AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Clé de licence Windows 10 PRO à ...
Voir le deal
9.99 €

Partagez

(johnili) ● been far away for far too long. Vide
 

 (johnili) ● been far away for far too long.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: (johnili) ● been far away for far too long. (johnili) ● been far away for far too long. EmptyDim 16 Mar - 0:02



forgiveness.
This time, This place, Misused, Mistakes. Too long, Too late, Who was I to make you wait ? Just one chance, Just one breath Just in case there's just one left ‘Cause you know, you know, you know That I love you. I have loved you all along And I miss you, Been far away for far too long. I keep dreaming you’ll be with me and you’ll never go, Stop breathing if I don’t see you anymore. On my knees, I’ll ask Last chance for one last dance ‘Cause with you, I’d withstand All of hell to hold your hand. I’d give it all, I’d give for us – Give anything but I won't give up ‘Cause you know, you know, you know that I love you.




Tu prends une grande respiration avant de pousser doucement la porte du club. Un nœud au ventre fait remonter ce goût acide de bile jusqu’à ta bouche. Tu es anxieux, nerveux. Tu as les mains un peu moites – et tu détestes vraiment avoir les mains moites, c’est sale et dégoûtant. Mais tu ne peux pas t’empêcher d’être nerveux à la seule idée que tu vas bientôt la voir. Elle. Lili. Tu n’as pas les mots pour la qualifier, pour qualifier votre relation à double tranchant. À part peut-être qu’elle te déteste désormais et que tu ne cesses de vouloir te faire pardonner. Tu sais bien que tu l’as blessée, profondément. Tu sais aussi que sa fierté d’indienne l’empêche de passer outre la douleur que tu lui as infligée. Tu n’as jamais voulu heurter ses sentiments, tu n’as jamais voulu l’éloigner de toi. Mais c’était certainement la solution la plus sensée que tu pouvais prendre en pareille occasion. Tu ne pouvais pas laisser pourrir cette situation au risque de la blesser encore plus après. Tu as dû prendre une décision, tu avais un choix à faire – et tu l’as fait. Même si ça n’a pas été simple pour toi, même si tu en as également souffert malgré tout, tu le devais. C’était le mieux. Pour elle, pour toi. Pour vous. Tu regrettes seulement d’avoir causé tant de peine. Et chaque fois que tu la regardes, tu as cette culpabilité virulente qui te bouffe le ventre. Parce que tu te répètes, inlassablement, que c’est de ta faute si elle est aussi malheureuse désormais.
Avec une douce nostalgie au cœur, tu repenses à comment tout ça est arrivé. Ton arrivée à Fantasia Hill a été des plus mouvementées. Amnésique, tu as dû te reconstruire et refaire ta vie en laissant de côté tous ces trous noirs qui aspiraient comme ta vie à l’intérieur de toi. Ton passé n’était qu’un vague rêve dont il ne reste que des brumes au matin. Des noms en cascade, des paysages féériques et tant de questions auxquelles tu n’avais pas les réponses. Lili, elle, a débarqué comme une tornade et elle a été la réponse à tes prières muettes. Elle a apporté un peu de concret à tout ça ; elle a apporté ces solutions que tu n’avais pas. Alors ton existence a pris un sens. Tu commençais enfin à comprendre tout ce qu’il s’était passé. Les pourquoi, les comment, tout ça avait une explication désormais. Seulement tu n’avais pas prévu que ton cœur ferait des siennes entre temps. Que, dans la course effrénée aux souvenirs perdus, ton être s’attacherait à cette brunette aux joues roses. Un peu trop, d’ailleurs. Parce qu’il y a eu ces battements irréguliers, ces regards en coin échangés, ces sourires timides et réservés. Tu le sentais, c’était là – un début de romance comme tu n’en avais jamais connue. Après tout, elle avait été ton petit coup de cœur du Pays Imaginaire. Et ta vie d’avant te manquait. Alors tu as tenté ta chance, tu as saisi l’opportunité qui se présentait.
Elle et toi avez vécu une histoire toute simple, toute gentillette. Un peu comme dans une histoire pour enfants. Tout semblait parfait, comme dans un foutu conte de fées mal écrit et dont la fin est bâclée. Ça aurait certainement pu marcher entre vous seulement retrouver ta mémoire a été un véritable choc et tout s’est glacé d’effroi en toi. Et puis il y avait ces drôles de sentiments mêlés de culpabilité que tu éprouvais pour ta jolie Teddy. Alors tout s’embrouillait un peu dans tête si bien que tu as fini par prendre tes distances. Par t’éloigner jusqu’au point de non retour. Jusqu’à devoir la quitter pour de bon et la briser. Tu gardes encore un goût amer de cette décision, un goût âcre qui reste au fond de ta gorge. C’est désagréable et dérangeant. Parce que ça te rappelle combien tu as été stupide et idiot, combien ton attitude n’est pas digne de celle d’un gentleman anglais. Ton vrai père aurait sûrement été outré d’un tel manque de respect envers une lady, il aurait été fâché contre toi pendant des jours. Mais le fait est que tu n’es pas habitué aux sentiments, tu ne sais pas quoi faire d’eux ni comment réagir à leur arrivée si soudaine. Ils sont apparus dans ta vie sans que tu ne t’en rendes compte, sans que tu le veuilles. Comme ça. Alors tu as paniqué. Tu n’as pas réfléchi et tu as foncé tête baissée. Et désormais, la jeune indienne te déteste sûrement autant qu’elle haïssait les Pirates du Monde Imaginaire.
Pourtant, tu ne désespères pas. Tu gardes au fond de toi l’espoir qu’un jour elle veuille bien t’accorder son pardon. Il le faut. Tu en as besoin. Parce que tu voudrais la retrouver, retrouver votre complicité. Ça te manque tout ça. Elle te manque. Vous avez été de très bons amis avant cette relation foireuse et tu aimerais ré-apprivoiser tout ça. Tout ce bonheur simple d’antan. C’est pour cette raison que tu as décidé de faire un pas en sa direction une nouvelle fois. Tu commences un peu à te décourager mais tu ne baisses pas les bras. Tu sais combien son orgueil a été froissé, il lui faut juste du temps. Beaucoup de temps. La tête encore pleine de souvenirs, tu traverses lentement les couloirs du club bruyant à cette heure avancée de la soirée. Tu entends le brouhaha incessant qui s’emmêle à la musique qui résonne jusque dans tes côtes. Tu sais qu’elle doit être là. On est Mardi – elle travaille toujours le Mardi. Tu le sais parce que tu es déjà venu la voir danser sur scène plusieurs fois, sans jamais oser l’aborder une fois qu’elle se trouvait dans les coulisses. Tu restais juste caché dans l’obscurité de la salle, à te remémorer ce passé autrefois oublié en la regardant évoluer avec grâce sur les planches. Tu jettes un rapide coup d’œil à la salle et remarques qu’elle ne danse pas encore alors tu fais rapidement demi-tour pour te diriger jusque dans les loges. Tu la trouveras bien là-bas, ou quelqu’un pourra sûrement te renseigner. Tu espères juste vite la trouver.
Poussant timidement la porte de la grande loge, les conversations qui se croisent ressemblent à un véritable capharnaüm qui te heurte de plein fouet. C’est comme des cris mêlés d’interjections plus ou moins polies et des lamentations sur des objets perdus mais finalement retrouvés. Tu avales ta salive, fixant tout ce monde qui piétine et tourne dans tous les sens. Tu oses à peine respirer. Et puis tu la remarques. Elle est juste là, devant un miroir auréolé de petites ampoules éclairant son visage métisse. Elle est maquillée, à moitié habillée. Mais tu la trouves néanmoins très jolie. Tu l’as toujours trouvée très jolie. Tu oublies finalement les autres danseuses qui semblent ne pas même remarquer ta présence jusqu’à ce que tu t’avances un peu plus dans la pièce. Certaines font pourtant comme si tu n’existais pas, d’autres chuchotent entre elles et les dernières s’insurgent en levant le menton. Mais toi, tu ne vois qu’elle. Parce que tu n’es venu que pour elle. Les remarques des autres pimbêches, tu t’en fiches pas mal au fond du moment qu’elles te laissent la voir, lui parler encore une fois. Tu as presque l’impression d’avancer à reculons et ton ventre n’a jamais été aussi oppressé. C’est comme une main de fer le serrant jusqu’à le réduire en bouillie. Ce n’était peut-être pas une bonne idée de venir la déranger sur son lieu de travail, finalement.
« Hum… Lili… ? tu oses à peine murmurer une fois planté comme un piquet devant elle. Lili ? » Son regard te frappe comme un coup de poing en plein plexus. Ça coupe le souffle, ça bloque la respiration. Ça fait mal mais quelque part ça reste quand même bon. Tu ne sais même plus ce que tu voulais dire. Tu as déjà tout oublié. « Je… je suis désolé de venir te déranger sur ton lieu de travail mais je… je… Enfin, je me suis dit que ça me ferait plaisir de te voir et… bon, je sais que tu n’en as pas envie, toi mais, enfin… Je m’étais dit que peut-être… Enfin, éventuellement… » Te dandinant d’un pied sur l’autre comme un enfant, tu t’empêches de jeter de petits coups d’œil alentour cependant que tu sens le regard des collègues de l’ancienne Indienne peser sur toi. « J’aimerais vraiment qu’on parle, reprends-tu, la voix légèrement rocailleuse. Je… Tu me manques et… Et j’aimerais vraiment retrouver mon amie. Je sais que je suis fautif et que tu m’en veux… Je t’ai blessée et j’en suis désolé mais je… Je voudrais que tu me pardonnes, que tu puisses trouver comment me pardonner… » Tu baisses les yeux sur le bout de tes chaussures, très intimidé. Ce n’était pas trop mal. Un peu décousu et ton éloquence n’était pas des plus agréables à l’oreille mais les faits y étaient. La sincérité aussi même si elle a perdu de son charme entre les bégaiements et les hésitations. « Et puis, tiens, je t’ai fait un gâteau, tu lâches rapidement tout en tendant la forêt noire que tu avais emportée. » Bon, techniquement c’est Hope qui a presque tout fait mais tu l’as tout de même aidée. Alors ça doit compter.




made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
 

(johnili) ● been far away for far too long.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-