AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-83%
Le deal à ne pas rater :
Hub USB LAB.C – Chargeur USB universel 5 portes
4.99 € 29.99 €
Voir le deal

Partagez

 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Vide
 

  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 17:43

Depuis mon arrivée à Fantasia Hill, je m'appelle Diego José-Carlito Del Agua, mais en réalité je viens d'un autre monde, un monde magique, là bas on m'appelait Diego. Vous devez surement me connaitre, avez vous déjà entendu parler de la série des quatre films parlant de l'âge de glace ? De toute manière, je vais vous parler un peu de moi, j'ai vingt-neuf ans, on dit souvent que je suis sans pitié lorsqu'on ne me connait pas, mais vraiment, je suis prêt à tout pour protéger ceux auxquels je tiens. Je suis de nature loyal, on n'a pas vraiment le choix quand on fait parti d'une meute depuis qu'on est né. Je suis très vif d'esprit, je réfléchis beaucoup et rapidement en toutes circonstances, avec ruse et intelligence, trait de caractère qui m'est indispensable afin de trouver des solutions, d’arriver rapidement à m'armer de beaucoup d'arguments ou d'inventer des histoires probables mais fausses quand je suis en mauvaise posture. J'ai la capacité de me trouver toutes sortes de qualités, afin de faire valoir un petit peu plus ma vie aux yeux des autres et me montrer comme un élément indispensable et dont ils ont besoins pour leurs survies. J'ai un coeur en or, dont j'essaie le plus possible de cacher afin de paraître plus dur que je le suis vraiment, mais il m'arrive beaucoup d'être menaçant, j'ai une facilité à effrayer les gens et les terroriser sans aucun regret dès que quelque chose ne me plait pas ou dès que je veux obtenir quelque chose. Je suis courageux, mais après avoir vécu tant de temps avec une troupe composé de paresseux, de mammouth et d'autres bestioles qui aiment le danger, ont n'a encore une fois pas trop le choix que d'acquérir ce genre de qualité. J'ai du mal avec les émotions, j'évite de me montrer très heureux ou trop triste, préférant garder cela pour moi. Je suis un peu un constipé des sentiments, je ressens mais j'aime moins en parler. Actuellement, je suis maître nageur-sauveteur, ce métier m'est apparu comme une évidence depuis que j'ai appris à nager et que j'adore l'eau. Je suis également chippendale certains soirs et cela depuis que j'ai mon enfant, car avoir une bouche en plus à nourrir, ce n'est pas tous les jours facile et il faut faire rentrer l'argent avec un autre boulot. J'aime beaucoup les manèges à sensations, on a tout d'une vraie aventure côté peur et escalade émotionnelle sans l'inconvénient de voir sa vie réellement en danger et la chasse, vu qu j'étais très doué quand j'étais un tigre - néanmoins, il m'a fallu apprendre à chasser avec des instruments d'humains, finis les dents de sabre. Oh et pour les petits curieux, je suis célibataire, j'ai toujours pensé aimer les femmes sans exceptions, mais plus ça avance, plus les hommes m'attirent. Je suis papa d'un petit garçon que j'ai eu avec Shira, mais qui me l'a laissé, ne voulant pas en attendre parler. On me confond souvent avec aaron taylor-johnson, surtout en version long cheveux et petite barbe.

« T’es mal placé dans la chaîne alimentaire pour faire ta grande gueule ! »

 

 

 
PSEUDO/PRÉNOM ◆ Moi c'est toujours Céline, ou pigfarts is real.  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 4029093039ÂGE ◆ dix-huit ans. hanPAYS/RÉGIONS ◆ toujours paca, aka la région où on meurt de chaud. olala OU AS-TU CONNU LE FORUM ? ◆ i don't remember.  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 2034992622TES IMPRESSIONShumhumbave je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 1642801012:vomito: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 3469456680:bril: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 38529682coeurSCÉNARIO OU PI ? ◆ PI.  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 4153354820CODE DU RÈGLEMENT ◆ validé par Elsa.  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 2034992622SOUHAITES-TU ETRE INSCRIT POUR UN SURPRISE RP APRES TA VALIDATION ?◆ Pas pour l'instant.  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 4029093039UN DERNIER MOT POUR LA FIN ◆ JVOUS AIMES.  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 1823284050:bril: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 4029093039:bril: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 1642801012 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 1823284050
 

 

 
Diego José-Carlito Del Agua
 
Il est amateur de viande rouge. Il adore en manger, et en commande souvent dès qu'il va au restaurant. C'est un carnivore, et une bonne entrecôte bien saignante suffit à son bonheur. ∇ Il s'est mis un peu à fumer en arrivant ici, et depuis il essaie d'arrêter pour son fils. ∇C'est quelqu'un de rusé, il sait réfléchir rapidement et se trouver un plan de dernière minute pour parvenir à ses fins, même si pour cela il faut mentir. ∇ Il adore l'eau depuis que Sid lui à appris à nager. Il est passé de total peureux à quelqu'un qui choisi le métier de maitre nageur-sauveteur quand il se trouve changé en humain. ∇ Il a un petit peu du mal avec toutes les nouvelles technologies qui n'existaient pas avant. Il possède un portable tactile sur lequel il met deux heures à envoyer un sms et il lui arrive très souvent d'appeler des numéros ou ses contacts sans qu'il ne l'ai voulu. Ça l'énerve, mais il essaie d'apprendre et de s'améliorer. ∇ Il aime beaucoup néanmoins regarder la télévision, et ça lui a fait bizarre la première fois qu'il s'est vu dans « l'âge de glace ». Il a été outré quand il a appris qu'au départ, les scénaristes voulaient tuer son personnage dans le premier film, et ça l'a blessé, le faisant un peu complexer sur sa personnalité, avant qu'il apprenne qu'il a été gardé car les enfants testeurs avaient pleuré en le voyant mort. ∇ Il a toujours un air un peu ronchon et bougon sur le visage, mais c'est juste sa tête normale : il sait rire et sourire comme tout le monde. ∇ Il fait beaucoup de sport et part toujours faire du jogging le matin quand il le peut avant de prendre son petit-déjeuner. ∇ Il aime bien faire le fort, montrer aux autres qu'il n'a pas peur et que rien ne pourrait l'abattre. ∇ Il lui arrive de menacer facilement, comme le Diego d'avant. Quand quelque chose ne lui plait pas ou ne tourne pas comme il le souhaite, il n'hésite souvent pas à user de ses menaces et de sa stature afin de se faire comprendre et d'effrayer les gens. ∇ Il a apprit en couchant avec son meilleur ami qu'il était finalement bisexuel et que les hommes l'attirait fortement, même si avec Camille c'est totalement sans sentiments. ∇ Il ne sait pas du tout draguer, il est très nul à ça, et ça l'embarrasse quand quelqu'un lui fait la remarque ou se moque de lui. ∇ Il ne supporte pas quand on l'accuse de mentir, ou qu'on doute de lui quand il donne sa parole.  ∇ Il n'aime pas non plus qu'on doute de ses capacités, et qu'on lui demande si on peut vraiment lui faire confiance, comme s'il n'était pas capable de remplir une mission ou allait retourner sa veste à la première occasion. ∇ Il a beaucoup changé à force de côtoyer Manny, Sid et les autres , et c'est grâce à eux qu'il est devenu une meilleure personne.  ∇ Il grogne toujours quand quelque chose ne va pas, comme si son simple fait de grogner allait tout réparer. ∇ Quand il est au lit et qu'il prend beaucoup de plaisir … Il lui arrive de rugir, comme il le peu avec sa voix grave d'homme. ∇ C'est quelqu'un d'assez posé, qui essaie de réfléchir ou de rester calme en tout circonstances, même si des fois c'est trop dur et qu'on son instinct animal reprend le dessus. ∇ Il est très attaché à son fils et c'est devenu en quelque sorte son moteur pour avancer. Grâce à lui il arrive plus facilement à prendre du recul et à prendre la vie avec un petit peu plus de légèreté, de ne pas donner trop d'importances à des choses qui n'en valent pas la peine. ∇ Il ferait tout pour lui, et détruirait sans aucun regret les personnes qui lui ferait du mal. ∇ Il lit énormément, par plaisir ou pour apprendre des choses. C'est d'ailleurs dans sa librairie qu'il à rencontré Camille, alors qu'il cherchait des livres sur la paternité et comment s'occuper d'un bébé. ∇ il est très protecteur. ∇ Il n'aime pas forcement montrer ses émotions. Il a l'impression que quand il le fait, c'est bizarre, ou plus intense que les autres personnes et qu'il n'est donc pas normal. ∇ Il dit rarement pardon.

POUR LES WALT ADVENTURERS :
 


Dernière édition par Diego J.-C. Del Agua le Dim 6 Juil - 19:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 17:51

DIEGO : ORANGE
SOTO : CHOCOLATE
SID : SALMON
MANNY : DARKMAGENTA
MEMBRES DU CLAN HUMAIN : BURLYWOOD
ROSHAN : BROWN
BILLIE & L'OISEAU VERT : #B9E390
ELLIE : #F05E4A
LA GAZELLE : #CCCC62
SHIRA : DEEPPINK
LES PIRATES : #75B072
MAMIE DE SID : #D97CCC


Dernière édition par Diego C. J. Del Agua le Dim 6 Juil - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 17:53




l'âge de glace un.

Tu avais toujours été un chasseur, et cela depuis que tu étais né. C'était dans votre nature à vous, les tigres à dents de sabre. Vous observiez, preniez en chasse votre proie, jusqu'à ce qu'elle soit bien docile au creux de votre gueule. Tu vivais avec ton clan, dirigé par un seul Alpha, et vous étiez toujours ensemble. Ce jour-là, on t'avais donné une mission des plus simples. Soto, le leadeur de la meute, t'avais convoqué, juste toi. C'est comme ça que tu te retrouvais avec lui, côte à côte sur de gros rochers, plus élevés encore que la grande cascade qui commençait quelques mètres plus bas, et tu regardais de toute ta hauteur le petit clan d'indiens qui avait fait leur camps plus bas. C'était drôle de les voir comme ça, ils avaient tout aménagés pour se sentir comme chez eux, avec leurs tipis et leurs feu de bois, mais ce n'était pas leurs maisons ici. Ça ne le serait jamais. Tu parcourais les humains du regard, avant de t'arrêter sur celui du chef du clan, un bébé dans les bras, le faisant voler pour retomber entre ses doigts. Il avait l'air heureux, et il y avait sa femme à ses côtés, les observant d'un regard bienveillant. « Oh, regarde-moi cet adorable petit bébé Diego. Ce serait gentil de l'inviter pour un bon petit déjeuner non ? » Tu comprenais de suite où voulait en venir ton chef, et à vrai dire, ce n'était pas très difficile à comprendre. Après ce que vous aviez vécus il y a peu de temps, il était tout à fait normal que ton Alpha veuillent rendre la pareille à ces humains. Et quoi de plus important pour ce chef que son petit bébé de quelques mois, un an peut-être, à peine ? « Je ne peux même pas imaginer un petit déjeuner sans lui. » Tu répondais de suite, de ta voix grave et posée. Tu pouvais déjà sentir le goût de son sang et de sa chaire tendre entre tes crocs quand tu y pensais bien. T'en bavais d'avance. « En particulier depuis que son papa à décimé la moitié de mon clan et qu'il porte leur peaux pour avoir plus chaud. Oeil pour oeil, dent pour dent tel est ma devise. » Soto essayait de rester calme, mais il était facile de voir qu'il était énervé. Qui ne l'était pas dans votre clan, depuis que vous aviez perdu une bonne partie des vôtres ? Le spectacle avait été horrible et sanglant, et ces piètres humains n'avaient pas hésité une seule seconde pour lancer leurs armes contre ton peuple. Un vrai massacre. Parfois encore, quand tu fermais les yeux, tu pouvais revoir le corps ensanglanté et éventré des tiens. Tu les voyais inanimés, sur le sol, et tu n'avais même pas eu à mettre en place ton imagination pour savoir ce qu'ils allaient faire des corps. Les manger et garder leurs peaux en guise de remparts contre le temps qui changeait. C'était dégueulasse. « Nous allons montrer à cet humain ce qui arrive quand on défi les tigres à dents de sabres. » Vous étiez un clan fier, et qui ne vous laissiez pas faire dès que ce genre de combat ravageait votre meute. Ils voulaient jouer à cela, ils voulaient montrer qui étaient les plus forts, et ils allaient perdre. Les humains étaient comme ça, ils pensaient toujours qu'ils pouvaient faire le mal autour d'eux sans que rien ne leurs soit reprochés ou réclamés. Ils se pensaient en sécurité, et puissants, après avoir tué la moitié des tigres à dents de sabre. Et vous, vous alliez leurs montrer comment ça marchait vraiment. « Rassemble la troupe, nous attaquerons à l'aube. » Tu allais pour partir, quand sa voix retentissait de nouveau. « Diego ? » Tu t'arrêtais un instant, tournant ta tête légèrement vers lui pour lui montrer que tu écoutais. « Ramène-moi ce bébé, bien vivant. Pour que je puisse savourer pleinement ma vengeance, il faut qu'il soit bien frais. » Tu avais une mission des plus importantes Diego, et tu ne comptais pas l'échouer. Tu auras ce bébé vivant pour Soto, tu lui ramèneras, et il sera fier de toi.

C'était censé être un jeu d'enfant, et vous aviez tout prévu. La troupe devait attaquer le camps des indiens, et toi tu devais partir à l'avant, ton but n'étant pas de te battre, mais de prendre l'enfant. Il était le but, il était la clé de votre vengeance. Vous descendiez tous de votre position en haut des rochers, et vous faisiez tout pour rester silencieux, vos griffes néanmoins crissant sous la roche dure. Vous pouviez entendre de là où vous étiez les loups qui gardaient le camp en train de grogner, sentant surement votre présence. Vous courriez, rapidement et efficacement, de manière à ce que les humains ne se réveillent pas à cause de vos pas. Les loups eux, commençaient déjà à aboyer afin de prévenir les humains de votre arrivée imminente. Les indiens se levèrent rapidement, agrippant leurs lances en sortant de leurs tipis. Un tigre sautait sur le chef des indiens, se faisant repousser grâce à la lance. Et comme ça, le combat venait d'être annoncé. Toi, tu n'avais pas le temps pour rugir et montrer tes crocs à ceux voulant te défier : tu te faufilais donc ente les combattants de chaque clan, essayant de ne pas te faire remarquer alors que tu t'enfonçais dans le camp des humains. Tu regardais de chaque côté, étant prudent à chaque patte que tu posais afin d'avancer surement, et d'enfin entrer dans la tente où l'enfant devait rester. Tu passais ta tête dans le tipis, et tu voyais sa petite forme allongée dans un espèce de mini couffin fait maison grâce à la peau de ton clan. Tu grognais doucement en t'approchant, satisfait de comment tout cela se déroulait. Tu touchais ton but du bout des griffes, et c'était presque trop facile. Tu n'avais pas compté sur la présence de la mère, qui agrippait son enfant et commençait à courir pour fuir. Tu la suivais alors qu'elle se dirigeait vers la cascade, te plaçant devant elle pour la ralentir d'une manière aisée. Elle serrait fort son garçon dans ses bras, arrivée au bord de la cascade, et t'aurais bien rigolé de voir son air si protectrice envers un être qui allait bientôt mourir des crocs de ton chef si elle n'avait pas sauté, alors que tu ne t'y attendais pas. T'étais étonné, et tu regardais en bas, ne pouvant rien y desceller si ce n'était les trombes d'eau qui ne cessaient de couler. Sans plus de choix, tu décidais de retourner en bas, espérant avoir plus de chances. Alors que tu retournais sur tes pas, Soto te vis du coin de l'oeil. « Diego est de retour, on bas en retraite. » Il appelait le clan, qui arrêtaient tous de se battre pour venir vers toi. Toi t'aurais préféré qu'ils continuent de se battre, qu'ils te donnent encore quelques minutes pour que tu puisses retrouver avec un peu de chance la mère et l'enfant. « Alors, où est le bébé ? » Et merde, tu étais dans la grosse merde. « J'ai perdu sa trace au dessus des chutes. » Tu avouais, car ça ne servait à rien de mentir, pas dans ces conditions. C'était facile de voir que tu ne l'avais pas, et t'avais un peu honte de ne toujours pas avoir réussi à le ramener alors que tu n'avais eu qu'une chose à faire. « Tu as perdu sa trace ? » Il s'écriait, les trois autres dents de sabre grognant à tes mauvaises nouvelles. Des lances se plantaient à côtés de vous, brisant la conversation, et vous pouviez voir au loin les humains venant vers vous pour vous attaquer. Vous couriez donc, toi aux côtés de Soto. « Je veux ce bébé, il me le faut Diego. » Et tu savais à quel point ce bébé avait de la valeur pour lui, à quel point tu ne devais pas échouer dans cette quête. Ton honneur était en jeu Diego, ton respect au sein du clan également. « Je le retrouverais ! » Tu t'écriais sans attendre, comme une promesse. « Tu as intérêt, à moins que tu n'ai envie que je te mange à sa place. » Et tu savais qu'il ne disait pas ça seulement pour te faire peur, tu savais que ce n'était pas des paroles en l'air. « Nous partons pour le pic central en tête. Retrouve-nous là-bas. Et souviens-toi je le veux vivant. » Il grognait, et tu l'avais déçu en n'arrivant pas à prendre ce bébé du premier coup, ce n'était pas difficile à voir. « On peut te confier cette mission Diego ? » Te demandait l'un des tiens, comme si tu n'était pas digne de confiance, comme si tu n'avais pas les capacités pour attraper un morveux qui ne pouvait même pas marcher par lui-même. Tu grognais, ne supportant pas ce genre de pique et il s'éclipsa quand l'un des tigres lui disait de venir.

Tout à réellement commencé à ce moment-là. A l'époque, tu n'avais aucune idée de comment pouvait changer les choses, de comment quelques rencontres pouvait affecter les personnes. Toi, tu n'avais toujours pratiquement connu que les gens de ta meute, qui étaient comme tes frères, et puis les humains, que vous observiez souvent. Quand tu les avais remarqué avec le bébé, tu pensais juste que tu allais le reprendre, que ça allait prendre deux secondes et que plus jamais ton chemin ne croiserait celui de ce mammouth et de ce paresseux. Tu avais tort, tellement tort. La paresseux essayait en vain de monter un mur de roche, et le bébé pendait, prêt à tomber au sol. Quand il commença sa chute, c'est là que tu saisis ta chance. Tu n'allais pas attendre que l'autre l'attrape avec sa trompe non. Tu en profitais pour sauter et le prendre rapidement, le bout de son vêtement dans ta gueule. Tu retombais sur un rocher, et quand tu te tournais vers les autres, le mammouth te reprenait déjà l'enfant. Tu rugissais, avançant en envoyant un coup de patte car putain, personne ne pouvait juste te rendre la vie un peu plus facile et te donner cette saleté de bébé. Le mammouth ne te laissa pas faire et poussa son grognement à son tour. A ce moment-là, t'étais plus intelligent que ça. Tu savais que si tu continuais dans un rapport de force, dans un rapport d'ennemi à ennemi, tu ne pourrais pas obtenir ce que tu voulais de lui. Des fois, il suffisait juste d'être un peu poli ou d'un petit sourire pour changer les rapports entre les personnes. C'était hypocrite, mais tu allais quand même essayer. Tu arrêtais donc ton grognement, et tu décidais simplement de parler. Tu faisais un pas un arrière, afin de te montrer un peu moins agressif. Tu raclais délicatement ta gorge, et tu levais l'une de tes pattes, une griffe relevée en signe de réflexion. « Cette bestiole rose est à moi. » Tu disais, ta voix montrant l'incompréhension de voir ta possession aux mains d'autres. « Ah non désolé, cette bestiole rose est à nous. » Te répondais le paresseux en descendant de la falaise. Oh. Alors .. Ils étaient en couple tous les deux ? Ils avaient décidés de prendre ce bébé du clan des humains car ils ne pouvaient pas en avoir un ensemble, c'est pour ça ? C'était vraiment bizarre. Sûr, tu n'avais encore jamais croisé un couple mixte paresseux/mammouth. Et les deux étant des mâles, c'était sur que même s'ils s'aimaient, ils ne pouvaient pas avoir d'enfants ensemble. T'aurais juste espéré qu'ils choisissent un autre bébé pour leur envie de paternité que celui que toi aussi, tu convoitais. « Nous ? On ne vous à jamais dit que vous faisiez un drôle de couple ? » Tu ne pus te retenir de dire dans un petit reniflement moqueur. « Il n'y a pas de nous ! » Disait fermement le gros mammouth. Oh, il y avait de l'eau dans le gaz apparemment. « Je vois. Vous n'arriviez pas en avoir alors vous l'avez adopté. » Tu disais comme si c'était la plus probable des hypothèses. Et vraiment, elle l'était. Elle confirmait totalement ta réflexion précédente. Le monde devenait de plus en plus bizarre, à s'accoupler même entre membre de différentes espèces. « Bon, je m'excuse de te retirer le pas de la bouche, mais on doit reprendre la route. » Il disait en tirant l'enfant vers lui. Mais pour qui il se prenait, le minus ? Tu t'en foutais complètement qu'ils doivent reprendre la route. Toi, tu n'en avais que faire d'eux, tant qu'ils te laissaient le bébé. « Le petit s'il vous plait. Tout ce que je veux c'est le ramener à son clan. » Et d'accord, c'était faux, totalement faux. Mais malgré ce que certains pouvaient penser, tu n'étais pas débile. Tu ne pouvais pas leur dire que le chef de ton clan réservait une place très spéciale pour cet enfant dans son futur déjeuner. Alors, comme à chaque fois que tu te retrouvais dans une situation un peu difficile, tu te trouvais à faire le poli, mais surtout à réfléchir vite à un mensonge qui paraîtrait plausible. « Allez rêve pas dents de lapins, on n'est pas aussi stupide ! » En une seconde tu étais à ses côtés, et tu avançais ton visage dangereusement du siens. « Tu m'accuses de mentir ? » Et c'était une chose que tu détestais, même si là, dans cette situation, c'était plus pour t'aider à t'en sortir que tu disais ça, et pour leur faire croire que tu n'étais pas du genre à mentir facilement. « J'ai jamais dit ça. » Il répondait, commençant à avoir un peu peur en secouant sa tête. « Non mais tu l'as insinué. » Ta voix devenait toujours plus basse et plus grave, et ça ne voulait rien présager de bon. « J'aime pas du tout ce chat. Il lit dans les pensées. » Murmurait le paresseux à tu-ne-savais-qui, une main couvrant un côté de sa bouche, comme si tu ne pouvais pas attendre tout ce qu'il pouvait dire en faisant ça, alors que tu étais à deux centimètres de lui. Il était vraiment bête ce paresseux. « Je m'appelle Diego, frère. » Tu te redressais, regardant le mammouth. Lui, il avait l'air un peu plus intelligent au moins. Et peut-être qu'en commençant à te présenter, ça vous mettrait plus sur une échelle de connaissance amicale. « Manfred, et je ne suis pas ton frère. » Ou peut-être pas. « D'accord … Manfred. Si vous cherchez les humains vous perdez votre temps, ils sont partis ce matin. » « Merci pour tes conseils, aller maintenant, vas-t-en. » Oh, il voulait partir et te laisser là comme ça ? « Je veux bien t'aider à rendre ce bébé à son clan mais seulement à une condition : c'est qu'après tu me laisses tranquille ! » Tu l'entendais dire à l'autre, continuant d'écouter leurs discussion même s'ils étaient en train de partir. « D'accord, on fait comme ça. Et qu'est-ce qui te perturbe exactement ? » « C'est toi qui me perturbe. » « Non, je crois que t'es déprimé. C'est pour ça que tu manges autant. Parce qu'il faut le faire d'être aussi gros en étant végétarien. » Tu descendais du rocher sur lequel tu étais, sautant pour te retrouver sur la terre ferme et tu les regardais, alors qu'ils étaient dos à toi. « Je ne suis pas gros ! C'est ma fourrure qui fait ça. Ça donne de l'épaisseur, c'est trompeur ! » Tu grognais pour toi-même, légèrement pour ne pas que les autres t'entendent, alors que tes yeux ne pouvait se poser autre part que sur le bébé humain qui se trouvait dans les bras du débile. Le pire, c'est qu'il te faisait un coucou, le con ! Oh, si seulement tu pouvais l'arracher et l'étrangler de tes pattes … Non, non. Il fallait que tu le rendes à Soto vivant. « D'accord, c'est tes cheveux qui sont gros. Mais si jamais t'as envie de parler je suis là. » Et tu partais de ton côté, cherchant un nouveau plan.

Ayant écouté un peu leur conversation pendant qu'il s'éloignaient de toi, il n'était donc pas difficile de savoir où il allaient emmener le petit, et donc pour toi, de savoir où les retrouver. Tu remontais donc afin d'arriver au camp des indiens, qui était bien évidement désert : la fumée s'élevait encore dans le ciel mais plus une âme n'y vivait. « Je vous l'avais dit qu'ils étaient parti. » Tu annonçais, pour leur montrer que tu avais eu raison, et aussi que et bien, oui, tu étais de retour. « Tiens tiens une vieille connaissance. Tu t'ennuies, t'as pas deux trois petites bêtes sans défenses à étriper ? » Pourquoi fallait-ils toujours que l'on pense le moins bon de vous, les tigres à dents de sabre ? Vous pouviez être de très gentilles créatures quelques fois … Il suffisait de savoir comment s'y prendre avec vous. « D'après moi à mon avis ils sont allé par là. Ou plutôt par là … Ou peut-être par- » Et oui, c'était exactement ce qu'il te fallait. Sans le savoir, le fait que le paresseux cherche te donnait la possibilité de sauter sur l'occasion et de commencer à faire valoir tes qualités, que eux n'avaient pas. « Tu connais pas grand-chose à a chasse toi, pas vrai ? » Tu commençais pour entrer dans le sujet, assez moqueur. « Je suis un paresseux : je repère un arbre, je croque une feuille, c'est ma façon de chasser. » Il n'allait vraiment pas aller loin si c'était comme ça qu'il chassait, il ne pourrait jamais faire un tigre à dents de sabre digne de ce nom. « Vous les avez pas raté de beaucoup : le bois est vert … Ils sont parti vers le nord il y a deux heures. » Tu disais ça sûr de toi, confiant, et tu savais que ça pouvait les éblouir, le fait que tu saches ce genre d'information rien qu'en ayant regardé un bout de bois. Mais Sid … Il était plutôt à mettre ses deux branches de chaque côté de sa bouche, en une très mauvaise représentation du signe distinctif des tigres de ta meute, et il prenait une voix un peu bête afin de t'imiter. « Le bois est vert, ils sont parti vers le nord il y a deux heures. » Il n'avait vraiment peur de rien lui, et surtout pas que tu l'emplâtres alors qu'il continuait de se moquer. L'enfant tombait, et un poisson volait afin d'atterrir sur la trompe du mammouth. Très bien, étape deux enclenchée. « Cet enfant va te poser un tas de soucis. Laisse-moi emmener le bébé et je retrouverai la trace des humains beaucoup plus vite que toi. » Il n'était pas difficile de comprendre qu'il n'avait pas l'air d'aimer les gens, et encore moins les bébés. Que cette grosse bête préférerait rester seule qu'en la compagnie d'autres espèces. Alors tu essayais d'appuyer sur ça. Malheureusement, Manny rapprochait l'enfant de lui avec sa trompe. « Et bien entendu ton seul but est de faire une bonne action, c'est ça ? » Toujours cette méfiance. « Je sais où sont partis les humains, voilà tout. » Tu répondais en ramenant le petit grâce à ta griffe vers toi. Et vraiment, il commençait à t'énerver le mammouth, à ne pas juste vouloir laisser tomber le sujet. « Vers le col du glacier. Tout le monde sait qu'ils ont un campement à l'autre bout de la montagne. » Et merde, lui aussi était au courant. Apparemment, ta meute n'était pas la seule à savoir ce genre d'informations, et c'était bien dommage, car ça enlevait un peu de ta crédibilité. Néanmoins, tu savais comment continuer la conversation, vers où la dévier afin de te ramener des points. Tu regardais une nouvelle fois Manfred amener le bébé vers lui, et tu mettais en place l'approche de ton nouveau plan. « A moins de très bien savoir suivre une piste, vous n'arriverez pas à les rattraper avant que le col soit bloqué par la neige. Ce qui à mon avis devrait se produire … Demain. Le choix est simple : ou bien vous me confiez le petit, ou vous vous perdrez en plein blizzard, c'est à toi de décider. » Tu disais ça comme si tu t'en foutais un peu, alors que tu lui jetais des coups d'œil calculateurs. Tu venais de poser tes cartes sur la table, et tu venais de retourner la situation à ton avantage. Ça avait quelques particularités, d'être un tigre à dents de sabre, et tes talents de chasseurs pouvaient t'apporter beaucoup pour gagner la bataille. Ils n'avaient pas le choix, quoi qu'ils en pensent : ils savaient que s'ils ne te laissaient pas le petit, ils n'arriveraient jamais à le rendre au clan avec leurs aptitudes bien moins bonnes que les tiennes. Tu les tenais. Manny attrapait le bébé avec sa trompe et il l'amenait vers toi. Tu le regardais, le suivant de ta tête comme hypnotisé, mais il continuait le chemin, ne te le laissant pas devant toi, et il le laissait tomber dans les bras de Sid. « Tiens, prend-le ton cher petit trésor. On va aller le rendre aux humains. » Putaaain. Il ne voulait pas de ton aide alors ? Tu n'avais pas réussi à le convaincre et il préférait risquer sa vie en sachant très bien qu'il n'arriverait pas à temps pour rendre l'enfant ? Il était con ou quoi ? Sid tournait sa tête vers toi, tenant l'enfant, et il commençait à prendre une voix un peu faussement désolé, pour te narguer. « Oh pauvre Tigrounet à quenottes qui va se retrouver seul comme un gros naze, petit tigrounet à grandes quenottes. » Il continuait, l'une de ses pattes s'étant posée sur ton nez. Putain, il se moquait vraiment de toi le paresseux. T'avais envie de grogner, de lui arracher ses mains de ta personne. « Sid ... » L'interpelait Manny. « Le tigrounet va être notre guide. » Et bam, prends-toi ça dans les dents ! Son expression vira à l'étonnement complète, et toi tu le regardais, assez fier. Un sourire prit forme sur tes lèvres, et lui te répondait avec un sourire forcé, espérant surement que tu fasses comme si tu n'avais pas écouté tout ce qu'il venait de te dire pour te narguer. « Euh attend Manny, je je … Je peux te parler une petite seconde s'il te plait ? » Il disait en s'éloignant de toi, allant rejoindre le mammouth. « Non ! Plus vite on aura retrouvé les humains, plus vite je serais débarrassé de toi, qui pu du bec, et du bébé par la même occasion. » Mh … C'était définitivement le mammouth qui était le mâle dominant dans leur relation. Manfred prenait la route, et toi tu commençais à le suivre, décidant d'abord de t'amuser un peu. « Tu n'auras pas toujours Djumbo pour te protégé, le jour où tu te retrouveras seul, fait bien attention à tes fesses … J'ai pas encore décidé ce que j'allais faire de toi ... » Ta voix était basse, à peine plus élevée qu'un murmure, et tu tournais autour de Sid, proche de lui, le menaçant. Manny t'appelait ensuite pour que tu passes devant, et tu le suivais sans plus un regard pour le paresseux, content de ton petit effet.

La route était longue et difficile, et vous deviez vite vous rendre compte tous les trois que s'occuper d'un bébé, ce n'était pas une mince affaire. Il n'arrêtait pas de crier quand il venait de faire caca dans son espèce de couche, et vraiment, c'était dégoutant. Ça puait, et Sid avait presque failli te mettre la couche dans la gueule. Finalement, c'est Manny qui se prit la couche en pleine trompe, mais il avait eut de la chance, car aucun caca n'était à l'intérieur : juste l'idée d'une bonne farce selon Sid. Il était vraiment attardé celui-ci. Heureusement, sa connerie avait parfois du bon : Manny lui donnait un coup sur la tête pour sa mauvaise blague, et cela fit rire le bébé … Qui recommençait de pleurer dès que Sid allait bien. « Recommence Manny, ça plait au gosse ! » Tu t'exclamais, un petit peu trop heureux, parce que sérieusement, c'était la meilleure de l'année. Finalement, il n'était pas si mal ce petit, s'il aimait voir souffrir le paresseux. Et puis ça vous défoulait, toi et Manny. Le problème, c'est que vous ne pouviez pas faire ça toutes les deux secondes, et qu'il fallait trouver une autre solution. Tu pensais t'y prendre mieux avec les enfants, mais quand tu cachais tes yeux de tes pattes avant de finir par les ouvrir pour que tu puisse voir l'enfant, il s'était mit à encore plus pleurer. Apparemment, ça ne lui plaisait pas le « il est où le bébé ? Il est là le bébé ! » version tigre. Quel ingrat. Mission suivante : lui trouver à manger. C'était la seule cause plausible qui faisait que le bébé pleurait. La découverte d'une pastèque vous amenait à rencontrer tout un camp de dodos prêt pour l'air glacière, et franchement, t'étais blasé tellement ils déliraient tous, les piafs. Ils avaient l'air d'une secte de malades mentaux, à espérer survivre avec trois pauvres pastèques pour des milliers d'années et vous approchant en chantonnant des « malheur à vous  ! » de manière très sinistre. Vous, vous aviez besoin de ces pastèques de suite, pas pour dans mille ans. Le petit, il avait faim maintenant. Et sérieusement, à peine l'une des pastèques avait roulée et avait touchée le petit, qu'ils s'étaient mis en mode « teakwondodo », et si tu pensais qu'ils étaient complètement fou à lier avant, ce n'était rien comparé à ce qu'ils allaient te démontrer. Ils feraient tout pour une pauvre pastèque, ces débiles. Trois pastèques ont vite fini en une seule, et vous étiez vous aussi motivé à l'avoir. Sid avait fait une démonstration digne d'un rugby-man, et sérieusement, vous étiez tous supers étonnés en le voyant franchir la marrée de dodos, et voyant que rien ne pouvait l'arrêter. Plus il s'approchait, et plus vous le regardiez avec cet air sur le visage – oui, oui, même toi Diego. Cet espoir, et cette joie – juste avant que Sid, dansant, n'écrase la pastèque par terre et qu'elle devienne immangeable. Le con. Finalement pas si immangeable que ça, car le petit en avait prit en morceau et croquait dans la partie intérieure rosée. Le plus difficile pour toi fut la nuit. Même en dormant, tu pouvais sentir les yeux de Manny rivés avec méfiance sur ta figure. Et d'accord, peut-être que tu faisais semblant de dormir, attendant avec impatience que le mammouth baisse sa garde et ferme les yeux, mais personne ne pouvait en amener la preuve concrète. Tes yeux verts brillaient dans la nuit, et tu entendais du bruit à chaque fois que tu allais pour voler le bébé de la trompe endormie de Manny. Tu allais voir aux alentours ce qui causait ces crissements, et tu finis par grogner, sautant sur ce que tu pensais être le responsable. Et te voilà devant les deux tigres de ton clan, t'apportant un message de Soto. Tu te sentais pourtant confiant, même après leurs menaces : t'avais ton plan en marche. Tu lui apporterais le bébé, et avec ça, il aurait même une petite récompense : le mammouth. Votre espèce mangeait des gazelles, des hommes, mais aussi des gros mammouths tel que Manny. Une honte qu'il soit de plus en plus impossible d'en trouver. Une seule de ces bêtes représentait un paquet de bouffe pour le clan. Et lui était seul, ermite, ce qui serait bien plus facile à tuer. Tu leur donnais rendez-vous au pic sans tête, et tu les faisais déguerpir, retournant finalement dormir. « Où est le bébé !? » C'est comme ça que tu te faisais réveiller, et vraiment, ce n'était même pas de ta faute. Dès l'aube, le paresseux utilisait le petit humain comme méthode de séduction, quel abruti. Le plus drôle fut surement quand il se retrouvait bloqué entre ta gueule, sans arriver à en sortir. Puis vous repreniez votre chemin, marchant maintenant de la neige. Sid était toujours celui qui ralentissait le groupe, mais vous deviez faire avec. Et tu faisais attention à chaque empreintes dans la neige, remarquant souvent celles de ton clan qui était déjà passé par-là. Tu les effaçais rapidement, en faisant d'autre empreintes ressemblant vaguement à un autre animal pour leur montrer la direction. « Non je sais exactement où nous sommes. » Encore une fois, Manny était là, à douter de toi. Et il voulait demander un chemin à un écureuil ? Il débloquait complètement. Tu savais où vous étiez, tu le savais. Bizarrement, la créature répondait, en vous mimant ce qu'elle avait vu passer. Et merde, elle était en train de griller ton clan, de dire qu'ils étaient là, prêt à attaquer. Le pire fut quand l'horrible bestiole commençait à te désigner vivement, mais tu le fis dégager d'un coup de pichenette, tes compagnons n'ayant pas trouvé ce qu'il voulait dire. Vous continuiez la route, puis après avoir bravé le temps glacial, tu pouvais voir les humains au loin, que vous aviez bien rattrapé, plus rapidement que ce que tu aurais cru. Tu levais vite ta tête pour voir Manny et Sid qui arrivait, et tu trouvais rapidement une excuse, car tu ne pouvais pas leur faire voir les humains, ça ne faisait pas parti du plan. « Hey, j'ai une bonne nouvelle ! J'ai trouvé un raccourci ! » Et évidement, Manny fut difficile à convaincre, te demandant si tu ne le prenais pas pour un con – si si, tu le prenais pour un con – mais a force d'arguments, et de cris, ils n'ont plus eut le choix. Ton cri contre Sid provoqua une avalanche, et le seul endroit où se cacher fut le faux raccourci, dont l'entrée se fit bloquer par la tonne de neige. Parfait. Tu ouvrais le chemin dans la grotte, et vous avanciez groupé, afin de ne pas vous perdre. Cependant, le bébé glissa rapidement sur de la glace, et vous le perdiez de vu, avant que vous aussi vous vous mettiez à sauter et glisser, suivant le toboggan de glace afin de retrouver le bébé. Les cris de joie du petit être résonnait dans le toboggan, ainsi que les votre, bien plus terrifiés. Le chemin glissant n'en finissait pas, et dès que vous voliez, vous retombiez sur une nouvelle ouverture toute en glace. Puis finalement, quand tout cela finit, tu étais le seul à être en pleine forme et enthousiaste. Plus vous avanciez dans la grotte, plus la glace faisait place à la terre et des centaines de dessins faites par les hommes apparaissaient sur les parois, racontant leurs histoires. Et la tienne … Et celle des mammouths, qui bouleversa Manny, lui toujours seul, dernier de son espèce. Et peut-être qu'à ce moment-là, en voyant les dessins et en étant en compagnie du paresseux, du mammouth et du petit, peut-être que tu te retrouvais ému, toi aussi. Une fois sortie de la grotte, l'aventure n'était pas finie. Tu te trouvais à échapper à de la lave en fusion qui faisait des trous et chauffait la glace sur laquelle vous marchiez, et tu devais ta vie à Manny, qui te sauvait alors que tu allais tomber dans la lave – et que lui failli mourir en te sauvant.

« Pourquoi as-tu pris ce risque ? Tu aurais pu mourir en essayant de me sauver. » Tu ne pu te retenir de demander. Parce que c'était juste incompréhensible pour toi, qu'il revienne sur ses pas pour essayer de te sauver la vie. On faisait ça quand on avait quelque chose à perdre, mais lui, il n'avait rien à perdre à te voir mort. Tu aurais été un boulet de moins à supporter pour lui. Dans ton clan, vous étiez tous très loyaux. Tu imaginais que c'était une caractéristique que l'on pouvait trouver chez les tigres. Mais bizarrement, tu n'étais même pas sûr qu'eux auraient fait une chose pareille dans une même situation. « C'est ce que font les membres d'un clan, non ? Ils se protègent les uns les autres. » Et ça aussi, ça te faisait devenir assez ému, quand il t'aidait alors que toi, t'avais comme plan de l'attaquer et le bouffer un peu plus tard. « Bon bin … Merci. » Tu répondais et certes, c'était nul – mais c'était sincère. Avec le vent glacial, vous décidiez de vous arrêter. « A partir de maintenant, je porterai le nom de Sid, Prince des flammes ! » Il débloquait complètement le paresseux, juste parce qu'il avait réussi à faire du feu avec quelques étincelles sans même le vouloir. Génie de rien du tout. En plus, il se brulait la queue, le con. « Merci. Dorénavant, tu porteras le nom de Diego- » Oh non, tu n'allais pas lui laisser le temps de t'affubler d'un horrible surnom. « Prince de tu m'touches, j'te bouffe. » Et tes petites menaces marchaient à chaque fois, à en juger par ses airs ahuris et peureux. Tu passais un bras autour de son cou, ébouriffant le haut de sa tête affectueusement de ta patte. « Mais non pleure pas ma poule, je rigooole. » Tu t'exclamais en riant pour le rassurer, parce que tout de même, tu commençait à te prendre d'affection pour ce petit paresseux qui parlait toujours trop. « Hey les amoureux. Regardez ça. » Tu tournais la tête en sa direction, et là se trouvait le bébé, faisant ses premiers pas. Sid l'appelait pour qu'il vienne jusqu'à lui, mais le bébé changeait subitement de direction, et c'est vers toi qu'il se rendait, ce qui t'étonnait le plus. Et ce qui t'effrayait énormément. « Non non, non, va le voir lui … Va le voir. » Et pourtant il continuait vers toi, ouvrant ses bras tout content, jusqu'à tomber à tes pieds, sa tête dans la fourrure de tes pattes. Tu raclais un peu ta gorge et t'étais embarrassé, ce n'était rien de le dire. Il fallait peut-être que tu dise quelque chose de gentil là, non ? « C'est bien. » « Ayaaa ! » S'écriait le bébé tout heureux, et non non non non, il ne pouvait pas te voir comme sa peluche géante, et toi, tu ne pouvais pas t'attacher à lui alors que tu avais pour mission de le ramener à Soto. « Tu t'en sors pas mal. Hm. Aller, exerce-toi. » Tu disais, le détournant avec ta patte pour qu'il recommence à marcher vers quelqu'un d'autre. Le petit baillait et il était l'heure de dormir. Ce soir-là, ta brève discussion avec Sid sur Manny te fit réfléchir, et te poser des questions. Manny était un solitaire, mais c'était un bon gars néanmoins. Un bon gars que tu allais surement finir par manger.

Le lendemain, la fin du trek se faisait sentir, et tu te demandais si c'était bien de faire ça. Les humains, ça chassait les animaux comme toi, comme eux. En leur rendant l'enfant, il deviendrait comme ça lui aussi. Une dispute pointait le bout de son nez entre toi et tes deux compagnons, mais tu parlais d'autre chose afin de ne pas continuer sur le sujet. Tu sentais la présence de ton clan caché autour de toi, et tu n'étais d'un coup plus très sûr de vouloir faire ça. Donner à Soto le bébé, attaquer Manny pour le manger. Vivant avec eux depuis trois jours, t'avais ta conscience morale qui te prévenait, qui te disait que ce que tu allais faire, c'était mal. Tu t'arrêtais, et tu apercevais l'un des tigres en haut d'une montagne, et puis les autres, qui continuaient à avancer, ne se doutant de rien. « Diego, tu te transformes en stalagmite ? » T'appelais Manny, te sortant de tes pensées. Et c'était la fin, c'était la dernière ligne droite, tu le savais. Tu restais immobile deux seconde de plus, pesant le pour et le contre, puis tu sautais pour les rejoindre. Les prévenir – il fallait les prévenir. « Arrêtez ! » Tu les rejoignais, et ils n'avaient pas l'air de comprendre ta soudaine commande. « Chut, arrêtez, faite ce que je vous dis ! » Ils devaient t'écouter, s'ils ne voulaient pas finir mort. Il fallait qu'ils t'écoutent. « Pourquoi ? Qu'est-ce qu'il se passe ? » « Là-bas, au pied du pic sans tête … Il y a des tigres embusqués, c'est un piège qui vous attend. » Ça ne t'aurais servit à rien de mentir. De leur dire que les humains avaient changés de direction ou d'inventer une excuse débile. Là, c'était le moment des confidences, et tu n'avais plus le choix. « Quoi ? » Tu les regardais, et Manny avait l'air perdu, et surtout il avait de beaucoup réfléchir. « Comment ça ils nous attendent ? … Tu nous as trahi. » Il avait comprit, et à la seconde où il s'en rendit compte, son visage changea, et ses yeux se firent dur quand il te regardait. Tu aurais dû le voir arriver, tu savais qu'une fois qu'il aurait compris, Manny allait se sentir trompé et trahi, mais ça ne faisait pas moins mal de voir ce changement sur son visage. « C'était ma mission. Au départ je devais ramener le bébé et par la suite- » « Tu as préféré  nous amener tous pour le diner ! » Il s'exclamait sans te laisser finir. Et il avait raison, t'avais tellement cru qu'amener un mammouth pour ton clan te donnerait une gloire même éphémère au sein de la meute. « Ça suffit ! Nous te chassons de notre clan ! » Et t'aurais bien rit de la manière dont Sid disait ça, si ce n'était pas si grave et important. « Je regrette. » Ce n'était peut-être pas la meilleure des choses à dire, mais tu l'as dit quand même. Surtout que maintenant, ils savaient que tu n'avais pas tant de difficulté que ça pour mentir, et il allait être difficile – voir impossible – de te faire pardonner. Manny te plaquait en une seconde contre la parois avec l'une de ses défenses. « Non je ne crois pas ! Pas encore … » Et tu sentais là que c'était la fin, qu'il allait te faire regretter l'idée d'avoir voulu les trahir et les enfumer. Tu sentais que tu allais mourir si tu restais là à ne rien faire, et ce n'était pas quelque chose que tu voulais. « Non attend ! Je sais comment vous aider ! » Tu t'exclamais rapidement avant qu'il ne puisse te faire quoi que ce soit. Il fallait au moins que tu gagnes du temps, il fallait que tu piques leurs intérêts un minimum pour que ça les oblige à te garder vivant. T'étais pas prêt pour mourir, tu ne voulais pas mourir. « Ne panique pas Sid ! On est capable de s'en sortir ! » Et c'était encore à toi de jouer, de leur démontrer que sans toi ils ne pourraient guère rester en vie, de leur montrer ton importance, rien que pour quelques instants de plus. « Aucune chance, ils sont forts et entraînés, vous devez me faire confiance. » Et ce n'était peut-être pas le mot à dire, tu en avais conscience. C'était sur que te faire confiance maintenant, ce n'était plus vraiment ce dont ils avaient envie de faire. « Te faire confiance ?! Et pourquoi je devrais, te faire confiance ?! » Sa voix était dure, de haine mal contenue. « Parce que je suis votre seule chance. »

Le nouveau plan que tu avais mis en place avec Manny et Sid était simple. Il devait marcher sans problèmes, mais vu le temps que tu mettais pour ramener juste un pauvre bébé au chef de ton clan, tu commençais peut-être à douter de toi. Il fallait l'avouer : tu échouais même aux quêtes plus plus aisées. La première fut facile, tu avais juste à aller retrouver les tigres à dents de sabre. « Salut les filles. » Tu les appelais, te dirigeant vers eux. « Tiens en voilà un qui se décide enfin à se montrer. » « Diego. Je commençais vraiment à me faire du soucis pour toi. » Tu te tournais vers Soto, et tu savais assez ce que voulait dire « se faire du soucis » chez lui. Ce n'était jamais très bienveillant, et c'était plutôt le genre de phrase qu'il disait pour annoncer à quelqu'un qu'il était extrêmement long et que si ça continuait comme ça, ça risquait de mal aller. « Et bien fallait pas, dans un peu moins de deux minutes tu vas pouvoir pleinement satisfaire … Ta soif de vengeance. » C'était un peu bizarre, de mentir comme cela. De mentir à ta famille, de te dire que là, dans quelques minutes, c'était toi qui allait retourner ta veste et qui allait les trahir. Ce n'était pas désagréable, et étonnement, tu ne ressentais pas de culpabilité – pas comme celle que tu pouvais ressentir en pensant à Sid et Manny. Peut-être était-ce car ta conscience n'évaluait pas cela comme quelque chose de mauvais et traître. « Excellente nouvelle. » Rapidement, l'un des tigres repris la parole. « Je vois le paresseux ! Il arrive ! Et il porte le bébé ! » Tu voyais effectivement Sid au loin, avec une forme ressemblant étrangement à celle du bébé dans ses bras. « Ne quittez pas vos positions avant d'avoir repéré le mammouth, c'est lui que nous devons surprendre. » Et cette phrase enclenchait pour toi l'étape deux : faire partir tous les tigres en direction de Sid. Tu ne pouvais pas les laisser écouter Soto et attendre pour surprendre Manny. De toute manière, Manny était déjà au courant de tout. Tu prenais pour cible ce même tigre qui trépignait d'impatience, et tu pouvais voir qu'il avait faim, qu'il sentait surement déjà la fine odeur de la viande de mammouth. « Tu meurs d'envie de déchiqueté la viande hein ? » Tu lui murmurais, un petit sourire en coin, en fausse confidence et amitié. C'était même presque trop facile. « Oh oui, oh oui de la viande ! » Il n'en pouvait plus, et tu savais que quoi qu'ai dit l'alpha Soto, il ne te prendrait pas beaucoup de temps à faire craquer. « Alors qu'est-ce que t'attends ? Fonce ! » Et ni une ni deux qu'il avait déjà sauté du rocher et qu'il partait vers le paresseux, les trois autres tigres le suivant. C'était comme si t'avais eu pour une fois plus d'autorité que le chef lui-même, comme si Soto n'étant plus autant l'alpha. « Non ! Je vous ai ordonné d'attendre d'avoir repéré le mammouth ! » Tu levais ta tête vers ton chef, haussant tes épaules en signe d'incompréhension, comme si tu ne savais pas pourquoi d'un seul coup, ils n'écoutaient pas sa demande. Il n'en suffit pas plus pour que Soto saute à son tour en grognant, allant les chercher. Il courraient vers Sid, et lui jouait parfaitement son rôle, sortant ses skis pour glisser plus vite dans la neige au bon moment. Cela fit arrêter les tigres, étonnés, mais ils repartirent à l'attaque deux secondes plus tard. Le plan se passait comme prévu, Sid avait fait tomber le faux bébé, et Manny avait assommé les tigres d'un coup de bâton quand il s'étaient approchés. « Bon, maintenant suit-moi, on passe prendre Sid et on s'en va pendant que c'est encore possible ! » Il fallait se dépêcher maintenant, avant que les tigres se réveillent. Seulement, Manny avait assommé temporairement trois des tigres, mais Soto ne faisait pas parti de ceux-là. « Tu es prêt Diego ... Je veux que nous abattions se mammouth tout de suite … » Tu l'entendais dire, venant par l'arrière alors que vous ne l'attendiez pas. Il fallait que tu réfléchisses vite, et au moins pour le début, il fallait que tu te prennes au jeu, sinon, t'étais mort avant de n'avoir pu faire quoi que ce soit. Tu t'approchais donc de Manny, Soto à tes côtés, et le mammouth reculait, tant qu'il le pouvait. Tu grognais, avant de te mettre devant Manny, faisant face à ton chef. Enfin … Ancien chef ? Il recula sa tête, sous le choc. « Diego ?! Qu'est-ce qu'il te prend ?! » Il te prenait que tu en avais marre d'être avec les mauvaises personnes, et de te faire diriger par un chef tel que lui. « Tu laisses ce mammouth tranquille. » Les deux autres tigres se réveillèrent, et ils se rangèrent de part et d'autre de Soto. Comme par hasard. « Très bien, c'est toi que je vais d'abord abattre. » Et tu commençais à te battre contre ton ancien leader, un combat pleins de rugissements et de pattes envoyées. Manny faisait face aux deux autres tigres, et puis, quand Soto t'envoyait loin, tu t'évanouissais dans la neige, ta tête tapant contre une grosse pierre. Quand tu rouvrais les yeux, de longues secondes plus tard, tu voyais que c'était surement la fin pour Manny, encerclés par les trois tigres et ne pouvant plus faire grand-chose. C'était à toi de l'aider. C'était ton moment. Il t'avait sauvé la vie auparavant, et tu allais donner la tienne en retour. Alors que Soto sautait vers lui, tu faisais de même, sautant afin de recevoir l'impact et non Manfred. Tu sentais le coup de patte que Soto voulait donner a Manny, et tu retombais dans la neige d'un coup, inanimé.

« On formait une super équipe hein ? » Tu parvenais à dire difficilement, ta voix extrêmement basse. Ta bouche était sèche et t'avais mal, tellement mal. « Formait ? Pourquoi formait, on est toujours une équipe. » T'aurais ris, si tu pouvais, si t'en avais les moyens. T'étais pas du genre à vraiment faire de sentiments, mais il était presque mignon comme ça Manny, à croire que tu allais survivre, à ne pas comprendre pourquoi tu utilisais le passé pour parler de tout ça. « Je vous demande pardon de vous avoir trompé... » Parce que même si tu leur avais déjà dit précédemment que tu regrettais, il fallait que tu recommences, il fallait qu'ils en soient convaincus. Parce que c'était vrai, parce que tu te disais que t'avais été vraiment con et minable de vouloir trahir des personnes telles qu'eux deux, quand ta famille de tigres à toi était plus malsaine et traître qu'autre chose. « Oh tu me connais, je suis trop paresseux pour être rancunier. » Mais même ses petites blagues avaient un triste goût de finalité. Il posait le bébé devant toi, et il s'approchait de ta silhouette en sortant quelques syllabes incohérentes, venant contre toi en posant sa main sur ton nez. Oh non, tu ne pouvais vraiment pas faire face à ça, pas maintenant. Plus jamais. Tu n'aimais pas la manière dont cela se passait, et voir le petit bout de chou venir contre toi, sentant que quelque chose n'allait pas et étant triste, c'était dur pour toi. Tu ne voulais l'apitoiement de personne, et tu ne méritais pas tout ça. « Arrête microbe, je veux pas de ça. Va falloir que tu sois fort. Je compte sur toi pour prendre soin de Manfred et Sid … Surtout Sid. » Ouais, parce que Sid, il pouvait vraiment pas s'occuper de lui seul. Sérieusement. Laissez ce paresseux deux minutes sans personne et vous le retrouverez dans des situations aussi improbables les unes que les autres et ayant déjà frôlé la mort deux fois. « Un petit coup de langue et c'est reparti, aller ! C'est vrai quoi t'es un tigre ! Tiens, même, si tu veux je te porte, c'est pas une bonne idée ça ? Aller Diego, aller ! Manny dit lui qu'il va s'en sortir ! » Il avait presque l'air vraiment mal pour toi tiens. Mais t'étais pas sûr qu'il puisse porté un tigre presque mort pendant tout le chemin du retour. Tu voyais bien qu'il essayait de rester positif, même si la fin se faisait sentir. « Écoutez-moi, il faut que vous me laissiez ici, si les humains arrivent à passer le col, jamais vous ne les rattraperait. » Déjà qu'ils étaient en train de perdre énormément de temps à te parler et à rester à tes côtés, si jamais en plus ils voulaient te ramener loin d'ici, ils n'y arriveraient jamais. Il fallait au moins qu'ils achèvent cela, qu'ils achèvent cette dernière mission, pour toi. Qu'ils ramènent le bébé à son clan. « Tu n'étais pas obligé de faire ça. » Et non, tu n'étais pas obligé, et pourtant. « C'est ce que font les membres d'un clan. » Tu lui répondais, lui ressortant sa phrase quand il t'avait sauvé la vie, avant qu'ils partent, et que tu fermes définitivement les yeux.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 17:57




La vérité, c'est que ce ne devait probablement pas être ton heure. Comment pouvais-tu expliquer sinon le fait que tu te réveillais quelques minutes après qu'ils soient parti, et que le mal avait disparu ? T'avais plus rien, plus mal, tu te sentais mieux, comme si tu avais juste fait un petit somme, alors que tu te souvenais très bien du coup de patte de Soto et de ton immense mal a parler il y a de cela quelques minutes. Tu te levais, un petit grognement s'échappant de tes lèvres alors que tu ne comprenais pas vraiment ce qu'il se passait, et tu vérifiais, te regardant de tous les côtés, que tu n'avais rien. Après ça, tu ne savais plus réellement quoi faire. Reprendre ton chemin seul, sans meute ni personne ? Tu réfléchissais, puis après un moment, tu courrais pour retrouver tes deux potes, qui avaient peut-être déjà dû trouver le clan humain. Tu arrivais finalement juste à temps, alors que le bébé était en train de partir, dans les bras de son père. Tu cachais ta tête d'une patte, avant de l'enlever, souriant tristement en le voyant faire de même. Il te faisait coucou, et comme ça, il partait. « Au revoir ! » N'arrêtait pas de s'écrier Sid a Roshan, rendant les adieux encore plus déchirant qu'ils étaient déjà. « Tu gaspilles ta salive Sid, tu sais bien que les humains parlent pas. » Il fallait que tu le taquines un minimum, parce que le voir dire au revoir si tristement, c'était pas possible. Puis c'était une manière de marquer ton retour, alors qu'aucun des deux ne t'avaient vu derrière. T'avais un sourire en coin, alors que Sid s'immobilisait d'un coup en entendant ta voix. « Diego ! » Il s'écriait en tournant sa tête. « T'es sain et sauf ! » Et c'est vrai que ça te faisait quand même assez plaisir de le voir si excité et heureux de te voir en vie, toi, Diego, le diabolique tigre à dents de sabre. « Neufs vies, mon pote ! » Tu t'exclamais tout content, et peut-être que tu ressemblais plus à un chat que tu ne voulais l'admettre. « Ouaaaais ! » Il criait, sautant dans tes bras et te serrant contre lui, ébouriffant même ton crâne avec sa main comme tu lui avais fait auparavant. « T'es vivant ! Tu es vivant ! » Il te tapait aussi, ça ça faisait moins de bien. Calme-toi Sid, reste doux. « Aller tiens je t'embrasse ! » Il disait avant de te déposer pleins de bisous sur ta tête, et tu n'avais même pas le temps de l'arrêter tellement il te prit de cours. Puis il s'éloignait de toi, comme s'il voulait vomir. « Salut le boiteux, content de te revoir. Tu montes sur mon dos ? » Te demandait Manny, et oh, non, plutôt mourir. Si tu commençais à te laisser transporter par un mammouth comme un handicapé, c'était la fin de ta vie. « Non merci ! Je tiens à garder le peu de dignité qu'il me reste. » « Détends-toi tu vis avec nous maintenant ! La dignité on n'en à rien à secouer ! Moi j'accepte l'offre ! » Haaaa Sid … Il avait toujours la phrase qu'il fallait dire pour rassurer. Il sautait sur le dos de Manny, profitant de pouvoir faire un peu le paresseux à nouveau. « Alors allons-y, en voiture ! » « C'est parti cocotte, aller huuuuuu ! Enfin non pas hu … Enfin fait comme tu le sens. » Tu regardais les deux, alors que Manny commençait à marcher, et tu secouais ta tête, les regardant avec des yeux tendres et un petit sourire amusé. Et si Sid ne pouvait pas se la fermer pendant une seconde pendant le trek … Et bien soit. Ça ne te gâcherait pas le plaisir que t'avais de retrouver tes nouveaux deux meilleurs amis et colocataires.

l'âge de glace deux :
la fonte des neiges.


« Oh les enfants, qui vous a donnez la permission de torturer un paresseux ? » C'est comme ça que commençait ta prochaine grosse aventure, et tu souriais en coin en voyant tous les enfant en train d'enterrer Sid dans du sable fin. « Manny … Ne brise pas leur créativité. » Après tout, tout ça, c'était la faute de Sid. Qu'est-ce qu'il y avait de si excitant à s'occuper d'enfants de races en tout genre, sérieusement ? Ils étaient là, à courir partout, à ne rien écouter et toi, tu te sentais bien mieux d'observer tout ça en arrière-plan, et de regarder Sid prendre les commandes – et avoir beaucoup de mal à gérer tout ça. Ce paresseux n'avait vraiment aucune autorité, toi, t'aurais déjà rugi un bon coup et ils se tiendraient tous à carreaux. « Oh Manny ! Diego ! Mes deux mammifrères préférés ! Et si vous donniez un petit coup de main à votre copain Sid ? » Bien évidement. C'était toujours le même refrain avec lui. Dès qu'il était en mauvaise posture, il ressortait le coup des meilleurs amis et du « je suis pote avec un mammouth et un tigre, fais gaffe ». T'imaginais que c'était sa part de charme. Mouais. Néanmoins, grâce à sa trompe, Manny le sortait du sable, et c'était moins marrant d'un coup. « Regardez, j'ai ouvert une colonie de vacances ! La colo Del Sid. … Ça veut dire La colo de Sid. » Et il te prenait pour un débile en plus. Quoi que ça, ce n'était pas nouveau. « Félicitation. Maintenant tu es un bouffon bilingue. » Comme d'habitude dès que tu l'insultais un peu, il ne le prit pas pour lui du tout, mais il se rapprochait, chuchotant. « Chut ! Pas devant les G-o-deux s-e-s. Ils sont très attachés à moi. Pas vrai Billie ? » Demandais Sid, se tournant vers le drôle de gosse. « Tu veux que je te morde la tronche ? » Tous riais, et Sid faisait une petit grimace en vous regardant, essayant de trouver une excuse ou une explication pour les mauvaises manières et le mauvais langage du fameux Billie. Il disait que les jeunes l'admiraient, qu'il était un modèle pour eux, et visiblement … Ils aimaient juste l'embêter, le faire tomber et le faire tourner en bourrique. « Sid, on te taquine. » Tu le rassurais, quand le paresseux vous faisait une petite tirade de comment vous le preniez toujours pour un incapable et que vous lui manquiez toujours de respect. Il n'avait pas tout à fait tord … Mais c'était juste trop drôle de le taquiner ce paresseux. L'une des raisons était qu'il ne répondait jamais vraiment aux attaques, pas comme ce jour-là. Rien n'avait vraiment changé depuis la derrière fois. Tu vivais maintenant avec Sid et Manny, et ça marchait bien, l'espèce de petit ménage à trois amical que vous aviez. Ta vie était redevenue plus calme, même si être en leur compagnie, ça t'obligeait beaucoup à vivre pleins d'aventures. Les glaces étaient en train de fondre petit à petit, la température remontait et le soleil réchauffait les environs, et tu te sentais bien.

Tenir occupé des enfants, c'était hyper chiant quand même. Ils étaient toujours en train de se plaindre de la fin de l'histoire, de poser des questions sans relâche, de toujours tout contredire. Ils parlaient pour rien dire, riaient de blagues pas forcément drôles, et ils braillaient tous les uns sur les autres, ce qui en venait difficile pour toi et Manny de comprendre toutes les questions parfois. « Où elle est ta grande, belle et heureuse famille à toi ? » Demandait de toute son innocence une espèce d'oiseau vert et jaune, et là tu ne te sentais plus très bien, parce que parler de famille avec Manny, c'était un sujet tabou, plus que tabou. Encore plus quand on parlait de la famille de Manny. Le visage du mammouth changeait, surprit et ne sachant plus vraiment quoi dire, et il avait toutes ces petites paires d'yeux qui le regardait, s'étant maintenant tus et attendant une réponse. Et toi, tu devenais de plus en plus habitué à sauver tes deux amis des questions indiscrètes. Tu sautais debout sur ton rocher, regardant les enfants. « Alors le tigre affamé dévora les sales gosses. » Et tu sautais devant eux en poussant un gros rugissement, les faisant fuir de peur. Mission accomplie, t'avais essayé d'éviter la catastrophe. Tu tournais ton visage vers Manny qui lui partait. « Ca va mon grand ? » « Ca va très bien ! Pourquoi ça n'irait pas ? » Et peut-être que tu n'étais pas encore en haut de sa liste des gens à qui Manny voulait bien se confier, ou que tu n'avais peut-être pas tant évolué que ça en relation avec les autres, tu ne savais pas. « Non je pensais que tu- » « C'est plus l'heure des histoires ! » Et d'accord, peut-être qu'il était l'heure que tu te taises, et qu'il ne te remercie pas surtout. De toute manière, vous aviez autre chose à voir : apparemment, c'était la fin du monde., tout allait être inondé.

« Attention, je compte jusqu'à trois et je saute ! » Tu pouvais entendre la voix de Sid qui faisait écho de si haut, et tu ne le voyais même pas tellement t'étais bas par rapport à lui. Tu regardais le glacier de la mort, essayant de voir une silhouette ressemblant à celle du paresseux et vraiment, il voulait se suicider ? « Sid, tu ne bouges plus d'un poil, on arrive ! » S'exclamait Manny, alors que toi … Ton discours était légèrement différent. « Saute ! Saute ! Saute ! » Tu criais en même temps que tous les enfants – mais tu finis par arrêter en voyant le regard que te lançait Manfred. Ce n'était pas que tu souhaitais le voir mourir, mais tu n'y croyais pas à son envie de suicide, et c'était juste drôle de l'imaginer tout là-haut et d'avoir monté ça pour rien car tu savais qu'il ne pouvait pas le faire. Vous vous dépêchiez de monter, Manny et toi, afin d'être plus près de Sid pour lui parler. « Sid ! Arrête de faire l'idiot, descend de là ! » « Pas question ! Je veux être le premier à sauter du glacier de la mort, comme ça vous serez obligé de me témoigner enfin du respect ! » Et il était vraiment têtu mais que pour les mauvaises choses. « Si tu sautes, le seul respect que tu obtiendras, c'est le respect qu'on a pour les morts ! » C'était toujours bizarre de voir à quel point Manny pouvait tenir à Sid – et à toi aussi. Quant au tout début, tout ce qu'il rêvait le plus c'était de se débarrasser de quiconque restait avec lui. « T'inquiète pas Manny, il est pas idiot à ce point-là. » Ouais, t'avais quand même assez de foi en Sid, et tu commençais à le connaître un peu. Il voulait qu'on le voit, qu'on le remarque, il voulait faire son malin, c'était lui ça. Mais se suicider pour une taquinerie ? Tu ne le pensais pas aussi peu réfléchi. On te croyait toujours cruel et impitoyable mais vraiment, tu connaissais juste bien les personnes. « Cela dit on est jamais sûr de rien. » Tu te dépêchais d'ajouter, commençant à avoir peur quand le paresseux dandinait ses fesses comme prêt à sauter d'un plongeoir. « GERONIMOOOOOO- » Et c'est qu'il avait vraiment sauté, le con, l'imbécile ! Tu pouvais voir Manny le rattraper rapidement avec sa trompe avant que cela ne soit plus possible, et le jeter d'un coup derrière son dos. Manny glissait en arrière, et entraina Sid … « Attention ! » … Qui t'entraîna et te poussait plus loin d'eux. Tu te remettais debout, et d'un seul coup t'entendais la glace crisser doucement mais continuellement sous tes pattes, alors que tu te trouvais en plein milieu. Tu regardais sous toi, et tu voyais la glace se briser dangereusement. Oh non, après la tentative de suicide de Sid, tu n'étais vraiment pas d'humeur de te retrouver face à ça.

La peur te prenait tout à coup, mais tu réagissais, sautant vite sur de la glace plus loin, qui se brisait à nouveau. Tu continuais ton chemin sur celle-ci, essayant de laisser tes pattes le moins en contact avec la glace qui ne tenait pas, espérant être plus en l'air grâce à tes longs sauts. Tu ne pouvais pas tomber dans l'eau, tu ne pouvais pas tomber dans l'eau ! Tu utilisais ta peur comme moteur, qui te faisait sauter plus haut, plus loin, et rebondir sur tes pattes plus vite. Puis tu sautais sur Manny, et tu t'accrochais à lui en regardant la glace que tu venais de parcourir, toujours apeuré. Tu haletais, comme si tu venais de courir un marathon – et en y repensant, c'était un peu ça. « Diego, rentre tes griffes, s'il te plait. » Et tu ne t'étais même pas rendu compte que tu les avais sorti afin de mieux t'accrocher à la trompe de Manfred de peur de tomber dans l'eau. Tu t'excusais, descendant doucement de la bête imposante qu'il était, retombant sur la neige qui elle, ne brisait pas. T'étais honteux, c'était peu de le dire. « Si je te connaissais pas aussi bien Diego, je penserais que tu as peur de l'eau ! » Et il se mettait à rire, comme si c'était la blague la plus drôle qui n'ai jamais été sortie. Et toi, inutile de dire que tu détestais qu'on se moque de toi, surtout pour quelque chose dont tu avais peur, et qui n'était pas de ta faute. Tu grognais énervé, attrapant son cou entre ta patte, et ça le fit taire en un instant. Ta tête était proche de la sienne, le regard noir, et lui avait du mal à respirer, et essayait de te faire lâcher son cou. « D'accord ! Je pense que tu n'as pas peur de l'eau ! »

Tu n'as eu pas le temps d'y penser plus que toi et Sid rejoignaient Manny là où il était, après qu'il vous ait appelé. Du sommet du glacier de la mort, vous pouviez voir plein de petits morceaux de glaces, séparés les uns des autres, en train de fondre. Tonny la Tchache avait raison : c'était la fin du monde, l'eau allait tout recouvrir. Vous décidiez de descendre pour prévenir les autres, mais comme d'habitude, Sid fit une connerie, et vous vous retrouviez à glisser sur la cascade de ce géant sommet pour atterrir en bas plus tôt que prévu – et heureusement en vie. D'après le vautour, il était possible de ne pas voir la falaise se briser sous la tonne d'eau. Il fallait pour cela aller à l'extrémité de la vallée, là où une embarcation attendait tout le monde. Un morceau de la falaise se brisait au yeux de tous, et il était temps pour tous de partir. Le vautour avait peut-être raison … Mais tu restais septique sur la partie où vous pouviez tous survivre. « Manny, tu y crois toi à cette embarcation ? » Et personne n'en était sûr, mais vous préfériez partir que de rester les seuls ici. Et c'est comme ça que votre second trek commença. Il était une nouvelle fois beaucoup question de Manny et de son espèce en voie d'extinction – et vraiment, Sid n'avait aucune délicatesse pour ce genre de chose, encore moins que toi, c'était pour dire. « Manny, tu dors, tes frangins, tes frangins, vont s'éteiiiiiindre ! » C'était exactement le genre de chansons que pondait Sid pendant le trek et que tu devais supporter, alors que toi t'essayais le moins d'en parler à Manfred. C'est sur la route que vous entendiez un mammouth au loin, et t'avais jamais vu Manny si content d'en entendre un, rassuré de ne pas être le dernier de son espèce. Après une fausse joie pour Manny, et des rugissements énervés pour toi, c'est comme ça que vous rencontrez les deux jumeaux opposums les plus fatigants et énergétiques du monde – et vraiment, tu as bien failli les tuer une centaine de fois tellement ils te prenaient la tête – et Ellie, une mammouth très bizarre qui se croyait opposum. Mais qui était réellement un mammouth. Sérieusement, c'était difficile à croire. Tu la regardais d'un air incrédule, ne sachant pas vraiment si tu devais rire quand elle affirmait être un opposum. Disons que les opposums et les mammouths … N'avaient pas grand-chose en communs niveau physique. Finalement, vous décidiez de partir tous ensemble pour fuir l'inondation, et avec deux opposums de moins, ça aurait été vraiment parfaits … Mais tu ne pouvais pas tout avoir. Puis Manny t'avait présenté comme le tonton qui bouffait les enfants pas sages, alors ça te réconfortait un peu, tu te disais que t'avais le soutient du mammouth si jamais les deux énergétiques te faisaient trop chier.

Tu te retrouvais face à ta peur une nouvelle fois quand vous traversiez une immense place de glace qui t'avais déjà fait peur par sa finesse, et que deux gros poissons l'éclatèrent en essayant de vous bouffer. Sous les fracas, Sid était tombé à l'eau et tu ne pouvais même pas l'aider, essayant de rester en équilibre sur un morceau de glace pas plus gros que ta taille. T'avais les pattes au bord de la glace, tes griffes essayant de s'agripper fermement à la seule parois que tu avais et t'étais complètement perdu et tétanisé. Si encore tu pouvais sauter d'un bout de glace à l'autre, comme avant, mais non : vers toi, tous les morceaux s'étaient bien séparés et étaient éloignés, ne pouvant te faire un passage. C'était toi, ton bout de glace, et l'eau à perte de vue en face de toi. « Diego ! Diego ! » T'appelais Sid, qui essayait de nager avec mal vers toi, et toi tu le regardais ne bougeant pas, comme paralysé par la peur. Tu voyais toute cette étendue d'eau et tu ne pouvais rien faire. Sid se rendait compte que l'un des poissions était derrière lui, l'ayant pris pour cible, et il poussa un cri, redoublant d'efforts afin de nager bien plus vite. Il arrivait vers toi, et heureusement il montait sur le morceau tout seul, grâce à ta patte qui était immobile, n'ayant pas besoin de ton aide. Ça ne t'aidait pas toi, savoir que Sid était là. Tout ce que tu voyais était ce poisson qui vous voulait du mal, et qui arrivait vers vous. « Saute Diego ! » s'exclamait ton ami le paresseux, essayant de te prendre avec lui, de t'entrainer dans l'eau, mais toi t'étais comme une statue de marbre, un bloc de glace impossible à faire bouger. « Ça va peut-être piquer un peu. » Tu entendais à peine Sid parler, avant qu'une douleur atroce se fit sentir à ta queue, et le con, il t'avait mordu ! Par réflexe tu poussais un rugissement et t'essayais de sauter sur lui, et tu le suivais alors qu'il sautait de bout de glace en bout de glace, jusqu'à arriver sur un endroit en sécurité. Bon … Sa technique était vraiment débile et douloureuse mais au moins, elle t'avait faite sortir de ta transe. Cette aventure ne venait que de renforcer ce que tu savais déjà : sur terre t'étais en sécurité, mais dans l'eau, jamais. Et si Sid te narguait un peu en disant qu'il connaissait ton secret, qu'il le garderait mais qu'avec la neige qui fondait, tu devrais bientôt affronter ta peur, et bien t'essayais de pousser ça dans un coin de ta tête et de ne pas trop y penser, et de reprendre la route comme si de rien n'était.

« Qu'est-ce qui te retient ? » C'était la grande question qui te revenait sans cesse en tête au fur et à mesure que ce trek avançait. Ellie plaisait à Manny, c'était indéniable, même s'il s'obstinait à faire comme si ce n'était pas vrai. Alors pourquoi il ne sautait pas juste sur l'occasion ? Tu n'étais jamais tombé amoureux, mais ça avait l'air facile, ça n'avait pas l'air compliqué du tout. Un mammouth mâle et un mammouth femelle, ça faisait un couple heureux de mammouth, tout simplement ! Il restait une femelle mammouth surement sur toute l'espèce des mammouths, et en plus, elle lui plaisait. C'était comme si la vie lui offrait son âme soeur sur un plateau d'argent, et lui s'obstinait dans sa solitude morbide. « Ma famille …  » « Justement tu peux en fonder une autre ! » Pour une fois, tu trouvais qu'il ne disait pas que des idioties le paresseux. C'était un peu comme toi : certes tu n'étais pas amoureux ni de Manny, ni de Sid – et ô grand jamais tu ne le serais ! - mais t'avais troqué ton ancienne famille pour eux, et le changement avait été plutôt rapide et radical. Et surtout bénéfique. « Non Sid, je n'en ai pas envie ! » Et même si Sid continuait à essayer de lui montrer son point de vue, à lui dire que s'il continuait comme ça il laisserait son espèce s'éteindre et que c'était égoïste, Manny n'en démordait pas. Ça allait être encore difficile pour vous deux de lui montrer la bonne voix.

« Dis-donc, Manny à fait un sacré bond en avant avec Ellie aujourd'hui. » Tu aurais du le voir venir, avec sa tentative de discussion. Pourtant, t'avais vraiment pensé qu'il voulait seulement parler de Manny et de ses progrès, que ça n'allait pas dériver bizarrement sur un autre sujet. T'avais tort. Tu le regardais, t'allongeant tranquillement. « En effet oui. » Tu disais simplement. « Ouais. Il était là sur le rivage de l'incertitude et il à plongé. C'est hyper courageux hein, la façon dont il a affronté sa peur. » Ah. Voilà donc où voulait en venir le paresseux. « Je ne peux pas en juger. Les tigres ne connaissent pas la peur. » Tu répondais prudemment en te remettant debout. T'aurais espéré que ça le freine, que ça clos la discussion, mais tu connaissais Sid mieux que cela. « Je t'en pris, tous les animaux connaissent la peur. C'est ce qui nous distinguent – je sais pas … - des pierres ! Les pierres n'ont jamais peur ! … Et elles coulent. » Oh oui, tu voyais très bien ce qu'il essayait de démontrer par-là. Et pendant un petit instant, tu t'imaginais à la place de cette pierre, et tu t'imaginais couler sans pouvoir rien faire, sans même pouvoir te débattre. Et rien que ça te donnait l'impression que tu te retrouvais une nouvelle fois sur cette place de glace. « Où veux-tu en venir Sid ? » Tu commençais à être fatigué, car il tournait toujours autour du pot. Le pire, c'est qu'il essayait de faire ça de manière subtile : et vraiment, il ne l'était pas. « Ça va certainement te surprendre, mais moi aussi Diego, j'ai déjà éprouvé … la peur. » Tu te demandais pourquoi il avait toujours l'air d'être obligé de parler de cette manière là, d'essayer d'amener du suspens dans ce qu'il allait dire. « Non, tu rigoles ? » Tu répondais ironiquement, afin d'entrer dans son jeu. « Et oui , aussi invraisemblable que ça puisse paraître, le paresseux à des ennemis naturels capables de … le nuir, où même de … le … tuer. » Oh, tu comprenais parfaitement ses ennemis naturels. « Je me demande pourquoi. » « Par jalousie bien sûr ! Ce que je veux dire, c'est que la peur est naturelle. » « La peur, c'est pour les proies. » Tu lui grognais au visage, appuyant bien sur tes mots pour qu'il comprenne que la discussion était finie, que toi, tu refuserais toujours d'être une proie. T'étais un tigre, t'étais fort, t'avais pas de peurs. « Dans ce cas tu es en train de laisser l'eau faire de toi sa proie. Réfléchit pas, saute et fis-toi à l'instinct ! La plupart des animaux savent nager dès la naissance, en plus pour un tigre c'est exactement comme ramper à plat ventre pour traquer une proie sans défense ! … Mais en plus rapide. Un coup de griffe un coup de patte, un coup de griffe  un coup de patte, et je traque la prooooooie, coup de griffe coup de patte, je regarde par dessus mon épaule pour voir si je ne suis pas suivi, et j'inspire ! Et je traaque, et je traaaaque … » Il disait, gesticulant dans tous les sens, tournant autour de toi en faisant semblant de nager, tenue à deux lianes. N'arrivait-il pas juste à comprendre que tu ne savais pas nager et que ça s'arrêtait là ? Tu ne voulais pas en parler, il était dur pour toi d'admettre cette faiblesse. Et tu n'avais vraiment pas besoin d'en faire part à qui que ce soit. C'était ton petit secret, et tu détestais le fait que Sid l'avait appris. Tu n'étais pas obligé d'affronter quoi que ce soit. Tu avais fait toute ta vie sans savoir nager, et tu pouvais continuer comme ça. Il suffisait seulement que tu évites les endroits trop mouillés ou les parois glaciales trop fines qui risquaient de se briser. C'était trois fois rien. D'un coup de griffe tu lacerais la liane en deux, le faisant tomber à terre. Du silence, enfin. « Et je tombe. » Même pas. « Rectification : et tu coules … Un peu comme une pierre. » Tu reprenais ses anciens termes, avant de passer devant lui et de partir, lui faisant comprendre que la discussion s'arrêtait là.

L'ambiance fut plus tendu après, Manny ayant apparemment blessé Ellie, mais vous trois suiviez tout même elle et ses deux faux frères qui voulaient marcher la nuit, afin de ne pas trop être laissé en arrière. Vous failli mourir une nouvelle fois, tenu en équilibre sur des rochers précaires, mais tu pris les opérations en main en guidant tout le monde, afin d'arrêter les rochers de bouger et de tous vous sauver, ce qui était dur quand Manny et Ellie trouvèrent que c'était le moment parfait pour régler leurs comptes. Les deux mammouths finissaient par te sauver tout les deux ensemble, juste quand tu faillis tomber dans le vide. A ton réveil tu paniquais déjà, t'étant étendu dans l'eau. Le niveau avait monté, et la neige et la glace continuait de fondre de minutes en minutes, et de tout recouvrir. Les vautours se posaient de plus en plus autour de vous et vous suivaient, prêt à vous voir mourir pour vous manger. Et puis enfin, après des heures de marche, vous la voyait enfin : l'embarcation. Il suffisait que vous l'observiez de loin avec des yeux pleins d'espoirs pour que la terre se mette à gronder et des trous de vapeur chaudes se mirent à prendre place un peu partout sur le passage qu'il vous restait à faire. Cela causait une dispute entre les deux mammouths une nouvelle fois, et Ellie et se frères préféraient faire le tour alors que Manny voulait avancer et foncer, quitte à y cramer quelques poils. Tu le suivais aussi, étant le plus court chemin. Tu pouvais voir Manny foncer sans même vous attendre, et tu te demandais s'il n'était pas un peu fou parfois. Puis ce qui devait arriver arriva, et tu le voyait s'écroulait, surement à cause d'un trou qui venait d'éclater jsute devant lui. Tu courrais avec Sid, lui criant de se relever, de continuer à marcher, de ne pas rester là, et il vous regardait comme s'il ne comprenait rien, comme s'il ne vous entendiez pas. Puis enfin il reprit connaissance, et vous courriez tous vers la colline où était l'embarcation, espérant y arriver à temps avant que la falaise s'effondre. Vous les voyiez, tous les autres animaux qui avaient fait le même chemin que vous et qui montaient la colline afin d'espérer s'échapper de là. Vous cherchiez Ellie, Crash et Eddie parmi les gens, mais personne ne les avait vu. Et tout tremblait, et tout le monde se dépêchait d'entrer sur le bateau, paniqués. Sans comprendre, Manny rebroussait chemin, et tu le suivais comme le toutou que t'étais devenu avec Sid, les deux opposums sur ses défenses. C'était la fin du monde. Et tu ne savais pas comment te positionner face à ça, tu ne savais quoi penser. T'avais pas le temps de penser. Tu risquais, toi et les autres, de ne même plis pouvoir monter sur le bateau en partant sauver Ellie à quelques mètres de là, et avant, tu n'y aurais pas pensé deux fois pour sauver ta propre vie en priorité. Et maintenant t'étais là, voyant Manny qui tombait dans l'eau en tombant d'un rocher, et puis Sid, qui sautait pour sauver les deux jumeaux et qui finissait par s'assommer, bête comme il était. Tu te retrouvais seul, au bout du rocher, observant la scène, et quand tu essayais de sauter, tu n'y arrivais pas, te raccrochant à tes griffes. Tu fermais les yeux, essayant de te concentrer, de t'enlever les mauvaises pensées de ton esprit. « Ça va, ça va, ça va, saute maintenant. Saute ! Y a pas de quoi fouetter un chat … Vas y ! Tu vas y arriver, tu vas y arriver … Obéies à ton instinct … C'est toi qui attaque l'eau, je ne suis pas ta proie, je ne suis pas ta proie, je ne suis PAS. TA. PROIE. » Et tu finissais par sauter, ton corps plongeant dans l'eau fraiche. Tu essayais de remonter à la surface pour respirer, et t'avais du mal à garder ta tête hors de l'eau. Tu te rappelais de tout ce que t'avait dit Sid, et encore une fois, tu te parlais à toi-même pour t'encourager, pour te donner confiance en toi, pour faire les choses un minimum bien. Coup de griffe coup de patte, coup de griffe coup de patte … Grâce à ça, tu t'amélioras rapidement, et ça t'aidait à rester calme, à te dire que tu pouvais le faire, et à te concentrer sur ta tâche. Et c'est comme ça que tu sauva les deux opposums et Sid de la noyade. Toi, le tigre qui avait peur de l'eau.

Les poissons féroces étaient revenus et faisaient tout pour que Manny n'arrive pas à sauver Ellie, l'entrainant dans les profondeurs, mais finalement, il parvint à son but. Vous vous étiez tous retrouvés, et vous étiez heureux, avant de découvrir que vous teniez tous sur un petit bout de roches entouré d'eau. Comment alliez vous survivre sans terre ferme à rejoindre ? L'embarcation tomba avec le poids des animaux, et elle flotta sur l'eau, tel un vrai bateau. Le niveau de la mer montait, et bientôt, tu serais englouti toi aussi par celle-ci, et tes amis avec. La falaise au loin se fissurait, et les deux morceaux se séparaient, créant un chemin qui laissait passer l'eau, et qui diminua son niveau, jusqu'à ce qu'il n'y en ai plus là où elle ne devait pas être. Tout le monde sortait de l'embarcation, et les enfants étaient heureux, et ils pouvaient jouer comme avant. Il n'y avait plus d'inondations, plus de fin du monde. C'était comme si toutes les pensées de mort avaient quitté les animaux qui retrouvaient la joie. « J'envisage sérieusement d'ouvrir une école de natation. « Chez Sid. Le poulpe Speed. » » T'annonçait-il fièrement avant de pousser un cris, se cachant derrière toi. Tu fronçais les sourcils, regardant en bas, et tes yeux se retrouvaient face à des centaines de petits paresseux, qui se mettaient à genoux pour leurs Roi du feu, et qui voulaient qu'il reste parmi eux. Tu les regardais abasourdi, et il refaisaient exactement chaque geste ou parole que Sid avait le malheur de prononcer. Il était vraiment traité comme un roi ici, comme Dieu, mais non, il ne pouvait partir. « Oyé. Oh non, attendez là. Pas si vite. Votre proposition ne manque pas d'intérêt je vous l'accorde, mais Roi du feu à déjà des obligations. Son clan, à besoin de lui . Il est le … Ciment, la colle, la glue qui nous maintient uni. C'est lui qui a fondé ce clan,  et … Nous ne serions rien sans lui. » Tu disais, finissant par le regarder. Qui à dit que tu ne pouvais pas faire de petit discours sentimentaux ? Sid ne pouvait pas partir. Il parlait trop et n'avait aucun filtre mais il était le lien qui vous unissait tous, et il ne pouvait pas partir, vous alliez devenir quoi sinon, vous, sans lui ?  « Tu es sincère ? Oh ! » Il avait l'air d'avoir du mal à y croire que toi, tu puisses penser ça. Et il te sautait dessus, t'enlaçant fortement alors que là, tu commençais à devenir mal à l'aise avec ce genre de démonstration. « Sid Sid … Oh arrête … Ça veut pas dire que … Lèche-moi la pomme ... » Tu disais, le poussant un peu avec ta patte, mais il revenait s'enlacer conte toi, et en jetant un coup d'oeil à tout le clan, tu pouvais remarquer qu'ils s'enlaçaient tous, refaisant de même.

Manny et les autres venaient vous rejoindre alors que vous étiez toujours dans la même position, et tu pouvais voir les vautours s'enfuir, alors qu'il y avait de la présence au loin. Et là, tu pouvais voir de tes propres yeux une grande tribus de mammouths. Tous les regardaient comme si quelqu'un venait de ressusciter, et c'était en un sens vrai. Toi, tu pourras dire que t'étais là, quand les mammouths ont fait leur grand retour. Ellie voulait partir avec eux, et Manny la laissa, ne voulant pas dévoiler ses vrai sentiments et n'ayant pas le courage de lui demander de rester avec ses frères avec vous. Et voilà comment en deux secondes, il redevenait le Manny triste et solitaire. Pour toi et Sid, ce n'était pas possible, pas après les progrès de ces derniers jours. Il ne pouvait pas rester avec vous, sa place à lui était avec elle, et avec les autres. Il fallait qu'il lui court après, et tant pis si c'était sans vous, vous garderez contact quand même. « Voilà, maintenant y'a plus que nous. Deux célibataires faisant la route libre comme l'air. Salut les filles ! » C'était un petit triste tout cela. Tu t'y étais attaché, à ce petit groupe, quelque soit les personnes. De six, vous voilà maintenant que deux. Le clan avait énormément rétrécit en quelques minutes, mais ça irait. Tu savais que les autres allaient être ensemble, avec leur tribu qu'ils pensaient mort. Ils seraient heureux. « D'accord. Mais il n'est pas question que je te porte. J'ai encore un peu d'amour propre. » Tu prévenais Sid, et ça allait être bizarre, de faire la route à deux. T'aurais bien voulu commencer à avoir peur des blancs ou disputes qu'il pourrait y avoir, mais tu étais presque sûr que Sid parlerait pour deux si jamais tu ne disais rien, tu ne t'en faisais pas pour ça. « Oh steuplé Diego, en souvenir du bon vieux temps ! » C'est qu'il allait te prendre par les sentiments le paresseux. « Et bien c'est moi qui te porterais ! » Tu te retournais d'un coup, et tu voyais Manny derrière toi, et Sid maintenant sur son dos. Tu ne comprenais plus rien. « Mais ton clan s'en va. » « Mon clan c'est nous. » Tu commençais à te demander si ce n'était pas votre truc, de finir chaque aventure avec des petites phrases comme ça toute mignonnes et pas du tout viriles. Eddie et Crash sautaient sur ton dos, et tu souriais en coin quand Manny affirmait à Sid qu'il te préférait toi au lieu du paresseux, alors que vous repreniez la route, la fin du monde maintenant loin derrière vous.




Dernière édition par Diego C. J. Del Agua le Dim 6 Juil - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 18:08





l'âge de glace trois :
le temps des dinosaures.


Tu t'étais éloigné du groupe. Tu t'étais tassé parmi les hautes herbes, essayant de te cacher du mieux que tu le pouvais, et tu observais sans faire le moindre bruit une gazelle qui se croyait tranquille dans la forêt. Tu te concentrais, zieutant la trajectoire qu'il te faudrait traverser, et quand tu te sentais prêt, tu sautais dans un grognement sur la gazelle. Elle se dépêchait de partir, ayant peur, et toi tu la suivais, courant toujours plus vite. Ton coeur battait fort alors que l'adrénaline en toi te faisait continuer, avant que ton regard ne devienne plus flou et que la gazelle en profite pour te semer. T'étais fatigué, t'avais du mal à respirer tellement tu avais couru, et la gazelle revenait vers toi pour danser et te narguer avant de repartir alors que tu essayais de reprendre difficilement ton souffle.

Ça t'avait frustré, et tu ne pensais maintenant qu'à ça. A ce qu'il venait de se passer. Alors que tu revenais sur tes pas, tu entendais la voix de Manny. « Ah Diego te voilà. Tu as raté la surprise ! » Tu n'étais pas d'humeur, tu n'avais pas envie de voir tout cela maintenant. Tu étais content qu'il allait devenir père, mais là de suite, ce n'était pas ce dont tu avais le plus envie de parler. « Ah oui ? Oui  bon, j'irais voir tout à l'heure. » Tu répondais en continuant de marcher pour  t'éloigner.

Tu regardais le paysage enneigé, quand tu entendais un raclement de gorge derrière toi. Tu soupirais légèrement, toi qui pensait être seul. Tu tournais ta tête, et encore une fois tu remarquais Manny qui s'arrêtait à tes côtés. « Salut. » Il disait, avant de te mettre un grand coup dans l'épaule avec sa trompe, qui te déstabilisa un peu. « Aie ! Pourquoi tu fais ça ? » Tu t'exclamais sans comprendre, un petit peu énervé pour le coup. T'aimais pas recevoir des coups quand tu n'avais rien fait, quand tu ne le méritais pas. « Bah j'en sais rien. » Il était sérieux ? A donner dans coups à ses amis sans le savoir ? Ce n'était vraiment pas le jour, vraiment pas le moment. « Bon écoute … Ellie pense … Que quelque chose te tracasse. J'ai beau lui dire- » Tu le coupais de suite, te disant que peut-être, t'avais l'occasion d'enfin lui parler. « En fait, j'me dis plus en plus, que bientôt, il pourrait être temps pour moi de … m'en aller. » Ca y est, tu l'avais dit. Ça faisait un petit moment que tu y pensais, et le fait de te faire facilement distancer par une gazelle, ça n'avait fait que confirmer cette décision. A force de rester avec eux, peut-être que tu t'étais un peu perdu, en tant que tigre. Peut-être que ton temps avec eux venait de prendre naturellement fin. « Bon bah alors, je vais aller lui dire que tout va bien, qu'il n'y a rien. » Et tu le connaissais trop bien maintenant, et tu savais qu'il ne pensait pas ce qu'il disait là et qu'il se renfermait sur lui même, parce qu'il t'en voulait. « Attend. Regarde-moi Manny, je perd peu à peu de ma vigueur, je ne suis pas franchement fait pour animer des goûters d'enfants. » Oh ça non, tu les faisais plutôt fuir, les enfants. Tu n'étais pas comme Sid, t'avais pas la tête pour ce genre d'emploi. « Ça veut dire quoi ça ? » Et il commençait à se vexer, à le prendre mal. « Fonder une famille, c'est un évènement et je suis heureux pour toi. Mais c'est ton aventure, pas la mienne. » Tu étais peut-être l'un de ses amis maintenant, mais c'était tout. Tu ne faisais pas réellement parti de la famille, ce n'était pas ton gosse ni toi qui allait l'éduquer? T'étais juste un tigre qui s'était un peu perdu à trainer avec d'autres animaux que sa meute, et qui comprenait  petit à petit que ce ne serait pas pour la vie. « T'as pas envie de vivre auprès d'mon ptit ? » Il avait l'air triste, et un peu outré que tu puisses penser ça, alors que ce n'était nullement les paroles que tu avais prononcé. « Non non non, c'est pas ça. Tu interprètes mal mes paroles. » Tu grognais un peu, parce qu'il ne voulait juste pas comprendre ce que tu disais, et parce qu'il sortait des mots de ta bouche qui n'étaient pas tiens. Ça t'énervait, qu'il ne fasse pas l'effort de voir ton point de vu sur les choses. « Non non c'est très bien, vas y, fonce vers l'aventure monsieur le héros solitaire. Ne laisse pas mon ennuyeuse vie domestique freiner tes élans de baroudeur sur le retour. » Et comme ça il commençait à partir, clôturant la discussion. « Ce n'est pas Ellie qui est censée avoir un bouleversement hormonal ?  » Tu t'exclamais, car il faisait vraiment la fille à ce moment-là. Tu lui avais juste parlé de ton projet, pensant qu'il pourrait peut-être t'écouté, mais apparemment tu t'étais trompé. « Attend Manny ! Personne ne va partir. Attendez attendez, c'est quand même le plus beau moment de nos vies ! On va avoir un bébé ! » C'était Sid qui arrivait maintenant, et quoi qu'il dise Manny était déjà parti sans se retourner.  Tu le regardais, et lui aussi ne semblait pas comprendre que ce bébé, ça n'allait pas être le siens. Qu'il ne serait pas le papa. « Non Sid. Ils vont avoir un bébé. » Tu reprenais, appuyant bien sur le ils pour qu'il comprenne. Ce n'était pas le sien, ce n'était pas le tien. Ça ne le serait jamais. Ils avaient besoin d'être en famille, d'évoluer ensemble, et toi tu étais de trop parmi eux. « Oui mais on est une horde, une famille. » Tu soupirais. Il n'avait pas tort, mais ça avait changé tout ça, même si lui s'efforçait de ne pas le voir. Sid était toujours du genre à passer que les choses une fois établies resteraient comme elles l'étaient, mais ça dépendait des circonstances, et celles qui allaient se produire ne t'étaient pas favorables. « Écoute. La situation à changée. Manny à d'autres priorités maintenant. Sois réaliste. On a vécu des choses fortes mais, il est temps de tourner la page. » Il n'aurait plus vraiment le temps pour vous, et puis viendrait un temps où il voudrait juste être avec Ellie et son enfant et vraiment, tu préférais partir de toi-même que de te retrouver dans une situation où c'est lui qui te demandera de dégager. « Attend alors on reste juste toi et moi ? » Pourquoi fallait-il qu'il rende les choses toujours plus compliquées ? Pourquoi fallait-il qu'il ne comprenne pas du premier coup et qu'il te donne du mal à continuer de parler et de lui expliquer ? « Non Sid, on reste pas toi et moi. » Tu allais pour partir, mais il reprenait déjà, content. « Crash et Eddie viennent avec nous ? » Tu continuais de t'éloigner tout de même, espérant qu'il finisse par comprendre de lui-même. Si tu te retournais pour lui expliquer de long en large, jamais tu n'arriverais à partir. « … Que Crash ? … Queee … Eddie ? » Tu soupirais, regardant droit devant toi et tu parlais un peu fort pour qu'il t'entende tout de même. « Au revoir Sid. »

Alors t'avais fait ton petit bout de chemin depuis ce matin, à marcher seul, à réfléchir. Ce n'était pas très glorieux, ce n'était surtout pas très joyeux, mais maintenant que tu te retrouvais seul, tu allais avoir beaucoup plus de temps pour faire du trie dans tes pensées et pour te mettre à réfléchir de tout et de rien. « Coooooooooooours ! » Criait la gazelle de ce matin en te dépassant et en courant loin. Tu grognais, car évidement qu'elle allait revenir pour se moquer de toi et en courant super vite en plus. «  T'as rien trouvé de plus spirituel- » Tu ne pu pas finir ta phrase, car la terre trembla, et tu eues à peine le temps de regarder en arrière que tu courais, ne voulant pas te faire écraser par des pieds immenses. Tu te mettais sur le côtés, et la, tu voyais la bpete la plus grosse et immense que tu n'aies jamais vu, encore plus grosse que Manny. Ce n'était pas censé être éteint ce genre de créature ? « Au secooooooours ! » Tu entendais, et tu fronçais les sourcils en reconnaissant la voix, ne comprenant pas vraiment la situation. « Sid ? » Tu demandais plus pour toi même, la voix criante de Sid s'éloignant avec le dinosaure.

Tu décidais de les suivre, un peu derrière afin de ne pas te faire remarquer par le gros dinosaure. T'étais curieux et malgré ton envie de les quitter afin de les laisser tranquille, tu voyais bien que Sid n'était pas dans une bonne position et qu'il avait dû encore faire des conneries. On ne pouvait jamais l'arrêter celui-là, dès qu'on pensait que ça allait être fini, il y en avait encore. Tu arrivais dans une espèce de grotte de glace et tu continuais ton chemin, plus tu t'enfonçais et plus s'était foncé, mais t'arrivais tout de même à voir assez bien. T'essayais de rester prudent, de ne pas faire trop de bruit parmi les stalactite et t'avais un peu peur lorsque tu devais travers un espèce de pont formé par un squelette de dinosaure. Plus tu t'enfonçais, et plus tu pouvais voir que la glace se changeait en pierre, et que de la lumière se faisait voir au bout de la grotte. Et là, ce que tu voyais était magnifique et tellement inattendu. Un monde … Il y avait un autre monde sous terre ! Un monde sans glace, illuminé par un fort soleil, ou la verdure, la végétation en masse et la terre cohabitaient, et où il y vivait pleins de dinosaures. Tu marchais un peu, regardant autour de toi et essayant de ne pas te faire voir, quand tu entendais un bruit. Tu te retournais, et c'est là que tu vis Crash et Eddie faisaient les morts, essayant de survivre de cette manière, et un dinosaures à la queue pleine de piques, qui n'hésitera pas à les écraser avec. Tu courais, attrapant les deux opposums dans ta gueule pour les sauver et tu sauter, avant de mal t'y prendre et de vite te retenir de tes pattes sur la roche, la moitié de ton corps se retrouvant dans le vide. Poussant sur tes pattes arrière, tu parvint à remonter et à courir loin du dinosaures, et vers les deux mamouths que tu connaissais. « Diego ! Mais qu'est-ce que tu fais  ici ?! » « Rien je visite ! » Tu répondais en courant, évitant de justesse un autre dinosaures qui tombait. « J'essaie de retrouver Sid, comme toi ! » « Oh comme c'est noble de ta part ! » Il te répondait avec tout le sarcasme dont il pouvait faire preuve. « Ce n'est pas le moment les garçons ont à besoin de se serrer les coudes ! » Vous réprimandait Ellie, alors que l'affreux dinosaure était toujours sur vos pattes. Et là, ce fut la catastrophe : vous arriviez au bout d'une espèce de falaise, et il y avait seulement le vide, qui ne pourrait pas vous aider. Il fallait faire quelque chose, il fallait que tu fasses quelque chose. Tu grognais, et tu sautais pour te rapprocher de lui, poussant un rugissement que tu pensais pourrais le laisser se faire surprendre. Il te répondait avec un bien plus gros qui te faisait reculer de peur. « Bon bah tant pis ! » Finalement, la queue de l'autre se coinçait dans un arbre et vous vous dépêchiez de monter sur un autre dinosaure, glissant sur son long cou afin de revenir sur la terre ferme … Et de vous retrouver devant d'autres dinosaures qui vous regardait tous. Et puis y a cette petit bête qui est venu, leur lançant des trucs au vissage habilement et rapidement, il avait l'air carrément fou mais il vous aida à vous sortir de là. Il s'appelait Beck, et il vous passa tous en revu, vous reniflant et astiquant tes dents, se croyant pour un gros expert de la vie, mais vraiment, il avait juste l'air bien fou. Tu trouvais des empreintes de pattes et t'écoutais pas l'autre qui s'y croyait, partant tous à la recherche de Sid.

Là encore ce ne fut pas de tout repos, et t'as entre autre failli te faire bouffer avec Manfred par une plante carnivore, et tu as aussi dû retenir pendant super longtemps ta respiration si tu ne voulais pas mourir en respirant des gaz toxiques. Peu après, t'as découvert que ces gaz ne vous donniez qu'une voix super aiguë, ce qui vous donnait envie de rire … Jusqu'à en mourir. Finalement, plus tu avançais, et plus ça te faisait un peu rêver, cette vie que Buck menait. Il était seul, il vivait au jour le jour, il n'avait aucune responsabilité, et même s'il devait se débrouiller seul face aux dinosaures et autres créatures, ça avait tellement bien comme mode de vie. Il vous racontait ses histoires le soir, et c'était franchement impressionnant, même s'il restait tout de même fou allié, à se parler tout seul. Tu continuais à chercher Sid avec les autres, pendant plusieurs jours, avant d'entendre quand vous ne vous y attendiez pas son cri, suivit du grognement de Rudy, un dinosaure bien plus terrifiant que ceux que vous aviez pu voir auparavant. Le truc, c'est que tu commençais à voir que depuis que tu vivais avec eux, tout ne se passait pas si facilement que l'ont pourrait croire dès le début. Et c'est donc au même moment qu'Ellie au loin criait, afin de vous faire savoir que le bébé arrivait. Tu décidais de rester pour aider Manny qui paniquait à l'idée de se retrouver seul, alors que Buck et les jumeaux partaient chercher Sid. C'était ta chance de couvrir ses arrières et de rétablir une meilleure ambiance avec le mammouth, de lui montrer que tu pouvais toujours être un bon ami. Et quand tu pensais une nouvelle fois que tout serait facile, tu voyais des dinosaures prêt à rejoindre Ellie et lui faire du mal. Tu montais les nombreuses roches pour arriver jusqu'à elle et la protéger, alors que Manny lui devait faire reculer ces bestioles. Et même quand ta vue se floutait, tu continuais de courir, car Manny te faisait confiance pour sauver sa femme, et que tu ne pouvais pas le laisser tomber juste car tes compétences en course avaient baissées. Tu alternais entre aider et supporter Ellie comme tu le pouvais, la rassurant et lui donnant des astuces de respirations par exemple, et te battre contre des dinosaures qui ne cessaient de remonter sur votre rocher. Puis t'aidait Manny a vous rejoindre, puis il a eu ce cris, qui vous clouait au silence. Tu tournais ta tête, et tu voyais contre Ellie sa fille, ce déjà gros bébé, avec sa petite houppette de poils sur la tête qui ouvrait ses yeux et faisait connaissance avec son papa. « Hey, je t'ai vu le caïd. » Te disais Ellie avec sa voix douce, alors que t'essayais de sécher une petit larme que tu avais au coin de l'oeil. Ce n'était pas de ta faute, si les voir, ensemble, cette belle petite famille de trois, ça te rendait ému. T'essayais de sortir une excuse, mais finalement, tu disais la vérité. Ça te faisait un truc en toi, de le voir si mignons. Et Sid qui venait juste au bon moment pour rencontrer le bébé.

Pour faire court après ça, Rudy voulait vous bouffer alors que vous souhaitiez sortir, tu sauvais Buck, toi et les autres accomplissaient un beau travail d'équipe et la maman dinosaure venait ensuite sauver Sid. Buck déclina votre proposition de rejoindre votre petite horde, et il te pria te veiller sur eux, ce que tu comptait bel et bien faire à présent. Tu rejoignais de justesse le monde d'en haut, et Manny voulait te parler, ayant apparemment préparer un grand discours. Tu le rassurais sur le fait que tu ne partirais pas, et tu le tapa dans l'épaule, en guise d'amitié. Non, tu  ne voulais plus partir non. T'étais bien finalement ici, avec eux, et tu t'y feras à leur mignonne vie de famille, ça ne te semblait plus si terrible.

l'âge de glace trois :
la dérive des continents.


Tout s'effondrait. La glace se fendait, les falaises de pierres s'émiettaient, et vous étiez en tain de vous séparer, sans rien pouvoir faire. Le début de journée avait pourtant été correct. Après toutes les aventures que tu avais vécu depuis toutes ces années, tu te sentais prêt à affronter tout ce que la nature pouvait t'envoyer. T'avais réussi à résister à la fin du monde, tu te sentais comme si plus rien venant de la nature ne pouvait t'atteindre maintenant. Après ça, vous aviez retrouvé la famille de Sid. Et quelle famille. Tout ce qu'ils voulaient étaient de se débarrasser de la grand-mère, et ils s'en foutaient complètement de Sid, complètement. Ils lui disaient qu'ils l'avait cherché juste pour le rassurer, lui faire plaisir, mais c'était pas vrai. Et à la seconde où ils pouvaient se barrer, ils le faisaient, abandonnant à nouveau ton pote, et même sa grand-mère. Il était bien mieux avec votre horde finalement. Maintenant, tout avait changé. Toi, Sid et Manny étaient d'un côté, Ellie et Peaches de l'autre, et vous vous éloigniez, chacun de leurs côté de la glace. Manny leur faisait la promesse de les retrouver, et tu savais que si quelqu'un y arriverait, c'était lui : il faisait tout pour sa famille.

T'étais épuisé. T'avais rien fait de spécial, tu t'étais juste laissé transporter sur votre petit espèce de radeau en glace, mais tu mourrais de soif. Ça faisait combien d'heures que tu n'avais pas avalé une goutte déjà ? Et bientôt, tu aurais la faim qui te tiendrait le ventre, tu e savais … Et tu faisais tout pour l'oublier. Sid et Manny étaient dans un état similaire, et tu découvrait, après avoir bravé une tempête et un crabe géant, que la mamie de Sid était elle aussi, présente sur votre bateau de fortune. Et elle était assez énervante, à ne rien écouter. En fait... On pouvait bien voir qu'elle et Sid étaient de la même famille. Ce fut quelques minutes plus tard, que vous tombiez nez à nez avec des pirates – des pirates ! Leur capitaine macaque faisait l'homme compréhensif et aimable, mais il n'était pas difficile de sentir son ironie, sa méchanceté, son envie de vous tuer. Et après avoir essayé de vous battre, vous étiez chacun prisonnier sur leur grand bateau, ressemblant à un iceberg. Ils t'avaient attaché à la branche du mat, et de la haut, tu écouter la capitaine faire son petit show et commencer à chanter sur lui, ses compagnons faisant quelques fois les chœurs ou chantant quelques phrases. C'était surréaliste.

« Préparez la planche ! » C'était quand il s'occupaient de Sid et de sa grand-mère, voulant les emmener sur la planche afin de les faire tomber dans l'eau, celle-ci remplie de requins affamés, que tu eues une idée afin de vous faire détacher, toi et Manfred. Avec un peu de travail d'équipe vous y parveniez. Le capitaine et Manny se combattaient, et le bateau se fendaient en deux, devenant bien plus petits avec les centaines de petits morceaux qui flottaient sur l'eau. Vous aviez eu de la chance, vous étiez tous du même côté de la fissure, tous sur le même petit morceau de glace qui restait. « J'ai dis que je ne voulais pas de votre aide. » Lâchait Shira alors que Manny la sauvait de la noyade, le reste de l'équipage étant surement parti loin depuis un moment. Elle était sérieuse, de la manière dont elle vous parlait ? Vous la sauviez et elle faisait la difficile ? « Mais de rien. Alors, tu rejoins notre misérable équipage ? » Tu disais ça un peu ironiquement, comme si de rien n'était, mais peut-être qu'au fond, tu voulais qu'elle dise oui. Tu voulais qu'elle ai envie de ça. Elle t'envoyait une pique, tu lui renvoyais une pique, et c'est comme ça qu'elle se retrouvait sur toi, alors que tu l'avais seulement traitée de minette. Tu retournais la situation, roulant afin d'être sur elle, et puis- « Je vous préviens, s'ils s'embrassent, je vomis ! » « Quoi ? » Tu lâchais, tes yeux gros, reflétant toute l'incompréhension du monde. Comment la mamie pouvait-elle penser que … Elle délirait ! « Mais .. Non ..! » Tu disais juste en te redressant, allant de ton côté. Tu ne voulais pas l'embrasser, elle t'agaçait juste tellement cette fille ! T'étais choqué de te dire que la mamie pouvait penser ce genre de chose, et puis … Tu venais à peine de la rencontrer Shira, et elle n'était même pas de votre côté. Vous vous insultiez, encore, quand enfin au loin, vous voyez une terre. Un endroit, où vous pourriez vous poser, et ne pas mourir de faim ni d'eau. T'étais épuisé une fois sur le sable fin, mais tu n'avais pas le choix : Shira se sauvait dès qu'elle posait les pattes hors de l'eau, et vous aviez surement besoin d'elle pour sortir d'ici, et pour retrouver Ellie et Peaches. Tu courrais donc, ayant repris du poil de la bête depuis la dernière fois, et tu tenais bon, même derrière tous les obstacles qu'elle mettait sur ton passage. Tu réussies à l'attraper, avant de voir émerveillé, tes yeux se poser sur un crique de glace … C'était ça, c'était le chemin pour rentrer. Tu pouvais aussi voir de loin de capitaine macaque, qui exploitaient des animaux, fouet à la main. Et merde, il serait toujours dans vos pattes celui-ci.

Vous alliez voler le bateau du capitaine. C'était la seule solution que vous aviez trouvé, et même si Shira s'était moquée de votre idée, n'étant que des pirates amateurs volant trompé des pirates professionnel, tu savais que vous pouviez y arriver. Et puis, avec la horde d'écureuils que vous aviez de votre côté prêt à vous aider, vous ne pouviez que faire tabac. Vous aviez tout prévu, à la seconde près. Et Shira qui une nouvelle fois s'échappait, prête à dire à son capitaine Gutt vos plans et tout faire foirer. Vous deviez commencer tout de suite, si vous vouliez avoir une chance. Ils se faisaient avoir, et tout ce serait mieux passé si Sid t'avais écouté, et avait fait tout comme prévu. Il s'était paralysé lui même, le con !

« Avec nous tu seras en sécurité, nous veillons les uns sur les autres. Viens avec nous. Viens avec moi. » Tu lui répétais, alors qu'elle faisait tout pour ne pas te laisser entrer dans ce bateau. Tu ne comprenais pas pourquoi elle s'obligeait à faire part d'un groupe qui ne lui correspondait pas, alors qu'elle pouvait rester avec vous, et être en sécurité par rapport à eux, et être heureuse. Peut-être que t'avais un petit coup de coeur pour elle que tu n'osais te dévoiler, et c'était pour ça que si vite, tu lui proposait déjà de rester avec vous, avec toi. Enfin elle te lâchait, courant avec toi pour monter sur me bateau avant de voir les autres membres pirates vous courir après. Tu montais rapidement, et tu la voyais, restant sur la crique. Elle allait te couvrir, elle te disait, ralentissant les pirates et vous donnant la possibilité de partir tranquillement. Et toi tu la regardais, un peu choqué de ce qu'elle venait de faire, et triste, voyant sa silhouette de plus en plus s'effacer au fur et a mesure que la bateau s'éloignait. Elle n'avait peut-être pas l'habitude de fair des choses gentilles pour les autres avec l'équipage qu'elle à toujours connue, toujours vécue avec, mais pourtant, avec ce qu'elle venait de faire, définitivement, elle avait sa place parmi-vous.

« Je sais pas ce que j'ai, c'est bizarre. Je n'mange plus, je n'dors plus … Je dois surement couver quelque chose ! » L'amour qu'il disait Manny, te narguant avant d'annoncer ça. Lui et Sid débloquaient complètement. Tu ne pouvais pas … Non. Non, c'était impossible. Tu n'étais pas … Tu n'étais pas amoureux d'elle, d'accord ? C'était surement autre chose, tu devais couver une maladie, un truc. Rien d'aussi grave et futile que de l'amour. Sur, elle était belle. C'était la plus belle femelle à dent de sabre que tu n'avais jamais vu. Elle était insolente, c'était une dure à cuire, mais t'avais bien vu aussi qu'elle cachait plus que ça en elle. Elle vous avait aidé, elle avait un bon fond, que t'avais désespérément essayer de faire ressortir. Mais tu n'étais pas … C'était fou non, ce qu'ils étaient en train de dire ? Et il riait, heureux de leurs petite blague, chantant même puérilement juste pour t'énerver. Parce que oui, ça t'énervais, de les voir rire et de dire des trucs aussi faux que cela. T'étais pas Manny, ok ? T'aurais aucun mal à avouer si t'aimais quelqu'un mais … Non, t'aimais pas Shira, tu ne l'aimais pas.

Deux secondes plus tard, son visage t'apparaissait, comme dans un rêve. Elle t'appelait, et t'étais complètement sous le charme. Elle était magnifique, sur son rocher, et elle disait qu'elle voulait être avec toi, et tu ne pouvais rien écouter d'autre, tu ne voyais qu'elle, que elle, t'étais comme hypnotisé. Plus le bateau s'approchait et plus tu ronronnais tel un chaton, et puis sans comprendre, le bateau changea brutalement de direction, et tu te retrouvais allongé, Sid sur toi en train de t'embrasser. Et plus aucun souvenir. Putain mais il s'était passé quoi, pour que vous vous embrassiez comme ça ?

Vous arriviez enfin chez vous, mais le pont de pierre n'y était plus. Manny paniquait, répétant le nom de sa femme et de sa fille, et puis tu les voyais  toutes les deux, prisonnières des pirates. Évidement qu'ils seraient encore là, qu'ils seraient arrivé avant vous. Les méchants avaient toujours une longueur d'avance il fallait croire. Et encore une fois, tout le mondr se battait, le bateau et la glace étant deveu un vrai terrain de guerre. T'as même rencontré la pupuce de la mamie, qui avait pour animal de compagnie une grosse baleine qui vous à bien sauvé la vie. Elle était énorme, sérieusement, et peut-être que t'allais commencé à croire ce que disait la grand-mère un petit peu plus maintenant. Vous étiez tous en vie, le capitaine Gutt évincé, et t'avais Shira, la belle Shira, qui voulait bien te rejoindre dans ta horde maintenant que tout c'était calmé. Tu faisais le mec cool, alors qu'au fond, t'avais des papillons et l'envie de sauter partout qu'elle veuille bien de toi, de vous. Vous repreniez le bateau, poussé par pupuce, et vous partiez à la recherche d'un nouvel endroit pour vivre. C'est la que vous trouviez un endroit magnifique, avec de la roches et de la glace, une sorte de mixte entre le monde des dinosaures, et le monde d'en haut. La verdure y était abondante, et les écureuils prenaient déjà place, adoptant l'endroit. Tu regardais autour de toi, et tu te disais que toi aussi, ça allait te plaire de vivre ici, en compagnie de ta horde, de ta vraie famille.




Dernière édition par Diego J.-C. Del Agua le Dim 6 Juil - 19:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 18:10





fantasia hill :
le présent.


T'étais devenu un humain. Quand tu t'étais réveillé ce matin-là, fini la fourrure marron-orangée, fini tes deux longues dents de sabre qui te distinguaient, tu étais maintenant doté de deux jambes, de deux bras, d'un tronc et tout ce qui allait avec. De l'impitoyable tigre il ne restait presque plus rien, qu'un nom, que des souvenirs, qui venaient peupler ton cerveau d'une précédente vie vécue. C'était tout de même très étrange, d'avoir vécu en tigre pendant l'ère glacière, d'avoir vécu la fonte de la glace petit à petit, d'avoir vécu durant l'ère préhistorique, il y avait de cela 20 000 ans. Et là, tu te retrouvais humain, dès siècles plus tard, et tu ne reconnaissais pour ainsi dire plus rien. L'environnement complet avait changé, et c'était très perturbant pour toi. Il y avait des parterres de pavés quand tes pattes avaient été habituées à la terre rouge ou à la neige et la glace. Il fallait t'habiller, il fallait mettre des chaussures, il fallait s'occuper de tes cheveux qui étaient un peu long, et ça encore t'aimais bien, ça te rappelait ta fourrure même si la couleur n'était pas du tout la même. Tu n'eus pas vraiment le temps de tout prendre en compte, de passer en revu tous les changements, qu'un mal te tenaillait : tu avais faim, horriblement faim. Et comment trouver à manger dans ce drôle d'endroit ? Il n'y avait pas d'animaux tel que des gazelles que tu pouvais poursuivre avant de planter tes crocs comme avant. Tu faisais un tour dans la ville, et par chance, tu n'étais pas débile : tu comprenais qu'il y avait des endroits pour manger, et t'apprenais un peu comment ça se passait, quand on vivait tel un homme. Tu t'étais trouvé un petit restaurant, et tu mangeais à la terrasse de celle-ci, au soleil. Plusieurs assiettes vides étaient empilées à ta gauche, et il t'en restait une autre devant toi. Tu dévorais la viande rouge que tu avais commandé – et apparemment, ton palais humain préférait la chair cuite que crue, et tu avais quelques frittes sur le côté pour accompagner le tout – et c'était bon, totalement délicieux. Tu ne touchais par contre pas à la salade, qui avait l'air bien trop suspecte à ton goût : toi il te fallait de la bonne viande pour te rassasier. « DIEGOOOOO ! » Tu grognais en entendant cette voix qui intrusait dans ton déjeuner qui était pourtant jusque là agréable et paisible, et tu levais tes yeux pour la première fois depuis que tu avais commencé à manger. Ton regard se posait sur un jeune homme brun, assez grand, et qui n'avait l'air d'avoir aucun savoir-vivre ni aucune gène. Il s'asseyait sur la chaise en face de toi comme si tu l'avais invité, et tu n'avais même pas le temps de réfléchir à comment cet homme connaissait ton prénom, que tu le voyais zieuter tes frittes, et ça te suffisait pour plisser tes yeux sur cet inconnu. « Si tu touches à mes frit- » Tu commençais en grognant, tel l'ancien Diego, mais déjà il avait prit une poignée de frittes entre ses doigts qu'il plongeait dans la sauce barbecue et qu'il engouffrait tel un goinfre, encore pire que toi. « T'es qu- » Mais tu ne pouvais encore une fois même pas finir ta question, qu'il partait dans une tirade, la plus longue que tu n'aies surement jamais entendu. Enfin, presque. Il y avait une certaine personne qui parlait presque autant dans ton ancien monde – et c'est là où ça te frappa. Tu relevais tes yeux vers lui, n'écoutant rien de ce qu'il disait mais ne pouvant détacher pourtant ton regard et tu compris d'où il connaissait ton nom : c'était Sid, c'était lui.


Entre elle et toi, ça n'a été l'affaire que de quelques mois. Tu l'avais très vite retrouvée dans ce nouveau monde, quelques jours après ton arrivée, et c'est assez naturellement que vous êtes retombé dans les bras l'un de l'autre, comme si vous n'aviez pas changé, continuant seulement l'histoire que vous aviez à peine commencé en tigre. Elle traînait souvent chez toi, Sid et Peaches, elle te faisait sortir, voir du monde, et t'avais toujours cet amour en toi pour elle, et tu pensais que jamais ça ne finirait. Puis elle s'est cassé. Jusqu'à ce que la tu retrouve, devant le porche de la maison, alors que tu ne t'y étais pas préparé. « Qu'est-ce que que tu fous là ? » Elle avait osée revenir ici. Elle avait osée se pointer ici, là où toi tu habitais, après tout ce temps. Des mois s'étaient écoulés, sans aucunes nouvelles, sans même que tu parviennes à la croiser au détour d'une rue, et peu à peu, tu t'en étais remis. Ça n'avait pas été si facile de se reconstruire face à l'incompréhension de son départ loin de toi. T'en avais passé, des jours et des semaines à te demander ce que tu avais fait de mal, ce qui l'avait fait s'enfuir comme ça pour ne plus revenir. Ça avait été dur d'arriver de reprendre une vie normale, sans elle, sans même savoir la cause de son absence. Sans même savoir ce que tu aurais pu améliorer pour la faire rester, si seulement elle avait prit le temps de te parler. Et tous les jours, tes plaies se refermaient peu à peu, et tu reprenais confiance en toi, son souvenir s'effaçant un peu plus à chaque fois. Avant qu'elle revienne sans crier garde. « Salut Diego. » Elle te saluait, avec sa petite voix se voulant aimable et chaleureuse. Comme si c'était normal, comme si rien ne s'était passé. Tu lui lançais un regard noir, tes bras venant se croiser contre ta poitrine, et vraiment, de qui se moquait-elle ? A mieux y réfléchir, c'était surement de toi, qu'elle se moquait comme ça. Pendant un moment, il n'y eu que le silence pesant qui vous enveloppait tous les deux. Tu la fixais méchamment, et elle te regardait simplement, comme si elle attendait un mot de ta part, quelque chose. Quand elle comprit que tu ne comptais pas parler, elle haussait un peu ses épaules, comme si finalement elle se disait que ça n'avait pas si d'importance, et qu'elle comptait parler elle-même. « Je vais faire rapide, je n'ai pas trop le temps là. » Tu allais pour ouvrir la bouche afin de la rembarrer – parce que franchement, si elle n'avait tant pas le temps que cela, pourquoi prenait-elle la peine de venir ? Qu'elle dégage ! - mais elle levait sa main, te réduisant au silence d'une facilité déconcertante. « Laisse-moi parler. Tu te demandes surement pourquoi je suis partie, et je te préviens de suite, je ne suis pas là pour ça, je n'ai pas à me justifier. » Génial. Alors déjà qu'en revenant elle se permettait d'ouvrir des plaies qui étaient en train de se refermer, mais en plus, elle te disait carrément que tu n'aurais aucunes réponses à tes questions, et que ce n'était même pas la peine de lui en poser. Tu voulais lui claquer la porte au nez, tu voulais taper dans un mur, tu voulais te défouler afin de te sentir mieux. La voir devant toi après tant de temps n'était pas facile, et tu te demandais si ce n'était juste pas sa manière d'être cruelle envers toi. De coucher avec toi, de te faire croire au véritable amour, puis de partir sans rien dire et de revenir des mois plus tard sans compter s'expliquer nullement. Si elle était là juste pour montrer qu'elle était vivante, t'en avais pas besoin, tu te serais aussi bien porté en la sachant morte, aussi horrible que cela sonnait. « Tu te souviens, quand on a atterri ici ? On en a bien profité, on a bien baisé … » Ta mâchoire se contractait fortement, et tu poussais une longue expiration pour te calmer. Elle voulait vraiment te renvoyer ça à la gueule ? Vos moments que tu avais cru réels alors qu'ils n'avaient été que pure simulation de sa part ? Ça te rendais tellement faible, de te rappeler qu'elle s'était joué de toi et que toi, comme un débile amoureux, tu y avais cru jusqu'au bout. « Tiens. » Elle te disait, posant devant tes pieds un espèce de couffin que tu n'avais pas vu auparavant, trop hypnotisé et frustré par sa venue. Tu n'eues pas le temps de regarder à l'intérieur ou de poser une question qu'elle continuait déjà. « C'est le tien. Je veux pas le voir, je veux pas en entendre parler. Adieu. » Et comme ça, elle descendait déjà les marches du perron, prête à partir. Ton cerveau essayait d'analyser ce qu'elle venait de te dire avec le peu de phrases qu'elle avait daigné t'accorder, et tu enjambais les marches à sa suite, avant de prendre son bras pour l'arrêter et de te mettre devant elle. « Qu'est-ce que tu me dis là ? Arrête tes conneries ! » Tu grognais, parce que tu avais peur que ton cerveau comprenne bien le « c'est le tien », et que ce n'était pas possible, non, pas avec elle. Elle te regardait d'un air las, avant de lever ses yeux au ciel et de détacher son bras de ta prise, sans pour autant partir. « J'ai vraiment pas le temps Diego, alors je vais faire court. On a couché ensemble, et j'ai appris plusieurs mois après être partie que tu m'avais engrossée. J'en veux pas de ton môme. Il est hors de question que cette chose me gâche le reste de ma vie. J'ai pas pu avorter alors je l'ai mis au monde il y a quelques jours, mais c'est fini maintenant, je ne veux pas de cette responsabilité. Garde-le, donne-le, laisse-le devant une église pour qu'il se fasse adopter ou congèle-le dans ton frigo, je m'en contrefiche de son sort. Je te le laisse, t'en fais ce qu'il te chante, mais moi il est hors de question que je le garde. » Elle disait avec une haine pour cet être mal contenue, et puis comme ça, elle passait devant toi, ayant fini la discussion. « Shira ! » Tu t'exclamais mais déjà, elle partait sans plus un regard en arrière. Elle avait finit sa mission, elle t'avais raconté ce qui pour elle paraissait le plus important, et elle s'envolait une nouvelle fois loin de ta vie. Elle avait vraiment le chic pour apparaître quand tu t'y attendais le moins. Tu grognais malgré toi, frustré des situations dans lesquels elle te mettait toujours, et tu passais une main dans tes cheveux avant de soupirer, essayant de te calmer. A peine elle venait qu'elle bousculait ton monde, mais pour une fois, tu trouvais que c'était peut-être mieux pour toi qu'elle parte et qu'elle ne décide plus de revenir. Être loin d'elle était le mieux pour toi et pour ta santé mentale. Une bonne minute plus tard, tu remontais lentement sur le perron, tes yeux se posant sur le couffin bleuté qui s'y trouvait, et il faisait tâche dans le paysage, il ne faisait pas du tout à sa place. Tu t'avançais vers lui tout de même, ton coeur se mettant à battre plus rapidement à chacun de tes pas, et tu t'accroupis devant l'objet. Tes doigts tremblant venaient reculer un peu l'espèce de petite toiture qui protégeait l'enfant du vent et du soleil, et tu ouvrais après un instant la couverture qui cachait ta vue de tout. Tes yeux se posaient instantanément sur une toute petite figure endormie. Son crâne était parsemé de fins cheveux bruns très clairs, et il avait de bonnes petites joues pour quelqu'un qui venait de naître il y avait à peine quelques jours. Il était beau, c'était indéniable, et tu compris à la seconde où tu posais ses yeux sur lui que tu l'aimais. Tu ne savais si c'était parce qu'elle t'avait dit qu'il était la chair de ton sang, mais tu ressentais déjà cet élan d'amour pour lui, et il était impossible que tu le donnes, que tu le laisses quelque part ou que tu fasses l'une des horribles choses qu'elle avait mentionnée plus tôt. Délicatement, tu essayais de le prendre contre toi comme tu le pouvais, sans le faire tomber, une main retenant sa tête alors qu'il dormait profondément. « Coucou bonhomme ... » Tu murmurais contre ses cheveux, et mon dieu, tu ne savais pas comment Sid et Pèche allaient réagir à la vue d'un nouvel être dans la maison.


Revenir en haut Aller en bas
Rox S. O'pry

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Fonder une famille heureuse.
Faites place à la vedette
Rox S. O'pry
J'ai posé bagages ici le : 03/03/2014 Jouant le rôle de : Rox, le plus sexy des renards. Nombre de messages : 1549 On me connait sous le pseudo : sparki. Un merci à : bazzart & tumblr & wild heart. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Dylan O'brien.
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 18:30

OH MY GOD, j'ai tout simplement adoré TOUTE ta fiche!  kissheart 
Quel choix de foufilou en plus, Diego, roi du tu m'touches j'te bouffe quoi  love Rebienvenue parmi nous et je viendrai surement chercher un lien mouahah  I love you 


si l'amour
est un temple et qu'il y faut prier comme on prierait le ciel. Si l'amour est un temple, toi tu seras ma religion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 19:19

omg, bah si t'as tout lu, bravo, t'as du courage. mdr  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 1642801012 ça doit être la fiche la plus longue et en même temps la plus chiante à lire que j'ai jamais écrite ( d'ailleurs désolé pour celui qui devra la valider, vous pouvez la lire en diagonale vite fait si vous vous endormez. Arrow caché )
Diego c'est le plus fort, et c'est un mec tout cute au fond.  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 2389784783 :sifflote: merci beaucoup et quand tu veux pour le lien. :bril: humhum  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 1823284050
Revenir en haut Aller en bas
Izöé-Leska

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Izöé-Leska "Morphy" Wyer
J'ai posé bagages ici le : 02/05/2014 Jouant le rôle de : morphy (treasure planet) Nombre de messages : 311 On me connait sous le pseudo : night sky. Un merci à : night sky. (ava) night sky. (codes) tumblr (gifs) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : zoella sugg
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 20:16

Spoiler:
 

FICHE DÉCLARÉE LA PLUS LOOOOOONGUE DE TOUTE L'HISTOIRE DE PIXIE, FÉLICITATIONS!! pompom  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 1609556105  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 3630314092

rebienvenue avec ce personnage excellent qui promet des rps tout en couleurs avec cette histoire de bébé :bril:

Tu es officiellement un pixidien !

Bravo ! Tu peux dès maintenant commencer la quête de ton avenir, que nous serons heureuses de suivre dans les moindres détails. Voici une petite liste de liens importants et utiles que tu pourras suivre obligatoirement. Nous te souhaitons néanmoins, la bienvenue ici et surtout bon jeu sur Pixie Dust !

I love you N'OUBLIE PAS LE PETIT VOTE TOUTES LES DEUX HEURES I love you

 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 230490bouton1 je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 726646bouton2





We meet people and fall in love. And when we part, they leave marks for us to remember them by. Our lovers sculpt us, they define us, for better or worse. Like a pinball we slam into them and rebound into a different direction, propelled by the contact. And after the parting we might be scarred or stronger or more fragile or needy or angry or guilty but never unchanged. Our lovers linger inside us like ghosts, haunting the corridors and deserted rooms, sometimes whispering, sometimes screaming. Invisible but always there, waiting.
Revenir en haut Aller en bas
E. Kathlynn S.-Heathcliff

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Toucher les étoiles.
Faites place à la vedette
E. Kathlynn S.-Heathcliff
J'ai posé bagages ici le : 31/08/2012 Jouant le rôle de : Evangeline, l'étoile du soir. Nombre de messages : 1316 On me connait sous le pseudo : Broken Cookie. Un merci à : lovelybush & silver lungs & tumblr. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Jennifer Morrison
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 20:23

Après lecture de ces 20 861 mots répartis en 18 pages word, j'ai l'honneur de ne pas te valider puisque Madychou est déjà passée mdrr Mais voilà quoi. Grosseuh folle. coeur

Amuse-toi bien avec cet énième superbe perso kissheart - même si Camille est devenu l'Âne, je sais pas si tu as vu chat potté


Lit'l star lost in a wild world
« Avec d'autres bien sûr je m'abandonne mais leur chanson est monotone. Et peu à peu je m'indiffère, à cela il n'est rien à faire car chaque fois "les feuilles mortes" te rappellent à mon souvenir. Jour après jour les amours mortes n’en finissent pas de mourir. » ❈ anaëlle & gainsbourg.
Revenir en haut Aller en bas
Izöé-Leska

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Izöé-Leska "Morphy" Wyer
J'ai posé bagages ici le : 02/05/2014 Jouant le rôle de : morphy (treasure planet) Nombre de messages : 311 On me connait sous le pseudo : night sky. Un merci à : night sky. (ava) night sky. (codes) tumblr (gifs) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : zoella sugg
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 20:27

caché caché caché caché caché caché caché caché caché caché caché caché caché caché caché caché caché caché

j'espère que t'es content, tu as fais subir ta folie des grandeurs à non pas un mais deux admins :sifflote: mdrr  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 1823284050



We meet people and fall in love. And when we part, they leave marks for us to remember them by. Our lovers sculpt us, they define us, for better or worse. Like a pinball we slam into them and rebound into a different direction, propelled by the contact. And after the parting we might be scarred or stronger or more fragile or needy or angry or guilty but never unchanged. Our lovers linger inside us like ghosts, haunting the corridors and deserted rooms, sometimes whispering, sometimes screaming. Invisible but always there, waiting.
Revenir en haut Aller en bas
E. Kathlynn S.-Heathcliff

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Toucher les étoiles.
Faites place à la vedette
E. Kathlynn S.-Heathcliff
J'ai posé bagages ici le : 31/08/2012 Jouant le rôle de : Evangeline, l'étoile du soir. Nombre de messages : 1316 On me connait sous le pseudo : Broken Cookie. Un merci à : lovelybush & silver lungs & tumblr. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Jennifer Morrison
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 20:32

mdrr  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 72423360


Lit'l star lost in a wild world
« Avec d'autres bien sûr je m'abandonne mais leur chanson est monotone. Et peu à peu je m'indiffère, à cela il n'est rien à faire car chaque fois "les feuilles mortes" te rappellent à mon souvenir. Jour après jour les amours mortes n’en finissent pas de mourir. » ❈ anaëlle & gainsbourg.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ EmptyDim 6 Juil - 21:42

je dirais même trois. mdr 
my god mais c'est sérieux ? tu étais inspirée à ce point ? olala mais punaise, c'est une fiche ça !  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 469478419   je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ 3630314092
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡  je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡ Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

je ne suis pas gentil ! d'accord ? je suis un impitoyable prédateur. ( diego ) ♡

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Fiches de présa et gestion des personnages-