâce aux personnes auxquelles on tient le plus. Chacune d'entre elles contribuaient à sa manière à nous élever un peu plus dans cet espace qui n'avait aucune limite, aucune barrière, tant qu'on les savait à nos côtés et prêtes à nous soutenir. La famille était ce qu'il y avait de plus important car c'était elle qui contribuait, à sa manière, à forger notre caractère, à nous aider à affronter les diverses épreuves que nous avions à connaître un jour. Elle nous chérissait d'une certaine manière, alternant des instants de tendresse et d'autres plus difficiles, mais elle était toujours là, présente au fond de notre cœur et de notre esprit, nous aidant sans arrêt, nous insufflant une force que nous même ne connaissions pas. Elle ne nous lâchait jamais, nous permettant ainsi de croire en de nouvelles choses et de nous fixer de nouveaux objectifs afin de la rendre fière. Voilà ce qui valait la peine d'être vécu, ce sentiment de plénitude qui nous permettait d'envisager l'idée de vouloir nous dépasser, rien que pour assurer une protection à l'ensemble de notre famille. Pine était certainement la sœur la plus agaçante, la plus collante, la plus curieuse de toute la galaxie entière, elle se dévoilait toujours comme un peu trop oppressante pour ses sœurs. Mais quelque part c'était sa manière à elle de se sentir exister et de les protéger. Elle ne pouvait envisager une seule seconde les laissait seules face à un monde bien trop différent de celui qu'elles avaient appris à côtoyer. Elle ne pouvait pas non plus rester en retrait, à regarder d'un œil distrait les épreuves que chacune d'entre elles devaient subir, se disant simplement qu'elles avaient à vivre leur vie elles aussi. Cette réaction était loin d'être celle de la jeune lapine, et ne ferait très certainement jamais partie de ses traits de caractère. Car aussi chiante pouvait-elle se révéler, elle les aimait bien plus que tout et avait besoin d'elles au quotidien. Chacune d'entre elles était son rayon de soleil, son envie d'affronter la routine, de se lever le matin, rien que pour avoir le mérite de se dire qu'elle allait les croiser. Qu'elle pourrait se rendre compte de la santé de chacune et qu'elle veillait à sa manière sur chacune d'entre elles. Panpan n'était plus là pour veiller à cela, et même si il avait été présent, jamais elle n'aurait laissé ce rôle de côté. Elle aimait trop voir par exemple Tressie en train de lui demander comment elle parvenait à lasser ses chaussures, ou encore Ria qui levait les yeux au ciel, alors qu'elle lui demandait simplement d'arrêter deux minutes de lire pour l'écouter, et enfin Daisy qui lui souriait et s'amusait à l'embêter d'une façon amicale et adorable. Jamais elle ne pourrait se lasser de tout cela, et elle en ressentirait toujours le besoin. Elles étaient quatre sœurs, quatre lapines, quatre cœurs mais pourtant elles formaient une unique et même famille soudée, présente et aimante. Personne ne parviendrait jamais à séparer cette force, au risque de s'y brûler bien plus que ses propres ailes. Car malgré tout, les petites Bunnier, aussi différentes pouvaient-elles être se retrouvaient envers et contre tout dans ce même amour qu'elles partageaient entre elles. C'était donc tout naturellement que la jeune fille avait décidé de passer sa journée de repos avec sa petite sœur. Celle avec qui elle se sentait le plus à l'aise et qu savait lui redonner le sourire à la moindre occasion. Un lien assez particulier et unique les unissait l'une à l'autre, visant à renforcer la confiance qu'elles se portaient l'une et l'autre. Elles n'étaient pas tout à fait des pages identiques, mais les quelques petites ratures que comportaient l'une, étaient des mots qui complétaient l'autre et vice versa. A toutes les deux, elles veillaient à remplir une fonction bien particulière. Et c'est ce qui expliquait pourquoi elles s’entendaient si bien. Oh bien sûr, il arrivait que parfois quelques petites disputes ou bouderies éclatent et se fassent connaître, mais cela ne durait jamais longtemps. A vrai dire, lorsque Pine se mettait en colère, avec l'une de ses sœurs, il ne lui suffisait que d'une heure ou au grand maximum deux pour se calmer et revenir vers elles pour les câliner. Il lui était impossible d’en vouloir à aucune d'entre elles et de toute façon comment le faire ? Elles étaient adorables, avenantes, rusées, généreuses, le monde leur offrait tant et c'est ce qui effrayait la jeune lapine. Si une personne mal avisée venait à profiter de l'une d'elle … Cette pensée devenait un cauchemar presque permanent alors qu'elle se rendait compte de la vilenie de certaines personnes. Serait-elle prête à tuer ? Si on touchait à l'une de ses sœurs ou même à Liam, elle était certaine de la réponse : oui elle en serait capable. Mais bien vite son caractère censé reprenait le dessus et la rassurait en lui montrant qu'ils ne risquaient rien, car personne ne se jouerait d'eux. Du moins, elle l'espérait plus que tout. Et se tenir près de Strawberry de cet manière là, pouvoir la serrer dans ses bras et ainsi respirer son parfum qui lui rappelait des souvenirs d’antan l'apaisait quant à cette idée. Sa sœur était forte, probablement bien plus qu'elle même, de ce fait, elle lui faisait confiance. Jamais elle ne laisserait les gens lui faire du mal ou même tenter d'y parvenir, et elle lui en parlerait. Elle était sûre de cela. Les rires qu'elles s'offrirent une à l'autre chassèrent ses pensées, laissant ainsi la jeune fille profiter tout simplement de cet instant en compagnie de sa sœur. Oh elle avait bien remarqué à sa mine fatiguée, qu'elle aurait préféré dormir un peu plus, mais elle savait aussi très bien que tout comme elle elle adorait passer du temps à ses côtés. Et puis en plus, elles n'allaient pas s'ennuyer. Avec Strawberry c'était mission impossible de s'ennuyer, ou alors il y avait un très gros problème. Et rien que l'idée que Pine lui annonçait pour cette journée semblait la satisfaire, puisqu'elle proposait également une sortie à rajouter dans leur petite liste. Comment pouvait-elle résister à ses yeux là, lorsque sa petite sœur la suppliait ? « Va pour le starbucks on boira un bon chocolat chaud et avec un gros muffin aux pépites de chocolat et noisettes. Tu l'as déjà goûte celui là ? Il est … DE LI CIEUX. La jeune fille se remit à rire avant de se laisser tomber sur le lit de sa sœur. La vision même de Daisy en train de manger ce muffin parvenait à la faire sourire de plus belle, tant elle savait qu'elle allait l'aimer. Peut être qu'elle râlerait un peu en trouvant qu'il n'y a pas assez de chocolat, mais le résultat serait le même : elles seraient ensemble.

Laissant libre court à ses idées, en critiquant au passage les comportements de plus en plus bruyants des habitants du Méli Mélo House, Trixie ne put s'empêcher d'omettre quelques unes de ses opinions bien marquées au sujet des caractères parfois irrespectueux de ces locataires. En effet, plus le temps allait en avant et plus les fêtes devenaient bruyantes et tardives, à croire que personne ne travaillait ou du moins ne se mettait à la place des autres. A moins qu'elle ne commence à vieillir et à ne plus supporter les petits jeunes. Mais quoi qu'il en soit, la jeune fille n'arrivait pas à comprendre comment des êtres ayant reçu une éducation bien strictes pour la plupart, pouvaient agir ainsi. Plus le temps passait et plus ils allaient vers des comportements de plus en plus bestiaux. Non pas dans le sens premier mais plutôt dans le sens idiot du terme. Elle comprenait tout à fait que l'on puisse vouloir s'amuser, qu'on cherche aussi à connaître de nouvelles sensations, elle même étant une parfaite fervente des sensations fortes et de l'aventure, mais de là à agir de la sorte. Non, elle ne parvenait pas à les comprendre et les trouver tout simplement puéril. Si bien, qu'elle se doutait que la vie de sa sœur dans ce dortoir devait être très difficile. Elle espérait juste qu'elle puisse se reposer un minimum, voilà pourquoi elle amena l'hypothèse de pouvoir venir dormir chez elle si elle le désirait. Non seulement, Strawberry pourrait ainsi se reposer et reprendre des forces, mais elles pourraient passer du temps ensemble et peut être retrouver cette complicité qu'elles avaient alors qu'elles hibernaient dans leur petit terrier. Ah l'hibernation, Trixie se souvenait des bienfaits de cette dernière, de la chaleur qu'ils se portaient l'un et l'autre, de cette sensation de repos intense dès lors qu'elle ouvrait les yeux avec l'arrivée du printemps. Et oui tiens en parlant de printemps, Daisy avait probablement raison en mettant en avant cette idée vis à vis des comportements louches de ces gens.  « Pourtant nous qui venons d'une famille de la forêt, le printemps n'agit pas comme ça sur nous. C'est bizarre ce truc. Enfin, heureusement ça ne durera que trois mois. » Regardant un instant le plafond, la jeune fille se mit à soupirer en se rendant compte à quel point le temps pouvait passer vite, jusqu'à ce que ses yeux ne reviennent sur sa cadette à l'évocation du prénom de Liam. Sentant déjà ses joues rosir, Pine se contenta juste de soupirer encore une fois pour essayer de reprendre contenance en vain, et essayer de cacher son sourire à travers ces quelques mots.  « Un code … Hum … Tu toques avant ? » A nouveau, ses joues devinrent pourpres et intérieurement, Pine priait pour que Strawberry change de sujet. Elle savait qu'elle pouvait lui parler de Liam et le faisait à la moindre occasion, mais il y avait certaines choses qu'elle préférait garder pour lui et elle. Même si elle racontait les trois quarts de sa relation à sa sœur. C'était étrange de savoir qu'elle était au courant qu'il venait souvent dormir avec elle, tout comme elle le rejoignait d'autre fois chez lui. Incapable d'expliquer pourquoi cela lui faisait bizarre, peut être parce qu'elle avait l'impression de vivre un bonheur que ses sœurs méritaient aussi, et qu'elles ne voulaient pas les embêter avec cela. Mais quoi qu'il en soit, à chaque fois qu'elle lui en parlait, on pouvait être certain que la jeune fille finissait rouge comme une écrevisse avec des étoiles pleins les yeux et un sourire bien particulier. D'ailleurs, elle ne manquait pas à cette réaction, car déjà elle cherchait à enfouir son visage dans l'oreiller pour ainsi se cacher. Heureusement son côté enjoué reprit le dessus presque immédiatement, et elle recommença à mettre en avant des idées bien à elle, à savoir, le fait qu'elle serait la kidnappeuse attitrée de sa petite sœur pour la journée et qu'elle la garderait pour elle peut être même jusque dans la soirée. S'en suivit ensuite une recherche bien drôle de chocolat à travers la chambre de Daisy, permettant à Trixie de se moquer gentiment quant à cette addiction au chocolat. Éclatant de rire avec la vision de sa cette en train de la menacer avec une paire de chaussettes, Trixie ne put s'empêcher de la trouver mignonne comme tout alors qu'elle continuait à lui expliquer à quel point cette gourmandise lui était vitale. Levant les mains vers le ciel pour ainsi rendre les armes et s'avouer vaincue, la jeune fille ne tarda pas à répondre sur ce même ton amusé.  « Oh doucement Lucky Lukette, tu peux blesser quelqu'un avec ça. Et oui t'es la plus gentille petite sœur du monde, merci de partager avec moi. » (un joli clin d'oeil mdrrrr) Après quoi, elle continua de la surveiller chercher le chocolat et toutes deux regagnèrent le lit pour s'y installer convenablement et ainsi déguster quelques carrés. C'est alors que Trixie ne put retenir bien longtemps la question qui lui brûlait les lèvres, à savoir combien est ce qu'elle cachait du chocolat dans cette chambre. Croquant un premier morceau, elle le laissa fondre dans sa bouche, alors que sa petite sœur lui répondait en toute honnêteté qu'elle n'en savait pas le moins du monde. Réponse, qui bien sûr la fit rire et lui montra encore une fois à quel point elle aimait sa cadette. Il n'y avait qu'elle pour agir ainsi et le faire de manière naturelle, et quelque part Pine était fière de cela. De cette jeune fille à côté d'elle qui s'assumait complètement et qui lui paraissait bien heureuse, qui savait se montrer forte et qui était adorable comme tout. C'est alors que débuta la séance de l'oreiller de la vérité, non sans quelques étapes bien drôles qu'elles seules avaient pour recette. D'ailleurs, Trixie en profita pour raconter à Daisy la raison pour laquelle elle avait opter pour le fait de cacher ce coussin pendant les fêtes de noël, raison qui trouvait amplement sa signification, vue comme elles pouvaient être curieuses l'une comme l'autre. Le début de réponse que lui donna Strawberry agrémenta son sourire de plus belle, notant au passage qu'elle avoué qu'elle l'aimait. Pine l'aimait énormément à son tour aussi, mais l'entendre lui faisait du bien, et c'est ce qui expliqua pourquoi elle détourna son regard  du chocolat pour la regarder fixement avec ce même sourire. Mais son regard changea dévoilant par la même occasion sa curiosité, lorsqu'elle continua en lui proposant une alternative au problème de l'oreiller de la vérité. Pinçant ses lèvres, Pine ne dit mot préférant laisser Daisy exposer son idée et retrouva bien vite son sourire en voulant bien admettre que c'était un très bon compromis à la chose.  « Bonne idée, je trouve ça pas mal du tout même. Au moins je n'aurai plus à le cacher et à surveiller que tu ne le trouves pas. » Un nouvel éclat de rire franchit la barrière de ses lèvres, alors qu'elle se tournait pour venir enlacer sa sœur quelques secondes. C'est alors que, munie de son sésame, la jeune fille commença à mettre en avant quelques petites choses qu'elle avait pu noter dans le comportement de sa cadette. En effet, cela faisait à présent plusieurs semaines, qu'elle avait pu se rendre compte que quelque chose n'allait pas. Daisy essayait de le cacher, mais il y avait quelques petites attentions ou même quelques regards qui ne la trahissait pas et dévoilaient que quelque chose n'allait pas. Encore une fois, Pine n'avait pas voulu en parler devant Ria et Tressie, jugeant que cela n'avait peut être pas à être évoqué devant toutes les lapines, mais juste en comité restreint. Et là, Trixie était là pour Strawberry.  

Maman dans l'âme, la jeune fille veillait encore une fois à prendre soin de sa sœur, voulant avant tout son bien et désirant l'aider à la moindre occasion. Aussi, elle ne répondit pas lorsque Daisy commença à râler gentiment. Après tout, elle ne pouvait que la comprendre, mais cela ne l'empêcha pas de se confier un peu sur ce qu'elle ressentait. Cherchant à maintenir sa sœur dans ses bras pour ainsi la rassurer quant à sa présence, Trixie ne la coupa pas une seule fois et nota les moindres troubles de sa cadette. Même si elle connaissait un peu son histoire avec Ethan, Trixie avait pu se rendre compte que Daisy y tenait beaucoup et se doutait que quelque part ce sujet finirait par sortir un jour. Et quelque part, elle préférait qu'elle lui en parle plutôt que ruminer seule dans son coin les choses.  « Je sais que ça t'a mis un sacré coup. Mais tu ne dois t'en vouloir de rien. Tu as été gentille avec lui et tu lui as montré que tu étais là pour lui. C'est juste que parfois les gens sont complètement idiots et incapables de voir la chance qu'ils ont. » Oh ça, si elle pouvait le retrouver elle, il ne manquerait pas de retenir son nom et aurait une belle claque en guise de bon retour. Frottant doucement sa main dans le dos de sa sœur, la jeune fille rajouta sur un ton qui se voulait réconfortant.  «  Tu es une fille exceptionnelle, gentille, drôle, à l'écoute, présente, intelligente et généreuse. Les gens ne s'aperçoivent pas à quel point tu es unique, parce qu'ils ne savent pas voir plus loin que le bout de leur nez. Lui ne l'a pas vu, mais je suis certaine qu'un jour, un autre verra à quel point il aura de la chance d'avoir une fille comme toi à ses côtés. » Quelque part Pine se trouvait honteuse face à Strawberry. Elle avait trouvé Liam et ce dernier contribuait à accroître son bonheur encore et encore. Certes, elle était également passé par la déception, et sa Banane avait su lui ouvrir les yeux et lui permettre de croire en nouveau en l'amour. Elle espérait que Daisy puisse également connaître ce sentiment elle aussi. Qu'un jour elle se sente exister elle aussi de la même manière dont Trixie se sentait vivre. Que tout s'éclaire pour elle et qu'elle parvienne à chasser les moindres nuages par le sourire de celui qu'elle aimerait. Elle était certaine que ce jour arriverait tôt ou tard, et lorsqu'enfin elle pourrait le vivre, Pine serait encore plus fière d'elle. Elle serra un peu plus sa sœur dans ses bras, jusqu'à ce qu'elle ne la rassure en lui affirmant qu'elle pouvait laisser son côté maman de côté pour l'instant. Cela eut le don de faire sourire la jeune fille qui relâcha doucement son emprise et qui était bien contente d'apprendre que malgré tout elle parvenait à maintenir la tête hors de l'eau. De toute manière, elle savait qu'elle serait là pour elle, elle l'avait toujours été et le serait à jamais. Cependant, Daisy retrouvait bien rapidement du poil de la bête, puisqu'elle se lançait sur le sujet qui arrivait toujours à la faire rougir. A moins que cela ne soit un prétexte à changer complètement de sujet pour en éviter d'autres questions. Trixie nota cette petite option dans sa tête et en profita pour cacher son visage dans les cheveux de sa sœur pour ne pas qu'elle la voit rougir avant de répondre avec une voix tout à fait innocente.  « Je ne vois pas du tout de quoi tu parles. Moi, un ange comme on en fait plus, comment ne pourrait-on pas me supporter ? Alors là je suis choquée. » Riant aux éclats, la jeune fille finit par sortir de sa cachette et reprit son sérieux pour rassurer sa petite sœur.  « Tout va bien ne t'en fais pas. J'ai juste eu quelques problèmes avec une cliente, mais ça va bien mieux maintenant. Je me demande si je me renseigne pour passer au rang au dessus ou pas. Ce sera des responsabilités en plus, plus de travail aussi, mais je me dis que plus ça ira et plus les études de Ria seront chères, au moins quelque part je pourrai économiser pour l'aider ou même pour toi ou Tressie. » La grande sœur était de retour et dévoilait ses interrogations à sa cadette pour peut être trouver des réponses plus concrètes que celles de ses pensées.  « Et avec Liam ça va aussi. Il me supporte, je ne sais pas comment mais il y arrive. J'en viens à me demander si je ne devrai pas lui donner une médaille. » Elle se cacha sous les couvertures en se mettant à rire en pensant à sa Banane qui devait parfois en avoir ras le bol de son caractère un peu trop sur excitée. Elle voulait bien le plaindre de ce point de vue là. Mais c'était aussi ce qu'il aimait tout comme elle adorait son caractère à lui aussi. D'ailleurs, il lui tardait tant de le retrouver pour ainsi pouvoir lui raconter sa journée avec sa sœur et le revoir sourire ou même l'entendre se moquer d'elle. Ils formaient à présent un duo presque inséparable et qui avait besoin de l'un et de l'autre pour se sentir bien. Secouant sa tête en entendant sa sœur se moquer, Pine se dépêcha de changer de sujet pour cette fois ci partir vers celui de leur petite sœur Ria. En effet, depuis quelques temps à présent, Trixie s'inquiétait pour elle, tantôt enjouée, tantôt triste et déprimée, elle n'arrivait pas à comprendre ce qu'il se passait. Allant même jusqu’à croire que ses études ne lui plaisaient peut être plus. Mais elle n'avait pas osé aller lui demander, peut être parce que quelque part elle savait que Ria était bien plus discrète et qu'elle avait peur de ses réactions. Aussi, peut être avait-elle parlé à Daisy ? C'était ce qu'elle espérait au plus profond d'elle, car ainsi elle serait rassurée sur le fait que Ria parle à quelqu'un et à quelqu'un de confiance. Mais apparemment Daisy non plus ne savait pas grand chose sur le sujet. Gardant son sérieux, le regard de la jeune fille s'en alla de l'autre côté de la pièce sur le mur, alors qu'elle écoutait avec attention les paroles de Strawberry. Dires qui allaient exactement dans le même sens qu'elle puisqu'elle remarquait son désintérêt pour ce qu'elle appréciait avant. Soupirant, la jeune fille finit par répondre avec le plus de sérieux possible.  « Je crois que quelque chose à changé et qu'elle ne nous l'a pas dis. Pourquoi ? Parce qu'elle a peur de nos réactions ou parce qu'elle en a honte, j'en sais rien. Mais j'ai l'impression qu'elle côtoie de mauvaises personnes. Enfin... Si toi aussi tu me dis que tu remarques qu'on dirait qu'elle laisse ses livres et ses études, ça ne peut pas venir d'elle seule. Y a forcément quelqu'un la dessous qui lui a dit que c'était nul ou une connerie dans la genre. Mais le soucis, c'est qu'elle ne nous le dira pas... » Elle regarda Daisy et admira son air affolé, dévoilant à quel point elle aussi pouvait s'en faire quand il s'agissait de sa famille.  « C'est à Tressie qu'elle en parlera et Tressie nous parle. » Elle lui fit un grand sourire fière d'elle avec cette idée là et explosa de rire en entendant la question de Daisy quant à une éventuelle prise de drogue pour Ria. Elles parlaient bien de leur petite sœur là ? Puis continua de plus belle en l'entendant bougonner et en sentant sa légère pression sur son épaule. Cela faisait du bien de retrouver Strawberry de cette manière là et puis en plus, cette idée est tellement loufoque qu'elle contribuait à développer l'esprit créatif de Pine, qui ne tarda pas à la rejoindre.  « Ou alors elle a été enlevé par des extra terrestres une nuit et ils lui ont injecté un produit bizarre pour qu'elle devienne comme eux ? » Riant de plus belle, la jeune fille en avait mal aux abdominaux et commença à faire des chatouilles à Daisy pour qu'elle la suive dans ses rires avant de s'arrêter net et de relever la tête.  « Tu crois qu'on pourrait faire une sortie toutes les quatre un jour ? Histoire de voir comment ça se passe et surtout d'être comme avant ? » Cherchant à attirer l'oreiller vers elle, Trixie parvint à passer sa main sous sa sœur pour tenter de le bloquer et le saisir avant de reprendre.  « Autre question, est ce que tu as aimé ton cadeau de noël ? » Haussant ses sourcils en guise d'un 'je t'ai eu', la jeune fille gardait la main sur l'oreiller pour ainsi faire valoir l'authenticité de sa réponse mais surtout l'honnêteté de la réponse qui en découlerait.  « D'ailleurs en parlant de lui, je trouve qu'il te va très bien et qu'il te donne un côté très adorable. » Elle lui adressa un sourire sincère et chargé de tendresse alors que ses pensées allèrent vers le jour de noël et la réaction de sa petite sœur dès qu'elle avait ouvert son cadeau. Trixie aimait ses sœurs et encore une fois, elle le prouvait en cherchant à lui faire plaisir.


I was searching, you were on a mission. Then our hearts combined like a neutron star collision. I had nothing left to lose you took your time to choose. Then we told each other with no trace of fear that... Mon cœur s'ouvre à ta voix comme s'ouvrent les fleurs aux baisers de l'aurore. Our love would be forever and if we die, we die together. And lie, I said never 'cause our love would be forever.

   (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
S. Daisy Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Que la famille soit à nouveau réunie
Faites place à la vedette
S. Daisy Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 03/07/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters, the most crazy sister (a) Nombre de messages : 1451 On me connait sous le pseudo : Pop'n Gum Un merci à : (avatar) .skyeward + (gif) tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptyDim 22 Juin - 14:29




Pine & Strawberry
Sister is probably the most competitive relationship within the family, but once the sisters are grown, it becomes the strongest relationship ♥

Sans doute était-ce un peu utopique, comme un rêve d’enfant, quelque chose qui ne pouvait pas forcément être réel mais Daisy s’en fichait profondément. Elle accordait plus de temps et d’importance à ses sœurs qu’à n’importe quelle autre personne. Peu importe, le nombre de personnes qui pouvaient lui dire qu’être une famille soudée se perdait de nos jours. Sans doute était-ce vrai, quelque part dans le monde, des dizaines de famille se déchiraient pour une histoire d’argent, d’héritage ou de mariage pas très bien accepté. Mais la jeune femme les laissait faire bien volontiers. Après tout, elle n’avait aucun intérêt de penser à eux, s’ils n’arrivaient plus à s’entendre, c’était bien dommage elle ne pouvait pas le nier mais au final, cela ne la concernait pas. Si au sein même d’une famille, les gens préféraient s’entre tuer plutôt que de chercher de vraies solutions, il ne fallait plus s’étonner devant le nombre de conflit croissant. Mais Daisy ne se sentait pas concernée. Evidemment, s’entendre avec ses sœurs n’était pas toujours une grande partie de rigolade. Elles étaient quatre, avec quatre caractères complètement différents alors il arrivait de temps en temps, qu’elles n’arrivent pas à se mettre d’accord et que les esprits s’échauffent quelque peu. En toute honnêteté, cela arrivait même assez souvent, parce que chacune d’entre elles voulaient se faire entendre. Mais ça ne s’était jamais mal terminé. Peu importait le sujet de discorde, elles s’aimaient trop les unes les autres pour réussir à s’en vouloir trop longtemps. Et d’une certaine manière, cela plaisait et rassurait Daisy. Elle savait qu’elle pouvait compter sur ses sœurs, plus que sur n’importe qui d’autre. En plein jour ou en pleine nuit, sous le vent, la pluie ou bien la neige, elles viendraient l’aider. Tout comme elle le ferait, s’il le fallait. Si une de ses sœurs avait besoin d’aide. Les gens pouvaient bien croire ce qu’ils voulaient, s’amuser devant leur façon de fonctionner, cela ne changerait pas pour autant. Presque nostalgique, Daisy se rappelait encore le nombre de fois où elles avaient essayé de se mettre d’accord, en plein milieu d’une balade dans la forêt. De l’ainée, à la petite dernière, en passant par les deux du milieu, chacune essayait de faire valoir son droit. Mais c’était souvent peine perdu. Il n’y avait finalement qu’une seule chose pour laquelle elles arrivaient à se mettre d’accord, en un temps record : embêter leur frère. A partir du moment où cette idée était lancée, il n’y avait pas une pour rattraper l’autre. Elles organisaient un espèce de complot à elle quatre et Panpan, ne leur avait ainsi jamais échappé. Même avec ses efforts et ceux de Bambi réunis, elles restaient les plus fortes. Quelque part, Daisy était presque reconnaissante que leur arrivée à Fantasia Hill n’ait rien changé. Elles restaient les mêmes, toujours unies face à l’adversité. La jeune femme n’aurait sans doute pas réussi à supporter le contraire. Elle tenait trop à ses sœurs pour devoir se passer d’elles dans la vie de tous les jours. Elle se souvenait encore d’une famille qui était venue la voir, dans l’espoir de se mettre un peu au sport. Evidemment, Daisy n’avait pas pu dire non, son envie d’aider les gens l’en empêchait mais aux premiers abords ils avaient tous l’air sympathiques. Sauf les deux plus jeunes qui n’avaient jamais lâché leur air renfrogné comme si c’était une corvée qu’ils étaient en train d’accomplir. Daisy n’avait rien dit, ce n’était pas son rôle après tout. Elle s’était simplement contentée d’observer alors qu’ils se chamaillaient pour un oui ou pour un non. Cela lui arrivait aussi avec ses sœurs, qu’une conversation ne dérive vers une autre pour une raison ou pour une autre, une broutille généralement. Mais jamais à ce point. A croire que tout était bon pour les deux, pour se taper dessus et rien ne semblait pouvoir arranger les choses. Elle avait eu l’occasion de les voir plusieurs fois et jamais elle n’avait pu noter d’amélioration. Elle avait vite arrêté d’essayer d’y comprendre quelque chose. S’ils ne s’aimaient pas, c’était de leur faute et tant pis pour eux d’une certaine manière. Ils passaient à côté de beaucoup de chose au final, mais c’était à leur parent de leur faire comprendre, pas à elle. Mais Daisy ne pouvait pas nier qu’après avoir vu ça, elle était d’autant plus contente d’avoir des sœurs comme les siennes. Même lorsque l’ainée l’empêchait de profiter de sommeil supplémentaire en s’invitant chez elle. L’espace d’un instant, elle en avait râlé. Parce que c’était dans sa nature et que par principe, il fallait toujours râler un petit peu. Même si ça n’avait pas de grande chance d’atteindre sa sœur ainée, vu le sourire qu’elle arborait. En même temps, passer un peu de temps avec sa sœur n’était jamais une mauvaise idée peu importe l’heure à laquelle elle décidait de débarquer. Enfin, pas en pleine nuit, quand même… Et puis Trixie avait tout prévu, amadouant sa petite sœur avec du chocolat. Sachant qu’il n’en fallait pas plus pour lui faire plaisir, Daisy referma la porte derrière elle. Le sommeil perdu allait bien vite être oublié tant la journée promettait beaucoup de choses, de tellement mieux. Et sa sœur savait parfaitement comment s’y prendre, lui promettant déjà une jolie petite sortie. Il n’en fallait pas plus pour avoir le contentement de Daisy alors qu’un sourire s’affichait sur ses lèvres. « Tu viens de prononcer les mots magiques, tu sais ! Et non, je ne l’ai pas encore gouté celui-là, mais je te fais confiance, si tu dis qu’il est bon alors… » Le sourire qui flottait sur les lèvres de Daisy voulait tout dire et elle ne prit pas la peine de finir sa phrase. Décidemment, sa grande sœur pouvait venir la kidnapper autant de fois qu’elle le voulait, si c’était toujours ainsi. Cela dit, avec ou sans chocolat, pour passer un moment avec sa sœur, Daisy était toujours partante.

Pour être honnête, lorsqu’il s’agissait de passer un peu de temps avec l’une de ses sœurs, Daisy n’était jamais très difficile. Surtout quand elle estimait que ça faisait déjà trop longtemps qu’elle n’avait pas eu l’occasion de se voir, de passer du temps ensemble. Oui, tout à fait, à partir de trois jours le temps lui semblait long. Même si, cela n’empêchait pas Pine de prendre très à cœur son rôle de grande sœur, protectrice et maman poule. La cadette ne comptait même plus le nombre de message qu’elle recevait en une journée de sa sœur ainée. Cela dit, si au départ c’était un simple message pour s’assurer que tout allait bien, trois messages plus tard cela s’était déjà transformé en une sorte de délire, qu’elles seules pouvaient comprendre. Du langage codé, version lapine, en fait… Les lèvres de Daisy s’étirèrent en un sourire alors qu’elle se contentait d’hausser les épaules. Cela faisait bien un moment qu’elle avait renoncé à comprendre de quelle manière fonctionnait leurs voisins. Mais même s’ils avaient une vision différente de la vie, ils restaient pour la plupart gentil, c’était déjà pas mal. La jeune femme n’avait jamais eu de gros problème, mis à part les fêtes ou le bruit qui lui semblait interminable. « J’espère qu’ils joueront pas les prolongations, alors. » Daisy eut un sourire, en principe sa sœur avait raison, ça durait trois mois. Un peu plus, un peu moins. Mais elle avait appris à se méfier d’un peu tout en arrivant dans le monde des humains, comme elle aimait bien l’appeler. Cela commençait à faire un moment qu’elles étaient là mais pleins de choses arrivaient encore à surprendre Daisy. D’ailleurs, elle savait que d’ici peu de temps, Nymeria et elle allaient accueillir une nouvelle colocataire. L’idée en soit ne la dérangeait pas, elle espérait simplement ne pas tomber sur une personne un peu étrange avec laquelle, elle n’avait aucune chance de s’entendre. Mais elle avait encore le temps avant de se préoccuper de cette histoire. Et puis, elle devait bien avouer que voir les joues de sa sœur devenir rouges petit à petit était bien plus intéressant. La tentation d’en rajouter une couche sur ce sujet était grande pour Daisy, mais elle se décida à rester sage, n’en rajoutant pas outre mesure. « Je me doute bien, qu’il faut toquer tiens. Mais je pense qu’on devrait dire toquer deux fois et attendre cinq petites minutes. J’ai pas envie de tomber sur vous deux et d’avoir l’image devant mes yeux, jusqu’à la fin de ma vie… » D’accord, elle avait dit qu’elle restait sage, mais seulement à partir de maintenant. Daisy adressa un grand sourire à sa sœur, fière d’elle. Autant qu’elle en profite tant qu’elle le pouvait. Elle ne doutait pas un seul instant de la vengeance de Trixie dès que celle-ci en aurait l’occasion. Si ça se trouve, elle était même déjà en train de la préparer minutieusement et elle n’avait plus qu’à attendre le bon moment. Même s’il ne s’agissait que de petites taquineries entre deux sœurs, l’une comme l’autre ne laissait rarement une trop grande avance à la deuxième. Par principe… Cependant, l’ancienne lapine eut tôt fait d’oublier de préparer un quelconque plan pour embêter sa sœur. La recherche de chocolat avant tout, évidemment. Il suffisait de la lancer là dedans pour être tranquille, toute personne assez proche, le savait parfaitement. Daisy fouilla chaque recoin de sa chambre à la recherche d’une tablette de chocolat, voire deux. Elle avait tellement de cachette différente, qu’elle-même allait finir par les oublier, un jour ou l’autre. Elle vit le sourire amusé de sa sœur alors qu’elle brandissait une paire de chaussettes dans sa direction. On pouvait certainement faire mieux comme arme, il n’y avait aucun doute. Elle s’amusa avec sa paire de chaussette, essayant de le tenir comme elle devrait le faire avec une arme après la phrase de sa sœur. Daisy se retenait de rire, renvoyant la paire de chaussette dans un coin de sa chambre. Après tout, ce n’était absolument pas ça qu’elle cherchait. « Seulement parce que c’est toi, tu penses… » Avant de se détourner, elle adressa un clin d’œil à sa sœur ainée. Il est vrai qu’elle n’était pas une grande admiratrice du partage de chocolat. A part avec ses sœurs et l’une ou l’autre personne qu’elle appréciait. Daisy finit par trouver ce qu’elle cherchait avec tant d’énergie. Et les deux sœurs se retrouvèrent bien rapidement, confortablement installées sur le lit de Daisy. Elle croquait dans un premier morceau de chocolat alors que son ainée faisait réapparaitre devant ses yeux un ami porté disparu depuis plusieurs semaines. Elle avait du passer des heures à le chercher, se maudissant intérieurement et priant tous les dieux pour ne pas l’avoir perdu. C’était impossible. C’était leur truc, à Pine et à elle, alors elle ne pouvait pas le perdre. Elle ne l’avait pas perdu, d’ailleurs. Ce n’était que sa sœur qui avait jugé utile de lui « emprunter » sans la prévenir. Cela dit, quand Daisy en comprit la raison, elle ne pouvait plus du tout lui en vouloir, bien au contraire. Elle eut un léger sourire, secouant doucement la tête. L’imagination de sa sœur semblait sans limite parfois. Mais maintenant qu’elle avait réussi à se mettre d’accord sur des limites de questions, Daisy avait peut-être une chance de ne pas voir ce fameux coussin disparaitre du jour au lendemain. Sinon il était certain qu’elle saurait où aller le chercher maintenant.

Croquant dans un deuxième carré de chocolat, Daisy adressa un sourire à sa sœur. Elle aurait presque pu oublier à quel point elle aimait être maman poule, quand elle s’y mettait. Ou bien à quel point, cela pouvait être dur de lui cacher quelque chose. Cela dit, la jeune femme ne s’était jamais mise en tête de lui cacher quoi que ce soit. Elle savait qu’elle pouvait compter sur sa sœur plus que sur n’importe qui. C’était seulement qu’elle n’avait pas eu l’occasion de lui en parler et surtout qu’elle ne savait pas forcément comment amener le sujet. D’autant plus que ce n’était pas quelque chose dont Daisy aimait particulièrement parler. Mais quand il fallait y aller, il fallait y aller, n’est-ce pas ? Elle restait silencieuse, posant sa tête sur l’épaule de sa sœur alors qu’elle essayait de la réconforter. Elle esquissa un sourire, sa sœur mettait tout ce qui était en son pouvoir pour l’aider, elle ne pouvait absolument pas le nier. Même si Daisy était assez rapidement passée à autre chose à ce niveau là, elle devait bien avouer que c’était toujours le genre de chose qui était agréable à entendre. Surtout venant d’une personne proche et à qui on faisait confiance. Les bras de Daisy se resserrèrent autour de sa sœur, dans un câlin presque étouffant. « Ne t’en fais pas, ça va aller. Je pense que c’est juste le contre coup, voilà tout… Mais quoi qu’il en soit, j’ai de la chance de t’avoir, c’est une certitude ! C’est adorable, tu es adorable. J’ai la grande sœur, la plus mieux de tous les temps… » Daisy afficha un air amusé, même si elle pensait parfaitement ce qu’elle disait. Elle aimait sa sœur et savait que sans elle, la vie ne serait certainement pas la même. Elle serait beaucoup moins bien en fait. Elle n’aurait personne à qui parler aussi souvent, à qui se confier et vers qui se tourner quand elle avait envie de faire des bêtises. Clairement, c’était impensable. Relevant doucement la tête, Daisy afficha un sourire en coin, approchant sa main de sa bouche comme si elle s’apprêtait à révéler un grand secret. « Faut pas lui dire, c’est un secret, mais je l’aime ma grande-sœur » Le sourire de la jeune femme s’agrandit alors qu’elle serrait Trixie une nouvelle fois dans ses bras. Elle savait que son ainée aimait ce genre de chose, tout le monde aimait ça bien sur. Mais avec la petite dernière, une rêveuse comme on en faisait plus et Pine, elles étaient probablement les deux qui aimaient le plus les grandes déclarations. Quant à Daisy, avec ses sœurs ça ne la dérangeait pas. Avec les autres, c’était déjà beaucoup plus compliqué. Daisy se redressa un peu, appuyant son dos contre le mur, derrière son lit. Il n’y avait pas à dire, cela faisait énormément de bien de pouvoir passer un peu de temps avec sa sœur. Peut-être qu’elles devraient s’organiser pour faire ça un peu plus souvent. Même si les visites à l’improviste étaient bien aussi, toujours rigolotes t surprenantes, surtout. Le sourire de Daisy se transforma en franc éclat de rire alors que sa sœur ainée affirmait être un ange. Elle lui lança un regard appuyé, se demandant qui c’est qui pouvait encore y croire. En même temps, l’ensemble de la famille Bunnier était des anges, c’était bien connu. L’ancienne lapine réussit à calmer son rire, se concentrant sur sa sœur. Elle fronça les sourcils, imaginant une cliente se permette de causer des problèmes à sa sœur. Heureusement qu’elle n’avait pas été là. Cela dit, elle se doutait bien que ça n’avait pas du être évident à gérer pour Trixie et maintenant qu’elle arrivait à en parler de façon détachée, Daisy ne voulait pas lui faire remémorer ce genre de souvenirs. Il valait sans doute mieux laisser tomber, se concentrer sur le présent. Se promettant intérieurement de s’occuper de la cliente personnellement, si un jour elles se retrouvaient face à face. « Tu sais, je pense que tu dois aussi faire ça pour toi. Pas forcément et seulement pour nous. Je veux dire, tu n’as pas à t’en faire pour moi, je travaille et je m’en sors plutôt bien. Tout comme Ria et Tressie, elles savent ce qu’elles font et je pense qu’elles aiment aussi réussir à se débrouiller un peu toutes seules. Même si je suis d’accord, ça ne marche pas tout le temps. Mais le plus important, c’est d’essayer. Et on sait toutes que si on a le moindre problème, tu seras là pour nous aider. Alors, tu peux peut-être commencer à penser un peu à toi, d’abord. » Daisy eut un sourire. Dans l’esprit de sa sœur, elle était probablement en train de demander une mission quasiment impossible. Mais bon, ça valait toujours le coup d’essayer. « Et puis, tu sais, c’est pas parce que tu es l’ainée, que nous on ne peut pas t’aider non plus. » Le sourire de Daisy s’agrandit. Après tout le monde moderne ne supposait plus que l’ainé d’une famille soit obligé de tout faire. Elle jeta finalement un regard amusé en direction de sa sœur. « Je pense qu’il mérite une médaille oui. C’est pas donné à tout le monde de te supporter. »Un éclat de rire franchit la barrière de ses lèvres alors qu’elle s’amusait de la situation et que Trixie essayait vainement de se cacher. C’était à ça que ressemblait le temps qu’elles passaient ensemble. A alterner entre sujets sérieux et beaucoup moins sérieux, mais au moins rien n’était laissé au hasard. Retrouvant un peu de calme, Daisy pensa à une de leurs petites sœurs. Se disant que peut-être Ria avait envie de changer. Peut-être qu’étudier à longueur de journée n’était pas si bien que ça au final. Enfin pour elle, ça ne l’était pas, mais elle avait toujours respecté l’envie de Ria de rester assise dans un coin à lire plutôt que de venir avec elle. « Je ne sais pas. Peut-être qu’elle a demandé à Tressie de garder ça pour elle aussi, non ? Tu crois vraiment qu’il peut y avoir quelqu’un derrière un changement comme le sien ? Remarque, ça se tient mais j’ai du mal à voir qui. Il faudrait qu’elle ait confiance en plus pour délaisser ses études. Ou alors, ça ne lui plait plus ? » Même dans son esprit, Daisy se rendit compte que la dernière question sonnait faux et que ce n’était pas vraiment possible. Leur sœur à elle toute seule adorait plus étudier que les trois autres réunies. Mais Daisy oublia bien vite son sérieux alors que sa sœur la chatouillait et exprimait sa propre idée. Leurs rires se faisaient entendre à travers la chambre jusqu’à ce que Daisy réussisse à former une phrase correcte. « N’importe quoi ! Mon idée de drogue tient beaucoup plus la route, t’es obligée d’avouer. » Le sourire de Trixie semblait contagieux alors que Daisy sentait ses propres lèvres s’étirer en un sourire amusé. Cela faisait énormément de bien de se retrouver ainsi et l’idée de sa sœur ne pouvait lui paraitre que meilleur. Leur famille tenait toujours une place importante dans leur vie et ça n’allait pas changer du jour au lendemain. « Evidemment, c’est une bonne idée. Et puis je suis persuadée que ça ne pourrait nous faire que du bien de nous retrouver comme ça. » Elle esquissa un sourire alors que sa sœur en profitait. Elle aurait du se douter que maintenant que l’oreiller était de retour, que Pine n’allait pas hésiter avant de s’en servir. Elle haussa un sourcil devant la question avant de rigoler doucement. Si ce n’était que ça, ça ne lui faisait pas peur. « Je suis toujours adorable, tu penses… » Le sourire de Daisy s’agrandit. « Je pensais que de le voir tous les jours ou presque à mon cou pouvait être une réponse mais bon… Evidemment que je l’adore. Il est magnifique ! » Elle adressa un grand sourire à sa sœur, accompagné d’un clin d’œil. Elle l’avait déjà surement remercié une dizaine de fois quand elle lui avait offert mais elle était encore capable de recommencer s’il le fallait. Mais en attendant, Daisy récupéra le coussin, le faisant tourner entre ses mains. « Passons aux choses sérieuses… » Un léger sourire s’installa au coin de ses lèvres, sourire qui ne présageait pas toujours quelque chose de bien. Relevant les yeux, elle tendit le coussin à sa sœur, c’était à son tour. Et même si Trixie ne le voulait pas, sa sœur cadette n’avait pas l’intention de lui laisser le choix. « Aloors, dis moi… Est-ce que ce cher Liam a fait son boulot correctement et est-ce que tu es enfin rentrée dans l’eau ? Toute seule, j’entends ? Non parce que avec la mer à côté et l’été qui arrive, ça serait con de rester sur une mauvaise idée… » Daisy se rappelait encore de la première fois où sa sœur lui avait raconté son expédition. Oui parce qu’à ce stade, ce n’était plus une sortie mais une véritable expédition. Et Daisy espérait que sa sœur ne soit pas restée avec une mauvaise image en tête, comme ça elle pourrait peut-être l’emmener une prochaine fois. Passer du temps entre sœurs…



STRAWBERRY DAISY BUNNIER ϟ « BEAUTY QUEEN OF ONLY EIGHTEEN, SHE HAD SOME TROUBLE WITH HERSELF.  » I dreamed I was missing. You were so scared but no one would listen. Cause no one else cared. After my dreaming I woke with this fear. What am I leaving when I'm done here ? So if you're asking me I want you to know. When my time comes forget the wrong that I've done, help me leave behind some reasons to be missed  
Revenir en haut Aller en bas
P. Trixie Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Retrouver toute ma famille
Faites place à la vedette
P. Trixie Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 23/06/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters. Vous vous demandez laquelle ? Celle qui a le plus de caractère et qui gère la bande. Chieuse en force *héhé*. Nombre de messages : 1943 On me connait sous le pseudo : ... Un merci à : twisted lips + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke.
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptyVen 18 Juil - 14:32




Pine & Strawberry
I ‘Cause I’m on top of the world, ‘ay. I’m on top of the world, ‘ay, waiting on this for a while now. Paying my dues to the dirt. I’ve been waiting to smile, ‘ay. Been holding it in for a while, ‘ay, take you with me if I can

Il suffisait parfois d'un rien, d'une toute petite attention pour que le bonheur ne revienne en nos cœurs et qu'il nous insuffle des bontés encore et encore. Ce petit rien, qui, alors même qu'il commençait tout juste à pointer le bout de son nez, permettait à nos lèvres de s'étirer tout doucement pour y révéler un sourire des plus heureux et des plus beaux. Il suffisait d'une simple personne pour que l'on se rende compte que le monde n'était pas si obscur, et qu'il se réveillait petit à petit pour dévoiler de magnifiques contrées. Et autant dire que le monde de l'ancienne lapine était probablement illuminé de milles et unes couleurs. Ce rien, ce tout, cette absence mais surtout cette présence, elle retrouvait l'ensemble de ces attentions particulières dans les regards et les sourires des membres de sa famille. Ses sœurs, son frère, tous étaient présents, réunis à ses côtés, comme si le monde leur avait offert ce cadeau. Un don, qu'elle se plaisait à chérir encore et encore tant elle se rendait compte à quel point elle avait de la chance de les avoir à ses côtés. Ils représentaient tous son monde, sa vie, son rêve à part entière et chacun d'eux semblait s'épanouir à sa manière. Comment ne pas être heureuse alors que l'on assistait au plus beau des spectacles ? La jeune fille avait l'impression de vivre sur un nuage, ou du moins qu'il ne lui fallait que tendre son bras pour les effleurer du bout des doigts tant elle était heureuse. La fatigue n'existait plus, à vrai dire, plus rien ne pouvait l'importuner ou du moins lui laissait croire qu'elle ne se sentait pas bien, tant elle s'enfermait dans cette béatitude qu'elle connaissait à l'aide de sa famille. Nombre de personnes l'auraient probablement jalouser, mais elle s'en fichait, car ces personnes là n'avaient rien compris du tout. Et jamais elles ne le pourraient, tant elle se plaisait à croire que tout revenait enfin à la normale. Ainsi chanceuse, la jeune fille retrouvait des souvenirs longtemps éloignés. Les embellissant très probablement, mais elle préférait agir ainsi. Sa force lui revenait entièrement, et cela n'était du qu'au bonheur qui exaltait autour d'elle. Enfin, bonheur à moindre mesure tout de même. Mais à présent qu'elles avaient retrouvé leur grand frère, qu'elles pouvaient à nouveau l'embêter ou du moins agir de cette manière, les filles semblaient nettement plus apaisées. Trixie s'en était rendue compte dès le lendemain de leurs retrouvailles d'avec Panpan, il lui avait fallut de quelques minutes en compagnie de Tressie, pour s'apercevoir que cette dernière retrouvait davantage son côté rêveur. La jeune fille n'en n'était que des plus heureuses dès lors qu'elle pouvait admirer le regard de sa petite sœur, s'émerveillant à moindre mesure sur les environs. Cela lui avait rappelé cet ancien temps, lorsqu'elles courraient toutes ensembles à travers les fourets des bois et qu'elles s'amusaient à leur manière. Un jeu pour lequel, chacune d'elles savait pertinemment utiliser son plus fort point de caractère pour ainsi se faire une petite place au sein de leur communauté. Toutes les quatre pouvaient paraître complètement différentes, mais ces différences étaient en réalité ce qui les amenaient les unes aux autres. Il suffisait de prendre exemple sur le côté ludique de Daisy, de le mélanger au caractère ingénieux de Ria, d'y ajouter un peu de folie de Tressie et enfin de retrouver le côté malin de Trixie pour obtenir le plus beau des mélanges : celui du meilleur plan pour embêter Panpan et ainsi le faire crouler sous des tonnes et des tonnes de câlins. Cette pensée ne pouvait que faire sourire la jeune fille, alors même qu'elle essayait de chasser ces fantômes de son esprit. Bientôt, elles pourraient reprendre cela, du moins elle espérait qu'au moins une fois, elles parviennent à élaborer un plan pour aller embêter leur grand frère. Mais en attendant, elle avait tellement endosser le rôle de grande sœur, qu'elle avait du mal à décrocher. En effet, comment accorder sa confiance à un inconnu, bon pas si inconnu que ça, alors qu'elle avait du apprendre à changer, à gagner en maturité et surtout qu'elle avait aimé être là de cette façon là pour ses sœurs. Comment laisser cela de côté ? Comment le laisser reprendre sa place alors qu'elle le désirait au plus profond d'elle ? Cette question se résoudrait probablement plus tard, car en attendant, elle voulait profiter de son jour de repos avec sa Strawberry. Sa petite sœur, pas si petite que cela d'ailleurs, qui savait lui redonner le sourire à chaque fois qu'elle avait la chance de pouvoir rester quelques temps avec elle. Celle avec qui elle se sentait le plus proche, et avec qui elle savait pouvoir aborder nombre de sujet de conversation... bon d'accord TOUS en fait, sans craindre en un jugement ou bien en quelques reproches que ce soit. A chaque fois qu'elle était avec elle , Pine avait la sensation de se retrouver et de pouvoir être la grande sœur, mais surtout la meilleure amie. Beaucoup de gens se plaisaient à vouloir chercher une amitié en dehors de leur famille, mais quelque part, cette famille était la première qui était là lorsqu'on avait besoin d'aide ou de soutien. Aussi, elle ne pouvait s'empêcher bien longtemps de venir lui sauter dans les bras, et de profiter des moindres instants que la vie leur offrait. D'ailleurs, elle avait eu beau bougonner parce qu'elle l'empêchait de dormir, Trixie ne s'en serait jamais vexé, car elle savait très bien qu'au fond d'elle, Daisy adorait aussi ces moments qui leur appartenait à toutes les deux. Une journée ente sœurs, y a pas à dire mais c'est une des meilleures choses au monde.

Ainsi donc, c'est avec un nouveau sourire et un éclat de rire cristallin, que les deux jeunes filles convinrent de se rendre au Starbucks dans la journée pour ainsi profiter de quelques gourmandises, mais surtout pour ainsi continuer à partager des moments entre elles. Car au delà de tout cela, c'était ce fait là qui était le plus mis en exergue et qui les animait. Mais caché derrière le chocolat et les réactions de chacune d'entre elles, elles se plaisaient à rire l'une et l'autre, alors même que Trixie profitait du regard illuminé de sa sœur dès qu'on évoquait le terme « chocolat ». C'était impressionnant le pouvoir que ce dernier avait sur elle, et à chaque fois la jeune fille s'en amusait encore un peu plus, juste pour rendre sa Daisy heureuse. D'ailleurs, il suffisait de la voir chercher un peu partout dans la chambre pour s'en amuser et ainsi profiter du spectacle. Bien sûr, Pine en profitait pour la taquiner un peu, car si elle était là c'était aussi pour s'amuser un peu. Et de toute manière ce n'était jamais méchant, tout comme Daisy, qui avait une très bonne répartie, s'amusait toujours à lui répondre avec cette petite pointe d'amusement dans son ton. Mais cette dernière s'effaça quelque peu dès lors qu'elles entamèrent une conversation sur le voisinage de Daisy. Et autant, Trixie pouvait comprendre que l'agitation et la jeunesse, et même la découverte pouvait être source d'amusement, qu'elle ne parvenait pas à comprendre pourquoi les gens dans ce monde étaient si irrespectueux des autres. Et bien entendu, elle n'avait pas pu retenir sa langue bien longtemps quant à ses idées et s'était prise à commencer à agir telle une maman pour le bien être de sa petite fille. Car oui, la jeune fille était incapable de laisser son côté protecteur de côté ne serait ce que quelques secondes, dès qu'on s'en prenait aux gens qu'elle aimait. Et autant dire, qu'elle n'y allait pas non plus de main morte si l'occasion en était nécessaire. C'était son côté impétueux qui prenait le dessus, et alors là aie aie aie caramba, tous aux abris. Quoi qu'il en soit, c'est avec un regard quelque peu suspicieux, en quête de réponse à ses questionnements, qu'elle essayait de remettre les choses en place et surtout de comprendre si les humains avaient eux aussi une saison des amours. Même, si bon connaissant l'amour maintenant, elle n'avait pas l'impression que la saison influe sur quelque chose en particulier.  « J'espère aussi, sinon tu crois qu'on peut leur donner un coup de pied aux fesses ? Enfin, je dis ça juste parce que je me rappelle très bien qu'on a toutes tendance à taper du pied sans s'en rendre forcément compte. » Le regard rivé sur le plafond, Trixie essayait d'adopter un regard de sainte tout en sifflotant pour essayer de faire rire sa sœur. Mais c'était sans compté sur la ruse de sa cadette et ainsi sa faculté à retourner la situation. Rougissant telle un beau coquelicot, Trixie ne parvenait pas à s'empêcher de calmer les ardeurs de son cœur dès que Liam était évoqué. Il lui suffisait simplement d'entendre son prénom pour que son visage se dessine devant ses yeux et pour qu'elle ait cet envie soudaine de lui sauter dessus pour le câliner ou simplement cacher son visage au creux de son cou. Amoureuse, bien plus que ce qu'elle ne pouvait l'imaginer, Trixie sentait le bonheur l'assaillir de toutes parts, alors même qu'elle espérait pouvoir rendre ce qu'il lui offrait tant. Liam, Sa Banane était devenu son tout et celui pour qui elle serait prête à se sacrifier, et même si Daisy s'en amusait, il n'en restait pas moins qu'elle était heureuse de constater qu'elle l'appréciait un peu et qu'elle l'acceptait auprès d'elle. Cependant, elle fut bien obligée de revenir à la réalité et en vitesse lorsque sa sœur commençait à se faire des films sur une potentielle scène qu'elle pourrait voir. Pine commença alors à ouvrir grand ses yeux et sa bouche en prenant un air choqué.  « Ah non mais je t'arrête tout de suite. Jamais de la vie !! » Elle s'arrêta pendant quelques secondes pour essayer de replacer ses idées dans l'ordre avant de continuer sur un ton un peu moins choqué.  « Ça n'arrivera pas. Enfin … pas encore, y a le temps. Mais c'est une bonne idée oui, d'attendre cinq minutes au cas où et si il n'y a aucune réponse alors on rebrousse chemin. Ça va comme code ? » Cette fois-ci le ton de l'ancienne lapine était à nouveau amusé, si bien qu'elle ne put s'empêcher de rire de la situation en voyant sa petite sœur chercher du chocolat un peu partout dans la pièce. Strawberry était très certainement la plus gourmande de toutes les quatre, ce qui était assez drôle à regarder. Il suffisait de prononcer le simple mot « chocolat » pour voir ses yeux s'illuminer comme si se tenait en face de vous, une petite fille en admiration devant une pile de cadeaux de noël. C'était très beau à voir et puis autant en profiter. Voir le bonheur s'immiscer dans son regard ne fit qu'accroître celui de Pine, qui éclata de rire lorsqu'elle la menaça avec une paire de chaussettes. Bien sûr, la remarque qui s'en suivait eut lieu de les faire rire toutes les deux, chose qui leur fit du bien. Car dès lors qu'elles étaient sur la même longueur d'onde, le monde entier pouvait s'écrouler, qu'elles seraient toujours parties dans leurs délires dont elles seules avaient le secret et qu'elles gardaient toujours auprès d'elles.  « Moi aussi je t'aime ma petite sœur d'amour . » répondit Pine avec ce même ton amusé et un grand sourire exagéré, dès que Daisy rendit les armes et alors que la paire de chaussettes faisait un magnifique vol plané de l'autre côté de la chambre.

S'en suivit alors un super câlin entre sœurs, alors même qu'elles prenaient place sur le lit pour une séance d l'oreiller de la vérité. Cette petite chose qui pouvait paraître bien anodine aux yeux de bon nombre de gens mais qui reflétait énormément pour les deux petites lapines. Bien sûr, elles n'avaient sûrement pas besoin de lui pour se poser ds questions et pour ainsi se confier l'une à l'autre, mais c'était leur petit rituel à toutes les deux. Quelque chose qui leur appartenait à part entière et qui leur correspondait pleinement. Si bien, que dès que Pine avait ressorti cette chose, Strawberry n'avait pu s'empêcher de le ramener contre elle pour user de son pouvoir une première fois. Ah ce qu'elles pouvaient être bien ainsi installées, à partager un moment de complicité qui leur était propre. Trixie n'arrêtait pas de regarder sa cadette avec des yeux qui exprimaient sa joie immense, alors que son sourire accompagnait les moindres sourires donnés par sa sœur. Mais bien vite, le côté maternel de l'ancienne lapine prit le dessus. Un côté qui voulait tant protéger Daisy des moindres peines et qui aurait voulu les endurer à sa place, juste pour que sa petite sœur ne connaisse pas la déception. Mais malheureusement, la vie était ainsi faite, et la seule chose qu'elle pouvait faire était de la soutenir, mais surtout de lui prouver qu'elle était et serait toujours là à ses côtés. Et que peu importe ce que le temps, ou les gens pourraient leur donner comme épreuve, jamais elle ne la laisserait. D'autant plus que à chaque paroles prononcées pour la réconforter, elle lui restait entièrement sincère. Daisy était pour elle une fille géniale, exceptionnelle, dotée d'un sens moral des plus parfaits mais surtout elle était la plus adorable de toutes les filles qui puissent exister sur Terre. Sans elle, le monde de la jeune fille n'en serait que des plus terne. Quelque part, Strawberry, sa petite sœur était son rayon de soleil, celle pour laquelle elle se battrait juste pour la voir sourire. Oui bon d'accord, c'était comme ça avec toute sa famille mais il n'en restait pas moins, qu'elle voulait simplement lui montrer que c'était le monde qui était complètement ingrat et qui ne voyait pas plus loin que le bout de son nez, et qu'elle n'avait pas à en douter. Voilà pourquoi, Pine se plaisait à lui rappeler à quel point elle était spéciale pour elle, ou même pour tout le monde en général, qu'elle était celle qu'on aimait entièrement pour ce qu'elle était. Ses gestes s'alliaient à sa parole, alors qu'elle la câlinait davantage, comme si ce simple geste allait la préserver encore des moindres maux. Mais dès lors qu'elle sentit les bras de sa cadette se resserrer contre elle pour l'enlacer dans un câlin étouffant, la jeune fille se mit à sourire de plus belle. Elle adorait ce genre de câlins, surtout quand il était aussi sincère et qu'il lui prouvait que quelque part ça allait aller mieux. Ce sourire ne défaillit pas, et elle resta silencieuse, alors qu'elle écoutait attentivement Daisy la rassurer sur le fait qu'elle était passée à autre chose maintenant et qu'elle allait mieux. C'était tout ce qui comptait : qu'elle aille mieux et qu'elle n'en ressorte que plus forte.  « Tu sais que je serai toujours là pour toi. » Pine s'empressa de venir embrasser le front de sa petite sœur, un baiser qui prouvait bien à quel point, elle la protégerait toujours de tout.  « C'est moi qui est la petite sœur la plus parfaite qui existe. » Il n'était pas nécessaire d'argumenter davantage sur ce sujet, tant elle faisait confiance à Daisy et elle la croyait lorsqu'elle lui disait que ça allait mieux. Elle la serra néanmoins un peu plus contre elle et releva son regard lorsque Daisy la regarda à son tour avec cet air amusé. Et ce qu'elle lui avoua lui fit vraiment chaud au cœur. Elles ne se le disaient pas souvent, elles n'en n'avaient pas besoin à vrai dire, mais l'entendre réchauffait l'âme toute entière de l'ancienne lapine, qui lui répondit avec des yeux brillants.  « Moi aussi je t'aime... » Le sourire de ses lèvres s'élargit un peu plus avant de prendre une allure un peu plus marrante, afin de pouvoir rajouter avec cet air malin digne des Bunnier.  « … promis, elle n'en saura rien. » Cette fois ci, ce fut Trixie qui serra sa petite sœur conte elle dans un câlin étouffant avant de se mettre à rire. Mais bien vite la situation commença à changer et la conversation se porta sur Trixie. Reprenant un peu plus contenance, la jeune fille se lança et expliqua ainsi à sa petite sœur que tout allait bien pour elle. Enfin, oui pour l'instant, elle avait l’impression de continuer à vivre sur un petit nuage et ne se posait des questions que sur l'avenir. Et en parlant d'avenir, la question la plus récurrente à ce sujet n'était autre que Ria. Jamais, elle ne s'était plainte de sa situation ni même du rôle qu'elle avait du endosser, bien au contraire, Trixie avait appris à adorer ce rôle de grand sœur. Et même si elle pensait beaucoup à ses sœurs, elle trouvait le moyen aussi de penser à elle. Bon là d'accord, heureusement que Liam était là pour lui permettre d'agir de cette façon, car quelque part il n'y avait que lorsqu'elle était avec lui ou quand elle pensait à lui, qu'elle avait l'impression d'agir pour tous les deux et donc pour elle. Et puis , elle aimait aussi agir de cette façon, car c'était ce qu'elle était au fond d'elle : une grande sœur. C'est pourquoi, elle commença énoncer à voix haute les questions qu'elle s'était posée, des questions qui en amenaient d'autre et qui finissaient toujours par lui montrer que c'était simplement un découlement logique à la situation. Obtenir une promotion, monter en grade, avoir plus de responsabilités au sein du restaurant était le meilleur moyen pour gagner plus d'argent et de ce fait pouvoir répondre au mieux aux besoins de tout le monde. Se redressant à son tour conte le dossier du lit de Daisy, elle détourna son regard pour ainsi la regarder en souriant alors qu'elle lui avouait qu'elle devait penser aussi à elle. Elle adorait sa sœur pour ça, car elle reflétait tant ce pourquoi elle se battait et elle désirait préserver. Chacune d'entre elles était toujours là l'une pour l'autre, de quoi en rendre jaloux plus d'un, et Pine était fière de sa famille.  « Je sais qu'il faut que je pense à moi et j'ai envie de le faire aussi pour moi. Je me dis que, viendra le moment où je ne pourrai plus vivre au méli mélo et où je sais que j'aurai envie d'aller rejoindre Liam. Mais j'ai peur que ce moment là m'éloigne de vous. Je suis incapable de vous laisser tout comme je suis incapable de le laisser aussi. Je sais que je n'ai pas de choix à faire et je sais que vous pouvez vous débrouiller toutes seules. Mais j'ai peur que vous m'en vouliez et que vous pensiez que je vous délaisse. C'est pour ça que je me dis qu'en gagnant plus d'argent, en vous aidant chacune du mieux que je le peux, peut être que ça ira mieux. » Mais qu'est ce qu'elle était en train de raconter ? A cet instant précis, Pine n'avait qu'une envie, se taper la tête contre sa main, mais bon elle était lancée maintenant et autant finir.  « J'ai juste besoin de vous savoir heureuses toutes les trois. » Le regard baissé vers ses mains, Trixie, soupira en espérant que Daisy ne prenne pas mal ce qu'elle venait de dire, car c'était vraiment tout l'inverse de cela.  « Je sais que vous êtes là aussi. Heureusement que vous l'êtes. » Elle s'amusa à donner un léger coup d'épaule contre sa sœur en retrouvant son sourire timide, avant de remonter ses yeux en entendant les dires de sa sœur au sujet de la médaille que méritait sa banane pour la supporter. Riant aux éclats avec elle, elle ne put retenir bien longtemps sa phrase.  « Je suis tombée sur la perle rare c'est pour ça ! » Les joues roses, elle cacha son visage contre un coussin qui se trouvait dans son dos. Parler de Liam était toujours bénéfique mais à chaque fois elle se mettait à rougir. C'était comme si son bonheur arrivait à sortir par le biais de ses joues et de son cœur qui battait à tout rompre contre sa poitrine. Et en plus, Daisy en profitait à chaque fois en se mettant à rire. Voilà à quoi ressembler une belle journée entre sœurs. Elles savaient qu'elles pouvaient tous se dire et même si les sujets étaient un peu mélangés, il n'en restait pas moins qu'elles profitaient de chaque instants. D'ailleurs, le sujet dévia sur Ria et sur l’inquiétude qui en résultait. Trixie était tout de même rassurée d'entendre qu'elle n'était pas la seule à avoir remarqué un changement et qu'elle n'était pas non plus la seule à se poser des questions sur ce dernier. Retrouvant son sérieux et sortant de sa cachette, elle écouta les hypothèses de sa cadette qui se tenaient tout aussi ben que les siennes.  « Tu crois qu'elle aurait peur de nous dire que ça ne lui plaît plus ? Parce qu'elle craindrait qu'on la juge ou même qu'on lui en veuille ? » Affichant une légère moue en guise de réflexion, elle continua sur sa lancée.  « Enfin, elle sait bien qu'on ne lui en voudrait jamais pour ça quand même non ? » Cette fois-ci, elle regarda Daisy avec suspicion, en se demandant si elle avait la réponse à cette question. Car jamais, de son côté, elle ne pourrait en vouloir à l'une ou l'autre de chercher sa voie pour trouver le bonheur. Tant qu'elles étaient heureuses et qu'elles avaient les idées claires, et surtout qu'elles pourraient se sentir épanouies, jamais Trixie ne leur en voudrait de quoi que ce soit. Et puis, la vision d'un éventuel garçon tournant autour de Ria lui revint en mémoire.  « En tout cas, si elle est effectivement avec quelqu'un, crois moi que je vais tout faire pour le trouver et le connaître. J'ai pas envie qu'il se serve d'elle et qu'il lui fasse faire des choses qu'elle regrettera plus tard. » Maman Trixie était de retour, et lorsqu'il s'agissait d'enquêter sur une personne trop proche de ses sœurs, elle était toujours la première à tout faire pour savoir les choses. D'autant plus qu'elle savait que Daisy la suivrait également dans cette quête.Quoi qu'il en soit, son sérieux partit aussitôt que Daisy évoqua une potentielle prise de drogue. Ria et la drogue, c'était comme si on mettait Daisy en cure de désintoxication de chocolat : IMPOSSIBLE ! Mais au moins, cela avait eu le mérite de les faire rire toutes les deux, et c'est avec un regard amusé et plein de fierté que Trixie répondit à sa remarque.  « Effectivement Sherlock, ça aurait pu se tenir oui, même si j'aime aussi mes extra terrestres et leur produit bizarre.» Un nouvel éclat de rire se fit entendre à travers la chambre, lui donnant mal aux abdominaux à force de rire. Et puis c'est en se calmant et en entendant que son idée n'était pas si mauvaise que cela, qu'elle acquiesça d'un signe de tête en tendant ses bras vers l'avant comme si elle était la meilleure.   « Ah tu vois que j'ai aussi de bonnes idées, tu l'as dis je suis la meilleure des grandes sœurs mwahaha. Et au moins, on pourra voir au regard de Tressie si elle nous dit la vérité ou pas. » Ah les grandes sœurs et leurs plans visant à connaître la vérité. Il n'y avait que cela de vrai (mdr). Continua sur sa lancée de bêtises, Trixie adopta un regard machiavélique, avant de tirer sur l'oreiller pour ainsi poser une nouvelle question sur cette fois-ci le cadeau de sa sœur. Souriant de plus belle, la jeune fille était contente de la voir le porter et surtout trouver qu'il lui allait comme un gant.Et puis bon, Strawberry en profita encore une fois pour ramener la bonne humeur entre elle, chose qui fit rire Pine, qui se dépêcha de venir lui pincer gentiment ses joues.  « Ah voui t'es à croquer. » Relâchant son étreinte, elle descendit doucement ses mains pour lui faire des chatouilles et rire aux éclats avec sa sœur. Ah ce que ça faisait du bien de pouvoir agir de cette façon là et surtout de pouvoir retrouver une telle complicité avec sa sœur. Elle s'arrêta tout de même pour lui laisser reprendre son souffle et son sourire s'élargit encore plus quand elle l'entendit lui avouer qu'elle l'adorait vraiment.  « Je suis contente que tu l'aimes. » Elle répondit au clin d’œil de sa sœur par un gros câlin et se laissa tomber en arrière avant de voir l'oreiller lui passer devant au ralentis. Se remettant à rire, elle la relâcha et attendit que la question tombe. Car rien qu'au regard de Strawberry, elle se doutait que cela allait être une question bien particulière et que forcément, Liam allait ressortir encore. Cependant, elle garda son sourire intact contente de ce qu'il se passait, en vérité, à cet instant précis, elle était la plus heureuse du monde et il aurait pu y avoir une invasion de crocodiles, qu'elle n'aurait pas bougé d'un pouce. La question ne tarda pas à se faire entendre et elle leva les mains vers le ciel avant de baisser la tête.  « Je rentre toute seule et et et et et et je naaaaaaaaaaaage même. Si c'est pas beau hein. » Un nouveau rire s'échappa d'entre ses lèvres avant qu'elle n'attrape le coussin et qu'elle rajoute avec un ton amusé.  « Je pourrai te montrer si tu veux. Enfin je suis pas entièrement rassurée mais ça va beaucoup mieux. » Elle s'intéressa au regard de sa sœur et essaya d'y lire quelque chose avant de rajouter avec une petite voix, semblable à celles des petites filles timides.  « Par contre, j'ai peur si il n'est pas avec moi. » Rougissant comme une écrevisse, Pine allait beaucoup mieux en ce qui concernait l'eau, cependant, elle ne parvenait pas à y aller si Liam n'était pas avec elle ou proche d'elle. C'était comme si, elle risquait de se noyer si il n'était pas là, mais aussi, elle savait que si elle fatiguait ou paniquait, il serait là pour la maintenir et la soutenir surtout. Et puis c'était surtout devenu leur truc à tous les deux, ce qu'ils partageaient ensemble et ce qui les avait tant rapproché.  « D'ailleurs en parlant de ça... Hum... On risque de partir pendant quelques jours. Pas loin hein, et on reviendra aussi, mais je ne pourrai pas être là... » Le regard toujours semblable à celui d'une petite fille, Trixie essayait d'anticiper les réactions de sa Strawberry, alors qu'elle lui avouait cette absence. Bon ça ne serait pas éternellement et puis elles pourraient tout de même s'appeler. Mais c'était la première fois, qu'elle laisserait sa famille et les pensées qu'elle avait pu avoir plus tôt lui revinrent à la figure. Si bien qu'elle commençait déjà à culpabiliser, alors qu'elle en rêvait de ces vacances avec sa Banane.  « Tu m'en veux pas hein ? » Et comme pour appuyer sa question, Trixie lui montra l'oreiller de la vérité, espérant au fond d'elle que sa petite sœur la prenne dans ses bras et soit contente pour elle.  « Tu seras la grande de la famille pour quelques jours, tu vas voir tu vas aimer ce pouvoir. Je t'imagine déjà en plus. » Autant tenter de faire un peu d'humour, juste pour détendre l'atmosphère et aussi pour rassurer Daisy qu'elle lui faisait totalement confiance.


I was searching, you were on a mission. Then our hearts combined like a neutron star collision. I had nothing left to lose you took your time to choose. Then we told each other with no trace of fear that... Mon cœur s'ouvre à ta voix comme s'ouvrent les fleurs aux baisers de l'aurore. Our love would be forever and if we die, we die together. And lie, I said never 'cause our love would be forever.

   (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
S. Daisy Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Que la famille soit à nouveau réunie
Faites place à la vedette
S. Daisy Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 03/07/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters, the most crazy sister (a) Nombre de messages : 1451 On me connait sous le pseudo : Pop'n Gum Un merci à : (avatar) .skyeward + (gif) tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptySam 6 Sep - 11:05




Pine & Strawberry
Sister is probably the most competitive relationship within the family, but once the sisters are grown, it becomes the strongest relationship ♥

Tout le monde n’avait pas la chance d’avoir une famille. Une famille soudée et présente. Bien sur, chaque personne qui vivait dans ce monde en avait une, qu’elle soit nombreuse ou pas. Mais tout le monde n’avait pas la chance de les avoir à côté, de les voir aussi souvent qu’ils en avaient envie, de partager quelque chose de bien réel avec eux. Sans doute que cette situation convenait parfaitement à certains d’entre eux. Que voir leur famille une fois par an à Noël était suffisant pour eux. Qu’ils ne ressentaient pas le besoin d’en faire plus, si ce n’est d’envoyer une carte de vœux à nouvel an et un petit message pour un anniversaire, pour peu qu’ils y pensent, à l’anniversaire. Si ça leur convenait alors c’était tant mieux mais Daisy avait du mal à imaginer une vie de la sorte. Pour être honnête, elle ne le voulait pas non plus. Depuis le début, depuis le jour où elle avait pointé le bout de son nez dans le terrier de la forêt elle n’avait jamais eu à vivre sans sa famille. Enfin si, une journée par ci par là quand elle partait en vadrouille à travers la forêt et encore elle ne restait jamais seule bien longtemps. Pour la jeune femme, ses sœurs et son frère représentaient à peu près tout ce dont elle avait besoin pour vivre. La vérité c’est qu’elle n’avait jamais eu à se demander à quoi pouvait bien ressembler sa vie sans eux. Sans leur présence près d’elle jour après jour. Après tout pendant les premières années qu’elle avait passées dans la forêt, la question ne s’était jamais posée. Même si leur frère était passé par sa phase « je rêve d’aventures sans que mes petites sœurs ne me collent », il ne les avait pas laissé bien longtemps. Juste le temps de faire le tour de la forêt avec Bambi, de faire quelques glissades sur la glace et de laisser une ou deux empreintes dans la neige avant de se rendre compte que ses petites sœurs collantes n’avaient pas que des défauts. Mais Daisy ne gardait que de bons souvenirs de cette époque. D’accord, tout n’avait pas toujours été tout rose et tout ne s’était pas déroulé comme dans un véritable rêve. L’hiver était sans doute la période difficile et il était arrivé plusieurs fois que leurs parents ne les rappellent à l’ordre parce qu’elles passaient leur temps à se chamailler : cherchant par tous les moyens à déterminer laquelle des quatre était la plus rapide, la plus maline ou la plus rigolote. Mais ce n’était jamais rien de grave, juste des querelles de sœurs. Et les Bunnier ne faisaient pas exception à la règle pour cela. Et même en changeant de « monde », en changeant de forme et d’apparence, ils étaient restés unis. Comme les cinq doigts d’une main, ils tenaient les uns aux autres et n’étaient pas prêts de se lâcher. D’une certaine manière, Daisy avait l’impression que c’était ce qu’elle avait le plus craint en se retrouvant ici. Evidemment, elle allait devoir s’adapter, rentrer dans la peau d’une humaine et apprendre à vivre comme telle. Pour n’importe qui cela constituait déjà une épreuve parce qu’il fallait bien avouer que les humains n’étaient pas toujours facile à suivre. Certaines de leurs réactions parvenaient encore à surprendre la jeune femme, même après plusieurs mois. Mais elle s’était accrochée, elle s’était adaptée bien qu’elle n’ait pas vraiment eu le choix. Au final, l’ancienne lapine était plutôt contente, jugeant qu’elle ne s’en était pas si mal sortie en comparaison de tous les pièges qui l’attendaient dehors, prêts à se refermer sur elle. Seulement Daisy ne se faisait pas d’illusion, elle ne s’en serait probablement pas si bien sorties si elle n’avait pas retrouvé ses sœurs en débarquant en ville. Leurs ressemblances avaient bien sur été d’une grande aide pour cela. Mais sans ses sœurs, la jeune femme n’était pas certaine d’avoir pu s’en sortir aussi bien. Parce qu’elles avaient toujours été là, depuis le début. Jamais elle n’avait passé plus d’une journée sans les voir, sans pouvoir leur parler et s’amuser avec elles. Et Daisy ne voulait pas voir cette habitude prendre fin. Bien sur, tout ne pouvait pas être pareil. A présent, leur vie ne se résumait plus qu’à passer leur journée à courir, à manger des trèfles et mettre en place le meilleur des plans pour embêter leur cher grand-frère. Elles avaient moins de temps, se voyaient un peu moins mais Daisy avait réussi à s’y faire. Dans un sens parce qu’elle n’avait pas eu le choix mais surtout parce que même sans les voir, elle avait parfaitement conscience que ses sœurs étaient toujours là. Quelque part dans l’ombre ou bien dans un coin de sa tête. Elle n’était pas seule. Peu importait l’heure de la journée, elle n’avait qu’à prendre son téléphone (la meilleure invention des humains après le chocolat, selon elle) pour entendre leur voix et avoir des nouvelles. Ainsi elles n’étaient jamais bien loin les unes des autres. Et au final, c’était tout ce que Daisy demandait, tout ce qui lui fallait pour à son tour pouvoir profiter des journées et de la vie qui s’offrait à elle.

D’accord, tout n’était pas toujours parfait dans une famille. Entre les avis divergents et les envies qui ne concordaient pas, il pouvait y avoir parfois quelques petites tensions. Et Daisy devait bien admettre que de se faire réveiller, trop tôt, selon elle alors qu’elle avait l’intention de profiter de la journée pour hiberner. Et bien, ça ne mettait pas particulièrement de bonne humeur. Essayant de trouver la sortie de sa couverture, elle dut même s’y reprendre à plusieurs fois tant ses jambes étaient enroulées dedans. Et jusqu’à ce que sa main ne se pose sur la poignée de sa porte, elle avait râlé, réservant un accueil tout à fait particulier à la personne qui osait la déranger. Elle qui voulait juste dormir. Qui ne demandait qu’une simple chose, qu’on la laisse tranquille. Autant dire que le visiteur fut vraiment très bien reçu, n’est-ce pas ? Très bien, elle n’avait pas mis en œuvre les trois quarts des choses qui lui étaient passées par la tête à ce moment. Mais en même temps, est-ce qu’elle pouvait vraiment en vouloir à sa sœur ? Après tout, c’était sa sœur non ? Question purement rhétorique, il est bien sur inutile d’y chercher une réponse. Et pour se faire pardonner, elle n’arrivait même pas les mains vides. Enfin théoriquement si, ses mains étaient vides mais l’esprit de sa sœur ainée semblait déjà beaucoup plus éveillé que celui de Daisy, si bien qu’elle allait devoir s’accrocher pour la suivre. Cela dit c’était un peu comme une habitude, à présent, et le temps que l’effet de surprise ne s’en aille et Daisy serait tout à fait apte à la suivre. Comment ça l’une était aussi folle que l’autre ? Pas du tout, elles avaient juste cette faculté de se comprendre assez facilement et de pouvoir laisser libre cours à leurs pensées ainsi qu’à leurs idées en la présence de l’autre. Et ça, ce n’était pas donné à tout le monde. Alors oui Daisy avait sans doute râlé un peu pour le principe. Parce qu’elle aimait dormir probablement autant qu’elle aimait le chocolat… En fait non, rien ne pouvait arriver à cette hauteur là, excepté sa famille bien entendu. Mais elle aimait quand même dormir, s’enrouler dans sa couette et y rester des heures. Bref. Si la demoiselle avait émis quelques objections, il lui avait suffi de voir le sourire de sa sœur pour les faire taire presque immédiatement. D’une parce qu’elle était surement incapable de lui en vouloir de venir la réveiller si ça voulait dire passer du temps ensembles. Et  deux, parce qu’elle ne refusait jamais une proposition venant d’une de ses sœurs. Et celle de Trixie encore moins. Depuis toujours, elles avaient cette espèce de connexion. Elles arrivaient à se comprendre en un rien de temps. Elles n’avaient pas besoin de grand discours, de démontrer les choses du début à la fin pour se faire comprendre. Non parfois, il leur suffisait d’un regard, d’un mot ou d’un geste et leurs esprits semblaient se connecter, prêts à se lancer dans de nouvelles aventures. Même si tout était différent maintenant, elles n’avaient plus besoin de courir à travers la forêt pour échapper à un quelconque danger qu’elles avaient oublié de prendre en compte dans leur calcul. Enfin peut-être pas tout, il leur arriverait surement encore d’oublier quelque chose et de se faire avoir. D’ailleurs si elles continuaient ainsi, ça pourrait ne même pas trop tarder. Si elles parlaient trop fort, Daisy voyait déjà bien la moitié de ses voisins lui tomber dessus dès le lendemain. Pas qu’elle ne les aimait pas, pour la plupart ils étaient comme elle, un peu perdu aux premiers abords. Cherchant le meilleur moyen de s’adapter à la ville, à cette nouvelle vie. Mais elle ne pouvait pas donner totalement tort à sa sœur, pour autant. Ils leur arrivaient d’être bruyants, mais…vraiment. Comme s’ils faisaient la fête toute la nuit et ce, toutes les nuits. En fait, Daisy se fichait qu’ils s’amusent ou qu’ils fassent la fête, d’une certaine manière, ils avaient raison d’en profiter. Mais quand le réveil sonnait le lendemain et qu’elle était incapable d’ouvrir un œil par manque de sommeil, elle devait bien avouer qu’elle le prenait avec beaucoup moins de philosophie. Cela dit, elle n’avait jamais pensé à la même chose que sa sœur. Un sourire totalement amusé, accroché au coin de ses lèvres, Daisy posa ses mains sur ses hanches comme il arrivait à sa sœur de le faire, dans une grande imitation de leur mère. « Tu voudrais devenir violente ? Maman ne nous a pas éduquées comme ça, voyons ! » Le sourire de Daisy enlevait probablement toute crédibilité à ses paroles mais elle s’en fichait pas mal. La réalité, c’était qu’elle était plus amusée qu’autre chose et qu’elle imaginait déjà Trixie, en plein milieu du couloir à essayer de leur faire entendre raison. Tout cela en tapant du pied, évidemment. Le sourire de la jeune femme aurait pu s’agrandir si  c’était encore possible devant l’air innocent qu’affichait sa sœur ainée. Tout le monde allait y croire. C’était comme si quelqu’un la mettait au défi de ne pas manger de chocolat pendant une semaine et qu’elle acceptait, sure de son coup. Personne de son entourage n’était susceptible de croire à cela et ils auraient bien raison. C’est d’ailleurs qu’elle était partie en quête d’une tablette, prête à la partager avec sa sœur. Sœur dont les joues n’en finissaient plus de foncer et qui avait le don de beaucoup amuser  Daisy. Un éclat de rire s’échappa même de la barrière de ses lèvres, devant l’air choqué de sa sœur. « Ça me va très bien ! » L’ancienne lapine n’en finissait plus de sourire alors qu’elle retournait à sa grande recherche de chocolat. Elle savait que parler de Liam donnait lieu à des réactions pour le moins inattendu du côté de sa sœur mais elle ne s’était jamais imaginée voir ça. Peut-être que parler de lui allait être de plus en plus intéressant finalement. Et puis Daisy n’avait rien contre Liam, au fond elle l’aimait bien et en plus il avait le mérite de supporter sa sœur et de le faire bien. C’était franchement pas donné à tout le monde. D’accord si jamais il arrivait quoi que ce soit, la jeune femme était prête à oublier toute sympathie qu’elle avait pu avoir envers lui en cinq secondes pour défendre sa sœur. Mais pour le moment, ils n’en étaient pas encore là alors Daisy pouvait en profiter pour taquiner son ainée. Mais chaque chose en son temps et pour l’heure, Daisy venait enfin de mettre la main sur une tablette de chocolat alors il était temps de passer aux choses sérieuses. Aux choses sérieuses façon Bunnier, évidemment.

C'est-à-dire s’installer très confortablement sur le lit, manger un carré de chocolat en rigolant et surtout retrouver un oreiller tant recherché. Oui tout à fait, ce sont des choses très sérieuses… Et puis qui a dit qu’il était nécessaire d’avoir des sujets de discussions très philosophiques pour passer un bon moment. Les deux sœurettes n’en avaient pas besoin. Elles avaient appris à profiter de chaque moment et à apprécier chaque instant. Du plus court au plus long, elles voulaient juste profiter de chaque seconde, un peu comme s’il s’agissait de la dernière fois qu’elle se voyait avant un long moment. Ce qui en soit n’était pas totalement vrai mais peu importe. Elles n’en demandaient pas beaucoup, juste de pouvoir se voir assez souvent et rester proches, comme elles l’avaient toujours été. Parce que Daisy n’arrivait définitivement pas à imaginer sa vie sans ses sœurs, sans sa sœur ainée, maman dans l’âme à toujours s’inquiéter et à vouloir l’aider avec un brin de folie qui lui était propre. Ou ses deux sœurs cadettes, sa rêveuse préférée et l’autre qui ne rêvait que de grandes études. Même s’il arrivait à Daisy de se moquer gentiment de l’une ou de l’autre, elle était fière de ses petites sœurs. Parce qu’elles se débrouillaient remarquablement bien dans un « nouveau monde » et parfois elle avait même l’impression qu’elles s’en sortaient mieux qu’elle. Peut-être que ce n’était même pas une impression, en fait. Mais même avec un petit coup mou, un période plus calme que d’autres, la jeune femme n’avait pas l’intention de se laisser faire, de perdre pied pour autant. Premièrement parce que ça ne lui ressemblerait pas du tout et parce qu’elle pouvait compter sur le soutien de ses sœurs. De Trixie pour le moment. A laquelle, elle adressa un sourire, ne cherchant pas à l’inquiéter pus que de raison. « Je sais oui. » Daisy la serra dans ses bras une nouvelle fois avec un sourire. Son ainée était toujours là. A croire qu’elle avait un détecteur de problèmes quand il s’agissait de ses petites sœurs. Parce qu’une chose était certaine, elle prenait son rôle d’ainée plus à cœur que quiconque. Et même si par moment, ça pouvait leur donner envie de lever les yeux au ciel, de lui rappeler qu’elle n’avait quoi…que quelques minutes d’avance par rapport aux trois autres, elle ne voudrait échanger sa place pour rien au monde. L’ancienne lapine ne put que sourire, serrant ses bras un peu plus autour de sa sœur. On ne pouvait pas dire que les effusions de sentiments étaient monnaie courante chez les Bunnier mais de temps en temps il n’y avait pas de mal à le faire un peu. Parce qu’elle savait que sa sœur l’aimait, Daisy n’aurait jamais été capable d’en douter mais l’entendre rendait le tout un peu plus fort encore. Et la conversation put doucement reprendre son cours. Chacune s’amusant à faire tourner le coussin entre leurs mains. Le fameux oreiller de la vérité que Daisy avait cru avoir perdu et qu’elle avait du chercher pendant des heures, complètement affolée. Elle ne voulait même pas imaginer si elle l’avait vraiment perdu. Mais ce n’était pas le cas alors elle avait bien l’intention d’en profiter. C’était leur jeu, à Pine et elle. Bien sur, ce n’était qu’un accessoire, quelque chose de plus fait pour les amuser. Elles n’en avaient pas besoin pour parler, pour se confier parce que quand c’était nécessaire et urgent, elles n’attendaient pas d’avoir l’oreiller entre les mains pour le faire. Mais c’était leur moment à elles, leur manière de s’amuser et d’en profiter. Daisy ne put que sourire, essayant de retrouver un peu de son sérieux. Elle tourna légèrement la tête, croisant le regard de sa sœur avant de lui adresser un sourire. Elle eut presque envie de lever les yeux, de secouer doucement la tête comme si elle était désespérée. Sa sœur ne changerait définitivement jamais. Cela dit, pour être tout à fait honnête, elle n’avait pas non plus envie de la voir changer. « Personne ne t’as demandé de choisir, tu sais. Tout ça, ça fait partie de la vie et ça ne donne de raison ni à moi ni aux filles de t’en vouloir. Même si tu vis ailleurs, on reste sœurs. Je sais que tu continueras à m’envoyer un message tous les matins quand tu sais que je vais courir. Comme quand tu le fais avec Ria ou Tressie. C’est vrai, peut-être qu’au début on aura l’impression de moins se voir mais quelque part c’est normal. Mais ne pas se voir ne veut pas dire que tout va s’arrêter, comme ça. » Daisy esquissa un sourire, claquant des doigts devant elle pour illustrer ses propos. « J’ai pas besoin de te voir pour penser à ma sœur et je sais que t’es pareille. Alors non, peu importe où tu décides d’aller vivre, tu ne t’éloigneras pas. On ne s’éloignera pas non plus. Et toi aussi, tu as le droit d’être heureuse, sœurette. Nous aussi, c’est tout ce qu’on veut pour toi. Et c’est tout ce qu’il nous faut pour être heureuses. » Les lèvres de Daisy s’étirèrent en un sourire sincère, cherchant à rassurer sa grande-sœur du mieux qu’elle le pouvait. Parce qu’elle n’avait aucune raison d’avoir, aucune crainte à avoir. Peu importe ce qu’elle décidait, ses trois sœurs seraient forcément là pour l’aider, pour la soutenir. Ce n’était même pas envisageable qu’un jour, l’une puisse s’éloigner des trois autres. Daisy se pencha, laissant sa tête reposer contre l’épaule de sa sœur, l’espace d’un instant. « T’en fais pas. On sera toujours toutes les quatre ! » Parce qu’elle l’avait toujours été et qu’il n’y avait aucunes raisons que cela change. Daisy se redressa finalement, un sourire amusé au coin des lèvres alors qu’elles évoquaient à nouveau Liam. Peut-être que pour le fun, elle pourrait se débrouiller pour lui trouver quelque chose. Il ne pourrait de toute façon, pas mal le prendre. Ça venait du cœur, quand même. Mais la jeune femme n’eut pas le temps d’étudier plus en détails la question. L’espace de quelques secondes, elle essayait d’imaginer ce qui pouvait bien se passer dans l’esprit de Ria. Mais bien qu’elles soient sœurs, elles s’en trouvaient quand même complètement différentes. Là où Daisy préférait passer son temps dehors, Ria le passait à étudier ou à lire. Elle resta silencieuse face à la question de sa sœur, presque pensive. Finalement, il pouvait se passer tellement de choses différentes et si peu de temps, qu’il devenait presque impossible de trouver la vérité sans en parler à la principale intéressée. Néanmoins, elles pouvaient toujours essayer. « Je suis sure qu’elle le sait, t’inquiètes pas. Mais peut-être qu’elle veut en parler une fois qu’elle aura trouvé une solution par elle-même, quelque chose qui lui plait plus. » Mouais, peu probablement. Mais pas tout à fait impossible. Daisy ne put finalement que sourire devant la mine déterminée qu’était en train d’afficher sa sœur. « Pour le trouver et lui faire peur. Ria t’en sera surement reconnaissante. Mais elle est sérieuse, je suis sure qu’elle fait attention à elle, comme elle l’a toujours fait… » Bien sur, l’ancienne lapine y croyait dur comme fer. Mais le sourire qu’elle échangea avec son ainée voulait pourtant tout dire. Si cette dernière se lançait dans une quête de « trouvons le copain secret de la petite sœur », elle pourrait effectivement compter sur le soutien, très actif, de Daisy. Oui elle avait confiance en Ria. Elle était grande et responsable. Cela dit, elle avait nettement moins confiance en tout ces messieurs qui pouvaient lui tourner autour. Toujours se méfier des inconnus. En particulier quand il s’agissait de garçons. Mais le souci qu’elles se faisaient pour leur sœur cadette ne les avait pas empêchées de partir dans des hypothèses assez particulières. Voire totalement irréaliste mais qui avait le don de leur donne le fou rire et ça faisait toujours beaucoup de bien. Daisy retrouva un semblant de calme quand Trixie évoqua une autre idée, un autre plan. Une Bunnier n’abandonnait jamais la partie, sachez-le. Daisy essayait de peser le pour et le contre mais elle devait bien admettre que ça pouvait marcher. Suite à quoi sa sœur ne manquait pas de s’enthousiasmer, faisant rire la plus jeune. Daisy hocha la tête, donnant son assentiment quant au fait d’aller voir Tressie dans l’espoir dans apprendre un peu plus alors qu’elle se redressait, un sourire aux lèvres. « Ça va les chevilles, sinon ? » Un nouvel éclat de rire se fit entendre. Les moments entre sœurs, il n’y avait que ça de vrai finalement. Elles étaient capables de parler sérieusement tout en rigolant un peu, pour dédramatiser la situation. Et Daisy savait parfaitement que ce n’était pas le genre de chose qu’elle pouvait faire avec tout le monde. Elle fronça le nez quand sa sœur lui pinça les joues, dans une imitation de mamie qui adore ses petits-enfants avant d’esquisser un sourire. Ses bras se resserrèrent à son tour autour de sa sœur, pour le énième câlin de la journée. Bah quoi, elles ne s’étaient pas vues pendant…peut-être deux ou trois jours, ça faisait beaucoup pour elles. Elles avaient du temps à rattraper n’est-ce pas (a).

Et c’est bien pour cela que Daisy en profita pour rafler l’oreiller de la vérité et s’en servir un peu. Cela dit sa sœur n’avait strictement rien à craindre, sa question n’avait pas de quoi la faire rougir encore un peu plus. Non, elle gardait cette option pour plus tard, quand elle s’y attendra le moins. Mais Daisy ne put s’empêcher de sourire avant d’accompagner sa sœur dans son rire. Dit comme cela, c’était forcément amusant mais en réalité, l’ancienne lapine ne pouvait s’empêcher de ressentir un peu de fierté vis-à-vis de sa sœur. Elle avait réussi à mettre toutes ses appréhensions de côté pour rentrer dans l’eau et s’y habituer. Commencer même à l’apprécier. Bien sur, Daisy ne se faisait aucune illusion là-dessus, sachant pertinemment que Liam y avait été pour beaucoup. Elle ne pouvait qu’imaginer la motivation qu’il avait représentée pour sa sœur ainée et sa dernière phrase ne faisait que confirmer sa pensée. Daisy eut un grand sourire, s’amusant clairement de la situation. « Eh ben, Liam fait des miracles, je dois dire… Mais je suis contente pour toi ! Et comment que tu dois me montrer, je veux absolument voir ça et puis ça nous permettra de faire autre chose, toutes les deux. Peut-être qu’on pourrait motiver Ria et Tressie aussi. Même si bon, c’est tout de suite plus dur… » La jeune femme fit la moue mais le sourire de Trixie était bien trop contagieux pour qu’elle ne laisse ses pensées partirent à la dérive ainsi. Non la bonne humeur était bien trop présente et trop importante. « Mais je suis fière de tooooooi ! » Elle leva, à son tour, ses mains en l’air dans une vague imitation de sa sœur avec un sourire accroché aux lèvres. Elle lui sourit, parce qu’elle ne pouvait pas faire autrement. Ça lui faisait tellement de bien de passer un moment avec sa sœur. Dans ces moments-là, elle avait l’impression de pouvoir tout oublier, comme si plus rien d’autre n’avait d’importance que sa sœur et le temps qu’elles pouvaient passer toutes les deux. Daisy ne s’était même pas inquiétée devant le regard presque apeurée, digne d’une petite fille que lui lançait sa sœur. Il lui fallut plusieurs secondes le temps que l’information s’intègre parfaitement dans son esprit et qu’elle n’en comprenne le sens. Mais une fois fait, Daisy se releva, se retrouvant debout sur son propre lit, sautant dessus comme s’il s’agissait d’un trampoline. Moins violement quand même, même si elle arrivait à faire des tours sur elle, chantant des paroles incompréhensibles et complètement fausses. « Poum chick poumpoum chick, je suis Amonbofis et j’ai bouyaav’ Numérobis. » Daisy avait même improvisé une petite danse. Bien sur sa sœur serait en vacances, elle allait lui manquait. Énormément. Mais… « Haaaan je serais la plus graaaaande… ! » Les yeux brillants, Daisy se laissa tomber sur ses genoux, se retrouvant face à sa sœur. Elle lui adressa un grand sourire, signe qu’elle ne lui en voulait pas le moins du monde comme elle avait pu le penser. Sa sœur avait bien le droit d’en profiter aussi, un peu. « La chaaance ! Et vous partez où ? Tu sais déjà ? Bon tu vas me manquer c’est certain mais tu vas bien t’amuser, j’en suis sure. Et puis c’est pas comme si Liam n’allait pas faire attention à toi alors t’as ma bénédiction. Totalement et sans hésitation. T’as intérêt à en profiter, sœurette ! » Traduction, t’as intérêt à ne pas passer tout ton temps à penser à tes trois petites sœurs en te demandant comment elles vont. Daisy lui sourit avant de récupérer le coussin qu’elle avait lâchement abandonné en se levant. Elle le mit devant son visage, ne laissant que dépasser ses yeux brillants d’euphorie. « Tu me ramèneras un souvenir hein ? » Daisy fit une pause, baissant assez le coussin pour laisser apparaitre son visage en entier. « Moi qui ai partagé mon chocolat avec ma sœur d’amouuur, je le mérite… » Le sourire de Daisy se transforma en moue enfantine. Cela dit, ça ne dura que quelques secondes avant qu’un sourire amusé ne réapparaisse sur ses lèvres. Non décidemment, elle serait bien incapable de se passer de sa sœur, de sa Pine dans sa vie.



STRAWBERRY DAISY BUNNIER ϟ « BEAUTY QUEEN OF ONLY EIGHTEEN, SHE HAD SOME TROUBLE WITH HERSELF.  » I dreamed I was missing. You were so scared but no one would listen. Cause no one else cared. After my dreaming I woke with this fear. What am I leaving when I'm done here ? So if you're asking me I want you to know. When my time comes forget the wrong that I've done, help me leave behind some reasons to be missed  
Revenir en haut Aller en bas
P. Trixie Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Retrouver toute ma famille
Faites place à la vedette
P. Trixie Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 23/06/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters. Vous vous demandez laquelle ? Celle qui a le plus de caractère et qui gère la bande. Chieuse en force *héhé*. Nombre de messages : 1943 On me connait sous le pseudo : ... Un merci à : twisted lips + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke.
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptyDim 21 Déc - 16:24




Pine & Strawberry
I ‘Cause I’m on top of the world, ‘ay. I’m on top of the world, ‘ay, waiting on this for a while now. Paying my dues to the dirt. I’ve been waiting to smile, ‘ay. Been holding it in for a while, ‘ay, take you with me if I can

Au regard de l'ancienne petite lapine, une famille était ce qu'il y avait de plus important, de plus merveilleux, mais surtout de plus enrichissant dans toute une vie. Rien ni personne ne pouvait rivaliser face à ce rôle, si présent, si rassurant, si dévoué qu'est une famille. Oh bien évidemment, il y avait certains épisodes ou événements qui tourmentaient les esprits de chacun, qui nous donnaient l'impression que nous avions faillis et que les noirceurs des ténèbres étendaient leur domination autour de nous. Il y avait ces instants où on avait l'impression d'avoir tout perdu, parce que les nôtres n'étaient plus aussi présents ou parce que les circonstances étaient telles qu'on pensait être au fond du gouffre. Mais ces moments là n'étaient rien en comparaison de la plénitude et du bonheur que l'on pouvait ressentir dès lors qu'on s'apercevait que ces mauvaises passes étaient terminées et que tout revenait comme avant. Notre famille est ce qu'il y a de plus cher, tant elle parvenait à nous rendre plus fort. Et cela, Trixie n'était pas la dernière pour le penser. Elle avait besoin de ses sœurs autant qu'elle ressentait l'envie d'être là aussi pour elles. Toutes avaient une place bien particulière au sein de son cœur et chacune savait très bien reconnaître les signes annonciateurs de telle ou telle pensée. Oui bon d'accord, Daisy avait beaucoup plus cette faculté que les autres, mais il n'en restait pas moins que rien n'était plus beau que de pouvoir garder sa famille auprès de soi. Et d'aussi longtemps qu'elle le pourrait, la jeune fille veillerait à les garder toutes auprès d'elle. Car, elle méritaient, selon elle, le meilleur mais surtout une protection visant à ce que le monde autour d'elles ne parviennent jamais à leur ôter ce qu'elles chérissaient. Leur intégrité, leur bonheur, leur fierté et leur caractère bien différents les unes des autres, Pine veillerait toujours à ce que rien ne change, à ce que personne ne parvienne à leur faire du mal, quitte à se sacrifier elle même. Car ses sœurs, ses trois petites lapines qui avaient bien grandis et se présentaient devant elle comme des jeunes filles les unes les plus belles que les autres, méritaient d'être heureuses. Et elle espérait parvenir à endosser ce rôle de la meilleure qui puisse exister. En se rendant présente, en étant disponible pour chacune d'elles, mais surtout en parvenant à les faire sourire toutes chacune à leur manière. Trixie n'avait de cesse que de croire que voir Ria ou Tressie sourire était la plus belle chose qu'on ai pu lui donner d'admirer. Il suffisait de voir les petites étincelles dans les yeux de ses sœurs pour ainsi se rendre compte que tout l'univers était là, à portée de main et qu'un nouvelle vague de câlin leur permettrait de se sentir toutes apaisées. Mais ce qu'elle aimait le plus n'était autre que lorsqu'elle pouvait partager un moment spécial avec Strawberry. Sa Strawberry, comme elle se plaisait à penser. Toutes les deux avaient toujours été très proches, les plus proches des quatre à vrai dire, et il suffisait d'un simple regard parfois même d'un simple geste, pour qu'elles puissent se rendre compte que l'autre allait bien ou pas. Aucun mot ou presque ne suffisait, tant elles parvenaient à développer cette relation assez fusionnelle qui les rendaient uniques. Et l'oreiller de la vérité était un gage de cette pensée. Car aussi insignifiant pouvait-il être pour d'autres, il représentait un tout pour toutes les deux. Quelque chose qui les rassurait, même si elles n'avaient pas besoin de cela, mais c'était leur petit moment à elles. Aussi, dès lors que Pine avait pu voir le regard admiratif et quelque peu curieux de sa petite sœur en se rendant compte qu'il n'était pas tout à fait perdu, la jeune fille n'avait pu retenir bien longtemps son rire. Soulagée, mais surtout heureuse de constater qu'elle allait passer une excellente journée en compagnie de sa petite sœur. Et une petite part d'elle remerciait le ciel ou la bonne fortune de lui avoir permis de retrouver sa famille. Elle n'osait même pas imaginer comment les choses auraient pu tourner si jamais elle n'était pas parvenue à les avoir à ses côtés. Déjà, savoir Panpan loin d'elles était une épreuve qui lui causait énormément de peine, mais dont elle apprenait à relativiser les choses, tant elle voulait croire à son bonheur de son côté. Mais les imaginer toutes les trois loin d'elle et perdue, c'était une vision d'horreur qu'elle ne voudrait jamais connaître et dont elle ferait tout pour que cela n'arrive jamais. Trixie était peut être un peu trop maternelle avec elles, voir même envahissante, mais c'était aussi sa manière à elle de se rassurer sur le fait qu'elles étaient ensemble et que malgré tout, elles pouvaient compter les unes sur les autres.

Et comment mieux le faire qu'en se rendant chez l'une d'entre elles dans le but de passer une journée inoubliable ? La jeune fille n'avait pas hésité une seule seconde et s'était empressée de franchir les quelques mètres qui les séparaient l'une et l'autre pour ainsi toquer de manière énergique à la porte de sa petite sœur. Sur excitée, elle n'avait pu retenir sa joie bien longtemps et ce même si le regard quelque peut assassin de sa sœur à la sortie du lit était à moitié menaçant. Pas effrayée du tout pour deux sous, Pine n'avait pas hésité à sauter dans les bras de sa Strawberry et ainsi lui laisser entrevoir les quelques plans qu'elle avait pu élaboré durant son trajet pour qu'elles puissent se retrouver un peu toutes les deux. Quelque part, Pine avait besoin de ces instants, elle l'en avait ressenti depuis un petit moment déjà, mais son travail lui prenant un peu de temps, elle n'avait pas eu l'occasion d'en profiter. Voilà pourquoi, aujourd'hui serait signe de ce profit et de délivrance. D'ailleurs, elle n'hésita pas à laisser ses pensées franchir la barrière de ses lèvres, alors même qu'elle notait les yeux quelque peu fatigués de sa sœur. Et autant, elle voulait bien admettre que son travail la fatiguait, autant elle ne parvenait pas à comprendre comment les personnes qui vivaient à côté, étaient capables de faire autant la fête, au point de l'empêcher de dormir ? Oui, le mode maman Pine était en route en cet instant, et la jeune fille était déjà en train d'élaborer des plans les uns plus loufoques que les autres pour qu'ils laissent sa Daisy dormir la nuit. D'ailleurs en parlant de cela, elle s'imaginait déjà en train de revêtir une combinaison toute noire et s'infiltrer dans la chambre de l'un des locataires pour ainsi démonter toutes les prises électriques de ce dernier. De cette manière, il serait dans l'incapacité de brancher quoi que ce soit et ainsi ne pourrait pas installer une sono. A moins qu'elle ne veille à enlever le fusible de l'une des boites dans le couloir ? Cela pourrait être une très bonne idée, sauf que, cela risquerait de nuire aussi à sa sœur. Non en fait ce n'était pas une très très bonne idée, il valait très certainement mieux s'abstenir de ce genre de chose, car avec sa chance, elle serait capable de s'électrocuter... Bon il ne restait qu'une seule option, les coups de pieds aux fesses. Après tout, si cela était suffisant pour qu'ils comprennent que saison des amours ou pas, les gens avaient besoin de dormir, Pine était prête à le faire pour sa sœur. Oui bon d'accord, il y avait une grande part d'humour dans ce qu'elle racontait, mais il n'empêche que dans le fond, elle désirait simplement le meilleur pour Daisy et surtout son repos. Et même si son regard de sainte ni touche qui admirait le plafond était drôle, il n'en restait pas moins qu'elle aimait beaucoup lancer ce genre d'idée. Et la réponse de sa sœur ne pu que la faire rire de plus belle. La voir ainsi lui faisait du bien, énormément de bien alors même qu'elles pouvaient nettement toucher des doigts toutes les deux cette complicité qu'elles avaient.  « Mais maman nous a toujours demandé de veiller les unes sur les autres. » Prenant le même air que Panpan lorsqu'on lui demandait de répéter ce que leur père avait pu leur apprendre, la jeune fille plaça ses mains derrière son dos tout en essayant de frotter la pointe de son pied sur le sol avec un regard innocent. Chose qui ne tarda pas à les faire exploser de rire ensemble, alors qu'elles s'amusaient déjà sur un autre sujet. Enfin, Daisy s'en amusait plus qu'elle puisqu'elle savait qu'elle avait trouvé la faille dès lors qu'elle évoquait le prénom de sa Banane. En effet, Pine ne pouvait s'empêcher de rougir dès qu'on parlait de lui, c'était plus qu'elle et même si elle avait pu le contenir, pour rien au monde elle n'aurait caché ce sentiment qu'elle partageait avec lui. Elle l'aimait bien plus qu'il ne devait le croire et le simple fait de le savoir à ses côtés lui conférait une force qu'elle n'avait jamais soupçonné. Sa Banane, son souffle d'oxygène, sa raison de vivre au même pied d'égalité que sa famille, Liam avait su trouver sa propre place au sein de son cœur et elle avait besoin de lui. D'ailleurs, les battements de ce dernier n'arrêtait pas de s'accélérer alors qu'elle pensait à lui et qu'elle pouvait constater que Daisy semblait l'accepter. Rien n'aurait pu la rendre plus heureuse que de savoir ses sœurs heureuses pour elle, et à cet instant, le monde qu'elle connaissait était le plus beau qui lui avait été donné de connaître jusqu'alors. Pour la première fois de sa vie, Pine avait l'impression d'ouvrir les yeux et d'admirer des merveilles. Mais elle redescendit presque aussi vite de son petit nuage et eut un air légèrement choqué alors qu'elle se rendait compte de ce que Daisy lui disait. Et même si elle avait raison d'évoquer ce sujet, même si elle même y avait déjà pensé mais n'avait jamais oser franchir le pas avec Liam, il n'en restait pas moins que c'était assez étrange d'en parler avec sa sœur. Enfin, le temps les aiderait probablement à parler de ce sujet là, mais pour l'heure, elle tentait comme elle le pouvait de se dépatouiller de ce sujet. Heureusement, Daisy semblait aussi gênée qu'elle et même si elle se moquait, la conversation dévia sur un autre sujet. Sujet pour le moins important et vital pour la petite lapine, puisqu'il s'agissait de remettre la main sur cette tablette de chocolat qu'elle avait caché. Pine n'en finissait pas de rire d'ailleurs. Car voir ainsi Strawberry fouiner dans les moindres recoins des pièces de cette chambre était un spectacle pour le moins amusant. D'autant plus qu'elle la connaissait très gourmande, mais certainement pas à ce point là.

Toutes deux finirent par s'installer bien confortablement sur le lit de Daisy et partagèrent un petit carré de chocolat ensemble. Visant à s'installer le mieux possible, Pine n'hésita pas à prendre sa petite sœur dans ses bras et ainsi la bercer légèrement, comme pour leur rappeler ce qu'elles avaient eu l'habitude de connaître grâce à leur mère. Le sourire de la jeune fille s'agrandit un peu plus, alors qu'elle profitait de cet instant. Elle avait l'impression que rien ne pourrait leur arriver et que personne ne parviendrait non plus à les sortir de sur ce lit. Bon si il y avait deux personnes qui en avaient le pouvoir, mais les connaissant, elles se seraient bien plus jetées sur ce dernier pour ainsi pouvoir profiter d'un câlin à quatre plutôt que les lever. A cette pensée, la jeune fille eut un sourire rêveur, alors qu'elle pouvait presque entendre la voix de Tressie résonner dans la pièce alors qu'elle aurait couru tout en hurlant de lui faire une place ou bien celle beaucoup plus calme et posée de Ria, qui aurait simplement demandée si elle pouvait venir les rejoindre. Chacune était bien différente, mais Pine les aimait toutes aussi fort. Mais surtout, elle parvenait à déceler d'un simple regard si quelque chose n'allait pas. Enfin, elle avait peut être un peu plus de mal avec Ria et Tressie, mais lorsqu'il s'agissait de Daisy, Trixie arrivait à voir si cela n'allait pas. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle n'avait pas hésité à la questionner un peu sur ce qu'elle ressentait et en avait profité pour lui laisser sous entendre qu'elle pouvait lui parler si elle le désirait. Le bien être de ses sœurs passait bien avant le sien, bien avant tout. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle n'hésita pas une seule seconde et qu'elle lui avoua qu'elle l'aimait. Car oui, Pine aimait sa petite sœur, elle aimait la voir heureuse, l'entendre rire, la sentir à son aise, elle aimait voir cette petite lueur de défi qu'elle savait adopter quand elle s'amusait. Elle aimait l'entendre bougonner un peu parce qu'il lui manquait du chocolat ou parce qu'elle n'avait pas assez dormi, elle aimait la voir s'amuser avec elle ou avec quelqu'un d'autre, elle l'aimait telle qu'elle était. Parce qu'elle était sa sœur mais bien au delà de tout cela, elle était sa confidente et une part d'elle. Un sourire de compassion s'installa sur ses lèvres, alors qu'elle l'entendait lui répondre qu'elle savait. Mais alors qu'elle resserrait son étreinte un peu plus sur elle, Pine en fit de même en fermant les yeux, juste pour graver cet instant dans sa mémoire et ainsi y penser lorsqu'elle aurait elle aussi des moments durs. Elle espérait juste que Daisy parvienne à prendre sa force, qu'elle la garde avec elle et qu'ainsi elle puisse se sentir mieux. Mais elle voulait la croire dès qu'elle lui annonçait qu'elle irait mieux. Pine n'en doutait pas et ne le ferait jamais. Car elle connaissait sa sœur mieux que quiconque et qu'elle savait pertinemment qu'elle s'en relèverait. Daisy était la plus forte de toutes les quatre. Même si elle ne voulait pas le croire, même si elle avait l'impression de perdre pied, Trixie savait qu'elle l'était. De même qu'elle lui était reconnaissante de tout ce qu'elle pouvait lui apporter. Parfois, elle se demandait même si ce n'était pas elle qui avait le rôle de grande sœur, tant elle avait beaucoup de qualité. Déterminée, elle ne laissait pas les autres influer sur sa vie, et elle gardait toujours à l'esprit l'endroit d'où elle était issue. L'espoir non plus ne la quittait pas, alors même qu'elle avait connu des coups durs que la jeune fille aurait désirer vivre à sa place. Pour Pine, Strawberry était celle qu'elle se devait de protéger encore plus que les autres, tant elle méritait le bonheur. Mais alors qu'elle s'apprêtait à le lui dire, la jeune fille vit l'oreiller de la vérité disparaître de sous ses yeux pour aller se réfugier le plus naturellement possible dans les bras de sa petite sœur. Souriant déjà à la question qu'elle s'attendait à entendre, elle savait très bien que Strawberry allait aborder ce sujet à un moment ou à un autre. Ce sujet n'arrêtait pas de trotter dans sa tête depuis un petit moment déjà. Elle, qui voulait toujours être présente pour ses sœurs, qui ne voulaient pas les laisser seules et qui ne les laisseraient jamais seules d'ailleurs, n'avait pas envie qu'elles puissent envisager une telle chose. Et c'est le regard un peu baissé, qu'elle se confia à son tour à sa petite sœur. De manière naturelle, les mots s'enchaînaient, comme si ils avaient attendu ce moment avec impatience. Et c'est les yeux toujours baissé qu'elle attendit sagement la réponse de sa petite sœur. Réponse qui ne tarda pas d'ailleurs, et lui fit ainsi relever doucement ses yeux pour venir croiser les siens. Légèrement humides, les yeux de Pine ne lâchèrent plus ceux de Strawberry, alors qu'elle se rendait compte de la chance qu'elle avait d'avoir une sœur comme elle. Ce sentiment de bien être et de plénitude l'envahissait à nouveau, alors même qu'elle prenait conscience que son bonheur faisait du bien à sa cadette et qu'elle aimait la voir ainsi. D'ailleurs, elle ne put retenir son léger rire plus longtemps lorsqu'elle évoqua les fameux sms du matin qu'elle se plaisait à envoyer à chacune d'entre elles tous les jours pour savoir si elles allaient bien et si elles avaient bien dormi. Oh que non qu'elles ne les laisseraient jamais et qu'elle veillerait toujours à savoir si elles allaient bien. De même qu'il ne se passerait pas une seule semaine sans qu'elles ne se voient au moins une fois. Jamais, elle ne les laisserait. Et entendre Daisy avoir ses mêmes pensées lui permettait d'ouvrir les yeux sur le fait qu'elles étaient toujours là et qu'elles le seraient toujours. Le sourire de Daisy fut accompagné de celui de la jeune fille, alors qu'elle venait essuyer les petites larmes qui s'étaient immiscées dans le coin de ses yeux.  « Merci Strawberry. Merci de me montrer quelle chance j'ai de t'avoir pour sœur. » Elle renifla un peu et reprit avec ce même ton sincère.  « C'est grâce à vous que je suis heureuse. Et puis tu n'échapperas jamais à ton sms du matin non. » Elle laissa échapper un petit rire d'entre ses lèvres, comme pour essayer de détendre l'atmosphère et alors que Daisy venait trouver naturellement sa place contre son épaule, Pine pencha sa tête de manière à ce que toutes les deux puissent se consoler de cette manière l'une l'autre et s'empressa de répondre avec ce même ton sincère.  « Pour toujours. » Oui elles seraient toujours toutes les quatre, oui elles veilleraient chacune à ce que les trois autres soient heureuses et soient biens et non personne n'arrivera jamais à les séparer. C'était une mission impossible à réaliser. Et même si quelqu'un tentait un jour, ce dernier serait bien vite renvoyer à l'état de larve, parole de lapine. Cet instant serait à jamais gravé dans l'esprit de la jeune fille. Un moment qui signifiait beaucoup tant les messages qui étaient évoqués renvoyaient à une complicité et une sincérité en or. A vrai dire, les deux sœurs étaient à cet instant enfermées dans leur petite bulle dans laquelle, elles étaient capables de changer de sujet à une vitesse grand V. D'ailleurs, cela venait tout juste de dévier sur leur petite sœur par exemple. En effet, Ria inquiétait beaucoup Trixie depuis quelques semaines. Voyant des changements au sein de son comportement, des petites choses qui lui laissait penser que quelque chose n'allait pas. Et comme toute grande sœur qui se respecte, elle préférait mener sa propre petite enquête avant d'aller voir la principale intéressée. Et qui était le mieux placer pour sa quête de Sherlock Holmes que son petit Watson à ses côtés (mdrrrr). D'ailleurs, toutes les deux n'arrêtaient pas d'établir des plans les plus farfelues les uns que les autres même si ce qui comptait le plus n'était autre que l'état de Ria.  « Je me doute qu'une part d'elle veut y arriver seule. Mais je suis pas convaincue. Je sais pas... J'ai un pressentiment... Y a un truc qui la dépasse et j'ai peur que ça la change complètement. » Le regard de la jeune fille se fronça un peu alors qu'elle imaginait déjà Ria dans une position délicate. Elle n’aimait pas cela. Ce sentiment qui la rendait impuissante face à des circonstances que ses sœurs vivaient. Car Daisy avait raison, elles devaient attendre et la laisser faire. Mais c'était une chose facile à dire. D'autant plus qu'elle était prête à mettre sa main  à brûler sur le fait qu'il s'agisse d'un garçon. Il n'y avait que cela comme explication. Personne sauf un garçon qu'elle aimait n'aurait pu mettre Ria dans un tel état. Et qui qu'il soit, Pine ne l'aimait déjà pas. Bon elle pouvait lui laisser le bénéfice du doute, d'accord. Mais en fait non. Allez savoir pourquoi, il y avait quelque chose au fond d'elle qui agissait contre lui apparemment. Soupirant aux dires de sa Strawberry, Pine finit par la regarder avec des yeux qui exprimaient bien qu'elle finissait par rendre les armes à ce sujet.  « Je sais qu'elle l'est. Justement j'ai pas envie qu'on lui enlève, c'est ce qui la rend forte à sa manière. » Elle échangea un sourire qui en disait long avec sa petite sœur et toutes les deux essayèrent de se persuader tant bien que mal de se retenir, du moins pour l'instant. Car il ne fallait jamais sous estimer le côté obstiné d'une Bunnier. Et Trixie savait très bien que si elle le demandait à Daisy, elles se lanceraient toutes les deux dans cette quête, pour ainsi rétablir la vérité. D'ailleurs en parlant de vérité, toutes les deux étaient parties dans des hypothèses les unes les plus improbables que les autres mais qui avaient le mérite de les faire rire à toutes les deux. Les larmes aux yeux, Pine en avait mal aux côtes tellement elle riait et entendre rire Daisy ne faisait que raviver cette flamme, qui les poussait à rire encore et encore. C'était aussi un moyen pour elles de se détendre et ainsi de calmer les inquiétudes qu'elles pouvaient connaître. D'ailleurs, une des idées de Trixie ne semblait pas être si mauvaise que cela, puisque Daisy venait tout juste de dire que cela se tenait. AH AH ! Elle le savait ! Elle était persuadée que ses plans pouvaient tenir debout. Et s'amusant de la situation, elle laissa ses pensées prendre le dessus et ainsi se lança des fleurs toute seule. Riant de plus belle en entendant la réponse de sa petite sœur, Pine releva les jambes et regarda ses chevilles avant de dire sur un même ton amusé.  « Elles sont gonflées non ? Tu ne trouves pas ? Peut être qu'elles auraient besoin d'un massage. » Toutes les deux éclatèrent de rire et c'est en serrant sa sœur très fort dans ses bras avant de lui pincer les jours que Trixie continua à s'amuser à sa façon. Cela leur faisait énormément de bien d'agir ainsi et quelque part elle ressentait aussi ce besoin de la par de Daisy, qui enrichissait le câlin en se serrant un peu plus à son tour. Cela eut le don de donner des idées à la jeune fille qu commença ainsi à venir chatouiller sa cadette de manière à l'entendre rire davantage. Ah les journées entre sœurs, il n'y avait que cela de vrai tout de même.

Elles s'amusèrent encore quelques instants, Daisy profitant de l'occasion pour chatouiller également Trixie, alors que cette dernière riait aux éclats. Cela lui avait manqué, terriblement manqué, si bien qu'elle n'avait pas la moindre envie que cela se termine à un moment donné. Mais comme toute bonne chose à une fin, elle ne vit pas que sa petite sœur profitait d'un instant où elle baissait sa garde pour s'emparer de l'oreiller de la vérité et ainsi lui parler à nouveau de Liam. Encore essoufflée de la petite bataille de chatouilles, Pine se mit à rougir aussitôt alors qu'elle repensait à la première fois où elle avait été dans l'eau avec sa Banane. Cette fois où elle s'était jurée que plus jamais elle n'aurait peur d'affronter l'immensité de l'océan tant qu'il serait à ses côtés. Cette fois où elle avait appris à lui faire une confiance aveugle et grâce à laquelle, elle savait maintenant que ce serait lui jusqu'à la fin de ses jours.  « Il faut dire aussi qu'il est très patient, je pense que c'est ça qui a fait qu'il a réussit à m'apprendre. Parce que le pauvre, je lui en ai fais baver. » La jeune fille cacha son visage dans les cheveux de sa sœur avant de reprendre avec un ton qui ressemblait bien plus à celui d'une petite fille.  « Ça serait bien qu'on y aille oui. Mais, je ne suis pas rassurée si il n'est pas là... » Oh elle savait très bien que sa sœur allait exploser de rire et elle aurait raison de le faire et c'est d'ailleurs pour cela qu'elle s'enfonça un peu plus dans le lit de Daisy. Cependant elle n'eut pas le temps de ne faire plus qu'un avec le matelas car déjà Daisy était en train de sautiller sur place en la ramenant dans le monde des dimensions en exprimant sa fierté à son égard. Trixie retrouva son rire aussitôt et s'empressa de serrer sa sœur dans ses bras.  « Merciiiiiiiiiiiii. » cria t-elle à son tour. Avant de reprendre un ton un peu plus bas pour ainsi profiter de cet instant de partage pour lui faire part des petites vacances qu'ils comptaient prendre Liam et elle. Elle prit des pincettes tout de même, craignant un peu la réaction de Daisy, car ce serait la toute première fois qu'elles seraient séparées. Bon pour quelques jours d'accord, mais cela faisait tout de même un grand pincement au cœur de Trixie, qui espérait que Daisy n'allait pas la gronder. Plissant légèrement ses yeux, comme lorsqu'on attend que quelqu'un nous crie dessus, la jeune fille les rouvrit aussitôt en grand alors qu'elle ne savait pas trop comment interpréter la petite danse de la joie de sa cadette. D'ailleurs, elle ne savait pas trop non plus si elle devait rire ou pas, en la regardant faire des petits sauts sur le lit tout en continuant à prononcer des mots bizarres.  « Euh... Tu parles le kubertois ? » Demanda t-elle en se retenant de rire en voyant la tête de Daisy. Apparemment, elle avait l'air ravie. Très ravie même, puisqu'elle venait de lancer haut et fort qu'elle serait la plus grande. L'oxygène semblait revenir à Trixie, si bien qu'elle finit par se mettre à rire alors même qu'elle pouvait admirer les petites étoiles dans les yeux de sa petite sœur quant à l'idée d'être la plus grande. Si elle avait eu une caméra, la jeune fille se serait empressée de la saisir pour enregistrer sa réaction et la repasser en boucle tellement c'était beau. Tellement beau, qu'elle avait l'impression de rêver même. D'autant plus que lorsqu'elle continua en lui posant toutes ces questions à une vitesse défiant les lois de toute idées gravitationnelles, Trixie eut du mal à se retenir de rire  avant de mettre ses mains sur les épaules de sa sœur.  « Doucement, tu vas te faire mal. » Elle lui sourit et se mit à adopter le même sourire qu'elle, à croire qu'elles étaient le miroir de l'autre à cet instant précis. Et c'est en rougissant que la jeune fille commença à lui expliquer.  « On va aller sur une île pour une semaine. On doit encore voir quelques petits trucs de papiers, mais on reviendra vite. Tu vas non, vous allez toutes me manquer. Ça me fait un peu peur de vous laisser, mais d'un autre côté... » Elle s’arrêta quelques secondes et adopta un regard que Daisy connaissait bien, celui qu'elle pouvait avoir lorsqu'elle avait décidé de se lancer dans une grande aventure.  « ...j'en ai envie. » Ses mains remontèrent pour venir se placer sur les joues de sa sœur et c'est en prenant le même ton enjoué de toute Bunnier qu'elle continua avec des étoiles pleins les yeux.  « On va voir les bébés tortues qui s'en vont dans la mer. » Trixie avait déjà hâte d'y être, pas seulement pour vivre l'expérience de voir l’éclosion des œufs de tortues de mer mais surtout pour rester une semaine entière avec sa Banane, rien que tous les deux, sans personne pour venir les embêter, ni même devoir se rendre au travail. Ils seraient seuls au monde pour une semaine. Elle relâcha les joues de sa sœur et fit elle aussi une petite danse de la joie avant de s'arrêter et de regarder sa sœur avec un air amusé.  « Tu pourras m'apprendre la tienne ? Non parce que franchement elle est terrible celle là . Je sais pas d'où tu la sors mais alors ouah, c'est digne des plus grands. » Un éclat de rire franchit la barrière de ses lèvres, alors qu'elle se moquait gentiment de sa sœur et qu'elle reprit avec un ton plus sérieux.  « Je te préviens, je laisse Franklin avec les siens. Mais t'auras droit à quelque chose bien évidemment. » Elle se serra contre sa sœur en cherchant à cacher son nez dans le creux de son épaule et continua avec le ton de la grande sœur.  « Tu feras attention à toi hein. » Se séparer de ses sœurs allait être une épreuve douloureuse. Elle s'en doutait d'avance et redoutait ce moment même. Mais elle savait qu'elle pourrait compter sur chacune d'entre elles et surtout sur Liam pour l'aider à y faire face et pour en profiter.  « Je te promets que j'en profiterai. » lança t-elle alors que ses yeux retrouvaient ceux de sa sœur et qu'elle se mettait à lui sourire avec sincérité. Après quoi, elle retrouva le chocolat que Daisy venait tout juste d’énoncer et s'empressa de le saisir avant de lui montrer.  « Je te ramène quand même autre chose que du chocolat non ? » Elle se retint de rire et pensa alors à tout ce qu'ils seraient amenés à voir.  « D'ailleurs j'y pense, j'ai le droit de t'envoyer au moins le sms du matin ou tu me l'interdis ? » Elle marqua quelques secondes de pause et continua sur un ton plus amusé.  « Non parce que je pourrai t'envoyer des photos de ce que je vois. » Un sourire commença à se dessiner sur ses lèvres, alors qu'elle se mit à loucher pour ainsi faire rire sa sœur.  « Alors ça fait quoi d'avoir le rôle de la grande ? On se sent puissante hein ? » Trixie se remit à rire de plus belle alors qu'elle se servait du chocolat comme d'un micro qu'elle tendait en direction de sa sœur pour ainsi connaître sa réponse. Quelque part cette façon d'agir lui permettait de prouver à Strawberry qu'elle la rendait heureuse par sa réaction, par ce naturel qui faisait d'elle ce qu'elle était. Sa petite sœur qu'elle aimait plus que tout et qui, elle l’espérait, parvenait à la rendre heureuse à sa façon.


I was searching, you were on a mission. Then our hearts combined like a neutron star collision. I had nothing left to lose you took your time to choose. Then we told each other with no trace of fear that... Mon cœur s'ouvre à ta voix comme s'ouvrent les fleurs aux baisers de l'aurore. Our love would be forever and if we die, we die together. And lie, I said never 'cause our love would be forever.

   (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
S. Daisy Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Que la famille soit à nouveau réunie
Faites place à la vedette
S. Daisy Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 03/07/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters, the most crazy sister (a) Nombre de messages : 1451 On me connait sous le pseudo : Pop'n Gum Un merci à : (avatar) .skyeward + (gif) tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptyDim 1 Mar - 20:54




Pine & Strawberry
Sister is probably the most competitive relationship within the family, but once the sisters are grown, it becomes the strongest relationship ♥

Cela faisait finalement un peu plus de deux ans que Daisy avait débarqué ici. A Fantasia Hill. Enfin débarqué… En réalité c’était plutôt quelqu’un d’autre qui s’était amusé à l’amener là et à surtout ne pas la mettre au courant. Evidemment sinon ça n’aurait pas été drôle. La jeune femme se souvenait encore de son arrivée, de ce moment où elle avait finalement repris connaissance, ouvert les yeux et qu’elle avait été incapable de trouver l’endroit où elle était. Elle se souvenait avoir paniquée parce qu’elle n’arrivait plus à se souvenir de rien et Daisy avait eu peur de s’être perdue. D’avoir perdue sa famille et de ne plus jamais la revoir. De devoir vivre toute seule purement et simplement et cette idée ne lui plaisait absolument pas. Il lui avait sans doute fallut plusieurs minutes avant de se rendre compte qu’il y avait quelque chose d’autre qui n’allait pas. Elle n’avait plus rien d’une lapine. Mis à part ses souvenirs il ne lui restait plus rien. Pire encore elle était devenue une humaine, du même genre de ceux qui essayaient de les attraper dans la forêt. Dans leur forêt. Face à cette constatation Daisy avait senti la panique s’emparer d’elle. Elle ne voulait pas être comme eux. Elle ne voulait pas devenir comme eux. Elle ne voulait avoir à s’en prendre à ceux et celles qui avaient été, autrefois, sa famille. Elle n’y arriverait pas elle le savait déjà d’avance. Mais peut-être que ce n’était pas définitif. Peut-être qu’elle aurait le choix et qu’elle n’était pas destinée à devenir comme eux. Pourtant la panique n’arrivait pas à la lâcher. Elle l’avait ressenti tout le temps de ses découvertes. De ses jambes à ses mains. De son visage à ses longs cheveux bruns. Elle avait été surement inquiète à propos de tout. Mais rien ne pouvait vraiment rivaliser avec l’inquiétude qu’elle avait pu ressentir à l’idée de ne plus jamais revoir ses sœurs. Elle avait l’impression que c’était le pire qu’il puisse lui arriver. La seule chose dont elle ne pourrait jamais se remettre. Daisy voulait bien s’adapter, essayer de vivre comme une humaine du moment qu’on ne l’obligeait pas à aller chasser. Elle pouvait faire beaucoup de chose mais pas sans ses sœurs, elle le savait. Tout le début de sa vie, elle l’avait vécu avec elles. Ses trois sœurs et son frère. Elle avait passé tout son temps avec eux. A jouer, à courir à travers la forêt, à partir à la recherche de trèfle, à essayer de les trouver en premier avant que leur frère ne se jette dessus, à jouer dans la neige, à faire la course où Daisy était à peu près sure de l’emporter sans trop de difficultés. Elle avait aussi passé son temps avec ses sœurs à partir à la recherche de leur frère, qui lui passait son temps à les éviter, alors en guise de vengeance elles préparaient toujours un petit plan par ci par là pour continuer à l’embêter. Dans le fond elles avaient tellement de choses ensembles que Daisy n’était pas prête à y renoncer parce qu’elle se doutait bien que vivre toute seule après cela ne serait pas du tout pareil. Elle avait du angoisser les premiers temps même si aujourd’hui elle ne s’en souvenait plus vraiment. Heureusement l’ancienne lapine n’avait pas eu beaucoup de temps à passer sans la présence réconfortante de ses sœurs. Daisy n’avait pas été la seule victime de ce changement étrange et la première fois qu’elle avait croisé une de ses sœurs, ils ne leur avaient pas fallu plus de cinq minutes pour être certaines de s’être retrouvées. Elle avait vu devant elle sa réplique exacte. A quelques détails près sans doute qu’elles seules étaient capables de voir. Mais pour les personnes extérieures, elles étaient sans doute de parfaites jumelles. La seule chose qui pouvait différencier les deux aînées des deux cadettes, c’était leur couleur de cheveux. Daisy n’avait jamais trop compris pourquoi c’était ainsi et peut-être qu’elle n’avait jamais vraiment cherché à comprendre non plus. Elle était bien trop heureuse d’avoir retrouvé ses sœurs. Sa grande sœur, maman poule en chef. Et ses deux petites sœurs. Elles étaient toutes les quatre différentes. Elles avaient chacune leur propre caractère, leurs préférences, leurs petits défauts et leurs passions. C’était surement cela qui les différenciait le plus pour les autres. Mais Daisy savait qu’elles avaient toutes un point commun indiscutable : elles s’aimaient. Plus que tout et elle aimait croire que c’était le genre de chose qui ne changerait jamais, qui ne faiblirait jamais. Un changement de vie, presque un changement de monde aussi n’y avait pas porté atteinte alors la jeune fille se plaisait à croire qu’elles étaient sur la bonne voie. Daisy savait très bien que sans ses sœurs la vie en ville, parmi les humains, ne serait pas du tout pareille. Elle ne l’aimerait pas autant et elle ne s’y serait pas habituée aussi facilement non plus. Mais la présence de ses trois sœurs avait été rassurante. Elles avaient pu compter sur elles à chaque moment un peu plus dur. Elles s’étaient soutenues et aidées comme elles l’avaient toujours fait alors la panique du début s’était peu à peu estompée. Elle préférait se dire qu’avec ses sœurs dans les parages, elle n’avait plus grand chose à craindre.

Enfin ça, c’était ce qu’elle pensait. Jusqu’à ce qu’une de ses fameuses sœurs ne pense que venir la réveiller soit une bonne idée. La réveiller était surement un bien grand mot parce que Daisy ne dormait pas vraiment mais elle vouait un tel culte à son lit et à son oreiller que chaque petit moment passé en sa compagnie était de toute façon génial. Pourtant elle n’avait aucun mal à le quitter chaque matin pour aller courir. Elle s’était bien vite rendu compte que son inquiétude d’être comme tous les humains qu’elle avait pu croisés auparavant n’était pas fondée. Elle leur ressemblait sur le point de vue physique là il n’y avait aucun doute mais pas sur le reste. Finalement l’ancienne lapine n’avait fait que changer d’apparence mais rien d’autre ne semblait avoir suivi. Elle était restée la même. Sorte de petite fille tenace, hyperactive, accro au sport et au chocolat. D’accord le chocolat elle l’avait découvert ici et c’était surement l’invention des humains qu’elle préférait. Alors pour compenser elle devait bien faire attention un minimum. Elle avait vite pris l’habitude d’aller courir le matin parce qu’elle se sentait en forme et que ça avait le don de la mettre de bonne humeur pour la journée. Dans ces moment là, Daisy n’avait finalement pas trop de mal à quitter son lit tout chaud et douillet parce que c’était pour aller faire autre chose qu’elle aimait. Mais pour le reste, la tâche s’annonçait tout de suite plus difficile. Puis il y avait des jours où même pour courir, elle n’avait pas envie de bouger. Alors imaginez quand ce même jour quelqu’un décide de vous casser les pieds en venant toquer à votre porte. Si elle avait eu le courage Daisy se serait bien contentée de relever la tête et de crier à la personne de s’en aller avant de se rappeler que sa mère ne l’avait pas élevé ainsi et que si elle était là, la jeune fille aurait droit à un remontage de bretelle dans les formes. Surtout que quelque chose que lui disait que même si elle agissait ainsi la personne derrière la porte ne renoncerait pas aussi facilement. Ce dont Daisy eut la confirmation en ouvrant la porte et voyant sa sœur ouvrir ses bras pour venir la serrer contre elle avant même qu’elle ait eu le temps d’ouvrir la bouche et de prononcer un mot. Il ne faisait plus aucun doute que si elle avait essayé la méthode « je reste dans mon lit et je dis à la personne de partir » ça n’aurait eu absolument aucun effet. Au contraire. Elle imaginait sans peine Trixie frapper une nouvelle fois à la porte, de manière encore plus énergique. Elle aurait même recommencé tant que la cadette ne serait pas venue lui ouvrir cette fichue porte. Tout le mécontentement que Daisy avait pu ressentir en devant quitter son lit pour ouvrir la porte s’était envolé quand elle avait aperçu sa visiteuse. Qui pouvait réellement en vouloir à sa sœur ? Certainement pas elle. Elles avaient tellement eu l’habitude de passer du temps ensemble qu’elles ne l’avaient jamais perdu. Bien sur c’était un peu plus compliqué aujourd’hui. Elles devaient travailler ou étudier, faire quelque chose de leur vie ou en tout cas essayer et bizarrement cela leur prenait énormément de temps. Du temps qu’elles avaient en moins pour se voir. Elles avaient du s’y habituer. Faire des compromis et trouver une nouvelle manière d’organiser leur emploi du temps. Dire que Daisy n’avait jamais pensé un jour avoir un emploi du temps à respecter, à côté de ça la vie en forêt était presque sauvage et pleine d’aventure. Mais quoi qu’il en soit elles avaient réussi. Elles arrivaient encore à se voir suffisamment régulièrement pour qu’aucune d’entre elles n’ait l’impression que leurs liens étaient en train de faiblir. Daisy se plaisait à croire qu’elles avaient réussi à s’adapter à cette contrainte avec beaucoup de succès. Et puis au-delà de tout cela, elles pouvaient toutes les trois compter sur leur ainée. Trixie semblait avoir pris son rôle très à cœur depuis qu’elles étaient arrivées. Sans leur parents,  sans leur frère, elle les avait un peu remplacé tous les trois à la fois. Tout en restant leur sœur et celle qu’elle avait toujours connu. Finalement Daisy n’était même pas étonnée de la trouver là. Elle était celle qui prenait toujours de son temps pour leur envoyer un message le matin. Oui oui, tous les matins. Elle faisait attention à ses trois petites sœurs peu importe l’heure de la journée ou de la nuit et à partir du moment où elle pouvait passer un peu de temps avec une de ses sœurs, elle n’allait certainement pas hésiter deux fois avant d’y aller.

Daisy n’avait pas perdu de temps avant de la laisser entrer. Elle l’avait serré contre elle, toute contente qu’elle était de revoir sa sœur. D’accord la dernière fois qu’elle l’avait vu devait dater de seulement deux jours et elle l’avait eu au téléphone hier mais quand même, elle était contente. Passer un moment avec sa sœur lui faisait toujours plaisir et la rendait toujours heureuse. Elle n’aurait jamais su expliquer pourquoi et la jeune fille aimait ses trois sœurs. Mais parfois elle avait l’impression qu’avec son ainée il y avait quelque chose en plus. Quelque chose qui rendait leur lien unique en fait. De la même manière qu’elle pouvait le ressentir avec Ria ou Tressie. Daisy avait découvert que leur si précieux oreiller de la vérité n’avait pas complètement disparu et elle sentit une petite vague de soulagement s’emparer d’elle. Juste avant de partir à la recherche d’une tablette de chocolat, constatant avec effroi qu’il était temps qu’elle en rachète. Presque toutes les cachettes avaient été épuisées et elle n’en avait même pas pensé à y recacher une tablette de chocolat. Il fallait qu’elle pense à  y remédier au plus vite, il ne manquerait plus qu’elle tombe en rade un jour et ça allait être la fin du monde. Pour couronner le tout il ne manquerait plus que ça arrive en pleine soirée et qu’aucun magasin ne soit ouvert et Daisy était à peu près certaine de ne jamais s’en remettre. Mais pour l’instant elle n’y était pas encore. D’autant plus que Trixie semblait bien avoir compris son dilemme et lui avait proposé d’aller refaire le plein de chocolat un peu plus tard, offre qu’elle ne pouvait, bien entendu, absolument pas refuser. Daisy avait finalement rejoint sa sœur, s’installant confortablement sur le lit. L’oreiller de la vérité en main la petite brune pensait déjà à sa prochaine question quand les réflexions de sa sœur la sortirent de ses pensées. Entre les voisins qui n’en finissaient plus avec leur fête et leur petite sœur, Daisy ne voulait même pas imaginer le millier de question que devait évoluer dans l’esprit de Pine. Il y en avait surement trop pour réussir à la suivre. Mais si les hypothèses qu’elles avaient émis leur avait permis de rire, Daisy devait bien admettre qu’elle s’inquiétait également un pour sa sœur. Mais elle préférait croire en elle. Ria était surement la plus posée et la plus réfléchie des quatre, Daisy savait que quoi qu’il arrive, elle réussirait à s’en sortir. Et même si ce n’était pas le cas, elle pouvait compter sur ses sœurs. Comme toujours et pour toujours. « Tu as peut-être raison. Mais…c’est Ria. Je préfère croire que peu importe ce qui lui arrive elle s’en sortira pas. Parce que tu l’as dis toi-même elle est forte, c’est une Bunnier et rien ni personne ne pourra jamais lui enlever ça. Et puis si jamais ça ne va vraiment pas, elle sait qu’elle peut compter sur nous et qu’on l’aidera sans la juger. » Les lèvres de Daisy s’étirèrent en un petit sourire qu’elle voulait réconfortant. C’est ainsi que ça marchait entre elles de toute façon. Quand elles avaient un problème, elles criaient à l’aide et le reste de la troupe venait à la rescousse. Et plus que tout, leur ainée mettait un point d’honneur à les aider, tout le temps, à chaque instant. Surement que d’autres personnes n’arriveraient pas à la supporter mais les filles y arrivaient très bien. Parce que c’était leur sœur et qu’elle avait toujours été ainsi. Elle ne pouvait pas faire autrement et les trois autres ne lui avaient jamais demandé de changer. Elle savait comment était Pine, égale à elle-même, toujours là pour elles et elles savaient que ça ne changerait jamais. Serrant un peu plus sa sœur contre elle,  Daisy lui adressa un sourire. « Moi aussi j’ai de la chance, tu sais. On a toutes les trois de la chance et crois-moi on ne voudrait personne d’autre à ta place. » Daisy fit une pause, son sourire s’grandissait et prenait un teinte amusé. « J’y compte bien. Si tu m’enlèves les messages du matin je ne sais pas ce que je fais… » Daisy fit les gros yeux avant qu’un éclat de rire ne passe la barrière de ses lèvres. Le pire c’est que c’était la vérité : elle ne se voyait plus commencer une journée sans recevoir un message de sa sœur et sans y répondre. C’était devenu leur petit rituel quotidien à l’instar de leur petit jeu avec l’oreiller de la vérité. Mais finalement cela ne pouvait pas vraiment être qualifié de pire n’est-ce pas ? En tout cas la jeune fille ne le voyait pas comme ça. Elle desserra un peu la prise de ses bras, appuyant sa tête contre l’épaule de sa sœur alors que cette dernière repartait dans ses idées folles. Où évidemment Daisy ne se faisait pas prier pour l’y suivre. La drogue. Les extra-terrestres. Elle avait l’impression que tout allait y passer. Et il n’avait suffit à Daisy que de prononcer trois petits mots par ci et par là pour encourager sa sœur à contenir. Aaah les ainés…c’est vraiment plus ce que c’était hein (a) ! (pour les mamies en nous mdrr). Mais elle devait bien avouer que certaines idées mériteraient presque d’être exploitées un peu plus. Peut-être que d’ici quelques temps elles seraient mieux développées et serviraient de base à un scénario de film à succès. Oui bon, c’est toujours de bien rêver il parait, ça fait vivre. Avec un sourire accroché au coin des lèvres Daisy suivit le regard de son ainé, se posant finalement sur ses chevilles. Un rire lui échappa devant sa réponse alors qu’elle levait sa propre jambe pour pousser doucement celles de sa sœur. « Bah tiens un massage rien que ça… Va demander à Liam je pense que c’est le seul susceptible de te dire oui. » Son rire accompagna celui de sa sœur alors que Daisy laissait retomber sa jambe sur le matelas. C’était ce genre de moment qui rendait le temps qu’elle passait ensemble comme inoubliable. Elles savaient s’amuser avec un rien et elles pouvaient parler de tout et de n’importe quoi. Elles ne se jugeaient pas et elles avaient même appris à relativiser un sujet trop sérieux, glissant une petite blague de temps à autre. Ça ne pouvait pas plaire à tout le monde bien entendu mais ça leur convenait. C’est ce qui faisait qu’elles étaient elles, au final. Elles ne ressemblaient à personne d’autre et ne voulaient même pas leur ressembler. Parfois elles donnaient surement l’impression d’appartenir à un autre monde mais ce n’était pas grave parce que c’était le leur. Et pouvoir serrer sa sœur dans ses bras, rire avec elle et rattraper un peu le temps qu’elle n’avait pas eu ces deux derniers jours : c’était bien cela le plus important.

Daisy dut quand même prendre quelques instants pour calmer son rire. Elle en avait profité pour récupérer l’oreiller en toute discrétion. C’était son tour maintenant de s’amuser un peu même si elle était persuadée que sa sœur ne se gênerait pas pour rire avec elle. Elles étaient là pour ça en même temps. Finalement l’oreiller n’était qu’une sorte de prétexte, un jeu entre elles. Daisy savait parfaitement qu’elles n’en auraient pas eu besoin si les circonstances étaient différentes. Le jour où l’une d’entre elles avait vraiment besoin de se confier et de poser une question d’importance capitale à sa sœur, elle n’aurait pas besoin d’aller d’abord chercher ce fameux oreiller pour être sure que la deuxième soit parfaitement honnête. Elle n’aurait qu’à se lancer et aborder le sujet comme elle l’aurait fait avec n’importe quoi d’autre. Finalement l’oreiller leur servait plus à s’amuser qu’autre chose. L’une comme l’autre, les deux sœurs avaient plus tendance à s’en servir comme d’une arme pour les questions un peu moins conventionnelles. Encore que…entre sœur on pouvait bien tout se dire n’est-ce pas ? C’est pour bien pour cela que Daisy n’avait pas hésité longtemps avant de lancer le sujet « Liam » et elle s’amusait déjà d’avance de la réaction de sa sœur. Qui ne tarda pas à arriver et qui fut à la hauteur de ses espérances. Les rougissements de sa sœur ainée la firent rire alors qu’elle s’expliquait. Daisy avait beau se moquer gentiment elle n’en restait pas moins fière de ce que sa sœur avait pu faire. Même si elle avait bien envie de constater de cette amélioration de ses propres yeux…en compagnie de Liam apparemment. Le sourire de la jeune fille s’agrandit doucement alors que sa sœur continuait et que la cadette ne pouvait empêcher un rire de s’échapper de la barrière de ses lèvres. « Je vois…  Liam a décidément beaucoup d’influence, il va falloir que je le lui demande comment il fait ça. Mais c’est pas grave, c’est votre truc. Je trouverais bien autre chose pour t’emmener avec moi. » Daisy eut un nouveau sourire avant d’adresser un clin d’œil à sa sœur. « Et non, tu n’y échapperas pas… » Son sourire s’agrandit malgré elle. Quelque part, elle se doutait que Trixie ne lui refuserait rien. Même si elle n’aimait pas vraiment cela elle ferait sans doute un effort pour lui faire plaisir. Comme elle le faisait toujours dès que la plus jeune partait dans des grands monologues sur ses grandes découvertes d’un nouveau sport et qu’elle voulait à tout prix essayer. Perdue dans ses pensées, elle n’avait même pas remarqué que sa sœur en avait profité pour récupérer l’oreiller jusqu’à ce que le son de sa voix ne ramène Daisy à la réalité. La question la prit d’abord par surprise avant l’idée ne finisse par se faire un petit chemin dans son esprit. Ni une ni deux, la jeune fille s’était relevée, entamant une petite danse dont elle seule avait le secret, le tout avec les paroles qui allaient, évidemment. Sa sœur allait lui manquer, c’était certain. Mais elle ne pouvait s’empêcher d’être amusée et même un peu ravie de savoir que pendant une semaine, rien que sept petits jours elle allait être la plus grande. Pour certain ce n’était rien alors que pour elle c’était… En réalité elle ne savait pas vraiment mais elle n’avait pas pu s’empêcher de danser. Même si sa sœur en avait bien profité pour se moquer un peu, chacune son tour. « Bien sur, tu connais pas ? Ça vient d’un pays tout petit, le Kubertalie. » Daisy afficha un air sérieux pendant un quart de seconde avant de finalement laisser tomber et de se retrouver à genoux sur son lit, à nouveau face à sa sœur. Dire qu’elle avait peur qu’elle le prenne mal. Au contraire, l’ancienne lapine était plutôt heureuse de constater que sa grande sœur profitait enfin pour elle et qu’elle ne pensait pas seulement à ses trois petites sœurs. Daisy n’avait même pas pu cacher sa curiosité jusqu’à son ainée ne la calme doucement. Elle lui adressa un sourire mettant un terme à son débit de parole presque inquiétant. « La chaaaance ! Vous allez au soleil en plus. » D’ici peu, elle allait probablement proposer de se cacher dans une des valises pour aller avec. Mais elle ne voulait pas priver sa sœur de cela surtout qu’elle se posait déjà trop de questions, toute seule. Daisy reprit un air un peu plus sérieux, la regardant en souriant avant de lui répondre. « Si t’en as envie, c’est tout ce qui compte et tu le sais. Tu ne vas pas partir un mois en plus, on est capable de se débrouiller. Je te promets qu’il ne nous arrivera rien, on est grandes, on sait faire attention et puis je suis certaine que les filles seront d’accord avec moi. Elles voudront que tu en profites ! » Elle adressa un sourire rassurant à sa sœur alors que cette dernière continuait à lui expliquer les différents détails du voyage. Même si Daisy ne s’était arrêtée qu’à une seule chose : plage, mer, soleil, c’était tout ce dont elle avait besoin elle. Vivement l’été. Elle releva les yeux pour croiser ceux brillants de sa sœur à l’évocation des bébés tortues. Daisy fronça doucement les sourcils, un sourire amusé s’installant au coin de ses lèvres. « Tu sais que tu ne vas pas avoir le droit d’en ramener hein… C’est interdit. » Trixie lui tira la langue quelques secondes en réponse à sa taquinerie et Daisy éclata de rire. Rire qui ne put faire rien d’autre que de redoubler quand sa sœur entreprit à son tour de danser. Elle la regarda essayer avant que cette dernière ne se tourne vers elle, faisant référence à la danse que Daisy venait de faire. La jeune fille se redressa arborant un petit sourire, fière d’elle. « C’est un talent qu’est-ce que tu crois… Mais bon puisque c’est toi je veux bien te l’apprendre, la prochaine fois. Mais faut apprendre les paroles qui vont avec sinon ça perd de tout son charme et c’est plus pareil. » Un nouveau sourire suivi d’un nouvel éclat de rire et Daisy semblait déjà avoir oublié de quoi elle parlait à la base. Même si sa sœur ne mit pas longtemps à revenir sur le sujet, ramenant une nouvelle fois sa petite sœur à la réalité. Mais Daisy le comprenait, elle voulait juste se rassurer et elle, elle était là pour ça. Elle ne voulait pas voir sa sœur partir et avoir peur que quoi ce soit puisse se passer pendant son absence. Il fallait qu’elle en profite, voilà tout. Elle serra à son tour sa sœur dans ses bras avant de lui adresser un nouveau sourire. « Tu en profites et moi je fais attention. C’est promis, sœurette ! » Tant qu’elle partait l’esprit tranquille c’était bien tout ce que Daisy demandait. Ça et un petit cadeau souvenir quand même… Bah quoi si déjà sa sœur partait en vacances elle pouvait bien lui ramener un petit quelque chose, non ? D’autant plus que la sœur en question ne semblait pas réfractaire à cette idée. « Tu prends ce que tu veux, tu le sais. Et puis même si tu ne ramènes rien, à part un joli bronzage c’est pas grave. Cela dit oui…autre chose que du chocolat ça peut être mal, ça me changera. » Les lèvres de la jeune fille s’étirèrent vers le haut alors que sa sœur continuait à se poser trop de questions pour son propre bien, selon elle. « Bien sur que tu peux. Je te l’ai dis, je ne sais pas ce que je ferais sans mon sms du matin, c’est devenu une tradition même je dirais ! » Elle s’arrêta face à la seconde réplique de Trixie et médita un instant ses propos. Oui recevoir des photos ça pouvait être pas mal, pendant une semaine Daisy se sentirait elle aussi un peu en vacances, en fait. Cela dit… « Va pour les photos mais… Si c’est ce que tu vois… On pourrait éviter les photos de Liam quand même, c’est pas vraiment ce qui m’intéresse le plus. Par contre une petite tortue en fond d’écran, je dis pas non. » Daisy prit un air sérieux, qu’elle réussit à tenir quelques secondes avant de rire, accompagnée par sa sœur. Qui lui posa une question en lui tendant la tablette de chocolat avec un sourire. Avec un sourire amusé elle se pencha avant de croquer un bout de chocolat et de se redresser. « Très bonne idée que tu viens d’avoir. » Son sourire s’agrandit alors qu’elle faisait disparaitre le petit bout de chocolat de sa bouche. « Je sais pas, je crois que je réalise pas encore en fait. Mais ça va venir dès que tu seras partie personne ne pourra plus me tenir. D’ailleurs il faudra que tu me dises un peu comment tu fais toi ? Tu sais tes petits trucs pour faire peur à quelqu’un qui nous embête ? Ou la façon que tu as de te tenir, ça en impose… » La jeune fille arqua un sourcil, comme si elle était en train de prévoir le plan le plus machiavélique du siècle. Tout le monde y croyait n’est-ce pas. En récupérant la tablette, elle coupa le carreau de chocolat dans lequel elle avait mordu avant de la retendre à sa sœur pour qu’elle puisse se servir. Elle finit par se relever, quittant le lit pour se mettre face à sa sœur. « Non mais c’est vrai. Toi tu sais imiter maman, c’est quand même pas donner à tout le monde… » Face à sa sœur Daisy s’essaya à plusieurs techniques, les bras le long du corps avant de poser ses mains sur ses hanches et de prendre un air bien sérieux. Qui évidemment ne dura pas bien longtemps. « C’est pas comme ça hein… ? » Daisy fit un tour sur elle-même comme si ça allait pouvoir changer quelque chose. Elle glissa sur un tee-shirt qui trainait par terre, un de ceux qu’elle avait envoyé valser un peu plus pendant sa quête de chocolat et se retrouva les fesses par terre. « Ouais… C’est définitivement pas comme ça, en tout cas… » Elle secoua doucement la tête devant sa propre bêtise avant d’éclater de rire. Sa sœur ne mit pas bien longtemps à la suivre et Daisy savait que la journée ne faisait commencer. Qu’elles passeraient encore d’autres moments ensemble et qu’il y aurait aussi d’autres fous rires.



STRAWBERRY DAISY BUNNIER ϟ « BEAUTY QUEEN OF ONLY EIGHTEEN, SHE HAD SOME TROUBLE WITH HERSELF.  » I dreamed I was missing. You were so scared but no one would listen. Cause no one else cared. After my dreaming I woke with this fear. What am I leaving when I'm done here ? So if you're asking me I want you to know. When my time comes forget the wrong that I've done, help me leave behind some reasons to be missed  
Revenir en haut Aller en bas
P. Trixie Bunnier

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Retrouver toute ma famille
Faites place à la vedette
P. Trixie Bunnier
J'ai posé bagages ici le : 23/06/2012 Jouant le rôle de : One of Thumper's sisters. Vous vous demandez laquelle ? Celle qui a le plus de caractère et qui gère la bande. Chieuse en force *héhé*. Nombre de messages : 1943 On me connait sous le pseudo : ... Un merci à : twisted lips + Tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Emilia Clarke.
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » EmptySam 4 Juil - 16:46




Pine & Strawberry
I ‘Cause I’m on top of the world, ‘ay. I’m on top of the world, ‘ay, waiting on this for a while now. Paying my dues to the dirt. I’ve been waiting to smile, ‘ay. Been holding it in for a while, ‘ay, take you with me if I can

Le monde ne pouvait pas se suffire à lui seul dès lors que l’absence des siens se faisait ressentir. La famille était un don, une nécessité et même au-delà de cela, un besoin que chacune des personnes sur Terre se devait de connaître. Personne ne se devait de rester seul ou même de connaître cette malchance de devoir affronter une solitude que l’on n’avait jamais désirée. Pine était de ceux qui appréciaient grandement la vie en communauté et qui en ressentaient le besoin à la moindre occasion. Il y avait tant de belles choses qu’elle avait pu connaître grâce à sa famille, grâce aux siens qui la soutenaient en permanence et avaient pu contribuer à forger l'être qu'elle était devenue aujourd'hui. Elle avait besoin de pouvoir les sentir auprès d'elle, de les câliner mais bien au delà de tout cela de pouvoir leur rendre ce qu'ils leur offraient tous par leur simple présence : cet amour incommensurable et difficile à décrire tant il était unique et spécial. La jeune fille avait besoin de ses sœurs toutes autant qu'elles étaient pour trouver la force d'avancer et pour affronter les épreuves d'une vie bien trop chargée à son goût. En effet depuis qu'elles étaient devenues des humaines, Pine avait l'impression que les choses s'enchaînaient à une vitesse foudroyante et que les soucis étaient bien plus compliqués que ce qu'elles avaient pu connaître dans la forêt. Elles ne parlaient plus d'un périmètre délimité à ne pas franchir, et encore moins que telle ou telle fleur de trèfle qu'elles se feraient un plaisir de manger juste pour embêter leur grand frère, mais les conversations se portaient sur des choses parfois bien trop grandes. Alors elles avaient du s'endurcir, trouver cette force au fond d'elles pour réussir à aller de l'avant et ainsi à connaître une vie bien meilleure que celle qu'elles avaient pu connaître avant. Pine avait l'impression que depuis qu'elles étaient devenues humaines, depuis qu'elles s'étaient transformées en ces êtres qu'elles avaient toujours craint, mais surtout depuis qu'elles s'étaient retrouvées à quatre pour vivre dans ce nouveau monde, la confiance avait grandit en elles. Quelque part, elle aimait beaucoup cette nouvelle situation. Heureuse de pouvoir partager plus encore que ce qu'elles pouvaient s'offrir dans leur ancienne vie. Bon d'accord, elles n'étaient pas toujours ensembles et il était parfois difficile de se retrouver ou même tout simplement de parler mais il n'en restait pas moins que ce quelque chose qui s'était crée était si fort qu'il en devenait quasiment imperturbable. Au grand plaisir de la jeune fille qui tenait tout particulièrement à veiller du mieux qu'elle le pouvait sur sa famille. Bien sûr, elle ne pouvait pas être présente de manière continue, mais un peu à l'image de leur mère, Pine avait su endosser le rôle de celle qui aimait s'occuper de ses petites sœurs et qui veillait coûte que coûte à ce que leur bonheur passe avant le sien. Voilà pourquoi, il n’était pas rare de la croiser dans les rues de la ville, son téléphone en main en train d’appeler Strawberry. Déjà toutes petites, un lien indéfinissable avait su les lier l’une à l’autre. Un peu comme si elles avaient été de véritable jumelles et qu’elles parvenaient à ressentir les sentiments de l’autre. Quelque chose d’unique s’était crée entre elles, si bien que cette transformation n’avait pas pu le leur ôter. Il suffisait par exemple de les regarder l’une et l’autre pour se rendre compte qu’elles étaient presque des copies conformes, enfin quelqu’un qui ne les connaissait pas n’aurait jamais perçu de différences, mais il en résidait tout de même. Cependant, il n’en restait pas moins que les ressemblances étaient belles et bien présentes et que pour rien au monde Pine n’aurait jamais changé sa place pour une autre. Aussi, c’était de manière naturelle, pour ne pas dire logique que l’ancienne petite lapine avait pris la direction de la chambre de sa sœur alors qu’elle avait une journée de repos. Quoi ? Il fallait qu’elle rattrape le temps qu’il lui avait manqué en sa compagnie et puis de toute manière, elle savait que cela lui ferait plaisir. Ainsi donc, ce fut le sourire sur les lèvres et le cœur empli de bonté et d’amour envers sa petite sœur adorée, que Pine tambourina contre la porte boisée de la chambre de sa Strawberry. Elle ne pouvait pas s’empêcher de garder son sourire intact tant elle se doutait que la journée qu’elles allaient pouvoir partager ensemble serait merveilleuse et lui ferait un bien fou. Car rien n’était comparable à une journée entre Bunnier si ce n’était une autre journée entre Bunnier. Aussi, à peine sa cadette eut t-elle entrouvert sa porte et se dévoilait comme étant encore légèrement endormie, que Pine ne rata pas l’occasion de lui sauter dans les bras pour lui dire bonjour. Rien n’était comparable à cela. Enfin si : les avoir toutes les trois dans ses bras et pouvoir leur faire des chatouilles. Mais en attendant de pouvoir réaliser cela, la jeune fille se trouvait heureuse et épanouie dans les bras de sa Strawberry. Sa petite sœur qu’elle chérissait plus tout et pour qui elle était prête à sacrifier sa vie pour sauver la sienne. Rien n’avait d’égal que son sourire et la joie qu’elle parvenait à lire dans son regard. Toutes les deux s’aimaient comme de véritables sœurs et ne pouvaient pas être séparées. De toute manière elles ne le désiraient pas.

Elle remarqua assez vite que la mauvaise humeur du à un mauvais réveil s’effaça bien vite dans les yeux de Daisy alors qu’elles s’amusaient déjà à leur manière. Même dans ses plus vieux souvenirs, Pine se rappelait très bien à quel point le matin avait été difficile pour Strawberry. Sans trop savoir pourquoi à vrai dire, mais elle se souvenait très bien du réveil après l’hiver et de la manière dont les petites lapines avaient du mal à ouvrir les yeux pour se forcer à sortir du terrier. Ses souvenirs avaient tendance à prendre vie la nuit, alors qu’elle-même dormait, et ils se terminaient souvent par des moments de rire qui s’élevaient bien haut vers les cimes des arbres qui leur paraissaient toucher le ciel. Pine avait toujours adoré réveillé les autres, c’était un loisir qu’elle avait pris l’habitude de faire au fil des années. Elle aimait par exemple, secouer délicatement Ria pour la sortir de ses rêveries, ou encore venir souffler dans les oreilles de Tressie parce que cela était toujours très drôle, mais elle adorait plus que tout venir se caler entre les petites pattes de Strawberry et la regarder dormir en se retenant de rire. Pour rien au monde, pine ne voulait oublier les souvenir des regards que pouvaient lui lancer sa sœur dès qu’elle s’apercevait qu’elle était en face d’elle. Cela allait de la véritable envie de la tuer, jusqu’à un air plus blasé sans oublier celui moqueur qui présageait une vengeance dont elles étaient certaines de pouvoir partager. Il y avait toujours ces petites attentions, ces petites choses qui les rapprochaient et qui faisaient qu’elles avaient encore plus besoin l’une de l’autre. Mais dans ce monde, cela était quasiment impossible à réaliser. Même si elle voulait bien admettre que toquer contre une porte pour la réveiller était tout de même assez drôle à voir. Quoi qu’il en soit, les deux petites lapines ne tardèrent pas à retrouver la bonne humeur mais surtout cette complicité qu’elles aimaient tant s’offrir. Et c’est avec cet état d’esprit et déjà quelques rires partagés qu’elles retournèrent vers le lit de Strawberry et qu’elles s’y installèrent afin de partager un moment privilégié entre sœurs. Ainsi elles parvenaient à se prouver qu’elles parvenaient à s’accorder du temps, à pouvoir se retrouver. Le temps jouait malheureusement de plus en plus contre elles, entre les études de Ria et les travaux respectifs de chacun, trouver du temps devenait un vrai challenge. Mais heureusement, elles parvenaient encore à s’en sortir et trouvaient toujours une occasion pour se retrouver. D’ailleurs en parlant de cela, Pine se rendit compte que cela faisait un petit moment qu’elle n’avait pas pu prendre assez de temps pour Ria. Celle qu’elles protégeaient le plus, de part son caractère mais aussi parce qu’elle aspirait à de plus grandes choses. Elle représentait la fierté des Bunnier, du moins celle de Pine tant elle n’arrivait pas à comprendre comment elle pouvait prendre patience pour rester tranquille pendant des heures dans une salle de classe. Rien que le souvenir de rester avec maître hibou dans la forêt lui donnait des frissons et lui rappelait à quel point elle ne pouvait pas supporter cette situation. Quoi qu’il en soit, et alors qu’elle regardait sa petite Strawberry, Pine ne put s’empêcher d’être fière de chacune d’entre elles. Mais surtout de celle dont les yeux bleus ne cessaient de la regarder avec ce même regard heureux qu’elle. Souriant de plus belle, Pine ne put s’empêcher de penser à quel point Strawberry était des plus respectables, altruistes mais surtout celle qui avait une volonté de fer. Toujours présente pour les siens, Daisy lui rappelait énormément leur grand frère dans certains de ses agissements. Elle était celle qui protégeait de loin, sans trop intervenir jusqu’au moment où elle jugeait qu’il fallait le faire, celle qui veillait à ce que tout se passe bien et qu’on ne pouvait s’empêcher d’aimer. Elle tempérait les situations les plus délicates par son caractère beaucoup plus posé et arrivait à calmer la plus âgée par ce biais.

Ainsi, c’est donc avec ce regard bienveillant et ce sourire indéfectible que Pine présenta à Strawberry le fameux oreiller de la vérité. Cette petite chose qui paraissait bien anodine aux yeux de tous ais qui représentait bien plus pour les jeunes filles. Oh bien sûr, elles n’en n’avaient pas véritablement besoin, mais c’était un peu leur manière à elle d’avoir quelque chose qui leur appartenait et qui rendaient les instants qu’elles partageaient uniques. Souriant et riant dès que Daisy s’aperçut de la supercherie vis-à-vis d’une fausse disparition, Pine en profita pour se laisser tomber sur le lit alors que sa jeune sœur s’empressait de chercher du chocolat partout dans sa chambre. Ah Daisy et le chocolat, c’était un couple qui ne se séparerait jamais, Pine en était certaine. Et ils allaient tellement bien ensembles, qu’elle arrivait même à trouver qu’ils en étaient mignons. Enfin de toute manière sa sœur était toujours mignonne, surtout lorsqu’elle cherchait du chocolat et quand elle était la sœur la plus sage et la plus gentille de tout l’univers (a). C’est donc en voyant là l’occasion de partager de nouvelles aventures avec sa sœur, mais surtout dans l’optique de pouvoir rester avec elle encore un peu plus longtemps que la jeune fille lui proposa cette sortie si spéciale pour aller refaire les stocks de sa petite sœur. Et à peine avait t-elle évoqué cette idée, qu’elle s’imaginait déjà dans le supermarché, toutes les deux à gardes des tablettes de chocolats et épiant les passants avec des regards accusateurs de manière à ce qu’ils ne viennent rien toucher. Cette vision eut le don de la faire rire. Rire qui s’estompa peu à peu alors que la conversation se mit à changer et à aller vers leur petite sœur Ria. Inquiète par rapport à sa situation, Pine n’avait pu s’empêcher de demander l’avis de Strawberry quant aux changements de comportement de Ria. A vrai dire, la plus âgée des lapines avait du mal à comprendre, ou du moins voulait se voiler la face de manière à ne pas comprendre de tels changements. Ria était la plus timide, pas la plus naïve puisque Tressie endossait le rôle à merveille, mais elle était celle qui méritait tant de réussite et qu’elle voulait aider du mieux qu’elle le pouvait pour ainsi lui permettre de réaliser ses rêves. Voilà pourquoi, elle avait préféré en parlant avec Strawberry. Consciente que son inquiétude allait être palpable à moindre degrés, elle savait à quel point elle pouvait lui faire confiance. Mais surtout elle savait que la jeune fille veillerait à la réconforter du mieux qu’elle le pouvait en lui rappelant les valeurs qu’elles avaient toutes apprises. C’est ce qu’elle venait d’ailleurs de faire en répondant aussi simplement et avec tant de sincérité dans la voix que leur petite sœur était posée et qu’elle savait ce qu’elle faisait, auquel cas qu’elle savait qu’elle pouvaient compter sur elles. Un timide sourire se dessina sur les lèvres de Pine qui commençait à rendre les armes vis-à vis des idées saugrenues qui lui passaient en tête. Et c’est avec cette même fierté qu’elle se rendit compte que sa sœur avait raison. « Oui tu as raison. C’est vrai qu’elle sait qu’on est là et qu’elle peut compter sur nous. C’est juste que… » Elle s’arrêta quelques secondes et soupira comme pour chasser son inquiétude au sujet de Ria. « … tu me connais… » Telle une petite fille, Pine baissa son regard vers ses mains alors qu’elle s’en voulait de trop s’inquiéter. Elle avait beaucoup de mal à relativiser les choses, surtout lorsqu’il s’agissait de ses sœurs. Mais heureusement Strawberry avait trouvé els mots justes et c’est dans cette optique que les deux petites lapines se mirent à changer de sujet de conversation. C’était toujours comme ça de toute manière, le bavardage ne s’arrêtait pour ainsi dire jamais et elles parvenaient toujours à suivre le même fil, chose qui était un peu plus compliqué pour quelqu’un qui n’était pas habitué aux Bunniers de manière générale. D’ailleurs, Pine félicitait sa Banane de parvenir à remettre un fil conducteur dans toutes les idées qu’elle pouvait dire. Quoi qu’il en soit, c’est avec une réelle sincérité dans son cœur que Trixie remercia Daisy et lui affirma qu’elle avait de la chance de l’avoir. Bien sûr qu’elle en avait, et pour rien au monde elle ne voudrait la perdre. Protectrice dans l’âme, la jeune fille en avait profité pour la serrer un peu plus dans ses bras, alors qu’elle retenait une larme de s’échapper d’entre ses paupières en entendant sa petite sœur. « On est les meilleures. » se contenta t-elle de répondre alors qu’elle était émue de pouvoir entendre à quel point Daisy l’aimait. Trixie l’aimait et avait besoin d’elle tout comme elle avait besoin de Ria et de Tressie dans son quotidien. Quotidien qui allait toujours de paire avec le sms du matin et veillait ainsi à rassurer la jeune fille sur les états de tout le monde avant de partir travailler. Elle ne put s’empêcher de rire légèrement alors que Strawberry se moquait un peu de son comportement vis-à vis de cette habitude qu’elle avait su instaurer à sa manière. « Je savais qu’il deviendrait indispensable ce sms. » Riant à son tour, la jeune fille se mit à regarder sa cadette avec des yeux amusés, alors qu’elle se souvenait très bien d’une fois où Tressie lui avait dit clairement que ce sms l’ennuyait. De nature pas du tout susceptible ou très peu, Trixie s’était vengée en lui en envoyant encore plus, bien sûr avec le soutien on ne pouvait plus fort de Daisy. Cela les avait amené à partager de très belles crises de fous rires, à vrai dire il n’y en avait pas une pour rattraper l’autre dès qu’elles s’y mettaient. Ce qui était en train de se passer à l’heure actuelle en réalité. En effet, Pine était partie dans des idées les unes les plus loufoques que les autres, alors que Strawberry répondait dans son sens. Voilà le genre de journée que la jeune fille adorait et se plaisait à vouloir vivre encore et encore afin de graver dans sa mémoire les moindres souvenirs qui se créent par ce biais. Riant à en pleurer, elle n’hésita pas à profiter de la situation pour m’amuser de plus belle et alla dans le sens qui allait très certainement faire rire sa sœur. Cette dernière ne manqua pas de prendre la perche qu’elle lui saisissait d’ailleurs, suscitant une réaction quasi instantanée d’apparition de roses aux joues. « Certes, mais il n’empêche que, j’aime aussi les massages de ma petite sœur adorée. » Pine s’empressa de venir appuyer sur les joues de Strawberry alors qu’elles riaient toutes les deux de bon cœur. Ces instants étaient inoubliables et tellement uniques que la jeune fille avait l’impression de rêver à chaque fois qu’elle les vivait. Pour tout avouer, elle était tellement bien avec sa sœur, que la terre aurait pu s’écrouler, ça n’en n’aurait pas été bien grave. Enfin jusqu’à ce qu’elle ne se rende compte de la réalité des choses. Mais c’était une façon cachée pour signifier le fait que la réalité n’avait pas d’impact sur sa vie, pas à cet instant précis, où elle parvenait à rendre sa petite sœur heureuse, qu’elle lui laissait l’occasion de rire, et de profiter simplement d’un moment de quiétude sans jugement, sans barrière, juste en étant elle. Pouvoir lire cette liberté dans les yeux des gens qu’on aime n’avait aucun prix. Et plus elles riaient plus elles n’arrivaient pas à se calmer. A croire que dès que leurs yeux se croisaient c’était reparti pour un tour, chose qui leur faisait énormément de bien.

Elles arrivèrent néanmoins et après de multiples tentatives à calmer ces rires qui n’en finissaient jamais. Sans s’en rendre compte, Pine avait perdu l’oreiller de la vérité, mais elle était bien plus occupée à essayer de retrouver un semblant de respiration normale pour ne pas mourir par manque d’oxygène. La chaleur commençait à se calmer de son visage, mais il revint à une vitesse grand V dès que sa sœur aborda le sujet « Liam ». Amusée de la situation, Strawberry semblait s’en donner à cœur joie, alors que Pine continuait de rougir encore et encore. Non pas qu’elle ait honte, mais elle était tellement touchée par ces gestes qu’elle avait encore une fois l’impression de vivre dans un rêve éveillé. Sa Banane lui manquait, comme à chaque fois qu’ils n’étaient pas ensemble, et pouvoir ressentir le fait que sa propre sœur acceptait qu’elle partage des sentiments de cet ordre avec un garçon était le plus beau cadeau qu’on pouvait lui offrir. La petite lapine se sentait tellement chanceuse de cette situation qu’elle aurait été capable de tous les prendre dans ses bras en même temps pour les remercier à tour de rôle pour ce bonheur qu’ils leur permettaient de connaître. Cachée derrière l’oreiller de la vérité, Trixie ne pouvait contenir ses élans de joie et bien être par le biais d’un sourire épanoui et tellement sincère. Chose qui amusait encore plus Daisy qui en profita davantage. Et puis, elle parvenait à lui montrer qu’elle était heureuse et la rassurait dans ce sens. Aussi c’est avec joie qu’elle accepta de vouloir nager en sa compagnie, même si elle ne pouvait se rendre dans l’eau sans que Liam ne soit pas loin. Ils avaient fondé une confiance sans précédent tous les deux, si bien que la jeune fille avait l’impression de l’avoir toujours connu. Comme si elle avait été aveugle pendant toutes les années qu’elle était une lapine et qu’il lui avait fallut être une humaine pour le retrouver et se rendre à l’évidence que c’était LUI. Lui qui était adorable, protecteur, attentionné, patient, lui qui avait souvent peur, mais surtout lui seul qui parvenait à la rendre heureuse de cette manière. C’était lui qui lui avait appris ce que le verbe « exister » signifiait, car si elle existait ce n’était qu’à travers son cœur. Elle espérait lui rendre cela par son amour, et veillerait toujours à le rendre heureux du mieux qu’elle le pourrait. Pensant à tout cela, la jeune fille avait rougit de plus belle, suscitant les rires de sa sœur qui la rassura bien vite. Pine était contente de pouvoir entendre que Strawberry ne lui en voulait pas de cela et qu’elle comprenait surtout l’importance de Liam dans ce geste. Souriant de plus belle, la jeune fille se contenta d’acquiescer d’un signe de tête alors qu’elle faisait entièrement confiance à Daisy sur le fait qu’elle trouverait bien autre chose. Si il y avait une chose primordiale à savoir sur les Bunniers c’était qu’elles ne s’avouaient jamais vaincues, toutes autant qu’elles étaient et que si elles n’arrivaient pas à leur fin d’une façon, elles y arriveraient d’une autre. « Je te fais confiance les yeux fermés. » Lui répondit t-elle avant de se mettre à rire et de se cacher à nouveau contre l’oreiller de la vérité. Tout cela avait suscité l’envie de lui révéler quelque chose, mais surtout de la prévenir sur le départ à venir qu’ils envisageaient Liam et elle. Rien de penser à cette semaine de vacances, la jeune fille ne cessait d’avoir des étoiles pleins ses yeux. Ainsi ils seraient tous les deux, tranquilles sans personne pour les embêter, sans leurs travaux respectifs, juste ensemble pour une semaine. Pine savait que cette semaine serait inoubliable et qu’elle allait probablement renforcer la relation qu’ils partageaient. Mais craignant de laisser sa famille sans elle, les remords avaient déjà commencé de la culpabiliser, si bien qu’elle ne savait plus ce qu’elle devait penser. Faisant de gros yeux dans un premier temps, le regard de Pine commença à devenir beaucoup plus rassuré et surtout très amusé en admirant la petite danse de la victoire qu’entamait Daisy sur le fait qu’elle allait pouvoir devenir la grande sœur pour une semaine. Jamais la jeune fille n’aurait cru lui faire autant plaisir par son départ et quelque part cela la rassurait sur le fait que Strawberry ne lui en voulait pas. Bien au contraire, elle semblait heureuse pour elle, et lui démontrait une nouvelle fois de la chance qu’elle avait de l’avoir pour sœur. « Aaah mais je ne savais pas que tu le connaissais. Tu le parles très bien en tout cas. » Se pinçant les lèvres pour s’empêcher d’éclater de rire, la jeune fille regarda sa sœur et finit par céder à la tentation de rire alors qu’elle se replaçait à ses côtés. Comme toujours Pine se sentait un peu bête alors qu’elle se rendait compte qu’elle avait eu peur pour rien. Mais elle ne voulait pas que ses sœurs et surtout Strawberry se sente abandonnée ou quelque chose dans le genre. Elle ne voulait pas les perdre, pour rien au monde et son caractère de maman poule veillait à les faire passer avant elle. Aussi, elle était heureuse de pouvoir constater de la réaction de sa cadette et elle l’aimait encore plus en se rendant compte qu’elle avait peur pour rien. Aussi, elle s’était empressée de lui répondre sur la destination de rêve qu’ils avaient choisi. La réponse immédiate de Daisy la fit sourire de plus belle, un sourire des plus beaux alors qu’elle se rendait elle-même compte qu’ils allaient partir dans un cadre paradisiaque tous les deux. Elle lui expliqua alors ce qu’ils avaient prévu, voir l’éclosion des œufs de tortues et être présents pour les aider à regagner le rivage, profiter du cadre pour découvrir de nouveaux paysages et de nouvelles coutumes. Bref, elle n’hésita pas un seul instant à se confier à sa petite sœur et lui avoua même qu’elle en avait envie. Une simple phrase qui était anodine, mais qui lui faisait énormément de bien à dire. Daisy s’empressa de lui répondre en la rassurant une nouvelle fois et en lui prouvant par son regard qu’elle était ravie pour elle. A cet instant précis, Pine était la lapine la plus heureuse du monde, par ces gestes qu’elle considérait ne pas mériter et qui lui faisaient un bien fou. « Merci Straw’ » furent les mots qui sortirent d’entre ses lèvres alors qu’elle admirait sa sœur avec beaucoup de reconnaissance. Ses sœurs représentaient sa force à par entière, celle là même qui la poussait à vouloir se dépasser, rien que pour les rendre fières. « Je sais que vous vous en sortirez. » Elle lui adressa un nouveau sourire sincère et ne put retenir bien longtemps la bêtise qui lui brûlait la langue. « Sinon quand je reviens, aie aie vos fesses. Ça ne va pas être beau à voir, elles seront toutes rouges et ce ne sera pas à cause des carottes. » Ce mettant à rire en même temps que Daisy, le sujet de conversation les amena cette fois-ci sur le futur cadeau que la plus grande ramènerait à la plus jeune des lapines. Bien sûr, l’idée de rapporter une tortue lui avait effleuré l’esprit, mais étant interdit, elle n’allait pas se risquer de finir en prison. « Je sais oui, et puis je préfère qu’elles retournent voir leurs mamans dans l’eau quand même. »

Le rire recommença de plus belles entre les deux sœurs, alors que Pine essayait d’imiter la danse qu’elle avait pu voir auparavant. Bien entendu, cette tentative fut complètement ratée, puisqu’elles étaient plus en train de rire qu’autre chose. D’ailleurs, le but du jeu était de réussir à tenir debout en même temps que le fou rire gagnait la jeune fille. S’excusant de ne pas réussir à la perfection les pas professionnels de sa sœur, elle en profita pour ramener un peu de légèreté dans la conversation en lui demandant si Strawberry lui apprendrait. Bien sûr, sa petite sœur sauta sur l’occasion et lui répondit à l’affirmative, suscitant un signe de victoire de la part de Pine. « Ouh yeah, ouh yeah » s’était t-elle empressée de s’écrier alors qu’elle remuait ses fesses en rythme. « Ah mais ce sera tout ou rien, d’ailleurs si tu veux tu pourras me l’apprendre à la plage ? Ce sera notre truc ? » La petite lapine n’avait pas oublié qu’il fallait que Daisy lui apprenne quelque chose, mais surtout le fait que ce soit sur la plage. Et alors qu’elle repensait à la plage, l’esprit de la jeune fille se mit à culpabiliser une nouvelle fois sur cette absence à venir. Laissant parler ses pensées, Pine en profita pour passer une nouvelle fois ses mains autour des épaules de sa sœur alors qu’elle lui promettait qu’elle ferait attention le temps qu’elle en profite. « Tu vas me manquer. » laissa t-elle échapper alors qu’elle posait sa tête sur son épaule. Pauvre Liam, ils n’étaient pas encore partis que déjà la jeune fille commençait à ressentir le manque de ses sœurs. Elle savait que cette épreuve allait être difficile et veillerait du mieux qu’elle le pourrait à ne pas embêter sa Banane avec ça. Mais elle craignait qu’à un moment où à un autre cela ne revienne et que ce manque nuise à leur relation. Essayant de ne pas penser à cela maintenant, la jeune fille repartit dans ses idées de cadeaux et demanda à sa petite sœur ce qui lui ferait plaisir. Bien sûr, elle s’attendait à ce genre de réponse mais elle voulait tout de même marquer le coup et elle trouverait le moment venu. Liam l’aiderait dans cette quête et lui donnerait son avis, elle en était certaine. « Je te ramènerai autre chose qu’un bronzage et du chocolat, c’est noté. » Adressant un sourire à Daisy, Trixie repensa au sms du matin et préféra demander ce qui était le mieux pour elles. Elle voulait bien en profiter, mais elle ne pouvait pas le faire sans prendre des nouvelles de ses petites sœurs chaque matin tout de même. Et alors qu’elle élaborait de nouveaux plans pour rendre ses petites attentions plus originales, elle explosa de rire en entendant la réponse de sa petite sœur par rapport aux photos. « Tu me connais, jamais de la vie je ne t’enverrai ce genre de photo là. » Elle prit un air faussement innocent, car elle n’avait jamais songé une seule seconde à ce que Daisy puisse l’interpréter de cette manière. Mais maintenant qu’elle lui avait soufflé l’idée, Pine voudrait bien essayer une fois d’envoyer une photo d’elle et sa Banane à sa sœur juste pour avoir sa réaction. Se dépêchant de se pincer les lèvres pour éviter que son plan ne soit compris, elle essaya de retrouver son sérieux et répondit avec un ton beaucoup moins amusé. « Je te montrerai des paysages, des tortues, des papillons, des fleurs, c’est mieux hein ? » Prenant la tablette de chocolat, Pine croqua dedans pour en manger un carré avant de la tendre à sa petite sœur qui fit de même. Le calme semblait revenir petit à petit, alors qu’elles regardaient toutes les deux en direction du plafond de la chambre de la jeune fille. Jusqu’à ce que l’aînée ne finisse par poser une question anodine à sa cadette. A en juger par la petite danse de toute à l’heure, Trixie se doutait bien que Strawberry allait prendre son nouveau rôle très à cœur et qu’il allait bien lui plaire pendant une semaine. Elle ne put s’empêcher de sourire dans un premier temps lorsqu’elle l’entendit lui avouer qu’elle avait eu mal à le réaliser, ce sourire se transforma peu à peu alors qu’elle lui rappelait ce départ. Mais il revint bien vite et se transforma en rire dès qu’elle lui posa ces questions. Faisant mine de réfléchir, Pine regarda Strawberry avec sérieux l’espace de quelques secondes et se gratta la tête. « Ça en impose… Comme monsieur hibou quand il prenait son air autoritaire ? Non parce que si c’est pareil, c’est plus ridicule qu’autre chose. » Pouffant de rire à cette vision, encore une fois les souvenirs de l’école lui apportaient bien plus de moqueries qu’autre chose. Surtout lorsque monsieur hibou essayait de les gronder et qu’elles se regardaient toutes les deux en se mordant la lèvre pour ne pas rire devant lui. En revanche quand il s’agissait de leur mère s’était une autre paire de manches. Mais jamais elle n’aurait cru entendre ces mots de la bouche de sa sœur. Jamais elle n’aurait cru réussir à agir comme leur mère tant elle leur inspirait respect et compassion dans le même temps. Retrouvant peu à peu son sourire, elle regarda les diverses tentatives de Strawberry en voulant y voir là une manière de plus de la rassurer sur le fait qu’elle pouvait compter sur elle. Elle se releva à son tour et arriva au niveau de sa petite sœur pour poser sa main sur son épaule et prendre un regard qui signifiait qu’elle allait lui révéler le plus grand secret du monde. « Je vais te dire comment je fais… » Elle rapprocha ses lèvres de l’oreille de sa petite sœur et se mit à chuchoter avec sérieux. « Je reste moi, tout comme tu feras la même chose si tu restes toi. » Et comme pour la rassurer de ses mots, Pine prit sa petite sœur dans ses bras et la serra très fort contre elle. Heureuse de cette journée, elle savait qu’elles allaient en profiter toutes les deux et que cela leur ferait énormément de bien. D’ailleurs, il ne fallait pas qu’elles ratent un seul instant. C’est en se rendant compte de ce fait qu’elle desserra son étreinte et qu’elle commença à mettre ses mains sur ses hanches tout en reprenant son air de maman. « Et d’ailleurs, miss Bunnier deuxième du nom, ce serait bien que vous vous habilliez pour que nous puissions allons refaire votre stock de chocolat. » Elle la regarda avec ce même air sérieux et secoua la tête de manière négative. « On ne sort pas en pyjama. » Cette fois-ci le rire commença à franchir la barrière de ses lèvres, alors qu’elle se reculait pour ainsi arranger le lit de sa sœur et lui refaire le temps qu’elle se prépare pour qu’elles puissent sortir prendre l’air. Cela leur ferait énormément de bien, la jeune fille n’en doutait pas. D’autant plus qu’elles pourraient ainsi continuer à parler encore et encore et à partager d’autres instants de fous rires. « Tu veux que je range ton armoire le temps que tu t’habilles ? Ça te fera gagner du temps pour ce soir et en plus tu auras d’autres trous à combler pour cacher des tablettes. » Souriant de plus belle, la jeune fille arqua un sourcil en attendant la réponse de sa petite sœur avant de reprendre l’oreiller de la vérité et de le tendre vers le ciel. « Par le pouvoir de l’oreiller de la vérité, je déclare le top chrono partiiiiiiiii. » Un nouvel éclat de rire franchit la barrière de ses lèvres alors qu’elle se dépêchait d’aller en direction de l’armoire de sa petite sœur et qu’elle arrangeait les vêtements qu’elle avait pu lancer toute à l’heure, tout en les repliant et en les rangeant avec le plus grand soin possible. C’était ça aussi d’être une sœur, toujours là et heureuse de l’être quoi qu’il arrive. Pine ne changerait sa place pour rien au monde et ferait tout pour la garder pour l’éternité.
[/color][/color]


I was searching, you were on a mission. Then our hearts combined like a neutron star collision. I had nothing left to lose you took your time to choose. Then we told each other with no trace of fear that... Mon cœur s'ouvre à ta voix comme s'ouvrent les fleurs aux baisers de l'aurore. Our love would be forever and if we die, we die together. And lie, I said never 'cause our love would be forever.

   (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Daisy ∞ « I'm on the top of the world » Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Daisy ∞ « I'm on the top of the world »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Les Dortoirs-