AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -50%
-50% sur les tongs Havaianas Brasil en noir
Voir le deal
11 €

Partagez

SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. Vide
SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. Vide
SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. Vide
SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. Vide
SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. Vide
 

 SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Neo

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: devenir danseuse étoile unijambiste.
Faites place à la vedette
Neo "Cheshire" R. Burton
J'ai posé bagages ici le : 29/10/2013 Jouant le rôle de : Cheshire, l'esprit étrange sous forme féline. #teamwonderland Nombre de messages : 434 On me connait sous le pseudo : wednesday' (cam). Un merci à : hey jude (avatar) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : rdj, la perfection.
MessageSujet: SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. EmptyLun 18 Aoû - 14:08



Now and then I think of when we were together like when you said you felt so happy you could die. Told myself that you were right for me but felt so lonely in your company, but that was love and it's an ache I still remember.
let's talk.

Tu ravalas un petit sourire tout fier en recevant le texto de Luc, qui aussi étonnant soit-il, t'envoyas quelques mots doux par message, qui surent immédiatement te faire rougir. Cela faisais à peine quelques jours que vous étiez ensemble – évidement Mitaine n'en savait rien – et t'avais pourtant l'impression que c'était le grand amour. Tu ne pensais plus à rien, tu te sentais plus léger ses derniers temps. Tu pensais le malheur bien loin de toi, et en ce moment tu allais bien. Tu ne savais évidement pas, que quelques jours plus tard, t'aurais le droit à une insulte taguée en rouge sur ton casier, qui te pousserais à tout changer dans ton comportement : non, ce jour là, t'étais heureux, pas trop mal dans ta peau, encore si doux et gai (gay). Mais aujourd'hui, c'était un jour spécial, puisque c'était la saint « Catherine of Sienna » soit, la fête de ta superbe Mitaine, et tu tenais évidement à lui souhaiter. C'était surtout en quelque sorte l'occasion de dîner en tête à tête avec elle, mais aussi de lui parler de Luc, évidement. Parce que Sienna n'était pas au courant du fait que vous étiez désormais officiellement ensemble, et pour être tout à fait honnête, tu appréhendais un peu sa réaction. Tu savais quelle avait de gros soucis avec lui – d'ailleurs justifiés – depuis qu'il t'avait fait... Enfin, ce qu'il t'avait fait quoi. Le tout c'était surtout de lui expliquer correctement et clairement ce qui faisait désormais de lui quelqu'un de respectable, et surtout de si cher à ton cœur. La tâche se destinait plutôt compliquée, dans le sens où t'étais resté enfermer quatre jours à pleurer à cause de lui, avant qu'il t'avoue enfin ses sentiments. Mais t'avais besoin de lui dire la vérité, c'était important pour toi, qu'elle approuve – il ne fallait peut être pas rêver – mais au moins qu'elle le sache. Tu voulais tenter de lui expliquer, pour ne plus avoir à lui cacher des choses. T'avais horreur de ça. Sienna était ta meilleure amie, et dans tes rêves les plus fous, elle était ta témoin à ton mariage alors... Quoique tu t'emballais un peu, tout de même.

T'attendis patiemment qu'elle rentre du travail, dressant une jolie table pour deux, et préparant l'une de tes recettes dont toi seul avait le secret : évidement, tu lui avais fait du poisson, sachant à quel point elle pouvait adorer ça. Tu nourris Sparrow, le chien, qu'elle avait finalement accepté – après de nombreuses réticences et à condition qu'il n'entre jamais dans sa chambre. Puis tu allas mettre une jolie chemise blanche que t'avais repassé la veille, et tu te mis à tes devoirs. T'entendis la porte d'entrée crocheter vers les vingt-heures trente, et un immense sourire s'empara de tes lèvres alors que tu reposais ton livre de mathématiques – quel calvaire – pour aller l'accueillir dans l'entrée. « Hey, je t'attendais. Tu dis avec un petit sourire. Joyeuse saint Sienna ! Pour l'occasion j'ai préparé le dîner, t'as faim j'espère ? » Tu vins déposer un baiser sur sa joue, tout content de la voir puisque tu l'avais raté de peu ce matin en filant au lycée. « Si madame veut bien se donner la peine de rejoindre la cuisine... » Tu dis, imitant un maître d’hôtel avec un petit accent français improvisé comme dans les grand restaurants de Paris, la ville de tes rêves. Tu la laissas rejoindre la cuisine avant de venir t’asseoir en face d'elle, et de faire une petite moue désolée. « Bon j'ai pas de champagne, j'suis désolé... » En plus d'avoir dépensé tes dernières économies pour un petit cadeau pour ta meilleure amie, t'aurais jamais su quel champagne acheter, alors t'avais préféré ne pas te concentrer là dessus. « Ta journée s'est bien passée ? » Tu demandas alors, lui souriant un peu en lui demandant du coup ce qu'elle voulait boire.



made by pandora.



Vous avez peut-être en effet remarqué que je n'ai pas toujours toute ma tête ?
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. EmptyLun 25 Aoû - 16:31



never let me go
ft. Sienna M. Jones, Zackary "Volt" M. Howard.
J'avais eu une journée particulièrement chargée aussi. Je n'aimais pas spécialement courir et, aujourd'hui, j'avais passé mon temps à faire ça, aller à droite et à gauche pour faire plaisir à un patron un peu trop chiant, mais que voulez-vous, j'avais besoin d'argent donc je devais faire ce que monsieur souhaitait si je voulais garder mon job. Je passais mon temps à être gentille, souriante, polie ... Alors que dans ma tête, je rêvais de l'envoyer bouler. Actuellement, je ne voulais qu'une seule chose, rentrer à la maison, balancer mes chaussures le plus loin possible et m'affaler sur le canapé devant une série B en me goinfrant de popcorn ou tout autre sucrerie. Mais ... À vrai dire, ce n'était pas vraiment le plan qu'on m'avait réservé.

En rentrant à la maison, je trainai les pieds, shootant en même temps dans un caillou en balançant quelques injures dans ma barbe. Ce genre de journée avait le don de me mettre de mauvaises humeurs, j'avais envie de hurler sur la prochaine personne qui passerait à côté de moi pour lui exprimer le fond de mes pensées. Mais, plutôt que de faire ça, je m'énervai intérieurement, avec moi-même. Il était environs vingt heure trente quand je fus enfin à la maison, en ouvrant la porte, je ne m'attendais certainement pas à ce que le chien de Zack me saute dessus, apparemment il voulait me dire bonjour, mais moi, j'avais horreur de ça ! Je détestais qu'il me bave dessus, qu'il me saute dessus, je détestais sa façon de m'exprimer son amour ... Qu'il me l'exprime de loin ! « Zack ! Ton chien ! » Lançais-je dans un ultime appel à l'aide, bien sûr que je l'aimais cette grosse boule de poil, mais ... De loin, vous voyez ? Il se calma finalement, me laissant enfin respirer, bon sang, un peu de tenues mon ami à poil !

Zack m'attendait ? Je fus un peu surprise de son accueil, à vrai dire, je n'avais pas pensé une seule seconde à ma fête ! Cette petite attention m'arracha un sourire des plus grands, je lui rendis son bisou sur la joue. « Oh, merci ! T'es vraiment un chou. » Sa question me fit sourire encore plus, j'avais horriblement faim, je pense que si on se concentrait un peu, on pourrait entendre mon estomac réclamer son dû. « Tu as de la chance, j'ai une faim de loup ! »

Je rentrai ensuite dans son jeu de maître d'hôtel, faisant une petite courbette avant de prendre la direction de la cuisine, littéralement émerveillée par ses attentions. J'avais beaucoup de chance d'avoir Zackary dans ma vie ... Sans lui, je ne peux même pas vous dire ce que je serais devenue, je serais sans doute encore à la rue, entrain de voler de la nourriture à droite et à gauche. Je le regardai avec des yeux brillants, il représentait tout pour moi, mon frère, mon meilleur ami, ma bouée de sauvetage, il me faudrait un dictionnaire complet pour lui exprimer tout ce que je ressens pour lui. Quand il se mit à parler de champagne, je lui mis une petite pichenette sur le nez, d'une part pour lui dire qu'on n'avait pas besoin de ça, mais aussi pour lui dire qu'il pouvait en avoir autant qu'il le souhaitait avec moi.

« Tu aurais dû me prévenir, j'aurais ramené une bouteille du travail ! Elles sont drôlement bonnes en plus, rappelle-moi de t'en faire goûter la prochaine fois. » Bon, je sais que je ne devrais pas inciter ce petit chiot à boire, mais quand même, du champagne. « En attendant, on tournera au soda ! » Histoire de finir ma phrase sur une petite pointe d'humeur, travailler dans un bar, et par conséquent voir tant de pochtrons m'avait fait ralentir sur l'alcool - et c'était tant mieux -, ce soir je ne boirai rien d'autre que du soda.

« Pour être honnête, elle a été un peu longue et chiante, je préfère travailler la nuit au moins le boss n'est pas dans le coin pour surveiller nos moindres faits et gestes ! Mais je dois avouer qu'avec ta surprise, tu viens d'égayer ma journée ! » Je lui offris mon plus beau et grand sourire, avant d'enchainer sur sa journée à lui. « Et la tienne alors ? J'espère que tu as fini tes devoirs. » Je ne pus m'empêcher de rire en finissant ma phrase, des devoirs ... Heureusement pour moi, j'avais hérité d'un corps suffisamment âgé pour éviter tout ça.
code diesel
Revenir en haut Aller en bas
Neo

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: devenir danseuse étoile unijambiste.
Faites place à la vedette
Neo "Cheshire" R. Burton
J'ai posé bagages ici le : 29/10/2013 Jouant le rôle de : Cheshire, l'esprit étrange sous forme féline. #teamwonderland Nombre de messages : 434 On me connait sous le pseudo : wednesday' (cam). Un merci à : hey jude (avatar) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : rdj, la perfection.
MessageSujet: Re: SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. EmptyVen 26 Sep - 19:20



Now and then I think of when we were together like when you said you felt so happy you could die. Told myself that you were right for me but felt so lonely in your company, but that was love and it's an ache I still remember.
let's talk.

T'étais tout heureux à l'idée de passer la soirée avec elle. T'étais comme ça, t'aimais être entouré, te sentir aimé, mais aussi aimer à ton tour. Votre relation avec Sienna avait toujours été des plus étrange, et ça même avant d'arriver à Fantasia Hill. Après vous êtes haïs comme personne, entraidé, à nouveau détesté... Vous étiez devenu sans même vous en rendre compte, de véritables inséparables. Vous aviez besoin l'un de l'autre, peu importait à quel point vous pouviez être différents, vous étiez toujours inévitablement attirés l'un par l'autre. Elle était un tout : une grand sœur, une protectrice, une meilleure amie, et quelqu'un à qui tu pouvais tout dire. C'était pourquoi ça te faisait si mal de lui mentir. Enfin, pas de mentir, plutôt de lui cacher la vérité. T'étais dingue de Luc, et tu savais qu'elle ne pouvait pas le supporter... Mais t'avais besoin de parler de lui. Tu savais que dans tous les cas, tu ne pourrais pas lui parle pendant des heures du brun, mais d'au moins pouvoir l'évoquer dans une conversation ferait ton bonheur, de l'inviter à manger ou à dormir à la maison même lorsqu'elle serait là. Tu voulais juste qu'elle sache, t'en avais marre de tout cacher. T'en avais marre des mensonges.

Tu la fis entrer en ne manquant pas de lui souhaiter une joyeuse fête, lui sautant presque au cou avant de lui proposer de rejoindre la cuisine, riant en retenant Sparrow qui tenta en vain de faire la fête à la belle brune. « Du calme Sparrow. » Tu dis doucement, lui frottant la tête alors qu'il tirait la langue et retournait jouer avec son os en caoutchouc. C'est dingue ce que ce chien pouvait te rappeler des souvenirs... Toi et ta carotte qui couine, que t'avais d'ailleurs gardé, et qui se trouvait toujours posée sur ton lit. « Oh, merci ! T'es vraiment un chou. Tu as de la chance, j'ai une faim de loup ! » Très satisfait de sa réponse, tu frappas dans tes mains. « Tans mieux, parce que j'ai cuisiné de la raie, et je peux t'assurer que c'est pas l'animal le plus simple à faire. » Tu ris, sous-entendant maladroitement qu'il s'était donné du mal pour cuisiner, et qu'il espérait vraiment qu'elle aimerait. Elle fit une petite courbette pour jouer le jeu – celui du maître d’hôtel – c'est ça que tu aimais avec Sienna, peut importe à quel délire tu te prêtais, elle jouait toujours le jeu, même si ça la faisait chier. T'avais longtemps pensé que c'était pour te faire plaisir, puis t'avais compris qu'elle aussi, elle aimait autant jouer que toi, aussi absurde que ça puisse paraître. Tu la laissas s'installer à la table de la cuisine,  tandis que tu jetais un coup d’œil à la poêle pour être sûr que rien n'était en train de cramer. Heureusement pour toi, tout semblait se dérouler comme prévu. Tu t'excusas alors de ne pas avoir de champagne, la rejoignant à table. « Tu aurais dû me prévenir, j'aurais ramené une bouteille du travail ! Elles sont drôlement bonnes en plus, rappelle-moi de t'en faire goûter la prochaine fois. » C'est vrai que tu n'avais jamais bu de véritable « bon » champagne. T'avais toujours plus ou moins dû te contenter de premier prix, à cause du petit salaire de Sienna, et du fait que tu ne travaillais pas encore – enfin si, il y avait ton boulot au refuge pour animaux de la ville, mais tu n'étais pas payé. Vous aviez déjà beaucoup de chance d'avoir obtenu une maison, tu n'avais pas à te plaindre ; le prix de l'immobilier était plutôt bas ici. « Ohlala, quel exemple, elle veut me faire picoler ! » Tu t'écrias pour blaguer, lui rendant la même pichenette qu'elle t'avait fait quelques secondes plus tôt avant de rire à nouveau. « En attendant, on tournera au soda ! » Tu haussas les épaules, allant chercher la bouteille de coca-cola patientant sagement dans le frigo pour vous servir deux verres à pied – surtout pour faire genre. Tu attrapas alors le tien, le levant vers elle. « T'as raison. Bon, à nous deux ! » Tu dis, portant ton minable petit toast avant de venir taper doucement ton verre contre le sien, la regardant dans les yeux. « Comme les français. » Tu continuas, pour expliquer ton tchin exagéré, avec l'accent qui allait avec.

Tu t'installas alors correctement sur ta chaise, avalant quelques gorgées de ton verre en l'observant, lui demandant comme s'était passé ta journée. La raie n'était pas encore prête, et tu cherchais à entamer la conversation. T'avais pas vraiment de plan pour dériver sur ce sujet sensible dont tu voulais lui parler, tu te disais que ça viendrait plutôt naturellement au fil de la conversation... Enfin, t'espérais. « Pour être honnête, elle a été un peu longue et chiante, je préfère travailler la nuit au moins le boss n'est pas dans le coin pour surveiller nos moindres faits et gestes ! Mais je dois avouer qu'avec ta surprise, tu viens d'égayer ma journée ! » Tu fis une petite grimace, poussant un long soupir. « Encore ton boss là... » Tu soufflas, sachant à quel point ce type pouvait l'énerver. A vrai dire, malgré tout, tu ne pouvais t'empêcher de t'en vouloir de la laisser bosser seule et se défoncer chaque jour au boulot pendant que toi t'étais au lycée. Sans compter New York, l'année prochaine, la seule platforme pour te faire accéder au cinéma... T'essayais de ne pas y penser, mais qu'est-ce qu'il se passerait, lorsque tu laisserais tout le monde seuls ? Luc, Sienna, Sea, Nemo, Nakoma, Bouh... T'avais pas encore vraiment pris le temps de réfléchir à tout ça. Pour l'instant, le sujet le plus sensible, demeurait surtout Luc. « Je suis content alors, tu sais que je veux que tu sois heureuse. » Tu ne voulais même que ça. Que tous les gens autours de toi soient heureux. Tu lui souris doucement. « Et la tienne alors ? J'espère que tu as fini tes devoirs. » Tu inspiras doucement, hochant doucement la tête en venant te gratter nerveusement l'arrière de la tête. Tu mourrais d'envie de lui dire que tu t'étais pavané avec Luc dans les couloirs, comme toujours, et que tu préparais quelques chose de grandiose pour votre un mois ensemble, qui même s'il était encore loin, finirait bien par arriver; et comme toujours t'aimais prévoir les choses. « Je viens de les finir, madaaaame. » Tu dis, tirant la langue. Ouais, t'avais ENFIN terminé tes exercices interminables de mathématiques. Qu'est-ce qui t'avais pris de prendre cette matière non obligatoire aussi, alors que t'étais dans une classe avec spécialité littéraire ? T'en savais rien, t'avais eu peur d'en avoir besoin plus tard. « Tout s'est très bien passé... » Tu dis d'un ton ailleurs, détournant le regard en cherchant comment lui dire. T'avais l'impression d'être en train de chercher comment avouer un crime. « Sienna... » Tu soufflas. « Tu sais, on s'est promis qu'on se dirait toujours tout, hein ? » Tu levas les yeux vers elle, enfonçant tes incisives dans ta lèvre inférieure. Allez Volt, tu pouvais le faire. Après t'être torturé les doigts, tu finis par lâcher le morceau : « Je suis avec Luc. Pour de bon. On sort ensemble. » Tu serras les dents, craignant sa réaction. Tu savais que si elle se mettait en colère, cela prouverait à quel point elle tenait à toi mais.. Tu espérais juste parvenir à la faire s'adoucir avec le temps. « Je sais ce que tu vas dire... mais il a vraiment changé. Et je l'aime tellement... » Tu souffles, baissant les yeux. « Et non, on a pas recouché ensemble, je me sens pas prêt, et tu vois, il respecte. » Tu osas enfin relever vers elle, dans l'attente de la moindre réaction, bonne ou surtout, mauvaise.



made by pandora.



Vous avez peut-être en effet remarqué que je n'ai pas toujours toute ma tête ?
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. EmptyJeu 9 Oct - 15:45



never let me go
ft. Sienna M. Jones, Zackary "Volt" M. Howard.
Il était venu à mon secours, parce que cette ô combien mignonne boule de poil voulait me montrer toute l’affection qu’elle me portait. Bon, d’accord, je n’étais pas contre un trop-plein d’amour, parce que c’était étrangement ce qui me manquait le plus en ce moment, mais quand même … Vaut mieux être seule que pleine de bave. Pourtant, il avait le chic de nous rappeler notre ancienne vie, celle où nous avions une véritablement famille, un chez nous douillet et pas nécessairement un appart miteux parce que nous n’avions pas assez d’argent pour se payer une grosse baraque de Chicoss. Mais bon, pour être honnête, je préférai être ici avec Zack que toute seule dans une grosse maison. Je me mis à sourire face à sa révélation, du poisson, il m’avait cuisiné du poisson, ce n’est pas étonnant que ce soit mon plat préféré, non ? Précisant qu’il avait même cuisiné ce qu’il n’y avait pas de plus facile … J’avais de la chance d’avoir un ami comme lui, non pardon, je voulais dire même un frère comme lui, parce que c’était ce qu’il était, un membre de ma famille. « Fallait pas te donner tant de mal, même un filet-o-fish m’aurait fait plaisir ! » Non pas que j’aimais la malbouffe, j’étais simplement gêné qu’il se donne tant de mal pour moi, il avait toujours été comme ça, même dans notre ancienne vie, il aurait pu me laisser pourrir dans ma rue, retourner à mes anciennes occupations, mais non, il m’avait pris avec lui, et je lui devais tout.

Moi ? Vouloir le saouler ? J’eus un léger fou-rire à sa déclaration, étais-je vraiment le côté obscure de sa personnalité ? C’est vrai que, actuellement, j’étais beaucoup portée sur les soirées, l’alcool, tout, absolument tout, et j’essayais tant bien que mal de ne pas lui montrer ce que la vie humaine avait fait de moi, l’horrible Sienna sans cœur. Un petit sourire triste se dessina sur mes lèvres, observant le merveilleux petit homme en face de moi, non, jamais de la vie je te ferais quitter le droit chemin.

« Tu as raison, miles excuses, je te ramènerai des bouteilles de Soda, pas une seule goutte d’alcool ! » Lançais-je avec un sourire un peu plus proche de la joie. En fait, c’est surtout son imitation du toast français qui me fit rire, parce qu’il trouvait toujours le moyen d’entrer dans un jeu, de me faire sourire. Alors, à mon tour je fouillai dans ma tête avant de lui sortir, avec un accent terrible « Sans les cuisses grenouilles », parce qu’ils étaient réputés pour manger ce genre de choses immondes, vous vous imaginez vous, manger des grenouilles ? Beurk.

Mon boss, oui, parce qu’il s’était initié dans notre conversation, le genre un peu lourd, gentil mais lourd. Pour être honnête, je n’étais pas vraiment en mesure de me plaindre, parce que c’était grâce à lui que nous avions de quoi manger et un toit au dessus de notre tête. « Enfin bon, j’ai pas vraiment à me plaindre non plus, j’aime beaucoup ce que je fais, t’en fais pas pour moi p’tite tête ! » Je me sentais un peu maman là, parce que je lui demandais s’il avait ses devoirs, au fond de moi j’avais envie de lui que, de toute manière, moi à sa place je ferais rien, mais bon, m’voyez, donner le mauvais exemple c’était pas trop conseillé, surtout chez un garçon aussi brillant que lui ! Moi, j’étais sûre et certaine qu’il aurait un sacré avenir, un truc grandiose, un grand acteur, le genre sur toutes les affiches, et moi … Moi je lui souhaitais tout le bonheur du monde. Pourtant … De sa petite voix, son « Sienna… » me mit mal à l’aise, comme si je sentais qu’il avait quelque chose de terrible à m’annoncer, j’étais prête à tout entendre, à tout faire pour lui, tout accepter …

Sauf Luc. Mais voilà, c’était malheureusement de lui qu’il avait envie de me parler, je n’étais pas dupe, j’étais consciente des sentiments qu’il avait pour lui, et moi, vous savez, je ne voulais rien d’autre que son bonheur, et je n’étais pas certaine qu’il soit capable de le rendre heureux. « Vraiment ? », en réalité, c’est tout ce qui avait pu sortir de ma bouche, parce que je ne savais pas vraiment quoi lui dire. Il savait ce que j’allais dire, donc est-ce que j’avais vraiment besoin de rajouter quoi que ce soit ? Je ravalai un peu ma salive, posant mon verre sur la table, évitant un peu de croiser son regard pour ne pas qu’il voit la déception dans mes yeux.

« Tu l’sais très bien que, moi, tout ce que je veux c’est ton bonheur et, du peu que j’ai pu voir de lui, il m’a pas l’air d’être prêt pour du bonheur … Je veux pas que tu sois mal, encore une fois, ni plus jamais. »
code diesel
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

SIENNARY (+) j'suis désolé, j'ai pas de champagne, mais pleins de bonnes attentions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-