AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Sélection de Blu-Ray 4K à 10€
Voir le deal
10 €

Partagez

(Eulalia) ❀ Rencontre innatendue Vide
 

 (Eulalia) ❀ Rencontre innatendue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: (Eulalia) ❀ Rencontre innatendue (Eulalia) ❀ Rencontre innatendue EmptyMer 26 Fév - 11:55


Rencontre innatendue
EUALIA ET ALAKAY

Elle regarde les arbres mais son cœur est ailleurs. Aux joies d’antan. Sanglots d’autrefois. Loin de l’emprise chimérique de l’indifférence d’un monde usé par les mascarades -les faux-semblants-, elle peine à rester à la surface des flux cruels de ses regrets outragés. Là où son âme, de mère Nature se remémore, elle a connu sa sœur ; l’hypocrisie. Somptueuse et sombre. L’une si bonne, l’autre si « conne ». Celle d’un peuple qui se noie dans ses propres larmes, étouffe, à l’usure. L’étoffe de ses souvenirs doucement se tisse en de longues narrations : mais qui es-tu donc ?. Est-elle seulement cette biche qui, autrefois, gambadait dans les champs, ou bien n’est-elle plus que cette carcasse vide, désoeuvrée, jetée en pâture à ces félins affamés ? Le vent souffle dans les broussailles, cogne ses joues avec une ardeur peu charmante, brutale, bestiale. De mortelles caresses qui la blessent, puis la délaissent. L’étrangère pleure en silence son manque d’assurance, elle vomit ses mots, elle vomit ses maux. L’insouciant emporte tout sur son passage et ne laisse comme trace futile de sa visite que les dégueulis de son incandescence. Pourtant, elle ne suit pas la danse immortelle des roseaux. Ses ailes sont brulées, cramées. Ange déchu. Alors elle sombre, elle aussi, s’enfouit dans cette terre qui n’est pas la sienne avec une amertume carnassière. Le carnage de son naufrage est singulier. Dans sa course, elle entraine ce cœur pur -innocent- dans les tréfonds de sa nostalgie. Ses pas fauchent l’asphalte, désemparés, pendant que son souffle saccadé lui rappelle la tare de son enveloppe charnelle. Féline elle n’est plus. Cependant, elle ne cesse d’écouter le chant des feuilles qui grésillent, celui du vent qui jure son dernier espoir de délivrance. Elle fatigue, s’enlise, après tout ; la vie n’est pas un long fleuve tranquille, il serait peut-être temps qu’enfin elle le comprenne.

Au contraire d’y pénétrer ; c’est bien la forêt qui la pénètre. Fouette son laisser-aller, lacère la facilité de cette dépression injustifiée. Intemporelle, la sauvage n’a rien à envier à sa superbe d’autrefois. Alors, elle réalise. La Nature n’a besoin d’aucun Petit -ni même de Grand- Prince. Elle est l’unique souveraine de sa propre magnificence. Fière, elle se dresse à travers les branchages, à travers les feuilles qui s’animent en cadence sous le tempo rapide des brises d’ailleurs. La mère absolue de toute chose rappelle à l’ordre tous les ambitieux curieux prêts à s’y aventurer de trop près. Dangereuse, elle n’en est pas moins salvatrice pour les âmes en peine. C’est ainsi que pour vider son esprit torpillé, Alakay s’y promène, s’y perd, cherche vainement ces moultes sensations perdues. Celle de ses sabots usés effleurant le parquet fleuri de son habitat sublimé par quelques brins d’herbes rebelles qui plient sous les caprices du vent. Elle n’en oublie pas celle de ses narines plongées dans les magnolias – ceux qui lui ont souvent extirpé quelques éternuements subtils et brefs, mais dont la senteur reste néanmoins sa préférée. Non. Elle n’a pas peur. D’ailleurs, il n’y avait aucun autre lieu sur cette Terre où elle se sente autant en sécurité qu’ici. Et bien soit. Comme à son habitude, elle s’impose au paysage, gambade à travers les pétales volatiles et épuisée, se laisse choir avec violence sur la terre humide.

De longues minutes ont du glisser sous l’étreinte infernale du sablier de la vie -peut-être même des heures- quand enfin, Alakay ouvre ses paupières endolories par la fatigue. Un regard planté sur elle pousse l’accélération des battements de son myocarde inquiet. Elle se redresse afin de prendre possession de tous ses moyens et de tenter le coup de théâtre en s’extirpant majestueusement de ce guet-apens trop prévisible. Ses instincts de biche –bien qu’enfouis profondément en elle- n’en restent pas moins palpables dans l’observation de ses réactions souvent méfiantes, craintives. Mais à sa grande surprise, rien ne se dévoile à sa vision aguerrie. Seule. Au milieu des bois. De cette forêt qui lui semble familière mais que pourtant elle ne connaît pas. Habilement, elle se dresse sur ses jambes et scrute les environs, déstabilisée. « Il y a quelqu’un ? » Et le prédateur doucement resserre sa prise sur une proie qui guette, qui s’inquiète. L’issue fatale devient inévitable. Et cette clairière reposante autrefois devient le lit sa sa perte. Elle s’y enterre avec la grâce d’une féline apprivoisée. Quelle triste ironie du sort.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
 

(Eulalia) ❀ Rencontre innatendue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-