AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur les tongs Havaianas Brasil en noir
11 € 22 €
Voir le deal

Partagez

(lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler Vide
(lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler Vide
(lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler Vide
(lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler Vide
(lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler Vide
(lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler Vide
 

 (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tadashi Hamada

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: être un héros
Faites place à la vedette
Tadashi Hamada
J'ai posé bagages ici le : 16/06/2014 Jouant le rôle de : tadashi (big hero 6) Nombre de messages : 284 On me connait sous le pseudo : night sky. Un merci à : night sky. (ava&signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : sean o'pry
MessageSujet: (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler EmptyLun 21 Juil - 14:33

lya&ludrik
laissons nos blessures s'envoler

Tu déverrouilles la serrure de la porte qui mène à ton petit appartement au Meli Melo House. Comme à ton habitude, tu essaies d'ouvrir cette dernière sans trop faire de bruit, mais la porte a l'agaçante manie de produire un léger grincement chaque fois que tu la fais balancer entre ses gonds. C'est une chose à laquelle tu devrais remédier un de ces jours, quand tu prendras le temps de t'y attarder.

Ton appartement, c'est ton petit monde. Beaucoup de ceux qui te connaissent se demandent pour quelles raisons tu passes autant de temps enfermé dans ton petit logis alors que tu pourrais profiter bien plus pleinement de la vie en sortant de ton trou. Ils n'auraient qu'à entrer ici et ils le sauraient du premier regard. Tout d'abord, ton dortoir du Meli Melo House n'est pas semblable aux autres dortoirs. Enfin si, mais d'une certaine façon non. C'est qu'au lieu d'acheter tes appareils ménagers et autres babioles en magasin, tu préfères généralement les fabriquer toi-même. Tu t'assures ainsi de leur qualité et de leur fiabilité, et ça te permet de pratiquer ton talent d'ingénierie du même coup. Il est vrai qu'à ton arrivée à Fantasia Hill, tu ne connaissais rien à la technologie de ce nouveau monde et tu n'arrivais à rien. Mais tu as vite progressé. Et ton appartement, c'est aussi ton atelier. Au départ, tu avais emménagé un coin de travail, mais ce coin s'est propagé dans tout le logis au fil du temps. Pas besoin de dire que c'est la pagaille entre les outils qui traînent un peu partout et les plans de nouvelles inventions éparpillés sur les meubles et même au sol. Tu aurais pu faire un minimum de rangement avant de recevoir Lya, mais ça t'est tout simplement sorti de la tête. Et puis, tu voulais lui faire découvrir ce petit monde qui faisait partie de toi, alors valait mieux ne rien y changer en quelque sorte.

Lya, c'est une fille que tu as rencontré à la fête de la musique l'an dernier. Toi qui ne sors presque jamais, tu avais décidé de combattre la solitude en allant tenter de t'amuser le temps d'une journée. Tu ne savais pas si tu allais réellement profiter de l'événement à l'époque, mais il se trouve que tu en as retiré un grand bien, la rencontre de Lya. Bizarrement, cette fille te fait penser à toi. Tu as l'impression que tous les deux, vous êtes sur le même bateau sur lequel le destin continue de s'acharner. Le mauvais sort qui a mené tous les personnages à Fantasia Hill a été particulièrement éprouvant pour elle. La pauvre est malade. Elle qui devait avoir eu une vie heureuse et épanouie auparavant n'est maintenant plus que l'ombre d'elle-même. Elle n'arrive même plus à se souvenir de sa vie d'antan, celle-ci ne lui apparaissant qu'en songe. Si ce n'est pas là preuve que le sortilège qui s'est abattu sur eux est mauvais, tu ne sais pas ce que c'est.

Voilà pourquoi tu t'acharnes autant à chercher un moyen de briser ce mauvais sort. Ce dernier a volé à toi et aux autres personnages de contes vos vies et vos identités. Tu avais une île, une famille, un dragon. Tu n'as plus qu'un petit appartement et un tas d'inquiétudes sur les épaules. Tu ressens le besoin de renverser la situation. Et peut-être qu'avec l'aide de d'autres qui pensent comme toi, tu y arriveras. Pour l'instant, tu es persuadé que Lya est la personne qui peut le mieux te comprendre. Il te faut seulement un peu d'efforts pour la convaincre.

Tu avances d'un petit pas dans ton appartement, puis tu tires doucement sur le poignet de Lya, restée derrière, pour l'entraîner à ta suite. Tu te doutes bien qu'elle doit commencer à s'impatienter d'avoir les yeux fermés. Tu la fais entrer suffisamment pour pouvoir refermer la porte derrière elle. « Allez, tu peux ouvrir maintenant. » Comme de fait, elle relève ses paupières et ses yeux peuvent ainsi découvrir ton chez toi. Tu n'arrives pas à deviner ce qui lui passe alors par la tête, mais les doutes commencent à affluer dans la tienne. Il est évidemment qu'elle sera répugnée à la vue de ce désordre étourdissant. « Je suis désolé du désordre, j'aurais dû faire du rangement avant que tu ne viennes... C'est toujours comme ça! » Tu lances cette dernière remarque en riant nerveusement, tout en passant ta main dans les cheveux. Tu fais toujours ce geste quand la gêne te prend. « Enfin, je voulais te faire découvrir mon coin comme il est, alors je croyais qu'il serait mieux que je n'y change rien. » Tu n'en es plus si sûr. Mais ce qui est fait est fait, et tu avances pour te diriger vers la petite cuisine. « Tu veux quelque chose à boire? » On t'a déjà dit qu'il fallait offrir à boire aux invités, et il est peut-être temps que tu prennes de bonnes habitudes hospitalières.


« Et je vole, je m'envole vers le vent et vers le ciel. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler EmptyLun 4 Aoû - 14:19


☆ ☆ ☆
laissons nos blessures s'envoler 

Prim avait raison, ma vie devait prendre un nouveau départ et au plus vite. Je ne m'étais pas rendue compte de l'urgence, jusqu'à la fête de la musique ou mon reflet dans la glace me paraissait différent. J’examinais ma peau à travers le miroir pour apercevoir ce qui avait bien pue changer chez moi et l'évidence m'a sauté dessus. Tout. Tout avait changer chez moi. Mon visage était plus fin, mes joues plus rose, mes paupières plus vivent,  mes cheveux avait pris cinq centimètre voir plus et ma taille semblait fine sur les hanches. Je commencer, doucement mais sûrement à devenir une «  fille comme les autres  » hormis Robert, ma bonbonne qui était toujours à ma droite. Un cours instant, je retirais ces stupides tiges en plastique qui encombrer mon visage afin d'avoir un aperçue de la fille que je voulais être. Une fille assez banale, dans des vêtements trop large et une machine à ses pieds, voilà ce que je voyais et c'est ce que je ne voulais pas être. Sous la pression de Prim et de son envie inconditionnelle de regarder les derniers épisodes de Pretty Little Liars dans le noir complet avec son tendre prince, elle me confisquer mes clés et m'ordonnait de sortir. J’essayais de me débattre, mais son cher Philippe était de son côté et à deux contre un, je ne pouvais que perdre.

C'est là que je l'ai vue. Perdue dans la foule, les yeux river sur les grands écrans, les mains dans son pull large et le souffle court. Il dévisager tout ses jeunes habiter par l'alcool et les substances illicite, tel un grand sage qui venais de trouver l'enfer sous ses pieds. J’hésitais un instant avant de m'approcher et engager la conversation. « Je m'appelle Ludrick et je suis unijambiste. » m'avait-il préciser suivit d'un sourire. Je me suis demander si il me l'avait préciser parce qu'il avais pitié de Robert et moi, j'aurais sûrement fait demi-tour si c'était le cas, mais je sentait que c'était une personne aussi étrange et différente que je ne le suit. J'avais ça en moi, un super-pouvoir qui m'indiquer si oui ou non la personne était de confiance.

« J'ai une surprise pour toi. » m'avait-il dit quelque mois plus tard. Nous étions devenue ami au point de ne plus se quitter. Une confiance mutuelle c'était installer et pendant plusieurs mois nous restions rien que tout les deux. C'était assez agréable, malgré le fait qu'il me parler souvent d'un autre monde. Un monde dans lequel il vivait et était chef d'un village au par avant. C'était assez étrange dans un sens et dans l'autre je le comprenais totalement. J'avais eu plusieurs image qui défiler dans mon esprit alors que j'étais encore sous médicament, ma psy me disait que c'était des hallucination mais j'étais persuadée que c'était des flash-back. Je m'imaginer faire partit d'un autre monde également, sans vraiment avoir de réelle souvenir, ni de regret. Je savait juste que dans cette autre monde, j'étais avec Primrose et que déjà là bas, nous avions un lien extrêmement fort et dur. J'eus un léger sourire à son annonce, ne savant pas vraiment comment réagir. Je n'aimais pas les surprises, à vrais dire, j'aimais en faire, mais je n'aimais pas en recevoir. J'avais tout le temps peur que la réaction attendue par la personne soit la mauvaise et que je finisse par me disputer avec, n'ayant pas eu les bons mots au bon moment. Je ne voulais pas décevoir Ludrik en disant « oh » à la vue de sa surprise, alors qu'il s'attendait à un « WOW ». J'appréhendais légèrement le moment, mais connaissant Ludrik, je savait que ça allais me plaire, quoi qu'il puisse me montrer.

« Ferme les yeux et compte jusqu'à trois ! » m'avait-il ordonner. J'ai obéis tout en riant. Nous étions dans les couloirs du méli-melo house, j'avais reconnue les lieux malgré le mec que j'étais sûrement la seule fille de vingt ans dans cette ville qui n'étais pas à l'université. Je songeait à ma vie si je vivait entre ses murs, tout en écoutant la voix de Ludrik se prendre les pieds dans un truc en fer. « Allez, tu peux ouvrir maintenant. » je fit le tour de moi même en ouvrant les yeux. « Attention, j'arrive. » fit-je dans un rire de gamine.  J'avais déjà visité des chambres avec Prim, du temps ou elle voulais reprendre ses études, mais rien ne ressemblait à cela. Les murs était remplis de croquis et de dessins fait à la main sur du papier jaunis par les traces de gommes, des petits objets en fer et en cuir était disposait un peu partout, dans le coin, une énorme lampe plus grande que moi bercer le lit qui lui était plaquer contre le mur. Des outils étaient éparpiller en bordel sur son bureau, au dessus, un crayonnais d'un dragon au crayon hb. « Je suis désolé du désordre, j'aurais dû faire du rangement avant que tu ne viennes... C'est toujours comme ça! » me lançait-il suivit de son rire nerveux. Je m'aventure encore un peu plus dans la pièce, m'arrêtant devant l’armoire qu'il avait conçue lui même. C'était fait d'un bois fin, polis et brillant. Je passer mes doigts le long de la fresque qui avait été fait à la main, sûrement par lui. Mon regard se perdit ensuite vers le plafond, orner de minuscule créature en papier noir qu'il avait coller au dessus de l'armoire. « C'est vraiment beau. » dis-je en saisissant ses crayonnais. Les trais étaient fin et précis, puis au crayon noir hb il les avait rendue plus fou et salis, ce qui donner un effet de profondeur dans le dessins. J'avais beaucoup lue sur les dessins pour en connaître assez sur le rayon, mais je ne savait pas qu'en plus de bricoler, il avait des dont d'artiste.   « Enfin, je voulais te faire découvrir mon coin comme il est, alors je croyais qu'il serait mieux que je n'y change rien. »   Il passait ses doigts dans sa chevelure dans un geste de gêne. Je lui rendit un sourire pour calmer sa nervosité. Je reposer ses dessins pour m’asseoir sur son lit et admirer la vue qu'on avait de là. « C'est tellement..Toi ! » dis-je dans un rire. Je ne savait pas comment lui expliquer, c'était difficile de le montrer avec des mots, c'était un univers totalement ailleurs, à part, comme un retour dans un ancien temps ou encore une autre décennie. Tout avait son empreinte et son odeur dans la chambre, je ne savait comment lui exprimer mon entière admiration. « Tu as fait tout ça tout seul ? » dis-je en m’étalant sur le lit. Je poser ma tête le long de son matelas pour admirer le plafond qu'il avait orner de dessin, c'était beau, on avait l'impression de s'envoler. Je me sentait tel un enfant a qui on aurais accrocher  des jouets dans le berceau pour s'endormir, c'était apaisant. « Tu m'avait pas dit que t'étais un artiste cacher. » rajoutai-je d'une voix toute douce.  Je levais les bras au dessus de ma tête, comme pour attraper les jouets. Un enfant, voilà ce que j'étais fasse à tout ce chef d'oeuvre. « Tu veux quelque chose à boire? » Je secouer la tête positivement avant de me relever, son odeur était rester sur mon sweet shirt.
Revenir en haut Aller en bas
Tadashi Hamada

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: être un héros
Faites place à la vedette
Tadashi Hamada
J'ai posé bagages ici le : 16/06/2014 Jouant le rôle de : tadashi (big hero 6) Nombre de messages : 284 On me connait sous le pseudo : night sky. Un merci à : night sky. (ava&signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : sean o'pry
MessageSujet: Re: (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler EmptySam 27 Sep - 3:54

lya&ludrik
laissons nos blessures s'envoler

Plus tu y penses et plus tu te dis que ce n'était pas la meilleure des idées, finalement. Que va-t-elle penser de cet appartement tout à l'envers? Soudainement, la question te vient à l'esprit alors que tu n'y avais pas songé auparavant. Il faut dire que tu t'enfermes tellement souvent dans ce dortoir, tu y trouves quelque chose de douillet et accueillant. C'est devenu ton petit chez toi à force d'y passer ton temps, et tu l'aimes exactement comme il est. Mais tout le monde n'aurait pas cette impression et n'y verrait qu'un tas d'un peu n'importe quoi qui tente de se tailler une place dans cette pagaille. Et la dernière chose que tu souhaites, c'est de répugner Lya avec l'intérieur de ton logement.

Ce sont de petits changements qui s'opèrent en toi comme ça, sans même que tu ne parviennes à t'en rendre compte. Du jour au lendemain, tu ressens des choses qui viennent à te surprendre. Comme, par exemple, cette nervosité naissante en faisant approcher Lya de ta chambre. Jamais tu n'avais ressenti ça. Enfin si, peut-être, avec Astrid. Mais il y a maintenant de nombreux mois que tu as quitté ton monde, et bien des années avant ça que tu étais en couple avec elle. L'époque où tu n'étais qu'un gamin maladroit qui en pinçait pour la beauté du village est bien loin derrière toi. C'est comme si tu en avais presque oublié ce que c'était. Puis tu t'es isolé depuis si longtemps, depuis que tu es arrivé dans ce monde que tu t'enfermes dans ta tête et te combles de solitude. Et maintenant Lya semble venir tout changer, mais tu n'arrives pas à mettre le doigt sur la raison. Qu'est-ce qui peut bien ne pas tourner rond chez toi?

Viens le moment où Lya doit ouvrir ses yeux. Tu lui en donnes la permission tout en te répétant mentalement  que tout ira bien. Enfin, c'est ce que tu espères. Tu ne peux pas déchiffrer ses premières impressions sur son visage. Néanmoins, tu es rassuré de voir qu'elle ne semble pas répugnée, ce qui est déjà un bon début. Tu te sens obligé d'en rajouter et t'excuse un peu platement pour le désordre. Ta nervosité peut être remarquée à des kilomètres à la ronde, et ça te fais bêtement penser que tu lui parais ridicule à cet instant. « C'est vraiment beau. » Un petit sourire témoignant de ton soulagement apparaît sur ton visage. Tu ne sais pas encore si elle est vraiment sincère, mais c'est bien assez pour toi. Ton travail a peut-être son petit charme, finalement. Tu la laisses découvrir les alentours à son aise en te retenant de ne pas ajouter une explication à tout ce qu'elle voit. Au fond, c'est un peu pour ça que tu l'as emmenée et il vaut mieux la laisser explorer librement. Mais tu te défends encore, lui expliquant que tu voulais qu'elle te connaisse tel que tu es sans essayer d'embellir quoi que ce soit. Elle te répond par un sourire, comme de ceux qui te plaisent tant d'elle. Et tu lui souris naturellement en retour alors qu'elle s'installe sur ton lit. « C'est tellement..Toi ! » Un rire léger s'échappe de ta gorge. Sa façon de rencontrer ton univers avec enjouement te touche, tu es ravi de voir qu'elle s'imprègne bien de ton petit monde que tu croyais si inaccessible. Elle te demande alors si tu as fais toutes ces choses par toi-même. « Oui. Enfin, pas tout exactement, mais j'adore bricoler et je retouche un peu à tout ce que j'achète. Mais faut dire que j'ai beaucoup cherché à apprendre, sinon je ne serais jamais arrivé à rien! » Tes yeux parcourent les alentours et tu repenses aux travaux que tu as fais. C'est vrai, presque tout dans cet appartement est passé sous tes mains. Entre le réfrigérateur que tu as rafistolé pour le rendre plus économique et efficace, la table basse que tu as retaillé à ton goût et la cafetière que tu as presque fabriquée en entier par toi-même, on peut dire que rien de ce qu'il y a ici ne peut être totalement retrouvé ailleurs. « Tu m'avait pas dit que t'étais un artiste cacher. » Tu ris une nouvelle fois, amusé par la remarque. Un artiste? Tu ne t'étais jamais vu comme ça. Et même si l'idée te semble curieuse sur le coup, ça te plaît finalement. « Je ne dirais pas que je suis un artiste. Je bricole, mais, enfin... ce n'est pas du grand art. » Tu te diriges vers la cuisine puis propose quelque chose à boire à ton invitée. À sa réponse positive, tu ouvres la porte du réfrigérateur et commences à énumérer son contenu. « J'ai du jus d'orange, quelques bières, du lait, sinon j'ai du café dans l'armoire, et il y a toujours de l'eau... »  Un autre rire s'extirpe de tes lèvres, un peu plus anxieux celui-là. « Ouais, j'aurais peut-être dû passer au supermarché avant. »

Tu vas lui servir son choix et, en passant, tes yeux s'accrochent sur les croquis de Krocmou sur le mur. Tu y retournes et les réexamines, comme si faire visiter Lya te fait redécouvrir ton propre appartement par la même occasion. Une vague de nostalgie te submerge alors en te remémorant ton ancienne, et surtout ton ancien compagnon. Comme d'habitude, tu te demandes s'il est bien là où il est, où qu'il puisse être. Si lui aussi pense à toi comme tu peux penser à lui. Probablement, tu ne peux t'imaginer qu'il t'ait oublié. Et en même temps, l'imaginer sous forme humaine te fait douter sur plusieurs choses, et tu te demandes quel genre d'humain peut-il être. « Tu as dis quelque chose? » Tu as cru entendre Lya te parler, et tu te retournes soudainement dans sa direction.« Désolé, j'étais... »  Ton regard revient sur les croquis. « Tu sais, il était génial. C'était le meilleur ami qu'on ne pouvait pas avoir. Et je sais que ça peut paraître stupide, que je peux passer pour un renfermé en manque de compagnie, mais c'était ça. On avait pas besoin de mots, et je savais qu'il me comprenait. Bien sûr que n'importe quel humain aurait pu le faire. » Tu ne sais pas pourquoi tu te mets à te confier comme ça. C'est la première fois depuis que tu es à Fantasia Hill, que tu oses parler de ton passé. Enfin, surtout d'une manière aussi intime. Peut-être que d'une certaine façon, tu peux ressentir que Lya arrive à te comprendre comme tu voudrais être compris. Et c'est ce dont tu aurais le plus de besoin. Après tout ce temps à t'isoler, tu as besoin d'un nouveau Krocmou pour connecter.



« Et je vole, je m'envole vers le vent et vers le ciel. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler EmptyLun 13 Oct - 9:18



☆ ☆ ☆
laissons nos blessures s'envoler 

Ludrick était ce genre de garçon mystérieux et sexy qu'on voit dans les films romantique. Il n'avait pas beaucoup d'amis, intrigué tout le monde et des dizaines de filles rêverais qu'on leurs adresse un sourire. C'était donc un énorme honneur de pouvoir pénétré sa chambre, alors que cette endroit n'était réserver qu'à sa personne. Il sembler beaucoup trop nerveux pour que tu soit sûre si oui ou non, il voulait vraiment que tu soit là. C'était le seul endroit ou il se sentait chez lui dans ce monde-ci, ce monde dont il n'avait aucune envie de rester d'après ce qu'il avait pue te raconté au part avant.

Tu avait visité l'endroit des yeux, avant de toucher un peu à tout. Robert était là lui aussi, il se frayer un chemin entre les croquis au sol et les outils qui décorer le par terre. Tout était si.. Lui ! Que tu ne pouvais t'empêcher de faire un petit commentaire là dessus. Ça lui retirer un sourire, ou un soupire de soulagement, tu ne distingué pas vraiment les deux étant à fond dans la découverte de l'endroit. Il semblais plus détendue, et finissait par entré avec toi, fermant la porte sur son passage. « Tu m'avait pas dit que t'étais un artiste cacher. » fit-tu devant un croquis qui longé la table de travail du jeune homme. « Je ne dirais pas que je suis un artiste. Je bricole, mais, enfin... ce n'est pas du grand art. »  Il passer dans ton dos, t’effleurons au passage avant de te donner une brique de jus de fruit. Vous restez un moment là, devant ce bout de papier qui était clairement une œuvre d'art pour toi. Tu n'avait jamais était douée avec tes mains, pour être honnête, tu n'avait jamais était douée pour quoi que ce soit, tu avait un mal fou à faire des choses à cause de tes médicament, ce n'est pas une excuse bien sur, il y en a qui sont dans un état plus catastrophique que le tiens et qui arrive à faire des choses merveilleuse, mais pour tout cas, tu n'était qu'une âme perdue parmi tant d'autre, bouffer par les médicaments et le train train quotidien. Ta vie avait basculé le jour ou tu avait fait la connaissance de Ludrick et elle ne cesser de dévaler une pente énorme vers des sentiments que tu ne pouvais nommer. Tu n'y connais rien en amour, ni en amitié d'ailleurs, mais tu ne sembler pas être indifférente à cette intention que le jeune à eu à ton égard. Te montré son vrais lui, son petit bout de paradis. « T'as une âme d'artiste quand même, 'fin pour ma part je dessine très bien les cœurs sur de la buée, je pourrais peut être faire une expo un de ses jours. L'art de faire des cœurs sur de la buée ! » dit-tu dans un grand geste pour montré la taille que ferais l'affiche de ton exposition. Tu riais doucement, percer la brique avec ta paille et siroté en silence.

« Tu sais, je suis vraiment contente que tu m'es montrée ton lieu de vie. J'ai lue dans un magasin de science, que c'est comme ça que les loup faisait quand ils ont confiance et qu'ils veulent prendre quelqu'un de nouveau dans leur meute. » dit-tu maladroitement en sirotant ton jus de fruit. C'était complètement débile comme manière de remercier, mais c'était plus originale qu'un simple merci jeté dans une discussion. « Je dit pas qu'on est des loups, 'fin dans un sens ils nous ressembles assez à part la hiérarchie qu'il fait qu'un seul mâle peu avoir toutes les femelles pour fécondé. .. Fin je, je, je veux pas dire que puisque tu m'a emmener dans ta tanière on doit féconder c'est pas ça, je voulais juste dire que, oh mon dieu. » Lya tait toi. « Tu as dis quelque chose? »  te fit-il, en posant ses yeux vert sur toi. Il n'avait rien entendue, et dans ton bafouillement stupide, tu n'avait même pas vue qu'il était partit visité ses penser. Tu passer une main dans ta mèche rebelle et soufflait de soulagement qu'il n'ai pas entendue ton discourt de remerciement à deux balles. « Rien d'important, je disait juste que c'était cool de ta part de m'avoir emmener ici. » finit-tu par dire dans un sourire. « Tu sais, il était génial. C'était le meilleur ami qu'on ne pouvait pas avoir. Et je sais que ça peut paraître stupide, que je peux passer pour un renfermé en manque de compagnie, mais c'était ça. On avait pas besoin de mots, et je savais qu'il me comprenait. Bien sûr que n'importe quel humain aurait pu le faire. » Ludrik passer ses doigts le long du croquis, cette créateur devait être importante pour lui. D'un côté, tu été triste de ne pas me rappeler de ce genre de détail, de l'autre, tu été contente de ne pas te rappeler de la douleur que ça fait d'être loin d'un être qui vous manque. Tu passer ta main sur son épaule et le regarder d'un air compatissant. Il était perdue, ça se sentait. « On a qu'à faire des recherches ? Je sais pas vraiment comment ça se fait, mais on peut essayer ? Prendre un détective et lui demander de le chercher, si ça se trouve il t'attend quelque part ? » Pour une fois que tu n'avais pas une idée stupide, tu était presque fière de le dire. Tu commencer à être fatigué, à force de rester debout. « ça te dérange si je m'assoie ? » dit-tu en pointant le lit du doigt. Tu n'entendis pas sa réponse, mais tes jambes t'ordonner de te reposer. Tu détester qu'on te voit dans cette état là, comme si se lever dix minutes demander une tonne d'effort, c'était pitoyable. De ta main droite, tu saisissait les fils qui entourer ton visage et pris une grande inspiration. Tes poumons s’agite avant de relâcher une grande bouffer d'air. « On pourrait.. » Tu reprenais difficilement ton souffle. « Engager un détective, j'en connais un qui habite ici d'ailleurs ! Il prend pas cher et il pourras retrouver ton meilleur ami. » fit-tu, la main sur ton abdomen.
Revenir en haut Aller en bas
Tadashi Hamada

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: être un héros
Faites place à la vedette
Tadashi Hamada
J'ai posé bagages ici le : 16/06/2014 Jouant le rôle de : tadashi (big hero 6) Nombre de messages : 284 On me connait sous le pseudo : night sky. Un merci à : night sky. (ava&signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : sean o'pry
MessageSujet: Re: (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler EmptyLun 3 Nov - 23:56

lya&ludrik
laissons nos blessures s'envoler

Malgré tes doutes et les quelques réticences que tu as ressenties avant de l'inviter, Lya semble apprécier ton petit bout d'univers. Tu dois l'avouer, tu es en satisfait. Tu croyais que ce lieu ne pouvait être aimé que par toi, mais il faut croire que ton logis a son petit charme qui lui est propre, après tout. Lya se familiarise avec l'endroit en faisant quelques pas et en jetant son regard un peu partout. Elle semble vraiment aimer ce qu'elle découvre, ce qui est bien plus que tu ne l'espérais. Elle te complimente même, en te comparant à un artiste. Tu ne penses pas mériter cette remarque quelque peu élogieuse, n'ayant jamais considéré tes inventions et le reste des tes créations comme de l'art. « T'as une âme d'artiste quand même, 'fin pour ma part je dessine très bien les cœurs sur de la buée, je pourrais peut être faire une expo un de ses jours. L'art de faire des cœurs sur de la buée ! » Tu te mets à rire avec elle. Son humour te remet toujours sur les pieds, et ce depuis le moment où tu l'as rencontrée. Et de plus, le malaise que tu ressentais commence peu à peu à s'estomper. « Moi je trouve ça chouette. Je viendrais à toutes tes expositions et je te ferais de la pub pour attirer les gens. Tu deviendrais super célèbre! »

Tu lui apportes une brique de jus de fruit. Cependant, la vue de tes croquis de ton ancien compagnon sur le mur te plonge soudainement dans tes pensées. Il t'arrive fréquemment de songer à lui. Parfois, quand tu es concentré dans tes travaux et que tu t'arrêtes un petit instant, le simple fait de poser ton regard sur ces dessins te fait perdre quelques minutes. Tu te poses un tas de questions à son sujet. Et alors que tu t'interroges, tu en oublies la présence de ton invitée. Heureusement, tu reprends conscience de la réalité et tu retournes ton attention vers elle.  Par contre, ses paroles précédentes t'ont échappées. « Rien d'important, je disait juste que c'était cool de ta part de m'avoir emmener ici. » Tu rougis un peu. Décidément, tu es trop maladroit pour accueillir quelqu'un chez toi comme il se doit, et tu as affreusement honte. Tu auras à travailler là-dessus. « Je suis désolé, vraiment. Et c'est important pour moi tu sais, de te montrer tout ça. Je suis content que tu aimes l'endroit. » Tu le penses réellement. Mais bien malgré toi, quelques-unes de tes pensées sont restées accrochées sur Krocmou, et tu te confies donc à Lya. D'une certaine façon, tu sais qu'elle pourra te comprendre. Tu la sens te rejoindre et sa main passe sur ton épaule. Ce contact entre elle et toi te réchauffe alors, sans que tu ne puisses déterminer ce que cela signifie. Tu sais toutefois que tu apprécies bizarrement ce léger toucher. Mais tes réflexions ne vont pas plus loin sur ce sujet alors que la jeune blonde te suggère une idée. Des recherches? Tu n'y as pas jamais pensé. Enfin si, ce n'est pas vrai. Mais pas de cette façon-là. Dans ta tête, le seul moyen de retrouver ton ancien dragon est de retourner dans ton monde. C'est pour ça que tu t'acharnes autant. Mais Krocmou n'est pas complètement perdu, il doit bien être là, à Fantasia Hill. « ça te dérange si je m'assoie ? » Elle semble soudainement épuisée. Tu paniques toujours un peu en la voyant ainsi. En fait, tout ce qui est en lien avec sa maladie te rend nerveux. D'où tu viens, les choses comme le cancer n'existent pas, et ça t'effraie. « Ça va? » Tu l'agrippes pour l'aider à s'asseoir sur ton lit et prends doucement place à côté d'elle. Ta main encore posée sur son bras, tes yeux la fixent de manière égarée alors qu'elle a de la difficulté à respirer. « On pourrait.. » Tu ne perds pas une seconde en la voyant se débattre contre son propre souffle pour prendre la parole. « Prends ton temps. » Tu murmures presque, doucement. Comme si la simple force de ta voix pouvait la briser. « Engager un détective, j'en connais un qui habite ici d'ailleurs ! Il prend pas cher et il pourras retrouver ton meilleur ami. » Tu dois te l'avouer, l'idée est bonne. Sacrément bonne. Elle te rend peut-être nerveux, mais tu pourrais enfin retrouver ton meilleur ami. « Vraiment? Qui c'est, ce détective? Tu crois qu'il est suffisamment compétent pour pouvoir m'aider? » Tu l'assailles ainsi de questions, elle qui tient sa main collée sur son abdomen en essayant désespérément de reprendre son souffle. « Tu es sûre que ça va? Je peux faire quelque chose pour t'aider? »



« Et je vole, je m'envole vers le vent et vers le ciel. »
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler (lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(lya&ludrik) laissons nos blessures s'envoler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-