AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Vide
 

 L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptySam 1 Fév - 0:17

Morgan
& Oleg
 Le week-end est souvent synonyme de repos pour la plupart des gens, hélas, pas pour moi. Étant serveuse dans un restaurant qui marchait à plein régime en semaine, le chiffre d’affaires était cependant ralenti le week-end. Mais il était tout de même ouvert. Et ce week-end j’étais de service de journée jusqu’à la fermeture. J’avais donc toute la matinée pour me donner à mes activités habituelles. Je m’étais levée à relativement tôt, comme chaque jour d’ailleurs. J’avais commencé la journée en enfilant mon short, un tee-shirt et mon sweet. Avec mes fidèles baskets et mon téléphone qui me servaient de baladeur. Avant de partir j’attacher mes cheveux en une queue-de-cheval haute, je glissais mon paquet de cigarettes, mon briquet, mon téléphone et les clés de mon appartement dans les poches à zip de mon sweet. J’adorais courir, et je le faisais chaque jour depuis que j’étais devenue fine et jolie, je ne pouvais plus m’en passer, c’était tellement … libérateur, presque aussi bon que la cigarette d’après sexe ! Vivant ici depuis quelques années maintenant j’avais eu l’occasion de me faire plusieurs parcours différents, aujourd’hui, la journée promettait d’être belle et plus chaude que les autres, bien que la chair de poule de mes jambes m’indiquait qu’il devait surement faire proche de zéro ce matin. Je partis en petites foulées, prête à faire une bonne heure de course à pied. Mon parcours du jour passée près d’un petit cours d’eau, j’aimais beaucoup ce parcours, car le coin était assez joli, le paysage agréable à regarder. J’étais revenue au pas, je soufflais pour calmer mes pulsations, mon lacet s'était défait. Je m’accroupis pour le relacer, c’est en me relevant qu’un mec me percuta, et sans même s’excuser continuer son trajet. Je retirais l’un de mes écouteurs et me retourner pour le voir. Ne t’excuse pas surtout ! Le mec s’était retourné et courait à reculons à présent, il me regardait et leva les bras au ciel et reprit sa course dans le bon sens. Mais quel connard… Oui, ce mec venait de m’énerver ! Je remis mon écouteur pour me reconcentrer sur ma musique et je repris ma course jusqu’à être de nouveau à mon appartement. Je pris alors une douche, m’habillant en petit short rouge et avec un chemisier blanc auquel je fis un nœud sur le bas et relativement décolleté. Je pris ensuite mon petit déjeune sur mon balcon, profitant de cette matinée qui se réchauffait au fur et à mesure que les heures passèrent. Le reste de ma matinée se résumait à faire du ménage, du linge et un peu d’ordinateur. Vers treize heures je décollais de chez moi, à pied, pour me rendre au restaurant. J’attachais mon tablier au-dessus de mon short et pris minutes service dans la foulée. Vu l’heure et le jour, le restaurant était calme, le coup de feu de midi étant passé, nous attendions les clients pour les seize heures. J’avais donc préparé tout un tas de pâtisseries dans les vitrines, préparer plusieurs cruches de café, prête pour les clients. Étant derrière le comptoir aujourd’hui, je ne faisais que préparer ou servir les clients derrière le comptoir. Alors que j’étais en train de boucler une commande un client venait de s’installer au comptoir. Je mis le dernier couvercle sur le dernier gobelet de café, qui était emporté par ma collègue en salle. Je me tournais pour remettre la cafetière de café, qui était emportée par ma collègue en salle. Je me tournais pour remettre la cafetière de café sur son socle pour qu’il reste chaud. Que puis-je vous servir ? Je n’avais toujours pas regardé le client qui été de toute façon, le seul au comptoir, et avec c une lingette humide je nettoyais les surfaces de travail. Qu’avez-vous ? Café, thé, chocolat, pâtisserie…le choix est vaste. Je me retournais enfin sur lui, posant mon regard sur lui alors que je m’essuyais les mains dans un linge propre. Mais vous êtes le mec de ce matin ! Bizarrement l’énervement que j’avais ressenti le matin contre lui été revenu.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptySam 1 Fév - 1:56

Tout est une question de regard

 
Morgan / Oleg


Quelle nuit agitée! Voilà ma première pensée du matin. Après avoir attendu de longues heures dans ma voiture, mon appareil photo à la main, à guetter un mari infidèle, j'étais rentrer pour achever tranquillement ma soirée. Après une douche bien chaude, un yaourt avalé en vitesse et une cigarette, je décidais d'aller me coucher. Cependant, impossible de trouver le sommeil. Un coup trop chaud, un coup trop froid, je n'arrivais pas à me décider. Mes jambes avaient besoin de bouger dans tous les sens, comme si elles s'activaient toutes seules. Je n'aurai peut être pas du utiliser du café en guise de carburant pendant toutes ces heures. Après avoir changé au moins vingt fois de positions, je me mis sur le dos. Les mains croisées sous ma tête, regardant mon plafond. Le moins que je puisse dire c'est que j'ai bien mis deux heures avant de m'endormir. Inutile de préciser que je me suis levé du pied gauche. Assis sur mon lit, je posais mon visage dans mes mains comme pour fuir la lumière du jour. Après avoir grommeler quelques insultes contre le soleil dans ma langue maternelle, je décidais enfin à commencer ma journée. Croissant et thé pour m'aider à émerger étaient les bienvenues (non, ne me parlez plus de café...). Mon retard de sommeil, accumulé tout au long de la semaine se faisait de plus en plus sentir alors que je sortais de ma chambre en tenue de sport, écouteurs aux oreilles. Je commençais à m'échauffer doucement afin de me mettre dans le bain et de ne me fatiguer dès les dix premières minutes. Aujourd'hui ce sera un petit footing, je n'étais pas vraiment d'humeur. Tout en courant, je regardais mon IPod pour sélectionner les chansons qui me donnerais envie de tout déchirer pendant ma course. Trop occupé ou pas assez attentif, tout dépend du point de vue, je trébuchais contre un obstacle bien ravissant. La belle brune râlait et on pouvait le remarquer à des kilomètres à la ronde. Sans prendre la peine d'enlever mes écouteurs et de ralentir la cadence, je lui fit signe de la main en guise d'excuse. Continuant ainsi ma course, je ne pu m'empêcher d'esquisser un sourire. Emmerder le monde faisait parti de mes habitudes et j'étais d'autant plus surpris en remarquant que même sans le faire exprès je pouvais me surpasser. Je passais maître dans cet art et ça m'amusais. Suite à cet incident, je décidais de revenir chez moi pour me rafraîchir et changer de tenue. Après avoir enfiler un costard qui pouvait aussi bien passer dans un dîner d'affaire qu'un enterrement, je parti développer les photos que j'avais pris cette nuit. On va dire que ce soir, cet homme allait avoir chaud, très chaud face à sa femme. Si je sais bien une chose, c'est qu'il ne faut pas trahir la confiance d'une femme. C'est un véritable suicide. Une fois les preuves accablantes mises dans une enveloppe, j'allais à la rencontre de la cliente qui me donna une bonne petite liasse de billets. Effondrée, la jeune femme blonde se posa sur un banc comme s'il pouvait l'aider à supporter la nouvelle. Mon travail s'arrêtait là, posant une main sur son épaule je lui souhaitais de rencontrer quelqu'un qui lui convenait mieux et qui la méritait vraiment. Je parti pendant les premières larmes pour ne pas servir d'assistante sociale. Marchant dans les rues je décidais de m'arrêter dans un petit restaurant qui m'était étranger. Ce fut une grande surprise de voir que l'obstacle de ce matin n'était rien d'autre que la serveuse. Il faut croire que le hasard fait bien les choses. Après avoir chercher un premier contacte visuel qui échoua lamentablement, je décidais de prendre les choses en main et de lui adresser la parole. C'est ainsi qu'elle me reconnu sans aucun problème. Son visage se crispa à chaque parole prononcée. Peut être était elle frustrée de ne pouvoir me sauter à la gorge sur son lieu de travail? 

- Il se pourrait que ce soit moi, effectivement. Je m'arrêtais pour lui adresser un sourire en coin qui exprimait clairement que je jouais de la situation. Un café s'il vous plaît.


Spoiler:
 






©️Titania



Dernière édition par Oleg A. Rasputin le Ven 7 Fév - 23:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptySam 1 Fév - 4:07

Morgan
& Oleg
J’avais réussi à oublier cet abrutit qui n’avait pas fait attention et m’avais bousculé pendant mon jogging, il n’avait même pas pris la penne de s’excuser. Quel crétin… C’est en voyant ce genre de chose que j’étais heureuse d’être célibataire et que je voulais à tout prix le reste, car je n’avais aucune envie de vivre ce genre de chose au quotidien. Ou même de supporter un homme dans la vie de tous les jours… Devoir nettoyé ses poils sur la cuvette des toilettes, avoir de la mousse à raser dans le lavabo ou des restes de barbe mal rincés, ne plus pouvoir faire l’étoile de mer dans mon lit… Non quelle horreur ! Je tenais bien trop à ma vie de célibataire, beaucoup de femmes me prenaient pour une folle, car je n’étais pas des genres romantiques ou autres, mais j’étais une femme parfaitement épanouie dans mon célibat. Surtout qu’avec le corps que j’ai, mon désir sexuel est assouvi dès que j’en avais envie. Pouvoir profiter que du plaisir et ne pas ce soucier des inconvénients, ça c’est le pied ! Je me trouve même plus enviable qu'elles toutes, puisque je ne suis pas l’esclave d’un homme, à qui je dois faire à manger tout les jours, lui repasser ses chemises, être aux petits soins…je n’ai que moi à satisfaire ! Cela faisait trois heures que j’avais pris mon service et je n’étais pas encore partie en pause. La cigarette commençait à se faire envie. Ce mec arrivait au comptoir, occupé à faire mon travail et maintenir le tout propre, je ne m’étais pas retourné tout de suite sur lui. Je lui demandais ce qu’il voulait et il me demandait ce qu’il y avais, Je lui étaler rapidement une liste et me retourner enfin vers lui. Évidemment je le reconnu tout de suite, c’était ce crétin qui m’avait bousculé le matin pendant mon jogging. Je croisais mes bras sur ma poitrine, il répondait simplement à mon affirmation, qu'effectivement, c’était bien lui ce matin. Et jamais vous ne vous excusez quand vous bousculez quelqu’un ?  Il me demandait un café. Je me retournais et attrapais un gobelet ainsi que la cafetière, me tournant vers lui mais regardant ce que je faisais, je versais le café dans le gobelet, jusqu’en haut. Je reposais la cafetière et me tournais vers lui, pour lui apporter son café. C’est à ce moment-là que mon cerveau fusa et décidé d’assouvir une minuscule vengeance pour ce matin. Oui j’ai parfois mauvais caractère…surtout quand les gens sont mal polis ! Je posais le gobelet sur le comptoir et le fessais glisser jusqu’à lui, mais un peu trop et il chuta en plein sur son pantalon. Je pris alors un faux air d’excuse. Oups pardon !  Bien évidemment j’étais fière de moi. Comme dit, je n’aime pas les crétins, après tout, il avait cas s’excuser, ou tout simplement ne pas la bousculer ce matin… Ma collègue accourrait pour voir l’ampleur des dégâts. Et quand elle vit ma tête, elle fronça les sourcils. Morgan !! Oui bon, il n’était pas le premier…j’étais connu pour mon caractère de cochon, mais en attendant le patron savais qu’il gardait des clients grâce à moi, donc il passait sur ce genre d’incidents. Quoi ? C’est un accident ! J’avais dit ça d’un air totalement innocent. Je sortis des serviettes du dessous du comptoir. Je suis vraiment désolé Monsieur ! Le café est offert évidemment, ainsi que le suivant. Non mais elle ne veut pas lui tailler une pipe temps qu’elle y est elle . Elle m’exaspérait… Morgan, emmène Monsieur derrière, et aide le à réduire les dégâts ! Quoi ! Il en était hors de question. Elle me fusillait du regard. Mes épaules s’affaissèrent d’au moins trois mètres… J’étais prise à la gorge, car si je n’obéissais pas, ça aller me couter surement une journée de plus au boulot et finit les arrangements avec le patron. Suivez-moi… J’avais dit cela évidemment d’un ton lasse et je venais de soulever la tablette pour lui laisser le passage et qu’il puisse m’accompagner à l’arrière dans la buanderie du restaurant. S'il avait compris que ce n'était pas du tout un accident, il devait être en train de jubiler intérieurement, et cette idée m'énerver encore plus...
Code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyDim 2 Fév - 14:30

Tout est une question de regard

 
Morgan / Oleg


Après avoir prit un air sévère que les institutrices utilisent auprès de leurs élèves, la jeune femme me lança un regard noir en croisant les bras sur sa poitrine. J'avais bien compris que l'incident de ce matin l'avait énervé mais apparemment elle n'était toujours pas passé à autre chose. Je tentais de détendre l'atmosphère en souriant mais elle n'était pas réceptive. Elle était absorbée par sa tâche, qui consistait à me servir et ça ne lui plaisait pas du tout. Son côté bougon lui donnait un air sexy qui me ravissait. Je la regardais avec attention lorsqu'elle me tournait le dos. Elle était ni trop mince, ni trop épaisse, juste ce qu'il fallait. Elle se retourna brusquement vers moi, mon café à la main. J'entamais un explication à deux balles concernant mon attitude de ce matin. "Il se trouve que j'étais pressé, ne m'en voulez pas pour ce ..." pas le temps de terminer ma phrase. Elle posa mon gobelet sur le comptoir. C'était comme si je me doutais de l'événement futur sans pouvoir réagir. Le gobelet était trop plein et surtout posé sur la bordure du comptoir. Il était condamné à chuter et ce fut le cas. Le liquide brûlant tomba sur mon entre jambe et ma première réaction fut de me mordre la lèvre et de taper simultanément le poing sur la table. Ma descendance venait de prendre un sacré coup. La fin du monde aurait pu être dans les minutes à suivre, je m'en foutais royalement. La seule chose qui m'importais était de calmer cette chaleur insoutenable. Elle s'excusa pour faire bonne figure. Malheureusement pour elle, je ne suis pas n'importe quel client qui passerait l'éponge sur ce qu'il venait de se passer. Elle s'expliqua avec sa collègue qui, avec un air mécontent, prit mon parti. Je fixais la fameuse Morgan sans me préoccuper de ce que me disait sa collègue. Cette petite peste voulait jouer et elle était tomber sur le mauvais pigeon. "C'est un scandale !" . J'insistais sur les mots tout en la regardant pour qu'elle comprenne mon intention. Oui, très chère demoiselle, je ne te lâcherai pas. Je n'étais pas particulièrement pressé et j'allais faire tout mon possible pour la faire sortir de ses gons. Dépitée mais obligée de suivre les indications qu'on lui donnait, elle m'emmena dans les "coulisses" de ce petit restaurant. La sensation de supériorité qu'elle s'était donné venait de tomber à l'eau et sa déception ou plutôt son dégoût se lisait clairement sur son visage. Son côté rebelle n'avait aucun sens car elle ne s'en doutait peut être pas mais, ici, elle n'avait aucun pouvoir. Le client est roi et c'est une devise que toute serveuse à peu près normale devrait connaître. Un fois seul avec elle, je m'approchais brusquement ne laissant que quelques centimètres entre nous. Je refermais ma main autour de son poignet en exerçant une pression. "Il me semble que c'est cher payé pour un incident ridicule, Morgan" . Je commençais à froncer comme pour me donner un air menaçant. "Et commence par arrêter de me vouvoyer, venant de toi ça à vraiment le don de m'échauffer. Contrairement à ce que tu crois, je ne suis pas un pauvre type qui se laisse soumettre par une femme." . Ma main se refermait petit à petit sur son poignet comme un étau. De plus en plus fort à chaque parole. Elle avait dépassée les limites et je comptais bien lui montrer qu'elle n'avait aucune emprise sur moi, aucune!

  








©Titania

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyDim 2 Fév - 15:43

Morgan
& Oleg
Je venais de lui renverser son café sur lui. Oui bon, j’ai un sale caractère, mais ça ne date pas d’hier et je n’étais pas prête de changer. Le patron peu bien me viré, je m’en fiche. Je retrouverais sans soucis, comme toujours depuis que j’avais quitté ma ville natale. Je ne le laisse pas terminer sa phrase que le café été déjà sur son entre jambes. Je le vis alors serrer les dents et taper du poing sur le comptoir. Ma collègue arriva et me sermonna. Mon visage se ferme, déjà qu’il m’avait énervé, elle s’y mettait à présent. Je n’ai qu’une envie, poser mon tablier et les planter. Mais bon, j’ai malgré tout une certaine conscience professionnelle -si si je vous assure !- Je pose mon regard noir sur lui, il a la même pour moi. S’il croit qu’il me fait peur, il est mal barré. Il hurle que c’est un scandale. Je m’en fiche à un point, son regard en dit long. Mais qu’est-ce qu’il croit ? S’il a l’habitude des femmes qui se mettent à pleurer et à trembler alors qu’il a un regard noir et qu’il hurle… Il est tombé sur la mauvaise femme ! Mais en regardant ma collègue, effectivement je vois qu’elle est déjà moins à l’aise et je sens qu’elle n’aimerait pas que ce soit contre elle. Pauvre petite chose… Si seulement plus de femmes était plus forte, il y aurait moins de mecs comme lui. Alors que ma collègue me demande de passer à l’arrière du restaurant avec lui pour "minimiser les dégâts" et que je cède pour ne pas faire preuve d’une totale mauvaise foi. Il me suit. Mais une fois seule, en dehors des regards il attrape mon poignet et se rapproche brutalement de moi, laissant à penne quelques centimètres pour nous séparer. Évidemment il ravive mon énervement. Il me dit que la chose est chère payer pour un petit incident. Je suis énervé, mais je modère le ton de ma voix quand je lui réponds. Votre mère ne vous a jamais appris la politesse, un « excusez-moi » prend à penne 2 secondes et contente tout le monde. La politesse est une chose qui malheureusement se raréfie et qui pourtant apporte beaucoup ! Je le vois froncer les sourcils, prenant un visage plus dur encore. Le voir de si prêt et malgré la situation me fait prendre conscience que malgré son âge, surement dans la quarantaine, il est encore séduisant, il a même un côté bestial qui me plaît assez ! Il me demande de ne plus le vouvoyer, que ça l’énerve venant de moi ! Et pourquoi tout particulièrement ? Je ne fais que mon boulot en le vouvoyant. Mais je note. Puis il enchaine en me disant qu’il ne fait pas partie de ses hommes qui se laissent soumettre face à une femme. Sur ses mots sa main se serre encore sur mon poignet, provoquant un début de douleur, mais je ne le montre pas, c’est-ce qu'il cherche. Mais malheureusement pour lui, il est mal tombé aussi, je ne fais pas partie de ses femmes qui s’abaissent devant un homme et encore moins avec mon état d’esprit actuel. Je remarque aussi son accent russe. Qui s’intensifie plus il s’énerve. Si vous croyez également que je fais partie de ses femmes qui se soumettent devant un homme juste parce qu’il use de la force sur elle, vous vous trompez également. Je ne me suis jamais abaissé devant un homme et ce n’est pas demain la veille que ce point changera ! Mon regard était planté dans le sien, je ne cillait pas, s'il n’avait jamais eu affaire à un bout de femme comme moi, il allait être servis. Mais je préférais mourir que me soumettre à un homme juste parce qu’il a plus de force que moi ! Évidemment je continue de le vouvoyer, d’une part, parce que ça l’énerve et d’autres, parce qu’il n’est qu’un simple client et je n’ai pas l’intention de mettre plus de proximité entre nous. Il devait être avocat ou un métier du genre, un travail plus ou moins bien payer et haut placé, pour être ainsi. Ce genre de mec avait l’impression d’avoir plus de pouvoir juste parce qu’il avait du fric et un costard, alors sur une pauvre petite serveuse comme moi, évidemment cela ne pas marcher sur moi, mais sur les autres, celles qui ont peur de perdre leur travail. Je me demandais même s’il avait déjà pu faire du chantage sexuel sur ce genre de femme… La méthode n’était pas rare ! Maintenant, j’ai un service à assurer je n’ai pas tout l’après-midi à consacrer à votre pantalon. Si vous voulez bien ! Je n’avais toujours pas bougé, mon regard planté dans le sien, mes mains n’avaient pas bougé et sa main était toujours autour de mon poignet, commençant à l’endolorir. Mais je ne veux pas lui donner le moindre signe de souffrance, c’est ce qu’il cherche...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyDim 2 Fév - 23:33

Tout est une question de regard

 
Morgan / Oleg



Provocation. Voilà ce qu'elle faisait. Elle essayait de me faire des leçons de morale sans même faire attention à la manière dont elle agissait. D'un côté, on a un homme qui bouscule une jeune femme et lève le bras en guise d'excuse. De l'autre, une femme qui use de la vengeance en brûlant le corps de son adversaire pour un minuscule incident. Au tribunal, les jurés auraient voté coupable pour cette petite serveuse et non moi. Impulsive, le mot qui pourrait la décrire en entier. Défaut qui lui attirera sûrement des problèmes par la suite. N'importe quel loubard du coin pourrait la ruée de coup pour le quart de ce qu'elle a fait et je ne pense pas qu'elle oserait ouvrir son clapet. Autrefois, sa gorge serait passée entre mes mains et l'affaire aurait été finie en même pas cinq minutes. J'aurai regarder ses yeux se marquer de petites veines tout en savourant ma victoire mais malheureusement par les temps qui courent, étrangler quelqu'un est assez mal vu par la société. J'essayais donc de me décontracter en voyant qu'elle ne baissait pas le regard. Elle ne céderait pas. Je libérais son poignet avant d'aller trop loin et de ne plus me contrôler. J'attendais qu'elle s'arrête enfin de geindre pour la sermonner. Après tout c'était moi le plus âgé des deux, elle me devait au moins le respect de m'écouter. Je savais très bien qu'elle n'avait pas tout son temps mais le fait qu'elle veuille partir si vite prouvait qu'elle n'était pas à l'aise dans la situation. "Laisse ma mère reposer en paix. La tienne par contre aurait dû t'apprendre le sang froid." J'enchainais sans même lui laisser le temps d'ouvrir la bouche : "Pas la peine de répliquer une fois de plus, j'en ai assez de ton côté féministe. Certes, je t'ai bousculé et j'en suis désolé. Mais dans l'histoire c'est bien toi qui a été trop loin. Ton côté diva qui ne respecte personne te trahira un jour, fais moi confiance. La fierté n'a jamais aidé personne...". L'atmosphère était silencieuse en dehors de la salle. Est-ce que sa collègue nous écoutait ? Probable. En tout cas, les clients devaient avoir leur dose de spectacle pour la journée. Je m'écartais d'elle pour aller me poser sur la table qui se tenait dans le coin opposé de cette petite pièce. De la main gauche je pris le torchon qui était posé à côté de moi et en soupirant je lui demandais : "tu as quelque chose pour arranger ça?" en montrant la tâche de café qui laissait croire que je m'étais fais dessus, tel un petit vieux incontinent. Ce n'est pas que j'avais honte de sortir dehors comme ça mais il fallait que j'arrange les chose un minimum avant que la tâche ne sèche pour ne pas perdre ce pantalon qui m'avait coûté une blinde. Elle restait silencieuse, comme si elle prononçait un discours entier dans sa tête. Elle était encore sur ses gardes et ça se voyait car elle ne me quittait pas du regard.


  






©Titania



Dernière édition par Oleg A. Rasputin le Mer 5 Fév - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyLun 3 Fév - 1:47

Morgan
& Oleg
Je ne sais évidemment pas qui il est ou qui il ai pu être par le passé et même si je le savais, je ne le croirais pas, ne croyant pas du tout on conte pour enfant ou autre connerie…alors de là à croire qu’il était revenu à la vie via une malédiction, en plus d’être un homme autoritaire et impulsif -oui tout comme moi- il serait bon pour l’asile ! Il me tenait toujours fermement par le poignet, il attendait que je finisse pour enfin me répondre. Il libère mon poignet. Je ne bouge pas. Encore aurait-il fallu une mère pour qu’elle m’apprenne le sang froid. J’avais été ainsi toute ma vie et je m’étais toujours sortis de toutes les situations, même les plus difficiles. Il enchaina aussitôt pour que je n'ouvre pas la bouche une fois de plus, même si cela n’était pas dans mon intention. Il me dit que je suis aller trop loin et que je joue ma diva. Sur ce mot j’en reste bouche bée, on m’avait traité de bien des choses en trente et un ans, mais jamais de diva. J’écoute la suite de son sermon, il pense que je ne respect personne, c’est là qu’il a tort ! Il me dit que la fierté n’a jamais aidé personne, oui, je me doute qu’il a dû en faire l’expérience… Le silence tombait entre nous, il me fixait toujours, tout comme je le fixais. Je me fichais bien de ce qu’il pouvait bien se passer en dehors d’ici. Il s’écartait enfin. Il attrapait un torchon et tentait d’éponge la tache qui avait déjà commencé à sécher puisqu’il avait décidé de me sermonner avant de s’occuper de ça. Dans un soupir et voyant que cela ne faisait rien il me demande si j’avais quelques choses pour ça. Mon silence avant de lui répondre n’étais autre que je chercher quoi mettre là-dessus, mais d’abord, le mieux serait d’aller à la buanderie et non rester dans la réserve… Suivez-moi. Le vouvoiement n’était plus pour le provoquer, juste une habitude envers les clients. Je lui tournais une nouvelle fois le dos et me diriger vers la porte du fond. J’allume la lumière de la pièce totalement carrelée en blanc. Là se trouver deux machines à laver, un sèche-linge, un fer avec sa table à repasser et un lavabo ainsi que des étagères avec des produits d’entretien. Je le laissais entrer, en profitant pour aller vider le sèche-linge des serviettes en tissu, du restaurant. Je me tournais enfin vers lui, je surpris son regard sur moi. J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à cela, surtout après l’épisode dans la réserve… Donnez-moi votre pantalon. Je le sentais retissant à me laisser son incroyable pantalon hors de prix. Je soupire. J’ai travaillé dans une laverie et une blanchisserie, je sais ce que je fais, je ne vous saloperais pas plus votre pantalon ! Il se décidait enfin à déboucler sa ceinture et me tendre son pantalon. Je le saisis, regarder l’étiquette pour en connaitre le tissu et me diriger vers le lavabo. Je pris le produit adapté à cette matière et je commence à frotter la tache dans le lavabo, en silence, lui tournant toujours le dos. Nous étions devenus bien silencieux après cette belle tempête. Je coupais l’eau tiède, j’essorais le pantalon, et me tourner vers lui, je fus surprise qu’il soit si proche de moi. Je lui montre son pantalon. Une fois sec, il n’aura plus aucune trace. Mais il allait devoir attendre que son pantalon sèche. Car à présent, il était bien plus que mouillé, mais bon, il était propre. Je m’écartais, non pas par peur, juste parce que j’allais cherche un cintre pour pendre le pantalon et le faire sécher. J’attrapais alors mon paquet de cigarettes dans mon tablier ainsi que mon briquet et me diriger vers la deuxième porte de la pièce qui était là sortis de derrière, lieu où les employer pouvait fumer. En passant à coté de lui je m’arrête, lui ouvrant mon paquet. Vous fumez ? Oui la tension était retombée, pour moi en tout cas, rien ne serait oublié, mais l’histoire ne valait pas la peine d’être continuée et puis j'avais vraiment envie d'une cigarette !
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyMer 5 Fév - 1:05

Tout est une question de regard

 
Morgan / Oleg




C'est plus détendue que la jeune femme m'indiqua le chemin jusqu'à buanderie du restaurant. Je la suivais sans broncher. La luminosité de la pièce entièrement vêtue de blanc me força à plisser les yeux. Cet endroit était encore plus équipée qu'un pressing et cette vision me fit sourire. J'observais les objets de torture pour textiles avec attention car même si je connaissais leur utilité, j'étais incapable de m'en servir. Il faut dire que je trouvais toujours quelqu'un pour effectuer les tâches qui me repoussais et le linge en faisait partie. J'observais cette femme pleine d'énergie qui vaquait à ses occupations quotidiennes. L'atmosphère était très calme depuis que je m'étais excusé ce qui n'était absolument pas dans mes habitudes. Je préférais dégager un air froid et menaçant à longueur de journée pour repousser les gens et être tranquille mais cette femme avait du caractère. Agaçant certes, mais c'était rare de croiser quelqu'un de si menue oser ouvrir sa bouche face à un grand gaillard comme moi. Il était évident que je devais garder mes impressions pour moi, sans quoi, je serai le perdant de l'histoire. Me redonnant à nouveau son attention, elle me demanda mon pantalon. J'esquissais une légère grimace d'étonnement face à cette requête inattendue. Après quelques minutes d'hésitation, je me laissais convaincre. Débouclant ma ceinture de la main gauche et mon bouton de la main droite, je laissais tomber mon pantalon sur mes chevilles. J'enlevais mes chaussures avec peine car en toute logique, j'aurai mieux fais de les retirer avant mais la situation était si étrange que je ne réfléchissais plus. Je lui donnais. Me tournant une nouvelle fois le dos elle s'attaqua dans une lutte contre la tâche de café. Je m'avançais discrètement pour voir comment elle s'en sortait. Les mains pleines de mousse elle rattrapa une de ces mèches de cheveux à l'aide de son poignet. Rinçant le tout, elle essorait le pantalon avant de se retourner. Je me trouvais face à elle. Situation légèrement ridicule car, chaussettes à mis-mollet et chemise débraillée, je tuais le glamour de cette scène. Cependant, elle eu la décence de ne pas m'observer de Long en large dans cette tenue légère. J'avais l'habitude de fréquenter plusieurs femmes mais me retrouver dans une telle situation était complètement inhabituel. J'étais pourtant loin d'être pudique mais me retrouver les jambes à l'air face à une femme entièrement vêtue était dérangeant. J'étais rester silencieux depuis mon entrée dans cette pièce et je ne savais pas comment démarrer une discussion. Elle me montra le pantalon comme pour me rassurer et j'étais satisfait de voir qu'elle s'était admirablement bien débrouillée. La tâche avait disparue mais je ne pouvais pas me rhabiller tout de suite car je risquais de me tremper entièrement les jambes. Elle sorti son paquet de cigarettes et m'en proposa une. J'acceptais avec joie soufflant un léger merci. Je sortais mon briquet de la poche de ma chemise et lui tendais la flamme. Elle se pencha délicatement tirant dessus pour l'allumer avant de s'écarter. J'allumais ensuite la mienne en me posant contre une machine à laver.  "J'en avais bien besoin." Je tirais une latte ou deux en silence avant de continuer à parler.  "Et bien, il faut croire que le tabac calme les crises. Pardonne mon allure, comme tu peux le voir je ne me suis pas épilée"dis-je en caricaturant une voix de donzelle. Mon humour avait toujours frôler le ridicule mais je ne pouvais m'en empêcher. Je guettais sa réaction sans rien dire. 
 


 






[/color]
©Titania




Dernière édition par Oleg A. Rasputin le Ven 7 Fév - 0:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyJeu 6 Fév - 1:01

Morgan
& Oleg
Mon côté rancunier été descendu au niveau zéro dès lors qu’il c’était excusé. J’avais eu ce que je voulais, par des fins peu conventionnels et surement excessifs, mais je l’avais obtenu. Je nous conduis dans la buanderie du restaurant qui effectivement est bien équipé, avec toutes les serviettes en tissu qui étaient salis par jour, il fallait sans cesse refaire un approvisionnement, et il était à notre charge de les laver, sécher et repasser impeccablement. Seulement la tache du repassage, je n’avais pas envie de la faire devant cet homme. Je porte de nouveau mon attention sur lui et lui demande son pantalon, oui je n’ai pas très envie de nettoyer cette tache directement sur lui et devoir toucher des parties qui seraient plus que gênante pour lui comme pour moi…et puis, je n’en ai tout simplement pas l’envie ! Il me finit par me le donner. Je le regarde déboucler sa ceinture d’une main et son bouton de l’autre. Sans un mot, je ne le détaille pas, mais je le trouve très à l’aise dans ses gestes. Il me tend son pantalon, je le prends et me dirige vers le lavabo où je commence ma tâche de retirer cette tâche provoquer par mes soins. Au moins il ne pourrait pas dire que je suis de mauvaise foi sur ce point ! Je répare les dégâts que je venais de causer. Étant penché sur ma tâche et concentré, évidemment j’oublie qu’il est là, dans mon dos, je replace mes longues mèches rebelles comme je peux à l’aide de mon poignet qui avait d’ailleurs pris une teinte plus sombre et violette. J’avais toujours été quelqu’un qui marqué très vite sous les coups. Mon poignet en était encore une preuve. Une fois la tâche totalement disparue, je rince le tout, essore le pantalon entre mes mains et lorsque je me retourne, il est là derrière moi. Je suis surprise. Non pas de peur, mais je ne l’avais tout simplement pas entendu. Je lui montre le pantalon, il semble satisfait. J’accroche alors le pantalon sur un cintre pour qu’il sèche, puis je sors enfin mon paquet de cigarettes et le lui tend. Il en prend une, j’en porte une à mes lèvres. Il dégaine alors son superbe briquet et me tend la flamme. Je me penche tirant sur ma cigarette et retenant mais quelques cheveux tombants, pour qu'ils ne rencontrent pas la flamme. Vu leur longueur, je serais malheureuse de devoir en perdre ! Il parle pour la première fois depuis que nous sommes entrés ici, pourquoi n’a-t-il pas parlé tout ce temps ? J’avais du mal à croire que cet homme, avec autant de présence et imposante, soit si silencieux. Mais après tout… Alors qu’il s’appuie contre une des machines à laver, il me dit que le tabac calme les crises, puis de pardonner son allure, qu’il ne sait pas épiler avant. Je vais m’assoir sur le sèche-linge. Je le regard enfin en détail, laissant descendre mon regard de son visage jusqu’à ses jambes. Je relâche ma fumée de cigarette et remontant mon regard sur ses yeux. Pas la peine de complexer à cause des miennes qui son impeccable. Je souris et regarde les miennes en les tendant l’une après l’autre pour que je puisse les regarder. Je prends une nouvelle taf et le regarde de nouveau. Tenant mon briquet entre mes doigts, je joue avec, comme je le fais souvent, en le fessant tourner. Mais les choses peuvent s’arranger, un peu de cire et hop. Je n’ai jamais été esthéticienne, ça pourrait être une idée de reconversion ! Je souris de nouveau dans mes moustaches. J’avais l’impression qu’il se donnait un air, pour ne pas perdre la face. Comme s'il se sentait nu de ne plus avoir son pantalon devant une femme. Personnellement, la chose ne me déranger pas, combien de fois j’avais pu voir des hommes dans ce genre de tenue, bon souvent je finissais à peu près de la même façon…mais bon, pour moi c’était juste devenu une journée un peu plus pimenté. Je fais tomber mon briquet par maladresse. Je descends alors du sèche-linge. Je m’accroupis alors pour le récupérer. En me redressant mon pied glisse sur la flaque qui s’était formé sur le sol, juste en dessous du pantalon en train de sécher. Je glisse et me retale royalement sur les genoux avant même de pouvoir dire « ouf ». Avant que je n’aie eu le temps de me relever, ma collègue entre dans la buanderie et me trouve alors à genoux devant lui sans son pantalon -évidemment- lui, penché sur moi. Elle nous regarde avec des gros yeux, l’air gêné. Nous, surpris n’avons même pas le temps de dire quoi que ce soit qu’elle s’excuse, marmonne qu’elle repassera plus tard et referme la porte. Nous nous regardons comme deux ronds de flan. Et voilà comment j’allais encore passer pour la salope de service en étant juste tombé…mais la connaissant elle allait colporter une tout autre rumeur. M’enfin si cela pouvait pimenter sa petite vie morose en m’en inventant une, soit ! Je me relève et une fois sur mes deux jambes. Merci. Lui dis-je alors qu’il venait de m'aider. Je glisse ma cigarette entre mes lèvres puis je me penche pour retirer l’eau sur mes genoux à l’aide de mes deux mains. Je prends alors des serviettes dans le panier prés de l’homme et les places sous le pantalon qui avait presque fini de goutter. Cette honte que je venais de me prendre, j’avais glissé lamentablement devant lui et ma collègue qui devait surement penser que j’étais en train de lui faire des « choses » pour oublier cette histoire… Non la journée était finalement tout à fait normale !
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyVen 7 Fév - 1:08

Tout est une question de regard

 
Morgan / Oleg





Réaction plutôt positive à ma petite vanne qui essayait de détendre l'atmosphère. Tout en les tendant à tour de rôle, elle complimentait ses jambes. Impeccables peut être pas mais ravissantes ça c'est une certitude. Longues et fines comme les mannequins sur les affiches qu'on pouvait voir pendant un certain temps sur les pancartes des arrêts de bus. Plus d'une femme la jalouserai sur ce point. "Et bien je serais ton premier cobaye!". Elle sourit enfin. C'était bien la première fois que je voyais son visage se détendre. Je la regardais attentivement car il ne faut pas mentir, c'est une très jolie femme. Cela faisait bien cinq minutes qu'elle jouait avec son briquet, le faisant pivoter entre ses doigts. Comme fasciné par ce petit jeu, je fixe ce petit objet qui avec maladresse, s'échoue sur le sol. Sans vraiment savoir ce qu'il se passe, je retrouve la brunette devant moi, à genoux. Je regarde la flaque à côté d'elle en devinant sans mal qu'elle venait de déraper dessus. Je me mords la lèvre en imaginant l'état de son genoux probablement écorché par le carrelage. Au même moment sa collègue entre dans la pièce, sûrement pour vérifier si Morgan n'était pas en train de m'égorger. Écarquillant les yeux, la serveuse prend un air de dégoût tout en me regardant. Ne réalisant pas tout de suite que ma lèvre mordillée me donne un air de pervers, je lui fais signe pour savoir ce qu'il l'amène. Elle s'excuse et referme la porte. Comme les enfants pris sur le fait sans avoir prémédité leur geste, nous nous regardons médusés. Sans pouvoir me contenir j'explose de rire. Mes épaules sautillent sans arrêt. Cachant mes yeux avec ma main pour ne plus voir cette scène affreusement ridicule j'essaye de me calmer, tant bien que mal. Lui tendant une main, je l'aide afin que ce moment ambigu prenne fin. Voilà un incident bien étrange. Cette scène me rappelait une pièce de théâtre à suspens mal jouée. J'en connais une qui allait passer un sale quart d'heure après mon départ. Entre femmes, il n'en fallait pas plus pour divulguer une toute autre version que la vérité. Elles ont toujours tendance à exagérer la situation pour la rendre plus équivoque ou tout simplement plus spectaculaire. N'ont elles rien d'autre à faire que colporter des cancans ? Il faut croire qu'entre deux tâches ménagères, cela les divertis. Ne disant un seul mot elle se vengea en estompant la flaque d'eau qui l'avait mise dans l'embarra. "Si j'avais su, je lui aurait proposé de participer" dis-je en esquissant un sourire malsain qui en disant long sur le scénario qui se déroulait dans ma tête. "Elle serait sûrement partit en courant. Elle ne doit pas s'amuser souvent celle là" je ne pu m'empêcher de mimer des guillemets en prononçant ma dernière phrase. Passant mon mégot sous l'eau du robinet, j'éteignais la braise avant de le jeter dans la poubelle. La petite brune ne répondait toujours pas. Était-elle gênée de la situation? "Vu que les choses se font plutôt rapidement entre nous, je pourrais déjà te donner la clef de chez moi!" dis-je en riant. Je relevais la tête pour lui lancer un regard complice. Passant une main dans mes cheveux je m'approchais de mon pantalon avant de le remettre. Il était encore bien humide et la sensation de froid était particulièrement désagréable. M'amusant de la situation face au silence de ma partenaire de cochonneries imaginaires, je fis mine d'aller chercher sa collègue pour faire plus "ample connaissance". Paniquée, la brunette me jeta un regard noir avant que je passe la porte. Je revenais quelques secondes après avec deux verres et une bouteille de vodka. Après tout, j'avais le droit à deux verres gratuits!
 


 






[/color]
©Titania


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyVen 7 Fév - 13:52

Morgan
& Oleg
La scène c’était dérouler tellement vite que mon cerveau n’eu pas le temps de tout comprendre. J’étais à genoux devant cet homme, qui lui était sans son pantalon, ma collègue entrée et nous découvrer ainsi, lui déjà prêts à m’aider, penché sur moi, ses yeux en disaient long ! Elle s’imaginait déjà un tout autre scénario que le réel. Nous n’avons même pas le temps de dire un mot qu’elle s’excuse et referme la porte. Je le regarde et le vois partir en éclat de rire. J’en rigole aussi évidemment cette situation était tellement grotesque. Et dire que nous nous sautions au cou quelques minutes avant à la limite de nous entre-tuer… Il me tend sa main pour m’aider à me relever. Je la prends. C’est la première fois que je le touche. Car c’était lui qui m’avait agrippé le poignet, j’avais évité tout contact avec lui, jusqu’à celui-ci. Alors que je suis en train d’examiner mes genoux, il raconte qu’il aurait dû l’invité à participer. Je lève mon regard sur lui et je vois son sourire qui en dit long sur ses pensées Je souris. Puis il achève en disant qu’elle ne devait pas s’amuser beaucoup. Évidemment je comprends très bien de quoi il parle. Oh non, elle est plutôt du genre « pas avant le mariage » et à avoir un air dégouter quand on lui parle ne serait-ce que d'un bisou… Je prenais les mimiques d'une petite prude un peu proute-proute tout en disant ça. Je le suivis pour éteindre à mon tour ma cigarette et mettre le mégot dans la poubelle. Comme j’avais des cheveux dans tous les sens, en dehors de ma queue-de-cheval, je tirer sur mon élastique, mes cheveux se repartirent dans tout mon dos. Je les rattrapais tous dans une main, et les tiré dans l’élastique de l’autre, refaisant une queue-de-cheval haute, plus "conforme". Il m’annonçait qu'a la vitesse ou les choses aller entre nous, il pouvait déjà me donner les clés de chez lui. Je pouffai de rire sous l’annonce. Moi avoir les clés de l’appartement d’un homme ? Il avait mal cerné le personnage visiblement. Il y a tellement d’autres endroits plus intéressants qu’un appartement. Je lui souris, entrant dans son jeu. Je le regarde sourire, il se passe une main dans les cheveux. L’expression de son visage avait totalement changé. Je me surprise à penser d’une façon totalement différente d’un coup. Malgré le fait qu'il était plus âgé que moi, je le trouve beau, sexy plutôt. Il dégage quelque chose de très sensuelle. Ses gestes sures, sa force, son expression, j’en venais à me demander quel amant il ferait. Quand il s’avançait vers son pantalon pour l’enfiler, je le détaillé un peu plus, piqué par la curiosité. Il avait l’air sportif, de quelqu’un qui prend soins de lui pour ne par être rattrapé par l’âge de son corps. Il avait quelques débuts de rides, mais j’ai déjà  été courtisée par des hommes bien moins conservé qu’il ne l’est. Il enfile son pantalon et au plissement de ses lèvres je comprends qu’il est froid. Puis il se dirige vers la porte. Je ne sais pas ce qu’il va faire, j’espère qu’il ne va pas chercher ma collègue ! Mais bon…il allait falloir que je reprenne mon travail, cette "pause" commençait à durer plus qu’un peu. Elle été seule au service et j’allais forcément en avoir des échos par le patron cette fois. Et surement pas les meilleurs…J’éponge la flaque en son absence et abandonne les serviettes humide dans l’une des machines à laver lorsqu’il revient avec une bouteille de vodka et deux verres. Oh c’était la meilleure ça, il aller tourner à la vodka. Et puis mon cerveau ne fit qu’un tour. Je ne savais pas quel été son accent, je venais de comprendre ! Tu es Russe ?! C’était sortie naturellement, comme si je venais de pensé à voix haute. Et je venais de me rendre compte, que je venais de le tutoyer pour la première fois ! Je savais de toute façon, que du moment où j’avais commencé à le regarder comme un potentiel amant, mon comportement changerait. Moins de froideur, plus de jeu. La Morgan du quotidien en soit. Il se tournait vers moi, me répond à l’affirmatif. Et bien si tous les russes étaient aussi sexy et charismatique, c’est la bas que je me serais échouée ! Si tu veux bien, il faut que je reprenne mon service. Je me dirigeais vers la porte l’ouvrant et la lui tenant, fermant la lumière derrière nous puis le laissant repasser coté client du comptoir et moi restant derrière. Je le laisse s’installer. Là je vois ma collègue qui me lance un regard assassin. Pour toute réponse je lui lance un radieux sourire. Je m’entendais avec tout mes collègues, sauf elle… Je reprends alors mon travail de serveuse derrière le comptoir, restant près de lui pour continuer notre discution, tout en servant les quelques clients qui venaient chercher leur commande. Au faite, comment tu t’appelle ? Car bon, t’appeler le mec du jogging c’est long et pas terrible ! Je me stoppe face à lui alors qu’il n’y avait pas de client autre que lui, pour le moment.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyVen 7 Fév - 23:28

Tout est une question de regard

 
Morgan / Oleg




Il y a tellement d’autres endroits plus intéressants qu’un appartement. Ces mots résonnaient dans ma tête comme un appel à la débauche. Était-elle tout simplement rentrée dans mon jeu ou me tendait-elle une perche? Cette femme était différente des autres. Maintenant je le voyais, elle n'aimait pas un homme mais LES hommes. La plupart d'entres elles auraient mal réagis à mes petites vannes mais pour elle, il n'y avait rien de choquant. Même si je faisais mine de ne rien remarquer, elle me dévorait des yeux. La situation était totalement différente, c'était comme si on était sur la même longueur d'onde. Elle n'était pas du genre à fréquenter le même homme et à avoir une vie normale de petite serveuse dépassée par son travail. Après tout, aimer s'amuser avec les hommes n'était pas une mauvaise chose et puis cela lui permettait d'avoir de nombreuses expériences. Perdu dans mes pensées obscures, je reviens dans la pièce accompagné d'une bouteille de vodka et de deux verres. Entrevue de courte durée car elle devait retourner d'urgence dans la salle principale afin d'assurer le service. Déçu et légèrement froissé, je reste la bouteille à la main. "Il faut croire que mon accent m'a trahi!". Je remarquais qu'enfin le mot tu sortait de sa bouche. On venait de passer un cap et ce n'est certainement pas moi qui le nierais. Je ne faisais pas attention à la pimbêche qui rodait dans le coin pour nous écouter et me dirigeais vers le comptoir où je m'installais calmement. Tout en s'affairant près de la machine à café pendant qu'un petit grassouillet attend sa commande, elle me questionne. Je laisse échapper un rire suite au surnom qu'elle me donne avant de lui indiquer mon prénom pour lui faciliter la tâche. "Je m'appelle Oleg, Oleg Rasputin". Tout en me servant un fond de vodka, je dépose le deuxième verre de l'autre côté du comptoir. J'ai rapidement conclu qu'il était impossible pour elle de trinquer sur son lieu de travail sans avoir de soucis. Se plaçant face à moi, la jeune femme me regarde descendre mon verre. Je pose une main sur la sienne en lui soufflant quelques mots "Laisse moi t'en offrir un, un de ces soirs". Sortant de ma bouche cette phrase ressemblait plus à un ordre qu'à une proposition. Je me raclais la gorge comme pour chasser ce ton autoritaire qui n'était plus chez moi, qu'une stupide habitude. Étrangement, avec elle, je ne ressentais pas la nécessité d'être encore plus sombre que je ne l'étais d'habitude. Comme si elle était étrangère à toute ces histoires de vengeances qui me ruinait l'esprit... Étrangère à tous les problèmes que je pouvais causer. La pimbêche revient comme un ouragan et vient interrompre notre tête à tête posant de toute ses forces un plateau pleins de vaisselles. Je serre mon poing par contrariété.  "Tiens, tu veux lui donner un vrai scoop à divulguer aux autres?". Accoudée au comptoir, j'approche mon visage d'elle lentement pour lui laisser le temps d'analyser la situation. Est-ce que je lui plaisais suffisamment pour prendre un tel risque auprès de sa collègue, j'allais en être fixé.







©Titania



Dernière édition par Oleg A. Rasputin le Dim 9 Fév - 22:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptySam 8 Fév - 1:48

Morgan
& Oleg
C’est à contre cœur que je dois retourner travailler. Mais déjà que le patron devait déjà être au courant de l’incident, il aller obtenir une fausse info sur mes "pratiques" aux boulots et en plus on aller dire que je tire au flanc. Cela faisait beaucoup en une seule soirée, ça sentait gros la perte d’emploi et le pointage à l’agence d’emploi. Et tout cela, juste pour lui. Mais en même temps, il semblait une bonne raison pour autant de débauche ce soir, plus la soirée filait, plus il devenait intéressant, beaucoup plus que ce que je pensais au départ ! En le tutoyant j’avais levé une barrière et ce n’était pas pour me déplaire non plus. Donc quand il revenait avec ses deux verres et sa bouteille de vodka, je dus, malheureusement, lui dire que je devais retourner derrière le comptoir. Je lui demande finalement son prénom. Il me sort la totale, même si son prénom me suffit amplement, je ne m’attachais jamais à avoir le reste, pour moi c’était comme les clés d’un appartement autre que les miennes, beaucoup trop encombrant… Et bien moi c’est Morgan, juste Morgan. Je lève les mains comme si je faisais une révérence. Je le regard se servir un verre et poser le deuxième verre face à moi. Ce n’est pas l’envie qui m’en manque, mais je suis en plein service et je pense avoir fait suffisamment parler de moi pour aujourd’hui. Il comprend que je ne peux pas, je le sens déçu. Il pose alors sa main sur la mienne et il me dit tout bas pour que moi seul entende qu’il veut que j’accepte son invitation pour en boire un, un autre jour. Je lui souris et me penche vers lui. Un seul ? Je ne me déplace pas pour si peu ! Je me redresse et lui souris toujours. Il voulait m’offrir un verre, c’est qu’il voulait me revoir. Est-ce que je l’intrigue ? Est t'il sur la même longueur d’onde que moi sur ce point ? Avec ma réponse dans la buanderie il devait bien avoir deviné que je ne cherchais pas le grand amour. Son ton autoritaire qui m’avait tellement énervé au départ, provoquer en moi, l’effet totalement inverse maintenant ! Ma collègue revint lâchant le plateau plein de vaisselle sur le comptoir. Nous tournons la tête en même temps vers elle. Lorsque je pose à nouveau mon regard sur Oleg, je vois que son point est serré, elle l’a énervé. Je souris. Il se penche de nouveau vers moi et parle de nouveau juste pour moi. Il me propose de donner un vrai scoop pour elle. Je le regarde de nouveau et je le vois s’approcher. Je me rapproche alors de lui, un large sourire aux lèvres, le regard plein de malice, je le descends finalement sur la bouteille de vodka, je la prends et me verse un verre que je bois cul sec. Il me regard plutôt étonner, ce n’est pas ce à quoi il s’attendait visiblement, j’en souris de plus belle, ravie. Je jette un dernier regard à ma collègue toujours présente à nous regarder. Puis tourne mon visage vers Oleg, d’une main j’attrape alors sa chemise, l’attire pour que nos bouches se rencontrent et lui roule une pelle magistrale. Je finis par le lâcher, il semble satisfait. Comme si nous venions de penser la même chose nous tournons tous les deux notre regard sur ma collègue, qui visiblement et au summum ne ce qu’elle peut supporter ! Elle est là, bras ballant et bouche grande ouverte, elle a l’air très choquée. J’éclate alors de rire, c’était vraiment une soirée géniale ! Voyant qu’elle ne bougeait plus, je repris mon sérieux et taper dans mes mains pour la faire revenir sur terre, quand je semblais enfin avoir son attention, je lui pointais du doigt une table qui venait juste d’arriver. Elle se décidait enfin à partir. Une jeune femme venait au comptoir me commander un café a emporté, je lui donnais, encaisser pour enfin revenir vers Oleg, qui ne m’avait pas quitté du regard. Si tu connais des restaurants qui embauchent, je pense que tu peux déjà me donner les adresses, je pense que demain je ne travaillerais plus ici. Je me mise à rire en repensant au déroulement de toute cette journée. Mais mes pensées revenaient sur l’acte que je venais de commettre. Je pouvais compter sur les doigts d’une main les hommes que j’avais embrassé, car oui je n’aime pas cela, je trouve que c’est trop "personnel", embrasser, c’est un truc de couple, incompatible avec ce que je recherche ! Mais ce bref contact avec lui venait de me faire prendre conscience que mon corps réclamait plus. Mais évidemment, cela je le gardais pour moi.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyDim 9 Fév - 22:53

Tout est une question de regard

 
Morgan / Oleg





Ravi quand elle sous-entend qu'elle accepte ma proposition, je lui souri en la dévorant du regard. Je la vois se rapprocher aussi lentement que moi, souriant à pleine dents. Je me demande si elle réfléchi à son acte ou si elle veut faire durer le plaisir. Fausse joie, elle ne continue pas sa route jusqu'à moi. Elle baisse les yeux et saisi la bouteille de vodka avant de se servir un verre et de se l'enfiler cul sec. Étonné, j'entrouvre légèrement la bouche sans même y réfléchir, haussant les sourcils. L'assurance de son geste était irrésistible. Elle s'amusait de la situation sans même penser aux conséquences. Pour le coup, nous étions deux étonnés : la pimbêche et moi. Contrairement à Morgan, je n'osais même pas regarder cette dernière qui était probablement tomber à terre sur son gros fessier gélatineux. Quitte à perdre son emploi, autant s'adonner à toute forme de provocations possible. Maintenant c'était trop tard, elle ne pouvait plus reculer. Si elle crachait dans les cafés qu'elle servait ou ramassait les sandwichs qu'elle avait fait tomber par terre pour les remettre en vitrine, le traitement serait le même que celui qui était prévu : la porte. Elle attrapa brutalement le col de ma chemise sans me laisser le temps et réagir et m'attirais à elle avec détermination. Nos lèvres s'entrechoquent et nos corps se lient avant de se découvrir un peu plus en profondeur. Elle me libère enfin de son emprise même si ma seule envie est d'y retourner. Nous échangeons un bref regard avant de se tourner simultanément vers notre spectatrice préférée. Comme un zombie, la jeune femme ne répondait plus d'elle même. Les conventions devaient être pour elle tout un état d'esprit et le spectacle dont elle venait d'être témoin n'était pas ce à quoi elle s'attendait. Cette scène confirmait ce qu'elle croyait avoir vu dans l'autre pièce. Les yeux quasiment vitreux de sa connerie, cette dernière reste raide et deviens pâle. Je rigolais légèrement en voyant cette mine affreuse. Le clapotement des mains de Morgan la réveilla soudainement de son état second et elle s'en alla, toute troublée. Je notais dans un coin de ma tête qu'il fallait que je lui présente un cousin pour la détendre un peu. Affichant un regard amusé, je me retournais vers Morgan. Elle réalisait à présent, tout en prenant la chose sur le ton de la rigolade, que la situation professionnelle allait battre de l'aile pendant quelques temps.  "T'inquiète pas, je vais m'occuper d'elle..." dis-je en lui adressant un clin d'œil qui laissait entendre que je plaisantais. Ne précisant pas plus sur mon intention je m'arrêtais de parler. Il n'y avait pas trente solutions avec ce genre de filles, il fallait payer pour acheter le silence. Je savais très bien que la brunette refuserait mon aide alors je gardais cette pensée satirique pour moi. Si cette femme aux grands principes refusait mon argent, ce qui serait probablement le cas, je serais bien obligé de devenir plus violent. Ce n'était pas dans mes habitudes de faire du mal, du moins physiquement, aux femmes. Il fallait bien un début à tout, n'est-ce pas?

"Bon alors, quand est-ce que tu m'accorde ce tête à tête?" j'agitais mon index d'elle à moi comme pour lui faire comprendre encore plus que je voulais me retrouver seul avec elle. Enfin tout du moins, sans qu'on soit observés par la pimbêche.  







©Titania



Dernière édition par Oleg A. Rasputin le Lun 10 Fév - 3:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyLun 10 Fév - 0:23

Morgan
& Oleg
Je suis pleinement consciente de mes actes lorsque je bois ce verre de vodka en plein boulot, mais aussi lorsque je l’attire vers moi pour l’embrasser, toujours en plein boulot puisque mon service ne finit que dans quatre heures. Vous dire que je suis aussi dévergondée tous les jours serré gros, non, mais ce soir, je pense avoir atteint une limite encore jamais franchie. Et tout ça à cause de lui, enfin à "cause", si j’en suis là, c’est aussi parce que je l’ai voulu. Et puis après tout, j’avais bien envie d’en faire mon quatre heures, même si nos premiers rapports n’ont pas été des meilleurs, je sens quelques choses en lui qui m’attire, oublier tout de suite les histoires de sentiments, non, c’est purement physique, il y a quelque chose que je n’explique pas et encore moins depuis que j’ai posé mes lèvres sur les siennes, mais j’ai l’impression que mon corps est comme une petite pucelle que l’on caresse pour la première fois et je le sais, je le veux, mais pas si facilement ! Je veux d'abord jouer, car je sens que je l’intéresse et je veux voir jusqu’où il ira s’il veut lui aussi m’avoir. Hors s’il n’était pas un minimal intéressé, il ne m’aurait jamais proposé un verre ! Il me dit qu’il allait s’occuper d’elle et me fit un clin d’œil. Je pose mes mains sur mes hanches et le regarde droit dans les yeux, me demandant bien ce qu’il compte lui faire. Il pique ma curiosité. Mais je ne demande pas. Pas la peine de t’épuiser avec elle, je connais ce genre de nana, peu importe le moyen, elle ne supporte pas les nanas comme moi, elle craquera un jour ou l’autre et ma sentence arrivera tôt ou tard. Et puis j’ai l’habitude de chercher du boulot, je n'ai pas besoin d'aide, mais merci ! Il voulait s’en occuper pour moi ! Mais pourquoi ? Après tout qu’est-ce que ça pouvait lui faire que je perde mon emploi après tout ? Je m’étais toujours débrouillée seule, je n’avais pas besoin de lui, ma demande d’adresse été juste une plaisanterie. Puis il changeât de nouveau de sujet, oubliant totalement cette pimbêche. Chose que je fis aussitôt en souriant à sa nouvelle demande. Il avait donc vraiment envie de me revoir. Mon charme avait encore opéré, j’en été satisfaite. En repensant à ma vie, j’avais pris une belle revanche sur la gent masculine ! Avec mon physique actuelle et le fait que je savoure ma vie à pleines dents sans me soucier de grand-chose, aucun ne se doute que je suis une ex-fille bouboule et moche. Ça me fait savourer d’autant plus ce genre de situation ! Huuumm.. Je fais mine de réfléchir tout en me rapprochant de lui. Je ne sais pas trop, vois-tu, je suis pas mal occupé... Je me penche de nouveau vers lui. J’attrape de nouveau la bouteille de vodka et nous verse un verre à chacun. Le mieux serait que tu me donnes tes disponibilités ! Je me redresse, le verre à la main. Je le tends en l’air, pour trinquer et je l’avale de nouveau cul sec. Voilà déjà notre deuxième verre. Au même moment le cuisinier passe pour prendre son service du soir. Il vient me faire la bise tout en passant son bras autour de moi. Je le lui retire aussitôt, qu’est-ce qu’il lui prend ? Il regarde Oleg d’une façon que je remarque et je finis par comprendre. En même temps, depuis le temps que je lui dis non, il n’a toujours pas compris… Mais il pense qu’il arrivera un jour à me passer dessus… Comment lui expliquer plus clairement, encore, que je ne suis pas du tout intéressé ? Je ne comprendrais décidément jamais les hommes… Moi quand je me fais rejeter, je stop net et je passe à autre chose ! J’ai du mal à comprendre pourquoi les gens s’accrochent à de l’espoir. Puis me viens une idée. Je lui tourne le dos et regarde Oleg. Finalement, si tu n’as rien de prévu ce soir après mon service, je pense pouvoir t’accorder ce verre ! Je lui souris à pleines dents. J’entends alors la porte claquée derrière moi, je me retourne, il a disparu, parfait, j’ai fais mouche ! Je me retourne encore une fois sur Oleg pour avoir sa réponse. Car ce n’était malgré tout pas des paroles en l’air, j’avais bien envie de boire plusieurs verres après le boulot, avec ou sans Oleg d’ailleurs !
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyLun 10 Fév - 3:18

Tout est une question de regard

 
Morgan / Oleg





Elle me taquine et fait mine d'hésiter. J'incline la tête en direction du comptoir en la secouant légèrement de gauche à droite. J'affichais un léger sourire en coin car je savais très bien ce qu'elle cherchait. Elle attendait que je me plie en quatre pour elle. Si cette attitude pouvait m'aider à la mettre plus rapidement dans mon lit, je n'hésiterai pas une seconde, à condition de rester un minimum viril. La dignité était de mise pour conquérir une femme, après tout, qui voudrait d'un homme soumis? J'avais usé plusieurs fois de cette technique parce que les femmes aiment malgré tout ce qu'elles peuvent prétendre, paraître inaccessibles. Elles veulent être dégagée de toute obligation, ne suivre aucune directive. Morgan remplie à nouveau nos verres et attaque le sien d'une traite. Je garde le mien face à moi en le regardant. "Je ne te force pas la main tu sais". Je fais glisser mon verre entre mes mains, essayant de ne pas renverser de la substance. Un vent froid rentre dans la pièce. Je lève la tête pour regarder ce qu'il se passe. Un mec arrive et passe le bras autour de la taille de Morgan avant de lui faire la bise. Elle le dégage assez brusquement et j'en conclu que ce n'est pas la première fois que le jeune homme tente sa chance. Encore un vieux garçon qui reste chez lui le soir, devant sa télé accompagné de sa bière et de sa pizza. Il me lance un regard hostile comme si j'étais sur son terrain de chasse. Je ne le lâche pas du regard et sans m'en rendre compte, mon visage se crispe. Une concurrence vient de naître même si je sais très bien qu'il ne m'arrive pas à la cheville. Je le regarde, levant mon verre comme pour le saluer. Laissant échapper un Nazdarovye, je joins mon verre à mes lèvres et l'englouti d'un seul coup. S'il pouvait me fusiller du regard, je suis sûr qu'il n'aurait pas hésiter une seconde. La proposition de Morgan n'était pas innocente et je le savais bien. Elle essayait, m'utilisant comme appât, de se débarrasser de son fardeau. Le mec se met à froncer, essayant de m'impressionner. Si seulement ce crétin savait à qui il a affaire, il se serait cacher sous le comptoir à mon premier battement de cils. Son visage devient légèrement plus rosé, comme si le feu lui montait aux joues. Tout en soupirant, il claque la porte derrière lui pour marquer son mécontentement. "Pas commode ton acolyte... La prochaine fois préviens moi, que je fasse les choses en grand!" lui dis-je en souriant. Je venais de gagner une bataille de plus même si je ne l'avais pas affronté directement. Un combat de coqs, non merci! Ce n'est plus de mon âge. "Et bien je ne suis pas pressé, je vais attendre la fin de ton service. Je commence à avoir une petite faim, que me conseille tu?". Ce n'était qu'un prétexte pour faire passer le temps parce que je le savais bien, le coup de feu du soir allait arriver et Morgan n'aurait plus une minute à m'accorder.
 







©Titania



Dernière édition par Oleg A. Rasputin le Mar 11 Fév - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyLun 10 Fév - 13:55

Morgan
& Oleg
Je ne cherche pas un homme soumis, au que non, pour moi un homme soumis est une mauviette sans personnalité. Non j’aime que l’on me tienne tête. Ça montre le caractère, mais aussi la détermination à atteindre son but. J’aime aussi voir ce qu’un homme est prêt à faire pour m’avoir, mine de rien, on en apprend beaucoup de cette façon et de plus, faire attendre augmente l’envie de possession, qui souvent, donne quelque chose d’explosif une fois qu’il est acquis. Evidement ma façon d’agir dépend de l’homme face à moi et de mon ressenti. Avec certain je vais aller droit au but, avec d'autres, comme Oleg, je veux faire durer le plaisir, car finalement j’aime ce petit jeu, cette opposition, cette façon de se chercher, la provocation que nous avons l’un envers l’autre. C’est à la fois subtil et exquis ! Et puis il faut clairement l’avouer, il est le premier homme que je rencontre avec un tel caractère. Et j’ai le sentiment que je peux découvrir encore pas mal de chose étonnante sur lui ! Pendant que je bois mon verre cul sec, il me dit qu’il ne me force à rien. Je le regarde et lui fait un clin d’œil comme pour lui faire comprendre que ce n’est pas mon interprétation. C’est alors que mon collègue cuisinier fait son entrée et passe son bras autour de ma taille, bras que je retire brusquement mais sans violence. Oui, il m’a déjà fait ce coup-là, et souvent c’est lorsque je suis avec un homme au comptoir, comme maintenant par exemple. Comme si j’étais sa propriété, alors qu’il n’y a jamais rien n'eu entre nous et qu’il n’y aura jamais d’ailleurs ! Pour m’en débarrasser je décide de proposer à Oleg d’accepter son invitation à boire un verre. Et lorsque j’entends la porte claquer, je souris de satisfaction. Oleg me demande de le prévenir la prochaine fois pour faire son numéro. Je rigole. Et faire quoi par curiosité ? Oui oui, je me demande bien ce qu’il sous-entend par "les choses en grand". Je ne comprends pas comment on peut s’accrocher avec un non net et sans bavure… Je dis cela comme une pensée à voix haute, lasse de recevoir les avances d’un homme qui ne m’intéresse pas. J’ai beau aimer m’amuser avec les hommes et prendre comme leur donner du plaisir, je ne suis pas une fille qui couche juste pour couché. Je choisis un minimum les hommes avec qui je vais prendre du bon temps et un homme plat, qui ne me fait pas vibrer, je ne vois pas mon intérêt d’aller plus loin. C’était flatteur certes, il ne fallait pas le nier. Mais pour moi tout été clair et net. Je reprends mon activité derrière le comptoir, mettant la vaisselle sale qui afflux dans la lave vaisselle, nettoyant les plans de travail etc., pour faire face au coup de feu de ce soir. J’écoute la réponse d’Oleg, qui m’annonce qu’il n’est pas pressé et qu’il commence même à avoir faim et me demande même des conseils pour le menu. Je conclus qu’il compte m’attendre jusqu’à la fin de mon service, il est bien courageux, mais il ne pense pas a un point ! Un point très féminin d’ailleurs. Que je ne sors pas s’en être repassé chez moi prendre une douche et me changer. Tout dépend de ce que tu aimes. Ça va de la mal bouffe et de choses relativement saines. Avant qu’il ne puisse enchainer sur la suite je reprends aussitôt. Tu comptes vraiment m’attendre ici jusqu’à la fin de mon service ? Je me retourne pour regarder l’horloge derrière moi. Car je ne finis que dans quatre heures si tout se passe bien ! Sachant que je compte repasser chez moi avant. Je lui souris, je me doute bien qu’il comprend que je souhaite me changer et m’apprêter avant de ressortir de nouveau pour la nuit. Je l’espère du moins, mais je pense qu’il connaît suffisamment les femmes pour le savoir. Et puis, il à peut-être besoin d'en faire de même après tout...D’ailleurs où souhaites-tu aller ? C’était une question à laquelle je devais aussi avoir une réponse pour en adapter ma tenue, vu son costard, je pense en connaitre la réponse, mais je veux l’entendre.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyMar 11 Fév - 0:12

Tout est une question de regard

 
Morgan / Oleg





Depuis que le monde est monde, nous avons été catalogués. Un garçon doit avoir l'air d'un garçon et une fille doit avoir l'air d'une fille. Des clichés vus, revus, rabâchés à souhait. Personne ne peut nier avoir reçu des consignes parentales du genre: un garçon ça ne pleure pas et ne porte pas de rose bonbon, une fille doit être aimable, et porter des jolies petites robes à pâquerettes. Se comporter comme une brute pour séduire une femme est dans l'ordre des choses, on nous l'apprend depuis notre plus jeune âge. L'homme aime se valoriser avec ses conquêtes et n'hésitera pas à redoubler d'effort afin d'accomplir sa tâche. Expliquer ceci à une femme relèverai du suicide et je le savais bien. Des longues heures de conversations abominables et philosophiques se développeraient jusqu'au milieu de la nuit. C'est donc pour ça que je ne répondais pas à son interrogation. Je me contentais de la regarder avec un air plus que navré. Se préparant pour le grand rush, la brunette dégagea le terrain de la vaisselle avant de passer un petit coup de propre. Il était temps pour moi de m'en aller. Surpris à l'heure qu'affichait ma montre, je déclinais la proposition que je venais d'énoncer : "Il serait bien capable de pisser dans l'huile de friture pour se venger"dis-je en faisant référence au cuisinier en manque de sexe. "Je reste vigilant et je préfère prendre un morceau chez moi."  Inutile de me lancer dans un grand discours, elle comprenait à mes paroles que j'allais décoller de mon siège dans quelques minutes. Posant une cigarette entre mes lèvres et rassemblant mes affaires, je me levais enfin. "Surprise, voilà ta réponse. Je passerai te chercher vers 23h, d'accord?". Elle acquiesça d'un hochement de tête. Lui adressant un clin d'œil, je lui fis un signe de la main pour la saluer en rappel à notre rencontre. Me retournant je percute la pimbêche qui traînait à quelques centimètres de moi. Lui empoignant le bras avec force je m'approchais près d'elle avec un air menaçant. Prenant l'air le plus sombre que je possédais, j'ajoutais  simplement "Aujourd'hui Morgan a effectuer un service impeccable et n'a commis aucune frasque, n'est-ce pas?" . Crachant un léger oui, cette dernière tressailli. Je glissais discrètement un billet dans la poche de son tablier avant de la relâcher. Restant plantée là, regardant ses pieds, la jeune femme ne bougeait plus. Concluant qu'elle avait comprit à qui elle avait affaire, je la laissais réfléchir sur ces quelques mots échangés. Tenant la porte aux premiers clients qui arrivaient, je me frayais un passage en dehors du restaurant. Allumant ma cigarette, j'avançais tranquillement en sifflotant. La soirée s'annonçait chaude et j'adorais ça. Souriant niaisement, je me retournais pour observer une dernière fois ce restaurant.
 







©Titania

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin EmptyMar 11 Fév - 0:12

FIN  SEXY ALIIIIIIIII 




Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'homme a-t-il un oeil pour voir ou voit-il parce qu'il a un œil ? ₪ feat Oleg A. Rasputin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 123456789... Déclaration !
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-