AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Réduction sur la console Nintendo Switch Lite
Voir le deal
196.29 €

Partagez

Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Vide
Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Vide
Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Vide
Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Vide
Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Vide
 

 Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] EmptyMer 7 Jan - 19:44

Mozenrath and Nikolai
« Parfois, il suffit seulement d'un regard »


La journée était particulièrement froide aujourd'hui. Le vent était glacé, mordant, chose qui ne se produisait pas souvent, même en hiver. Il n'y avait aucune neige, mais le vent était suffisant pour que personne n'aie envie de sortir. Les maisons était fermées, et personne n'arpentait les rues comme à tous les jours de l'hiver. Peut-être que la neige n'était pas assez attirante pour les amoureux de la saison? Peut-être que personne n'avait vraiment envie d'affronter le froid, même pour passer un peu de temps hors de leurs soucis? La question restait encore pleine et entière. Cependant, pour Mozenrath, il ne fallait pas du tout rester à l'intérieur. Ce n'était pas la journée pour ça.

Il avait envie de lire, de découvrir d'autres oeuvres qu'il n'avait jamais encore jamais lu. C'était sa curiosité normale qui l'animait et qui l'avait fait sortir de chez lui. Il devait absolument braver le froid pour aller à Westwood Center, là où la bibliothèque se trouvait et où il pourrait facilement trouver de quoi satisfaire sa soif de nouveauté. Évidemment, son bras était protégé par son gant, comme toujours, de telle sorte que le froid ne pouvait pas traverser le cuir noir et aller directement se mêler à la chair fragile du jeune homme, qui ne souhaitait en aucun cas faire renaître la douleur.Il avait plusieurs élancements depuis ces derniers temps. C'était parfois insupportable. Il avait l'impression que son bras était plus fragile qu'à l'habitude, et il ne se sentait pas confortable, même avec le gant. Déjà qu'il était plutôt serré, tous les élancements qu'il ressentait le mettaient souvent dans une humeur massacrante. Alors, qui pourrait lui en vouloir d'aller à la bibliothèque pour se changer les idées?

Il entra donc au Library Duck, dit un bonjour rapide à la bibliothécaire, puis alla s’asseoir à une table, déposant toutes ses choses avant de parcourir lentement les allées à la recherche d'un roman pour réveiller son envie d'histoires. Il se dirigea aussitôt vers le rayon de la littérature française, puisqu'il avait toujours eu de formidables expériences en lisant de vieux romans datant de l'époque romantique. Il s'arrêtait sur le premier tome de la série Les Misérables de Victor Hugo et se mit à sourire. Une telle brique le tiendrait sûrement bien occupé pendant quelques jours, voire même quelques semaines. C'était exactement ce dont il avait besoin. Il prit donc le livre sur l'étagère et se dirigea lentement vers la table où il avait laissé ses choses. Il ouvrit le livre, et s'apprêta à commencer à lire, quand son regard s'arrêta sur un jeune homme qui venait tout juste d'entrer. Il fut incapable de s'en détacher pendant un bon moment. Il déposa lentement le livre sur la table.

Ce jeune homme était incroyablement... comment dire... intrigant. Mozenrath regarda le garçon entrer, dire bonjour à la bibliothécaire, puis lentement se diriger vers les allées de la bibliothèque. Il tenta de garder un œil sur lui le plus longtemps possible, essayant de capturer chaque détail. Il avait l'air plutôt jeune, quoique légèrement plus vieux que lui. Ses yeux étaient d'un bleu perçant, comme une flèche qui atteignit Mozenrath à grande vitesse quand leur regard se croisèrent l'espace d'un instant. Le contact était électrisant, puissant, comme s'ils se parlaient sans rien dire. Mozenrath lui fit un faible sourire, et de son regard l'invitait à venir s'asseoir à la même table.

Soudain, son bras se mit à l'élancer, causant une immense douleur. Son regard se tourna vers son bras, et son sourire se transforma en une grimace de douleur.

Pourquoi maintenant?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] EmptyLun 12 Jan - 14:54

Les écouteurs dans les oreilles j'entre dans la bibliothèque. C'est devenu une habitude de venir ici, tous les jours après mes cours de la mâtiné, je profite de la proximité de la bibliothèque pour étudier les nombreux textes de lois sur lesquels que je dois étudier. Autant dire que ça n'a d'apparence rien de marrant pour n'importe qui mais, je ne suis pas n'importe qui. Je marche directement vers le rayon droit et sélectionne les mêmes bouquins qu'hier, par chance toujours là. Il y a de nombreuses tables vides et pourtant c'est bien vers lui que je me dirige d'un pas décidé.

En Russie je n'aurais certainement pas agis de la même façon, d'abord parce que je n'aurais sans doute jamais été à la bibliothèque de mon lycée militaire. Ça ne m'intéressait pas du tout à l'époque, je préférais largement faire le mur. J'ai eu le droit à de nombreuses punitions d'ailleurs parce que j'ai trop souvent fait le mur, même pour les cours mais, peu m'importait. Je détestais cet endroit et je suis ravi de ne pas devoir y retourner.

Ici c'est différent. Je me sens en sécurité et chez moi, même si ma mère n'est pas là. Je crois qu'elle m'en veux un peu d'avoir fugué. Je ne pouvais pas rester là-bas, c'était trop dur et trop brutal. Je n'avais pas d'amis, je n'avais pas vraiment de vie et le seul moment ou je me sentais bien c'était dans mon lit et encore, vu les blagues pourries que mes camarades de chambre me faisaient, ce n'était pas toujours évident. Ici je suis enfin libre de faire ce que je veux, de discuter avec qui je veux et de m’asseoir ou je veux même avec un garçon très mignon, comme j'ai bien l'intention de le faire. Je pose mes livres en face de lui et lui demande :

« Salut, ça ne t'embête pas si je me mets là?»


Je n'attends même pas sa réponse et m'installe, il n'a pas l'air d'être contre en tout cas mais affichait une drôle de grimace. Autrement dis même si ça t'embête je resterais là. Je suis parfois sans gêne, pour l'instant ça ne m'a jamais causé de soucis ici. Avant j'en aurais eu des tas mais ça c'était avant. Maintenant je me sens enfin chez moi dans cette drôle de ville.

« Ça n'a pas l'air d'aller fort. Tu fais une drôle de tête.»


Social et sans gêne hein, et oui c'est tout moi ça. Un jour j'apprendrais à ne pas m’immiscer dans les affaires des autres et à laisser les gens tranquilles. Un jour mais, pas aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] EmptyLun 12 Jan - 22:01

Mozenrath and Nikolai
« Parfois, il suffit seulement d'un regard »


Ce n'était pas rare que Mozenrath se retrouve au fin fond d'une librairie, à lire n'importe quel roman qui s'y trouvait. Il n'était pas du genre à traîner dans les parcs, à sortir dans les clubs, à aller chez les autres. (Quoiqu'il y aie certaines exceptions qu'il avait toujours respecté) Il avait toujours été quelqu'un de très solitaire. Ce qui était vraiment rare, c'était que quelqu'un se joigne à lui dans une librairie, surtout pour parler comme le jeune homme avait clairement l'intention de le faire, surtout avec l'air décidé qu'il arborait. Il avait envie de partir une conversation, ce que Mozenrath apprécierait tout particulièrement s'il n'était pas arrivé au moment-même où son bras lui faisait horriblement mal. Il essaya pendant un moment de cacher son air douloureux, essayant de bien paraître devant ce garçon (si mignon, d'ailleurs) qui venait tout juste de le rejoindre.

-Salut, ça ne t'embête pas si je me mets là?

-Pas du tout. Mets-toi à ton aise, dit-il en tentant de contenir sa douleur.

La douleur se calma de plus en plus, et son visage se détendit pendant un moment. Il allait déjà beaucoup mieux, et pourrait donc se concentrer sur son interlocuteur. Évidemment, il allait devoir mentionner ce petit détail, vu qu'il lui demandait s'il allait bien. C'était rare qu'il se montre faible devant quelqu'un d'autre, son orgueil le lui refusait, mais parfois il fallait abandonner la fierté et faire face à la réalité devant soi. Il releva alors légèrement la tête et plongea une nouvelle fois son regard dans celui du garçon devant lui. Ce regard tellement brûlant, la seule vue de ces yeux en valait tellement d'autres à elle seule. C'était comme regarder en plein dans une immense couche de glace, mais une glace si pure qu'elle pouvait en laisser paraître tout ce qui s'y trouvait. Il voyait comme à travers un livre ouvert, il pouvait y voir cet air décidé, cette conviction si rare chez plusieurs... C'était beau à voir, et Mozenrath put se dire qu'il allait sûrement bien apprécier le garçon. Ça n'était qu'une question de temps, d'ailleurs. N'empêche, il était mignon, il avait ce charisme encore une fois si rare.

Il valait bien la peine de discuter avec lui.

-Ça va, ça va. Mon bras n'est pas dans un excellent état, c'est tout. J'ai eu des... complications y a quelques temps, mais il n'y a rien de grave. Je te remercie de t'en soucier.

Mozenrath lui adressa un sourire, puis aperçut que le jeune n'avait pas de roman près de lui. Il était donc vraiment venu uniquement pour lui parler? Ne savait-il donc pas que de parler dans une bibliothèque était tabou? Oh le vilain garnement. Ce n'était pas quelque chose qui dérangea Mozenrath le moins du monde, cependant. Ce genre de détail ne vaut pas la peine de s'inquiéter pour si peu. Il allait pouvoir en profiter pour mieux connaître le jeune homme. D'ailleurs, il avait remarqué quelque chose dans le timbre, la voix du jeune homme qui ne manqua pas d'éveiller sa curiosité. Il n'était pas d'ici, il pouvait en déceler les détails. Un accent légèrement slave, donc il venait de l'extrême est de l'Europe...

-Dis donc, je remarque à ton accent que tu n'es pas d'ici. Tu es russe, je me trompe?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] EmptyLun 26 Jan - 11:17

« Mets-toi à l'aise.» Il ne faut pas me le dire deux fois de toute manière j'étais déjà installé. Je n'aurais sans doute pas bougé s'il m'avait dit non mais, je sentais de toute manière qu'il me dirait oui. Il a eu des complications … c'est le genre de chose qui veut tout dire et à la fois rien dire. Des complications médicales? Il peut très bien aussi s'être fait taper dessus et dans ma tête toutes les conclusions arrivent très vite. Il a l'air d'un type peu fréquentable et c'est bien ce qui me plaît chez les garçons. Les mauvais garçons, les mauvaises graines comme aurait dit ma mère.

« Si tu le dis. Qu'est-ce qui t'es arrivé exactement?»


Je suis bien trop curieux pour me taire maintenant. S'il ne veut pas répondre c'est son droit mais quelque chose me dit qu'il le fera. J'arrive souvent à avoir ce que je veux et j'adore ça. J'ai l'impression d'être puissant quand j'arrive à faire tout dire aux autres. J'ai grimacé quand il m'a fait remarquer que je n'étais pas d'ici. Il a raison,je suis russe et ce ne sont pas vraiment de très bon souvenirs que je garde de là-bas.

« Bingo, on ne peut pas me louper en même temps. J'ai encore beaucoup de choses à apprendre en terme de langue, peut-être qu'un jour j'arriverais à faire disparaître cet accent.»


J'aurais aimé avoir la chance de naître en Angleterre mais ça n'a pas été le cas à la place de quoi je suis né en Russie et mon père s'est fait tué par des gangs, ma mère à du rembourser toutes ses dettes et nous n'avions plus rien, quant à mon école … je préfère même pas évoquer ce sujet.
« Ca te pose un problème ? » lui demandais-je alors plus par curiosité que par défi.
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Parfois, il suffit seulement d'un regard [Mozenrath/Nikolai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-