AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-42%
Le deal à ne pas rater :
PANDA Lit enfant cabane brut – Bois pin massif naturel – ...
129.99 € 225 €
Voir le deal

Partagez

(kyle&mae) Et je savais que te perdre, c’était aussi me perdre.  Vide
 

 (kyle&mae) Et je savais que te perdre, c’était aussi me perdre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: (kyle&mae) Et je savais que te perdre, c’était aussi me perdre. (kyle&mae) Et je savais que te perdre, c’était aussi me perdre.  EmptyLun 4 Aoû - 23:33



☆ ☆ ☆
Et je savais que te perdre, c’était aussi me perdre. 

« Je ne serais jamais plus le même. Jamais. Tu sais pourquoi ? A cause de toi. » l'horloge indiquer six heures du matin. Un ciel rosé, adoucie par les rayons du soleil. Une tendre brise se lever, infiltrant les trous de mon pull en laine, j'eus un frisson. Non pas pour la brise, mais pour les mots que Kyle venais de me lâcher comme ça, sans parachute. Ça ressemblais a une déclaration d'amour ou encore les paroles d'un gars hyper hipster mystérieux dans un livre de Stephen King, mais sortant de sa bouche et de la manière dont il les avaient dites, ça ressemblais à une reproche. Sur le chemin du retour, le RER était vide comme à chaque fois. Une odeur de monsieur propre et de reproche planer dans l'air. Je savait que si je poser des questions, il allais me remballer et que si je n'en poser pas, il se vexerais en prétendant que j'en avait rien à foutre de lui. Je me suis donc lever pour m’asseoir à côté de lui, espérant un geste amicale dont il me faisait par, tel sa main sur mon épaule ou même un baiser sur ma tempe mais rien. Son regard, vide, se laisser aller sur les graffiti dessiner le long du chemin et nos respirations comme seule musique d'ambiance. Je suis rentré par la fenêtre de la chambre de Lyssa, m'allonger sur son tapis à me demander ce que j'avais fait aux dieux ce que j'avais bien pue faire.

Deux mois ce sont écouler.  Les deux plus long mois de toute ma vie. Plus de message à trois heures du matin pour une  viré à la grotte magique, plus de starbucks le lundi avant le début des cours, plus de message cochon au beau milieu du cours de Français avancer, non, plus rien. Un silence aussi stressant et angoissant qu'une peine de mort, pas un seul mot, ni de statue viser, ni de retrouvailles dans un coin secret. Nous étions comme deux personnes inconnue, des étranger aillant partager la même barque et qui sait finalement trouver un bateau de croisière. Il me manquer, c'était devenue insoutenable. Tout me ramener à lui. Et les matinées passer au tribunal en compagnie de Margo qui se battait pour me récupéré et Ileam qui me lancer des regards coupable me fatigué. Je ne me sentait plus chez moi nul part, je voulais retrouver un peu de ma vie passer et la seule personne qui pouvais me donner cette sensation de maison, c'était lui.

« KYLE ! » hurlai-je du haut de mes un mètre soixante. « KYLE ! ARRETE DE TE BRANLER ET SORS DE LA! » continuai-je dans une voix un peu plus forte. Agaçait, je saisisser un cailloux et le balancer contre la fenêtre de sa chambre. Et encore un, et encore un autre. Je m'étais decider à venir le voir malgré la tonne de chose qui m'étais prévue pour le lendemain. Je m'étais donc faufiler de l'appartement de Lyssa pour empreinte le chemin que nous avions l'habitude de prendre avant de prendre le RER, seule. Arriver à destination, je chopper une bouteille de vin rose dans mon soutif' et deux grand verre à pied pour faire "comme les grands". Une soirée sur le toit de l'école, la tête dans les étoiles, c'était ce que je voulais. Mais pour ça, il faudrait qu'il se décide à descendre de son petit nid. « KYLE BORDEL DE MERDE JE VAIS TE FRAPPER ! » dis-je sur un ton menaseur. Epuiser par ses conneries, je finit par escalader la fenêtre tel Roméo pour récupéré Juliette. Je saisit les rebord de la fenêtre de son voisin et sans problème me hisser jusqu'au deuxième étage. A sa fenêtre, je le vis, assis sur le sol en caleçon, une bouteille de coca zero sur sa droite, sa manette entre ses jambes et son casque sur la tête. Je soupirais grandement en apercevant ce geek de première classe et frapper avec hardeur sur la vitre. « KYYYYLE »
Revenir en haut Aller en bas
 

(kyle&mae) Et je savais que te perdre, c’était aussi me perdre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il était une fois la légion [DVDRiP]Guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-