AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur ROWENTA VU5640 TURBO SILENCE EXTRÊME
67 € 100 €
Voir le deal

Partagez

SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
SURPRISE RP ❤ Valentine's Day Vide
 

 SURPRISE RP ❤ Valentine's Day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lady Pinky Dust

Faites place à la vedette
Lady Pinky Dust
J'ai posé bagages ici le : 15/09/2013 Jouant le rôle de : la puissante Lady Pinky Dust, gardienne de tout les secrets. Nombre de messages : 51 On me connait sous le pseudo : Lady Pinky Dust. C'est écrit au dessus, tu sais pas lire ? Un merci à : sweet disaster (avatar) ainsi qu'à ma petite personne parce que je suis fantastique. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : moi-même, la fabuleuse.
MessageSujet: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyMar 28 Jan - 17:34


Bal de Lady Pinky Dust

Le carton d'invitation sur papier glacé rose dragée que vous avez reçu pour vous convier au Bal de la Saint Valentin spécifie en lettres d'or que vous devez vous rendre au 3416, Prettystreat, dans Bretzelburg Avenue, rue du quartier chic que vous ne connaissiez probablement pas encore et dont la voie est en réalité sans issue : au bout de la venelle se trouve un petit castel médiéval entouré de feuillages. C'est là qu'a lieu la fête. Attention à ne pas vous cogner la tête contre le haut de la petite porte ogivale, grands messieurs et demoiselles juchées sur talons hauts, et prenez garde aussi aux escaliers de pierre affaissés qui peuvent être glissants en hiver ! Heureusement pour vous, l'intérieur du castel a été rénové et aménagé avec tout le confort moderne ! Dès votre entrée, une fée (c'est moi !) vous accueille gracieusement et vous invite à "faire comme chez vous". Champagne, musique, sculptures de glace en forme de chérubins, bonbecs et fontaine de chocolat, petits fauteuils dans des coins sombres, piste de danse sous les spotlights, bref, imaginez les parfaits accessoires pour passer une bonne Saint Valentin et ils apparaîtront comme par magie au milieu de ce décor enchanteur !

Galanterie oblige, n'oubliez pas, messieurs, que vous êtes d'abord passés chercher votre promise chez elle à 19h tapantes, pour l'escorter jusqu'au lieu des festivités. Cela vous a peut-être permis de commencer à faire connaissance pendant le trajet, et de conjecturer sur les plans diaboliques de votre hôte ainsi que sur le pourquoi elle a souhaité former des couples originaux...

Il n'y a pas d'ordre de passage préétabli pour ce Surprise RP. Comme les inscrits sont nombreux, nous vous demanderons dans la mesure du possible de ne pas écrire de trop longs messages (1200 mots maximum semble une limite raisonnable ?), mais après tout c'est votre soirée, ne vous restreignez pas cruellement si vous écrivez d'ordinaire un peu plus...
Consultez le tumblr pour avoir un rappel des couples de la soirée. Vous êtes obligé de discuter et de danser un peu avec votre partenaire désigné(e) mais bien entendu cela ne vous empêche pas d'adresser la parole aux autres !
Si vous souhaitez montrer comment vous êtes habillés, faites comme moi et mettez une petite photo dans votre premier message !

Actions facultatives à mettre en gras dans vos messages :

Abracadabra:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyMar 28 Jan - 21:24

Spoiler:
 

I love romance. I’m a sucker for it. I love it so much. It's pathetic.

But it is not. Romance makes the one you love smile or laugh, but in one case like in the other, this person is amused and kind of happy, so it is woth it.

Dans un amas de fumée grisâtre et jugée comme irrespirable par beaucoup, je ferme les yeux et étouffe un juron avant de me redresser pour écraser ce qui reste de ma cigarette que je n’ai même pas eu le courage de finir. Recevoir un carton d’invitation alors qu’on est à moitié éméché, à moitié endormi, ce n’est sincèrement pas la meilleure façon de se faire convier à un Bal ; je ne suis tombé sur ce papier glacé rosé ce matin, trainant sous une cannette de bière et, très sincèrement, si Tara ne m’avait pas dit qu’elle avait reçu une invitation, je n’aurai pas été tenté de chercher un peu partout dans mon appartement pour voir si j’en avais reçu une et que j’étais légèrement trop au-dessus de toutes les réalités fixes de ce monde grâce à l’alcool pour m’en souvenir. Savoir que celle qui embrase mon âme et embrasse mes lèvres sera la partenaire d’un autre, en revanche, ça ne me satisfait pas au plus haut point. Je lui avais d’ailleurs demandé de ne pas m’en dire plus sur cet homme, que j’ai l’immense plaisir de savoir de qui il s’agit une fois sur les lieux. Enfin, si toutefois je le connais, mais, dans tous les cas, j’irai très certainement lui faire un brin de discussion – de mise en garde aussi, si ce n’est verbalement, ce sera entièrement grâce au contact visuel ; après tout, comment ne pas tomber sous le charme d’une Tara qui saura trouver la robe parfaite pour faire ressortir autant son teint laiteux que les meurs émeraudes qu’elle a en guise d’yeux ?
Alyssa Darling. J’ai beau me creuser les méninges, je n’ai absolument aucune idée de qui elle peut bien être. à la rigueur, peut-être qu’en la voyant, je reconnaitrai un regard que j’ai déjà croisé dans la rue, une démarche particulière ou une quelconque caractéristique qui me fera un peu de lumière sur cette femme. Toujours en maugréant de ne pas avoir pour partenaire de danse ma belle, je m’en vais me glisser sous un jet d’eau brûlante de la douche.

Après avoir coincé une pomme entre mes dents, j’hésite un quart de seconde entre un smoking noir classique et un autre aux tons gris qui fait un peu plus décontracté avant d’opter pour le premier – cravate, certainement pas de nœud de papillon. Après tout, le noir va avec tout et, ne connaissant absolument pas celle qui sera ma partenaire pour cette soirée, je préfère jouer la sécurité ; pas que ça me dérange particulièrement qu’elle soit habillée de rose et que je sois en gris, mais tant à se prêter aux règles de Lady Pink, autant pouvoir faire bonne figure à ses yeux, aux yeux d’Alyssa et de ceux des autres invités.
J’ai d’ailleurs harcelé Peter par sms en début de journée pour savoir si il y était aussi convié mais m’étant abstenu de savoir si Midori ou Wendy allaient faire partie de la soirée. Après tout, je le découvrirai bien assez tôt. Après avoir enfoncé mon portable dans la poche de mon pantalon et avoir mis un manteau sombre, je passe une main dans mes cheveux encore perlés de gouttes d’eau ; me voilà donc prêt, bien que nullement tiré aux quatre épingles – je laisse cela aux femmes, à l’ex-fiancé maniaque-malade de Tara s’il va venir – à aller toquer à la porte d’un dortoir que Lady Pink a gentiment désigné pour que je puisse escorter ma belle jusqu’au bal.
Je toque trois fois, distinctement et attend patiemment que la porte  s’ouvre sur cette fameuse Alyssa que je ne cesse d’imaginer depuis ce matin ; je l’ai imaginée brune aux yeux sombres, brune aux yeux clairs avec cette mâte irrésistible, blonde aux yeux bleus, blonde aux yeux miel, blonde aux yeux vers ou, peut-être encore, avec des cheveux châtains et des yeux en amande, quelle que soit la couleur. Elle pouvait aussi ne pas être aussi belle que je me la figurais.
Mais moi l’adepte des rousses, je ne voulais pas l’imaginer avec une chevelure flamboyante pour être peut-être déçu si elle n’était pas rousse. M’épargnant alors une déception hypothétique, j’ai préféré modeler ses traits à l’image de blondes, brunes ou un peu des deux.
Lorsque la porte s’ouvre, mes yeux laissent transparaitre un étonnement satisfait alors qu’un sourire grimpe jusqu’à mes lèvres pour y élire domicile ; attention, ce n’est pas seulement une rousse, mais l’une des plus belles, si ce n’est la plus belle, que je n’ai jamais vue. Je m’en vais saisir délicatement sa main et me pencher, effleurant sa peau de mes lèvres sans les y déposer avant de me redresser, souriant doucement.

« Miss Darling, je présume ? Vous êtes resplendissante et, croyez-moi, je ne fais pas seulement allusion à votre accoutrement. Je suis Aiden Amane, votre cavalier pour cette soirée qui, je pense et l’espère très sincèrement, sera inoubliable. »

Si ce n’est pas se comporter comme un parfait gentleman, alors je ne sais définitivement pas y faire ; je n’ai pas l’intention de la vouvoyer toute la soirée, je suis souvent mal à l’aise quant à l’emploi du « vous » avec des personnes de ma tranche d’âge, mais soit, je fais dans la politesse la plus stricte dont je puisse faire preuve pour les présentations.
Ses lèvres sont parfaitement tracées et ses yeux sont d’un vert dans lequel je me perdrai volontiers durant cette soirée. Je lui tends mon bras sans l’obliger à s’en saisir ; définitivement, je ne l’ai jamais croisée, je n’aurai pas pu voir cette femme et ne pas aller lui parler et, si je lui avais parlé, même totalement ivre, je m’en serai souvenu.
En route vers la chic rue où aura lieu ce Bal, je tourne le visage vers elle avec un sourire amusé.

« Tu avais une préférence pour celui qui serait ton partenaire ? »

Avec un mince espoir qu’elle ne se contenté pas de répondre par un oui ou un non et qu’elle m’en dise un peu plus, histoire de savoir si j’allais être abordé par un éventuel petit-ami – pas que ça me dérangerait, ceci étant.
Si elle veut bavarder le long du trajet, je ne dirai pas non mais si elle ne le fait pas, je ne la brusquerai pas non plus : enfin, quand on arrivera, je ferai plus d’efforts car j’aurai certainement des sujets de conversations sous la main.
On atteint le lieu désigné par le carton d’invitation et je m’arrête un instant pour observer ce… Non, sincèrement, c’est un château ? Je cligne des yeux plusieurs fois, parfaitement satisfait par le stylé médiéval dans je suis un fan invétéré. Je traverse le seul de la porte en compagnie de la belle Alyssa en lâchant un :

« Attention à la tête ma belle. »

Pour les escaliers en pierre, je ne demande pas l’assentiment de la jeune femme pour glisser une main sur son bras, délicatement ; je ne veux simplement pas qu’elle tombe et je n’ai pas besoin qu’un lien doré d’amitié ou un lien indestructible, d’un acier pailletée et orné de perles nacrées ainsi que de fleurs de lys pour vouloir soutenir une femme quand je note qu’elle risque de tomber.
Les effluves de parfums fruités et floraux, les cascades de chocolats, les statues glacées représentatives d’art raffiné, les tissus colorés des jeunes femmes, leurs sourires et rires et le tout s’envolant en une myriade de fleurs de cerisier sur une douce symphonie, doucereuse et entrainante. Mes yeux glissent alors sur ma gauche et je remarque une Lady Pink toute en beauté, habillée d’une courte robe rose bustier, pailletée, tape à l’œil ; elle est plutôt mignonne d’ailleurs. Je la salue d’un simple « bonsoir » que j’associe à un sourire courtois avant de chercher des yeux un visage que je connais, préférant d’abord reporter mon attention sur la charmante Alyssa :

« Tu connais quelqu’un ici ? »

Nous avons peut-être des amis communs ou alors, elle connait peut-être une personne qui connait une personne que je connais ; c’est si facile de se faire des amis, lorsqu’on y pense. Je n’ai reconnu personne encore pour ma part, mais il faut dire que nous sommes arrivés assez tôt et puis, je n’ai pas vraiment scruté tous ceux qui sont déjà là.
Un Bal digne de ce nom, ceci étant, il faudrait que je pense à féliciter Lady Pink.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyMer 29 Jan - 2:11

HRP:
 

Valentine's Day
ft. Tara Ellis M-G. Wilkes && Wendy M-A. Darling as our Valentines
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyJeu 30 Jan - 17:29

Doucement mes souvenirs reviennent. Bon je ne sais pas tout et je ne suis pas encore une fille parfaitement heureuse. Mais je fais avec, comment ne pas s'habituer lorsque l'on a pas le choix. Je suis retournée vivre avec Arthur, il m'aide, il connaissait un peu près mes habitudes et il m'aide à mettre de l'ordre dans ma vie. J'espère que cela reviendra vite, tous les petits trucs que je n'ai pas récupéré. En tout cas ce soir Arthur m'a rappelé que j'avais reçu une invitation d'une certaine Pink Lady où je ne sais plus trop quoi.. et qu'un garçon allait venir me chercher pour aller à une soirée.. Je ne sais pas ce qui m'a pris de faire ce genre de truc.. je devais espérer retrouver Dimitri.. Sur la brochure il est écris que l'on trouve la personne parfaite pour nous.. moi.. alors je crois que j'ai bêtement espéré.. mais au final je devais savoir qu'il ne ferait pas ce genre de chose. Mais l'espoir fait faire un tas de chose, j'ai répondu et j'ai reçu un billet.. Alors maintenant je suis en train de m'activer dans ma chambre pour me faire jolie. Je me suis trouvée une robe, elle m'a coûté un bras et j'entend bien de la réutiliser pour d'autres sorties.. même si je ne sais pas quand celles ci auront lieu. Je me coiffe joliment, c'est un calvaire d'avoir autant de cheveux. En tout cas je trouve cela carrément frustrant parfois j'aimerais les couper, je passe ma vie à les démêler. Je fins par les laisser détacher, ils sont un peu ondulés.. jolis quand même. Je veux être belle quand même.. même si ce n'est qu'une soirée, j'espère que cela me fera du bien. On sonne à la porte, j'étais prête à y aller, mais Arthur s'en charge.. Je ne connais pas la voix avec qui il parle.. J'enfile mes chaussures à talons.. un calvaire ça aussi et je me présente à lui. Je souris poliment et intimidée. Il ne ressemble pas du tout à mon Dimitri.. il est plus jeune j'ai l'impression, je me sens un peu gênée.. Il commence à parler.. Je souris légèrement en l'écoutant. " Je suis Anastasia, enfin je préfère Anya, alors tu peux m'appeler comme ça. J'ai acheté une robe.. Alors j'ai bien l'intention de t'accompagner.. à moins que toi.. ? " Peut-être qu'il préfère une autre fille.. Mais apparemment non puisqu'il m'offre une fleur qu'il me met dans mes cheveux.. " Oh merci ! " Je salue Arthur qui finit de se préparer, l va finir par être en retard. On sort, j'ai enfilé un manteau, dehors il faut vraiment froid. Je souris et je le suis, tout est silencieux, je suppose que la glace se brisera au fur et à mesure. Il reprend la parole, ouf tant mieux. " Non, enfin j'ai entendu parler d'elle j'ai fait ce test.. et j'ai reçu l'invitation ensuite.. j'avoue que j'espérais trouver une personne mais il s'est avéré qu'elle m'a trouvé avant, après non.. je ne connais que Arthur.. et toi du coup.. je ne sais pas du tout qui sera à cette soirée.." On prend un taxi et on se dirige vers la soirée. Une fois arrivée à l'intérieur je trouve les lieux plutôt somptueux. Je souris. " C'est jolie en tout cas.. je pense qu'on ne devrait pas avoir de mal à s'amuser non ? "
Revenir en haut Aller en bas
Zelda-Glitch Von Schweetz

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre.
Faites place à la vedette
Zelda-Glitch Von Schweetz
J'ai posé bagages ici le : 09/11/2013 Jouant le rôle de : Princess Vanellope ♥ (#TeamWreckItRalph). Nombre de messages : 1790 On me connait sous le pseudo : Oswin aka. Nana aka. Salomé ♥. Un merci à : shiya (avatar), Céline d'amûr (model profil), Fall out Boy, echosmith, fauve, Pow (textes) ♥. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Chloe 'Fabulous' Norgaard. ♥
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyJeu 30 Jan - 22:33


   
« L'amour c'est la rencontre entre le coeur et l'esprit »
La petite enveloppe rose n'avait pas attendu bien longtemps sur la table basse ordonnée avant d'être trouvée et ouverte en vitesse par les doigts impatients d'une rousse en peignoir, un matin quelconque. Alyssa ne l'attendait pas, - ainsi que tout les destinateurs certainement -, mais recevoir du courrier l'avait toujours mise en joie, et la couleur si connue de l'amour présente sur son emballage ne pouvait signifier que du bien, non ? Pourtant, ses sourcils s'arquèrent dans une moue concentrée alors que la Darling lisait les mots écrient finement sur le papier glacé. Et pendant qu'elle déchiffrait l'écriture soignée, elle songea à la beauté que pourrait revêtir ce bal. Elle imagina mondes et merveilles : robes colorées se frôlant dans un froissement de tissu, rires tintant de bonheur, musique entraînante et tête-à-tête, yeux dans les yeux. Tout ce qu'il y a de plus romantique en ce monde.
Alyssa avait tellement souvent entendu parler de ces réceptions chics, et au fond d'elle, elle avait toujours eu ce rêve d'enfant de pouvoir y participer. Et voilà que ce rêve se présentait à elle dans une boite-au-lettre !
Et comme toute petite fille qu'elle était en son fort intérieur, elle imagina bien évidemment son prince charmant... Un petit pincement au coeur amena son côté sombre lorsqu'elle se rappela un certain homme.. Une ancienne souris qui préférait les adolescentes que celle qui ne l'était que dans leur tête.. Mais aussitôt, elle s'infligea alors une gifle mentale phénoménale, se rendant compte de l'injustice dont elle faisait preuve. Elle n'avait pas le droit de penser ainsi, c'était cruel et inutile. Elle-même ne voudrait pas que quiconque s'autorise le privilège de la juger en pareil circonstance.
Tomber amoureuse... La rouquine avait comprit qu'elle n'était jamais vraiment "tomber amoureuse" avant de rencontrer un chiot perdu au visage angélique étourdi dans une ruelle de la ville... Et encore, elle ne pouvait pas affirmer avec certitude l’entendu de ses sentiments ! Tout était si confus, c'était un méli-mélo de paroles, de mots, de chants et de rires. Un champ de bataille nettoyé par une vague d’innocence pure. Alors elle ne pu imaginer personne d'autre que lui, dans son costard, main dans la sienne, valsant en harmonie. Mais elle revint trop rapidement sur terre. Survolant les dernières notes de Lady Pinky Dust, elle comprit que le choix de son cavalier ne le revenait pas. Aiden J. Amane serait son compagnon d'une soirée. Elle chassa d'un clignement de paupière une pointe de déception et reprit espoir, bien décidée à passer une merveilleuse soirée. Qu'importait le cavalier.....?

Elle avait demander conseil à David, son colocataire, mais il n'avait lui-même pas été capable de placer un visage sur ce nom, trop occupé à se préparer. Alors après un sourire amusé à ce dernier, elle s’était de nouveau plongée dans ses pensées.
Elle y avait réfléchit un bon bout de temps, elle avait retourné dans tout les sens possible l'image floue d'un cavalier inconnu. Brun ? Blond ? Grand ? Petit ? Costaud ? Maigrichon ? Aimable ? Drôle ? Gentleman ? Maladroit ? Gourmand ? Impoli ? Grognon ? Elle avait façonné dans son esprit un nombre incalculable de cavaliers types et avait même tenté un court moment de les classer dans l’ordre de ses espérances mais avait bientôt abandonné, se rendant compte de la difficulté de la tache. Elle s'était alors contenter de se préparer pour la soirée. Avec soin, elle avait choisit une robe d'un rouge plutôt pétant, mais pas trop habillé, parée de perle et de ruban sous le bustier, tombante jusqu'au dessus de ses genoux et formant une myriade de tissu voltigeant lorsqu'elle tournait sur elle-même. Sa préférée. Elle louchait sur le vêtement exposé en vitrine depuis trois bons mois, mais le prix exorbitant et l'absence de raisons pour la porter l'avait obligé à se rendre à l'évidence et à y renoncer avec un affreux pincement au coeur. Alors dès l'invitation reçue et ses divagations quasiment terminées, elle avait courut jusqu'à la boutique, sous le regard amusé et surpris de Victor qui l'avait vu filer comme une étoile, et avait finalement cédé à son petit caprice avec une grande joie enfantine, un sourire béa et un soupir d'aise. Elle l'avait assortie d'un long bracelet dorée et d'un collier en perles d'une même couleur. Ne pouvant supporter les talons trop haut perchés, elle avait plutôt opté pour des ballerines corail avec un petit talon tout de même pour la faire paraître légèrement moins petite. Et enfin, ayant l'habitude de se frotter les yeux bien trop souvent, elle eu la main plus que légère sur le maquillage, se contentant d'une petite touche par-ci par-là.

A peine la dernière boucle rousse formée, la doux son répétitif de trois coups contre le bois résonnent. Le coeur tambourinant contre sa poitrine, Alyssa ouvrit la porte. Un sourire éclaira son visage dès l'instant où son regard croisa celui du jeune homme. Dans un costume noir chic, cravate autour du coup, il avait un sourire craquant, une lumière brillante dans les yeux, et vraiment rien à envier à n'importe quel grand mannequin. Doucement, il saisit la main de la nourrice et y déposa un baiser. Le rouge monte immédiatement aux joues de cette dernière, toutes ses peurs apportée par ce mystérieux cavalier, envolées. « Miss Darling, je présume ? Vous êtes resplendissante et, croyez-moi, je ne fais pas seulement allusion à votre accoutrement. Je suis Aiden Amane, votre cavalier pour cette soirée qui, je pense et l’espère très sincèrement, sera inoubliable. ». Décidément très heureuse du choix fait par Lady Pinky, la rouquine reprit confiance en elle. « C'est vraiment très gentil, et je me dois de complimenter également votre élégance. Je ne doute pas une seconde que nous allons passer une fantastique soirée ! ». Motivée comme jamais par la gentillesse, les attentions et l'allure du prénommé Aiden, Alyssa saisit le bras qu'il lui tendit avec un grand sourire, prête à réaliser son conte de fée avec son prince charmant d'une soirée.

« Tu avais une préférence pour celui qui serait ton partenaire ? ». Tournant la tête vers son interlocuteur, rassurée par son sourire amusé et soulagée par l'utilisation du tutoiement, Alyssa se permit de lui confier en partie ses divagations : « A vrai dire, oui... Il y a quelqu'un qui tient une place dans mon coeur, si je puis dire.. Mais rien de concret pour le moment.. Et toi ? ». Leur destination semblait s'approchée, les maisons défilaient et avant de tourner au coin de la rue, le quartier lui paraissait plutôt inapproprié pour un bal. Mais lorsque l'impasse dans laquelle ils se trouvent leur laissa découvrir un château digne de son conte de fée, Alyssa en resta sans voix. Elle pressa légèrement le pas, impatiente de découvrir l’ampleur de la soirée. Les yeux brillants, un sourire béa sur le visage, le couple traversa le seuil de la porte, et le jeune homme eu la délicate attention de prévenir la rousse du danger de la porte. « Attention à la tête ma belle. ». Elle sourit devant tant d'attention, aux anges. Le brun prenant même la liberté de l'escorter, une main sous son bras, afin d'éviter une éventuelle chute dans les escaliers de pierres glissants.

La Darling laisse échapper un soupir d'admiration devant la beauté des lieux. « Whaou »L’événement est bien au delà de ses espérances. Éblouie par l'éclat rosé des lieux et les statues de glaces magnifiques, admiratives devant les cascades de chocolat, les coupes dorées de champagnes, et envieuses des premiers couples dansant au milieu de la salle sur une musique entraînante, elle fixa l'intérieur du château tel une adolescente à son bal de promo, ou un enfant devant un sapin remplies de cadeaux colorés. Alyssa ne savait vraiment plus où donner de la tête, et c'était à peine si la présence de magie lui fit grincer des dents.
La ramenant à la réalité, Aiden lui demanda « Tu connais quelqu’un ici ? », les yeux toujours pétillants, elle survola les couples des yeux et regarda de nouveau son charmant compagnon « Oui, quelques personnes en effet :  hum... David, Aleksender, et Wendy qui est avec lui.. Arthur et sa compagne Marie , elle hésita un instant et profita du signe de la main d'Alek auquel elle répondit pour peser le pour et le contre, et finalement décider de le citer tout de même : et Nathanaël... ». Mais alors qu'elle s’apprêtait à lui retourner la question, son coeur cessa de battre quelques secondes. Benjamin débarqua dans la salle, souriant et au bras d'une autre rousse. Cette vision provoqua en elle un mal bien plus important que d'avoir à prononcer le nom de Nath, et elle cru même un instant en défaillir. C'était totalement inhabituel. Voir son ami avait normalement tendance à la rendre de bonne humeur, à ramener cette innocence enfantine en elle, à lui réchauffer le coeur. Rien a voir avec ça. Mais se retournant vers son cavalier, devant ce visage doux qui la fixait, elle balaya d'un sourire la douleur lancinante et d'une voix légèrement déraillé malgré elle, ajouta « Aussi Benjamin... Tu connais du monde ici toi ? »

Ses yeux se tournèrent contre son gré vers le couple tout juste arrivé, mais bien décidée à ne pas se laisser abattre, à ne pas s'autoriser la jalousie, elle les ignora, le temps de se faire à l'idée de les voir ensemble, et se promis de lui réserver une danse. Parce que c'était quand même inévitable. Mais toujours était-il qu'en attendant, elle avait vraiment envie de danser, et la présence d'une inconnue au côté de son Benji' ne lui gâcherait pas cela, alors elle saisit la main de son partenaire et dans un court et léger éclat de rire un peu plus franc, l'invita à la danse : « Tu danses, dis-moi ? »

©flawless



no ordinary human
Je t'emmène courir après des rêves, et contempler les vivants, ces gens qu'on croise parfois et qui nous font tomber amoureux pour deux, pour trois. › © alaska.  



Dernière édition par Alyssa N. Darling le Lun 3 Fév - 17:39, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cersei Vitani Sullivan

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: vivre ma vie comme je l'entends
Faites place à la vedette
Cersei Vitani Sullivan
J'ai posé bagages ici le : 16/11/2013 Jouant le rôle de : la petite guerrière qui ne sait dans quel camp elle doit combattre : Vitani ( LK II ) Nombre de messages : 726 On me connait sous le pseudo : BELLA CIAO. (lorenza) Un merci à : smork (avatar) + endlesslove (sign). Je suis fier(e) de porter l'avatar de : la badass phoebe tonkin.
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyDim 2 Fév - 22:19


 
« VICTOR ∇ VITANI ∇ OTHERS­ »
C'était comme si tu ne contrôlais plus aucun de tes muscles, ton corps tout entier se mettant à trembler pour dieu ne sait quelle raison! Tu te trouvais tout simplement stupide d'être si nerveuse à l'idée de la soirée à venir, mais surtout stupide d'avoir accepté d'y participer. Qu'est-ce que la solitude ne vous fait-elle pas faire.. Si, à la réception du carton d'invitation, tu avais été plutôt heureuse de pouvoir participer à un tel événement, le jour venu tu étais plus nerveuse qu'excitée. Non seulement car tu ne connaissais absolument pas ton cavalier assigné - un certain Victor, si ta lecture avait été bonne - mais surtout car tu n'étais pas du tout habituée à ce genre de soirée. Ces soirées où il fallait bien se tenir, bien s'habiller, bien se coiffer, bien parler.. Toutes ces petites choses idiotes qui n'étaient en rien de ta coutume, brute mécanicienne que tu étais. C'est pour cette raison, d'ailleurs, que tu avais passé la bonne partie de ta soirée à rester planter devant ton miroir, à te tourner, te retourner, essayer et tenter robe après robe pour paraître la plus élégante possible. Mission échouée, soit tu ressemblais à un vulgaire sac poubelle soit à quelque chose de vulgaire, tout simplement. Les robes n'étaient décidément pas dessinées pour toi! Et qu'est-ce que c'était désagréable et serrant! Toi qui aimait porter d'amples habits, tu te retrouvais bien désavantagée.. Mais ne perdons point espoir! Il était hors de question de poser un lapin à ton cavalier d'un soir. Et puis tu n'avais rien prévu d'autre pour cette soirée, si ce n'est de regarder des niaiseries à la télévision en te goinfrant de crème glacé en te demandant si un jour, tu trouverais chaussure à ton pied..
Chaussures bien trop petites pour toi! Car quand le problème de la robe fut résolu, celui des talons vint se poser à son tour. AUCUNE paire n'était à la bonne taille, étrangement. Comme si du jour au lendemain, tu avais pris deux pointures! Le mauvais sort avait décidé de s'amuser avec toi ce soir, on dirait bien. Honteusement, tu songeas une fraction de seconde à t'y rendre pieds nus. Mais non seulement, les basses températures te freinèrent à cette idée, mais surtout l'idée que l'on te relooke étrangement au bal de ce soir. Hors de question de se faire remarquer. Encore moins de mettre mal à l'aise ce pauvre Victor qui se retrouve avec toi comme cavalière. Une vraie boulette, décidément. Tu optas donc au final pour de simples ballerines noires - et poussiéreuses - retrouvées sous ton armoire. Un dernier coup d'oeil au miroir et tu étais enfin prête à prendre la route. Zoupp, déjà en retard d'une petite heure, tu attrapas tes clefs et ton poncho - lui aussi noir, tu aimais la sobriété - et fonças vers l'adresse indiquée sur le carton d'invitation.
Et bien entendu, le stress ne fit que s'accentuer. Si tu étais plutôt fière de toi quant à ta tenue, tu étais à présent nerveuse quant à ton cavalier en lui-même. Sur qui allais-tu pouvoir tomber? Si toute jeune femme se serait posée des questions quant à son physique, toi tu t'intriguais davantage sur sa personnalité. Notamment celle-ci : et si tu tombais sur un véritable psychopathe? Un homme classe et élégant, grand sourire aux lèvres, mais qui viendra te finir à coup de hache d'ici la fin de la soirée pour laisser ton corps pourrir dans l'une des armoires de sa grande demeure.. Oui, il fallait impérativement que tu cesses de regarder trop de films. Et puis, même si c'était un psychopathe, tu savais te défendre. Du moins tu l'espérais. De toute manière, tu allais recevoir réponses à tes questions dans les minutes à venir, puisque tu étais enfin arrivée à destination. Le Méli-Mélo, soit le pensionnat de la ville qui, tu le savais, accueillait tout ces êtres venus d'ailleurs. Bon, une chance en plus qu'il ne soit pas fou furieux. Ne voyant personne aux alentours de la grille, tu devinas qu'il était resté attendre ton arrivée depuis sa chambre et descendis donc du véhicule, prenant soin de ne pas oublier les cookies que tu avais - soigneusement - préparés pour ton cavalier. Loin d'être une experte en cuisine, tu étais plutôt contente d'avoir réussi à ne pas les faire brûler. Au bout du sixième essai, tout de même. Étage atteint, face au numéro de dortoir indiqué par le carton d'invitation : tu avais l'estomac en compote et tes jambes recommencèrent d'elles-mêmes à claquer. Mais tu passas outre ta nervosité et vins toquer contre la porte, plusieurs fois de suite pour être certaine qu'il t'entende. Tu toussas quelque peu pour éclaircir ta voix, te recoiffas de ta main libre et trouvas le temps passer telle une éternité avant qu'il ne se décide à ouvrir cette porte. Et il te fallut lever la tête de manière presqu'entièrement verticale pour pouvoir le regarder de face. Mince, si tu avais su, tu aurais mis des talons! Tu te sentais toute naine face à lui. Mais au moins, il n'avait pas l'air d'être un passionnée du meurtre.. Bien au contraire, il affichait un visage assez rassurant et charmant. Pouff, toutes tes inquiétudes semblèrent s'envoler, si bien que tu ne pus t'empêcher d'expirer d'apaisement. « Bonsoir, Victor! c'est bien ça?, le saluas-tu dynamiquement, grand sourire aux lèvres en lui tentant maladroitement ton assiette de cookie. Je sais que des fleurs auraient été plus logique à offrir, mais je trouve que des cookies ça a quand même meilleur goût!, plaisantas-tu bêtement en passant ta main dans tes cheveux déjà défaits. Enfin... bref. Moi c'est Vitani, votre chère cavalière de la soirée. Je suis vraimeeent désolée pour ce retard, j'espère que je ne vous ai pas fait déjà mauvaise impression?, demandas-tu avec un semblant de regard de cocker, pour renforcer tes sincères excuses. Donc si vous voulez encore de ma compagnie ce soir, la voiture attend en bas! »

©flawless


    l'impossible
    je sais que ça n'avance à rien de penser tout le temps à toi, je sais que je rêve dans le vide. △ mais en fait, je m'en fiche, parce que ça me fait du bien. j'ai l'impression que t'es un peu avec moi, toujours dans un coin de ma tête, un peu comme si t'étais présent. j'ai l'impression d'avoir des papillons dans le ventre, des plumes qui me chatouillent les oreilles, des nuages sous mes pieds, c'est agréable. et tant pis si ça rime à rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyLun 3 Fév - 15:52

Last friday night
Marie & Arhur & the others

Arthur avait l'habitude des bals. Ô bien sur, pas ceux d'aujourd'hui avec leur buffet et leur musique à fond, mais en tant que Roi, il avait longtemps eut la charge d'organiser des soirées en l'honneur d'un chevalier. Il se souvenait encore de l'une de ses dernières, lorsqu'il avait choisit de préparer un bal en l'honneur du gagnant d'un tournoi: Lancelot. La fête avait été belle et l'alcool coulait à flot, bien sur, son jeune âge lui valut quelques réprimandes de la part de son chaperon de toujours. Pour Merlin, le jeune roi ne devait pas se retrouver dans une position inconfortable à cause de la boisson, on ne rigole pas avec la réputation d'un roi ! Et puis, il avait repéré cette jolie petite brune au coin d'un banquet. Bien sur, il n'eut jamais l'occasion d'en savoir plus sur elle: le lendemain, il se réveillait dans une ville à des siècles de son époque ... Lorsqu'il avait reçut l'invitation de la "commère masquée", comme il se plaisait à l'appeler, il avait d'abord râler, c'était un truc que les filles adoraient mais il ne voulait passée sa soirée à discuter vernis à ongle et fringue à la mode. Et puis, au fil des jours, le petit papier rose qui avait élu domicile sur sa table basse avait finalement attiré son attention. Une cavalière lui avait été attribué, chose qui laisse l'ancien Roi perplexe, et ils avaient tous deux rendez-vous à une adresse située quelque part dans Bretzelburg Avenue. Sa colocataire, Anya, trépignait d'impatience et, le grand soir arrivé, elle avait dévaliser les boutiques pour trouver une robe qui la mettrait en valeur. Lorsqu'elle la lui avait montré, Arthur avait eut un sourire bienveillant: Anya était adorable et la voir sourire était un cadeau de tous les jours. Elle était retournée dans sa chambre pour achever sa transformation en princesse d'un soir lorsqu'on frappa à la porte. Se rendant compte de sa tenue constitué de son seul pantalon, le blond attrapa au vol une chemise, qu'il prévoyait de mettre pour la soirée, et alla ouvrir. Il se retrouva face à un garçon un peu tremblant et eut un rire intérieur en le voyant trembloter.  "Je suis le cavalier d'Anastasia pour le bal de Lady Pinky". L'inconnu était mignon à voir, un peu maladroit et s'exprimant d'une voix trahissant son manque de confiance en lui, il était le cavalier de sa charmante colocataire. Un peu protecteur avec la Princesse qui partageait son appartement, il s'assura que le jouvenceau ne présentait aucun signe de mauvaise fréquentation: il ne voulait pas laisser son Anya adorée entre de mauvaise mains. L'espace d'un instant, il voulut le saisir par le col de la chemise, et lui faire un peu peur en le menaçant d'une série de choses qui lui passaient par la tête à l'idée même que sa jolie colocataire ne revienne pas ravie de cette soirée. Se trouvant un peu extrême, il se contenta de crier vers la porte de la jeune rousse un grand "Anya, ton prince charmant est arrivé !". Il laissa place au brun et retourna vers sa chambre pour achever de se préparer alors que les deux jeunes gens faisaient connaissance dans la salle commune. Arthur passa la tête par la porte de sa chambre pour recevoir les au revoir d'Anya et pensa que l'avantage de cette soirée serait la possibilité de surveillée que rien n'arrive à celles qui lui étaient cher.

La porte se ferma et le jeune roi regarda l'heure: il était un peu en retard. Il se hâta d'enfiler cette maudite chemise qui boutonnait et déboutonnait depuis 10 minutes, afin d'évacuer son stress. Un coup de brosse dans ses cheveux blonds suffirent à les remettre en ordre, néanmoins, il se fit la remarque qu'ils commençaient à devenir beaucoup trop longs à son gout. Il attrapa une veste sur son lit et sortit de l'appartement, verrouillant derrière lui. Sa cavalière se nommait Marie O'Hara. Il ne lui avait jamais parlé, ne savait même pas de qui il s'agissait, mais il lui semblait en avoir entendu parler un jour où, avec Aiden, ils étaient sortit faire la fête. Il déambula dans les couloirs et frappa à la porte, espérant que la demoiselle ne serait pas partie sans lui. Alors que les pas s'enchaînait jusqu'à la porte de sa promise d'un soir, Arthur se mit à penser que le prénom de Marie était fort jolie. Il se demandait qui se cachait derrière un aussi jolie nominatif et frappa à la porte du dortoir dont il avait reçut les coordonnées sur l'invitation. Un bruit de verrou se fit entendre et, quelques secondes plus tard, la porte s'ouvrit sur une jolie blondinette qui était fort bien vêtue mais qu'il trouvait un peu trop jeune à son gout. Il lui offrit un grand sourire et le bouquet qu'il avait ramené de son escapade avec Anya avant de se présenter. "Je suis Arthur. Arthur Pendragon et il semblerait que je sois ton cavalier pour le bal. Si tu es prête, une voirutre nous attends ...". Quelques instants plus tard, il quittait le Méli Mélo House avec, à son bras, la jolie blonde.

Le trajet en voiture ne dura que quelques minutes mais Arthur en profita pour chercher à connaitre sa cavalière. Ils échangèrent quelques mots, quelques questions avant d'arriver devant l'adresse donnée par leur mystérieuse hôte. L'endroit était étrange et, à mesure que la voiture était entrée dans l'impasse, les maisons disparaissaient. Bientôt, il ne resta qu'une silhouette de maison loin au fond de la rue. A 3 000 lieux du faste et du luxe tapageur de son château, le point de rendez-vous ressemblait plus à la maison de Madame Mime qu'à un endroit pour une réception. Il donna la main à Marie pour l'aider à sortir de la voiture et l'accompagna jusqu'à la porte où il dut se baisser pour entrer. L'intérieur était fort bien décoré et ne ressemblait en rien à ce qu'il avait put voir à l'extérieur. Un peu anxieux, le jeune roi repéra, au loin, sa colocataire en grande discussion avec son cavalier et, au loin, il aperçut la chevelure flamboyante d'Alyssa qu'il salua d'un sourire et d'un signe de tête. La fontaine en chocolat qui se trouvait non loin d'eux suffit à lui faire prendre conscience de l'élégance de la soirée dans laquelle il se trouvait et qui faisait passer les fêtes, à Camelot, pour des réunions d'alcoolique barbares et empotés. "Dis moi, ma belle, le tutoiement était venue naturellement au cours de la discussion et il n'avait pas fallut longtemps avant qu'il ne devienne un peu familier avec elle sans pour autant être vulgaire ou entreprenant. Y a t-il des gens que tu connais ? Tu sais, ce n'est pas parce qu'on est venus ensemble que tu dois t'empêcher de t'amuser et je serai ravis de t'accompagner voir tes amis". Il craignait qu'elle ne s'ennuis avec lui et ne voulait pas qu'elle se sente prisonnière de l'invitation et de ce couple qu'ils formeraient le temps d'une soirée ...

Spoiler:
 


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyLun 3 Fév - 17:48

La rue étroite, faiblement éclairée tous les dix mètres par un lampadaire de fer forgé à l’ancienne, était tellement silencieuse que le bruit de son soupire eut l’air d’une détonation dans la nuit calme. Il arrêta de marcher en fixant la porte de bois sombre du castel chevaleresque.
« Viens on n’y va pas ? »
Ils étaient pourtant à trois mètres de l’entrée, à peine quelques pas de plus et ils pourraient distinguer les son assourdis de la musique. Peter se tourna vers la jeune femme, la regarda sérieusement.
« Si tu veux, on pourrait danser ici, fit-il en lui prenant délicatement la main et en la faisant tourner sur elle-même, ou alors je peux t’inviter au cinéma… Tu es vraiment resplendissante et c’est vrai que les gens dans la salle risqueraient de regarder bizarrement deux énergumènes en tenue de soirée mangeant du pop corn, mais… »
Mais tout mais pas ça. Il ne pressentait rien de ce qu’il verrait une fois entré dans ce petit château mais il se doutait que la morosité irait croissante au fond de lui. Les mots de Tara au téléphone, plus tôt dans la journée, lui revenaient en une grande claque. Il lui avait passé un coup de fil parce que, dans un moment d'égarement, il lui avait dit qu'elle choisirait sa tenue –costume noir, chemise blanche, nœud papillon non-attaché autour du cou, cheveux en bataille –ça c'était de sa faute à lui qui avait toujours la flemme de se mettre de la laque. Sa délicieuse amie en avait profité pour le taquiner sur ses intentions en se rendant à ce bal, ce qu'il avait moyennement bien pris. Franchement, il aurait été ravi d’y aller et d’empêcher Aiden de se montrer désagréable avec le cavalier de Tara en lui faisant boire coupe de Champagne sur coupe de Champagne, mais… Qui allait l’empêcher, lui, d’être désagréable avec absolument tout le monde dès l’instant où il aura posé les yeux sur Wendy ? Plus il regardait Lys, plus Peter renonçait à entrer. Ce ne serait pas correct de faire passer à la jeune femme une soirée exécrable sous prétexte qu’il était infichu de faire comme si respirer le même air que Wendy ne l’asphyxiait pas. Il avait déménagé de chez elle pour deux raisons : un, il croyait sincèrement qu’il lui était nocif, deux, elle le rendait fou, réellement, à s’en cogner la tête contre les murs. Elle le faisait douter de l’identité qu’il s’était construite depuis si longtemps et au prix de tant de rébellion –antagoniste de Pan, adversaire des Darling au complet, et j’en passe… En clair, il commençait à flipper et les jolis yeux sombres et brillants de la jeune demoiselle Jones ne l’aidaient pas à se concentrer. Il n’avait pas commencé par la tutoyer mais elle possédait le côté mignon et avenant qu’il avait trouvé depuis longtemps chez Tara et qui l’avait inconsciemment poussé à la taquiner un peu, pendant le trajet jusqu’ici. Pour le coup, Lady Pinky était bien tombée, il sentait qu’il pourrait très bien s’entendre avec cette petite personne aux airs enfantins. C’était juste pas le bon jour, pas le bon lieu, pas la bonne occasion. Pas les bons invités. Parce qu’il voyait d’ici le moment où l’autre taré de fiancé de Tara allait se pointer sur son trente-et-un et que, pour le coup, il ne retiendrait pas Aiden d’aller lui casser la gueule au moindre regard insistant sur la jeune blonde, il lui apporterait même du renfort au besoin. Certains, en venant ici avec les invitations criardes de rose féérique, devaient angoisser à la pensée de ne connaître personne ; Peter s’inquiétait de connaitre trop de monde. D’un autre côté… Il soupira de nouveau en regardant sa cavalière de haut en bas, s’étant éloigné un peu sans lui lâcher la main, avant de lui sourire.
« Je dis n’importe quoi, il ne faut pas toujours m’écouter. On va y aller, mais je te présente d’avance mes excuses si une fois à l’intérieur j’ai l’air un peu bizarre… Au fait, j’ai oublié de te donner ça… Je sais qu’on offre plutôt des roses pour ce genre d’occasion mais ton prénom m’a inspiré. Sauf que c’est seulement après que je me suis dit qu’on t’a probablement déjà fait le coup trois-mille fois. Hum, d’habitude je ne parle pas autant, donc on va dire que tu as l’autorisation de me pincer le bras discrètement pour m’inciter à me taire, si je commence à dérailler, ça te va ? »
Et il lui donna la fleur de lys d’une couleur rose soutenue qu’il avait apportée pour elle avant de lui proposer son bras pour l’aider à monter les marches de tailles plus qu’aléatoires qui menaient jusqu’à la porte de la bâtisse. Il prit une inspiration et poussa le lourd battant, faisant entrer Lys avant lui. D’ici ils étaient sur une sorte de petite promontoire qui permettait d’avoir une vue d’ensemble de la grande salle déjà bien pleine. Ils se retrouva juste derrière Tara, justement, à qui il pinça la joue doucement et sans un mot en passant devant elle. Il ne la salua pas pour autant et prit la main de Lys pour l’escorter un peu plus loin.
« Elle, c’est Tara. Je ne vous ai pas présentées parce qu’elle est contagieuse dans sa façon d’être surexcitée, j’ai peur que deux comme vous ce soit trop… beau pour être vrai. »
Se rattrapa-t-il de justesse en roulant des yeux, ayant dit ça pour embêter la petite Bouh.
« Tu veux que je t’attrape une coupe de Cham… »
Collision. Il détourna les yeux.
« Nan, hein, le Champagne c’est surfait, tu ne préfères pas du chocolat ? »
De toute façon Lys allait devoir suivre le mouvement ou se séparer de Peter, parce qu’il devait s’éloigner de la table où des coupes de Champagne en formation pyramidale pétillaient en cascade. Ils arrivèrent devant la fontaine de chocolat fondu. Se munissant de deux flûtes vides, il les remplit de ce liquide épais, en donna une à Lys, et fit tinter leurs verres l’un contre l’autre en souriant d’un air un peu gêné.
« Si tu connais quelqu’un ici avec qui tu penses pouvoir passer une meilleure soirée qu’avec moi, je ne me vexerai pas que tu ailles avec lui, tu sais ? »
Il ne voulait pas qu’elle pense qu’il souhaitait se débarrasser d’elle. Ce n’était pas le cas, malgré le manque de tact évident de sa déclaration. Par contre, il savait que sa compagnie risquait d’être pénible s’il continuait de s’agiter en tous sens comme un électron fou et il n’avait pas à imposer ça à la jeune femme. Il but une petite gorgée de chocolat en ayant l’impression de s’être définitivement métamorphosé en une version masculine de Tara. Comme deux pauvres hères affamés, ses yeux, bien malgré lui, retournèrent sur ses pas et s’accrochèrent péniblement au bas de la robe de Wendy, qu’il avait aperçue à l’instant quand il était à moins d’un mètre d’elle devant la table du Champagne. Ladite robe paraissait immaculée, parce que les yeux de la jeune femme semblaient en boire toute la couleur, en aspirer tout le bleu délicat et toutes les perles irisées pour parer leur propre firmament. Il savait qu’elle était belle, même livide et vêtue d’une chemise de nuit d’hôpital elle était merveilleuse. Sauf que, là, clairement, il s’attendait à voir débarquer Vénus en personne pour taper un scandale et crier sa jalousie devant tout le monde. Il fit un effort incommensurable pour regarder ailleurs, et ailleurs ce fut sur le jeune homme qui l’accompagnait. Bon sang ! De quel pays venait-il pour ignorer qu’on débarrasse une femme de son manteau au lieu de la laisser bouillir jusqu’à devoir s’en défaire elle-même ? Et d’abord tout l’agaçait chez lui, de son sourire franc à la façon agitée et joyeuse dont il parlait à Wendy visiblement sans discontinuer. Il vit la jeune femme descendre un verre de champagne d’une traite et fut encore plus en colère de supposer qu’elle était terriblement mal à l’aise en ces lieux et que son cavalier ne faisait rien pour l’aider à se détendre. Ceci étant dit, Peter se souvint subitement que Wendy n’était précisément pas sa cavalière, plus sa colocataire, et moins encore son amie. Une petite voix aiguë qui énumérait des prénoms à côté de lui le sortit pour quelques minutes des pensées taciturnes qui commençaient à gronder en lui. Il regarda d’abord Lys, constata qu’elle n’avait pas parlé, tourna donc la tête de l’autre côté et vit une jeune femme à la chevelure flamboyante qui désignait quelques personnes présentes en citant leurs noms. Par chance, il vit à qui elle s’adressait et en éprouva une once de soulagement. Il fit un signe à Aiden et haussa les sourcils quand leur regards se croisèrent. Quand il aurait une minute, il ne manquerait pas l’occasion de lui demander s’il connaissait l’un ou l’autre des cavaliers de Wendy et de Tara et, si oui, s’il était nécessaire de les surveiller ou non. Même si, en réalité, que ce soit nécessaire ou inutile, Peter savait que la surveillance s’imposerait à eux avec ou sans leur consentement. Chouette.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyMer 5 Fév - 18:26

Spoiler:
 

« Elles sont toutes à vous pour la journée m’sieur, c’était dans le contrat. Et vu qu’y’a pas trop moyen d’vous rembourser, j’vous souhaite de bien vous amuser ! »
Non je ne passerai pas mon mécontentement actuel sur un simple subalterne, aussi insolent soit-il. Je me contentai de serrer les dents sans répondre et de lui tendre un billet pour le service minable qu’il effectua en parlant plus que nécessaire et en étant incapable de me satisfaire lorsque je lui demandai de me débarrasser de toutes ces… Je me retourne et jette un regard circulaire aux mannequins peuplant mon salon. Choses. Inspirant profondément, je passais un instant dans ma cuisine et sortis tranquillement d’un tiroir un long couteau étincelant ainsi qu’une petite pierre noirâtre, dont je me sers pour l’affûter. Je réapparais dans mon salon en glissant régulièrement le cailloux contre la lame avant d’observer tour à tour les quatre dames blanches bien alignées devant mon canapé. Je suis moyennement convaincu par la première, qui rendait mieux sur le catalogue. En outre, j’excluais directement la quatrième parce que toute de rouge vêtue, c’est trop vulgaire. Les laides pour la fin, m’imposais-je en m’approchant de la deuxième dont j’effleurai la robe soyeuse et immaculée. L’étoffe était magnifique mais, quand j’essayais de me figurer Tara dedans, ça n’allait pas. D’un geste sec, je soulève sa jupe pour laisser apparaitre une flopée de jupons bouffants. Tara serait noyée parmi eux, cachée au lieu d’être mise en valeur.
« Désolé ».
Je susurre simplement en plaçant mon couteau au niveau du décolleté et en déchirant le tissus de haut en bas avant de le saccager de quelques autres coups de lame. Je l’abandonne ainsi dénudée et m’intéresse à la troisième. L’heureuse élue. Robe somptueuse, extrêmement simple, comme se fondant sur la peau, épousant parfaitement ses courbes, et munie d’une longue traîne arrondie. C’est celle que j’aurais choisie. Je soupire, désabusé, malheureux, glacé jusqu’au plus profond de moi-même. Je lève ma lame, regarde cette femme sans visage et, de toutes mes forces, je la décapite à moitié, avant de planter violemment la pointe de mon arme dans le cœur de la précédente. Je les déchiquète toutes les quatre jusqu’à les faire tomber à mes pieds et observe ensuite d’un air d’ennui leur sang léger et volatile qui se mêle et moutonne sur mon parquet. Je me dis que je ramasserai ça de préférence avant que la femme de ménage se pointe, et m’assied avec lassitude sur mon canapé, jetant par terre un des bras désarticulés. Comment ai-je pu oublier que j’avais programmé pour aujourd’hui les essayages de robes de mariée de Tara ? Comment n’ai-je pas pensé à décommander, quand ma jolie tortionnaire commença à faire des siennes ? J’ai l’air de quoi, moi, maintenant, planté comme un parfait abruti au milieu de mon canapé submergé de morceaux de mousse et du plastique qui provenait des mannequins que les responsables de « A Royal Day » m’avaient fait parvenir ? J’ai l’air d’un homme dont l’amoureuse se fiche éperdument. Mes yeux lassés s’arrêtèrent sur le meuble à l’entrée de mon appartement. Une carte rose attire mon attention et arrive à me donner envie de me secouer. Je sais ce qu’elle contient : un nom et deux adresses pour participer à une cérémonie festive en l’honneur de la fête des amoureux. L’idée que Tara y participe ne fait aucune doute ; je suis également persuadé qu’elle aura réussi à convaincre son essuie-pied d’y aller. Je me lève et me dirige vers une desserte pour me servir un verre de Scotch avant d’attraper le carton d’invitation. Hell Salinger. Intéressant. Pour une fois, je n’ai pas le temps d’enquêter sur cette jeune femme au nom évocateur –dans le genre pure invention provocatrice on fait difficilement mieux– et je m’attends simplement à une aguicheuse plus maquillée que jolie sans réellement me pencher sur une question qui n’en vaut pas la peine. Le nom me dit quelque chose, je crois bien l’avoir déjà lu, quand même. Il me faut seulement le temps de traverser le couloir jusqu’à ma chambre pour retrouver où : en bas, sur les boîtes aux lettres dans le hall de l’immeuble. Mademoiselle Salinger est une de mes voisines d’en-dessous.

L’Eglise Saramon sonna précisément 19h –quoique d’ici on ne l’entendait pas– quand je me présentai, un étage plus bas, devant la porte portant le numéro 444. Si l’immeuble avait eu plus de cinq étages, je suis sûr que ce genre de fille aurait insisté pour habiter le 666, dans le but d’épaissir encore l’aura macabre qu’elle devait s’appliquer à faire rayonner autour d’elle, s’étant choisi un tel surnom. En conséquence, frottant le col de velours côtelé impeccable de ma veste de costume en fronçant les sourcils, je m’attendais plus ou moins à ce qu’une fille post-adolescente à moitié gothique et avec quelques kilos de trop vienne m’ouvrir en tenant à la main un calice oxydé rempli de sang synthétique. Sans la redouter vraiment, j’étais lassé d’avance de cette vision qui s’imposerait bientôt à moi. La porte soupira sur ses gonds lorsqu’on vint finalement m’ouvrir. Je contemplai quelques secondes cette jeune femme brune aux yeux couleur mer des Indes qui me faisait face sur le seuil et dont la peau blanche se découpait de façon irréelle sur un fond d’obscurité.
« Je vous prie de m’excuser de vous importuner, mademoiselle, je pense que je viens chercher votre colocataire, Hell Salinger ? »
Je fus extrêmement surpris d’apprendre que cette apparition portait elle-même ce prénom, et m’étonnai qu’une si ravissante créature se satisfasse d’un dénominatif aussi bas de gamme. Si cette femme se fût appelée Astrée ou Iphigénie, j’y aurais cru davantage. Mais, pensant une seconde à ma fiancée, je me fis la réflexion que les femmes ont des goûts étranges : ma belle Ellis-Galatée se faisait bien appeler Tara, plus rien de devrait me surprendre en la matière. Je ne souhaite pas que nous prenions du retard, aussi je tire ce qui aurait pu passer pour une épingle décorative de la porche extérieure de ma veste et tends l’objet à la jeune femme.
« Je voulais vous offrir ceci, mais si elle n’est pas à votre goût ne vous sentez pas obligée de la porter. »
Je n’en avais strictement rien à faire, du reste, du moment qu’elle se dépêchait de prendre la pince à cheveux que je lui proposais pour orner sa coiffure et que nous nous hâtions de quitter l’immeuble. Elle pourrait bien la prendre pour un vulgaire clinquant et la balancer négligemment au fond de son sac à main, mais il se trouve que c’était véritablement de l’or. La pince était surmontée d’une guêpe finement ciselée dont l’éclat ressortirait à merveille sur la lourde chevelure brune de la demoiselle, soit dit en passant. Et puis, en fin de compte, je pressentais qu’une guêpe irait bien à cette dame au regard piquant, mais peu importe. Nous arrivâmes enfin en bas de l’immeuble, devant lequel nous attendait une rutilante voiture Jaguar de collection, de 1971. J’ouvris la portière à la jeune femme pour lui permettre de s’installer, fis le tour, démarrai et partis au quart de tour.
« Etes-vous attendue par quelqu’un en particulier ? »
Je demandai lorsque nous fûmes arrêtés à un feu rouge. Je mis en fait ma conversation en mode automatique sans foncièrement réfléchir à ce que je disais ou m’intéresser aux réponses de la jeune femme, tout comme j’imaginais qu’elle avait mieux à penser que de discuter avec moi. Je me monterai poli et prévenant toute la soirée mais je n’oublierai pas une minute que ce lieu de rendez-vous serait mon terrain de chasse avec toutes mes proies privilégiées réunies dans un espace confiné. Du reste, nous parvînmes enfin au château tant espéré –je savais d’avance que c’était un petit château, je m’étais au moins renseigné là-dessus avant de partir. Je glisse machinalement mon bras autour de la taille de la jeune femme lorsqu’il fallut passer le difficile cap des marches d’escalier avant de la relâcher délicatement une fois en haut. Avant de pousser la porte, je l’entoure d’un regard englobant et navré, avant de déclarer à voix basse :
« Je dois vous avouer que je vous avais mal jugée sans vous avoir vue et je souhaite m’en excuser. En lisant votre nom je m’étais figuré une sorte de vampire, ce qui était passablement stupide de ma part. Mon avis ne doit pas tellement vous intéresser mais je tiens au moins à vous dire que vous êtes magnifique. »
Sur ce, nous entrâmes. La partie allait pouvoir commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyJeu 6 Fév - 23:34

Les voix étaient revenues, puissantes et grinçantes. Elles résonnaient dans son crâne, comme si on lui avait hurlé au creux de l'oreille. Elles étaient devenues si fortes, si accablantes, semblables à de longs cris distendus, que même le métal qui tambourinait à ses tympans ne suffisait plus à étouffer leurs sons criards. Le volume monta de quelques crans encore et elle se fit la réflexion qu'à ce stade, elle allait finir par être sourde avant la fin de la journée. Ses paupières se crispèrent et elle posa ses mains à ses tempes, avec l'espoir dément, insensé, que peut-être elle parviendrait à écraser de ses paumes les hurlements si elle continuait à appuyer avec force. En vain. Elle avait déjà essayé et rien ne fonctionnait. Pas même les cachets. Jamais une crise n'avait été aussi insupportable, elle en avait le souffle coupé. Son cœur cognait avec des accents de folie dans sa poitrine, comme s'il essayait d'échapper à ce supplice, kamikaze ficelé de rouge qui attenterait à sa vie en se jetant contre un mur d'os blancs. Un échec pour le moment, qui ne faisait que souligner la douleur. Elle n'était pas loin de songer à l'explosion de son crâne. Et c'était comme ça depuis... En réalité, elle n'avait pas eu un instant de répit, depuis qu'il était parti. Depuis qu'Azazel avait quitté son appartement, emportant avec lui un baiser incroyablement intense. Entraînant dans son sillage le silence aussi paisible qu'étrange qu'il lui avait auparavant apporté. S'il avait effacé tous les visages torturés qui lui apparaissaient, dissimulant également dans son sillon de ténèbres et de troubles les voix enrouées de ses victimes, son absence avait ravivé la torpeur et la déraison. Avec plus d'ardeur que jamais. Comme si on lui faisait payer ce court moment de paix. Pourtant, elle ne parvenait pas à regretter quoi que ce soit.  

Elle poussa un grognement de frustration et se redressa avec brusquerie de sa chaise, la renversant au passage dans un bruit mat. Elle n'y fit pas attention et se mit à faire les cent pas dans le salon. Une migraine affreuse lui ravageait les tempes, rongeant son cerveau de maux qui l'empêchaient de se concentrer sur ses livres. Et elle se sentait épuisée. Elle n'avait pas très bien dormi, ces dernières nuits. Elle ne pouvait pas fermer l’œil, sans que déjà dans les contours sibyllins de ses songes apparaissent les suppliciés de sa vie d'antan. Nouvelles paires d'enjambées vers la droite. Les volets fermés, pâles rayons de lumière sur le parquet ciré. Elle ne voulait pas prendre le risque que trop de clarté aggrave son mal de tête. Parce qu'elle sentait qu'elle arrivait bientôt au point de rupture. Elle avait déjà envie de tout saccager, de hurler par-dessus ce tapage intempestif. D'un geste nerveux, elle tira sur ses écouteurs et lança à travers la pièce son iPhone. Celui-ci alla s'écraser contre le mur, rebondit, puis échoua au sol, l'écran fracassé, noir. Le silence ne revint pas, des rires se mêlèrent aux hurlements. La respiration hachée, elle resta quelques secondes figée, tremblante de rage, ses yeux furieux balayant la pièce à la recherche d'une quelconque échappatoire. Elle parvint finalement à se calmer, quand ses prunelles agitées se posèrent sur un petit bout de carton rose. Elle se demanda un court moment de quoi il pouvait bien s'agir, avant de se souvenir. Ah, oui. Son issue.

Ce fameux bal qui l'insupportait déjà avait beau être le soir même, son corps l'avait suffisamment amusée un temps pour qu'elle s'achète une flopée de vêtements plus ou moins colorés, parmi lesquels elle trouva une robe convenable. Elle n'avait aucune idée de la manière dont il fallait qu'elle s'habille, mais elle ne voulait pas de quelque chose de court qui dévoile trop son corps, ni avec des voiles ou du tulle, ni même d'une couleur un peu plus claire que le gris. Elle voulait pouvoir se fondre dans les recoins sombres, sans que personne ne la remarque. Elle alla prendre sa douche, puis sortit de son armoire une tenue qu'elle n'avait jamais porté, mais qui lui avait pourtant coûté un bras. C'était une longue robe, qui coulait jusqu'à ses pieds comme un voile de nuit, épousant ses formes à la perfection, taillée dans une soie d'un noir profond. Les manches tombaient le long de ses épaules, dénudant ses clavicules et son cou, orné d'un fin pendentif doré. Elle avait ajouté deux bracelets égyptiens à ses poignets, ainsi que des boucles d'oreilles, qui se noyaient dans le flot d'ondulations sombres de ses cheveux dénoués, puis avait décrété que ce serait trop ou pas assez, enfin, que quelque chose n'irait pas, ce qui avait achevé de la convaincre qu'elle était prête à passer le pas de la porte.

Elle avait enfilé une veste noire, fourré ses clés dans sa poche, passé des chaussures à talons noires et s'apprêtait à ouvrir la porte de chez elle sur fond de hurlements stridents, quand elle entendit un coup porté au battant. Elle se figea, paume au-dessus de la poignée. Ses pensées étonnées engourdirent momentanément les cris et elle se demanda si elle attendait quelqu'un. Peut-être était-ce Azazel... Avant que son cœur ne décide de redémarrer au quart de tour, elle ouvrit la porte. Surprise, ce n'était pas lui. Mieux encore ; elle ne connaissait pas le jeune homme qui se tenait devant elle. Un visage finement ciselé, de courts cheveux bruns en symbiose avec deux orbes sombres, une expression polie formant un masque travaillé sur ses traits fins. On trouvait chez lui la beauté sans même la rechercher, bien qu'elle laisse la jeune femme indifférente. De plus, son costume était impeccable. Pour posséder un certain goût en matière de vêtements, chose qui avait été complètement nouvelle chez elle à son arrivée, elle pouvait aisément discerner que son costume impeccable devait être hors de prix, pourtant... était-ce son regard... elle n'aurait su le dire, mais il y avait chez cet inconnu quelque chose de bien moins parfait que ce qu'il offrait à sa vue. Enfin, peut-être était-ce la fatigue - habilement dissimulée sous un léger maquillage pour la soirée – ou sa paranoïa prononcée qui la rattrapaient. Ce type n'était peut-être rien de plus que ce qu'il montrait. À vrai dire, elle n'en savait rien et elle s'en moquait. Elle fronça les sourcils et resta muette, le temps qu'il prenne la parole, ce qui ne tarda pas. « Je vous prie de m’excuser de vous importuner, mademoiselle, je pense que je viens chercher votre colocataire, Hell Salinger ? » . Et en plus, il avait le sens de l'humour. « Je n'ai pas de colocataire. », répondit-elle, concise, alors qu'un détail lui revenait soudain en mémoire. Le carton d'invitation. Un nom autre que le sien sur le rose délavé. Oh, bordel... comment avait-elle pu faire l'impasse sur le cavalier ? Elle se mordit la langue pour retenir un chapelet de jurons, puis finit par ajouter : « Je suis Hell Salinger. ». Ce dont il parut grandement surpris. Elle n'osa pas même imaginer ce qu'il avait imaginé sur son compte. Elle fouilla plutôt dans ses souvenirs enroués pour chercher un nom sur ce visage céleste. La carte mentionnait un prénom qu'elle avait déjà entendu une fois et il l'avait interpellé sur le moment, parce qu'il n'était pas commun. Hum... Chase était loin du compte, mais c'était en C, elle en était persuadée. Non, c'était étranger... Le jeune homme s'interposa entre ses pensées et elle en lui tendant un petit objet. « Je voulais vous offrir ceci, mais si elle n’est pas à votre goût ne vous sentez pas obligée de la porter. » . Elle baissa les yeux vers les doigts fins qui tenaient une pince doré. Une guêpe. L'éclat, et plus particulièrement le poids, quand elle prit l'objet, lui indiquèrent qu'il ne s'agissait probablement pas d'un vulgaire bijou en toc, mais qu'importe. Dans son monde, on n'offrait pas rien sans rien. Elle était prête à lui jeter la guêpe aux pieds, au moindre geste déplacé ou parole désobligeante. Et soudain, ça lui revint. Elle releva brusquement la tête. « J'y suis ! Cesare. ». Certes, elle ne se souvenait toujours pas du nom de famille, mais elle ne comptait pas l'appeler Monsieur, alors à quoi bon ? Elle haussa les épaule et plaça la guêpe dans ses cheveux avec des gestes attentifs. Elle réussit à l'y coincer, et finit par murmurer à contrecœur : « Vous avez bon goût, merci. ». Elle se força à prononcer le dernier mot, alors qu'elle rêvait de rentrer chez elle. Mais, entre une soirée à écouter une succession de funestes bruitages seule ou se montrer un peu près aimable pour se retrouver dans une soirée où le brouhaha ambiant effacerait ses tourments... le choix était fait. Au moins, il lui épargnait des fleurs qui l'encombreraient toute la soirée. Elle appréciait. Vraiment.  

Ils montèrent à bord d'une voiture, qui paraissait dater d'un autre âge. Elle n'y connaissait rien dans ce domaine, honnêtement, alors elle ne prit pas même la peine d'être impressionnée. Il lui tint la portière pour qu'elle monte. Un vrai gentleman. Qui allait pâtir de ses mauvaises manières. D'ici une heure, il se demanderait sûrement pourquoi on lui avait refourgué une telle cavalière, si ce n'était déjà pas le cas. Ce qui est sûr, c'est qu'elle n'était pas à l'aise, avec lui, seule. Comme elle ne l'aurait pas été avec tout autre homme. Bras et jambes croisés, elle garda le silence tout du long, lèvres serrées. De forte mauvaise volonté, elle en avait conscience. Alors qu'il avait été bien différent des autres hommes qu'elle avait pu rencontrer jusqu'ici. « Etes-vous attendue par quelqu’un en particulier ? » . Elle ne tourna pas même le regard vers lui et répondit, cinglante : « Oui, par le bar. Et vous ? ». Elle ne s'attendait pas à ce qu'il réponde à ce sarcasme. Il paraissait un brin... déconnecté, oui c'était le mot, depuis qu'elle l'avait rencontré.

Ils arrivèrent finalement à destination, un petit château coincée au fond d'une étroite ruelle, de quoi faire frémir d'excitation les jeunes filles friandes des bals de promo. Ce qui n'était franchement pas son cas. Le dénommé Cesare entoura d'un bras sa taille fine, quand vint le moment de passer les marches, mais elle s'éloigna un peu plus que nécessaire, dès qu'il la relâcha. « Je sais marcher, ça va. ». Avoir été aussi proche d'Azazel ne l'avait pas vaccinée contre son dégoût des touchers. Elle mettait toujours tous les hommes dans le même panier et elle ne connaissait que trop peu celui-ci pour se laisser ainsi faire. Il pouvait toujours la prendre pour une associable frigide au cœur de pierre, c'est ce qu'elle était et elle l'assumait. Ils allaient passer la porte, quand il lâcha finalement en la dévisageant : « Je dois vous avouer que je vous avais mal jugée sans vous avoir vue et je souhaite m’en excuser. En lisant votre nom je m’étais figuré une sorte de vampire, ce qui était passablement stupide de ma part. Mon avis ne doit pas tellement vous intéresser mais je tiens au moins à vous dire que vous êtes magnifique. » . Un sourire amusé et désinvolte incurva ses lèvres, à l'entente de cette excuse. Un vampire ? Il n'en était pas loin ; la plupart du temps, elle pompait l'air de tout le monde. Elle haussa les épaules. « J'avais oublié que j'avais un cavalier, alors je suppose que nous sommes quittes. ». Elle préféra ignorer la seconde partie qui comprenait le compliment. Elle ne se sentait pas assez à l'aise pour plaisanter avec ça. Elle passa devant lui et entra dans l'imposante salle. Les couleurs vives agressèrent ses yeux, mais la musique forte apaisa aussitôt son esprit. Pouvant se concentrer un peu mieux, elle fronça les sourcils, avant de soupirer et de se tourner vers son cavalier. Bon. Il n'avait pas été désagréable avec elle, il avait même été tout à fait poli, alors qu'elle n'était qu'une garce. Autant essayer de se rattraper. Elle leva un sourcil et se mordit la lèvre inférieure, réfléchissant à un compliment. « Vous n'êtes pas mal non plus, Cesare. ». Un peu bancal, certes. Mais mieux que rien. Elle laissa lui échapper un nouveau soupir, puis ajouta : « Si mon prénom vous perturbe tant, vous pouvez toujours m'appeler Élysée. Enchantée, je me présente, la pire cavalière de cette soirée. ». Elle eut un demi-sourire amer, et songea à ce prénom qu'elle n'avait pas utilisé depuis ce qui lui semblait un siècle. Il ne lui seyait pas assez pour qu'elle mérite de le garder. Elle tourna son regard vers le bar, puis reporta son attention sur le jeune homme. « Je crois qu'un verre ne serait pas de refus. Vous m'accompagnez ou vous préférez surveiller mes arrières en m'attribuant toutes sortes de noms peu flatteurs ? ». Elle aurait presque parié qu'il choisirait la deuxième option, tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Stanislav N. Bartok

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: être un homme meilleur
Faites place à la vedette
Stanislav N. Bartok
J'ai posé bagages ici le : 09/05/2013 Jouant le rôle de : Bartok (team Anastasia) Nombre de messages : 1306 On me connait sous le pseudo : nenes Un merci à : Box&Shock + nenes + northern lights. + tumblr Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Ed Hot Westwick
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyLun 17 Fév - 2:15

L'inconnue du bal
Anna & Stanislav & les autres
Lady Pinky Dust. Le nom était original. La proposition aussi. J'avais reçu l'un de ses petits cartons. J'avais eu le nom d'une jeune fille, son adresse et le lieu de la fête, avec comme seul instruction de passer la prendre à 19h et de ne surtout pas être en retard. A vrai dire, j'avais d'abord prévu d'ignorer tout ça sans le moindre regret. Ca devait être encore le coup de ces gens qui font tout pour vous attirez dans leur nouveau restaurant. J'allais aller chercher cette fameuse Anna et elle m'enverrait sur les roses me prenant pour un fou. Et puis c'était ma première St Valentin. La première que je passais en étant fou amoureux. Si je devais célébrer cette fête, j'avais simplement envie de le faire avec Kerridwen, et avec personne d'autre. Et pourtant, sans trop savoir comment, je me retrouvais ce soir là à me préparer pour passer prendre chez elle une inconnue. Pour dire vrai, j'étais très intrigué par cette Lady Pinky, et par ce bal. Par toute cette histoire finalement. On en avait parlé Kerri et moi et elle était elle aussi invitée. Alors, au moins, si c'était une arnaque, on s'y retrouverait tout les deux, j'aurais quand même le plaisir de la voir. Et puis après tout, ça pouvait être marrant. Si je prétendais me moquer de cet évènement, j'étais finalement assez tendu à l'idée d'emmener une parfaite inconnue à un bal. Peut-être serait-elle affreuse. Aussi bien physiquement que mentalement. Comment savoir sur qui j'étais tombé ? J'espérais que ça ne serait pas le cas, la soirée serait bien plus agréable si cette jeune fille s'avérait charmante en tout point de vue. Excité à l'idée de trouver des réponses à mes nombreuses questions, je finissais dons de me préparer avant de me diriger vers sa porte. Une chance pour moi, elle habitait au Méli Mélo House. Si jamais je changeais d'avis en la voyant, je pourrais toujours faire semblant de mettre trompé de chambre et rentrer tranquillement chez moi. Vêtu de mon plus beau costume noir, d'une chemise blanche et d'un élégant noeud papillon violet, je me dirigeais avec hâte vers la chambre 48. Enfin devant la porte, j'assenais trois petits coups, prenant une grande bouffée d'air et tachant de ne pas me mettre trop de pression. La porte finie par s'ouvrir sur une charmante petite brune aux grands yeux clairs, l'air malicieux. Elle n'avait pas l'air d'un monstre et mes craintes s'évaporèrent rapidement. M'agitant tout de même légèrement sous le poids des circonstances, je finis par lui adresser mon plus beau sourire. « Anna je suppose ? Je suis Stanislav et j'ai bien l'impression d'être ton cavalier pour la soirée à venir. » Et puis, pris d'une folie, porté par l'instant, j'attrapais sa fine main et y déposa un léger baisemain, comme l'aurait surement fait un prince charmant. Amusé, je ne pu m'empêcher de rire en relevant la tête. « J'ai toujours rêvé de faire ça. Après tout, autant vivre cette expérience à fond non ? » Puis me reculant et lui tendant le bras je rajoutais doucement. « On y va ? »
Par la suite, je l'entrainais dans les couloirs du pensionnat, puis dans la rue, marchant ensuite tranquillement vers Bretzelburg Avenue, imaginant qu'il serait plus agréable de marcher un peu pour faire connaissance que de se fourrer dans un taxi et ne pas s'adresser la parole. « C'est étrange cette situation non ? J'ai bien faillit ne jamais venir perso. » Je souris à la demoiselle. « En tout cas, je suis obligé de te le dire, mais tu es ravissante. » Il n'y avait pas d'arrière pensée. Elle était charmante c'est vrai. J'avais l'impression que nous pourrions nous entendre finalement, malgré mes appréhensions, elle semblait être une jeune fille sympathique et sa tenue de bal lui allait parfaitement. Après quelques instants de marche, nous arrivions finalement à l'endroit voulu. Je fus assez surpris de me retrouver face à cette sorte de petit château et il me fallut m'arrêter quelques instants. C'était assez joli finalement, pas aussi cheap que je l'aurais imaginé. Me retournant vers ma cavalière je lui souris une nouvelle fois. « Prête ? » Et sans lui laisser le temps de répondre, enfin motivé à passer une bonne soirée parce que défait de tout mes préjugés, je l'entrainais à l'intérieur. Il y avait déjà un peu de monde, la musique se faisait déjà entendre, mais je ne reconnu personne pour l'instant, à vrai dire je ne fis pas réellement attention. Je ne savais pas tellement quoi proposer à Anna, après tout je ne la connaissais pas, je n'aurais pas pu anticiper ses envies. Alors, enthousiaste je lui murmurais à l'oreille pour bien me faire entendre. « Tu veux boire quelque chose ? Tu veux danser ? Dis moi tout ! »

Code by Silver Lungs



If you wish it, wish it now.

Everybody's gotta love someone but, I just wanna love you, dear. Everybody's gotta feel something I just wanna be with you, my dear.  I know it's hard to be in this position. If they stop loving, I won't stop loving you. If they stop needing you, I'll still need you, my dear.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyLun 17 Fév - 4:26

Spoiler:
 

Valentine's Day
Stanislav & Anna & the others


Les bals. En tant que princesse, on aurait pu croire qu’Anna en avait connu des centaines, et pourtant, ce n’était pas le cas. Elle était sans nul doute l’une des rares de la royauté à n’avoir guère connu les réceptions fastueuses, les discussions mondaines à n’en plus finir et la bienséance qu’il fallait respecter à chaque instant. Les portes du château étaient constamment fermées lorsqu’elle était enfant et elle avait fini par apprendre que les pouvoirs destructeurs de sa sœur étaient en cause. Toutefois, les portes ne pouvaient rester éternellement closes et ce fut lors du jour du couronnement d’Elsa, qu’un bal fut donné en l’honneur de la nouvelle reine. Anna était surexcitée ce jour-là. Elle allait enfin connaître ce qu’était un bal, discuter avec des gens, danser et sans doute rencontrer l’homme de sa vie. Tout avait été parfait ce soir-là. Ce futur qui lui donnait tellement d’espoir s’ouvrait sur le doux visage d’Hans dont elle était éperdument amoureuse. Mais tout avait basculé. Sa sœur avait fait montre de ses pouvoirs, elle avait fui et Hans s’était révélé être d’une personnalité bien plus démoniaque que ce qu’il prétendait. Bref, le bal avait tourné au drame et c’était avec énormément d’appréhension que la princesse avait parcouru les lignes du carton d’invitation de Lady Pixie Dust. Etait-ce un mauvais tour ? Dans tous les cas, il ne plaisait guère à Anna. Dans l’état où elle se trouvait depuis maintenant plus d’un mois, les sorties au bal n’étaient pas sa principale préoccupation, surtout si cela se faisait avec un inconnu. Et s’il était aussi fou qu’Hans ? Et si le bal tournait à nouveau drame ? Elle ne souhaitait en rien en être spectatrice. Et plus que cela, elle était effrayée à la simple idée de faire une crise en plein milieu du bal. Si jamais son cœur ralentissait et sa peau gelait au beau milieu de la réception, elle n’aurait plus la chance de se défiler aux yeux du monde. Non, il fallait qu’elle garde tout cela secret. Sans parler de sa grossesse. Anna ne savait si c’était son esprit qui lui jouait des tours, mais elle avait la sensation que l’arrondie de son ventre commençait à se voir. Mais sans doute l’angoisse exagérait les choses. Finalement, elle ne sut jamais ce qui la décida à accepter l’invitation ce soir-là. D’autant qu’être accompagnée par un inconnu l’enchantait guère. Elle avait appris que certains « couples » de la soirée se connaissaient déjà. La princesse aurait aimé, elle aussi, se retrouver avec un ami. Mais la mystérieuse Lady Pixie n’en avait pas décidé ainsi. Elle se prépara donc pour la soirée. Elle revêtit une robe blanche, simple mais élégante. Comme d’accoutumé, elle ne se maquilla que très peu et releva ses cheveux en un chignon afin de cacher ses mèches blanches qui se faisaient de plus en plus nombreuses à cause du sortilège. Quelques bijoux et elle était fin prête. Par mesure de précaution, elle préféra recouvrir ses mains de deux gants blancs afin que son cavalier ne remarque pas la froideur anormale de sa peau. Elle était en train de mettre son châle quand on frappa à la porte. Anna inspira un grand coup, sachant pertinemment qu’il s’agissait de son mystérieux cavalier. Elle gagna rapidement la porte et l’ouvrit. Quel ne fut pas son soulagement de se retrouver face à un jeune homme tout à fait charmant. « Anna je suppose ? Je suis Stanislav et j'ai bien l'impression d'être ton cavalier pour la soirée à venir. » La princesse lui rendit un franc sourire. « Enchantée Stanislav. » dit-elle, quand soudain, il lui prit la main et la baisa. Immédiatement, la princesse sentit le rouage lui monter aux joues. « J'ai toujours rêvé de faire ça. Après tout, autant vivre cette expérience à fond non ? » Les paroles de Stanislav eurent tôt fait de la sortir de sa gêne et elle émit un rire amusé, répondant ainsi à la question de son cavalier. S’accrochant à son bras tendu, ils prirent tous les deux le chemin de Bretzelburg Avenue. Anna n’osait parler, se sentant toute émue. « C'est étrange cette situation non ? J'ai bien faillit ne jamais venir perso. » La princesse fut heureuse que ce soit lui qui engage en premier la conversation, ne se sentant pas très forte pour cela ce soir. « Pour tout dire, moi aussi j’ai failli décliner l’invitation. J'étais plutôt réticente à me retrouver avec un inconnu. Finalement, ce n'est pas si désagréable. » déclara Anna en lui rendant son sourire. Une fois encore, ses joues s’empourprèrent quand il lui dit qu’elle était ravissante. Elle n’était pas forcément habituée aux compliments, et certainement pas ceux d’un inconnu. Elle détourna le regard, esquissant un sourire gêné mais flatté. « Merci beaucoup. J’ai essayé de faire un sorte de ne pas déteindre aux côtés d’un aussi charmant cavalier. » renchérit-elle afin de lui renvoyer le compliment. Car c’était vrai. Elle avait un beau cavalier. Lorsqu’ils se retrouvèrent devant les portes du château, Anna ne fut pas mécontente que son cavalier marque une pause. Elle prit elle-même une respiration, se préparant à affronter cette soirée. Croisant le regard de Stanislav et répondant à son sourire, elle dit : « Oui. Prête. » Ils pénétrèrent ensembles comme deux alliés dans l’édifice et se retrouvèrent bientôt au cœur du bal. Anna observa la salle, cherchant des yeux des gens de sa connaissance. Tous ces visages lui étaient inconnus… hormis celui de Benjamin auquel elle fit un signe de la main. Son cavalier se rappela à elle en se penchant à son oreille. « Tu veux boire quelque chose ? Tu veux danser ? Dis moi tout ! » Anna laissa échapper un petit rire devant l’enthousiasme de son compagnon de soirée. Elle en oubliait presque ses soucis. « Un cocktail sans doute. Mais sans alcool s'il te plaît. » prévint-elle, avant d’ajouter. « Nous pourrons sans doute danser après si vous le voulez. Mais il ne faudra pas m’écraser les pieds comme on me le faisait autrefois. » lança-t-elle sur le ton de la plaisanterie.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyLun 17 Fév - 19:29

Spoiler:
 

L’amour, c’est être toujours inquiet de l’autre.

Inquiet de l’autre, inquiet au vu de qui est avec cet autre.

Je n’avais pas prévu quelque chose de grandiose pour cette soirée ; je n’avais pas fais appel aux services d’une limousine, pas plus que d’une simple voiture étant donné que ce n’était vraiment pas loin de là où habitait ma cavalière et que, en ce qui me concerne, je me complais à faire de la marche. Ce n’est que lorsqu’elle s’afficha devant moi sur le seuil de la porte, habillée d’une petite robe rouge bustier et courte que je me rendis compte que j’avais oublié d’au moins lui offrir quelque chose.
À défaut de cela, je lui offre un doux sourire en lui proposant mon bras. Mon excitation quant au fait que ce soit une rousse et que je pourrai embêter ma belle Tara sur cela passée, je me dis que j’ai bien de la chance d’être tombé sur une si ravissante femme et de si plaisante compagnie qui plus est. Je finis par alimenter la discussion en nous lançant sur un sujet de couples, lui demandant indirectement si l’âme d’une autre personne est hébergée par son cœur palpitant. Elle me répond plutôt évasivement et finit par me retourner la question. Je lui adresse un regard de biais en étirant mes lèvres en un sourire malicieux quant à la convocation de ma mémoire qui tisse en mon esprit l’image de Tara, ses deux marées mentholées et agrémentées de verveine, ses lèvres fraichement juteuses et semblant avoir été dessinées avec des pinceaux divins.

« Oui, j’aurai adoré que la femme dont je suis amoureux puisse être ma cavalière ce soir, mais soit, je partagerai avec elle ma nuit. Tu me montreras cet élu, hein ma belle ? »

Je ris doucement et nous continuons ainsi à jeter de l’huile sur le feu qui représente notre discussion et, finalement arrivés au lieu fixé par notre hôte, ma très chère cavalière laisser filtrer d’entre ses dents un soupir admiratif qui va décrocher quelques étoiles du ciel pour les instaurer en mon regard ; sa réaction est similaire à celle qu’aurait pu avoir Tara et, tout d’un coup, je commence à réellement être impatient quant au fait de savoir avec qui elle dansera ce soir. Lady Pinky a réussit à voler un peu de magie à ce monde auquel j’appartenais pour en coudre des morceaux de dentelle et de soie qu’elle accrochait un peu partout.
Je balaye l’assistance du regard sans m’en attarder sur aucun, ne réussissant pas tout à fait à fixer des prénoms sur les visages. Je demande à Alyssa de me renseigner un peu étant donné mon coup d’œil peut efficace et je suis son regard, ne retenant pas le premier nom qu’elle m’énonce. Lorsqu’elle me parle d’Aleksander, je ne peux m’empêcher de sourire légèrement et, les mots qui suivent m’étonnent. Alors sa cavalière est Wendy ? La si belle blonde aux yeux d’azur, la si aimée Wendy pour qui mon cher Peter pourrait se damner ? Un sourire me grimpe jusqu’aux lèvres alors que je cherche du regard Arthur ; quant à sa compagnie, cette prétendue Marie, je ne la connais absolument pas. Mon regard glisse alors sur le visage de Tara que je regarde longuement avec pour seule réaction des yeux arrondis de stupeur et un esprit émerveille par tant de beauté. Je l’observe de haut en pas, m’attarde sur les formes que dessine radieusement le tissu de sa robe et laisse mes prunelles s’accrocher à la moindre parcelle de peau de ses jambes dénudées avant de finir sur ces chaussures qui semblent me ramener à la réalité. Je cligne plusieurs fois des yeux en me redressant et lui adresse un signe de tête accompagné d’un sourire.
Tu vois comme mes yeux sont émerveillés ? Tu vois comme mon âme voltiges haut ? Tu vois comme mon esprit m’a quitté ? Tu vois comme mon cœur bat vite ? C’est ta beauté qui me fait cet effet, ta beauté aujourd’hui accentuée par des touches romantiques. Tu entends quand mon cœur crie haut et fort, quand ma bouche tait haut et fort que tu es ravissante ?
En entendant Alyssa prononcer cet énième prénom, mon cœur manque un battement car mes yeux viennent de trouver celui dont elle me parle, soit Nate. Nate qui est proche de Tara. Alors c’est lui, son cavalier ? J’aurai tellement aimé que ce soit Peter… Je détourne rapidement mon regard et enfonce une main dans ma poche, agacé. Elle parle ensuite d’un certain Benjamin, mais je suis ailleurs, plongé dans mes réflexions.
Depuis la disparition de Lauren, mon amitié avec Nate n’a plus jamais été la même. Nous sommes restés en froid pendant près de trois mois, puis j’ai décidé de lui pardonner sa négligence, mais je ne lui ai jamais parlé de Tara, ne me sentant plus aussi proche de lui que je l’étais. J’aurai peut-être dû, pour qu’il ne pense même pas à se risquer à séduire l’ange qui l’accompagne, voire être désagréable avec elle.

La voix d’Alyssa manque de s’échouer contre le rocher de la douleur et je glisse une main sur sa joue. Je pense que c’est lui, celui qui  kidnappé son cœur, mais lorsque je vois son regard s’attarder sur les deux nouveaux venus, lorsque j’ai l’impression qu’un part d’elle s’échoue au moment où son regard croise le mien et à l’entente de son prénom, je ne sais plus trop qui de Nate ou de Benjamin s’est joué de son cœur. Peut-être les deux, tout compte fait.
J’approche doucement son visage du mien, un doux sourire flanqué sur mon visage, une voix suave émanant des tréfonds de mon âme :

« C’est Nate, celui qui possède ton cœur, car je distingue une once de douleur et une autre de jalousie dans ta voix et tes yeux ? Ne t’inquiète pas, s’il aime une femme, ce n’est pas sa cavalière, elle, c’est Tara, celle dont je te parlais un peu plus tôt. Ou alors, c’est ce Benjamin… Eclaire-moi, tu veux ? »

Je lui souris un peu plus et me penche d’avantage vers elle, retirant ma main pour appliquer mes lèvres sur sa joue avant de me tourner, mon regard s’accrochant à celui de Peter auquel j’adresse un large sourire en guise de salutations. Pourtant, bien rapidement, je remarque qu’il est ailleurs et, suivant non pas son regard mais ma logique, je tourne la tête vers la belle Wendy en compagnie d’Alek’. Je note à quel point elle est ravissante et me dit que toutes les descriptions de mon ami n’étaient qu’euphémisme. Dans un coin reculé de mon esprit, je note au crayon qu’elle a un étrange goût vu qu’elle porte une veste en cuir noir sur une si ravissante robe. Je hausse les sourcils pour interdite à Peter toute idée malvenue d’aller agresser Alek, car contrairement à Nate, je suis parfaitement sûr qu’il saura s’occuper de sa belle déesse, même s’il ne sera jamais aussi bon que Peter pour cela.

« Je connais Alek aussi, Peter, le beau brun qui ne fait que fixer Wendy et aussi… »

Ma voix se brise contre ce couple qui vient de pénétrer la salle alors que je m’apprêtais à évoquer Arthur. Il est grand et charismatique, habillé chiquement et avec un air serein teintant son visage ; je suis à peu près certain que c’est lui.
Cesare.

Mes yeux s’en vont chercher Tara et j’attends de voir si elle remarquera l’arrivé de ce nouveau couple et quelle sera sa réaction pour que je puisse irradier la mince lueur de doute quant à l’identité de cet homme.
Je soupire et me retourne vers Alyssa qui me demande si je danse et mon rire s’en va valser avec le sien tandis que je glisse une main sur sa taille, l’entrainant sur la piste de danse. Heureusement pour moi, c’est un slow, alors je réussirai à ne pas lui écraser les pieds… Mes deux mains reposant sur ses hanches, je l’attire un peu plus à moi en commençant à enchainer quelques lents pas de façon plus ou moins cohérente. Je m’arrête alors en glissant de nouveau une main sur son visage que je relève vers le mien, quelques paillettes dans des yeux embrumé par un certain agacement et quelques nuances de colère naissante – agacé vis-à-vis du cavalier de ma belle, colérique quant à l’arrivée de celui qui jeta toutes les ténèbres de l’Univers sur les ailes de mon ange.
Je reprends alors d’un ton plus guilleret :

« Tu peux rire, je sais bien que je suis mauvais danseur. Alors, qui veux-tu aller saluer un peu mieux qu’avec des sourires et des signes de main ? Nate, Alek, Benjamin ou même encore le grand homme châtain hautement chic en compagnie de la ravissante brune ? Si tu veux que je ne t’accompagne pas aussi, c’est ton droit ma jolie ! Mais avant, allons prendre des coupes de champagne ou je risque de gâcher l’ambiance au vu de la présence de certaines personnes. »

À comprendre Cesare.
Et Nate. Accessoirement.
Revenir en haut Aller en bas
E. Flynn Fitzherbert

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
E. Flynn Fitzherbert
J'ai posé bagages ici le : 24/08/2013 Jouant le rôle de : Eugène Fitzherbert alias Flynn Rider, le voleur épris de la fleur aux pétales d'or. Nombre de messages : 412 On me connait sous le pseudo : Atomic.Sky. Un merci à : tearsflight & heartless love pour avatar et code de signature. Tumblr pour les gif. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Ben Barnes.
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyLun 17 Fév - 19:31

Doesn't look like talking, doesn't feel like dancing
Cersei & Victor


Il n'avait pas revêtu ce genre de vêtement depuis bien longtemps. Obsédé par sa recherche sur leur arrivée à Fantasia Hill puis par cette histoire étrange avec Anna, il n'avait pas réellement eut le temps de faire la fête. Pourtant, le petit carton rose l'avait intrigué: il n'avait pas pour vocation d'aller à cette soirée, au départ. Et puis, il avait entendu dire qu'Anna s'y rendait et Alyssa l'avait convaincue en lui expliquant que ce serait le meilleur moyen pour eux de se voir afin de se parler. Victor avait soupiré et avait accepté de venir. Sa promise du soir ce nommait Cersei, il connaissait ce nom sans jamais avoir réellement parler à la demoiselle et s'interrogeait sur leurs affinités: il ne voulait pas l'ennuyer avec ses conversation scientifique. Il termina de nouer son noeud papillon lorsque l'on frappa à la porte. Il alla ouvrir et se trouva face à une jolie brunette qui semblait avoir quelques années de moins que lui. Elle avait un regard très intense et il avait l'impression qu'elle pouvait presque lire en lui. C'était une demoiselle entreprenante: il avait été surpris qu'elle prenne le parti de venir le chercher alors que la tradition voulait qu'un gentleman vienne chercher sa cavalière. Mais Cersei semblait ne pas vouloir se plier à cela. David appréciait ce caractère, elle ne semblait pas répondre aux codes de la société et cela le changeait agréablement de son ancienne vie. Il se souvenait de cette époque où le politiquement correct dictait leur vie à tous, où la communauté était prisonnière de ses propres tabous. Il se souvenait des visages figés, froid et fermé des habitants du petit village où il avait vécut avec sa famille, les sarcasme, l'hypocrisie. Tout cela ne semblait pas atteindre cette jolie brune avec laquelle il décida de partir, quelques secondes plus tard non sans avoir déposé sur la table l'assiette de cookies apporté par la jeune femme. En marchant dans le couloir, elle commença à discuter « Moi c'est Vitani, votre chère cavalière de la soirée. Je suis vraimeeent désolée pour ce retard, j'espère que je ne vous ai pas fait déjà mauvaise impression? Donc si vous voulez encore de ma compagnie ce soir, la voiture attend en bas! » Il lui offrit son plus grand sourire « Croyez moi, si j'avais du fuir cette soirée, vous ne m'auriez pas retrouvé de si tôt ! En outre, j'apprécie toujours de passé une soirée avec une si jolie dame ». Il lui ouvrit galamment la portière, la laissant entrer en premier dans la voiture. S'installant près d'elle, il entama la discussion.

« Tu as déjà été dans une soirée de Lady Pinky ? » Il passa la main dans ses cheveux noirs d'un air embarrasser. Les soirées mondaines n'étaient pas son truc, enfin, plus depuis qu'il avait changé d'époque ... Il appréhendait un peu la soirée et s'inquiéta encore plus lorsque la voiture s'engagea dans une voie sans issue qui semblait à l'abandon. Il lui tendit la main pour l'aider à marcher jusqu'à la porte. « Ouaaaaa, il y a déjà beaucoup de monde ! Tu connais des gens ici ? » Si beaucoup d'invités ne lui disaient rien, la chevelure flamboyante d'Alyssa l'aida à se repéré très rapidement. En se dirigeant vers la table pour servir à boire à sa cavalière, tout en continuant leur discussion, il aperçut Anna. Elle était magnifique dans sa robe blanche. Lorsque ses yeux rencontrèrent ceux de l'ancienne princesse, il ne put que la saluer en lui faisait un petit sourire. Elle était en charmante compagnie et il ne voulait pas interrompre quoi que ce soit. Il se tourna donc vers la brunette qui l'accompagnait, s'obligeant à paraitre détacher de ce petit bout de Princesse qui lui faisait chavirer le coeur.
Code by Silver Lungs


“I remember tears streamin' down your face when I said I'd never let you go, when all those shadows almost killed your light. ”✰ heartless love.
Revenir en haut Aller en bas
Zelda-Glitch Von Schweetz

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre.
Faites place à la vedette
Zelda-Glitch Von Schweetz
J'ai posé bagages ici le : 09/11/2013 Jouant le rôle de : Princess Vanellope ♥ (#TeamWreckItRalph). Nombre de messages : 1790 On me connait sous le pseudo : Oswin aka. Nana aka. Salomé ♥. Un merci à : shiya (avatar), Céline d'amûr (model profil), Fall out Boy, echosmith, fauve, Pow (textes) ♥. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Chloe 'Fabulous' Norgaard. ♥
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptyLun 24 Fév - 16:10


   
« L'amour c'est la rencontre entre le coeur et l'esprit »

Le beau Aiden sembla rêveur en abordant le sujet de son éventuelle amoureuse, ses yeux scintillaient comme deux étoiles et un sourire fleurissaient sur son visage. Alyssa pouvait très clairement deviner qu'il se visionnait mentalement le visage de son âme soeur et qu'elle envahissait toutes ses pensées. « Oui, j’aurai adoré que la femme dont je suis amoureux puisse être ma cavalière ce soir, mais soit, je partagerai avec elle ma nuit. Tu me montreras cet élu, hein ma belle ? ». Élu... La rousse adorait la manière dont ce mot sonnait, la signification profonde et romantique qui se cachait derrière ces trois simples lettres. Son Élu. « Oui.. Oui je te le montrerais avec grand plaisir ». A présent, on pouvait clairement deviner la même étincelle rêveuse dans les pupilles brillantes d'Aiden que dans celles d'Alyssa. Et tout ça provoquer par la simple évocation de l'amour... De l’Élu.

La discussion se poursuivit, enjouée et pleine d'amour. Et elle ne se termina que lorsque le couple d'une soirée passa le pas de la porte avec admiration et émerveillement. Alors que la jeune fille présentait rapidement au brun les personnes de sa connaissance dans la foule, les mâchoires de se dernier semblèrent tomber jusqu'au sol et ses yeux s'écarquillèrent. En suivant son regard, j'eu le plaisir de pouvoir admirer avec lui une superbe jeune femme blonde. Son Élue, je pu le deviner sans aucun mal. Elle était vraiment jolie, elle respirait de pureté et d’innocence, et je pu donc tout à fait comprendre la raison d'un tel attachement. Ses yeux arrondis finirent enfin par se rappeler de cligner et il adressa un signe et un sourire à la demoiselle. Lorsque sa voix se brisa sur le prénom de Nate puis ensuite s'effondra sur celui de Benjamin, Aiden posa une main affectueuse et rassurante sur la joue de la Darling. Il approcha son visage, un sourire doux sur les lèvres : « C’est Nate, celui qui possède ton cœur, car je distingue une once de douleur et une autre de jalousie dans ta voix et tes yeux ? Ne t’inquiète pas, s’il aime une femme, ce n’est pas sa cavalière, elle, c’est Tara, celle dont je te parlais un peu plus tôt. Ou alors, c’est ce Benjamin… Éclaire-moi, tu veux ? ».  A la suite de ces paroles, tandis qu'Alyssa était plonger dans ses réflexions, cherchant par quels mots commencer le court récit de ses histoires de coeur complexes, les lèvres du jeune Amane se posèrent doucement sur sa joue blanche afin d'y appliquer un doux baiser rassurant. Elle ne se demanda même pas comment il avait pu connaitre le nom des deux hommes qui avait eu et avait une place dans son coeur, se sentant étrangement capable de tout dévoiler à Aiden. « Mes histoires sont compliquée et certainement un peu barbantes j'en ai peur.. J'ai été très proche de Nate, tu le connais, n'est-ce-pas ? Au fil du temps, je crois m'en être éprise. Je ne pense pas que ce fut de l'amour, mais j'ai beaucoup souffert de le savoir amoureux d'une autre, alors je me suis tue et je l'ai évité. Puis un jour, j'ai du me décider à la confrontation. Nous avons discuté, tout mis au clair et sur le chemin du retour, il y avait... Benjamin., un sourire timide éclair de nouveau le visage récemment trop triste d'Alyssa, Il est fabuleux.. ». La rouquine s'autorisa une courte pose de silence suite à ses explications, « Ta Tara.. Elle est magnifique. Et elle a beaucoup de chance de t'avoir. Comment... Comment as-tu su que tu étais.. Amoureux ? ». Elle baissa la tête, gênée de poser une telle question. Elle n'arrivait absolument pas à comprendre la complexité de l'amour et la manière de l'aborder. « C'est que.. Je me sens un peu perdue, voix-tu. Par le passé, j'étais différente, très très différente. Je n'ai jamais eu l'occasion de me poser ce genre de question et maintenant... ».

A la suite de cela, Nate lui appris qu'il connaissait aussi Alek, et un certain Peter, fervent admirateur de Wendy. Peter.. Alyssa se demanda si il était Peter Pan ou bien son ombre ? Elle les connaissait tout deux de noms, mais impossible de les approcher. Ils remuaient des souvenirs trop douloureux en elle, elle se souvenait alors à qu'elle point elle avait pu les détester autant l'un que l'autre dans son ancienne vie. Mais peut-être était-ce juste un humain. Un Peter totalement différent ? Pourtant l'anciennement prénommée Nana n'y croyait pas une seule seconde, pas avec Wendy pour amoureuse. Aiden soupira et se retourna vers sa cavalière alors que celle-ci lui proposait joyeusement de danser. Il joignit son rire à celui enfantin de la Rousse, glissant une main sur sa taille. La musique douce du slow envahit ses oreilles en quelques secondes, les bras reposant autour de la nuque du jeune homme, Alyssa se sentit attiré vers lui par les mains autour de ses hanches, elle posa sa tête sur son épaule un instant en fermant les yeux, se laissant bercer par le son d'un piano avant que celui-ci ne relève son visage vers le sien : « Tu peux rire, je sais bien que je suis mauvais danseur. Alors, qui veux-tu aller saluer un peu mieux qu’avec des sourires et des signes de main ? Nate, Alek, Benjamin ou même encore le grand homme châtain hautement chic en compagnie de la ravissante brune ? Si tu veux que je ne t’accompagne pas aussi, c’est ton droit ma jolie ! Mais avant, allons prendre des coupes de champagne ou je risque de gâcher l’ambiance au vu de la présence de certaines personnes. ». "Le grand homme châtain hautement chic", un grand sourire amusé éclaira le visage de la danseuse, Victor produisait vraiment le même effet sur tout le monde alors ! « Non, ce n'est pas si mal que ça, tu as réussis à ne pas me marcher sur les pieds. C'est rare ! Et bien, on peut toujours allez les voir plus tard, tout les deux. Allons prendre cette coupe de champagne d'abord ! ». Elle prit doucement la main du jeune homme et se faufila avec agilité parmi les danseurs amoureux, se trémoussant sur la nouvelle musique récemment lancée. Piochant un petit-four feuilleté dans un grand plat en argent au passage.

©flawless



no ordinary human
Je t'emmène courir après des rêves, et contempler les vivants, ces gens qu'on croise parfois et qui nous font tomber amoureux pour deux, pour trois. › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SURPRISE RP ❤ Valentine's Day SURPRISE RP ❤ Valentine's Day EmptySam 12 Avr - 20:53

Valentine's Day
ft. Tara Ellis M-G. Wilkes && Wendy M-A. Darling as our Valentines