AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
ASOS : Jusqu’à -75% sur 1000 looks Homme
Voir le deal

Partagez

LOUCA (+)  to escape the rain. Vide
LOUCA (+)  to escape the rain. Vide
 

 LOUCA (+) to escape the rain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Gavroche

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: écrire un livre, dont il serait le héros.
Faites place à la vedette
Gavroche "Stitch" Presley
J'ai posé bagages ici le : 04/06/2014 Jouant le rôle de : stitch, la créature mutante attachante malgré elle. #liloandstitch Nombre de messages : 158 On me connait sous le pseudo : wednesday' (Camille). Un merci à : london jukebox (avatar) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : jake cooper, et ses yeux absolument magnifiques. (changement!)
MessageSujet: LOUCA (+) to escape the rain. LOUCA (+)  to escape the rain. EmptyLun 30 Juin - 2:45

LOUCA ✻ to escape the rain.
La pluie tombait sans cesse depuis ce matin sur les vitrines de ta petite librairie. Tu observais d'un air distrait ce spectacle déprimant que t'offrais dame nature, un livre posé sur tes genoux, et ton marque page dans la bouche, que tu mâchouillais pour te distraire depuis une vingtaine de minutes déjà. En réalité, tu t'ennuyais à mourir. C'était jeudi aujourd'hui, et le jeudi c'était le jour où il y avait le moins de clients. En plus de cela, il pleuvait des cordes, et personne n'avait envie de risquer de tremper ses livres neufs en sortant de ta boutique. Les rues étaient désertes, tout comme la librairie. Tu reniflas l'odeur de la poussière et tu songeais qu'il fallait sérieusement que tu penses à faire les poussières. Tu hésitas une seconde, puis haussais les épaules, te disant que rien ne pressais. Il y avait de moins en moins de visites ces derniers temps, si ça continuait comme ça bientôt tu devrais mettre la clé sous la porte, ça d'ailleurs, on ne manquait pas de te le rappeler dans tes factures. Ce qu'il y avait de bien triste dans ce monde, c'est que tout tournais autour de l'argent, toujours. T'étais devenu libraire non pas par ambition, et encore moins pas cupidité, mais parce que t'avais choisis de passer ton temps au milieu de ces merveilles qu'on appelaient des livres, et parce que t'avais voulu donner envie aux autres de découvrir la littérature. Évidement à l'époque, t'étais plein d'espoir, devenu humain il t'avait parut que plus rien n'était impossible. Tu baignais dans tes petites illusions légèrement infantiles qui n'avaient guère tarder à disparaître lorsque t'avais compris que ce monde était loin d'être si merveilleux que tu le croyais. La vérité c'est que tous les mondes sont cruels, ça maintenant tu l'avais bien compris. C'est vrai quoi, t'étais devenu humain, mais à quel prix ? Tu n'avais toujours pas de famille, personne pour t'aimer, t'étais toujours si seul. Tes meilleurs amis se rangeaient dans un rayon et ta vie sociale se limitait à quelques discussions creuses avec les clients de ta boutique. Le soir tu ne sortais même pas, car t'étais incapable d'aller aborder quelqu'un, bien trop maladroit pour cela. Non, les amis, la famille, c'était sans doute trop pour toi, ce n'était simplement pas pour toi.

Tu fermas la boutique tard ce jour là, t'étant totalement endormis, la tête posée sur ton bureau. Tu fus réveillé en sursaut par le bruit sourd d'un éclair ravageant le ciel, et tu poussais un grognement en lâchant ton livre qui s'écrasa au sol. Tu secouas la tête, l'attrapant et le rangeant dans ton petit sac plastique portant l'insigne de la librairie. T'attrapais alors ta toute nouvelle gabardine, achetée excessivement cher chez un vendeur pétant plus haut que son cul, et tu l'enfilas en t'allumant une cigarette. Tu tournas deux fois la clé dans la serrure, vérifiant du coin de l’œil que toutes les lumières étaient bien éteintes, avant de déplier ton parapluie et de filer à travers les rues en cherchant ta voiture des yeux. Tu appuyas plusieurs fois sur le bouton dans l'espoir d'apercevoir au loin un feu clignotant d'une voiture appelant à l'aide. Tu souris lorsque tu l'aperçus enfin, et pressas le pas pour la rejoindre. Rapide, tu te laissais tomber sur le siège de cuir, refermant vite ta portière en posant ton parapluie sur le siège passager. Tu poussais alors un long soupir d'aise en fermant une seconde les yeux, écoutant seulement le bruit de la pluie tapant contre les vitres, et des éclairs au loin. Il était temps de rejoindre ton loft à la Meli Melo House, et ton lit glacé. Tu passerai sans doute la nuit à attendre pour t'endormir, en vain, comme d'habitude. Ces crises d'insomnie allaient de mal en pie. « Bon. » Tu lâchais, appuyant sur le bouton de la radio pour l'allumer. Celle ci se mis à diffuser un morceau du Gainsbourg, et tu fis un petit sourire, content que ce soit ta compile qui se trouvait dans le lecteur. Tes mains pianotèrent une seconde sur le volant alors que tu démarrais la voiture, glissant ta main libre dans tes cheveux après avoir passé la première. « Quelle journée atroce. » Tu murmuras, te frottant un peu les yeux. Tu jetas un dernier regard à ta librairie, et tu fronçais les sourcils, apercevant la silhouette au loin de quelqu'un essayant d'y entrer. Tu clignais des yeux, sortant de ta voiture en la dérouillant avant de filer rejoindre l'inconnu, que tu ne reconnu pas de suite. « Je peux vous aider ? Je suis le propriétaire de la libraire. » Tu l'abritas une seconde sous ton parapluie, voyant bien qu'il était trempé.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.


    le monstre bleu
    Ohana signifie famille, famille signifie que personne ne doit être abandonné. △ Pas envie de vivre... Qui se levait le premier, le matin, rien que pour sentir l'air froid sur sa peau nue ? Qui se couchait le dernier seulement quand il n'en pouvait plus de fatigue, pour vivre encore un peu de la nuit ? Qui pleurait déjà tout petit, en pensant qu'il y avait tant de petites bêtes, tant de brins d'herbe dans le pré et qu'on ne pouvait pas tous les prendre ? ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: LOUCA (+) to escape the rain. LOUCA (+)  to escape the rain. EmptyLun 30 Juin - 17:19



Ô le chant de la pluie !
-Ils annoncent encore de la pluie pour aujourd’hui.
- C’est vrai ? Ça commence vraiment à me fatiguer cette pluie qui se calme l’espace de quelques heures pour mieux retomber après.
- Oh ne t’en fais pas nous allons passer la soirée chez moi à regarder des films idiots en buvant des chocolats brûlants. Arrête de te lamenter.
- Tu as raison…
- Pour l’instant trinquons aux quelques heures de répit que la pluie nous laisse !

Les tasses des deux jeunes filles installées à la terrasse du café s’entrechoquent bruyamment alors que Lou les observe assit sur le trottoir de l’autre côté de la rue. Il les connait bien ces deux filles qui se sourient. Caroline et Bonnie sont des clientes de Lou il n’est pas rare de voir arriver l’une d’entre elles avec une idée bien précise de peinture en tête. Toujours des paysages sauvages, toujours cet idée de ciel rose ou au contraire totalement tourmenté par on ne sait quel dieu mécontent. Lou a beaucoup de tendresse pour les deux fleurs qui sirotent leur thé en silence se contentant de battre des cils en guise de toute communication. Que peuvent-elles se raconter comme ça ? Serait-ce leur façon de se lancer des petits « je t’aime » sans que personne ne puisse les entendre ? Sans qu’aucun jugement ne soit prononcé ? Sans que personne ne puisse poser un regard  désapprobateur sur ces deux jeunes colombes qui tournent maintenant leurs grands yeux vivement vers Lou qui leur offre un petit sourire attendrit.

- Oh Loulou ! Viens Lou !

Elles font de grand signe vers le petit brun qui se redresse vivement en laissant derrière lui ses toiles et sa guitare sous la surveillance de ce bon vieux Ned un mendiant avec qui Lou a sympathisé depuis un moment. Arrivé à la terrasse du café Lou dépose un baiser sur la joue de chacune des jeunes filles avant de s’accroupir à côté de leur table, posant ses mains tachetées de peinture sur cette dernière.

- Lou la peinture que tu as fait la dernière fois est tout simplement divine !
- Laquelle ?
- - Celle que Bonnie t’as commandée !
- Ah oui. Les oiseaux qui volent à contre-sens à cause de la tempête ?
- C’est ça oui ! On l’a mise dans notre chambre elle est vraiment superbe ! Dis …on aimerait que tu fasses une toile spéciale pour nous.
- Tu seras rémunéré bien entendu !
- Oui avec plaisir ! Je vous écoute mes demoiselles.

Elles gloussent doucement avant d’expliquer au petit bouclé l’idée qu’elles ont derrière la tête. Bonnie explique alors à Lou qu’elles vont bientôt se marier et qu’elles seraient heureuses d’avoir une toile les représentantes en robes de mariées. Lou déglutit difficilement à la fois ému et bouleverser par la demande. La petite rousse le remarque et vient caresser ses cheveux bouclés.

- Ca va Lou ?
- Oui…c’est  juste que c’est la première fois qu’on a autant confiance en moi pour faire ce genre de choses…je…woaw ! Félicitations
- Merci Lou…tu es invité bien entendu. Tu viendras avec ta copine ?

Lou, encore tout décontenancé, ne répond pas déjà perdu dans ses idées pour la toile.

-…ou ton copain ?

Le jeune homme relève instinctivement le nez et sourit.

- Je viendrais avec plaisir. Je dois vous laisser le temps commence déjà à se couvrir et je n’ai pas d’endroit pour abriter mes toiles. Encore merci, du fond du cœur.

Il se redresse et les salut avant d’aller récupérer ses toiles qu’ils enroulent avec hâte dans du tissu imperméable. Lou hisse son gros sac de randonné qui contient ses affaires sur ses épaules et se met à courir à travers les rues à toute vitesse en cherchant du regard un petit endroit qui pourrait l’abriter pour la nuit. Au bout d’une demi-heure de recherche un bruit sourd se fait entendre dans le ciel. L’orage approche et Lou sent déjà la panique s’emparer doucement mais sûrement de lui. Il se remet à courir et finit par s’arrêter devant la première boutique qu’il croise. Il tambourine alors à la porte de cette dernière remarquant ainsi qu’il s’agit de la librairie.

«  HEY ! IL Y A QUELQU’UN ?! J’AI BESOIN D’UN LIVRE EN URGENCE ! EHOH! »

Que d’audace et dieu sait qu’il faut en avoir pour espérer avoir ce que l’on désire dans la vie. En réalité Lou n’a que faire des livres qu’il n’est même pas capable de déchiffrer mais s’il peut trouver dans cet endroit un abri chaud mais surtout sec pour la nuit il n’hésitera pas un seul instant à jouer les mecs en soif de découvertes littéraire. Au moment où Lou commence à baisser les bras des bruits de pas se mêlent à la mélodie que forment les goûtes de pluie qui s'écrasent lourdement au sol. Lou lève les yeux vers la source de ces pas mais n'arrive même pas à voir clairement les traits de la personne qui s'approche de lui tant la pluie est forte. Il lève les yeux vers le grand parapluie qui l'abrite et soupire, profitant de cet instant de sérénité.

" Je...bonjour j'ai besoin d'un livre. C'est l'anniversaire de ma mère et j'aimerais lui faire plaisir mais avec cette pluie j'ai eu du mal à trouver votre librairie...ça serait possible d'ouvrir quelques instants? S'il-vous-plait monsieur."

Le petit fris lève ses yeux vers le libraire pouvant enfin détailler ce visage qui lui semble inconnu alors que ce dernier est à l'origine de la pire nuit qu'il n'ait jamais eu à passer dehors depuis qu'il est arrivé ici.
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas
 

LOUCA (+) to escape the rain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-