AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -42%
Machine à pâte automatique Philips ...
Voir le deal
104.99 €

Partagez

( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Vide
 

 ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Caïn P. Hell

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Caïn P. Hell
J'ai posé bagages ici le : 14/12/2014 Jouant le rôle de : Peine #teamHercule. Nombre de messages : 120 On me connait sous le pseudo : sparki. Un merci à : wild heart, anaelle. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Evan Peters.
MessageSujet: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. EmptyMer 17 Déc - 16:53




 


Shaë & Caïn
Et puis quitter ce monde, sans pudeur, ni morale
Les ténèbres. Elles t'ont emmenées avec elles au plus profond de ton sommeil. Et tu ne vois pas de rayon de lumière, pas un seul. Juste l'obscurité et le vide. Juste la solitude et la noirceur de ton cœur. Tes yeux sont clos et tes poings sont fermés. De nouveau, tu vis une nuit sans rêve. Tu as l'habitude de te faire engloutir par les ténèbres. Tu ne connais que cela après tout. Tu es né démon et tu le resteras toute ta vie, même si ton apparence n'est plus aussi répugnante qu'avant. Tu es le mal même, le fils du diable. C'est irréversible. Tu n'as pas de famille qui t'aime, tu n'as pas de parents. Tu es seul et pourtant si entouré. Dans l'obscurité, une main s'était tendue vers toi avec de l'espoir. L'espoir de te rendre meilleur. Panic... Il avait pour but de changer de vie, d'être heureux. De ne plus dépendre de personne et de devenir quelqu'un de bien, si on peut appeler cela ainsi. Tu voyais son envie comme une trahison et le souhait d'un avenir sans toi. Tu ne voulais pas le perdre et il était hors de question qu'il quitte l'obscurité pour la lumière. Il était né démon lui aussi et se devait de le rester. Par tous les moyens tu essayais de le convaincre, mais tu sentais ton emprise diminuer. Tu étais en train de le perdre. Il t'avait promis un futur plus beau, un futur ou tu serais sans doute heureux. Mais tu avais fais ton choix, tu avais choisis la facilité. Te glisser encore et toujours au plus profond des ténèbres. Qui pouvait te blâmer pour choisir l'option facile? Personne. Car personne ne pouvait se douter de la personne infâme qui logeait au plus profond de ton âme. Personne, pas même toi.

Tu retrouvas le chemin vers un monde plus gris et l'obscurité se dissipa légèrement. Tes yeux s'ouvrirent doucement et ton regard se posa sur le plafond qui était d'une couleur sombre. Tout chez toi était sombre, comme ton être. Tu te frottas délicatement les yeux, puis chercha à tâtons ton paquet de cigarette. Tu le trouvas rapidement et saisis le briquet juste à côté par la même occasion. Tu glissas ta précieuse entre tes lèvres et tu l'allumas. Eternel recommencement. Chaque réveil était pareil, bien que pour le moment, tu n'avais plus de filles à côté de toi. Tu refusais d'admettre pourquoi d'ailleurs et te contentais de t'enterrer un peu plus chaque jour dans ton mensonge. Chaque taffe te pénétrait au plus profond de ton être pour te rappeler quel point tu étais médiocre comme type. Une fois ta cigarette finie, tu l'écrasas dans le cendrier sur ta table de nuit et te redressa enfin. Tu restas un moment assis à fixer le miroir qui se trouvait devant toi. Tu observais tes traits fatigués et tirés. Tes cernes se voyaient clairement et ta santé se dégradait à vue d'œil avec toutes tes conneries. Fumer, tomber dans la drogue, les insomnies, les pilules, les cachets... Ta vie était un foutu bordel, mais ça allait mieux ces temps-ci. Tu te reprenais en main grâce à elle, même si tu refusais de l'admettre. D'ailleurs, tu avais rendez vous avec elle dans deux heures, il était temps de te bouger. Vous deviez aller à la fête foraine foutre un peu de bordel dans la vie monotone de ces gens de foire. Tu allas prendre une douche, effaçant ta mauvaise mine. A nouveau devant ton miroir, tu cachas tes cernes avec du maquillage, comme le ferait une fille. Tu te grillas une nouvelle cigarette en te baladant en boxer dans ta villa. Puis tu t'habillas enfin.

L'heure était bientôt arrivée et tu étais déjà à la foire. T'étais devant ce stand de tir et tu refusais de payer pour gagner un ours en peluche. T'avais juste à tendre la main pour le prendre et courir. Ce que tu fis sans hésiter. Tu éclatas de rire en te mettant à courir et entendant la voix du marchand. Tu le semas rapidement, avec ton sourire narquois sur les lèvres. Tu retiras ta capuche pour montrer ton visage au grand jour, serrant cet ours comme si ta vie en dépendait. Et tu la vis enfin. Parmi la foule, elle évinçait les autres filles qui jusque là t'aurais fais de l'œil. Un nouveau sourire se colla sur ton visage. Tu t'approchas par derrière d'elle et glissas ta main devant elle, l'ours dans celle-ci. « Prie pour que l'homme du stand ne me reconnaisse pas quand on passera devant. » Un rire et tu te glisses enfin devant elle, l'air bien plus radieux qu'avant. Un petit garçon passa à côté de vous et tu lui piquas un morceau de barbe à papa. Tu le toisas du regard et le petit se contenta de partir en courant. Tu tendis un bout à Shaë. « Prête pour de nouvelles aventures? » Tu ne doutais pas une seconde de sa réponse.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d


AFTER DEATH BECOMES REBIRTH
Revenir en haut Aller en bas
Shaë Calypso M.-Eastwood

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: run the world.
Faites place à la vedette
Shaë Calypso M.-Eastwood
J'ai posé bagages ici le : 01/08/2014 Jouant le rôle de : une écossaise humaine un peu tarée sur les bords aka. myself. Nombre de messages : 583 On me connait sous le pseudo : Oswin aka. Nana aka. Salomé. ♥ Un merci à : endlesslove (avatar) & Ange aka. la meilleure de toutes (profil) ♥. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Sophie 'Ginger' Turner.
MessageSujet: Re: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. EmptyVen 9 Jan - 21:33




 

☣️

Shaë & Caïn
Q u a n d     l a     l u n e     s' e m b r a s e
Toi qui croyais que ce serait simple. Toi qui croyais qu'il suffisait de tourner le dos à la vie pour que celle-ci te rattrape en courant, des excuses plein la voix. Toi, si naïve, si jeune, qui voit un monde si plein de possibilité, si grand et si beau, mais ne peut regarder le genre Humain autrement que telle une erreur. Une erreur de la nature. Un parasite grandissant. Toi qui lis les règles à l'envers, les livres par la fin, les journaux pour les bande-dessinés. Qui lève la tête, jette ta couronne par la fenêtre, défie le monde du haut de tes quelques petites années, avec pour seule arme ce sourire de gosse indestructible. Toi, cette bactérie d'une société de parasites. Et pourtant toujours aussi naïve que le premier jour de ta vie. Tu pensais que ce serait si simple. T'es tombée de haut, ma pauvre. Où tu vas, comme ça, dis ? Qu'est ce que tu fous ? Pour qui tu te prends ? T'étais si belle, t'étais si lumineuse... Qu'est ce qui t'es arrivée ? Pourquoi t'es comme ça ? Pourquoi ? Tu pourrais te bouger, tu pourrais te rebeller. Pas juste pour t'amuser, pas juste pour attirer les regards, pour une fois, nan : pour toi. Pour lui. Pour changer, pour faire quelque chose. Enfin. Un dernier cri, un dernier combat. Ça te semble si compliqué ? Nan. Nan, p'tite, ça l'est pas. T'as tellement l'habitude de gueuler, alors qu'est ce que t'attends au juste ? Pourquoi tu restes là, immobile, comme une idiote au milieu de la foule, à fixer ton reflet avec dégoût ? Comment est-ce que tu fais pour laisser les épaules te bousculer, les chaussures t'écraser ? Où t'as mis ta fougue ? Où tu t'es perdue ?

C'est si facile de te dire que c'est sa faute à lui, à l'autre type, ou à son boss. T'y es pour rien, toi ? Tu penses vraiment ? Arrête de te mentir. Arrête. Le grand brun t'as vendu du rêve et tu pouvais pas refuser, c'est ça que tu veux essayer de te faire gober ? Mais c'est faux. C'est faux. Tu savais très bien qu'il n'avait rien de plus à t'offrir. Tu savais très bien que t'avais déjà tout ce dont tu pouvais rêver. Un appartement, un travail, des amis, ta cousine, et l’indéfinissable Caïn. T'avais enfin réussie à te forger à nouveau une famille, une vraie, comme jamais tu n'en avais jamais eu. Et tu fous tout en l'air, comme d'habitude. Tu peux pas te contenter d'être heureuse ? Qu'est ce qu'elle va dire, Willow, quand elle va l'apprendre ? Qu'est ce qu'il va bien penser de toi, Ludrik ? Et Maë ? Et Lilo, alors ? Tu crois que Luc acceptera encore de s'éclater avec toi ? Tu crois que tout ses gens qui te suivent sur internet, qui t'aime pour ta joie de vivre et ta franchise, vont encore t'aimer un tant soit peu ? Tu crois que tu pourras y échapper longtemps ? Non. Caïn le saura. Tout le monde le saura. Tu vas tout perdre. Et tu l'aurais mérité. Tu trahis tes principes - pourtant si peu nombreux. Tu trahis Caïn. Tu le vends, tu l'utilises. Et ça te ronge. Ça te bouffe de l’intérieur.

Pourquoi ça fait autant mal ? Pourquoi tu te remets en question de la sorte ? Jamais. Jamais ça ne t'étais arrivé. C'est comme un cancer des sentiments, qui t'envahi petit à petit. Il te fait ressentir des trucs dont tu ne connaissait même pas l'existence. Il te change. Et tu n'arrives même pas à savoir si tu aimes ça, ou non. T'es paumée, ma pauvre. Tu contrôles plus rien. Alors ressaisis-toi. Bats-toi, merde. Gueule. Frappe. Cours. Va jusqu'en enfer avec le sourire, fais ravaler cette histoire d'espionnage au Diable, redeviens vraie. Retrouve-toi

Tu sers les poings, tu clignes des yeux. Tu t'animes enfin. Tu ravales tes doutes. Tu retrouves le sourire. Il va bientôt arriver, et alors plus rien n'aura d'importance. Juste l'espace d'une soirée, l'histoire de quelques heures. Tu craquerais sans aucun doute si l'on t'en privait. Tes yeux balayent les alentours, survolent les visages, l'étincelle de vie se rallume dans tes pupilles. Une jeune fille, à peu près de ton âge, rouge à lèvre pétant et rire aiguë à la fausse maladresse de te bousculer d'une épaule, ce qui, d'un mouvement vif, lui attire l'un de tes regards noir empli d'éclair. Elle tente de continuer à te toiser avec mépris quelques secondes avant de baisser la tête et de tracer son chemin. Tu ne manques pas ce rire qu'elle simule quelques mètres plus loin lorsqu'elle tente de retrouver sa dignité auprès de ses amis. Puis, après un sourire de fierté, tu ne sais plus trop où aller. T'aimes pas trop rester plantée là, dans le froid, mais d'un autre côté, tu ne sais pas vraiment par où Caïn arrivera, alors il vaut mieux ne pas trop s'éloigner si tu ne veux pas le manquer. Tu es sur le point de remonter l'écharpe blanche qui entoure ton coup au niveau de ton nez, lorsqu'un ours en peluche se plante devant tes yeux, t'arrachant un sourire flamboyant. « Prie pour que l'homme du stand ne me reconnaisse pas quand on passera devant. » Son rire entraîne le tien. Il se glisse devant toi, tu attrapes l'ours et assomme le jeune homme d'un coup inoffensif avant d'enfouir rapidement ton visage dans sa fourrure. « Au pire des cas, on plaidera non-coupable. Avec des bouilles comme les nôtres, il ne pourra pas en douter., rétorques-tu avec une moue de gamine triste et innocente, aux grands yeux presque larmoyants. Et si ça fonctionne pas, je te balancerais pour m'en sortir ! Mais t’inquiètes pas hein, je garderais le nounours pour toujours, et je penserais à toi quand je le verrais. » Tu lui adresses un clin d'oeil, amusée et complice. Tu ne sais pas trop si c'est la peluche ou bien la vision du blondinet qui te réchauffe soudainement des pieds à la tête, mais finalement, tu n'y prêtes pas beaucoup d'attention. Tu te sens mieux que jamais. Et d'une façon ou d'une autre, il ne fait aucun doute que c'est grâce à lui.

Un petit garçon commet l'erreur de passer près de vous, perdant en chemin un morceau de barbe à papa qui fini dans les mains du jeune homme. Le gosse n'en demande pas plus et s'enfuit, tandis que tu savoures le sucre rose fondant doucement sur ta langue. « Prête pour de nouvelles aventures? ». Tes yeux s'illuminent, ton sourire s'épanouit, et une étincelle complice s'allume dans ton regard : « Bah voyons, qu'est ce que tu attends ? ». Tu éclates de rire et te précipites au milieu de l'allée, zigzaguant entre les groupes de gens, poussant certaines personnes sans t'excuser, t'attirant les foudres de tout le monde. Mais peut t'importe. Tu entends ses pas martelés le sol derrière toi, et pourtant tu t’efforces de ne te retourner qu'une fois arrêtée, légèrement essoufflée mais tentant tant bien que mal de le cacher. Tu te trouves dans une sorte de cul-de-sac. Un bout de chemin vide de monde, encerclé par la grande roue lumineuse à ta droite, et un train fantôme lugubre à ta gauche. Tu fais volte face, le dos collé au mur. Ta voix, le ton, ta position, ton visage, et l’éternelle étincelle dans tes yeux te donne un côté limite aguicheur, mais c'est presque si tu n'en as pas conscience. Presque. « Par où on commence ? ».



hs  :
 


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d



age of miracles
Peut-être que la vie est une chienne, c'est vrai qu'on entend ça parfois. En attendant moi je vois des milliards de choses douces et belles, c'est pas du sable artificiel, c'est du métal très solide comme le parfum des fleurs. Je vivrais pas sous le règne de la terreur. › © alaska.  



Dernière édition par Shaë Calypso M.-Eastwood le Jeu 26 Fév - 15:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caïn P. Hell

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Caïn P. Hell
J'ai posé bagages ici le : 14/12/2014 Jouant le rôle de : Peine #teamHercule. Nombre de messages : 120 On me connait sous le pseudo : sparki. Un merci à : wild heart, anaelle. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Evan Peters.
MessageSujet: Re: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. EmptySam 10 Jan - 15:35




 

☣️

Shaë & Caïn
Et puis quitter ce monde, sans pudeur, ni morale
Parfois, tu te demandais sincèrement si tu n'étais pas néfaste pour elle. Après tout, tout ton être était dédié aux ténèbres. Tu étais perdu, un cas désespéré. Plus personne ne pourrait te sortir de là ou même te changer. Tu étais parti à la dérive comme un bateau sans capitaine. Dans ta dérivé, tu avais essayé d'emmener Kurt, sans succès. Il résistait et tenait bon. Alors tu t'étais rué sur elle, Shaë. Elle était devenue ton centre d'attention et inconsciemment, tu voulais qu'elle devienne comme toi. Tu ne voulais pas qu'elle continue ses conneries comme elle le faisait si bien, non. Un côté de toi souhaitait qu'elle devienne pire que ça, qu'elle devienne mauvaise, comme une partie de toi. Mais tout être humain a une partie bonne et sombre bien que toi, tu avais du mal à distinguer le bon en toi. Tu n'avais jamais rien fais pour que ça aille dans ce sens là. Les gens te fuyaient comme la peste la plupart du temps. Même ton acolyte de toujours t'avais fuis... Triste histoire que de perdre son allié. Surtout à cause d'une fille. Et il restait lui, ton sois disant maître, que tu dépasserais un jour. Qui jouait avec toi, avec tes nerfs. Tu lui tenais tête, fièrement, hautain. Tu t'étais promis de ne plus jamais être un de ses vulgaires sous fifres. Tu valais tellement mieux que ça. Au final, tu te demandais même si tu n'étais pas pire qu'Hadès parfois... Tes pensées étaient si sombres quand tu te retrouvais seul...  Tu le détestais. Plus que tout. Et tu ne savais pas encore tout à son sujet, ni sur elle, d'ailleurs...

Une fois posté devant elle, son rire illumine déjà ta journée. Ta part de lumière dans ton monde empli de noirceur, c'était bien elle. Alors pourquoi continuais tu à essayer de le rendre comme toi? Tu tentas d'esquiver habillement le nounours qui volait vers toi, mais tu te le pris sur la tête. Nouveau rire. Comment arrivais tu à rire avec elle, toi qui en était incapable avec les autres? Un véritable rire, et non pas un malsain comme tu avais l'habitude de servir à la plupart des gens que tu croisais ou connaissais. Tu la regardas plonger sa tête dans le nounours, et tu souris. Tu es heureux d'être là et tes idées sombres s'en vont une par une. La lumière gagne toujours quand elle est dans les parages. « Tu n'es pas crédible du tout. » Bien que sa tête soit comparable à celle d'une petite fille angélique, tu savais bien que les apparences étaient trompeuses. Certes, elle aurait pu facilement tromper l'homme du stand, mais pas toi. Pas toi qui la connaissait si bien, enfin... C'est ce que tu penses. « Le code d'honneur, c'est de ne jamais balancer ses complices, vilaine... Et le nounours retournera au stand et pas avec toi si je me fais prendre. » Tu lui tiras la langue, comme un enfant. Depuis quand tu devenais aussi gamin? Etait ce à cause de cette boule qui se formait dans le bas de ton ventre quand tu étais auprès d'elle? Ta moue se fit songeuse, mais tu chassas rapidement ces idées. Tu refusais d'aborder ce sujet.

Et c'est parti. Elle donne le ton, elle mène la danse, comme souvent. Elle est prête pour de nouvelles aventures et te le montre en poussant les passants. Toi, pour l'instant, tu te contentes de la regarder. De rire. De piquer quelques popcorns chez les gosses, de la barbe à papa et des bonbons. Tu les gratifies avec un merci amusé, provocant. Les parents te dévisagent, certains t'insultent, mais tu t'en moques. Tu es né pour ça. Pour faire chier le monde. Tu ne peux pas t'empêcher de la regarder, de sourire bêtement. Elle est belle quand elle fait ça. Elle est belle quand elle rit aux éclats et qu'elle s'amuse. Cul de sac. Elle se retourne vers toi. Tu aurais été quelqu'un d'autre que toi, tu aurais sans doute rougis, mais tu gardais toujours ton sang froid. Ton regard vient se plonger dans le sien, amusé. Tu mangeais les derniers bonbons que tu avais piqué au passage. Tu regardas la grande roue, puis le train. Ton hésitation ne fut pas très longue. « J'opte pour le train. » Tu ne lui laisses pas le temps de protester ou de dire quoi que ce soit. Tu étais sur qu'elle t'emboiterait le pas. Arriver devant le train, tu payas au guichet, payant pour Shaë sans aucune hésitation. Tu te permis de pousser un peu dans la file pour gagner quelques places. Ce fut rapidement votre tour d'ailleurs. Tu t'installas dans la première nacelle après avoir regardé sombrement deux petits gosses qui voulaient prendre vos places. Tu souris à Shaë pour l'inviter à prendre place à côté de toi. « Si ta peur, tu pourras toujours me broyer la main. » C'était de la provocation, mais au fond, ça te déplairait pas tant que ça qu'elle ait peur...



 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d

Spoiler:
 


AFTER DEATH BECOMES REBIRTH
Revenir en haut Aller en bas
Shaë Calypso M.-Eastwood

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: run the world.
Faites place à la vedette
Shaë Calypso M.-Eastwood
J'ai posé bagages ici le : 01/08/2014 Jouant le rôle de : une écossaise humaine un peu tarée sur les bords aka. myself. Nombre de messages : 583 On me connait sous le pseudo : Oswin aka. Nana aka. Salomé. ♥ Un merci à : endlesslove (avatar) & Ange aka. la meilleure de toutes (profil) ♥. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Sophie 'Ginger' Turner.
MessageSujet: Re: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. EmptyJeu 26 Fév - 15:15




 


Shaë & Caïn
Q u a n d     l a     l u n e     s' e m b r a s e
« Le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscurcir, parce que la lumière me gêne. ». Cette petite phrase d'un auteur français tournait en boucle dans ta tête, comme un vieux disque rayé. « Le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscurcir, parce que la lumière me gêne. ». Tu avais dû travailler dessus, une fois, il y a bien longtemps dans cette demeure dites familiale où tu n'avais jamais pu trouver ta place. « Le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscurcir, parce que la lumière me gêne. ». C'était vrai. Tu faisais partie de cette minime partie de la population à apprécier la beauté des contre-jours sur les photos, et la profondeur d'une pièce dénuée de lumière au coeur de la nuit. Tu réfléchissais la lumière éteinte, pour ne pas laisser la lumière t'aveugler et t’empêcher de voir l'essentiel, tu pouvais porter des lunettes de soleil sous la pluie, dans le simple but pour voir l'effet que ça fait, ou encore souffler sur les nuages afin de dissimuler le soleil - si tu le pouvais. Parce que le plus clair de ton temps, tu le passais à l'obscurcir. Parce que la lumière te gênais. Alors tu pouvais essayer de te faire croire encore longtemps que ce qui t'avais attirer chez Caïn la première fois avait été la blondeur de ses cheveux, les coins de son sourire ou une autre connerie du genre, mais finalement, tu savais très bien que rien de cela n'avait été la première chose que tu avais remarqué chez lui. Son ombre. Pas l'ombre qui s’étalait sur le sol à ses pieds, mais celle qui grandissait au creux de son âme, et te touchait du bout du doigt, comme poussée par la curiosité. Et en quelques secondes, la brise sombre s'était transformée en ouragan, et tu rêvais jour et nuit de te laisser porter par ses courants forts. Tu ne voulais que plonger plus profondément dans les méandres de son obscurité.

Et quand tu aurais enfin pu avoir la chance de trouver un semblant de happy end, un happy end à ta manière, il a fallu une fois de plus que tu l'envoyer balader, et pour quoi ? Quelques minables billets, un peu de reconnaissance de la part d'un adulte dont tu te fous éperdument ? Ça ne fait aucun sens, et pourtant tu n'es plus capable de faire marche arrière. Un jour ou l'autre, tout va se s'effondrer, et tu ne pourrais que regarder. Que subir. Parce que tu n'auras aucune excuse un tant soit peu valable, rien pour te permettre de protéger ton petit paradis de noirceur actuel. Et pourtant, bien que sachant tout cela, tu arrives encore à rire en sa présence, et tu n'y es pour rien : c'est lui qui a cet effet sur toi. Tu oublies tout le reste, c'est juste lui et toi, l'espace d'une soirée. C'est ce que tu penses tout du moins, ce que tu espères. « Tu n'es pas crédible du tout. », qu'il répond à ta mimique de petite fille que tu préparais pour le propriétaire du stand volé. Tu lui fronces les sourcils, faussement vexée « Plus que toi et tes airs de démon en tout cas. », avant de laisser un sourire fleurir à nouveau sur ton visage. « Le code d'honneur, c'est de ne jamais balancer ses complices, vilaine... Et le nounours retournera au stand et pas avec toi si je me fais prendre. ». Tu souris de plus belle. « Oh mais je suis pas une complice, je suis une victime ! Prise en otage par un voleur de peluche. ». Tu fais mines de t’évanouir à la manière d'une princesse de dessin-animé, une main sur le front, et lui te tire la langue comme un gosse. Le bonheur de l’innocence.

« J'opte pour le train. ». Ça tu le savais, ça ne faisait pas de doute. Il avance vers la file d'attente plutôt importante de l'attraction, et tu lui emboîtes le pas sans parler, ce même sourire indélébile sur les lèvres. Il paye pour vous deux, et tu te surprends à trouver ça mignon, puis après avoir jouer un peu des coudes, vous entrez tout les deux dans la nacelle noire. Il vire deux gosse et tu ris discrètement en arrière plan avant d'être invitée à le rejoindre par un de ses sourires. « Si tu as peur, tu pourras toujours me broyer la main. », balance-t-il, provocant, et l'espace des quelques secondes suivants ces paroles, tu as très envie d'avoir peur. Alors tu enjambes le vide entre le quai et le train et t'installes à côté de lui. Les sièges ne sont pas très grands, et vous êtes presque collés l'un à l'autre. A peine quelques secondes plus tard, le mécanisme se débloque et vous partez lentement vers les lugubres secrets de l'attraction. Poussée par une pulsion tu saisis sa main qui repose tout près de la tienne et te tournes vers lui avec un sourire amusé accompagné d'un clin d'oeil « T’inquiète pas, n'ai pas peur, je suis là pour te protéger. ». C'est l'instant où tu devrais lâcher sa main, mais tu n'en fais rien. Ce contact est parvenu à t'électriser des pieds à la tête, et cette délicieuse sensation, encore toute nouvelle pour toi, te plait bien trop pour que tu la laisses filer. Tu ne peux déjà plus t'en passer. Les doubles portes s'ouvrent pour vous laisser entrer dans un noir le plus complet, tu peux à peine deviner les traits de son visage grâce au filet de lumière qui perce encore par les portes, mais bientôt celles-ci se referment. Tu te penches vers Caïn et susurres avec complicité un « bouh » à son oreille. Très vite, les choses se mettent en route. Un faux éclair par-ci, une squelette surgissant du vide par-là, une musique à glacé le sang, tout les éléments sont là, mais tu es loin d'avoir peur. Pourtant, quand le jeune homme s'amuse à t'effrayer, tu ne peux retenir un sursaut et ta main se ressert sur la sienne sans que tu ne contrôles rien, alors tu lui tape l'épaule du point en le traitant d'« Idiot. » avec des rires dans la voix. Quand vous arrivez à un virage, au bout de quelques minutes à peine, une idée germe dans ton esprit. « Suis-moi. » Tu te lèves soudainement et l’entraîne avec toi à l’extérieur de la navette, puis vous allez vous réfugier au milieu d'un décor de mannequins mis en scène autour d'une table de dîner composé de faux restes humains. Tu piques le chapeau pointu d'une sorcière et le pose sur tes cheveux roux avant de retirer la cape d'un vampire et de l'enfiler autour du cou de Caïn. Tu exploses de rire en rajustant son col. « Oh, mon Dracula ! ». Quand, une seconde plus tard à peine, le roulement des rails vous indiquent l'arrivée de vos prochaines victimes.



 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d



age of miracles
Peut-être que la vie est une chienne, c'est vrai qu'on entend ça parfois. En attendant moi je vois des milliards de choses douces et belles, c'est pas du sable artificiel, c'est du métal très solide comme le parfum des fleurs. Je vivrais pas sous le règne de la terreur. › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Caïn P. Hell

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Caïn P. Hell
J'ai posé bagages ici le : 14/12/2014 Jouant le rôle de : Peine #teamHercule. Nombre de messages : 120 On me connait sous le pseudo : sparki. Un merci à : wild heart, anaelle. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Evan Peters.
MessageSujet: Re: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. EmptyDim 1 Mar - 13:31




 


Shaë & Caïn
Et puis quitter ce monde, sans pudeur, ni morale
« Ces ténèbres ont elles un nom? Et si ce nom, c'était le vôtre? » Les définitions du mot ténèbres sont nombreuses et pourtant une seule te convient: domaine de ce qui est obscur, inconnu, difficile à comprendre, obscurité profonde et sinistre qui peut provoquer la peur et l'angoisse. Ce domaine obscur dans lequel tu vis te convient parfaitement à toi qui est différent, difficile à comprendre. Toi qui n'ait pas comme les autres et toi qui ne pense pas comme le reste de la population. A leurs yeux, tu es dangereux parce que tu n'es pas conforme à leur schéma de base. Tu ne possèdes pas les mêmes sentiments qu'eux. Il te compare à une machine parfois, à quelqu'un de sinistre, de sans cœur. Tu ne peux pas leur en vouloir de penser cela, parce que c'est le cas. Englouti entièrement par les ténèbres, ces ténèbres qui te font peur pourtant, tu n'as pas ta place parmi tous ces gens biens. Si les ténèbres devaient porter un nom, c'était sans doute le tient. Tu inspirais la peur aux autres et à toi tout seul, tu créais un monde obscur. Tu t'entourais de barrière et tu répandais le mal autour de toi, sans état d'âme. Pourquoi t'en voudrais-tu d'être comme cela? Tu n'avais pas à t'en vouloir, si? Non. Parce que tu étais comme ça et tu le serais toujours.

Lorsque le sujet se mit à tourner autour de la crédibilité, tu l'entendis te rétorquer que c'était tes airs de démons qui ne convainquaient pas. Si elle savait... Si elle savait qu'elle devrait se tenir loin de toi. Si elle avait tout ce que tu avais déjà fais... Avec elle, ce n'est pas pareil. Tu ne fais pas volontairement du mal à quelqu'un. Tu commets des délits comme un adolescent, rien de bien grave. Mais combien de fois as tu envoyé quelqu'un à l'hôpital? Combien de fois t'es tu retrouvé devant des enfants sans défense à qui tu as piqué tout ce qu'il avait? Combien de fois as tu détruit psychologiquement quelqu'un au point de pousser la personne à mettre fin à ses jours? Combien de morts avais tu sur la conscience? Oh non... Shaë ne savait pas et elle ne saura jamais. Elle ne devait en aucun cas découvrir la partie la plus sombre de ton être. Tu avais bien trop peur qu'elle finisse par te fuir. Son innocence devait restée intacte. Et oui, tu étais nocif pour elle, en tout point.

Installer dans le train, tu jetas un œil vers elle et un sourire fendit ton visage. Il n'y avait qu'avec elle que tu souriais comme ça. Elle s'installa à côté de toi dans l'espace confiné du wagon. Cette proximité avait le don de te gêner, car tu te sentais fléchir à chaque fois bien que tu ne saches pas pourquoi. T'avais l'impression que cette proximité te faisait perdre tous tes moyen et ce n'était pas bon. Pas bon du tout. Le train prend son départ et tu es surpris lorsque tu sens la main de Shaë venir prendre la tienne. Tu te dis que c'est encore un jeu, parce que tout tourne autour de ça avec elle. Elle te le confirme en quelque sorte, enfin c'est ce que tu crois, à sa manière de te répondre, de te défier. « Je sais très bien me protéger tout seul tu sais. » Un petit rire amusé s'échappe de ta bouche et tu te laisses emporter dans l'obscurité du manège. Rien ne te fait peur. Ta seule peur est celle du noir, mais l'obscurité n'étant pas totale, ta peur n'existe pas. Tu attends un peu avant d'essayer de faire peur à Shaë. Entre deux scènes d'horreur, tu tentes le tout pour le tout. « Bouh. » Elle sursaute et sa main serre un peu plus fort la tienne. Tu ne peux t'empêcher d'éclater de rire. Pourtant, au plus profond de toi même, tu es perturbé par cette main qui s'accroche à la tienne. Nouveau défi en vue, la suivre. Mais où? Tu te lèves et la suis sans hésiter. Pourquoi le ferais tu après tout? Elle se met un chapeau de sorcière et elle t'enfile une cap. Sa réflexion sur Dracula t'amuse comme un gamin. « Oh ma belle sorcière bien aimée. Je pense que nous allons nous amuser. Nos victimes s'approchent. » Tu t'approchas des rails. Tu tendis une main devant toi et tu te figeas, tes dents à découvert. Parfaitement immobile, tu jouais bien le rôle de la statue. Le wagon passa devant toi et tu hurlas un bon coup tout en tendant la main vers une des personnes, frôlant son visage du bout des doigts. La personne fit un bond sur le côté, écrasant son partenaire de wagon. Ce petit jeu risquait de t'amuser, sauf que tu savais que les vigiles arriveraient bientôt étant donné que le wagon d'avant était revenu avec deux sièges vides.



 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d


AFTER DEATH BECOMES REBIRTH
Revenir en haut Aller en bas
Shaë Calypso M.-Eastwood

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: run the world.
Faites place à la vedette
Shaë Calypso M.-Eastwood
J'ai posé bagages ici le : 01/08/2014 Jouant le rôle de : une écossaise humaine un peu tarée sur les bords aka. myself. Nombre de messages : 583 On me connait sous le pseudo : Oswin aka. Nana aka. Salomé. ♥ Un merci à : endlesslove (avatar) & Ange aka. la meilleure de toutes (profil) ♥. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Sophie 'Ginger' Turner.
MessageSujet: Re: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. EmptySam 14 Mar - 16:00




 


Shaë & Caïn
Q u a n d     l a     l u n e     s' e m b r a s e
On tourne en rond dans un monde vide, la tête trop lourde pour des jambes trop courtes. On espère trouver mieux, on espère qu'un beau jour, nos yeux s'arrêteront comme poussés par le destin sur une silhouette au loin, et qu'on pourra enfin s'élancer quelque part. Quelque part d'autre. Ou alors on finira par tomber, mais pas tout seul, parce qu'on est incapable de se laisser abandonner de cette manière. Il faut que quelqu'un nous pousse, nous mette à terre, et alors seulement, peut-être qu'on se laissera sombrer avec cette rassurante idée que ce n'est pas vraiment notre faute. On avance à tâtons, on se sent souvent stupide, peut-être un peu inutile. On doute et on recommence, on veut avancer mais on a l'impression d'aller nul part. On se cogne les uns aux autres, comme des molécules en dérive coincées dans une même goutte d'eau. On se sent si petit, si peu important. L'impression désagréable que tout ce qui nous entoure n'est que futilité nous poursuit à chaque seconde, malgré qu'on lui claque la porte chaque matin et chaque soirs, pour essayer de trouver le repos. De trouver.. le bonheur. C'est abstrait. Le bonheur. On croit en saisir le sens, on pense que c'est ce à quoi toute la terre aspire, jusqu'à ce qu'on se mette réellement à le chercher. Alors, il paraît si loin, si improbable, un rêve intouchable. Une utopie. Rien qu'une autre légende urbaine qui se passe de bouche à oreille depuis des millénaires. Un idéal que chacun se met en tête. Nous, on ne demande pas tant. On ne souhaite pas toucher au bonheur, pas encore, c'est trop tôt pour cela. Tout ce qu'on voudrait, c'est de l'authenticité. Rien qu'un peu d'authenticité dans ce monde façonné encore et toujours, constamment en construction, un univers qui ne sera jamais totalement terminé. Alors on ne demande qu'un soupçon de vrai.

Ça. Ça, c'était vrai, tout ce qu'il y a de plus vrai. Et tu n'évoquais pas le sens premier du terme, qui demandait à ce que l'on soit sincère et qu'on se dise la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Non, tu parlais de vos instants ensembles, de vos rires et vos taquineries. C'était de ce genre de vrais bonheurs qui t'offrent de petit frissons dans le creux de la nuque et t'arrache des sourires que tu ne peux retenir. Ce délicieux frisson venu de nul part te parcourt une seconde, lorsque, la main toujours dans la sienne, tu tires Caïn en dehors du wagon, laissant le petit train terminer son chemin seul et vide. Vous vous fondez dans le décor, piquez des accessoires, comme de gosses dans une boutique de jouet en pleine nuit. Et bientôt, tu entends le roulement du prochain wagon à l'approche, et donc de vos prochaines victimes. « Oh ma belle sorcière bien aimée. Je pense que nous allons nous amuser. Nos victimes s'approchent. ». Tu rigoles doucement, le regardant s'approcher du bord pour se pencher par dessus les rails, prêt à accueillir les arrivants. Quand le hurlement de Caïn retentit dans obscurité, tu ne peux te retenir d'exploser de rire. Les deux têtes inconnus se retournent vers toi autant qu'ils le peuvent, serrés dans leur wagon, et leur yeux s'écarquillent en remarquant la "réalité" des décors. Tu peux lire dans leur pupilles leur envie de quitter l'attraction dans la seconde, et tu ne peux que les comprendre, ce qui te fait d'autant plus rire. Une fois calmée, tu passes devant Caïn avec ce sourire complice que tu aimes tant lui servir, et tu lui fais signe de te suivre. Vous avancez ainsi dans le noir, à contre-sens des rails, mais personne ne semble approcher. Quand soudainement, dans la profonde noirceur des ténèbres, vous remarquez deux faisceaux lumineux qui balayent frénétiquement l'obscurité, tu tires Caïn par la manche et l'attire près de toi. « Merde », laisses-tu échappé dans un murmure. Vous vous retrouvez l'un contre l'autre entre deux squelettes mécanisés. Les lumières s'approchent, et tu retiens alors ton souffle, levant les yeux vers Caïn. L'espace étroit vous empêche de bouger ne serait-ce que le petit doigt et vos corps sont tellement proches qu'ils pourraient presque fusionner pour ne former plus qu'un. Tu plonges ses yeux dans les siens, et te sens immédiatement rassuré, retrouvant un semblant de sourire alors que tu coeur tambourine dans ta poitrine. L’adrénaline te grise des pieds à la tête et tu te dis que tu ne voudrais être ici avec personne d'autre que lui. Enfin, les ombres disparaissent dans un virage. Pourtant, tu ne bouges pas immédiatement. Sans trop savoir pourquoi, sans trop saisir le sens de tout ceci, tu te sens bien là. Presque dans ses bras. « On devrait peut-être sortir, tu crois pas ? », finis-tu par dire avec un rire mi-génée mi-amusée. Tu t'extrais adroitement de votre cachette de fortune ton chapeau de sorcière sur la tête, ton ours en peluche à la main, tu attends que Caïn te rejoigne avant de lui dire avec malice « Hey, tu sais quoi ? Le premier qui parvient à sortir d'ici décidera où on ira ensuite ».



 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d



age of miracles
Peut-être que la vie est une chienne, c'est vrai qu'on entend ça parfois. En attendant moi je vois des milliards de choses douces et belles, c'est pas du sable artificiel, c'est du métal très solide comme le parfum des fleurs. Je vivrais pas sous le règne de la terreur. › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Caïn P. Hell

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Caïn P. Hell
J'ai posé bagages ici le : 14/12/2014 Jouant le rôle de : Peine #teamHercule. Nombre de messages : 120 On me connait sous le pseudo : sparki. Un merci à : wild heart, anaelle. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Evan Peters.
MessageSujet: Re: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. EmptyLun 23 Mar - 20:34




 


Shaë & Caïn
Et puis quitter ce monde, sans pudeur, ni morale
William Shakespeare a écris: « C’est surtout quand mes yeux se ferment qu’ils voient le mieux, car tout le jour ils tombent sur des choses indifférentes ; mais, quand je dors, ils te contemplent en rêve et, s’éclairant des ténèbres, deviennent lucides dans la nuit. » Dans les ténèbres qui s'étendent, tu t'es juré de faire une révolution. Parce que trop souvent lorsqu'elles s'emparent de toi, c'est le visage de Shaë que tu vois. Comme si elle t'incitait à laisser tomber cette noirceur et tendre la main vers la lumière. Ce même rêve revenait sans arrêt. Elle et son sourire angélique... Sauf que tu n'allais jamais vers la lumière. Les ténèbres finissaient toujours pas t'oppresser et t'engloutir avec elles. Tu étais destinés à cela. Personne ne pouvait plus rien pour toi, même pas elle. Bien que tu essayais sans cesse d'y croire. Même lorsque tu frôlais cette lucidité une fois endormi, cet élan qui essayait de te convaincre qu'elle était tout pour toi et que grâce à elle tout irait bien ne suffisait pas. Non; ce n'était pas suffisant pour toi. Parce que ce dont tu avais besoin, c'était d'être sauvé. Et personne ne viendrait sauver un pauvre type comme toi qui repend le mal autour de lui. Qui est le mal. On t'avais souvent répété que la frontière entre le bien et le mal était infime, mais ce que ces gens ignoraient, c'est que la ligne était facile à franchir dans un sens mais pas dans l'autre. Passer du bien au mal n'était pas bien compliqué. Une mauvaise action suffisait à vous rendre mauvais. Par contre, une fois qu'on a basculé du côté du mal, rare sont les personnes qui nous accordent le pardon. A ce moment précis, on est condamné à faire le mal pour le reste de sa vie. Même si un jour une main se tend vers vous. Même si l'amour vous atteint un jour. Vous êtes condamnés à être malheureux. C'est indéniable.

Votre petite farce est une réussit. Les gens du wagon sont terrorisés. Et tu ris, comme si ta vie en dépendant, parce qu'il n'y avait qu'avec elle que tu arrives à être joyeux. Elle n'a jamais connu cette mauvaise facette de toi. Elle ne sait pas que tu es capable du pire. Même du pire du pire. Tu n'étais pas fier d'ailleurs, mais tu étais comme ça. Un garçon violent, sans état d'âme. Alors tu en profitais quand tu étais avec elle. Tu enfilais ton masque de garçon normal, débile et immature. Tu devenais un tout autre homme, pas celui tourmenté en permanence par ses démons. Alors que le dernier wagon s'éloigne, Shaë t'emmène à contre sens. L'idée te plait bien, ça peut être amusant, mais dangereux à la fois et c'est bien connu, tu aimes ça, le danger. Alors tu la suis, le sourire aux lèvres, parce qu'en faite, tu savais que tu la suivrais partout si elle te le demandait. T'étais bien plus accro que tu ne voulais l'avouer. Ca te faisait carrément flipper de tenir autant à quelqu'un. A une fille, surtout. Avec Kurt, ce n'était pas pareil. Les sentiments que tu éprouvais pour Shaë étaient au delà de tes connaissances et de tes habitudes. Tu étais plongé dans tes pensées lorsque le suivant wagon arriva. Tu ne compris pas la scène. Tu fus propulsé contre le mûr entre deux squelettes, la jeune femme venant se mouler contre toi dans un espace si infime que tu en oublias de respirer pendant une fraction de seconde. Elle vient plonger ses petits yeux dans les tiens et ton cœur flanche une nouvelle fois. Pourquoi tu ne pourrais pas l'embrasser, là, maintenant? Pourquoi tu n'y arrives pas? T'as sans doute peur de la briser et de la détruire, parce qu'au fond, c'est ce que tu fais le mieux pas vrai? Pourtant, dans l'obscurité partielle, tu te sens rougir comme un adolescent. Ce moment aurait pu durer l'éternité. Tu n'en demandais pas plus. Mais la réalité finit toujours par nous rattraper. « Hum, ouais. » Tu te retires doucement de la cachette et directement, elle repart sur les chapeaux de roue. Nouveau défi. « Oh, tu n'es pas très rapide, donc je crois qu'on sait déjà qui va gagner. » Tu files sur les rails et les prend cette fois ci dans le bon sens. Tu te mets à courir tout en riant, hilare. Tu fais attention pour ne pas tomber. Tu prends quand même ton temps, pour ne pas la distancer de trop. Au bout du tunnel, la lumière apparaît et tu pousses un peu plus fort sur tes jambes. L'air frais te mord les joues dés que tu sors de l'attraction. Tu te tournes vers la demoiselle.  « Gagné. J'ai le droit à quoi? » Ta fausse joie fut de courte durée. « Et toi! » Tu aurais reconnu cette voix entre mille: le mec du stand de tir. Tu te retournas et le vis avec une de ses armes en main. C'est marrant, mais le viseur était pointé sur toi. « T'as intérêt à me rendre ce que tu as pris. » Pour seule réponse, tu lui offris ton plus beau sourire.



 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d


AFTER DEATH BECOMES REBIRTH
Revenir en haut Aller en bas
Shaë Calypso M.-Eastwood

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: run the world.
Faites place à la vedette
Shaë Calypso M.-Eastwood
J'ai posé bagages ici le : 01/08/2014 Jouant le rôle de : une écossaise humaine un peu tarée sur les bords aka. myself. Nombre de messages : 583 On me connait sous le pseudo : Oswin aka. Nana aka. Salomé. ♥ Un merci à : endlesslove (avatar) & Ange aka. la meilleure de toutes (profil) ♥. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Sophie 'Ginger' Turner.
MessageSujet: Re: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. EmptyMar 28 Avr - 18:00




 


Shaë & Caïn
Q u a n d     l a     l u n e     s' e m b r a s e
C'est tout un frisson qui te traverse le corps, qui te parcourt l'échine. Tu es collée là, contre lui, dans l'obscurité de train fantôme, tu sens son souffle chaud et vos cœurs qui battent l'un contre l'autre. Tu lèves les yeux vers lui et vos yeux se rencontrent... Tu trouves ça niais au possible, et tu aimerais éviter tout ça, toi qui te vantes si souvent de n'être comme aucune adolescente, toi qui te prétends unique et bien loin de toutes ces futilités de lycéenne. Mais pourtant, au fond, sans que tu ne sois capable de te l'avouer, ça te plait de te retrouver dans cette position. Tu aimerais fondre dans son regard et te perdre dans ses bras. Là, en cet instant, tu voudrais qu'il t'embrasse, qu'il t'embrasse comme jamais, si fort que tu pourrais enfin respirer pour la toute première fois. Vous restez là un instant, serrés l'un contre l'autre, incapables de bouger, comme figés. Les secondes s'étirent incroyablement lentement, et semblent même ne plus vouloir s'écouler. Pourquoi il ne t'embrasse pas ? « On devrait peut-être sortir, tu crois pas ? ». Tu secoues la tête, comme si tu voulais reprendre tes esprits, te tirer d'un mauvais rêve. « Hum, ouais. » Et pourtant, c'était loin d'être un mauvais rêve. Tu t'étais sentie sacrément bien dans cet espace étroit, avec lui, lui et personne d'autre. Grisée par l’adrénaline procurée par la possibilité de se faire attrapée, rassurée par la proximité de Caïn, comme un ange protecteur veillant sur elle. Non. Il ne pouvait définitivement pas t'embrasser. Tu n'avais pas le droit de le lui permettre. Chaque minute, chaque seconde que tu passais à ses côtés, chaque mot que tu lui adressais était un autre acte de trahison, un poignard de plus que tu plantais dans son dos. Demain, Hadès te demanderait sans doute un compte-rendu de votre dernière rencontre.. Qu'est ce que tu lui diras alors ? Que tu avais rêvé qu'il t'embrasse ? Que vous aviez été plus proche que jamais ? Que ton coeur s'affolait à sa vue, que son souffle te faisait frissonner de plaisir, que son toucher était comme une délicieuse brûlure ? Qu'il te faisait cet effet aujourd'hui, et à chaque fois que tu étais en contact avec lui ? Vos rencontres étaient comme une escapade, une déconnexion totale du monde extérieur, plus rien n'existait, sinon vous deux et tout les jeux que vous pouviez vous inventez. Ces moments étaient si sacrés que tu n'avais même pas osé en parler à Willow, Willow, ta cousine et meilleure amie depuis le tout premier jour. Et pourtant, malgré tout cela, tu avais osé souiller ce sanctuaire en vendant vos rendez-vous à rien de plus qu'un sombre inconnu. Tu étais en train de le vendre lui.

Et tu mens toujours de plus belle, tu fais comme si rien n'avais changé, comme si tout allait pour le mieux. Comme si tu étais toujours cette fausse diable entourée d'un halo de lumière. Tu fais comme si cette trahison n'existait pas, comme si elle n'avait pas d'importance, comme si tu étais dans la capacité de tout arranger dès que tu le souhaiteras. Tu souris, tu ris et tu parles comme une gosse, juste pour essayer de tout oublier. C'est toujours ce que tu fais. Tu éclipses les problèmes pour pouvoir continuer à vivre. « Oh, tu n'es pas très rapide, donc je crois qu'on sait déjà qui va gagner. ». Tu lui adresses un clin d'oeil « J'attends de voir ça ! ». Et sans attendre une seconde de plus, il s'élance sur les rails en riant. « HÉ ! Mais tu triches ! », et te joignant à son rire, tu files sur ses traces. Tu t'y attendais, mais tu as beau courir le plus vite que tu le puises, tu ne parviens pas à le rattraper avant la fin du tunnel. La lumière vous encercle soudainement, produite par les lampadaires et néons de la fête foraine. Tu clignes des yeux histoire de t'y habituer, et, essoufflée, tu vas rejoindre Caïn en posant ton coude sur son épaule pour reprendre ton souffle, tandis que de ton autre main, tu t'appuis sur ton propre genoux. Tu as encore un reste de rire dans la voix, mais tu es trop essoufflée pour dire quoique ce soit. « Gagné. J'ai le droit à quoi? ». Tu rigoles doucement en réfléchissant à une réponse appropriée qui ferait redescendre le jeune homme de son piédestal mais tu es bien vite coupée par une voix grave sortie tout droit de la foule : « Et toi! ». Tu tournes un regard interrogateur vers Caïn pour voir son sourire soudainement s'évanouir, emportant le tien par la même occasion. « T'as intérêt à me rendre ce que tu as pris. ». Une arme du stand de tir dans les mains, il pointe le viseur en direction de Caïn, et tes yeux s’écarquillent. Bon sang, c'est plutôt ridicule comme situation quand même. Comme pour confirmer tes paroles, le jeune homme près de toi offre son plus beau sourire au forain, et tu pouffes de rire à ton tour. Ton regard redescend vers l'ours en peluche que tu tiens toujours du côté de mon bras appuyé sur Caïn, et, par reflex, tu redescends ta main pour le serrer contre toi d'un bras, te redressant par la même occasion. Evidemment, ce geste ne manque pas d'attirer le regard du type du stand qui rougit de fureur. « Je vais t'apprendre à voler les cadeaux que tu offres à ta p'tite copine, moi ! », rugit-il. « Elle n'en sait rien en plus, j'en suis sûr ». Tu fourres la peluche dans les bras de Caïn et tu t'approches de l'homme avec une étincelle de défi dans les yeux et un sourire en coin insolent. Arrivée à un mètre de lui, tu exploses de rire. « Qu'est ce que tu vas faire mon bonhomme ? Lui tirer dessus avec ton jouet ? ». Il tremble de rage, et le viseur pivote dans ta direction, à deux millimètres de ton front. Tu lèves les mains en l'air comme pour te rendre et tu arques un sourcil, amusée : « Tu voudrais tuer un innocente jeune fille pour un nounours ? ». Le coup part sans que rien ne t'y prépare. Au dernier moment, le viseur change de direction et c'est ton bras droit, presque au niveau de l'épaule, qui prend le coup. Tu recules de quelques mètres sous l'effet du choc et de la surprise. Ta vue se brouille et ta tête tourne. Que... Quoi ?



 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d



age of miracles
Peut-être que la vie est une chienne, c'est vrai qu'on entend ça parfois. En attendant moi je vois des milliards de choses douces et belles, c'est pas du sable artificiel, c'est du métal très solide comme le parfum des fleurs. Je vivrais pas sous le règne de la terreur. › © alaska.  



Dernière édition par Shaë Calypso M.-Eastwood le Jeu 30 Avr - 15:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caïn P. Hell

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Caïn P. Hell
J'ai posé bagages ici le : 14/12/2014 Jouant le rôle de : Peine #teamHercule. Nombre de messages : 120 On me connait sous le pseudo : sparki. Un merci à : wild heart, anaelle. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Evan Peters.
MessageSujet: Re: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. EmptyJeu 30 Avr - 14:50




 


Shaë & Caïn
Et puis quitter ce monde, sans pudeur, ni morale
Tu as vu cette lueur dans son regard. Ce n'est pas bien, pas bien du tout. Elle ne peut pas désirer cela. Elle ne peut pas te désirer toi. Parce que tout ce que tu réussiras à faire, c'est la détruire un peu plus chaque jour. C'est l'emmener un peu plus dans les ténèbres jusqu'à ce que le retour vers la lumière soit impossible. Tu voudrais lui dire, l'hurler au monde entier, mais tu n'en as pas la force et tu sais pourquoi. Parce que cette carapace qui entoure ton cœur, elle est la seule à réussir à la percer. Même avec Kurt, elle demeure intacte, alors qu'il est tout de même ton meilleur ami -ou quelque chose comme ça-. Tu sens battre ton cœur un peu plus fort dans ta poitrine quand tu es avec elle. Tu n'arrives pas à t'en remettre. Il te faut toujours quelques temps avant de reprendre tes esprits une fois que tu n'es plus en sa compagnie. C'est ridicule, parce qu'un gars comme toi ne peut pas ressentir des choses comme cela. Ca représente une faiblesse. Une faiblesse qu'on peut utiliser pour se liguer contre toi. Tu ne veux pas qu'on l'utilise pour te faire du mal, parce que le seul moyen, c'est de lui faire du mal aussi. D'une façon ou d'une autre. Tu ne veux pas que ça arrive. Parce qu'elle, elle doit continuer d'illuminer le monde avec son sourire, avec sa joie de vivre et avec ses conneries qui emmerdent tout le monde. Elle, elle est entourée. Il y a des gens qui tiennent à elle. Elle n'est pas toute seule. Elle laisserait un vide immense si quelque chose lui arrivait. Puis... Tu ne te le pardonnerais jamais. Jamais au grand jamais. C'est fou comme ton monde s'était mis à tourner autour d'elle. Avant, tu avais l'impression que tu étais mort. Elle, c'était ta renaissance.

Tu ne savais pas si elle parlait de toi aux autres, mais toi, tu ne le faisais pas. Tu ne le faisais pas, parce que tu ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose, mais aussi par égoïsme. Tu voulais la garder pour toi seul. Tu ne voulais pas la partager. Elle était ton rayon de soleil, toi qui ne vivais que dans les ténèbres. Alors non, Kurt ignorait son existence, Hadès aussi - enfin, c'est ce que tu pensais -. Tu n'en parlerais à personne. Et lorsque tu entends son rire avant la tempête, tu ne peux t'empêcher de te dire que ce n'est pas bien. Pas bien du tout qu'elle ressente ça. Mais le bonheur est éphémère. Il s'instaure avant de se retirer aussi vite qu'il n'est venu. Devant vous se dresse le marchand de tir. Celui à qui tu as volé cette petite peluche innocente que tu as offert à Shaë. Cette peluche qui signifie tellement de chose. C'est la première fois que tu lui offres quelque chose. Alors lorsqu'il te menace, tu souris. Parce que tu es prêt à te prendre une balle pour elle, même si ce n'est que celle d'un jouet. La douleur sera la même. Tu ne t'attendais pas à sa réaction à elle. Tu tendis le bras comme pour la retenir lorsqu'elle se mit à marcher vers le type. Tu effleuras le bout de ses doigts. Ca t'électrisa le corps et ton bras retomba machinalement le long de ton corps. Quand elle se met à le provoquer, tu prononces son prénom dans un murmure. « Shaë... » Pour la première fois de ta vie d'humain, tu ressens ce qu'est la peur. Cette sensation que tu as oublié en devenant humain. Mais elle ne se tait pas, elle continue et tu entends le coup de feu partir, sans trop comprendre ce qui se passe. Le projectile atterrit en plein dans son bras. « Shaë! » Ta voix se fondit dans un cri cette fois-ci et tu t'approchas d'elle pour la stabiliser. L'homme s'approcha de vous et la colère te submergea. Pendant une fraction de seconde, tu lâchas la jeune fille et colla ton poing dans la figure du gars. Une fois, puis deux fois. Et les coups fusèrent jusqu'à ce que l'homme finisse à terre. Autour de vous, il y avait des cris paniqués. Une fois l'homme à terre, tu te retournas vers Shaë et l'attrapa dans tes bras ainsi que le nounours - hors de question de l'abandonner lui aussi-. Tu la portas tout en courant vers un endroit reculé, une partie de la fête foraine qui était à l'abandon. Tu l'emmenas dans une cabane un peu plus sombre. Tu l'assieds sur une chaise qui se trouve là, en faisant attention à ce qu'elle reste en équilibre. Tu observes la blessure, la balle n'est pas enfoncée profondément.  « Je vais retirer la balle. Ca va faire un peu mal. » De tes fins doigts habillent, tu retiras la balle avec agilité. Ce n'était pas la première fois que tu faisais cela. Une fois fais, tu retiras ton t'shirt par instinct et vint compresser la blessure qui saignait avec. Ca stopperait l'hémorragie. Tu vins poser ton regard dans le sien. « Ca va? » Tu caresses du bout des doigts son visage d'ange et dépose le nounours sur ses jambes. Tu ne te le pardonnerais jamais.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d


AFTER DEATH BECOMES REBIRTH
Revenir en haut Aller en bas
Shaë Calypso M.-Eastwood

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: run the world.
Faites place à la vedette
Shaë Calypso M.-Eastwood
J'ai posé bagages ici le : 01/08/2014 Jouant le rôle de : une écossaise humaine un peu tarée sur les bords aka. myself. Nombre de messages : 583 On me connait sous le pseudo : Oswin aka. Nana aka. Salomé. ♥ Un merci à : endlesslove (avatar) & Ange aka. la meilleure de toutes (profil) ♥. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Sophie 'Ginger' Turner.
MessageSujet: Re: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. EmptySam 27 Juin - 16:45




 


Shaë & Caïn
Q u a n d     l a     l u n e     s' e m b r a s e
Tu ne ressens rien. C'est le néant, le vide total. Tu te sens inerte. Peut-être même morte. Tu as l'impression d'être absolument tout, sauf blessée. Tu es cette paillette rousse tombée sur le sol que les passants écrasent, cette enfant perchée sur ses longues jambes qui à sauté en croyant toucher les nuages et n'a rencontré que le béton. Celle qu'on observe de travers, celle dont on évite de croiser le regard. Celle qui n'est pas façonnée comme les autres. Mais rien n'a d'importance. Rien n'en a jamais eu. Tout ce qui sort de la bouche des passants, tout ce qui peux siffler entre les deux oreilles de ces inconnus, ce n'est rien de plus que le bruit de fond qui t'accompagne depuis toute petite. Tu ne l'entends plus, à force. Et pourtant, là, en cet instant précis, quel que soit les mots qui puissent traverser l’esprit de Caïn, tu veux en être. Tu veux t'y fondre, y faire ton nid, dans son âme. Pour la première fois, tu te dis que tu serais mieux avec quelqu'un d'autre que toi-même. Pour la première fois, tu essayes de déchiffrer ce bruit de fond. Parce qu'il ne fait plus parti du paysage quand il voyage sur la voix de Caïn.

Le monde s’étouffe autour de toi, les couleurs s'épaississent, le sol tangue, les sons s'éloignent. Le monde semble t'emporter dans sa chute. On te pousse dans un gouffre sans fond, et tu te débats pour te raccrocher à la roche. Pour trouver une prise. Tes doigts tremblants s'accrochent à Caïn, et plus cette emprise s'accentue, plus tu sembles revenir à la réalité. Tu t'accroches à lui comme un naufragé à sa bouée de sauvetage. Tu ne captes rien d'autre que sa voix au creux de ton oreille. Rien ne peux t'atteindre, par les murmures de la foule, pas les bégaiements du forain, pas le choc du corps de l'homme sur le bitume, ou les cris des spectateurs, qui font ronde autour de la scène comme des enfants devant la cage aux lions. Et tu ne ressens rien. Pas la morsure du froid, pas la douleur de la blessure. Rien d'autre que le contact de ses bras qui te portent et de ses jambes qui s’élancent, qui t’entraînent ailleurs, loin des cris des animaux de cirque. Ta vision est toujours floue, brouillée, mais tu remarque le changement de luminosité entre la rue lumineuse et la cabane sombre et isolée. Les ténèbres t'apaisent. De même que les mots de Caïn, que tu entends sans écouter. Tu essaies de toutes tes forces de te concentrer sur la douleur. La douleur. Ce mot est dénué de sens à tes yeux. C'est un concept, une idée, un songe. Comme la couleur pour un aveugle, ou la musique pou un sourd. Tu rêves de souffrir. Tu voudrais sentir tes tissus se déchirer, ta peau céder sous l'impact d'un intrus à l’intérieur de ton corps. Mais c'est le néant. Comme ça l'a toujours été. Le néant. Et c'est dans ces instants là, quand tout autour de toi te crie la souffrance que tu devrais endurer, que tu ne te sens plus humaine. Les médecins t'appelaient la patiente, ta mère t'appelait la poupée, ton père t'appelait l'extra-terrestre, tes amis t'appelaient le monstre. Toi, tu te qualifiais d’esprit. Un esprit placé dans un corps à la dernière minute, à la va-vite, sans prendre le temps de créer les liaisons entre les deux entités. « Ça va faire un peu mal. ». Si seulement. Ces mots te percent le coeur comme une attaque personnelle, alors pourtant que tu sais pertinemment qu'il n'en est rien. Alors quand il retire soigneusement la balle, tu ne dis rien, tu ne cries pas, tu ne grimaces même pas. Ton visage reste de marbre et ton regard se plante sur le lui comme si il essayait de faire passer le message de cette manière. "Non. Ça ne fait pas mal. Ça ne fera jamais mal.".

Ses yeux croisent les tiens. « Ca va? ». Tu lui en veux. Tu lui en veux et tu ne sais même pas pourquoi. Peut-être que tu lui en veux de s'être fait une place dans ton coeur sans même frapper à la porte ? Ou bien d'être venu foutre en l'air tes principes de mauvaise fille d'un seul clignement de paupière ? Mais non. Ce serait trop facile. Non, la vérité, cette vérité dérangée qui te bouscule l'estomac, c'est que tu lui en veux de ne pas être capable de te faire souffrir autant que tu risques de le faire. « Putain de merde. ». Tu te lèves d'un bond. Le sang coule sur ton épaule, il doit te prendre pour une tarée, te considérer comme un monstre insensible, comme le font tout les autres. Tu t'éloignes. Pas de lui, mais de ce qu'il représente : ta trahison. Tu le rejettes avant qu'il ne puisse te rejeter. « Je sais pas trop ce que c'est... ça, entre nous. Mais ça dois finir. Ça nous mène à rien. ». Les mots te brûlent la gorge, te déchirent les lèvres. Tu voudrais les retenir, les effacer, les arrêter. Mais tu ne peux plus te le permettre. Tu ne lui apportes rien, rien de bien. Tu évites de le regarder, sachant pertinemment que tu serais incapable de lui résister. « Tu comprendras pas, je sais, c'est pas grave. C'est pas ta faute. ». Tu voudrais qu'il te retienne, qu'il te prenne dans ses bras, contre son torse. Tu voudrais qu'il te fasse rester. Mais c'est impossible. Si il le faisait, il ne t'en faudrait pas plus pour lui obéir, et alors tu t'enfoncerais d'avantage dans tes mensonges. « C'est juste... impossible. ». Et tu lui tournes le dos. Tu fuis.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d



age of miracles
Peut-être que la vie est une chienne, c'est vrai qu'on entend ça parfois. En attendant moi je vois des milliards de choses douces et belles, c'est pas du sable artificiel, c'est du métal très solide comme le parfum des fleurs. Je vivrais pas sous le règne de la terreur. › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. ( Shaïn ) ▬ welcome to darkness. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

( Shaïn ) ▬ welcome to darkness.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-