AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -55%
Maillot de football FC Barcelona 2019/20 Vapor Match
Voir le deal
63 €

Partagez

(james hook) why are you so different ? Vide
(james hook) why are you so different ? Vide
 

 (james hook) why are you so different ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: (james hook) why are you so different ? (james hook) why are you so different ? EmptyLun 12 Mai - 18:08

I gave your love away, I live with that.
I looked around at all the memories on the ground Some of them still falling down And I cannot make a sound. Thanks a lot, I was your man and now I'm not, You said if you could you would Just pick me up and take me home for good. Parking lots, Sunday drives and getting lost.
-----------------------------------------------------
WENDY M. DARLING & C. JAMES MATTHEW HOOK.
------------------------- -------------------------

L’endroit sentait l’urine rance et le tabac froid. Les verres disparates et poussiéreux trainaient sur les étagères comme des trophées d’un autre temps. Parfois, le bruit tonitruant du verre éclaté venait ponctuait la morosité morbide du lieu. Sur les murs, les tâches d’humidité dessinait des formes étranges qui lui faisait pensait au test de rorschach, elle s’amusa un instant à les déchiffrer mais sa tête tournait et elle avait du mal à les fixer. Wendy avait pris ses habitudes au bar, elle avait passé bon nombre de ses soirées accoudée au comptoir, une bière ou un whisky à portée de main ; c'était presque devenue une seconde maison, un endroit où elle trouvait refuge lorsque les choses dérapaient dans sa vie ou lorsqu'elle avait besoin de perdre pieds et d'oublier un peu ses conneries le temps d'une soirée - et Dieu sait que cela arrivait souvent. Il ne fallait pas non plus oublier que c'était dans ce bar qu'elle avait rencontré James Hook, au début simple patron un peu trop arrogant et dont elle savait qu'il était l'ancien fardeau de Peter Pan dans son ancienne vie. Et puis arriva ce jour où à côté d’elle, un homme, la quarantaine, sirotait une bière sans bulle à la couleur salie. De temps en temps, il ponctuait ses gorgées d’un rire gras et jetait un regard lubrique aux serveuses qui finissaient d’éteindre tout le respect qu’avait un jour eu le vieillard pour les femmes. Il avait essayé de poser sa main sur sa cuisse, quelques minutes plus tôt mais un regard incendiaire du patron l’avait refroidi presque aussitôt. Il faut dire que Hook l’avait à la bonne et couvait la jeune femme comme si elle avait été sa propre femme. Wendy avait l'impression qu'il ne voulait pas qu’elle se laisse avoir par un de ses hommes sans morale qui ne ferait qu’une bouchée d'elle. Depuis, Wendy l'avait vu différemment et ça l'intriguait. Parfois elle l’observait et il n’était pas méchant ce gars, toujours poli, jamais aguicheur et déplacé. Des soirs qu’elle le voyait accoudé au bar, sirotant des martinis d’un air morne, l’air de porter toute la misère du monde sur ses épaules qui paraissaient si coriaces. Elle avait eu pitié de lui et s’était promis de jeter un coup d’œil par-ci par-là, quand le travail le lui permettait. Il restait assis et il buvait, trop, et elle ne savait pas pourquoi mais elle ne posait jamais de question. Chacun des barmans avait une bonne raison de se saouler comme il le faisait. Mais le patron, c'était un peu fort. Wendy avait pris l’habitude de s’asseoir sur le seul tabouret qui n’était pas branlant, de commander un martini, puis un autre, jusqu’à ce que le sens de la réalité lui échappe et qu’elle oublie qu’elle avait un jour enterré son ancienne vie. Même si littéralement parlant, ça lui faisait toujours aussi mal. De toute façon, elle avait besoin de repos puisque ses journées étaient toujours bien remplies. En effet, son travail au bar et à la librairie lui prenaient la quasi-totalité de sa semaine mais aussi une bonne partie de son énergie. Elle n'avait pas une minute à elle lors de son service, elle était toujours occupée. Elle préférait néanmoins cela que d'avoir à se tourner les pouces et être payée à ne rien faire. D'autant plus que le monde qui affluait était bon signe pour la rentabilité du bar ainsi que pour sa pérennité. Elle était donc à l'abri du chômage, plus ou moins sûre de garder son emploi pendant un bon moment encore. Car même si son rêve était de retourner chez elle, il fallait bien qu'elle ait de quoi vivre et payer les factures. L'argent ne tombait pas du ciel. En tout cas, elle pouvait s'estimer chanceuse de faire quelque chose qu'elle aimait. La librairie était un domaine qui la passionnait, d'où son grand intérêt pour la lecture. Là-bas, elle adorait conseiller les clients sur tel ou tel livre, c'était toujours un plaisir. Les arguments ne lui manquaient pas, elle se montrait toujours très à l'aise dans son discours et donc persuasive. C'était principalement ce qui faisait d'elle une bonne vendeuse car pour être honnête, le commerce ne l'intéressait pas plus que cela. Partager sa passion avec les gens était ce qui lui importait le plus, pas de leur vendre tout et n'importe quoi. Elle se montrait heureuse avec les personnes, mais malheureuse avec soi-même. Wendy était trop dure envers elle-même et ses amis pouvaient bien dire que c'était vrai là-dessus. Néanmoins pour ce soir, il n'était pas question qu'elle retourne chez elle pour ne rien faire que de se torturer l'esprit avec ses rêveries. Non, ce soir elle allait rester au bar, et puisqu'elle avait fini son service elle allait boire un verre. Encore ce soir, Hook l'avait éloignée d’elle un de ces prédateurs voraces qu’elle méprisait en silence. Le vieil homme s’était senti obligé de lui offrir un verre de cette liqueur de fruit atroce qu’elle buvait par petites lampées. Elle se sentait étrangement vide ce soir, vide de sens et de sentiments. Lasse de lutter, ivre et désabusée. Et au moment même où elle pensait être finalement tranquille, la voix rauque de son patron qu'elle avait détesté autrefois - lui rappela que le karma n’est pas qu’un concept abstrait. Et qu’elle devait visiblement payé cher ces actes. « Merci pour ce que t'as fait, mais ce n’est pas le moment Hook. » répondit-elle d’une voix éteinte et lointaine. Dans son autre vie, elle l’avait détesté avec tant d’ardeur que c’était parfois plus douloureux encore de prendre conscience de toute la politesse qu’elle ressentait à présent pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (james hook) why are you so different ? (james hook) why are you so different ? EmptyJeu 15 Mai - 13:28

-----------------------------------------------------
WENDY M. DARLING & C. JAMES MATTHEW HOOK.
------------------------- -------------------------

Les jours se suivent et se ressemble presque. Chaque matin le même rituel et chaque soir aussi. C'est comme si tout ce que la vie m'a offert dans cette seconde chance n'avait aucun sens. J'avance chaque jour avec cette colère, cette envie folle de faire payer le jeune Pan de ces erreurs. Il a voulu me nuire mais je suis aujourd'hui de nouveau en vie et prêt à tout pour lui faire mordre la poussière. Certains me diront que la vengeance ne sert à rien mais vivre sans rien, sans raison, sans amour est-ce une vie ? Non. Je me souviens parfois encore, de ces moments passés en compagnie de mon amour, cette femme qui est devenue pour moi indispensable. J'avais jamais eu la chance d'être vu autrement que par des yeux remplit de haine et de dégout, jamais une femme avait eu pour moi autant d'affection, de gentillesse et d'amour. J'étais heureux et puis tout est devenu plus sombre lorsque j'ai mis un pied à Neverland, j'ai tout de suite compris que plus rien ne serait comme avant et les choses ont fini par me tuer complètement. Je regrette d'avoir pu croire ne serait-ce qu'un moment que, ma vie puisse être bien meilleure aujourd'hui alors qu'elle a débuté dans la douleur. Je souffre, chaque jour est pour moi une souffrance et bien que je cherche à m'offrir l'opportunité de me réjouir de la mort de ce Peter Pan rien, rien ne me confirmera qu'après cela je puisse être à nouveau heureux. Le bruit des rires, des discussions incessantes me ramène à la réalité. Comme chaque jour depuis mon arrivé à Fantasia j'observe, je fais ce que mon devoir me dit de faire, travailler. M'occuper de ce bar est bien la chose la plus ennuyeuse au monde, mon bateau me manque et mes voyages aussi. La seule chose positive, cette petite Wendy. C'est une sorte de rayon de soleil pour moi bien que, il y a quelques années dans une autre vie j'aurais bien profité de ce lien particulier avec elle pour me venger de Pan et fuir Neverland à tout jamais. Tout est un peu différent aujourd'hui, elle me fait oublier parfois ne serait-ce que quelques minutes la douleur en moi et cette vie qu'on m'inflige. Comme chaque jour depuis quelques mois maintenant, je la débarrasse des vipères qui puissent s'amuser à toucher la jeune femme sans y être invité. Des êtres infâmes, honteux et alcooliques. Un de ces hommes qui ne donne pas envie à une femme de les aimés, des hommes comme moi. En apparence du moins, en ce qui concerne la personnalité je ne suis pas de ce genre pervers bien que, j'aime les femmes. Encore une fois la nuit était bien entamée et je venais laisser partir mes employés un à un et les clients par la même occasion. Ma bouteille de rhum dans une main je venais me diriger vers le bar, m'installant à un de ces tabourets miteux et attendre que l'alcool m'emporte dans le repos et une nuit plus paisible, je l'espère. Une voix venait cependant s'imposer à moi, me retrouvant alors face à cette jeune femme, Wendy... « Merci pour ce que t'as fait, mais ce n’est pas le moment Hook. » J'esquissais un maigre sourire, haussant les épaules tout en ajoutant alors. « Tout le plaisir est pour moi mais, une question. Qu'est ce tu fiches encore ici à une heure aussi tardive ? » C'était presque incroyable de croire qu'elle puisse ne pas vouloir aller chez elle alors qu'elle doit avoir une famille et des amis qui l'attendent. C'est une jeune femme courageuse et qui a beaucoup de qualités, personne ne peut la détesté alors, que fait-elle encore ici ? Je soupirais, ajoutant alors. « Si c'est pour jouer la carte du bénévolat en tenant compagnie à un pauvre ivrogne dans mon genre je pense que, tu perds ton temps. Tu devrais rentrer, tes frères doivent t'attendre non ? » Je connaissais bien évidemment son histoire et le fait qu'elle est deux frère plus jeunes qu'elle mais, en même temps sa présence me faisait presque du bien. J'étais moins en colère, moins envieux de tout détruire ce qui me passe sous la main. Comme si elle avait un pouvoir d'apaisement, un pouvoir que peu de personnes arrivent à m'infligé.
Revenir en haut Aller en bas
 

(james hook) why are you so different ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Croix de fer [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Fiches de présa et gestion des personnages-