AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Nike : Promotions Sur Les Chaussures, jusqu’à 64%
Voir le deal

Partagez

[Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you Vide
[Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you Vide
[Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you Vide
[Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you Vide
[Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you Vide
[Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you Vide
 

 [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rouky T. Slade

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Rouky T. Slade
J'ai posé bagages ici le : 27/06/2013 Jouant le rôle de : ce petit chien qui hésitait entre loyauté et amitié, Rouky. Nombre de messages : 513 On me connait sous le pseudo : Atomic.Sky Un merci à : u.c. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Andrew Garfield
MessageSujet: [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you EmptyDim 14 Déc - 3:19



❝Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you❞
Eden & Benji

Benjamin n'avait pas ressentit une telle angoisse depuis ... Il était incapable de le dire ! Il arpentait la salle principale du salon de thé, ignorant le regard moqueur de l'ancien lièvre de Mars et le rire décalé du Chapelier toqué. En temps normal, l'établissement n'aurait pas dut être ouvert à cette heure, mais il connaissait bien l'un des co-propriétaire et s'était arrangé pour obtenir une ouverture exceptionnelle pour cette occasion exceptionnelle. « Bon ... On reprend » Il inspira profondément, s'arrêtant un instant avant de reprendre sa marche éternelle. « Eden, on se connait depuis quelques temps maintenant et ... Faut que je te dises ... Tu me plais beaucoup ! » Le rire d'un propriétaire le fit sursauter, il lui lança un regard furieux et reprit de nouveau. « Nan ! T'as raison, elle va me prendre pour un crétin ! » Il s'accroupit subitement, ses mains se perdant dans ses mèches rousses en bataille. Il se mit à marmonner des choses incompréhensible, les yeux fixés désespérément sur le sol. Le chapelier s'approcha de lui en secouant la tête d'un air contrit et le releva pour l'amener vers une table, dans la petite cour intérieure du Salon de Thé. C'était là qu'il avait installé ses affaires, trouvant l'endroit particulièrement beau en cette période de l'année. Les plantes grimpantes recouvraient les murs de pierres, donnant un aspect ancien qu'il trouvait esthétiquement intéressant. De plus, une grande quantité de tournesols avaient été installé sur les tables et le sol pour donner un peu de couleur à cette cour, et l'impression à ceux qui s'y installait de voyager dans un monde lointain.

Il rangea son carnet fétiche et commença à tapoter nerveusement du pied, regardant son téléphone toutes les cinq secondes afin de s'assurer de l'heure qu'il était. Inspirant profondément une nouvelle fois, il finit par attraper la guitare qu'il avait amené avec lui et pinça quelques cordes, espérant que la musique détendrait les moeurs ... « Eden ... Il y a quelque chose que je dois te dire ... » Il secoua la tête en soupirant. Non là, elle penserait qu'il lui avouerait qu'il était gay. Non il fallait quelque chose de plus percutant, de plus ... Filmographique ! Mais pourquoi il n'y avait pas pensé plus tôt ? Il ferma les yeux et inspira de nouveau: il devait le faire ! Il s'était promis de ne pas quitter cet endroit, de la pas laisser la jeune femme partir tant qu'il ne lui aurait pas déclarer son amour. « Eden ... » Lorsqu'il rouvrit les yeux, la silhouette de la rousse se tenait dans l'embrasure de la porte. « EDEN ! » Il se releva brusquement, percutant la table et manquant tomber la guitare sur le sol. Il semblait que cela serait plus compliqué que prévu.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Zelda-Glitch Von Schweetz

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre.
Faites place à la vedette
Zelda-Glitch Von Schweetz
J'ai posé bagages ici le : 09/11/2013 Jouant le rôle de : Princess Vanellope ♥ (#TeamWreckItRalph). Nombre de messages : 1790 On me connait sous le pseudo : Oswin aka. Nana aka. Salomé ♥. Un merci à : shiya (avatar), Céline d'amûr (model profil), Fall out Boy, echosmith, fauve, Pow (textes) ♥. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Chloe 'Fabulous' Norgaard. ♥
MessageSujet: Re: [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you EmptyDim 14 Déc - 20:04

ENJI ღ Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you
This life is what you make it. No matter what, you're going to mess up sometimes, it's a universal truth. But the good part is you get to decide how you're going to mess it up. The ones that stay with you through everything - they're your true best friends. Don't let go of them. And baby, I hate to say it, most of them - actually pretty much all of them are going to break your heart, but you can't give up because if you give up, you'll never find your soulmate. You'll never find that half who makes you whole and that goes for everything. Just because you fail once, doesn't mean you're gonna fail at everything. Keep trying, hold on, and always, always, always believe in yourself, because if you don't, then who will, sweetie? So keep your head high, keep your chin up, and most importantly, keep smiling, because life's a beautiful thing and there's so much to smile about.

La première chose qui la toucha, ce fut la chaleur du lieu. C'était coloré tout en restant assez sobre pour passer pour intime, c'était assez meublé pour passer pour un refuge parfait, mais pas au point de s'y sentir étouffé. Il y avait énormément de lieux dont Eden ne connaissait que les noms, mais qu'elle n'avait jamais prit le temps de visiter, par peur de la solitude, de l'étrange, de l'inconnu, ou tout autre frayeur semblable, mais cette endroit était particulier. Cet endroit lui réchauffait le coeur doucement, comme un feu de cheminée au milieu de l'hiver, une ombre au milieu du désert. Cet endroit était certainement le seul qu'elle regrettait de ne pas avoir connu plus tôt. Deux années d’humanité et elle avait toujours la même phobie du monde. Elle faisait des efforts pourtant. Lorsque quelqu'un souhaitait l'emmener quelque part, elle se laissait agréablement emporter, et était constamment heureuse de le faire, que ce soit avant, pendant, ou même après. Mais lorsqu'elle se retrouvait face à face avec elle-même, il fallait toujours qu'elle se trouve mille et une excuse pour ne pas le faire. Pour se contenter du trajet boutique-maison, avec quelques rare fois un petit crochet par l'école de Mae. Et aujourd'hui, elle découvrait enfin l'agréable chaleur de la découverte. Evidemment, elle ne pouvait pas se vanter d'avoir eu l'idée de s'y rendre d'elle-même, mais pour une fois, personne n'avait eu à la prendre par la main pour la tirer derrière lui. Elle ne refusait presque jamais rien à personne, mais Benjamin était spécial. Aussi spécial que ce petit coin de Paradis au milieu de la ville. Elle aimait être à ses côtés, elle s'y sentait en sécurité, elle se sentait hors du temps et hors du monde. Plus rien d'autre n'avait d'importance, rien que leurs rires cristallins se mêlant dans une jolie symphonie. Elle aimait sentir son coeur palpiter, ses mains trembler, ces papillons danser à l’intérieur de sa poitrine. Elle devenait dépendante. Dépendante de l’Émotion avec un grand "E". Elle ressentait enfin quelque chose. Pour la première fois. Elle ne saurait y mettre de mots, elle ne pourrait le décrire, mais elle savait que c'était là, en elle, et que le rouquin avait quelque chose à voir là-dedans. Alors elle ne cherchait pas à comprendre, elle ne souhaitait pas voir plus loin, il lui suffisait de profiter au maximum de ces instants, de goûter sans modération à ces sensations.


Elle flâna longuement entre les chaises au bois ravissement travaillé, effleurant du doigt les tasses, songeant à son passé perdu, et cherchant sans vraiment le vouloir si l'une d'elle était ébréchée. Elle s'amusa à comparer les fauteuils, à chercher les paires, comme dans un jeux d'enfant, à assembler les couleurs. A les repasser dans sa tête tel que Eren lui avait apprit à le faire les mois suivants leur arrivée : bleu comme le ciel, vert comme les plantes, jaune comme le soleil, rouge comme... Elle soupira doucement, sans trop savoir si c'était de tristesse ou non. De la nostalgie, sans aucun doute. Mais une nostalgie étrange, une nostalgie différente de celle des livres. Une nostalgie qui la rendait heureuse de se retrouva là, en ce moment précis, et non qui lui étreignait le coeur en lui faisait regretter une vie détruite. Ne pouvant résister, elle souleva discrètement une cloche de verre, espérant ne pas braver une interdiction, et s'empara de deux gâteaux aux allures enchantées. Ils étaient assortis, comme complémentaire. L'un où l'un portait du rouge, l'autre était paré de bleu, là où l'un montrait fièrement du vert, l'autre optait pour du violet. La rouquine approcha les deux pâtisseries de ses yeux et resta admirative devant le travail de maître, autant pour le glaçage parfait que pour la pâte brillante. Un sourire naquit sur ses lèvres rosées. Elle songea à croquer dans celui de gauche mais se ressaisit, préférant attendre de partager ses trouvailles avec Benjamin. A cet instant, elle commença à se poser des questions sur l'arrivée de ce dernier, et jeta un regard interrogatoire aux alentours pour tomber sur un brun munit d'un chapeau qui la fixait avec instance et sourire. Elle n'eu pas le temps de frissonner en se demandant depuis combien de temps elle était ainsi épiée que le jeune homme lui désignait une petite porte. Curieuse, la demoiselle s'approcha et ouvrit ladite porte. Ses yeux émerveillés découvrir une charmante cour intérieure, munie d'une table en vois, un peu usée, ce qui lui donnait le genre d'aspect plein de souvenir qu'Eden affectionnait tant. « Eden... ». Ses yeux se posèrent sur le jeune homme, un doux sourire éclaira encore d'avantage son visage. Elle ne savait pas trop si elle devait dire quelque chose, signifier sa présence.. Les papillons se réveillèrent au creux de son âme, alors que son coeur entama sa danse entraînante. Les yeux fermés du jeune homme lui offrait une aura d’innocence. Assis sur cette chaise, sa guitare dans les mains, ses cheveux roux décoiffés par le vent, il avait l'air d'un ange. Un rayon de soleil. Finalement, il ouvrit de grands yeux sur elle : « EDEN ! ». Il sembla surpris. Il se leva précipitamment, venant percuter la table, et rattrapant sa guitare de justesse. Elle rigola gentiment, amusée, avant de s'approcher de lui en rétorquant sur le même ton de surprise : « BENJAMIN ! ». Elle ne savait pas trop pourquoi, elle avait toujours préférer l'appeler Benjamin. Peut-être parce que c'était le nom qu'elle avait vu sur les papiers de l’hôpital, le jour où elle l'y avait emmené après l'avoir trouvé au milieu de la ville ? « Désolée, je voulais pas te faire peur. Mais tu avais l'air tellement... songeur. », expliqua-t-elle, souriante, en s'asseyant près de lui. « Tout va bien ? A quoi tu pouvais bien penser pour ne pas m'avoir entendu ? Tu ne me cacherais pas quelque chose, tout de même. », rigola-t-elle encore une fois avant que sa main ne vienne effleurer celle de Benji par inadvertance. Un frémissement la secoua des pieds à la tête, elle releva la tête de surprise. Son regard se plongea dans le sien.




© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.



no ordinary human
Je t'emmène courir après des rêves, et contempler les vivants, ces gens qu'on croise parfois et qui nous font tomber amoureux pour deux, pour trois. › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Rouky T. Slade

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Rouky T. Slade
J'ai posé bagages ici le : 27/06/2013 Jouant le rôle de : ce petit chien qui hésitait entre loyauté et amitié, Rouky. Nombre de messages : 513 On me connait sous le pseudo : Atomic.Sky Un merci à : u.c. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Andrew Garfield
MessageSujet: Re: [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you EmptyDim 14 Déc - 23:52



❝Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you❞
Eden & Benji

Il avait conscience de passer pour un grand idiot maladroit en cet instant. Tentant d'évacuer la monté de stress qui envahissait son corps, il passa la main dans ses cheveux, grattant nerveusement l'arrière de sa tête et ricanant d'une manière particulièrement débile. Lorsque ses yeux se posèrent sur la jeune femme, son rire cessa immédiatement. Elle était aussi magnifique que le premier jour où il l'avait vu et il maudissait son QI de tomber soudainement aussi bas que celui d'une huitre lorsqu'elle se trouvait dans les parages.  « BENJAMIN ! » Il sursauta alors qu'elle lui rendait son accueil un peu particulier avant de s'avancer vers lui. Chacun de ses pas sonnait comme une douce mélodie et à chaque fois qu'il l'a regardait, il avait l'impression de voir une mélodie s'échappant d'une boite à musique. Ses cheveux roux qui bougeaient au grès de la légère brise, son regard parfois joyeux, parfois triste mais toujours émerveillé, autant d'éléments chez elle qui faisait battre son coeur un peu plus vite. Il savait qu'il y avait eut un petit quelque chose qui s'était produit en lui lorsqu'il s'était réveiller dans cette rue, lors de leur première rencontre. C'était son visage qu'il avait vu en premier. Ses grands yeux verts et noisettes inquiets, ses longues mèches rouges qui les séparaient du reste du monde, sa voix ... Il avait toujours été particulièrement sensible aux sons ...  « Désolée, je voulais pas te faire peur. Mais tu avais l'air tellement... songeur.   » il se mit à rire de nouveau: c'était tout lui ça ! La tête dans les nuages au point de ne pas l'avoir remarqué ...  « Hm hm ... »  Il secoua la tête négativement. « Ça m'arrive souvent ces derniers temps ... » Ce n'était pas faux: ce n'était pas la première fois qu'il se faisait reprendre par quelqu'un pour son manque d'attention, ou surprendre alors qu'il était dans la lune.

« Tout va bien ? A quoi tu pouvais bien penser pour ne pas m'avoir entendu ? Tu ne me cacherais pas quelque chose, tout de même.  » Il leva les mains, les secouant devant son corps en signe de négation. Il ne pouvait pas lui balancer ses sentiments comme ça ! Il fallait un minimum de tact et d'approche. Surtout s'il devait se prendre un râteau! Cela faisait plusieurs semaines qu'il essayait de se déclarer, se promettant d'embrasser la jeune femme juste avant la fin de leurs rendez-vous, et finissant par se dégonfler au dernier moment. « Voyons ! Tu sais que je ne peux rien te cacher ... Je suis un livre ouvert ! » Ce n'était pas faux. Et cela l'embêtait profondément: cela ne servait à rien de tenter de mentir ou de cacher des choses, ceux qui le connaissait bien savait qu'il ne disait pas tout. Comme si un gros panneau "Menteur" s'illuminait sur son front. Et alors, on le regardait avec des gros yeux avant que la malédiction du gène "roux" ne s'acharne sur lui. Mais si, ce gène qui fait que dès qu'un minimum d'embarras se fait sentir, le visage de la cible se transforme en tomate vivante. D'ailleurs, le jeune homme tentait, tant bien que mal, de calmer les battements de son coeur pour s'empêcher de virer au cramoisi. « Mais assieds toi donc ! » Il regarda la jeune femme, remarquant qu'elle était déjà assise et les premières rougeurs apparurent sur son visage. Il commença à bafouiller « Ouais ... Enfin, t'es déjà assise. Super ! Euh ... Tu veux voir un truc peut être ? » Sa petite voix intérieure continuait une litanie de "crétin" qui ne s'arrêtait pas. C'était vraiment mal parti !


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Zelda-Glitch Von Schweetz

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: comprendre.
Faites place à la vedette
Zelda-Glitch Von Schweetz
J'ai posé bagages ici le : 09/11/2013 Jouant le rôle de : Princess Vanellope ♥ (#TeamWreckItRalph). Nombre de messages : 1790 On me connait sous le pseudo : Oswin aka. Nana aka. Salomé ♥. Un merci à : shiya (avatar), Céline d'amûr (model profil), Fall out Boy, echosmith, fauve, Pow (textes) ♥. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Chloe 'Fabulous' Norgaard. ♥
MessageSujet: Re: [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you EmptyMer 17 Déc - 14:52

ENJI ღ Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you
This life is what you make it. No matter what, you're going to mess up sometimes, it's a universal truth. But the good part is you get to decide how you're going to mess it up. The ones that stay with you through everything - they're your true best friends. Don't let go of them. And baby, I hate to say it, most of them - actually pretty much all of them are going to break your heart, but you can't give up because if you give up, you'll never find your soulmate. You'll never find that half who makes you whole and that goes for everything. Just because you fail once, doesn't mean you're gonna fail at everything. Keep trying, hold on, and always, always, always believe in yourself, because if you don't, then who will, sweetie? So keep your head high, keep your chin up, and most importantly, keep smiling, because life's a beautiful thing and there's so much to smile about.

La rouquine le regardait droit dans les yeux, savourant les sensations diverses dévorant la totalité de son corps. Profitant qu'elles soient toujours présentes, sachant pertinemment qu'elles disparaîtraient toutes à l'instant où elle serrait contrainte de le quitter, à la fin de la journée. Car il restait une chose qu'Eren avait oublié d'enseigner à la jeune femme. L'Amour. Elle n'était pas préparée, pas formatée. Elle ne savait pas en reconnaître les symptômes, bien qu'elle les ressentent très clairement juste au creux de son coeur. Alors elle se contentait de ce qu'elle savait : profiter des petites choses avant qu'elles ne disparaissent. Ne pas se poser de question. Les questions ont toujours cette fâcheuse manie de tout ruiner. Tout le monde sait que demander l'explication d'une blague en retire tout l'aspect amusant, n'est ce pas ? Et bien ce n'est là que l'exemple le plus basique d'une longue liste. « Hm hm... Ça m'arrive souvent ces derniers temps ... », répondit-il. Elle lui sourit chaleureusement, cette étincelle constante brillant au fond de ses yeux. Elle l'admirait. Oh oui, elle l'admirait pour tant de différentes raisons. Elle ne saurait le dire, c'était en dehors de ses moyens : exprimer ses pensées ou ses sentiments. Comme si les mots se percutaient dans un grand brouaha dans sa tête, puis s'échappaient en ricanant avant qu'elle n'ai eu le temps de les rattraper. C'était embêtant, mais elle s’entraînait. Ou elle faisait avec. Comme aujourd’hui, comme toutes les fois où elle se tenait près de lui, toute ses fois où elle était simplement heureuse, juste heureuse. Sans besoin de réflexion, sans nécessité d'y mettre des mots ou d'avoir des cas de conscience. Du bonheur à l'état le plus pur. « J'ai rien contre, voyons ! Je suis même curieuse, j'aimerais bien le voir ton monde, un jour. Tu sais, cet endroit là-haut, où tu passes tellement de temps. ». Chacun avait le sien. Celui d'Eden était toute sa vie. Elle avait vécu plus de vingt ans par procuration, par imagination. Vingt ans sous sa bulle de verre, dans son monde fantastique. C'était la seule chose qui la reliait encore à son ancienne vie et qu'elle ne pouvait se résoudre à abandonner. C'était tout une partie d'elle. La plus ancienne. Et selon elle, la plus belle. Et elle savait pertinemment que chaque monde était secret, infranchissable pour d'autres esprits que son créateur, mais sa relation avec Benjamin était trop différente pour se plier à ses conditions. Elle souhaitait, un jour prochain peut-être, le faire entrer dans sa tête, et lui faire découvrir ses secrets. Comme deux enfants dans un pays étranger.


« Voyons ! Tu sais que je ne peux rien te cacher ... Je suis un livre ouvert ! ». Elle s'assit près de lui, le visage tourné vers le sien, de même que son regard se plongeait dans celui face à lui. « Oh !, sourit-elle avec une complicité enfantine. Et tu sais à quel point j'aime les livres. ». Elle vit son visage rougir, se teindre lentement, lui donnait ce petit air adorable de petit garçon. « Mais assieds toi donc ! ». Elle le regarda de travers, amusée au plus haut point. Ses yeux virèrent de son siège en bois au visage cramoisis du jeune homme avec intermittence. Il continua en bafouillant : « Ouais ... Enfin, t'es déjà assise. Super ! ». Elle ne répondit rien mais rigola doucement, ce rire retenue jusqu'à maintenant retentit enfin. Sans moquerie, juste parce qu'il avait ce pouvoir magique de réussir à la rendre joyeuse dans n'importe qu'elle occasion, et qu'il était le seul à y parvenir. Une fois calmée, elle baissa les yeux sur ses mains et y aperçu les deux gâteaux attrapés sur le buffet plus tôt : « Oh ! Tiens ! », s’exclama-t-elle en lui en tendant un avant de mordre doucement dans le sien. « Euh ... Tu veux voir un truc peut être ? ». Ses yeux s'illuminèrent « Voir un truc ? Comment ça ? Tu veux me montrer quelque chose ? », demanda-t-elle, passant de l'amusement à l'émerveillement en une seconde à peine.


Spoiler:
 

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.



no ordinary human
Je t'emmène courir après des rêves, et contempler les vivants, ces gens qu'on croise parfois et qui nous font tomber amoureux pour deux, pour trois. › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Rouky T. Slade

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Rouky T. Slade
J'ai posé bagages ici le : 27/06/2013 Jouant le rôle de : ce petit chien qui hésitait entre loyauté et amitié, Rouky. Nombre de messages : 513 On me connait sous le pseudo : Atomic.Sky Un merci à : u.c. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Andrew Garfield
MessageSujet: Re: [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you EmptyVen 9 Jan - 14:23



❝Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you❞
Eden & Benji

Dans les films pour ado, on voit souvent un grand benêt maladroit tentant tant bien que mal d'attirer l'attention de la plus belle fille du lycée avant de se rendre compte que celle ci ne s'intéressera jamais à quelqu'un d'autre qu'au capitaine de l'équipe de football. Finalement, le benêt trouvera un oreille attentive et un amour mille fois plus grand auprès d'une fille comme une autre mais qui était là depuis le début ... Benji trouvait cela idiot: il ne pouvait y avoir de plus belle fille au monde qu'Eden. La si inaccessible et lunatique Eden. Depuis qu'il l'avait revu, quelques mois plus tôt, pour la remercier de l'avoir amené à l'hopital, il avait l'impression d'être le benêt d'un film. Et pour cause ! Avec ses cheveux roux et ses bras interminable, il avait l'impression d'être un oute en caoutchouc qu'un enfant aurait trop étiré. Il avait beau tenté de dissimuler ses tâches de rousseur -présente sur l'intégralité de son corps- par des tatouages, il ne parvenait pas à se sentir intéressant ou digne d'attirer l'attention d'une personne aussi parfaite que celle qui lui faisait face. « Voir un truc ? Comment ça ? Tu veux me montrer quelque chose ? » Il eut un bug de quelques secondes, s'interrogeant sur le sens de sa phrase « Voir ? J'ai dis voir ?? » Le retour de la tomate et le panneau "Grand couillon" clignota sur son front alors qu'il prenait conscience que sa langue avait encore fourché, le mettant dans une situation des plus embarrassante. « Merde ! Euh ... Pardon! Je voulais dire boire ! Est-ce que tu veux boire quelque chose ? » Sans même attendre la réponse de la jeune femme, il se releva, sa cuisse percutant une fois de plus la table. Il se la frotta machinalement, se dirigeant vers l'intérieur du salon de thé « Je te ramène un truc ! » Il bouscula une chaise et entendit le fracas de cette dernière sur le sol alors qu'il pénétrait dans la salle principale. Le propriétaire des lieux lui envoya un regard tueur, laissant trainer qu'un certain garçon finirait en tapis s'il continuait de casser le mobilier. Sans écouter un seul mot, Benji passa sa commande, s'asseyant sur une chaise haute du comptoir. Le Chapelier se retourna, outré, pour préparer la commande alors que Benji commença à se frapper la tête contre le comptoir « Idiot ! Idiot ! Idiot ! » Le bruit d'un plateau poser avec fermeté sur le comptoir le fit se redresser et il tenta d'éviter le regard assassin du Chapelier. Il prit le plateau, remerciant l'homme et retourna vers la cour en essayant de faire attention aux obstacles sur le chemin. La dernière chose qu'il désirait était de finir en descente de lit !

« Et voilààààà » Cria-t-il, fier d'être arrivé sans encombre à la table. « A boire et aussi, à voir ! » Blague idiote ! « Je me suis dis que tu trouverais le détail de la porcelaine à ton gout ? » Vaine tentative de rattraper le coup en se faisant passer pour quelqu'un d'intelligent et raffiné. Tout n'était peut être pas perdu finalement ! Il essaya de prendre une tasse et une petite assiette pour les porter à Eden, tandis que son autre main, tremblante, en faisait de même pour lui. L'effort lui demanda une concentration extrême et il manqua de tout faire tomber lorsque la voix d'Allant résonna, lui interdisant de toucher à la théière avant quatre minutes. Quatre minutes. C'était incroyablement long ! « Alors ? Tu aimes bien l'endroit ? » Tenta-t-il pour lancer une conversation. Il ne se sentait pas prêt à se déclarer immédiatement: pas alors que le Chapelier surveillait sa théière adorée.

Spoiler:
 

© Pando



Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you [Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[Enji] Wait till i finally have a courage to tell you how i much i love you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 123456789... Déclaration !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-