AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -57%
Friteuse à air chaud (sans huile)
Voir le deal
64.99 €

Partagez

(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Vide
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Vide
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Vide
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Vide
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Vide
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Vide
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Vide
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Vide
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Vide
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Vide
 

 (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. EmptyVen 31 Oct - 23:25

il y a certaines vérités

qu'il vaut mieux garder

pour soit.
Diablo & Aphria

Il était dix-heures passées lorsque tu as franchis les portes du loft. Tes hommes étaient déjà rentrés - ils discutaient et riaient bruyamment comme si, ils étaient seuls au monde. Peut-être que Diablo a raison finalement. Tu les payes beaucoup trop, pour le boulot qu'ils font. Quoi qu'il en soit, tu ne leur adressa aucun mot - les laissant dans leur discutions portant toujours sur le même sujet : les femmes. Les mots acerbes et les insultes fusaient de toute part. Tu n'écoutais que d'une oreille ce qui se disait - alors que tu t'apprêtais à monter dans ta chambre. Épuisée par ta journée de travail. Mais, tu fus stoppée par la voix si reconnaissable de bel oiseau. Il t'invitait au restaurant. Cette invitation était soudaine, mais tu ne jugeas pas utile de demander la raison à cela. Et bien que, tu n'avais pas plus envie que ça de sortir ce soir - tu avais tout de même accepté avec le sourire son invitation à dîner. C'est donc dans le sourire, que tu avais entrepris de monter les marches d'escalier pour aller jusqu'à ta salle de bain personnelle - où tu pris une douche qui te détendit les muscles et l'esprit. Delà, tu allas dans ta chambre - où une fois séchée, tu enfilas une longue et magnifique robe verte pailletée - ainsi qu'une paire d'escarpins de la même teinte. Maquillée et coiffée, tu étais prête pour aller dîner avec ton corbeau. Mais avant tout, tu tenais à prévenir tes hommes qu'en ton absence, ils devaient surveiller la demeure, mais surtout, veiller à ce que la poupée ne s'enfuit pas une fois de plus.
Les ordres donnés, tu pus partir l'esprit tranquille - enfin presque tranquille ... Laisser Talie seule avec eux, n'était sans doute pas une très bonne idée. Mais, ça n'a pas de te déranger plus que ça - puisque tu as fermé la porte derrière toi sans te retourner. Sur le trajet vers le restaurant, Dibalo et toi, n'avez cessé de discuter boulot et d'autres petites choses moins importantes. Et devant le Sea of Our Dreams, tu eus un petit sourire. Car, tu te rappelles y être bien allée avec ta sulfureuse Khadija. Tu l'avais invité pour te faire pardonner. Tu te rappelles aussi, avoir bien mangé ici. L'endroit est simple, calme et sans prétention. Un endroit sympathique pour une dîner au calme - avec parfois quelques musiciens pour l'ambiance. Ça te changeais radicalement des boîtes de nuit et des restaurants trop bondés et bruyants. À l'intérieur du bâtiment, vous furent accostés par un serveur qui vous demanda combien de personnes vous étiez. Tu laissas ton corbeau répondre avec son tact naturel - pendant que ton regard émeraude fessait le tour du propriétaire.
Le lieu semblait calme pour une fois - et ça te réjouissait. Parce que la dernière fois, avec Khadija, vous aviez été placés derrière une table familiale avec une horde de gamins braillards et mal élevés. Où, tu avais bien failli perdre ton sang-froid - heureuse de la brune avait été là pour te calmer de sa voix et de ses gestes apaisants. Sinon, tu ne te serais pas gênée pour leur donner les gifles qu'ils auraient du recevoir de leurs parents. Quoi qu'il en soit, vous fûtes conduits à une table ni trop loin, ni trop près de la sortie - dans le coin des fumeurs. Tu te laissas installer sur ta chaise - avant de te saisir de la carte que le jeune serveur vous avez tendu avant de s'en aller, pour s'occuper d'une autre table. Tu ne regardes pas la carte, tu sais déjà ce que tu vas prendre.
Ton menu n'a pas changé - depuis la dernière fois où tu es venue ici. Tu te contentes simplement de sortir une cigarette et de l'apporter à tes lèvres - après l'avoir soigneusement allumé. Un sourire t'écorche la commissure de tes lèvres lorsque ton regard se pose sur ton corbeau. ø Merci de m'avoir fait sortir Diablo. Dis-tu en fessant tomber la cendre dans le cendrier. J'étais partie pour dormir jusqu'au lendemain matin. Avoues-tu dans un petit rire - avant de tirer sur ton long bâtonnet de nicotine. Tu es déjà venu ici ?! C'est un bel endroit tu ne trouves pas ?! Le questionnes-tu en expirant la fumée toxique par tes narines. Et d'en inspirer une nouvelle bouffée. Tu trouves que tu fumes beaucoup - beaucoup trop même. Il faudrait que tu ralentisses la cadence - mais comme Talie avec sa coke, tu es incapable de t'en passer. Sans ta dose de nicotine, rien ne va plus - tu es vite énervée et vite mise à bout. Déjà que tu n'es pas d'un calme dès plus olympien - alors sans ta dose, tu es une vraie bombe atomique prête à exploser à tout moment. ø Je crois que tu as raison au sujet de nos hommes, je les paye beaucoup trop pour le travail qu'ils fournissent. Je pense baisser leur salaire de vingt pour-cent. Qu'en penses-tu ?! Ton regard est sérieux -alors que tu écrases ton premier mégot de la soirée dans le cendrier prévu. L'avis de ton corbeau a toujours compté pour toi - et même si c'est toi qui donne les ordres, les directives - tu ne peux pas t'empêcher de lui demander ce qu'il en pense. Après, c'est aussi ses sbires à lui aussi. Si tu l'avais nommé chef de tout ce bon monde, c'est aussi pour qu'il te conseil sur les bons choix à faire. Et avec lui, tu étais sûr de ne pas tomber sur une langue de bois. Si ça ne lui plaît pas, il te le ferait savoir - et c'est bien qui t'a toujours plus chez lui. Son envie, et sa détermination de toujours vouloir ta considération. Alors, qu'elle n'était plus utile de réclamer - puisqu'il l'avait toujours eu.

« quand on est aimé on ne doute de rien. mais quand on aime on doute de tout. » ►
Code by AMIANTE


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. BjFY


Dernière édition par Aphria M. Ysley le Sam 15 Nov - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. EmptyDim 2 Nov - 2:30


   

   
❝ le duo : Diaphria

   
  
♡ L'amour dévastateur de l'oiseau noir


   T'y avais pensé toute la journée. Là, seul devant ton miroir, tes épaisses boucles te tombant devant les yeux – que tu chassais inlassablement – tu répétais en boucle dans ta tête le petit texte que t'avais appris par cœur pour t'aider, pour éviter de faire n'importe quoi et de commettre l'irréparable. Cela faisait des semaines que tu y pensais, que tu hésitais sans cesse, que tu te faisais pitié toi même. T'avais dû te rappeler une bonne fois pour toute qui tu étais : une mauviette, un lâche ? Non. Tu étais un Corbeau, et nul ne pouvait traiter cet oiseau noir de quoique ce soit, car tout le monde craignait le compagnon de la faucheuse elle même. Il y avait un an à peine, ton coassement rappelait la mort, et aujourd'hui tu hésitais pour une histoire de sentiments ? S'en était te faire honte à toi même, et tu l'avais réalisé petit à petit. En vérité, le problème n'était pas le fait de le dire, c'était le fait de lui avouer à elle. Et elle, ce n'était pas n'importe qui, c'était ta déesse vivante, ta reine. Tu te sentais valet, tellement peu par rapport à elle, que ça tes gestes te paraissais dérisoire par rapport à quoique ce soit d'autre. Mais ce soir, tu étais décidé : décidé à tout lui dire. Tu nourrissais des sentiments pour elle depuis trop longtemps, et cet aveux te permettrait sans doute de te libérer, même une seconde. Tu ne doutais absolument pas de sa réponse, et tu n'attendais aucune déclaration en retour, car tu savais bien que ton amour maudit ne serait jamais réciproque. Tu n'avais d'ailleurs jamais envisagé cette possibilité, tu avais juste besoin qu'elle le sache, qu'elle comprenne les raisons de tes sourires soudains, et de ton besoin de la rendre heureuse, continuellement, même à travers les pires crimes. Tel était ton fléau, et le sens de ta vie.

A peine t'avais entendu le crochetement singulier de la porte d'entrée retentir que t'avais abandonné ton entreprise vaine pour sauver l'un de tes t-shirt couvert de sang, et que t'avais retiré les gants en latex que tu portais, pressant le pas pour la rejoindre avant qu'elle ne rejoigne sa chambre : tu savais qu'après d'aussi longues journée, la fatigue s'emparait d'elle assez facilement. « Maîtresse, vous êtes rentrée ! Tu l'interpella, alors que tu la repérais, en train de retirer ses immenses talons, tu lui souris. Je voulais vous demander si vous me feriez l'honneur de m'accompagner au restaurant ce soir. C'est moi qui vous invite. Êtes-vous partante ? » Tu lui demandas alors, inspirant, droit comme un piquet en ayant cependant penché un peu la tête sur le coté en posant ta question. Un sourire satisfait s'empara alors de tes lèvres lorsqu'elle te confirma qu'elle en serait ravie, et tu lui demandas de se tenir prête, car tu serai prêt d'ici peu de temps.

Une heure à peine plus tard, vous étiez tout deux assis à l'une des meilleures tables. Elle était élégamment installée, ayant même revêtue pour l'occasion une de ses robes fétiche, que t'admiras d'un œil brillant d'admiration pour sa beauté de laquelle tu n'avais jamais douté. Tes yeux parcourent ses courbes parfaites, de la parfaite femme fatale que jamais tu n'avais pu reconnaître chez aucune autre femme. C'était elle, ça avait toujours été elle, et lorsque tu la contemplais d'une telle façon, tu comprenais bien pourquoi. Glissant toujours le long de ses longues jambes dénudées, croisées élégamment sous la table, tu dû te rappeler à l'ordre, redressant brusquement tes yeux vers le regard perçant d'Aphria. Devinant qu'elle se préparait à parler, tu remontas légèrement les manches de ta chemise d'un blanc immaculé, que tu avais ressortie pour l'occasion. Il était rare que tu portes du blanc, ou seulement pour les grandes occasion, car cette couleur qui t'allait pourtant merveilleusement bien car elle était en vérité le contraire même de tout ce que tu pouvais représenter. Un corbeau blanc, quelle drôle d'idée. Tes boucles d'un ténèbres envoûtant contrastaient d'ailleurs complètement avec la pureté neuve de ton col, et la couleur sombre du slim que tu avais enfilé. Tu inspiras, croisant à ton tour tes fines jambes, d'un geste élégant que tu avais toujours envié à ta maîtresse, pour sa maîtrise constante de tous les mouvements qu'elle pouvait effectuer, jusqu'au jeter de jambes pour les croiser.

« Merci de m'avoir fait sortir Diablo. Commence-t-elle J'étais partie pour dormir jusqu'au lendemain matin ». Son rire se joint au tien un instant, et tu l'imagines déjà endormie à cette heure, épuisée par sa journée harassante. Tu t'en veux immédiatement pour cette pensée, tant tu ressens du remords de ne pas avoir pu l'aider plus pour alléger sa fatigue, si tu le pouvais, tu lui mettrais le monde à ses pieds, pour qu'elle n'est plus jamais à pousser le moindre soupir. « Tu es déjà venu ici ?! C'est un bel endroit tu ne trouves pas ?! » Tu acquiesces d'un fin mouvement de tête, projetant ton regard à travers la pièce pour que ses paroles affluent sur ta vision. C'est en effet un chic restaurant dans lequel vous vous trouvez, mais cela ne t'étonne pas plus que ça, tu ne l'aurais jamais emmené dans un endroit que tu savais ne lui plairait pas, après tout, comme toujours, sa satisfaction à elle comptait avant tout. « En effet, je trouve aussi. Cela vous plaît ? Je ne suis jamais venu, mais on ne m'a dit que du bien de leur cuisine. » Tu avoues, t'étais évidement renseigné avant de venir. Tu souris en pensant à toutes les hésitations auxquelles tu avais dû faire face à l'idée de lui emmener dans un restaurant qui ne lui plairait pas. Apparemment, tu avais bien choisi, et c'était le principal. Elle extirpe alors une cigarette de son paquet, et avec une passion non dissimulée, tu l'observes des yeux s'allumer lentement le bâtonnet de nicotine, ses longs doigts fins glissant dessus avec une aisance que tu admires et que tu envies à la fois. Elle est ton modèle, et sa féminité en toute circonstance a le don de te rendre complètement fou. « Je crois que tu as raison au sujet de nos hommes, je les paye beaucoup trop pour le travail qu'ils fournissent. Je pense baisser leur salaire de vingt pour-cent. Qu'en penses-tu ?! » Tu pousses un long soupir, roulant les yeux d'un air agacé. L'idée de penser à tous ses idiots incapables de faire quoi que ce soit correctement t'en couperais presque l'appétit. Tu t'enfonce une seconde un peu plus dans ton siège, et tu secoues la tête, extirpant à ton tour ton propre paquet de cigarettes de ta poche pour la glisser entre tes lèvres. « J'en pense que pour ce qu'ils fournissent, ces crétins pourraient presque travailler gratuitement. » Tu lâches, d'une voix d'abord sèche, craquant une allumette pour t'allumer la clope que tu tiens entre tes lèvres. « Si je n'étais pas là pour leur botter le cul... Tu commences, avant de lever les yeux vers elle, et te radoucir lentement, un sourire t'échappant. Bien sûr, si tu n'étais pas là, elle le sait bien, et c'est pourquoi elle cherche à recueillir ton avis, parce que tu lui es indispensable, elle le sait mieux que personne …Mais ça vous le savez déjà. » tu conclus, plissant légèrement les yeux, un nouveau sourire sur les lèvres en croisant le sien. Elle sait déjà tout, c'est ça qui te rend dingue.

Le serveur vous apporte alors les menus, vous remerciant de votre présence. Il présente les plats et vins du jour avant d'annoncer qu'il vous laisse réfléchir, retournant à une autre table. Tu constates que tes consignes sont correctement appliquées, ayant formellement stipulé au téléphone que tu ne voulais pas qu'on vous dérage sans arrêt pendant le repas, sauf lorsque c'était nécessaire. Tu déplies alors la carte, y jetant un rapide coup d’œil avant de la reposer lentement. « Prenez ce qu'il vous plaît. Tu stipules bien. J'ai la chance d'avoir une patronne qui paye plutôt bien. » Tu avoues, plaçant une petite touche d'humour en espérant au moins la faire sourire. Puis tu prends un ton plus sérieux. « J'avais vraiment envie de passer une soirée tranquille avec vous, ce soir. » Tu lui avoues très franchement, avant de sourire doucement.
made by MISS AMAZING.


Revenir en haut Aller en bas
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: Re: (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. EmptyMar 4 Nov - 21:38

il y a certaines vérités

qu'il vaut mieux garder

pour soit.
Diablo & Aphria

Lorsque Diablo t'annonces qu'à son tour, il trouve l'endroit à son goût, ça ne te surprend pas. Lui et toi, vous avez les mêmes préférences, les mêmes choix, les mêmes idéaux et les mêmes centres d’intérêts. Vous vous complétez en quelque sorte, il est tout soleil, tu es sa pluie - tu es son yin, il est ton yang. Toi et lui contre le reste du monde - des parias rejetés par leur propre famille. Deux êtres qui n'ont jamais connu l'amour et la joie - vivant dans la haine et souffrance. Alors ce fût comme une évidence lorsque tes yeux ont croisé les siens pour la première fois. Tu as su qu'entre vous deux, ça allait marcher. Ensemble, vous êtes un duo infernal - représentant à la lui seul, la mort et la souffrance. Vous êtes la hantise et la crainte - et c'est pour ça que les clientes du magasin et les autres personnes autour de vous, vous respectent tant. Ils sentent cette aura de puissance et de supériorité qu'à vous deux - et même chacun de votre côté vous pouvez dégager. Et ça vous plaît - ça vous plaît réellement d'être le centre d'attention - d'être considérés comme des modèles à suivre. Alors ça ne t'étonnes même plus de l'entendre dire que ce qu'il a devant les yeux lui plait. Si tu aimes, il aime aussi. Pire que des jumeaux, des siamois - toujours d'accord sur tout, c'est sans doute pour ça que vous, vous entendez si bien. Quant à sa question, tu acquiesças avec un léger sourire. C'est endroit te plaît : soft, simple et classe sans en faire trop. Et c'est bien pour ça que tu l'avais aussi choisi pour ton premier dîner avec Khadija. Tu savais les goûts de la brune quasi-identiques que les tiens. Alors, tu n'avais pas hésité à l'amener ici. D'ailleurs, vous y aviez très bien mangé - là-dessus on peut dire que tu n'as pas hésité à faire fondre ta carte bleu pour les beaux yeux de ta sublime vendeuse. Et faut dire aussi que, vous aviez passé une très bonne soirée. Et tu espérais qu'il en soit de même pour cette soirée en compagnie de ton Diablo - mais tu ne te fessais pas de soucis là-dessus. Tu savais qu'il ferait tout et n'importe quoi - pour que cette soirée soit la plus belle de ta vie. ø Oui. C'est vrai qu'on y mange bien. La dernière fois que je suis venue, c'était avec Khadija. Et, j'avais choisi une salade césar au poulet grillé. Et franchement, la meilleure que j'ai jamais mangé.
Avoues-tu avec franchise - pensant déjà dans un coin de ta tête à reprendre cette dite salade. Parce que sérieusement, c'était bien la première fois que tu en mangeais une aussi bonne de toute ta vie - depuis que tu avais atterri à Fantasia Hill. Quoi qu'il en soit, tu t'étais allumé une cigarette sous les yeux admiratives de ton corbeau. Tu connaissais son admiration pour toi - ça n'était pas un secret. En revanche, ce qui est un secret pour toi c'est que, dans cette fascination puisse cacher de l'amour. Tu ne te doutes absolument pas qu'il puisse ressentir ce sentiment qui autrefois t'a détruite. Tu crois même que tout comme toi, il ne peut le ressentir. Qu'il est aussi froid et cruel que toi. C'est dire à quel point, tu te trompes lourdement à ce sujet. C'est les yeux dans les yeux, que tu lances un nouveau sujet : tes hommes de main et le fait que, tu les payes beaucoup trop. Il soupire alors en s'enfonçant un peu plus dans ton siège. Tu sais absolument ce qu'il pense de tout ça - il t'avait dit la première fois que tu les payais beaucoup trop - mais tu n'avais rien écouté. Et maintenant, tu te demandes son conseil - parce que tu prends conscience de ces bons à rien ne valent pas tripette. Et lorsqu'il secoue sa tête en sortant à son tour une cigarette de son propre paquet, tu le fixes de ton regard émeraude - attendant de voir ce qu'il pourrait te dire. Parler des ces idiots est surement pas un bon sujet de conversation, mais tu avais besoin de son avis - ça a toujours compté pour toi - et ça le sera pour longtemps. Hors donc, pour lui ces imbéciles pourraient aussi bien travailler gratuitement pour le boulot qu'ils fournissent. Il n'a pas tout à fait tord. Et heureusement comme il le dit si bien, qu'il est là pour leur botter le cul. Sinon, rien ne serait fait convenablement. Tu sais que sans ton corbeau à la tête de cette bande de bras cassés rien ne serait ordonné et à ta convenance.
ø En effet, sans toi pour les prendre en main, ça ne serait qu'une bande de crétins sans cervelle. Alors l'idée de les faire bosser gratuitement, ne serait pas une mauvaise idée après tout. Acquiesces-tu dans un sourire en coin - ton regard d'émeraude plongé dans le sien noir comme la nuit. Avant de t'allumer une nouvelle cigarette - la deuxième mais certainement pas la dernière de la soirée. Et le serveur, vous apporte les menus - vous remerciant par la suite de votre présence en ce lieu avant de vous présenter les quelques plats du jour - ainsi que les vins. Tu acquiesces tout simplement avant de le regarder partir vers une autre table. Tu jettes un vif coup d’œil à la carte - et la referme aussitôt. C'est alors que Diablo vint ajouter avec une pointe d'humour - que tu pouvais prendre tout ce qui te ferait envie - car il a la chance d'avoir une patronne qui le paye plutôt bien. Cette réflexion, t'écorche un grand sourire. Car lui au moins, il mérite ce qu'il gagne. Puis, il vient prendre un ton plus sérieux pour te dire, à quel point, il avait vraiment envie de passer une soirée tranquille avec toi ce soir. Tu aurais dû y déceler un sentiment caché à avouer dans ces quelques mots - mais rien, tu te contentes seulement de sourire. Heureuse à ton tour de pouvoir passer une soirée rien que toi et lui sans ta poupée pour accaparer toute ton attention - comme c'est toujours le cas à chaque fois que tu essayes de passer une soirée tranquille avec lui où Khadija. ø Moi aussi j'avais rêvé de cette soirée. Et ça me fait du bien de n'être qu'avec toi sans Talie pour accaparer toute mon attention. Depuis combien de temps n'avais-tu pas passer de soirée loin de ta poupée - beaucoup trop - au point d'abandonner ton corbeau -qui lui aussi avait le droit à sa soirée avec toi. Et sinon. ajoutes-tu à la suite de tes précédentes paroles. je vais commencer par une salade césar au saumon pour changer avec un bon vin. Et toi ?! Qu'est ce que tu vas prendre. Le questionnes-tu d'un sourire en coin.

« quand on est aimé on ne doute de rien. mais quand on aime on doute de tout. » ►
Code by AMIANTE


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. BjFY
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. EmptyDim 30 Nov - 21:34


   

   
❝ le duo : Diaphria

   
  
♡ L'amour dévastateur de l'oiseau noir


   Tu l'avais rien que pour toi le temps de cette soirée, et ce n'était en rien pour te déplaire. T'avais cependant un lourd poids sur les épaules : qu'elle ne regrette aucune seconde du temps qu'elle passait avec toi. Ça pouvait paraître si naturel,mais ça pouvait se révéler bien plus compliquer que prévu, toute cette histoire. Elle était ta Reine, et en bon valet, t'avais à la placer sur un piédestal, ce que tu faisais presque sans réfléchir depuis le temps. Après tout, tu avais toujours été sur le perchoir à coté, ou perché sur ses doigts et son poignet fin. Tu n'avais pas une seule seconde réfléchi à la possibilité d'envisager une nouvelle vie en pénétrant dans le monde réel, elle t'avait élevé, de A à Z, avait fait de toi ce que tu étais aujourd'hui, et en échange, tu lui avais promis loyauté et obéissance. Mais votre relation ne se basait plus uniquement là dessus désormais, et c'était ce qui venait emmêler toutes les choses. Elle n'était plus seulement ta Maîtresse, ta Déesse, elle était aussi une femme que tu te devais de conseiller, aider, et tu étais l'un des rares qu'elle prenait toujours le temps d'écouter : avec plus ou moins d'attention, plus ou moins d'humeur, mais toujours. Aphria était une femme qui menait les gens à la baguette, une vrai femme, sûre d'elle et libérée, c'était elle qui imposait des chaînes au plus faible, mais le temps avait fait que tu avais compris que ton aide était bien plus précieuse que ce dont tu t'imaginais au départ. Tu n'étais plus simplement une paire d’aile, aujourd'hui d'ailleurs déchues, tu étais Diablo, le fidèle et symbole corbeau de Maléfique, déesse du chaos qu'elle parviendrait – tu en étais sur – à faire régner sur cette foutue planète.

L'endroit plaît à ta patronne, qui ne manque pas de te le faire savoir. Satisfait, tu lui répond d'une voix lente que tu en as ouïe de nombreux compliments. Le travail de fouine nécessaire de nombreux avantages, surtout lorsqu'on est celle que préfère Maléfique. Tu as franchement les moyens de l'inviter, sans même aller puiser trop loin dans ton salaire. De toute manière, l'argent n'a jamais eu vraiment de valeur à tes yeux, et bien que tu comprennes tout à fait comment fonctionnent ses petits billets verres, le besoin de les utiliser contre des biens matériels ne t'attire pas plus que ça. En vérité, tu n'as pas besoin de grand chose : tu parviens à dormir par terre sans mal, à manger une seule fois par jour et un simple slim noir fait ton bonheur. Pour un styliste, ce dernier fait est plutôt étonnant, mais tu ne t'aimes pas beaucoup en vérité. Ton apparence de fier corbeau te manque, c'est ça la vérité. Tu ne comprends pas tellement à quoi servent tes grands bras fins, si ce n'est pas pour voler, tes pieds si ce n'est pas pour te percher ou perdre de l'élan, tes lèvres si ce n'est pas pour coasser à al lumière de la pleine lune. « Oui. C'est vrai qu'on y mange bien. La dernière fois que je suis venue, c'était avec Khadija. Et, j'avais choisi une salade césar au poulet grillé. Et franchement, la meilleure que j'ai jamais mangé. » L'évocation du prénom de Khadija, ta diablesse de collègue avec lequel c'est toujours brûlant ou glacial te provoque un frisson. Tu réfutes l'envie de pousser un grognement pour signaler ton mécontentement à ta maîtresse, mais tu te dis que tu passerais plus pour un idiot qu'autre chose. Après tout, d'où vient ta haine réciproque pour ta collègue ? De ta jalousie envers la relation qu'elle a avec Aphria. Il faut croire que tout est une question de possessivité, et que ta Maîtresse est sérieusement beaucoup trop enviée. Tu sais aussi que pour Khadija, il s'agit plus que d'une simple relation, tout comme elle sait ou elle devine les sentiments que tu as également pour ta patronne. Cette jalousie commune vous unis d'ailleurs solennellement et presque comiquement lorsque vous apercevez Talie rentrer dans la boutique, vous oubliez votre haine l'un pour l'autre et vous vous armez tous deux contre cette blondasse qu'elle haït autant que toi. C'est tout de même drôle, ce qui peut unir les gens. Néanmoins piqué au vif, même si tu essayais de le cacher, tu te contentes de frôler le sous-entendu discret pour répondre : « Oui eh bien, avec moi, ce sera encore meilleur, vous verrez. » Tu souffles d'une voix rauque avant de sourire en coin, tirant sur ta cigarette qui rapetissait lentement.

Oui, la jalousie te ronge, et oui, tu l'assumes. Tu n'as pas vraiment le choix, car elle est d'une évidence même. Mais c'est plus fort que toi, et c'est ce qui te rend si mauvais aux yeux des autres, avec Aphria, tu te sens en perpétuelle concurrence. Pas avec elle directement, car tu n'oserais jamais te prétendre à son niveau, mais avec ceux qui l'entourent. En particulier avec Talie, mais aussi avec Khadija et avec Dexter, son bon ami qu'elle passe voir certains soirs et – tu n'es pas con – celui avec lequel elle doit probablement coucher. Enfin, elle finit par te tirer de tes rêveries bouillonnantes, changeant de sujet pour parler de ses incapables qu'elle emploie. Le sujet t'es plus facile, même s'il reste assez rageant – mais qu'est-ce qui ne te fait pas rager, dans ce bas monde, franchement ? Elle te demande simplement ton avis, et tu le lui donne, elle semble totalement d'accord avec toi, et ça ne peut que te faire plaisir, parce que tu aimes être soutenu par ta Maîtresse. « En effet, sans toi pour les prendre en main, ça ne serait qu'une bande de crétins sans cervelle. Alors l'idée de les faire bosser gratuitement, ne serait pas une mauvaise idée après tout. » Dieu ce que tu aimais sa voix grave, qui te faisais lentement frissonner, comme si rien que le mouvement de ses lèvres pouvait te faire fondre. Il n'y a plus de doute, c'est elle, rien qu'elle. « J'aime quand vous suivez mes idées. » Tu souffles, avant d'écraser ta cigarette dans le cendrier au centre de la table, ravi du commencement que prend cette soirée. Elle est là, tu es là, et il n'y a rien qui ne peut gâcher cette soirée qui s'annonce si belle, et durant laquelle tu peux peut-être enfin te détendre. Ou pas.

Le serveur vous apporte les cartes et observe la tienne en te demandant ce qui pourrait bien faire envie à ton minuscule estomac, auquel tu ne fais habituellement pas vraiment ingérer grand chose. La nourriture n'est pas vraiment quelque chose qui t'attire, même si tu sais reconnaître un bon plat d'un mauvais. Tu profites alors de ce silence pour avouer à ta Maîtresse à quel point cette soirée te faisait envie, et ça depuis longtemps. « Moi aussi j'avais rêvé de cette soirée. Et ça me fait du bien de n'être qu'avec toi sans Talie pour accaparer toute mon attention. Et toi donc. Au moins elle l'avouais volontiers, que cette blondasse accaparait toute son attention, s'en était fou. S'en était horrible pour toi surtout, qui avais de plus en plus de mal à supporter cette situation. Mais bien sûr, Aphria ne pouvait pas comprendre, elle ne savait pas elle pour... Vous savez quoi. Et sinon. Je vais commencer par une salade césar au saumon pour changer avec un bon vin. Et toi ?! Qu'est ce que tu vas prendre ? » Tu baisses lentement les yeux vers la carte pour la consulter du regard à sa question, réfléchissant sérieusement avant d'hausser un peu les épaules. « Un pavé de saumon je pense... » Tu hésites, avant de lui sourire. « Vous choisirez le vin, vous avez du flair pour ça. » Elle n'avait pas du flair que pour ça d'ailleurs, mais en ce qui concernait l'alcool, elle s'y connaissait mieux que toi.

Et puis, dans un nouveau silence, tu te mets à la fixer un moment du coin de l’œil, faisant mine de t’intéresser aux desserts. Tu ne dis pas mot, écoutant les bruits des gens aux alentours : la femme de la table huit qui discute de Pupuce, son chihuahua adorable, le black de la table onze qui tousse discrètement dans sa serviette et les hommes de la cuisine qui s'activent pendant que le cuisinier râle... Tu as toujours eu un don pour regarder les gens, et une certaine passion pour les épier et connaître tous leurs secrets. Tu pourrais y passer des heures, alors qu'une boucle retombe à nouveau sur tes yeux. Pourtant, tu tournes lentement la tête vers ta Maîtresse, admirant ses lèvres rouge avant de craquer. « Maîtresse... Il faut que je vous dise quelque chose. » Tu souffles enfin. « Quelque chose de très important, que je ne peux plus garder pour moi. » Et tu la regardes dans les yeux.
made by MISS AMAZING.


Revenir en haut Aller en bas
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: Re: (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. EmptyLun 8 Déc - 23:18

il y a certaines vérités

qu'il vaut mieux garder

pour soit.
Diablo & Aphria

Tu notes une pointe de jalousie et de sous-entendus dans les paroles de l'ancien corbeau- lorsqu'il a répondu au cas de Khadija. A croire qu'entre ces deux-là ce n'est pas l'amour parfait. Et comme toujours, tu ne doutes pas ce qui se trame derrière ton dos lorsque tu n'es pas là. En fait, tu as d'autres préoccupations que de t'occuper de la querelle de ces deux-là. Tu as déjà bien à faire avec celle que tu as à la maison, pas la peine de te rajouter celle du boulot en plus. Et puis, qu'est ce que ça te faire à toi si, tous se disputent tes belles paroles et tes yeux. Oui bien sûr que, ça te fait plaisir à ton gigantesque ego que d'être le centre d’intérêt- celle sur qui tous les projecteurs sont allumés. Tu aimes ça au fond, d'être celle pour qui ils donneraient leur vie- d'être celle pour qui ils n'ont d'yeux et de raison de vivre. Tu aimes ça au fond d'être aimée, adulée et respectée- ça te fait sentir forte et importante aux yeux de tous. Au fond, c'est ce que tu as toujours voulu que toute l'attention se porte sur toi- peut être fais tu semblant de ne pas aimer ça- mais intérieurement, ça te fait doucement jubiler de voir tout ce petit monde autour de toi te tourner autour- cherchant un peu de ton amour et de ta complaisance. Comme si tu étais capable de ressentir de la compassion, de la dévotion où bien même de l'amour. Tu lui souris en coin- avant de t'allumer une énième cigarette de lui répondre d'une voix écarlate et doucereuse.
ø Oh mais, je n'en doute pas une seconde. Acquiesces-tu en expirant- ta première bouffée de cigarette. Je sais que tu te plieras en quatre pour me faire plaisir. Comme tu l'as toujours fait jusque ici. Ajoutes-tu en fessant tomber dans le cendrier prévu à cet effet, la cendre de ton long bâtonnet fumant. Oui, tu sais qu'il fera tout pour que tu passes la meilleure soirée de ta vie- et c'est ça qui te plaît chez lui. Il a ce soucis du détail- qui fait qu'il ne se reposera jamais- tant qu'il ne verra une mine heureuse éclairer les traits de ton visage- d'un nature strict et mauvais. Il sait mieux que quiconque ce qui te fait plaisir- et ce qui peut te rendre heureuse. Il sait comment de divertir et t'amuser. Et tu sais que, si il pourrait t'offrir le monde dans un plateau d'argent, il le ferait sans hésiter. Quoi qu'il en soit, tu lui souris à nouveau- lorsqu'il t'annonce qu'il aime lorsque tu suis brièvement ses idées. Après tout, il a toujours de bonnes idées- et ce n'est pas pour rien si, à chaque fois tu lui demandes son où ses conseils. Car tu sais, qu'il est aussi avisé que toi pour ce genre de chose. Comme, il bien sûr de lui pour prendre parfaitement en main cette bande de porcs qui te servent de sbires. Quoi qu'il en soit, tu sais que tu pourras toujours compter sur son sens de la répartie- et sur sa façon de voir et d'expliquer les choses- pour t'aider à gérer au mieux tes affaires et tes hommes de main.

ø C'est parce tes idées m'ont toujours été d'une grande aide. Alors, ça serait bête de ma part de ne pas les suivre. Tu lui souris- avant de tirer une nouvelle fois sur ta cigarette- et croiser élégamment tes jambes dans l'autre sens. Et le serveur est arrivé avec ses cartes- tu n'as tout feuilleté- car tu avais déjà une vague idée de ce que tu allais prendre. Une salade césar, mais au saumon cette fois pour changer. Avec un bon vin, lequel ça, Diablo t'en chargé- car, il sait que tu as bon goût lorsqu'il s'agit de bonne nourriture et de vins chers et de qualités. Alors, tu feuillettes les deux pages des vins qu'ils ont à proposé- et ton choix se porte sur une bonne bouteille de bordeaux- certainement la plus chère de la carte. Rien n'est trop beau, ni trop cher pour vous. Vos palais vous remercierons, d'avoir choisi une aussi bonne cuvée. Reposant la carte tu lui souris avant de lui annoncer quelle bouteille, il serait judicieux de choisir pour ce soir. ø Si tu veux boire un bon vin de qualité, je te conseille la bouteille de bordeaux à 500 dollars. Où alors celle à 300 dollars, mais ça ne sera pas la même qualité. Annonces-tu en tapotant sur ta cigarette pour faire tomber la cendre. Alors qu'un nouveau silence s'installe entre vous- et tu en profites pour te remaquiller- où plutôt pour te passer une énième couche de rouge à lèvres. Posant ta cigarette dans le cendrier- tu sors de ton sac à main, un petit miroir et ton rouge à lèvres.

Et, tu commences avec une certaine aisance dans les gestes à l' appliquer sur tes lèvres carmins déjà bien pulpeuses. Tu souris en coin, avant de refermer ton petit miroir, de le ranger dans ton sac et de reprendre ta cigarette. C'est alors que ton regard se plonge dans celui de Diablo qui semble un peu anxieux. Et tu demandes si que peu bien le mettre dans un tel état. Et lorsque enfin, il prend la parole, tu l'écoutes d'une oreille attentive- tout en inspirant et expirant la fumée toxique émanant du rouleau de papier à tabac. Il faut qu'il te dise quelque chose d'importance- quelque chose qu'il ne peut plus garder pour lui. Et, tu es curieuse de savoir ce qu'il a te dire. Il y a tout un tas de scénarios qui se bousculent dans ta tête- mais aucun d'entre eux, ne ressemble à celui que l'ancien corbeau est sur le point de te dévoiler. Écrasant alors, ton mégot dans le cendrier, tu replaces l'une de tes mèches derrière ton oreille, croise tes mains sur la table- en position d'écoute. ø Vraiment ?! Eh bien, vas-y Diablo. Je t'écoute. Qu'est ce que tu as, à me dire de si important ?! Ça concerne quelqu'un que je connais ?! Le questionnes-tu d'un sourire en coin cherchant à avoir un indice. Car, tu ne doutes pas absolument pas que Diablo- puisse parler de toi- mais surtout, tu ne te doute pas que tu es sur le point de connaître les véritables sentiments qu'à ton serviteur, ton bel oiseau à ton égard. Sentiments cachés depuis bien trop longtemps.

« quand on est aimé on ne doute de rien. mais quand on aime on doute de tout. » ►
Code by AMIANTE


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. BjFY
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. EmptyDim 18 Jan - 0:22


   

   
❝ le duo : Diaphria

   
  
♡ L'amour dévastateur de l'oiseau noir


   Tu guettais ses formes de l’œil, comme hypnotisé par sa beauté. Tu l'avais toujours été à vrai dire, et cela même lorsque tu n'étais qu'un simple corbeau. Même animal sans sexualité, tu avais toujours eu un faible pour la silhouette endiablée de ta maîtresse, et la prestance incroyable qui se dégageait de son corps de sorcière. Elle était la femme fatale, qui d'un claquement de doigt avait tout ce qu'elle désirait. Et toi, maladroitement, tu étais prêt à tout lui céder. Tu te demandais parfois ce qu'elle pouvait bien te trouver, elle qui pouvait tout avoir et qui à laquelle tu avais déjà tout donné, puis lorsqu'elle te souriait, et glissait lentement ses longs doigts fins dans ses cheveux, tu te rappelais subitement quel amour sincère tu lui portais, et tu devinais alors, qu'il s'agissait sans doute d'une affection réciproque. Seulement, c'était toujours une question de concurrence, et c'était bien le problème avec une femme comme Aphria. Si demandée que même pour toi, son fidèle serviteur depuis toujours, il fallait te battre. Tu étais en constant doute, et l'idée de perdre de l'importance à son égard te bouffait nuit et jour. Après tout, ta Maîtresse aimait les belles choses, et voyaient tant de monde, comparé à toi, qui haïssait la planète entière comme si elle t'avait faire les pires crasses possibles et inimaginables. Il y avait tant de gens importants pour Aphria, sa blondasse, sa brunasse, son banquier. Alors que toi, tu n'aimais qu'elle, et elle était la raison de ton existence. La perdre te tuerait, tu ne savais pas si elle en avait pleinement conscience, et cela t'angoissait. Car au fond, sans elle, tu étais bien faible, tu n'étais même que simplement rien. Juste un brun lançant des éclairs à quiconque s'approcherait, évitant des coup de poignards qui n'existaient que dans ta tête. Tu étais fou, oui, et tu prenais chaque jour un peu plus conscience de ta folie, mais il n'y avait rien à y faire. C'était quelque chose qu'on ne guérissait pas, qu'on ne guérirait plus, à ce stade. « Oh mais, je n'en doute pas une seconde. Je sais que tu te plieras en quatre pour me faire plaisir. Comme tu l'as toujours fait jusque ici. » Même à cette table elle ressemblait à une reine prostrée sur son trône, les cendres de sa cigarette rejoignant le cendrier. Tu l'imite avec la tienne, en acquiesçant d'abord des yeux, avant de le faire avec la parole. « Vous satisfaire a toujours été mon seul et unique but, ma Reine. » l'appeler comme ça te faisait frissonner ; comme un fanatique à la vue du fruit de son idolâtre montant dans la hiérarchie, toi tu l'imaginais déjà sur un trône d'or et d'argent, gouvernant sur la ville. Tu étais fou, complètement fou.

Elle te confie alors qu'elle trouve des idées bonnes et qu'elles lui sont d'une grande aide, et comme un loyal serviteur, tu ne peux que te sentir flatter. Tu aimes qu'elle te félicite, lui être utile et qu'elle soit satisfaite de toi sont tes deux buts dans la vie. Tu es fier de toi, et tu en rougirais presque, si seulement ton visage n'était pas si pâle, et tes pommettes si froides. Seulement au fond de ta poitrine là, c'est tout chaud, tu peux le sentir.
Elle enchaîne sur cette histoire de vain et tu te prépares à écouter ses conseils, car tu sais que lorsqu'il s'agit de bonnes choses, elle est bien meilleure connaisseuse que toi. En effet, tu peux te satisfaire de tout comme de rien, et ton récent engouement pour les choses plus nobles ne vient que d'une envie de t'instruire, d'être digne d'elle. Seulement, sur certaines choses, en particulier le vin dont tu n'as pas l'habitude, tu n'es encore que novice. « Si tu veux boire un bon vin de qualité, je te conseille la bouteille de bordeaux à 500 dollars. Où alors celle à 300 dollars, mais ça ne sera pas la même qualité. » C'est vrai que dans ses cas là, le prix aide toujours. On met toujours le meilleur un peu plus cher, mais tu n'arrives jamais à trouver la limite à tout cela, et à savoir quand t'arrêter. Elle sait. Alors, tu ne vois même pas pourquoi tu penses encore, alors qu'elle vient simplement de te dire quoi faire, sous forme de conseil, que tu suis au pied de la lettre. Tu tire sur ta clope, qui se voit désormais nettement rétrécie : « Dans ce cas prenons celle à cinq-cent dollars. » Tu dis seulement, l'argent n'étant qu'une valeur totalement abstraite pour toi qui peux rester pendant des jours sans manger, et t'en vouloir d'avoir des vertiges. Tu n'as pas besoin de grand chose pour vivre, et ton besoin de nourriture est changeant selon ton humeur, tu oscilles toujours entre celui d'un petit oiseau, ou d'un aigle affamé. « Nous n'allons quand même pas nous priver pour une vulgaire histoire d'argent. ». Ça non, et surtout pas alors que tu as la chance de l'inviter à dîner.

Alors tu te lances. Est-ce vraiment le bon moment ? Tu n'en sais rien. Est-il bon de lui dire ? Tu n'en sais rien. Votre relation ne risque-t-elle pas de connaître des dommages après cette révélations ? Tu n'en sais rien et cette idée t'obsède et te ronges. Tu ne veux surtout pas faire le mal, semer la pagaille dans votre si belle entente, mais lui mentir devient insupportable. Tu veux qu'elle le sache, que dès qu'elle croise tes yeux, elle y songe, à quel point tu es fou d'elle, tu pourrais mourir pour elle. Cette obsession pour sa personne te tuerait tout entier, et tu as compris depuis peu la raison d'une telle folie. Tu l'aimes, tout simplement. Tu l'aimes comme tu n'aimeras jamais personne d'autre, du moins c'est ce que tu penses. Elle est ta seule et unique raison d'exister, et tu tuerais pour ses lèvres, pour être digne d'elle. Tu ressembles à l'un de ses fanatiques SS acclamant la gloire d'un empereur moustachu, qui rentrait dans l'histoire européenne. Tu es fou, fou d'elle, de ce qu'elle est, de l'impact qu'elle a dans ta vie : elle lui a donné un sens, tout bêtement. « Vraiment ?! Eh bien, vas-y Diablo. Je t'écoute. Qu'est ce que tu as, à me dire de si important ?! Ça concerne quelqu'un que je connais ?! » Et tu lèves tes yeux noirs d'encre vers elle, enfonçant tes incisives dans ta lèvre inférieure comme le ferait un adolescent sur le point d'avouer son premier amour. Tu ne connais rien de tout cela et pourtant ça s'est imposé à toi comme une évidence. A vrai dire, tu le sais depuis toujours, mais tu ne le comprends que maintenant. Tu écrases ta cigarette, joignant des mains, en cherchant des yeux les siennes sans pour autant les toucher. Finalement tu craques et le bout de tes doigts viennent doucement se poser sur ceux de sa main droite. « Ma Maîtresse, cela concerne votre illustre personne. » Tu souffles, d'un ton moins sûr de toi tout à coup. Tu inspires et plonge ton regard dans le sien, comme tu le faisais jadis et que tu l'as toujours fais, même aujourd'hui. « Je ne sais comment vous avouer cela, et il faut bien que je précise que je ne veux en rien que ça change quoique ce soit concernant votre considération envers moi. Je ne veux pas changer à vos yeux, et j'ai terriblement peur que vous vous détourniez de moi... » Et tu t'empresses de rajouter : « Chose qui me tuerait, soyez en sûre. » Cela ne fait absolument aucun doute, et tu emploies le verbe tuer sans aucun mal, sans aucune exagération. « ...Je suis totalement, modestement, incroyablement, follement amoureux de votre personne. » Tu lâches finalement. « Et cela depuis toujours. ».
made by MISS AMAZING.


Revenir en haut Aller en bas
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: Re: (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. EmptyLun 26 Jan - 20:32

il y a certaines vérités

qu'il vaut mieux garder

pour soit.
Diablo & Aphria

Ma Reine. Depuis combien de temps n'a tu pas reçu ce titre ?! Bien trop longtemps à ton goût. Et l'entendre de la bouche de l'être qui a le plus d'estime pour toi te fait sentir encore plus forte. Encore plus puissante que tu ne l'est déjà. Même lorsqu'il n'était qu'un simple corbeau dans votre monde, il a toujours su comment te faire plaisir. Comment faire de ta vie un rêve éveillé - un paradis. Il a été le seul de tes serviteurs à avoir retrouvé après seize années d’insomnies la trace de ta princesse. Eh qu'as-tu donc fait pour le féliciter ?! tu l'as flatté d'une caresse sous le menton comme à chaque fois qu'il remplissait avec brio une mission donnée. Alors que, tu aurais pu lui donner, lui offrir beaucoup plus qu'une vulgaire caresse. Mais à cet instant précis, tu étais beaucoup trop euphorique, beaucoup trop heureuse de connaître la cachette de ta belle au bois dormant pour penser à trouver une autre manière de remercier ton humble et bel oiseau. Tu as été égoïste et tu t'en rends compte à présent. Il mérité bien plus que ça - et tu comptes bien te racheter pour ça - te rattraper pour ton manque total de considération à son égard. Il le mérite bien après toutes les choses horribles et monstrueuses qu'il a fait pour toi en ton nom. Et aussi parce que, tu l'aimes - non pas d'un amour qu'une femme ressent pour un homme où réciproquement, mais d'un amour qu'une maîtresse ressent pour son serviteur le plus proche et plus fidèle. Une affection mutuelle vous lie depuis toujours - inutile de vous connaître à la perfection pour savoir qu'entre vous deux c'était prémédité à coller. Que vous étiez destinés à vivre votre vie de misère et d'enfer tous les deux ensemble. Et jamais encore tu n'as regretté de l'avoir sauvé d'une mort certaine - de lui avoir sauvé la vie alors que tu aurais très bien pu rester spectatrice de son exécution.

Comme Khadija que tu as sauvé sur cette plage - alors que tu aurais pu passer à côté d'elle sans faire attention aux signes et aux plaintes que son corps meurtri t'envoyé. Tu ne sauves pas la vie des gens pour rien - évidemment ça serait trop facile. Tu sauves des vies qui te sont utiles pour toi - pour ton propre intérêt. Et en sauvant ces deux-là, tu as toute de suite su que tu pourrais demander n'importe quoi sans que rien ne te soit refusé. Ils ont chacun leur tour, une dette éternelle envers toi - jusqu'à ce qu'à leur tour, ils te sauvent la mise et que vous soyez quittes. Pourtant, même après ça, tu sais qu'ils ne te quitteront pas. Qu'ils ne trouveront pas le moyen, ni même le courage pour te quitter Tu es trop important pour eux - autant pour Diablo que pour Khadija. Tu as tellement infusé en eux un manque de toi - une part de ta personne que jamais ils n'oseraient t'abandonner. Tout ça n'est qu'un piège depuis le début. Ils sont désespéramment attachés à toi - comme tu es fermement attachée à eux. Ils font partis intégrante de toi et ça pour toujours - jusqu'à ce que la mort t'arrache à eux. Ce qui est certain, c'est que tu es plus disposée à mourir avant eux. Quoi qu'il en soit, un sourire éclaircit ton visage, alors que tu laisses une nouvelle cendre tomber dans le cendrier. ø Ma Reine ?! Par tous les diables de l'Enfer il y a tellement longtemps que tu ne m'avais pas gratifié d'un tel titre. J'en suis honorée. En fait, tu te sens plus qu'honorée. Tu te sens respectée, vénérée et magnifiée. Tu prends plaisir à être adulée de la sorte. Ça flatte si bien ton gargantuesque ego. Et sur ce terrain là, l'ancien corbeau sait mieux que quiconque comment te satisfaire.

Un nouvelle cendre tombe dans le cendrier ce qui laisse à penser, que tu es à deux doigts de toucher le filtre et de devoir t'en rallumer une autre. Hors donc, il t'a demandé conseil sur le vin. Tu lui a suggéré dans un sous-entendu de prendre la plus chère. D'une part ce que le vin le plus cher fait toujours parti d'un meilleur cru et de l'autre, rien n'est trop beau pour toi. Et puis entre vous, il ne doit pas y avoir cette fatidique question d'argent. Après tout, tu le payes assez bien pour qu'il puisse te payer un restaurant correct tous les jours. Alors il n'y a aucun problème - il te le fait bien remarquer lorsqu'il t'annonce alors que c'est celle-là que vous prendrez. Tu souris. Satisfaite d'avoir ce que tu veux. Une bonne bouteille de vin en compagnie de ton bel oiseau. Qu'est ce qui pourrait gâcher ce merveilleux moment si rare tu l'avoues ?! Tu as exprès éteint ton portable pour ne pas être importunée par quiconque. Ce moment est si précieux pour toi - pour lui aussi tu penses, qu'en aucun cas, tu ne veux être dérangée. Écrasant ton mégot dans le cendrier, tu croises tes jambes dans l'autre sens - pour te replacer un peu plus confortablement sur ta chaise. Et tu lui souris davantage - avant de venir croiser tes doigts sous ton menton. ø Tout à fait. Nous n'allons tout de même pas nous contenter du bas de gamme alors que, nous pouvons aisément nous offrir le haut de gamme. Ça serait vraiment idiot. Tu ris du bout des lèvres - en fixant du regard ton bel oiseau. C'est vrai que ça serait bête de ne pas profiter de cet argent qu'il gagne à la sueur de front. À défaut d'être ton bras droit, il est aussi ton employé - et tu le payes comme tel - comme une patronne qui paye avec honnêteté son assistant.

Et puis soudain, il t'a semblé voir comme un changement de son regard - comme dans son comportement. Son anxiété ne t'a pas échappé. C'est comme si il se donnait du courage pour t'avouer quelque chose d'important. D'ailleurs, il a bien quelque chose d'important à t'annoncer. Alors tu lui a dit que tu l'écoutais - et qu'il pouvait prendre la parole. Mais surtout, tu as souhaité savoir si cette annonce concernait quelqu'un que tu connaissais personnellement. Et tout s'enchaîne alors, ses yeux noirs comme le fin fond de l'espace qui se lève et s'enfonce dans les tiens d'émeraude. Ses incisives qui s'enfoncent des sa lèvre inférieur comme un jeune homme dévoilant au grand jour et pour la toute première fois son amour à l'être aimé. Et tu espères qu'il ne va pas t'avouer être amoureux de quelqu'un où au pire de toi. Un telle révélation changerait beaucoup de chose entre vous. Tu serais d'abord choquée - puis interloquée. Parce que tu ne comprendrais pas - concevrais pas que ton alter-ego puisse ressentir l'amour alors que toi-même, tu n'arrives pas l'éprouver pour les autres. Et enfin, il écrase son mégot dans le cendrier - en venant joindre ses mains. Tu vois qu'il cherche des yeux tes mains - alors tu les poses à plat sur ta table pour te mettre un peu plus à l'aise. Et tu sens le bout de ses doigts se poser doucement - comme une plume d'oie sur ceux de ta main droite. Tu hausses un sourcil. Surprise de cet attouchement - qui n'est pas habituel chez lui même et dont tu n'as pas été habitué jusque ici. Mais pourtant, tu le laisse te toucher - et ne voit aucun mal à cela - alors tu te laisses faire sans opposer la moindre indignation où résistance.

Et la vérité éclate comme une bouchon de champagne, comme une canette de soda qu'on aurait trop secouée. Savoir que la chose te concerne te fait froid dans le dos. Tu n'as pas envie de savoir - parce que tu crains le pire. Sa façon d'être te fait croire le pire. Et tu donnerais tout pour être sourde avec ce que tu es sur le point d'apprendre. Il ne sait pas comment de l'avouer - comme si il craignait ta réaction. Il te connait bien, il sait comment tu réagis. Tu peux bien le prendre comme tu peux mal le prendre et partir dans un colère noire. Il précise d'ailleurs que ce qu'il a t'avouer ne doit rien changer de la considération que tu éprouves tant à son égard. Tu ne sais pas si tu peux tenir cette promesse - il y a tellement d'idées qui se bousculent dans ta tête que tu ne sais si tu pourrais continuer à avoir de la considération pour lui si, il t'avouait ressentir un quelconque sentiment amoureux pour toi. Tu ne peux pas non plus promettre qu'après ça, ton corbeau sera toujours le même à tes yeux. Il sera différent - tout sera différent entre vous c'est sûr. Et l'entendre te dire que si tu prenais la décision de te détourner de lui ça le tuerait à coup sûr. Un frisson d'effroi te traverse tout le long de la colonne vertébrale. Ton échelle d'anxiété et de peur vint de monter un échelon supérieure et tu n'es plus certaine de pouvoir en écouter davantage. Pour tu restes, trop curieuse - trop impatiente aussi. Des défauts qui changeront à tout jamais ta vision si parfaite que tu avais de lui.

Et lorsqu'il t'annonce que depuis toujours il est totalement, modestement, incroyablement, follement amoureux de toi. Tes yeux s'écarquillent - impossible de parler. Tes lèvres restent paralyser tant le choc est rude - tant la vérité est dure à entendre. Tu n'arrives pas à y croire. Comment cela est possible ?! Toi qui le pensait aussi insensible que toi à l'amour - voilà qu'il venait te prouver qu'il avait un cœur. Amoureux de toi. Tu devrais être touchée, mais non - ça te fruste. Ça te désappointe qu'il puisse ressentir un sentiment aussi bête et futile que l'amour. Ton regard se baisse et doucement tu viens retirer ta main de la sienne. ø Je ... je ne sais pas quoi te dire. Tu peines à trouver les mots. C'est tellement dur pour toi. C'est tellement insensé et tellement fou aussi. Comment vas-tu pouvoir te sortir delà ?! Il faut que tu parviennes à trouver les mots justes. Seulement, je suis déçue. Déçue de découvrir que mon corbeau que je croyais aussi imperméable que moi à l'amour, vient de me prouver le contraire. Comment ?! Tu peines à soutenir son regard - tellement la colère mélangé à de la sale déception te submergent. Comment as-tu pu en arriver là ?! Talie je peux comprendre. Elle est faible d'esprit et malléable, mais toi ! Je te pensais au dessus de tout ça. Ta tête se secoue de gauche à droite et ton regard se baisse à nouveau pour se replonger aussitôt dans celui de ton corbeau. Tu comprendras que je ne puis te rendre cet amour que tu m'affectionnes tant. Je suis désolée. Dis-tu simplement d'un regard sérieux et empli en même temps de crève-cœur et de douleur.

« quand on est aimé on ne doute de rien. mais quand on aime on doute de tout. » ►
Code by AMIANTE


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. BjFY
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. EmptySam 7 Mar - 23:18


   

   
❝ le duo : Diaphria

   
  
♡ L'amour dévastateur de l'oiseau noir


   Un des serveurs, avec grâce et délicatesse, vient lentement verser dans chacun de vos de verre un peu de vin afin que vous y goutiez. Alors que ta Maîtresse s’y prend à cœur joie, toi tu fais signe au serveur que c’est elle qui se chargera de juger la boisson, et tu te contentes de fixer l’esthétique du verre avec grand intérêt. T’étais quelqu’un comme ça, très sensible à la beauté et au travail des choses. Tu ne t’en rendais pas toujours compte, mais t’avais l’œil observateur des artistes. Tu n’étais pas intéressé par grand-chose, et ton seul unique but était d’obéir, mais tu n’étais pourtant pas démuni de talents. Ainsi tu observais le cristal du verre avec une certaine attention dans le regard, baladant tes yeux sur les détails de la matière, et le temps qu’il avait dut prévoir pour le rendre si agréable à regarder. Tout ça te fascinait, le travail des matières, et tu n’étais pas non plus insensible particulièrement à l’esthétique des vêtements. D’ailleurs ce travail au sein du Modesia te rendait plutôt heureux. Non ? Tout ce que ta Maîtresse te dirait de faire te rendrait heureux, tu ne vivais que pour son sourire. Tu étais l’esclave de son bon vouloir. « Ma Reine ?! Par tous les diables de l'Enfer il y a tellement longtemps que tu ne m'avais pas gratifié d'un tel titre. J'en suis honorée. » Un doux rire rauque t’échappa en entendant l’expression qu’elle utilisait. Tous les diables de l’enfer, rien ne lui collait mieux aux lèvres, mais tu t’amusais de voir avec quelle facilité elle pouvait déballer de telles expressions.  De toute façon, qu’est-ce qui ne t’amusait pas chez elle ? Qu’est-ce que n’aimait pas chez elle ? Rien. Tout te plaisait, du plus grand de ses défauts, à ses qualités cachées. Autant pouvait-elle être une personne abjecte, que peu de gens appréciait, elle était pour toi une reine sur un trône doré, que tu plaçais comme souveraine de ta propre vie. Elle avait tous contrôles sur toi parce que tout ça te paraissait être une évidence. Il n’y avait jamais eu qu’elle, pourquoi déciderait-tu d’un seul coup de vivre indépendamment ? Tu n’en voyais pas l’intérêt car sans elle tu étais seul, tu n’étais rien. Elle t’avais sauvé de la mort, elle t’avais choyé et offert un toit, tu avais tout ce dont tu avais besoin avec elle. Tu fis un petit sourire carnassier. « Cela vous plait ? C’est parce que vous l’êtes. » Tu répondais simplement. N’était-ce dont pas inévitable ? Qu’après tout ce temps, l’un de vous tombe amoureux l’un de l’autre ? Évidement que si, et ça ne pouvait pas être Aphria. Alors c’était toi, le pauvre fou, qui était piteusement tombé sous le charme de cette grande brune aux lèvres vermillon, qui avait déjà tout, et certainement pas besoin de ton amour. Alors tu t’en étais longuement voulu pour cet amour caché, stupide, et impossible. Tu t’étais puni pour une telle sottise. Pourtant ce n’était pas le genre de chose qui s’oubliait, ce n’était pas le genre de chose facile à intérioriser. Il fallait que tu lui dises. Il y avait en plus cette impossibilité que tu avais à lui mentir. Tu étais à sa merci totale, et le simple fait de lui cacher quelque chose te rendait encore plus fou que tu ne l’étais déjà. Il fallait que tu lui dises, et pourtant quel intérêt à cette défaite que tu savais certaine ? Tu étais le stupide agneau se jetant dans la gueule du loup, sans grand intérêt, même après avoir pu pleinement en apercevoir les crocs.  

Tout à fait. Nous n'allons tout de même pas nous contenter du bas de gamme alors que, nous pouvons aisément nous offrir le haut de gamme. Ça serait vraiment idiot. A cette Reine tu aurais offert la Lune si tu l’avais pu, si elle te l’avait demandé. Alors, pas vraiment soucieux de ton argent, tu la laissais gouter le vin et donner son avis. Qu’il coûte un prix astronomique, tu n’en avais que faire, si ça pouvait lui faire plaisir, si elle pouvait passer une bonne soirée. Toi, tu ne t’y connaissais pas vraiment en ce qui concernait les grands vins. Tu savais les apprécier, pour leur goût, pour leur robe, mais pas les choisir. Pour toi, même le plus minime des vins pouvait représenter un intérêt, car tu étais de ceux qui malgré leur snobisme naturel – ou plutôt celui que tu avais acquis après ses longues années auprès d’Aphria – aimait trouver utilité à chaque chose. A la robe la plus laide achetée dans une friperie, tu découpais les formes pour en faire une robe du soir digne du Modesia. C’était en quelque sorte, ce qu’on pouvait appeler le talent du futur couturier. Toi, le corbeau, couturier ? Ne dites pas de sottises voyons. « Alors, comment est-il ? Bon ? » Tu demandais finalement, intéressé, alors que le serveur patientait soigneusement en tenant toujours la bouteille, se demandant si elle était à la hauteur de votre convenance. Toi, tu boirais ce qu’elle te dirait de boire, tu boirais ce qui lui plairait. Tu songeais à ton pavé de saumon, toi qui ne supportais pas bien les légumes et qui te retrouvais à bouder comme un enfant de quatre ans le moindre aliment un tant soit peu vert. Tu supportais plutôt bien tout ce qui était viande et poisson, toi qui corbeau n’avait pas de dents, pour mordre la chair à pleines dents, tu ne t’en privais plus désormais.

Et puis, tu deviens nerveux. D’un seul coup, tu te souviens. Tu te rappelles ce que tu lui caches, et ce que tu voulais lui dire. Comme une crise d’anxiété qui s’empare de toi, et tu sens tes mains tenant élégamment ta serviette devenir moite. Comment lui mentir ? C’est impossible, elle avait déjà deviné, et d’ailleurs elle te questionnait quant à cet étrange comportement que tu adoptais. Sur le coup, tu paniquais un peu et te mettais à espérer subitement qu’un incendie éclate à l’intérieur du restaurant, et vous force à vous précipiter à l’extérieur. Mais tu ne peux plus faire marche arrière, et cela fait trop longtemps que tu t’entraines devant ton miroir, et que tu te tortures en imaginant tous les scénarios possible quant à la réaction qu’elle va avoir. Alors tu finis par lui dire, par tout lui dire. Quitte à le faire, autant ne rien regretter. Tu l’aimes, tu l’aimes comme ce n’est pas permis, elle devrait s’en douter, non ? Non. Son regard perd d’un seul coup toute sa splendeur, et s’assombrit cruellement. Tu restes statique, et tu la fixes comme un condamné à mort attend que l’on vienne l’abattre, et si possible d’un seul coup, afin de ne rien sentir. Seulement tu le sais, c’est impossible de ne rien ressentir, dans ces moments là. Sa main quitte la tienne, et c’est déjà une souffrance terrible que de la voir pour la première fois, s’éloigner de toi. « Je ... je ne sais pas quoi te dire. »  Oh, toi non plus. Et là, tu te sens terriblement idiot, la sensation d’avoir tout gâché te picorant le corps, à la façon de mille becs de corbeaux. Tu n’as plus rien à ajouter, c’est à elle de parler, et tu n’angoisses plus désormais, tu attends simplement la sentence. « Seulement, je suis déçue. Déçue de découvrir que mon corbeau que je croyais aussi imperméable que moi à l'amour, vient de me prouver le contraire. Comment ?! Comment as-tu pu en arriver là ?! Talie je peux comprendre. Elle est faible d'esprit et malléable, mais toi ! Je te pensais au dessus de tout ça. » Tout cela sonne comme de terribles reproches à tes oreilles, et tu déglutis, baissant honteusement les yeux. Rien n’est pire que les réprimandes de ta supérieure, pour la misérable créature que tu es, et la place immense qu’elle prend dans ton cœur. Ta mâchoire se serre face à cette douleur indéfinissable qui prend place au milieu de ton thorax, et s’étend un peu place à chacun de ses mots. Tu as la sensation qu’un trou se creuse à l’intérieur de toi, un poignard aiguisé qu’on enfonce jusqu’à ton cœur. Tu ne pensais pas une telle sensation possible, pour toi qui n’avais jamais connu que la douleur physique. « Tu comprendras que je ne puis te rendre cet amour que tu m'affectionnes tant. Je suis désolée. »  Alors tu la fixes droit dans les yeux, sans rien d’abord.  Juste un regard vide, triste en vérité. Quelque chose que tu ne connaissais guère avant. Comme une sorte de… Peine de cœur ? Tu ne comprends pas, tu es perdu, mais pas vraiment surpris. A quoi est-ce que tu pensais ? Tu inspires finalement, fixant tes mains aux ongles rongées jusqu’au sang, et la mâchoire serrée pour supporter cette douleur, qui est pourtant tout sauf supportable. « Je… » Tu commences, glissant tes mains dans tes boucles brunes. Tu trembles ? Putain, est-ce que tu trembles là ? « ...Comprend. » Tu dis, avant de poser une main sur tes yeux. Non pas pour cacher des larmes, car tu ne connais pas les pleurs, mais pour cacher ta honte, une honte affreuse. « C’est moi qui suis désolé je… Je ne vois pas pourquoi je vous ai dis ça… » Tu lâches dans un rire un peu moqueur envers toi-même, un rire jaune. « Ne comparez pas mon amour avec celui de Talie. Tu lâches un peu plus sèchement, redevenant d’un seul coup toi-même, mais puissance un million. Ça n’a rien à voir avec elle. Je ne crois pas au prince charmant ni à toute ces conneries, je ne vous demanderai jamais de telles choses. » Ton regard se perd, vide de toute émotion. « Il s’agissait d’une admiration envers votre personne, d’une admiration qui a pris des proportions immenses. Mais vous n’en avez que faire de ça. » Tu lâches comme avec regret, serrant un peu les poings avant de te lever, soupirant. « Je vais rentrer. » Et tu fais demander ton manteau. Tu ne te sens plus vraiment en forme pour affronter ça, dans la honte et une colère étrange, que tu n’expliques pas.

made by MISS AMAZING.


Revenir en haut Aller en bas
Aphria M. Ysley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre pourquoi ce monde est si obnubilé par l'amour.
Faites place à la vedette
Aphria M. Ysley
J'ai posé bagages ici le : 29/01/2014 Jouant le rôle de : Maléfique #teamsleepingbeauty. Nombre de messages : 739 On me connait sous le pseudo : Kikiwette aka Juliette. Un merci à : Vava : @roseadasio & Sign : @bazzart Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Angelina Jolie.
MessageSujet: Re: (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. EmptyVen 13 Mar - 0:03

il y a certaines vérités

qu'il vaut mieux garder

pour soit.
Diablo & Aphria

Diablo a toujours su comment flatter ton incommensurable et insatiable ego. Et c'est sûrement pour ça qu'il est en dehors de Dexter, le seul homme que tu estimes à sa juste valeur et pour ce qu'il est. Il n'est certes plus ton animal de compagnie, mais il reste malgré tout ton bel oiseau. Ton seul, unique et véritable ami dans en ce monde décadent. Et puis, il sait mieux que quiconque comment te rendre heureuse - utiliser les bons mots au bon moment. Comment te satisfaire sans fournir le moindre effort. Il est tout simplement l'homme parfait. Ton égal tout simplement. C'est un homme comme lui qui aurait pu faire battre ton cœur - si t'avais véritablement un cœur et que tu savais comment les sentiments amoureux fonctionnent. Et comme tu n'y connais absolument rien à l'amour, ce n'est pas demain la veille que tu vas tomber amoureuse du premier ou de la première personne venue. Parfois tu l'avoues, tu aimerais ça toi, tomber amoureuse. Juste pour voir ce que ça fait. Ressentir ce que les autres ressentent. Juste pour te moquer de toi-même lorsque en te regardant dans un miroir, tu verras à quel point tu as l'air stupide. Et tu te sentiras comme une imbécile, une simple d'esprit qui croit que l'amour est aussi indispensable que de respirer. De toute façon qui peut croire qu'un jour ton cœur de glace puisse fondre ?! Si même toi tu n'y crois pas, ce n'est même pas la peine d’espérer.
Quoi qu'il en soit et pour toute réponse, tu lui caresse avec tendresse la joue. Une façon très particulière de le remercier - dont il est le seul à en être gratifier. Parce qu'il le mérite et qu'il est le seul à pouvoir se vanter d'avoir une place spéciale dans ton cœur si gelé. Tu lui lançais même un sourire. Non pas un de ceux que tu utilises pour charmer. Non. Un vrai sourire. Un sourire radieux et ravie. Oui t'es ravie d'être là à cette table en sa compagnie. Et le serveur arrive avec la bouteille de vin la plus chère. Il t'en verse un fond dans ton verre. Tu as été désigné pour être la goûteuse de ce soir. Il sait que t'es experte et que tu sais reconnaître le bon vin de qualité à la merde de supermarché. Alors tu commence par siroter une première gorgée - et tes papilles sont en éveilles. Tu retrouves bien le goût fruité et légèrement amer que seul les grands vins possèdent. Tu souris à Diablo pour lui assurer que ce vin là - mérite bien son prix de vente -avant de reposer ton verre sur la table pour que le serveur puisse à nouveau te resservir. ø Il est doux et corsé à la fois. Un subtile mélange de saveurs et d'arômes. Je te le recommande chaudement. Dis-tu tout simplement. Ce qui donne signe au serveur de remplir vos verres sans attendre une minute de plus - avant de repartir d'où il vient. Tu sirotes une nouvelle gorgée avant de t'allumer une énième cigarette. Et ton regard se perd dans le sien. Et soudainement, tu le sens devenir nerveux. Tu t'interroges. Tu me demandes ce qu'il peut lui arriver. Il a quelque chose à te dire. Et déjà tu t'aies imaginé tout un tas de choses.
Tu craignais qu'il t'annonce une mauvaise nouvelle. T'aurais pensé à tous les scénarios possibles et imaginables - mais sans doute pas à celui qu'il vint te débattre quelques minutes après le départ de votre serveur. Il est amoureux de toi. Ton corbeau est amoureux de toi. Un de plus. Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à tomber amoureux de toi ?! Pourquoi toi ?! T'es incapable de lui rendre ce qu'il te demande alors pourquoi toi ?! Alors qu'il savait pourtant d'avance comment tu réagirais. À croire qu'il est aussi masochiste que Talie. C'est fou ça ! En même temps, avec tous les compliments qu'il t'a fait durant tout le long de la soirée, ça aurait dû te mettre la puce à l'oreille. Mais ton ego n'en a fait qu'à sa tête et n'a voulu traduire que ce qu'il comprenait -que ce qui l’intéressait. Après cette annonce quelque peu surprenante, t'étais sacrément choquée. Incapable de dire quoi que ce soit - tant tout ça te paraissait impossible. T'avais peine à croire que ton égal puisse ressentir un sentiment si banal que l'amour elle-même. Au début, tu pensais même avoir mal-entendu, mais son visage crispé attendant la sentence comme un condamnée - te prouvait la réalité de la situation. Et quand enfin, tu fus apte à ouvrir la bouche, tu pus lui dire à quel point tu étais déçu. Déçu de lui. Déçu de le voir tomber aussi bas. Tu l'as même comparé à Talie - ce que tu n'aurais sans doute pas dû faire vu la haine sanglante qu'il éprouve pour elle. Mais dans l'état que tu étais, tu n'as absolument pas réfléchi à l'impact qu'auraient tes mots sur lui. D'ailleurs, sa réponse ne se fit pas attendre. Il comprenait te disait-il.
Oui. Et toi tu es la Reine des imbéciles bien sûr. Tout ce qu'il comprend - c'est qu'il a bien merdé et qu'il aurait mieux fait de garder ses sentiments pour lui. Ses tremblements te font oser un sourcil. Il ne va tout de même pas se mettre à pleurer - pas devant toi tout de même ?! Ça serait le comble. Il ne sait pas pourquoi il t'a dit ça. Alors pourquoi il l'a fait ?! Il savait pertinemment comment ça se finirait alors pourquoi avoir tenté le coup ?! Tu ne comprends absolument pas sa démarche. Et le reste de ses dires, te rendent froide et sans émotion apparente. Si ce n'est une grande fureur qui brûle l'intérieur de ton corps comme une coulée de lave brûlante et fumante. Et lorsqu'il fait appeler son manteau pour partir. Pour faire fuir cette honte - et mettre fin à cette mascarade. Un petit sourire en coin t'écorche les lèvres alors que tu écrases durement ton mégot dans le cendrier. À ton tour, tu te lèves pour lui faire face. Tu es droite et tes yeux s'incrustent de le noir des siens. T'es en colère - t'as pourtant envie de hurler, mais tu te retiens. T'auras tout le temps d'hurler une fois les portes du loft franchies. ø Tu as raison. Je n'en ai que faire de ton amour puisque je suis incapable de le ressentir. Alors pourquoi tu m'as dit ça hein ?! Pourquoi tu m'as dit que tu m'aimais si tu savais précisément ce qui aller se passer ensuite. Tu croyais quoi Diablo hein ?! Que j'allais pleurer à chaudes larmes et te sauter dans les bras comme une adolescente découvrant l'amour pour la première fois. C'est ça ?! Ta voix se fait un peu plus rauque, plus menaçante. Et sans t'en apercevoir, tu commences à trembler.
Et tu décides qu'il est plus que temps de couper court à tout ça avant que tu en viennes à dires des choses qui auraient dépassé le fond de ta pensée. Tu fais à ton tour, appeler ton manteau avant d'ajouter tes yeux dans les siens. Je vais rentrer en taxi. En vue des circonstances. Ça vaudra mieux pour tout le monde. Un dernier regard échangé et tu quittes le restaurant sans te retourner. Tu n'en reviens pas toujours pas. Tu veux croire que ce n'est qu'un rêve -que tu t'es simplement assoupie sur la table et que Diablo va te réveiller à la seconde. Mais la douleur et la colère que tu ressens au plus profond de tes entrailles sont si douloureuse que tu peux exclure l’hypothèse du rêve. C'est plus un cauchemar. Un cauchemar qui ne se finirait jamais. Jamais t'aurais pensé qu'un jour l'être que tu estimes le plus au monde finirait par te décevoir. Et maintenant ?! Que va-il se passer ?! Tout ce que tu sais c'est que, plus rien ne sera pareil. Diablo ne sera plus le même à tes yeux. Et ça. Ça te fait mal. Descendre dans ton estime, est la pire chose qui pouvait lui arriver. Tu furieuse. Tellement furieuse.  

« quand on est aimé on ne doute de rien. mais quand on aime on doute de tout. » ►
Code by AMIANTE


Comment est-ce que tu peux penser que tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas ? Pourquoi tu dis que tu m'aimes alors que moi-même je me déteste ? Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?
(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. BjFY
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. (Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(Diaphria) x Il y a certaines vérités qu'il vaut mieux garder pour soit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-