AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-27%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer Alienware M15 – (15,6″ – 16Go RAM ...
1599 € 2199 €
Voir le deal

Partagez

(nattady) ▼ rien que toi, rien que moi. Vide
 

 (nattady) ▼ rien que toi, rien que moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: (nattady) ▼ rien que toi, rien que moi. (nattady) ▼ rien que toi, rien que moi. EmptyDim 11 Mai - 21:43


rien que toi, rien que moi.


D’un coin de ta chambre, tu observes le profil de la petite rouquine assise sur ton lit, le regard rêveur accroché à ta fenêtre. Un sourire tendre effleure tes lèvres et tu te dis que tu te sens bien avec elle. En paix. Ce n’est pas la même sensation que tu éprouves avec tes sœurs mais ça reste un sentiment profond et agréable qui te réchauffe le cœur. C’est comme si un nouveau soleil venait égayer tes journées pluvieuses, comme si le printemps arrivait après l’hiver trop froid. Ce monde reste pourtant hostile et étranger à tes yeux mais, avec elle, tout semble différent. Tu sembles différent. À ses côtés, tu oublies toutes tes pensées noires et ta mélancolie. Tu retrouves ce sentiment de bonheur que tu éprouvais alors au cœur de ta prairie. C’est simple d’être avec Lady. Simple parce que la vie te paraît plus jolie, plus douce. Tu n’éprouves plus cette mélancolie qui t’alourdit la poitrine le soir lorsque tu es seul dans ton lit. Non, tout ça s’envole quand elle est là. Tout ça disparaît. Ne reste plus que ce goût sucré d’un présent délicieux aux promesses de lendemains meilleurs. Tu retrouves cet espoir perdu, l’espoir d’être heureux à nouveau, d’être comblé à nouveau. De ne plus vivre dans les regrets, dans le passé révolu et terminé. L’espoir de faire de cette nouvelle vie une expérience inédite et qui compte. De faire de cette vie ta nouvelle vie. Tu ne sais pas combien de temps tu seras coincé à Fantasia Hill, tu commences même à te dire que tu y resteras encore pendant très longtemps, alors tu as décidé de prendre ton quotidien en mains. De te bouger les puces. Et tu sais que si Lady reste près de toi, alors tu auras ce courage-là.
Une ombre semble passer dans tes prunelles claires et ton visage s’affaisse. Parce que tout n’est pas si rose, en fin de compte. Tout n’est pas si merveilleux. Ce monde est dur et tranchant comme la lame d’un rasoir. Cet univers est rempli de dangers que tu as peur d’affronter. Quand tu étais encore ce lapin jeune et insouciant, ce véritable trublion, tu connaissais ton ennemi. C’était l’homme, cet être infâme et avide de votre chair à toi et aux tiens. Tu savais comment agir, comment réagir mais là, dans ce nouveau monde, tu ne sais rien. Tu ne sais rien de ces nouveaux ennemis qui pourtant t’entourent chaque jour. Et puis il y a Lady et son éloignement soudain. Son envie d’indépendance et de voler de ses propres ailes. Alors que tu t’étais promis de toujours veiller sur elle, de la protéger. D’être comme son ombre pour lui éviter tout danger. Tu te sentais investi d’une mission, comme un héros. Elle était ta demoiselle en détresse et tu étais son preux chevalier. Et ça te plaisait. Ça te plaisait parce que ça donnait un sens à ta vie, à ton quotidien parfois bien terne et gris. Mais il semble qu’elle en ait décidé autrement. Il semble qu’elle n’ait plus besoin de toi désormais, de ton aide. Elle grandit, elle s’épanouit. Elle avance. Es-tu le seul de cette ville à stagner, à rester ancré dans un présent encombrant ? Maintenant que tu vois qu’elle t’échappe, tu ne sais plus quoi penser. N’es-tu qu’un pion, n’es-tu qu’un jouet ? À quoi lui serviras-tu désormais, si tu ne peux plus la protéger ? Si elle sait se défendre toute seule ? Tu n’arrives pas à comprendre, même si tu tentes de l’accepter. Peut-être a-t-elle besoin de ça pour se sentir mieux dans cette nouvelle peau ?
« Tiens, du jus de fruits et des gâteaux, tu lances en revenant près ton lit, un sourire joyeux aux lèvres et les bras remplis de victuailles. » Gâteaux plus ou moins caloriques, quelques fruits, tes carottes – un peu cliché pour un ancien lapin, qui n’en mangeait pourtant pas, mais tant pis. Vous avez de quoi passer l’après-midi à vous empiffrer et discuter comme si le temps s’était soudain arrêté. Tu repenses à votre rencontre, ce soir-là. Tu rentrais du travail un peu plus tard qu’à l’accoutumée et tu as même décidé de faire le chemin jusqu’au pensionnat à pieds. La nuit était un peu fraîche mais le ciel complètement dégagé offrait un spectacle étincelant d’étoiles dorées. Tu voulais profiter de ce début de soirée, toi qui n’avais de toute façon rien à faire une fois rentré. C’est au détour d’une ruelle près de la Rhumerie que tu l’as aperçue. En fâcheuse posture, une brute épaisse essayait de lui dérober son sac à mains ou tout du moins de l’effrayer assez pour en extirper quelque chose. Sans même réfléchir, tu n’as écouté que ton courage et tu es venu à son secours. L’homme faisait peut-être deux têtes de plus que toi mais il est parti très vite, contre toute attente. Quand tu t’es retourné vers elle, elle était effondrée, à moitié en larmes et surtout complètement paniquée. Elle était blessée aussi, rien de bien grave mais tu as insisté pour la soigner. Tu l’as également poussée à porter plainte, complètement furieux qu’on puisse s’attaquer à une personne trop fragile pour se défendre elle-même. Ça te rappelait ces chasseurs de ta vie antérieure qui, armés de leurs fusils, pensaient régner sur votre prairie. Ça a fait remonter un violent sentiment d’injustice en toi, comme si quelque chose comptait réellement pour la première fois depuis qui tu étais arrivé ici. Tu t’es senti vivant. Et tu t’es promis que tu veillerais sûr elle, quoi qu’il puisse t’arriver dans cette ville.
Mais voilà que, depuis quelques temps, tu ne sembles plus servir à grand-chose. Tu ne sembles plus lui être utile. Elle n’a plus besoin de toi, de ton aide. De ta protection. Elle a décidé de se prendre en mains et d’agir comme une grande, comme une femme forte. Quelque part, tu te sens immensément fier d’elle car elle mérite de trouver ce courage au fond d’elle. Ce courage de vouloir prendre la vie par la main comme on prend le taureau par les cornes. Mais tu ne peux t’empêcher d’être triste et aussi un peu en colère parce que tu avais enfin trouvé un but à atteindre, quelque chose pour laquelle tu voulais te battre. Et tout s’envole en fumée sans même t’avoir laissé le temps d’en profiter. Peut-être que c’est le mieux pour elle. Tu ne seras pas toujours là, à pouvoir réellement veiller sur elle et tu sais que tu t’en voudrais trop s’il lui arrivait quelque chose alors que tu n’es pas présent pour la secourir. Tu te sentirais trop coupable. Alors, au fond, c’est rassurant. C’est rassurant parce que tu t’inquiéteras un peu moins finalement. C’est juste ton égo de mâle qui en a pris un coup, voilà tout. Songeur, tu croques dans une carotte et mâches distraitement. Peut-être que c’était ça, finalement, le fond du problème. Ta fierté. Ta fierté mal placée qui faisait que tu ne supportais pas qu’elle t’échappe, elle, la belle et faible Lady. Oui, peut-être qu’il y avait un peu de ça. Peut-être aussi qu’elle est devenue plus importante que tu ne veux bien le croire et que tu as tout simplement peur de la perdre. Après tout, qu’est-ce que tu deviendrais sans elle dans ton quotidien ? Au même titre que tes sœurs, elle t’est devenue indispensable. Et tu sais que tu ne supporterais pas qu’elle disparaisse. Tu as déjà trop perdu en arrivant à Fantasia Hill. « Lady… tu souffles doucement tout en laissant tes doigts jouer avec le légume orange. Dis… on restera toujours amis, pas vrai ? Ça ne changera pas, hein ? »


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
 

(nattady) ▼ rien que toi, rien que moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-