AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-35%
Le deal à ne pas rater :
KARCHER : promo sur nettoyeur haute pression K5 Compact (via ODR ...
241.99 € 369.69 €
Voir le deal

Partagez

« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Vide
« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Vide
« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Vide
« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Vide
« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Vide
« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Vide
« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Vide
 

 « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma EmptyDim 27 Juil - 1:57

Velma ♥ Holliday
Pauvre âme en perdition
L’existence d’un être humain n’était vraiment pas chose aisée, et la petite demoiselle écureuil s’en rendait compte de jour en jour. Lorsqu’elle s’était réveillée il y a quelques mois de ça, munie de bras et de jambes comme le reste du monde, tous ses espoirs de pouvoir reconquérir le cœur du prince d’Angleterre avaient refait surface. Après tout, la barrière qui les séparait autrefois n’était plus et elle avait toutes ses chances sous sa nouvelle enveloppe corporelle. Toutefois, avoir l’apparence d’un humain et se comporter en humain étaient une association que l’ancienne rongeur avait encore du mal à concevoir. Si jadis elle savait flairer le danger et une menace, il en était tout autre dans ce monde où les intentions des humains étaient une chose bien complexe à jauger. Plus d’une fois la pauvre demoiselle s’était fait prendre. Et d’une certaine manière, il en avait été de même pour Arthur.

Dire que pour la première fois, elle avait pu l’approcher. Quand il avait la porte du Coffee Nutt ce matin-là, elle avait senti son cœur s’envoler dans sa poitrine. Toutefois, elle n’était pas assez idiote pour reproduire ses erreurs d’antan et elle avait jugé qu’il faudrait qu’elle change de méthode pour l’aborder. Quelque chose de moins frontal sans doute. Parce qu’elle avait rapidement compris avec son cerveau d’humaine qu’il avait été décontenancé par ses avances trop pressantes. Et puis il était un petit garçon. Aujourd’hui, elle le voyait comme un beau et grand jeune homme. Même l’âge les rapprochait. Néanmoins, elle avait brisé sa chance de lui plaire en réagissant bêtement quand il l’avait abordée sans savoir qui elle était, et le fait qu’il ait vu les photos qu’elle avait prise de lui n’avait rien arrangé. Certes, aux yeux d’Holliday, c’était seulement un acte d’amour et pour toujours avoir son visage près d’elle, mais il y avait un fait incontestable. Elle lui avait fait peur. Une fois encore, elle l’avait effrayée et les dégâts seraient durs à rattraper. D’autant qu’il semblait clair qu’Arthur était à la recherche d’une jeune femme de son ancien monde et que ce n’était pas elle.

Elle était passée par de nombreux stades, devant se confronter à la marée des sentiments humains et à leur intensité. Tant de fois, l’ancienne écureuil s’était demandée comment faisaient les humaines pour supporter autant d’émotions à la fois. L’envie de fuir l’avait d’abord prise, celle de n’être pas plus grosse qu’un insecte, puis la colère et la jalousie s’était emparées d’elle, jusqu’à ce que le désespoir ne se loge finalement dans son cœur et n’y réside depuis plusieurs semaines. Elle avait perdu son travail, son colocataire et ami était parti, mais le plus important était qu’elle avait perdu Arthur… La pauvre petite demoiselle se sentait bien seule et elle regrettait que le sort l’ait transformée en humaine.

Son rêve avait toujours été d’éveiller l’attention du roi de son cœur et de lui plaire, d’être celle qu’il choisirait d’aimer. Depuis qu’elle l’avait rencontré, elle n’avait jamais vécu que pour ce doux objectif. Mais maintenant que tout était voué à l’échec, elle ne trouvait pas d’autres buts à sa présence à Fantasia Hill. Si elle avait cru que c’était autrefois un signe du destin, elle se retrouvait bien penaude avec des bras et des jambes comme les humains à présent. Néanmoins, elle trouvait un bref réconfort en jouant du violon. Elle avait découvert cet instrument ici et elle avait très vite développé un talent évident pour le violon. Chaque jour, elle s’exerçait, seule dans son appartement. Bien malheureusement, tout cela ne lui permettait pas de vivre ou de manger. Parce que même malheureuse, elle n’avait pas perdu l’instinct de survie. Elle suivait il y a encore peu de temps des cours à la faculté, mais elle n’avait même plus le goût d’y aller. Elle songea donc qu’elle pourrait sans nul doute tenter de vivre de son art. Une sorte de saltimbanque peut-être ? Il y en avait en Angleterre. Toujours est-il qu’elle voyait au théâtre une possibilité de gagner de l’argent grâce à cela. Ce fut en traînant des pieds qu’elle s’y rendit, la mine morne et triste. Elle était pourtant déterminée à obtenir un travail, mais le souvenir de son roi perdu la hantait constamment. Elle était un petit cœur brisé et elle avait le plus grand mal à le dissimuler aux yeux du monde.

Elle franchit les portes du théâtre, son violon sur l’épaule. Elle fit quelques pas hésitants à l’intérieur. C’était si grand… si vaste ! Le museau en l’air, elle s’avança, prudemment jusqu’à l’arrière de la scène, vers les coulisses.

« Il y a quelqu’un ? » se hasarda-t-elle mais il ne semblait pas y avoir âme qui vive ici. Elle refit plusieurs fois le tour des lieux, continuant de chercher une présence humaine. « Je suis venue pour une annonce à propos d’une violoniste… »
code by Silver Lungs


Dernière édition par Holliday G. Squirrel le Ven 15 Aoû - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Velma Ursula Octopée

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Anéantir la famille Tysee.
Faites place à la vedette
Velma Ursula Octopée
J'ai posé bagages ici le : 18/07/2014 Jouant le rôle de : Ursula, ou Vanessa... A vous de choisir laquelle des deux vous fait le plus frissonner. Nombre de messages : 167 On me connait sous le pseudo : Asz. Un merci à : Tumblr ♥ Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Eva Green, la plus sexy de toutes les galaxies.
MessageSujet: Re: « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma EmptyJeu 7 Aoû - 16:38


Holliday & Velma

₪ Pauvres âmes en perdition. ₪

« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma T8b1299_727aaa_Lindsey_caged_bird « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Tumblr_n9wjk7om8I1reyogxo4_250

« Je n'ai pas toujours été gentille et sincère. J'ai vraiment mérité le nom de sorcière. Mais vous verrez qu'aujourd'hui, je suis bonne avec autrui. Repentie j'ai voulu faire marche arrière. »

« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma 232722

Sombre. C'était précisément le mot qui correspondait à cet endroit, à cette ambiance, cet environnement qui m'était propre. Le Julieta Theater, où j'enseignais le chant. J'avais depuis toujours aimé l'art dramatique, les choses qui tournent mal et le chant je l'aimais encore plus. Ces pauvres petites voix frêles qui vous font hérisser les poils sans aucune justification valable. Je me souviens avoir eu cette voix, qu'on m'a brisé pour la simple et bonne raison que je n'avais ni le physique, ni la réputation qui convenait à ma voix. J'avais échoué et cet échec était pour toujours le plus terrifiant de ma vie. A présent, j'étais sur la bonne voix pour prendre ma revanche. En tout cas, je jouissais des misères que je faisais subir à mes chers élèves. Ces adolescents, trop inconscient pour savoir qui se tenait en face d'eux. Une sorcière au fond, mais une femme fatale en apparence. Les jeunes demoiselles m'admiraient, j'étais un modèle et je profitais de cette image pour leur extirper la voix qu'un quelconque Dieu leur avait gracieusement donné. Je les poussais à bout, gorge portante. Tantôt dans l'aiguë, tantôt dans le grave. C'était tellement bon de les voir faiblir et de m'apercevoir que quand leurs voix s'éteignaient, ils n'étaient plus rien. Plus rien que de la vermine.

J'avais renoncé à ma voix, personnellement. J'avais enterré ce rêve de devenir une diva que ce soit ici, ou ailleurs. A Fantasia Hill ou dans les fonds marins. Je n'avais que d'yeux pour la souffrance que je devais infligé aux autres, afin d'oublier la mienne. Mais dernièrement, les choses ne se déroulaient que trop lentement à mon goût. Un lien minime mais prometteur s'était créé avec l'une des sœurs Tysee, un lien qui me permettrait d'arriver à mes fins. Mais cela avec un peu de patience. Pour ce qui était de mes élèves, ils n'étaient pas nombreux ces temps-ci. Les grandes vacances d'été les éloignaient de la ville et je me retrouvais assise sur une chaise, à contempler le théâtre mort. Je m'amusais à n'allumer que les grands spots éclairant la scène et je laissais dans la pénombre total la salle du public. Et puis, pendant des heures, j'y plongeais mon regard. Cela me rappelait les abysses de mon ancien monde. Un monde si noir en profondeur, qu'il était impossible de cerner la moindre ombre à vingt mètres.

Pour être honnête, je m'ennuyais. Je n'avais pas non plus énormément de clients dans le besoin d'assouvir leurs dépendances à mes talents d'herboriste. J'avais donc décidé de passer une annonce dans la gazette de la ville et de faire poster l'information un peu partout dans les bars et autres lieux soit-disant "conviviaux." Cette annonce, tout à fait anodine, exprimait mon envie et mon besoin de posséder un musicien jouant piano -ou autre instrument classique- afin d'accompagner mes élèves lorsqu'ils chantaient. Je n'espérais aucun retour, sachant pertinemment qu'il ne faut jamais rien attendre de personne, hormis de soi. Cependant, j'avais songé que je n'étais pas forcé de manipuler et rabaisser uniquement les chanteuses ou la famille Tysee. Après tout, chaque personne possédant une once de bon sens était mon ennemi et il me semblait qu'une grande partie des habitants de cette petite ville était un minimum sympathique. Je n'avais donc eu aucun scrupule à passer cette annonce, sans pour autant espérer un quelconque retour.

J'avais donné adresse et date de rendez-vous pour une audition sur cette même annonce, qui serait bientôt aux oubliettes. En tant que femme responsable de mes actes, je m'étais présentée au théâtre pour faire bonne figure et accueillir un probable intéressé, à l'heure précise qui était indiquée. J'avais passé de nombreuses heures assise, à contempler un public évanouis qui ne viendrait jamais pour ma voix. Jusqu'à ce qu'une petite voix résonne dans mon paisible chaos. « Il y a quelqu’un ? Je suis venue pour une annonce à propos d’une violoniste… » couinait la voix en question. Je me levais, un rictus mauvais s'étirant au coin de mes lippes rouges carmin. Quelques pas et je gagnais l'entrée de la scène, là où j'apercevais la demoiselle. Petite, timide, sage et curieuse. Il ne m'avait fallut que d'un regard pour cerner la personne que j'avais en face de moi. C'était là la proie parfaite, celle de mes rêves, celle que j'utiliserai sans aucune raison valable.

« C'est par ici, Mademoiselle. » éludais-je en prenant un ton autoritaire qui était plus naturel que calculé. « Je vous en prie, montez. » D'un bras tendu, je l'accueillais sur la scène où elle regretterait pour toujours d'avoir répondu à cette annonce. « Puis-je connaître votre nom et prénom ? » Je sortis un petit calepin de la poche de mon tailleur, ainsi qu'un stylo, afin de prendre note quelques informations au sujet de la candidate. « Et, aussi, j'aimerai connaître votre âge ainsi que votre adresse. Ceci dans un but administratif, bien sûr. » Si mon air autoritaire était naturel, celui d'une inquisitrice l'était moins. Je n'étais pas de ces personnes trop curieuses, qui en demandent trop pour ensuite élaborer des stratégies mauvaises et fichues d'avances. J'étais plutôt de celles qui ne parle pas, qui ne dise mot pour capter les moindres failles de chaque individu secrètement, dans l'unique but de l'achever de manière pointilleuse. De faire monter la torture crescendo. Et de l'abattre d'un coup sec, mais douloureux.



Codage by Bird for all forums ©


And now, sing !

Down on the West Coast, I get this feeling, like it all could happen. That's why I'm leaving you for the music, you for the music. It's true, it's true
« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma 39670_c34bb
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma EmptyVen 15 Aoû - 18:00

Velma ♥ Holliday
Pauvre âme en perdition
Incertaine, Holliday déambulait comme un fantôme dans cette grande salle de spectacle. Elle naviguait entre les fauteuils, observait la scène. Les habitudes des humains lui semblaient si étranges. Une scène pour des représentations afin de les divertir. Elle trouvait ça bien plus qu’étonnant. Mais à bien y réfléchir, il était vrai que c’était une chose plaisante pour elle. Quelques fois, il lui était arrivé de se rendre au cinéma ou de voir des gens qui faisaient des spectacles dans la rue, comme elle-même y faisait du violon parfois. C’était vraiment un univers merveilleux qui avait tant à offrir pour le petit écureuil qu’elle était autrefois. Bien malheureusement, tous les plaisirs du monde humain n’avaient plus aucune saveur sans son Arthur, sans ce prince de l’ancien temps qui faisait tant battre son cœur. Holliday aurait sans doute pu se satisfaire de continuer de rester dans son ombre, de le suivre de loin sans que jamais il ne se rende compte de sa présence ou qu’il ne la voit. Tant qu’elle était près de lui, peu lui importait. Toutefois, elle avait touché son rêve du bout des doigts. Le destin l’avait mené proche d’elle, lui avait offert une ouverture afin de l’approcher. Et comme elle regrettait de s’être jetée à corps perdu dans cette brèche, d’avoir saisi cette main tendue du destin qui n’avait su se montrer que retord et cruel car maintenant, elle savait qu’il la détestait et qu’elle n’avait plus aucune chance d’être aimée de cet homme qui avait su faire battre son cœur jadis.

Elle ne cessait de se morigéner intérieurement d’avoir pu penser qu’un seul instant elle aurait pu avoir une chance. Elle se rappelait la joie immense qu’elle avait ressentie quand en se réveillant un matin, elle avait pris forme humaine. Son rêve pouvait enfin se réaliser. Seulement, elle n’avait pas songé un seul instant que malgré sa nouvelle apparence, elle restait ce petit écureuil, cette petite créature qui n’avait rien d’humain et qui ne comprenait pas les usages des hommes. Et c’était bien ce qui lui avait coûté son amour et qui allait lui coûter bien plus par la suite…

Sa voix finit par s’élever pour aller quelqu’un, l’endroit étant désert. Pourtant elle ne s’était pas trompée n’est-ce pas ? Son étui à violon flanqué sur le dos, elle s’avança prudemment vers les coulisses quand une fine silhouette en surgit à l’entrée de la scène. D’abord surprise, elle finit par esquisser un sourire.

« Oh je commençais à croire que je m’étais définitivement trompée. » lança-t-elle avec un petit sourire timide.

Holliday n’était pas très à l’aise, ni rassurée. Elle avait encore du mal avec les rapports avec les humains, puis elle craignait de compromettre sa place. Après tout, cette fois, elle comptait bien obtenir une place pour avoir un nouveau travail, ayant été congédiée de son ancien poste au Coffee Nuts.

« C’est pas ici, Mademoiselle. Je vous en prie, montez. »

L’observant d’en bas, l’ancienne écureuil releva son petit museau vers cette femme à la beauté envoûtante et sauvage. Il y avait une part de mystère dans son regard qui était extrêmement troublant pour elle, et surtout, hypnotisant. Il lui fallut quelques secondes pour sortir de sa contemplation. Elle s’empressa alors de monter sur scène, gravissant rapidement les marches qui la séparait de la femme qui avait passé l’annonce. A peine fut-elle sur cette scène, qu’Holliday se trouve assaillie de questions. Se faisant toute petite, elle répondit d’une voix fluette.

« Je m’appelle Holliday Squirrel. J’ai vingt ans. Enfin je crois... » s’appliqua-t-elle à expliquer bien que la dernière déclaration soit étonnante. Toutefois, elle ne pouvait réellement être certaine de son âge. Seulement quand elle était arrivée ici, elle s’était retrouvée avec des papiers d’identité qui précisait vingt ans. Elle se fiait donc à cela. « Et je vis au Méli-Mélo House dans la chambre 42 du 6ème dortoir. »

Le ton autoritaire qu’employait la jeune femme forçait l’intimidation de la jeune fille qui n’osait relever la tête de peur de croiser son regard. Elle répondait aussi rapidement et précisément qu’elle le pouvait, tordant ses mains de gêne. Avec un courage qu’elle puisa on ne sait où, elle prit la parole.

« Je… j’ai apporté mon violon bien entendu… » confia-t-elle en faisant descende l’étui de son épaule pour lui présenter. « J’ai appris seule mais je crois que je ne suis pas mauvaise. Je joue dans la rue et les gens aiment beaucoup ce que je fais. Je… je suppose que vous souhaitez que je vous montre ? » se hasarda-t-elle, osant hausser son regard à celui de sa potentielle employeuse.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Velma Ursula Octopée

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Anéantir la famille Tysee.
Faites place à la vedette
Velma Ursula Octopée
J'ai posé bagages ici le : 18/07/2014 Jouant le rôle de : Ursula, ou Vanessa... A vous de choisir laquelle des deux vous fait le plus frissonner. Nombre de messages : 167 On me connait sous le pseudo : Asz. Un merci à : Tumblr ♥ Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Eva Green, la plus sexy de toutes les galaxies.
MessageSujet: Re: « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma EmptyDim 17 Aoû - 15:58


Holliday & Velma

₪ Pauvres âmes en perdition. ₪

« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma T8b1299_727aaa_Lindsey_caged_bird « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Tumblr_n9wjk7om8I1reyogxo4_250

« Je n'ai pas toujours été gentille et sincère. J'ai vraiment mérité le nom de sorcière. Mais vous verrez qu'aujourd'hui, je suis bonne avec autrui. Repentie j'ai voulu faire marche arrière. »

« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma 232722

Face à la jeune femme, je ressemblais à une reine. Et encore, il me semble que je suis modeste. Elle portait sur son visage cet air triste, naïf, perdu qui indique directement à quel point la personne est influençable. Et puis, ce dos légèrement voûté par la peur. Je l'impressionnais, et j'aimais particulièrement cette idée. Pour ma part, je me tenais debout, droite comme un piquet, les bras croisés contre ma poitrine -signe que j'étais terriblement fermée à toute sympathie- et mon regard cherchait inlassablement celui de la candidate, dans le but de lui faire encore plus sentir qu'elle n'avait pas le droit à la moindre erreur si elle voulait détenir ce poste. Au fond de mon coeur noyé, j'espérais sincèrement qu'elle soit douée dans son instrument. Car, si elle possédait le don du violon et le don de la naïveté, je ne ferai qu'une seule bouchée de cette enfant et elle serait à ma merci, aussi longtemps que je le désirerai. Bien sûr, il me faudrait user de mes méthodes. Entre autre celle de m'intéresser à sa vie minable, à ses rêves futiles et ses espoirs hilarants, pour ensuite lui promettre que je les accomplirai pour elle. Foutaises, alors que je ne ferai que l'en éloignée un peu plus.

Telle une proie en captivité, ou tout simplement une bonne élève prisonnière, elle répondait à mes questions, aussi rapidement que je lui avais posé. Je hochais la tête, plutôt satisfaite de ses réponses, que je notais ensuite avec grand soin sur la fiche de renseignement du calepin. Holliday était un prénom prometteur, plutôt sympathique, qui donnait envie de recevoir tout les rayons de soleil sur sa peau. Mais ce n'était pas mon cas. De mon point de vue, son prénom était écoeurant et je savais pertinemment que je n'arriverai jamais à le prononcer. Je la torturerai donc en prenant soin de garder la politesse en l'appelant par son nom de famille. Cependant, je hossais un sourcil lorsqu'elle laissait entendre qu'elle n'était pas sûre de connaître son âge. Je m'arrêtais de noter, mon regard violant le sien sans honte. « Vous croyez ? Étrange. Vous êtes bien la première personne que je rencontre et qui n'est pas certaine de son âge. Voyez-vous Mademoiselle, si vous souhaitez obtenir ce poste, il vous faudra être un peu plus certaine de ce que vous avancez. Et si vous osez, ne serait-ce qu'esquisser un mensonge, sachez bien que je vous le ferai ravaler comme il se doit. »

Mes mots étaient francs, secs et surtout emplis de noirceur et de rancune, perceptibles à des kilomètres du lieu où nous nous trouvions. Mes iris d'un bleu opaque restés figés dans ceux, tantôt émerveillées, tantôt effrayées de la demoiselle. Puis d'un nouveau haussement de sourcil, je lui fis comprendre que j'en attendais à présent bien plus d'elle, après les banales informations qu'elle avait déjà eu un peu de mal à me donner sans se recroqueviller sur elle même. D'un geste saccadé et peu confiant, elle fît glisser l'étui de son épaule et le déposa avant de me demander d'un air de chien battu si je souhaitais qu'elle me montre ses talents. Soudainement, je n'étais plus si sûre de savoir si je voulais de cette jeune empotée en tant qu'assistante. Si elle était toujours aussi mièvre et appeurée, je perdrais plus mon temps qu'autre chose. Perdant donc patience, je soupirais longuement en roulant des yeux, sans bouger d'un pouce pour autant. « Bien évidemment, Mademoiselle. Vous n'êtes pas là pour que je vous offre le thé, à ce que je sache ! » La froideur de ma voix se transformer peu à peu en un agacement qu'elle semblait comprendre car, aussitôt dit, aussitôt fait, elle s'empressa de sortir son violon et de laisser ses doigts fins et tremblant le parcourir. Je m'inquiétais maintenant de savoir si son manque de professionnalisme serait au même niveau dans son art. C'est ainsi que, pour lui laisser de l'espace, je me reculais de deux pas, les bras croisés, prête à écouter ce qui serait une monstruosité ou une merveille. Pas d'entre deux, avec moi.



Codage by Bird for all forums ©


And now, sing !

Down on the West Coast, I get this feeling, like it all could happen. That's why I'm leaving you for the music, you for the music. It's true, it's true
« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma 39670_c34bb
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma EmptyJeu 28 Aoû - 20:36

Velma ♥ Holliday
Pauvre âme en perdition
Il était avéré que la petite demoiselle écureuil avait été par le passé un petit animal doux et craintif, guère élevée dans la chaîne alimentaire. Elle était d’un caractère souple et elle savait reconnaître le danger quand elle le voyait. Elle ne s’était trouvée embrasée d’une flamme guerrière que lorsque la vie du tendre élu de son cœur s’était trouvée menacée, aux griffes d’un loup qui souhaitait en faire son repas. A cet instant, elle n’avait pas réfléchi aux risques qu’elle encourait par un pareil geste. Elle avait seulement pensé à la survie de son aimé et au bonheur de le savoir en sécurité. Toutefois, sous ses dessus désormais humains, la jeune demoiselle avait tout perdu de ses instincts qui lui dictaient où se trouvait la présence du danger ou non. Et présentement, elle ne le voyait pas dans le regard de son interlocutrice la lueur malsaine qui y brillait, ni les tourments qu’elle lui prévoyait. Le comportement humain était une chose bien complexe pour Holliday et elle ne se voyait pas fonder de fausses suppositions sur les attitudes des gens qui l’entouraient. Elle s’était déjà suffisamment trompée au sujet d’Arthur. Elle ne souhaitait pas commettre une seconde bévue en présence de sa potentielle employeuse.

Elle répondait donc aux questions avec une docilité proche de l’avilissement. Quelque chose chez cette femme la mettait mal-à-l’aise. Une lueur dans ses prunelles claires, un éclat dans la rigueur de son visage, l’étrange atmosphère qu’elle répandait dans son sillage. Si bien que la petite écureuil dansait d’un pied sur l’autre, ne sachant réellement que faire, qu’ajouter de plus. Elle répondait avec une rigueur exemplaire, se demandant à chaque fois si elle devait compléter ses réponses d’autres informations. Surtout que concernant son âge, sa réponse s’en trouvait bien amaigrie.

« Vous croyez ? Étrange. Vous êtes bien la première personne que je rencontre et qui n'est pas certaine de son âge. Voyez-vous Mademoiselle, si vous souhaitez obtenir ce poste, il vous faudra être un peu plus certaine de ce que vous avancez. Et si vous osez, ne serait-ce qu'esquisser un mensonge, sachez bien que je vous le ferai ravaler comme il se doit. »

Il avait été idiot de répondre avec autant d’hésitation à la femme. Certes, elle ne souhaitait pas s’avancer sur quelque chose qu’elle maîtrisait aussi mal, mais elle oubliait parfois que le reste du moins n’était pas des personnages de conte qui s’étaient tout à coup perdus à Fantasia Hill. Alors à cette réponse tranchée et sans appel, Holliday frémit. Elle s’empressa de hocher vivement de la tête, de grands yeux ronds de frayeur plantés dans ceux de la femme aux cheveux noirs de jais. Elle n’avait nullement souhaité provoquer de telles menaces de sa part et la froideur dans ses propos la dissuadait bien de susciter son courroux un jour. Puis pour une raison étrange, la beauté presque malsaine et inquiétante de son interlocutrice la transperça et elle en resta pantoise, incapable de reprendre son sang-froid. Elle était pétrifiée par ce qu’elle voyait, par cette aura envoûtante et redoutable qu’elle dégageait autour d’elle, comme un sortilège.

Ce fut un terme d’un effort considérable qu’elle décrocha ses prunelles des siennes pour reprendre de la contenance. Il lui fallut quelques secondes pour reprendre ses esprits et elle recentra son attention sur ce qu’elle était venue faire ici. Son violon. Elle lui fit promener de son épaule à ses mains, sortant l’instrument de son précieux étui. Elle proposa donc de faire écouter sa musique à la femme. Elle savait qu’il n’y aurait que par ce moyen qu’elle pourrait espérer gagner l’estime de cette femme qui l’attirait autant qu’elle désirait la fuir.

« Bien évidemment, Mademoiselle. Vous n’êtes pas là pour que je vous offre le thé, à ce que je sache ! »

Cette nouvelle réplique cinglante, teintée d’exaspération ôta la parole à Holliday. Elle sentit un froid glacial lui parcourir l’échine et elle frissonna d’effroi. Etait-il possible qu’une telle personne soit aussi effrayante ? Les autres humains n’étaient pourtant pas ainsi…
N’attendant pas une seconde plus, Holliday porta le violon à son cou. Elle recula de quelques pas pour se donner un espace suffisant et s’éloigner autant qu’elle le pouvait de ce pouvoir maléfique que la femme répandait autour d’elle. Elle avait besoin de toute son âme pour jouer, et elle avait la sensation que de seconde en seconde, cette femme lui aspirait. Elle leva son archet d’une main tremblante, mais elle marqua un temps d’arrêt avant qu’il ne vienne frôler les cordes. Elle ferma les yeux, prenant une grande inspiration pour faire le vide en elle. C’est alors que l’image d’Arthur s’imprima dans son esprit et qu’elle se détendit progressivement. Guidée par cet amour qui la consumait et la douleur qu’il lui procurait en même temps, sa main se posa d’elle-même sur les cordes qui se mirent à vibrer. Le tremblements de ses doigts s’interrompit et ils se mirent à courir sur le manche avec dextérité et vivacité. D’abord quelques notes douces, une mélodie qui naissait à peine, comme un bouton de rose jusqu’à ce qu’elle s’épanouisse et envahisse tout l’espace. Elle ne réfléchissait plus, seulement entraînée par la musique qui s’échappait de l’instrument. La complainte du violon gagna tout le théâtre. Elle la laissa pénétrer son être, posséder son âme, adoucir son cœur. La peur avait été chassée par la symphonie que le frottement des cordes et de l’archet provoquaient ensemble dans une harmonie parfaite. Et tout à coup, le morceau s’acheva et la jeune écureuil rouvrit brusquement les yeux, reprenant une grande respiration comme si elle avait été en apnée toute la durée de la partition qui était imprimée dans sa tête. Elle releva un regard timide vers la femme qui se trouvait face à elle.

« Cela… cela vous convient madame ? Faut-il que je joue encore ? »

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Velma Ursula Octopée

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Anéantir la famille Tysee.
Faites place à la vedette
Velma Ursula Octopée
J'ai posé bagages ici le : 18/07/2014 Jouant le rôle de : Ursula, ou Vanessa... A vous de choisir laquelle des deux vous fait le plus frissonner. Nombre de messages : 167 On me connait sous le pseudo : Asz. Un merci à : Tumblr ♥ Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Eva Green, la plus sexy de toutes les galaxies.
MessageSujet: Re: « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma EmptyDim 31 Aoû - 0:19


Holliday & Velma

₪ Pauvres âmes en perdition. ₪

« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma T8b1299_727aaa_Lindsey_caged_bird « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Tumblr_n9wjk7om8I1reyogxo4_250

« Je n'ai pas toujours été gentille et sincère. J'ai vraiment mérité le nom de sorcière. Mais vous verrez qu'aujourd'hui, je suis bonne avec autrui. Repentie j'ai voulu faire marche arrière. »

« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma 232722

C'est les bras croisés, que j'attendais impatiemment que la musique s'envole. Je m'étais faite toute petite, exceptionnellement, afin que la jeune fille puisse se concentrée et me donner le meilleur d'elle-même. Ensuite, quand j'aurai vu son niveau, elle n'aura jamais aucune excuse pour jouer moins bien, même si je deviens des plus sadique avec elle. Après tout, si elle était douée, elle devait l'être à chaque fois, avec la même rigueur et ça, malgré les barrières. Evidemment, je finirai par la faire flanchée, mais ce stratège elle ne devait pas le deviner. Ce serait par surprise qu'elle serait frappée à grand coup par mes pouvoirs de tortionnaire. Je laissais un doux soupire s'échapper de mes lèvres lorsque je songeais à cette opportunité qui s'offrirait peut-être. Elle devait tout me prouver maintenant, afin que je sache si c'était à elle que je ferai le plus grand mal. Après tout, il me fallait modeler mes tortures et les adapter à mes victimes.

Soudainement, elle leva le bras qui tenait son archet. Lentement, dans un silence presque religieux, j'eue comme l'impression que son corps devenait soudainement possédé par une magie qui m'était inconnue. J'étais d'ailleurs bien frustrée de découvrir l'aura magique du violon, que dégageait cette jeune femme. Et puis, quelques instants plus tard, une mélodie douce et lente prit timidement place dans le théâtre. D'abord, elle envahit l'espace de mademoiselle Squirell. Ensuite, avec plus de présence, celui de la scène. Et comme un feu d'artifice, elle conquit les sièges vides, la noirceur du public, la splendeur terrifiante et géante du théâtre tout entier. Ses cordes virevoltaient avec grâce et force à la fois. J'aurai presque douté que c'était ce petit bout de femme qui arrivait à produire telle magie, telle énormité. J'étais surprise par tant de sincérité et de passion dans l'instrument qu'elle pratiquait et, surtout, la manière dont elle le pratiquait. De plus, hormis l'émotion et la mélodie, tout était juste techniquement. J'étais conquise. Bien plus que par ses paroles, en tout cas.

« Cela… cela vous convient madame ? Faut-il que je joue encore ? » Je fus presque triste de voir la mélodie s'évanouir et entendre sa voix de petite mièvre s'étouffer d'anxiété. Sans quitter ma place, je lui lançais un regard noir, qui se voulait presque provocateur. Et puis, dans un élan de délicatesse, je me mis à applaudir, laissant l'ombre d'un rictus écorcher mes lèvres. Cependant, l'applaudissement ne dura pas des heures, mais suffisamment longtemps pour que ça la mette mal à l'aise. J'avais cerné la petite et je savais qu'une vague de reconnaissance la mettrait dans tous ses états. Je finis par m'approcher d'elle, lentement, laissant mes talons aiguilles résonner comme l'annonce d'un mauvais présage. Mon regard d'un bleu saisissant ne quittait pas ses petites prunelles rondes et apeurées, tout autant qu'admiratives d'ailleurs. « Vous êtes plutôt convaincante, quand vous ne parlez pas. C'est le violon qui devrait remplacer vos cordes vocales, ce serait bien plus agréable. Vous maîtrisez votre art, félicitations. Cela me convient, comme vous le précisez parfaitement. »

Je n'étais à présent plus qu'à quelques centimètres d'elle et je me tenais droite comme un piquet, afin d'être bien plus grande que sa petite personne pour lui faire comprendre à quel point l'autorité ne serait pas mince à mes côtés. Cependant, elle ne flanchait pas, malgré sa peur. Elle était bien trop intriguée pour ça. Et puis, elle avait besoin d'argent et ça, c'était la carotte qui la ferait avancer dans mes pièges les plus sombres. En tout cas, ce serait le début de mes appas. Il me faudrait quelques jours pour dénicher ce que cette enfant désirez vraiment, au plus profond de son coeur en guimauve. « Dîtes-moi, mademoiselle Squirell, depuis combien de temps pratiquez-vous le violon ? » Mes mains reprirent possession du petit calepin d'informations que j'avais glissé sous mon bras durant la démonstration et, habilement, je fis sortir la mine du stylo pour continuer à me renseigner sur la demoiselle. J'appréhendais à présent les instants où elle s'exprimerait, elle qui n'avait aucune tenue, aucun professionnalisme. Peut-être pourrais-je parler violon afin qu'elle n'ouvre plus la bouche ?



Codage by Bird for all forums ©


And now, sing !

Down on the West Coast, I get this feeling, like it all could happen. That's why I'm leaving you for the music, you for the music. It's true, it's true
« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma 39670_c34bb
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma « Pauvre âme en perdition » ₪ Velma Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

« Pauvre âme en perdition » ₪ Velma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Suite de l'arrivé d'une pauvre Neko (hentaï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-