AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -29%
Jeu d’ambiance Dobble
Voir le deal
7.12 €

Partagez

Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
Do sports every two | Oleg A. Rasputin Vide
 

 Do sports every two | Oleg A. Rasputin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyMer 26 Fév - 1:15

Do sports every two
   Oleg & Morgan
Les semaines s’étaient écoulé depuis ma nuit avec Oleg, et qu’elle nuit, une nuit impossible d’oublier, de par les sensations que j’avais pu éprouver avec lui, mais aussi, pour tout le reste. Dire que je n’avais pas pensé à lui les jours qui avaient suivi serait honteusement mentir ! Car oui, j’avais pensé, revisionné cette nuit dans ma tête plusieurs fois déjà. Puis j’avais fini par passer à autre chose, reprenant le cours de ma vie, profitant également de mes cinq jours de mise à pied qui avait suivi. Mon état d’esprit actuel envisage même à démissionner à présent. Une amie m’avait soufflé l’idée d'une autre piste, une piste qui tournait de nouveau vers la danse. J’avais donc repris cette activité pour me remettre à niveau, histoire de passer quelques castings dans les clubs et cabaret du coin. Je n’avais pas eu d’autre homme depuis Oleg, non pas que je n’en avais pas envie, mais je sortais moins, je devais faire plus d’heure de travail, et comme j’avais repris une activité sportive plus intensive pour modeler mon corps plus qu’il ne l’était déjà, j’étais forcément plus fatigué. À tel point qu’Aaron était venu passer la nuit chez moi pour enfin pouvoir me voir, évidemment j’étais ravi de cette initiative, le voir me faisait toujours le plus grand bien. J’avais un tout autre rapport avec cet homme, un rapport amical, nullement basé sur le sexe. Et puis, j’étais beaucoup trop proche de lui à présent pour encore penser à coucher avec le blondinet. Je ne me voyais de toute façon pas coucher avec mon meilleur ami ! Ce matin-là, je m’éveille doucement, le soleil commençait à percer à travers mes volets. Aaron dormait encore, il était le seul homme jusqu’à présent à avoir pu dormir dans mon lit, l’unique pour tout dire. Je n’avais jamais accepté quelqu’un d’autre. Et encore je l’acceptais pour une seule et unique raison, encore et toujours la même, mon lien amical avec lui. Et puis de toute façon, n’aimant pas faire dormir les gens dans un canapé, je le préférais dans mon lit qu’en miettes dans mon salon. Je me levais doucement, pour ne pas le réveiller. Une fois à la cuisine, je préparais une cafetière pleine de café et me servis une tasse. Enfilant une polaire et un vieux jogging qui n’avait plus que l’utilité de me mettre à l’aise chez moi, j’ouvris ma porte-fenêtre pour me poser sur l’un des fauteuils sur mon balcon. J’allumais mon téléphone portable que j’avais préalablement pris avec moi et qu’elle ne fut pas ma surprise quand je l’entendis biper. Je regardais alors le cadran bleu tout en sirotant mon café. Tu as du temps à m’accorder ce matin ? Oleg. J’écarquille les yeux face à ce SMS, je ne m’attendais pas du tout à ça, surtout que je ne lui avais pas laissé mon numéro. Comment avait-il pu le trouver ? Évidemment je ne connaissais pas grand-chose de lui, ni son métier, ni où il habitait, ses habitudes, j’avais juste passé une merveilleuse nuit avec lui. Activant mon pousse sur l’écran tactile de mon téléphone je lui envoyais une réponse. Tout dépend pour quoi ? Je me levais pour aller admirer la vue que j’avais sur les rues depuis mon balcon. Pour une fois mon voisin n’était pas là à me reluquer et me faire des gestes pour que je lui porte de l’attention, trop tôt pour cela surement ! Mon téléphone ne mis pas longtemps à biper une nouvelle fois. Discuter. Joins-toi à moi pour un petit jogging. Pas de point d’interrogation, son ton autoritaire, même par SMS me fit sourire. J’imaginais alors dans ma tête le son de sa voix me discutant cet ordre. Je secouer la tête doucement de gauche à droite tout en lui répondant de nouveau. Quelle heure et où ? Je terminais ma tasse de café, la posant sur le muret près de moi. Je n’eus pas le temps de dire ouf que mon téléphone s’activer de nouveau. Dans une heure au parc là où je t’ai bousculé. Je ne pris pas la peine de lui répondre une nouvelle fois, la demande était claire et non discutable. Je m’étirais alors comme un chat sous la douce chaleur du soleil de cette journée qui promettait d’être belle. Lorsque je tournais la tête vers le balcon voisin, il était là, j’avais pensé trop vite… À croire que ce mec m’épiait… Je lève les yeux au ciel et attrapant ma tasse je rentre à l’intérieur de mon appartement pour ne plus le voir. Je me ressers une tasse de café. Aaron n’est toujours pas réveillé, mais vu l'heure matinale, je le comprends parfaitement. J’ai toujours été une lève tôt, et Oleg aussi visiblement. Je file dans la salle de bain pour me rafraichir et me mettre en tenue de sport, avec un corsaire noir me moulant parfaitement qui arrive juste au niveau de mes genoux, un débardeur sport et une veste fine à fermeture éclair. J’enfilais mes baskets puis termine ma tasse de café avant de laisser un mot à Aaron lui disant que j’étais partis courir et que je ne savais pas quand est-ce que je rentrerais, qu’il pouvait donc ne pas m’attendre, il commençait à avoir l’habitude. J’arrivais en avance sur le lieu de rendez-vous qu’avait fixé Oleg. Je m’assis donc sur l’herbe aux bords du chemin, attendant de voir le visage connu du beau quadragénaire.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyMer 26 Fév - 21:00



Do sports every two | Oleg A. Rasputin Tumblr_m8nok7zK3X1qk4y5ao4_500


 ❝ Sport sport sport ❞
Reveil, stress, panique, gueule sèche, aride. Douleur tête, poitrine, remontée acide. Putain on est déjà demain faut qu'j'm'active , qu'j'm'habille. J'boirais bien deux trois litres, j'me traine jusqu'a la salle de bain. J'ai des flashs de la veille.~




Une fois de plus, je n'avais pas dormi de la nuit. Partagé entre mes idées de vengeance et l'espoir de retrouver à nouveau mon petit acolyte, je n'avais d'autre choix que de me torturer l'esprit pendant plusieurs heures. La chose n'était pas aisée et malgré tout ce que je croyais, je n'avais quasiment jamais agis dans l'ombre. Les choses étaient souvent brusques et sans élégance avec moi et je devais perdre cette habitude avant de me griller les ailes aux yeux de tous. J'avais bu plus que je n'aurai cru possible de café et fumer plus d'un paquet de cigarettes. Ma gorge était horriblement sèche et ma seule occupation matinale était de me racler la gorge en enfournant une nouvelle gorgée de cette boisson brûlante. Frottant mes yeux d'une main, j'ouvrai mes rideaux pour voir le soleil se lever. C'était un rituel plus qu'autre chose mais je prenais le temps d'apprécié ce moment de la journée chaque matin. C'était le signe qu'une fois de plus tout recommençait à zéro.

C'était décidé, aujourd'hui j'allais rester chez moi et reléguer mon travail à un de mes  sbires afin de pouvoir enfin me reposer. Ma mine était si désastreuse que je n'osais me regarder dans le miroir. La couleur prune qui avait envahie le contour de mes yeux en disait long sur mon manque de sommeil et surtout sur mes abus au quotidien. Avec l’insomnie, plus rien n’est réel. Tout devient lointain. Il était temps de ne penser qu'à moi et de mettre de côté mes idées obscures pendant quelques heures. La seule chose qui me vint à l'esprit en ce dur moment était de revoir Morgan. J'avais fait le mort pendant quelques semaines et je comptais bien rattraper mon retard. Prenant mon portable en main, je tapotais sur les petites touches afin d'envoyer un message à la brunette. Je m'étais préalablement renseigner auprès de son opérateur pour obtenir son numéro et contentait de signer mon message pour qu'elle me reconnaisse. Incapable de mouler une expression sur mon visage, je me contentais simplement de rire intérieurement en pensant qu'il y a quelques mois, la technologie et ma personne faisaient deux. Je me revoyais encore, plissé les yeux face à ce petit écran lumineux; intrigué par son ingéniosité. Trouvant la situation plus que cocasse, je lui donnais rendez-vous dans le parc où nous avions fais notre rencontre. Je n'avais pas spécialement l'envie de me confier à elle et encore moins d'avoir une nouvelle fois des ébats langoureux vu l'état dans lequel j'étais mais tout simplement me raccrocher à la seule chose qui avait été réelle ces derniers temps.

Avalant une mixture de plantes que j'avais préparé la veille afin de me redonner quelques forces, j'enfilais mes Stan Smith et claquait la porte de chez moi. Contrairement à mon habitude, j'avançais lentement en direction du parc; déjà exténué par ce petit effort. Mon corps ne répondait plus de lui même en arrivant au lieu de l'impact et je n'avais d'autre choix que de prendre un petit cachet que j'avais confectionné il y a quelques semaines. Mêlant les informations que j'avais obtenu sur Stan et mon naturel talent avec les plantes, je m'étais lancé dans la production de drogues naturelles. Rien de très folichon, il s'agissait pour la plupart d'entre elles de plantes hallucinogènes ou énergisantes. Est-ce que cela allait suffire pour me rapprocher de la cible? Une chose est sûre, j'allais absolument tout tenter. Et puis entre nous, ça ne ferait pas autant de mal à ses clients que ces merdes ambulantes, détruisant le cerveau des consommateurs.

Morgan était déjà là, assise sur la pelouse, m'attendant. Je me dirigeais vers elle avec mon air énigmatique habituel. "Je ne t'ai pas trop manqué?". Sa tenue de sport lui allait beaucoup moins bien que cette fameuse petite robe noire, mais je ne lui en tenais pas rigueur : il était bien trop tôt pour être sexy.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Dernière édition par Oleg A. Rasputin le Mer 9 Avr - 14:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyMer 26 Fév - 23:59

Do sports every two
   Oleg & Morgan
J’avais quitté mon appartement de bonne humeur, je pense que rien ne pourrait aller contre cette bonne humeur du jour. J’avais passé une super soirée en compagnie de mon meilleur ami, avec lequel nous avions échangé des verres, mais aussi de longue discutions sur nos vies, nos tournants, enfin le mien surtout, nos plans culs aussi, enfin surtout les siens, car de mon coté, je n’avais pas grand-chose en ce moment, c’était plutôt le calme plat. Bien évidemment je lui avais parlé d’Oleg et de notre nuit. Mais la conversation n’était pas allé plus loin, en même temps il n’y en avait pas grand-chose de plus à dire. Puis après un silence radio de la part du quadragénaire, j’étais passé à autre chose, me disant que finalement je ne le reverrais pas. La surprise en fut d’autant plus grosse ce matin, lorsque je reçois un SMS de sa part ! Ma première interrogation fut quand même de me demander comment il avait pu avoir mon numéro, car j’étais loin d’imaginer le métier qu’il exerce… Ma deuxième question était le pourquoi du comment il voulait discuter ? Nous n’avons eu qu’une seule et unique nuit -bien que formidable- ensemble, donc à quel sujet pouvait-il bien vouloir aborder avec moi ? Sur le trajet pour rejoindre le parc je repensais à ma conversation de la veille avec Aaron. J’avais étonné lorsqu’il m’avait dit que les effets de la danse et que les cours particuliers à la salle de sports se voyaient déjà sur moi au bout de quelques semaines. J’avais eu beau me regarder sous toutes les coutures, je n’avais pourtant rien remarqué de différent, mis à part peut-être un ventre un peu plus dessiné, mais je trouve la différence tellement minime. Mais après tout, il était un homme, cela prouvé encore une fois que les hommes avaient un regard différent du mien sur moi. J’attachais mes longs cheveux châtains en queue-de-cheval, haut placé sur l’arrière de ma tête pour relever suffisamment toute ma longueur. Lorsque j’arrivais au point de rendez-vous qu’avait fixé Oleg, j’avais de l’avance. Je m’assis alors dans la pelouse, histoire de ne pas l’attendre debout et puis au vu du soleil je me laissais chauffer la peau par sa chaleur. Je me penchais en arrière, m’appuyant sur mes poignets et je fermais les yeux, profitant ainsi d’un bain de vitamine. Ce n’est que lorsqu’une voix masculine, que je reconnus directement, raisonna à mes oreilles que j’ouvris enfin les yeux. Se posant alors sur Oleg, je lève alors la tête pour voir son visage. Pas le moins du monde. Ce qui était vrai, on ne pouvait pas dire qu’il m’avait manqué, j’avais pensé à lui, certes, mais de là à avoir ressenti un manque, non. Ce qui me frappa en premier lieu, c’était ses cernes. Même un aveugle ne pourrait pas les manquer. Je me lève enfin pour être à sa hauteur. Tu as une salle mine. Je t’ai manqué à tel point, que tu manques de sommeil ? Je lui souris, c’était évidemment ironique, j’étais pleinement consciente que ses cernes n’étaient surement pas dus à cela. Et puis je me fichais à quoi elles pouvaient être dues, le boulot, une nuit agitée avec une femme ou tout autre raison… Je serais une menteuse si le voir devant moi en cet instant, ne me rappeler pas les picotements que j’avais eus cette nuit-là, mais nous n’étions pas là pour ça, et à la vue de sa mine affreuse, cela coupait toute envie de toute façon. Mon regard était toujours posé sur lui, alors que mes mains allaient tapoter mes fesses pour en retirer les éventuelles saletés rester collé sur l’arrière de mon corsaire. Avant quoi que ce soit d’autre, la question me trotter dans la tête, et j’avais besoin d’une réponse. Comment as-tu eu mon numéro, je ne te l'ai pas donner, c’est une chose dont je suis sure ! J’espère qu’il allait être franc, mais après tout, je n’avais aucune garantit qu’il le soit. Même si pour moi, il l’avait eu grâce à son argent, comme il a l’habitude de faire, un claquement de doigts, et hop, servis sur un plateau d’argent. Je me mise à coté de lui et l’invité à prendre la marche pour nous échauffer et ne pas courir à froid, il voulait un jogging et je ne comptais pas perdre mon temps et ne pas le faire, le jogging chaque matin était important. Nous n’avons pas encore eu de contact physique, non pas que je l’évite, mais nous n’avons pas encore de réelle raison de nous toucher. Mais je chasse très vite cette pensée de ma tête, pour écoutez ce qu’il me dit.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyVen 28 Fév - 18:16



Do sports every two | Oleg A. Rasputin Tumblr_m8nok7zK3X1qk4y5ao4_500


 ❝ Sport sport sport ❞
Reveil, stress, panique, gueule sèche, aride. Douleur tête, poitrine, remontée acide. Putain on est déjà demain faut qu'j'm'active , qu'j'm'habille. J'boirais bien deux trois litres, j'me traine jusqu'a la salle de bain. J'ai des flashs de la veille.~




Le soleil faisait ressortir à merveille sa peau blanche. Je constatais avec plaisir que j'avais conservé en mémoire absolument tous les détails de son visage. M'approchant d'elle un peu plus afin de lui faire la bise, je fus devancé par la brunette qui ne remarqua pas mon geste. Après la nuit que nous avions passés, je ne pouvais pas me contenter d'un signe de tête banal. Lui adressant un sourire, je me contentais d'ajouter simplement : "J'en ai quasiment pleurer". Ça me faisait plaisir de la revoir après tout ce temps, naturellement et sans ambiguïté. Après tout nous pouvions rester en de bons termes même si nos corps s'étaient livrés à la débauche. Elle avait remarqué que je n'étais pas en forme et sa franchise naturelle avait parlée. Je ne m'attardais pas sur le sujet car je n'étais pas là pour me confier et encore moins m'apitoyer sur mon sort. La voyant essuyer ses fesses en vue d'enlever les petites particules d'herbes qui trainaient, je ne pouvais m'empêcher de lui demander si elle avait besoin d'aide, accompagnant ma requête d'un petit rire innocent. La curiosité la rongeait quant au message que je lui avais envoyé ce matin. Il est vrai que je m'y étais assez mal pris et maintenant qu'elle avait des doutes, je devais assumer mes actes. "Disons simplement que mon métier me donne accès à beaucoup d'informations..." Je laissais ma phrase en suspend ne voulant pas en dévoiler plus pour l'instant. Une perte de crédibilité suivait toujours après l'annonce de mon métier et je ne pouvais rien y faire. Moins les gens savaient, plus je pouvais enquêter en secret. Ce n'était donc pas par manque d'envie mais tout simplement par obligation que je me taisais à ce sujet.

La belle commença à marcher pour s'échauffer. Je lui emboîtait le pas, regardant droit devant moi. Je commençais à sentir que la pilule faisait lentement son effet lorsque je sentais un léger spasme dans mon bras droit. J'allais bientôt péter le feu, ce n'était qu'une question de temps. "Alors le travail?". Je n'avais rien trouvé de mieux à dire en cet instant. Après tout, je ne savais quasiment rien d'elle à part ça et je m'en servais donc pour entamer une conversation.  





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptySam 1 Mar - 1:13

Do sports every two
  Oleg & Morgan
Je lui souris quand il me dit qu’il a quasiment pleuré parce qu’il ne m’a pas vu depuis plusieurs semaines. Il me sourit. Il était vrai par contre que son souris m’avait manqué et celui-ci n’était pas crispé, il n’était pas le quadragénaire tendu que j’avais pu voir l’autre soir alors qu’un homme porter ses mains sur moi. Oleg était le premier homme que je revoyais après avoir couché avec. Je n’étais pas pour entretenir une relation avec les hommes avec qui je coucher, ça menait souvent dans des coins, des choses, des émotions que j’évitais à tout prix. Alors pourquoi être venu ? J’aurais pu tout simplement lui poser un lapin ! Mois voilà, je suis là et je le revois. Après tout, s’il avait pu trouver mon numéro de téléphone, il serait surement facile pour lui de trouver mon adresse, je pense même qu’à cet instant, il l’a déjà. Qu’est-ce qu’il savait de plus sur moi ? Avait-il fouillé dans mon passé, remontant jusqu’à ma petite enfance ? Je prenais toujours un soin particulier à ne pas parler de mon passé, non pas que j’en ai honte. Mais pour moi mon enfance est loin derrière moi, aujourd’hui je suis ce que je suis grâce à ce que j’ai vécu, grâce à ma mère, pour une fois qu’elle avait pu faire quelque chose pour moi, même inconsciemment. Il ne m’avoua pas son métier, mais il me confirma une chose que je soupçonnais déjà, qu’il avait un métier relativement important et qu’il pouvait avoir des informations sur les gens en un claquement de doigt. Je ne cherche pas à en savoir plus, j’ai déjà ce que je veux et je sais maintenant qu’il a fouillé mon passé. Je dois surement ne plus avoir de secret pour lui, du moins, c’est peut-être ce qu’il pense, mais ce ne sont que des suppositions de ma part. Lorsque je me frotte les fesses pour retirer l'herbe collée sur le tissu de mon corsaire, il rigole doucement, tout en me demande s’il peut m’aider. Tout en lui souriant, je lui fais un non de la tête. Je l’incite à prendre le pas avec moi, histoire de nous échauffer doucement au vu de ce jogging qu’il veut que nous fassions ensemble. Il me suit sans discuter, restant à mon niveau. Il brisait le silence en me demandant comme mon travail ce passé. Je rigole alors légèrement en secouant la tête de gauche à droite. Je vois du coin de l’œil qu’il tourne son visage sur moi, mais je regarde toujours droit devant moi. J’ai envoyé ma lettre de démission et j’ai pris cinq jours de mise à pied pour cette fellation dans l’arrière-salle. Toujours en rigolant, je le regarde enfin. J’aurais mieux fait de te la faire au moins la mise à pied aurait été justifiée. Je regarde de nouveau droit devant moi et lâche un léger soupir. Finalement cela me faisait plaisir de le voir. Il était totalement étranger à ma vie, pourtant il avait en partie contribuer à l’un de mes tournants, car sans cette mise à pied, Dieu seul sait quand est-ce que j’aurais décidé d’enfin envoyer cette lettre de démission… Je me sentais bien auprès de lui et pas seulement parce qu’il m’avait divinement comblé cette nuit-là. Il y avait une chose inqualifiable pour moi, qui se passer avec lui. Je savais que ce n’était pas de l’amour, mais je ne savais pas vraiment ce que c’était. Ce n’était pas non plus une amitié, puisque je connaissais ce sentiment avec Aaron, non c’était quelque chose de vraiment particulier pour lequel je n’avais pas de mot. Je le regardais de nouveau. Son visage était comme dans mes souvenirs, les cernes en plus et il avait l’air plus détendu aussi, bizarre puisqu’il manquait visiblement, de beaucoup de sommeil. Une question percuta alors, à nouveau ma curiosité. Je le situais dans la quarantaine, mais je ne savais pas exactement quel âge il pouvait avoir, avec ses cernes, je lui donnais facilement cinq ans de plus. Au fait, la question va surement te paraître stupide mais au point ou nous en sommes... Je fis alors un cercle avec deux de mes doigts et avec l’autre main j’imitais une scène très explicite tout en souriant. Tu as quel âge ? Oui, c’était personnel, mais après tout, je pense être en droit de savoir l’âge de l’homme à qui je me suis offerte quelques semaines plus tôt.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyJeu 13 Mar - 23:10



Do sports every two | Oleg A. Rasputin Tumblr_m8nok7zK3X1qk4y5ao4_500


 ❝ Sport sport sport ❞
J'en vois qui tombent, d'autres qui se plantent, certains se plombent, mais beaucoup se trompent. Peu de repères, trop de galères, le bonheur se paye, mais son prix est cher. Alors on craque, et puis on braque. On passe le cap et on glisse dans la trape à coups de flingue ou de seringue. On continue à s'auto-détruire comme des dingues
~




Je ne pouvais décoller mon regard de Morgan. Elle faisait partie du genre de personne qui, sans même le vouloir, vous absorbe totalement. Ceux avec qui on se sent important. Je grimaçais à l'idée de lui avoir causé des ennuis au travail même si ça n'avait pas l'air de la toucher particulièrement. Lui faire du mal était bien la dernière chose qui me serait venue à l'esprit car même si je pouvais paraître dur auprès d'elle, je suis persuadé que j'aurai été exactement pareil en femme. Audacieuse, forte et libérée sexuellement. Un peu tout ce que voudrait être les pimbêches du coin.

Souriant en secouant légèrement la tête suite à son geste maladroit, je répondais à sa question par une autre : "Tu me donnerai quel âge ?". Je savais que ce sujet viendrait, un jour ou l'autre, hanter nos conversations. Je ne lui retournais pas la question vu que je savais déjà que la brunette venait de passer la trentaine. Enquêter sur mes fréquentations était devenu une routine. Le "42 ans" venait de sortir de ma bouche sans que je ne l'ai décidé; comme un petit sifflement. Je n'était pas du genre à dévoiler des informations sur moi, mais je pouvais bien faire une petite exception avec elle. Après tout nous avons passé un cap lors de cette nuit endiablée et je me sentais d'attaque à lui proposer une autre sortie. Ce n'est pas parce que je ne n'avais pas donner de nouvelles que je n'y avais pas repensé. Cette nuit avait été vraiment surprenante mais aussi... Formidable! À vrai dire, c'était la raison de mon message : je voulais la côtoyer à nouveau. J'avais bien une idée en tête mais j'attendais le bon moment pour lui en faire part. Mettant mon côté dominant à l'écart, je me retournais tout en marchant pour être face à elle. "Tu sais, j'ai beaucoup pensé à la nuit que nous avons passer ensemble. Que dirais-tu de retenter l'expérience?". D'une vision extérieure, j'étais persuadé qu'on me prendrait pour une homme intéressé et assoiffé de sexe mais peut importe. Je me doutais que Morgan comprendrait sans avoir d'arrière pensée.

À présent je me sentais mieux. Les mauvaises nuits venaient de s'envoler toutes ensembles, me faisant signe de la main. Je me retournais une nouvelle fois pour le retrouver à ses côtés, observant le paysage que nous offrait ce parc. Je n'avais jamais remarqué la multitude de couleurs présentes. Le lac absorba mon regard, je ne pouvais plus m'en défaire. Si j'avais conservé un brin de folie de ma jeunesse, je serais volontiers sauter dedans.  




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Dernière édition par Oleg A. Rasputin le Mar 25 Mar - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyDim 23 Mar - 21:39

Do sports every two
  Oleg & Morgan
Je ne pouvais pas dire que ma mise à pied m’avait réjoui, mais elle ne m’avait pas non plus plombé le moral, au contraire, elle m’avait plutôt donné matière à réfléchir et m’avait enfin décidé à changer de boulot. Je n’en tenais pas rigueur à Oleg, bien au contraire, comme dis, si j’avais su je serais passé à l’acte pour au moins donné une réelle importante à cette mise à pied. Mais bon, là n’était plus la question puisque pour moi l’affaire était déjà classé et archivé, ce restaurant n’était à présent plus qu’une question de semaines. Nous marchons côte à côte, puis une question me trotter dans la tête, question que je lui pose, bien qu’un peu maladroitement, mais la finalité soit là. Il sourit en secouant la tête de gauche à droite à la vue de mon geste plus qu’explicite. Réaction qui me fait sourire également. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais il est le premier mec qui fait cet effet sur moi. Je ressens le besoin d’être en contradiction avec lui, mais j’ai aussi cette sensation de bien-être à ses côtés. Je ne le connaissais pas depuis longtemps, je n’ai passé qu’une seule et unique soirée avec lui et pourtant j’ai le sentiment que nous avons plus au commun qu’une simple envie de faire communier nos deux corps ensemble. Suite à ma question, il me demande l’âge que je lui donne. Je lève alors mes deux mains comme une sorte de réflexe avec une mine qui prouvait clairement que je n’en savais rien. Je dirais la quarantaine mais donner un chiffre exact... J’avais à penne terminé ma phrase qu’il lâchait le morceau. Quarante-deux ans ! Soit onze ans de plus que moi… C’était officiel, Oleg était le mec le plus vieux avec qui j’avais couché. Et mon Dieu, je ne le regrette pas. Il y a bien un dicton qui dit : c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes ! Avec le beau brin quadragénaire, il prenait tout son sens. Pour toute réponse je lui lâche un nouveau sourire dont j’ai le secret. Il se mit soudain à marcher devant moi. Surprise, je ralentis le pas quelques secondes, vu qu’en plus il marchait à reculons à présent. Il m’avouait qu’il avait pensé à notre nuit ensemble. Évidemment…moi aussi ! Comment ne pas repenser à une telle nuit ? Je me mise à rire légèrement lorsqu’il me demandait si je voulais renouveler l’expérience. Hummm attend…tu veux renouveler quelle expérience ? Je levais un doigt comme pour compter. Celle du verre ? Je levais un second. Celle de l’ascenseur ? Un troisième. Celle du mec que tu as faillit démolir ? Un quatrième. Ou celle de la piscine ? J’ai volontairement retiré le dernier point, même si je n’en pense pas moins. L’idée qu’Oleg pose à nouveau ses mains sur moi -et autres choses- me donne un léger frisson. Il se remit à côté de moi, m’emboitant à nouveau le pas. Lorsque je lève le regard sur lui, il était comme captivé par le lac à notre gauche. Je tourne alors moi aussi le regard sur ce lac. L’eau avait l’air de lui faire envie, je le voyais dans son regard. Un sourire en coin apparut sur mes lèvres alors que je posais à nouveau mon regard sur lui. Une envie de faire trempette ? Bien évidemment, à ses mots le souvenir de la piscine me frappait de plein fouet, mais bon, je n’étais jamais contre de nouvelles expériences, et souvent elles étaient toutes aussi folles les une que les autres. Je le vois aussitôt faire un signe de tête négatif. C’est à mon tour de me placé devant lui en marchant à reculons. Avec un sourire découvrant mes dents blanches, je lève les mains exaspéré. Ne me dis pas que tu es capable de coucher avec une femme que tu ne connais ni d’Adam, ni d’Ève dans la piscine d’un hôtel, ou soi-disant passant, tu n’as pas payé. Et lorsque tu as envie de faire trempette dans un lac, car vu ton regard tu en as envie, ne pas y aller ! Je secoue la tête légèrement et me remettant dans le bon sens de marche, je me dirige vers le lac. J’avais clairement envie de voir s’il allait répondre à ma provocation. Je l’entendais dire quelque chose dans mon dos, mais cela ne m’arrêtait pas, je continuais d’avance vers le lac. Après tout, la mâtiné était chaude pour la saison, il serait vraiment dommage de ne pas en profiter, même si j’avais le pressentiment que la mâtiné n’allais pas se dérouler comme prévu et que le jogging de ce matin n’aurait pas forcément lieu. Mais finalement, c’est aussi ça que j’aimais avec Oleg, rien ne me passer comme prévu, les plans étaient toujours à l’inverse du plan initial. Je me demande si cela venait uniquement de lui, ou de nos deux caractères réunis . La seule chose dont j’étais sure sur ce point, c’est que j’adorais ça !
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyMar 25 Mar - 0:52



Do sports every two | Oleg A. Rasputin Tumblr_m8nok7zK3X1qk4y5ao4_500


 ❝ Sport sport sport ❞
J'en vois qui tombent, d'autres qui se plantent, certains se plombent, mais beaucoup se trompent. Peu de repères, trop de galères, le bonheur se paye, mais son prix est cher. Alors on craque, et puis on braque. On passe le cap et on glisse dans la trape à coups de flingue ou de seringue. On continue à s'auto-détruire comme des dingues
~




Son rire résonnait autour de nous comme un joli son de clochettes à Noël. Si je le pouvais, je l'enfermerai dans un boîte et écouterai ce bruit si angélique lors de mes crises de colère. Cette femme avait un brin de folie qui savait me distraire à n'importe quel moment et j'aimais ça. Non, rectification : j'adorais ça ! Mon rire se mêlait au sien à la vue de son énonciation. Il est vrai que la soirée précédente avait été très... Agitée! Amusé par sa gestuelle, je levais mon quatrième doigt en sa direction et mon cinquième, un peu plus tard.  

Elle avait remarqué mon envie de fraîcheur en ce si bon matin et m'étonnait par sa réflexion. Était-elle folle? Se baigner si tôt était à coup sûr du suicide. L'eau qui scintillait si bien devait être gelée, c'était plus une certitude qu'une hypothèse. Sans avoir le temps d'ajouter quelque chose je vois la brunette se diriger dangereusement vers le point d'eau. "Ai pitié de ma vieille carcasse!". Trop tard, l'impulsivité de Morgan avait frappée et je me contentais de la suivre. L'herbe fouettait mes baskets pendant ma course pour rattraper la jeune femme et me laissait une sensation désagréable. La brunette se plaça face au lac, dos à moi. Avec hésitation, je m'approchais d'elle, déployant mes grands bras pour les enrouler autour d'elle. Nous étions là, tout les deux, à observer ce lac qui me donnait autant envie à moi, qu'à elle. Je déposais un baiser sur sa nuque avant de lui souffler :

"Désolé mais tu m'as chercher, Рyсалочка!"

Mon ton était étrangement doux et calme. Si elle me connaissait un peu mieux, elle saurait que c'est un mauvais présage... J'insistais sur ce dernier mot qui, dans ma langue maternelle, signifiait "petite sirène". Elle devait savoir que la provocation était tout un art pour moi et que si elle souhaitait si frotter, elle perdrait à coup sûr. J'entrouvrais mes bras pour la libérer de mon emprise et plaçais mes mains sur ses hanches, caressant légèrement sa peau à l'aide de mon pouce qui était passé sous sa polaire. Elle devait trouver ça agréable car elle ne bronchait pas. Sans hésiter une seconde, je la poussais violemment dans le lac. Explosant de rire, je regardais la tignasse brune remontée petit à petit à la surface. Je m'accroupissais près du bord pour observer la brunette. Elle était magnifique et les souvenir de son corps nu dans la piscine remontaient petit à petit. Mon esprit enfantin venait de refaire surface et pour tout dire, j'étais plutôt fier de ma connerie.

"Alors, elle est bonne?"



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Dernière édition par Oleg A. Rasputin le Mer 26 Mar - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyMer 26 Mar - 18:35

Do sports every two
  Oleg & Morgan
Je l’écoutais se joindre à mon rire. Il était toujours à reculons, m’observant, lorsque je lui énoncer tout en comptant sur mes doigts, les diverses séquences de la soirée, pour savoir laquelle il voulais renouveler. Je regardais ce visage souriant et détendu, il avait un visage totalement différent de cet homme que j’avais vu pour la première fois au restaurant quelques semaines plus tôt, un avait un charme fou et je ne doutais à aucun instant dans sa réussite auprès de la gent féminine. Il fallait être folle pour ne pas apprécier un homme comme lui, ils étaient si rares, il était tout bonnement le premier que je rencontrais. J’avais juste une crainte, me prendre d’affection pour lui, du moins, plus qu’il n’en faut, plus que je n’en exige, plus qu’il n’en demande… Je n’ai jamais été ce genre de femme, je ne le suis pas ! Mais il est tellement différent… il me déstabilise, il est comme moi, imprévisible. Après avoir fait mine de réfléchir je le voyais lever son quatrième doigt, puis après quelques secondes, le cinquième. J’éclatais alors de rire, n’ajoutant rien d’autre à ce sujet. En l’observant j’avais remarqué son regard sur le lac juste à nos côtés, et sans même réfléchir, je l’avais provoqué et me dirigeais à présent vers le lac, j’entendais le bruit de l’herbe sur ses baskets dans mon dos. Je me stoppais au bord de celui-ci, Oleg me rejoignit très rapidement. Le moment d’après fut extrêmement bizarre pour moi ! Il passa ses bras autour de moi, me bloquant contre lui, mais pas de façon agressive. Je ne sais pas pourquoi je ne m’étais pas dégagé de lui, j’acceptais rarement ce genre de contact… Il déposa un baiser sur ma nuque tout en me soufflant à l’oreille qu’il s’excusait, mais que je l’avais cherché. Une décharge électrique me parcourait là ou il venait de poser ses lèvres. Je sentis alors Oleg lâcher son étreinte. C’était vraiment louche, je me crispais instantanément, il y avait anguille sous roche ! Mais ses mains descendaient sur mon corps jusqu’à mes hanches. Je fermais les yeux me mordant la lèvre inférieur, bon dieu que se mec me faisait de l’effet… Des images de ma nuit avec lui me revenant par flash. Lorsque je sentis ses doigts sur la peau de mes hanches un frisson parcourut la totalité de mon corps. Plongé dans les souvenirs des sensations qu’il m’avait procurées, je ne pris pas conscience tout de suite de la situation avant d’être complètement immerger dans l’eau qui n’était pas si chaude que cela. Ne mis étant pas préparer, de l’eau remplis ma gorge et mes narines. Lorsque je remontais à la surface, mon corps répondit naturellement à cela par une quinte de toux pour expulser l’eau qui était entrée là ou elle ne l’aurait pas dû. Je levais le regard sur lui, il était hilare et j’étais clairement l’objet de son hilarité. J’avais été vaincu sur mon propre terrain. J’étais vaincu ! Bien jouer. Avais-je lâché alors que je revenais sur le bord tout en ouvrant la fermeture de ma polaire qui pesait à présent trois tonnes. Il était accroupis près du bord et m’observer, toujours amusé il me demandait si l’eau était bonne. La peau de mes bras couvert par la chair de poule ainsi que ma poitrine dressée sous mon tee-shirt attesté parfaitement de la température de l’eau. Très bonne tu devrais essayer ! Je m’étais approché de lui et il n’avait pas bougé se pensant surement en sécurité à une telle distance. Grosse erreur ! Je tendis le bras d’un geste rapide et sur, attrapant son poignet et le tirant vers moi, précipitant ainsi sa chute dans l’eau. Je n’eus pas eu le temps de reculer plus qu’il m’entrainait une nouvelle fois dans l’eau. Lorsque je sortis la tête de l’eau une nouvelle fois, il était là, juste à coté de moi, tellement proche qu’il n’en faudrait pas plus pour que je l’embrasse et m’emporte cette impulsion au fond de moi qui me hurlait à nouveau que mon corps réclamer le sien. Mais ce n’était pas vraiment le lieu, ni le moment d’ailleurs ! Je lui souris tout en reculant vers le bord, face à lui pour ne plus lui tourner le dos. Quand tu parlais de renouveler l’expérience, je ne pensais pas que tu parlais si tôt ! Mon sourire découvrait toutes mes dents à présent, l’idée était pourtant très excitante, car ceci faisait référance à la piscine, mais il avait levé un cinquième doigt.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyMer 26 Mar - 21:45



Do sports every two | Oleg A. Rasputin Tumblr_m8nok7zK3X1qk4y5ao4_500


 ❝ Sport sport sport ❞
J'en vois qui tombent, d'autres qui se plantent, certains se plombent, mais beaucoup se trompent. Peu de repères, trop de galères, le bonheur se paye, mais son prix est cher. Alors on craque, et puis on braque. On passe le cap et on glisse dans la trape à coups de flingue ou de seringue. On continue à s'auto-détruire comme des dingues
~




Mes sauts de rire étaient incontrôlables et je ne cherchais pas à les cacher. Il était rare pour moi de ne pas avoir le dernier mot et j'appréciais ça, à chaque fois! C'était comme montrer aux autres devant qui ils devaient s'incliner.

Je regardais la brunette s'étouffer avec le trop plein d'eau sans aucun remord. Elle m'avait chercher après tout, pas vrai? Elle devait se rendre compte maintenant que l'impulsivité n'était pas une si bonne chose avec moi. Elle s'approchait de mon emplacement sans mal. J'en concluais qu'il n'y avait pas énormément de vase dans l'eau. Mes réflexions furent coupées par l'attaque de Morgan que je n'arrivais pas à contrer. Je me retrouvais au même stade qu'elle et de loin, je pouvais observer ma chute au ralenti. L'eau se rapprochait dangereusement, petit à petit. C'était trop tard. Même un pas de ninja un peu fou ne m'aurait pas sorti de cette situation. Bloquant ma respiration aussi vite que je pouvais, je fermais les yeux par peur du choc. Elle n'avait pas rater son coup car comme la situation le prévoyait, je m'échouais dans l'eau tel un lourd rocher. Ce qu'elle n'avait sûrement pas prévu c'est que, sans aucun moyen de changer de route, je m'affalais sur elle. Glaciale. Voilà comment l'eau était. J'ouvrais les yeux par automatisme comme si ça pouvait m'aider à remonter plus vite. Un frisson se déplaça le long de ma colonne vertébrale pour achever son chemin sur ma nuque. Je refaisais enfin surface écartant grand la bouche comme si toute ma haine allait sortir mais il n'en fût rien. Je restais là pendant quelques secondes à observer l'eau, les bras surélevés. La petite tête de la brunette faisait de nouveau apparition entre mes bras et sans hésiter, elle recula en direction du bord. Craignait-elle ma réaction ? Je n'en savais rien. Je la regardais sans être capable de répondre à son sourire. Je n'étais pas fâché, juste sous le choc de m'être fait avoir si facilement.

"Si tu veux bien, on discutera de ça devant une boisson chaude. Je sais où aller, suis moi."

Je m'approchais d'elle. Posant une main sous ses fesses et l'autre sur sa hanche j'exerçais une poussée pour l'aider à remonter sur le bord du lac. Une fois chose faite, je m'exerçais à faire de même. Les gens autour nous fixait comme s'ils venaient de découvrir deux fous échappés de l'asile. Passant un bras par dessus son épaule, je commençais ma route en direction d'un petit loft que je louais en guise de local photo.

"Je t'aurai bien proposé mon sweat pour te réchauffer mais je crois que c'est inutile..."

Je laisse échapper un petit rire tout en dirigeant ma partenaire jusqu'à chez moi.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyMer 26 Mar - 23:35

Do sports every two
  Oleg & Morgan
L’eau était froide et je n’ai pas vraiment envie de mis éterniser, c’était aussi l’une des deux raisons de mon retour vers le bord. Il me fit part de son envie de discuter devant une boisson chaude, évidemment à présent il fallait nous réchauffer si nous ne voulions pas attraper la mort, car à l’extérieur de l’eau il fait bon, mais une fois totalement trempé, il faisait un froid de canard ! Alors que j’ai retiré ma polaire et que je la tiens toujours à la main pour ne pas la perdre dans l’eau, je l’envoie sur le bord hors de l’eau, son atterrissage sur le sol laisse entendre un bruit sourd. Il m’aide à sortir de l’eau, il en fait de même juste derrière moi. Je retire l’élastique de mes cheveux et je les tords pour en retirer un maximum d’eau les laissant tomber sur mes épaules. Je me redresse croisant le regard des quelques passants qui nous regarder comme si nous étions des fous échappés d’un asile. Dans un sens…nous l’étions ! Peut-être pas échapper d’un asile non plus, mais jusqu’à maintenant, lorsque nous nous étions retrouvé tous les deux, les choses tournées d’une drôle de façon. Je ramasse ma polaire et sentait le bras d’Oleg venir sur mon épaule, me forçant à regarder dans une autre direction et à lui emboiter le pas. Lorsqu’il me dit qu’il m’aurait bien laissé son sweat si celui-ci n’avait pas été trempé, je laisse échapper un nouveau rire. Je le suis vers un endroit que je ne connais pas, mais dont il a visiblement l’habitude. C’est après quelques pas et en discutant de choses et d’autres que je finis par me dégager de sa main sur moi et nous marchons côté à côté jusqu’à arriver là où il voulait nous emmener.

C’est dans un silence le plus total que je l’ai suivi à l’intérieur du loft. En peu de temps mon regard se pose sur tout. Mais à part les fils qui pendent d’un mur à l’autre par endroits avec quelques photos accrochées c’était un loft tout à fait normal. Suis-je chez lui ? Une certaine forme de panique m’envahit d’un seul coup. Alors que je reste là à regarder, je le vois ranger deux/trois trucs en vitesse. Il fait plus chaud maintenant que nous sommes à l’intérieur, mais je reste glacé avec mes vêtements mouillés sur le dos. Oleg disparaît, j’en profite pour retirer mes baskets qui une fois mouillées pèsent aussi lourde que des briques. Quelques instants plus tard, il revient avec un nouveau sweat sur le dos, sec celui-ci et il m’entend un également. Je retire ma polaire que j’avais nouée sur mes hanches et je retire également mon tee-shirt, j’enfile aussitôt le sweat d’Oleg sous ses yeux qui m’observent. J’en fais une boule que je maintiens entre mes genoux pendant que j’occupe mes mains à rassembler mes cheveux en un chignon fait à l’arrache. Donc ? C’est quoi ici ? Je le regardais tout en faisant un tour d’horizon avec mon doigt pour lui faire comprendre que je parler du lieu où nous étions. Qui soi-disant passant était charmant met sans aucune féminité, c’était quelques choses de vraiment très masculine. Mes yeux dérivèrent jusqu’aux photos, desquelles je m’approchais pour les observer. Il n’était pas un photographe de toute évidence, pas de joli cliché accroché ici, seulement des gens, sur certains des hommes avec des femmes charmantes ou un peu moins charmantes… Tiens sur celle-ci elle était carrément à poil alors qu’ils étaient dans une voiture. Je tournais la tête sur le côté pour voir si dans cette position je pouvais mieux comprendre la scène. Euh…et tu fais quoi comme boulot ? Dis-je tout en me tournant vers lui boitant un doigt vers la photo, découvrant par la même occasion qu’il m’avait suivi.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin EmptyMer 9 Avr - 14:31



Do sports every two | Oleg A. Rasputin Tumblr_m8nok7zK3X1qk4y5ao4_500


 ❝ Sport sport sport ❞
Reveil, stress, panique, gueule sèche, aride. Douleur tête, poitrine, remontée acide. Putain on est déjà demain faut qu'j'm'active , qu'j'm'habille. J'boirais bien deux trois litres, j'me traine jusqu'a la salle de bain. J'ai des flashs de la veille.~




Je passais la clef dans la serrure en grelotant. Le froid de l'eau aurait pu nous tuer et je le savais très bien. Après avoir enjambé l'entrée, je me lançais dans un rangement futile qui n'aidait sûrement pas l'appartement à disposer d'une meilleure allure. Sans même m'occuper de la brunette, j'allais en direction de la petite chambre pour chercher de quoi nous réchauffer. En revenant, je constatais qu'elle était là, observant le moindre élément de mon petit loft. Ah les femmes... Lui tendant un pull, je scrutais la brunette sans relâche. C'était la première fois que quelqu'un d'autre que moi rentrait ici et ça m'effrayais légèrement. Toute ma vie ce trouvait dans la pièce principale où se tenait Morgan. Les dossiers confidentiels étaient classés dans le petit meuble à côté d'elle et le cash dans la boîte à chaussure de l'étagère. Je regardais nerveusement ces endroits clés pendant qu'elle s'affairait près des photos.

"On peut dire que c'est mon... Bureau!"

J'avais légèrement hésité sur l'intitulé de ce lieu car je ne pouvais même pas définir clairement ce que c'était. Un grand bazar qui ne payait pas de mine, voilà ce qu'était le loft. Je m'approchais discrètement de la jeune femme pour limiter ses pas. La distance qui nous séparait à présent me permettait de sentir l'odeur de ses cheveux souillés par l'eau du lac. Alors qu'elle se retournait, je posais une main sur sa hanche.

"Détective privé. Je t'avais bien dis que je pouvais avoir accès à pas mal d'informations!" disais-je avec un clin d'oeil et une moue malicieuse.

Je faisais bien évidemment référence à la question qu'elle m'avait posée pour son numéro. Oh si elle savait... J'en connaissais bien plus que ce que son petit cerveau pouvait imaginer. Mon métier n'était pas vraiment mît en avant avec ces quelques clichés mais au moins, maintenant, elle savait que je n'étais pas un vieux pervers qui se cachait dans des recoins sombres afin d'observer des ébats amoureux.

"Thé ou café ?"

Je me détachais d'elle afin d'aller jusqu'à l'endroit qui servait de "cuisine".

Spoiler:
 




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Do sports every two | Oleg A. Rasputin Do sports every two | Oleg A. Rasputin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Do sports every two | Oleg A. Rasputin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-