AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-44%
Le deal à ne pas rater :
Compresseur digital programmable Michelin 12V – 6,9 Bars
44.99 € 79.90 €
Voir le deal

Partagez

(zoméo) x i will try to fix you Vide
(zoméo) x i will try to fix you Vide
(zoméo) x i will try to fix you Vide
(zoméo) x i will try to fix you Vide
 

 (zoméo) x i will try to fix you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Izöé-Leska

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Izöé-Leska "Morphy" Wyer
J'ai posé bagages ici le : 02/05/2014 Jouant le rôle de : morphy (treasure planet) Nombre de messages : 311 On me connait sous le pseudo : night sky. Un merci à : night sky. (ava) night sky. (codes) tumblr (gifs) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : zoella sugg
MessageSujet: (zoméo) x i will try to fix you (zoméo) x i will try to fix you EmptyMar 13 Jan - 8:08


   

   
i will try to fix you

   
Take my mind and take my pain like an empty bottle takes the rain. Take my past and take my sins like an empty sail takes the wind. And heal.


   Tu ne sais même pas ce qui t'es passée par la tête, en fait. C'est comme si tu oubliais de penser, parfois. Enfin, souvent. Et c'est dans ces moments-là que tu fais tes conneries. Ta main s'est déjà mise à trembler, coupable encore d'être bien trop habile. Elle s'est fourrée dans ton sac et remonte maintenant doucement sur la courroie. Le vendeur n'a rien vu, ça tu le sais, et rien ne lui permet de douter que cette main à l'allure inoffensive venait de piquer un paquet d'amandes chocolatées sur l'une de ses étagères. Mais lui, il t'a vue. Tes yeux ont croisé les siens juste après avoir enfoui ta main dans ton sac, et ton sang s'est glacé dans tes veines à ce moment-là.

Timéo te connaissait maintenant suffisamment pour être au courant de tes penchants criminels. Évidemment, ce n'est pas la partie de toi qu'il préférait, et tu faisais toujours ton possible pour cacher toute trace de ta double identité lorsqu'il était dans les parages. Tu t'étais même promise qu'aucun incident n'arriverait aujourd'hui, et que cette sortie amusante et banale que vous aviez prévue resterait... banale, voilà. Mais le problème est que tu n'arrives pas à te contrôler. Tu dois te rendre compte de l'évidence maintenant, le vol n'est pas seulement une façon pour toi de t'emplir les poches. C'est carrément une dépendance, tu dois toujours piquer un truc ou deux partout sur ton passage. Et tu as cru pouvoir te laisser berner en pensant que tu pouvais facilement vivre avec ce côté de toi. Mais le temps passe, les choses avancent, et la vérité arrive à grands pas pour te frapper au visage. Tu n'arrives pas à formuler l'idée dans ta tête, tu n'arrives pas à mettre le doigt sur ce qui se produit encore. Mais ça viendra.

Tu détournes le regard, comme si rien de ce qui venait de se produire n'avait eu lieu. Tu fais semblant naïvement. Et pendant l'espace d'une seconde, tu crois sincèrement que ça pourra marcher. Que tu peux encore faire semblant comme ça. Mais Timéo sait ce qui se passe, il n'est pas dupe. C'est toi qui a cru pouvoir t'en sortir. Tu sens ses grands yeux noirs peser lourdement sur toi, et tu n'oses pas rencontrer son regard. Tête baissée, tu prends discrètement le chemin vers l'arrière de la boutique, ta main ancrée dans celle de Timéo pour le tirer à ta suite. Tu as besoin d'un endroit discret pour que vous puissiez parler franchement sans être remarqués par les vendeurs. Heureusement, tes yeux remarquent en vitesse une cabine de toilettes, et tu pousses la porte sans te soucier si l'endroit est réservé aux employés ou non. En entendant la porte se refermer derrière Timéo, tu prends une grande inspiration, encore hésitante à te retourner. Il va falloir que tu le confrontes, sauf que tu n'arrives pas à confronter les choses. Et surtout pas Timéo. Faut croire qu'il te rend faible. Tes yeux retrouvent les siens dès que tu as tourné les talons. Ta gorge nouée t'empêche de prononcer un seul mot pour l'instant, et le silence se prolonge. Qu'est-ce qui t'arrive, bon sang? C'est bien la première fois que le regard de quelqu'un te glace à ce point. Ce sont ses yeux sombres qui ont le don de te changer sans doute, comme ce garçon a le don de te transformer. C'est le pouvoir de l'amour, tu supposes. Parce qu'excepté les sentiments que tu as pour lui, plus grand chose ne fait de sens dans ta tête depuis un certain temps. Alors tu t'y accroches comme tu peux,et tu l'aimes comme jamais personne n'a aimé. « C'est juste un paquet de friandises, c'est pas la fin du monde. » C'est ça, essaie de te justifier. De dédramatiser la situation. C'est pas une banque que tu as volé, ce sont des misérables amandes chocolatées. C'est rien du tout, rien comparé à ce que tu peux voler hebdomadairement dans le cadre de ton "travail". « J'ai pas tué personne, j'ai juste... » Tu marques une pause, puis reprends en un murmure, comme si ces dernières paroles ne s'adressent qu'à toi: « J'ai juste fais ce que je fais d'habitude. » Tu as baissé la tête, confuse. Tu n'as jamais eu honte de faire ce que tu fais, et maintenant cette impression vient te donner un vilain coup dans l'estomac. Tu n'as jamais eu honte devant les autres. Mais devant lui, c'est différent. Il ne mérite pas ça. Il faudrait qu'il se trouve quelqu'un d'autre pour être heureux, une fille charmante et un peu chiante par moment, mais qui ne provoque pas de catastrophes partout où elle passe. Mais non, il a fallu qu'il tombe amoureux de toi, celui-là. C'est malin. Et surtout très ironique pour un détective, tu dois l'avouer. Un chasseur de criminels qui cherche à coincer ceux qui dérobent à la loi, en couple avec la pire voleuse à gages de Fantasia Hill... Un sourire apparaît sur tes lèvres à cette pensée, bien malgré toi. Tu le fais disparaître rapidement en relevant la tête. Voilà, maintenant il va croire que cette situation t'amuse... Et puis merde. Faut toujours que tu gâches tout.


   
love.disaster



We meet people and fall in love. And when we part, they leave marks for us to remember them by. Our lovers sculpt us, they define us, for better or worse. Like a pinball we slam into them and rebound into a different direction, propelled by the contact. And after the parting we might be scarred or stronger or more fragile or needy or angry or guilty but never unchanged. Our lovers linger inside us like ghosts, haunting the corridors and deserted rooms, sometimes whispering, sometimes screaming. Invisible but always there, waiting.
Revenir en haut Aller en bas
Elian B.-Caerwyn Murphy

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: Je ne rêve pas. Je vis.
Faites place à la vedette
Elian B.-Caerwyn Murphy
J'ai posé bagages ici le : 29/12/2013 Jouant le rôle de : La terreur des mers, le roi des océans ayant dévoré une future mère de famille, le Barracuda (#TeamNemo). Nombre de messages : 775 On me connait sous le pseudo : Oswin aka. Nana aka. Salomé. ♥ Un merci à : Rose red (avatar). Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Aaron Taylor 'Perfect' Johnson.
MessageSujet: Re: (zoméo) x i will try to fix you (zoméo) x i will try to fix you EmptyMer 25 Fév - 23:14


   

   
i will try to fix you

   
Can nobody hear me ? I got a lot that's on my mind. I cannot breathe. Can you hear it, too ? Leave your shoes at the door, baby, I am all you adore, lately. Come with me and we will run away.


   Elle est si belle. Putain c'est fou l'effet qu'elle te fait. Tu la dévisage en silence, un sourire au coin des lèvres - que tu tentes tout de même de cacher un minimum histoire qu'on ne te prennes pas pour un attardé fini. Elle se tient de profil, ses yeux vagabondant sur les boites et autres sachets de friandises colorées installées sur les étagères pastels, et toi tu ne prêtes pas la moindre attention aux jolies décorations de la boutique. Il n'y a qu'elle ici. Elle et toi. Tu te sens stupide, planté au milieu de l'allée, et pourtant étrangement heureux, et tu en déduis que c'est une bonne chose, parce que tu as entendus plus d'une fois que c'est l'effet que fait l'amour sur les gens. Un peu comme si on t'avait offert un merveilleux cadeau que tu ne pensais pas mériter, mais que tu ne rendrais pour rien au monde. Un peu comme addict à son parfum, à ses yeux, à son rire. A sa personne. Alors oui, tout n'est pas parfait, tout n'a pas été simple, et peut-être même que votre futur sera semé d’embûche, comme on dit, mais c'est ce qui rend sa présence d'autant plus belle. Parce que tu serais près à te battre pour elle, pour vous. Jusqu'au bout, jusqu'à la fin. Tu le sentais, là, au creux de ton âme, tu sentais que tu risquais d'imploser si tu l'as perdais, ou bien de t'éteindre totalement, comme un feu privé d'air, une bougie sous une cloche de verre. Tout étais simple, tout était plus beau quand elle était dans les parages, elle changeait ton monde.. Ou bien peut-être changeait-elle ta manière de le voir ?

Mais à croire que rien n'est jamais simple, rien de reste jamais dans la norme, rien ne finit en happy end dans ce monde. Pas avec vous, tout du moins. Tu le savais pourtant, tu savais très bien qui elle était, alors finalement, peut-être que tu ne pouvais t'en prendre qu'à toi-même dans cette histoire ? Pourquoi est-ce que la voir planquer un paquet de friandise dans son sac te surprenait encore ? Peut-être parce que au fond tu espérais naïvement l'avoir changer, l'avoir rendue meilleure ou une autre stupidité du même genre. Tu fronces les sourcils, un peu contre ton gré, et ton coeur commence à piquer un sprint, comme si le sachet volé se trouvait dans ton sac et non dans le sien. Elle est toujours si belle, mais maintenant un mur semble s'être érigé entre vous. Les quelques petits mètres vous séparant s'étirent et s'étirent encore, si bien que tu as l'impression effrayante de voir la demoiselle à travers une brume épaisse. Elle baisse la tête, évite ton regard et continue comme si de rien n'était. Tu la regardes faire, incapable de réagir. Les émotions se débattent en toi, t'es trop paumé pour agir, tu ne sais absolument pas comme réagir. D'un côté tes convictions, ta passion pour ton métier, ta recherche constante de faire le bien, et de l'autre Izoë, jetant au loin tous ces idéaux stupides et vieux comme le monde. Tu te sens mal, mais tu serais incapable de dire si c'est à cause de la complicité de vol à laquelle tu assistes ou bien à cause de cette idée affreuse de trahir celle que tu aimes qui oses germer dans ton esprit. D'un côté comme de l'autre tu trahis quelqu'un. Et elle gagnera toujours.

Elle saisit ta main, et c'est comme si ce n'était pas vraiment elle. Pourtant tu le sais pertinemment : c'est elle, c'est elle et plus que jamais. Mais tu aimerais croire que la vraie Izoë est celle que tu veux voir, la princesse un peu hyperactive et joueuse avec un sourire à faire pâlir le soleil même en plein désert. Oh, Izoë est cette princesse, mais comme tout être humain elle est bien plus que ce qu'une seule personne voit d'une autre, et tu as eu la chance d'en voir tout, de l'ombre de son ombres aux profondeurs de ses yeux, alors comment peux-tu oser la rejeter de la sorte en cet instant ? Parce qu'elle défit tes principes et tes convictions ? Parce qu'elle se montre égoïste alors que tu voudrais être le seul égoïste dans la pièce ? Parce que tu aspirais à un idéal et qu'elle ne rentre pas dans le moule ? T'es paumé et sans les mots, alors tu te laisses emporter, passant devant le propriétaire de l’échoppe avec un pincement au coeur, mais sans savoir si il est dédié à lui ou à elle. Elle t’entraîne dans une cabine de toilette et tu as les yeux fixés sur sa nuque. La porte se referme, tu l'entends respirer longuement mais elle ne se retourne pas tout de suite. Durant ce cours laps de temps, ton regard descend sans vraiment que tu ne le veuilles vers son sac. Quand tu remontes, tes yeux tombent sur les siens. Le silence s'étire, longuement, et ne semble jamais vouloir se rompre. Tu la regardes, des questions et des reproches pleins les pupilles. « C'est juste un paquet de friandises, c'est pas la fin du monde. ». Et ton coeur se brise lentement, martelé sous le coups de ses mots. « C'est pas ça le problème. Ce pourrait être un lingot d'or ou un porte-clé que ça ne ferait pas la moindre différence... ». Dans ta tête ce détail est clair mais tu doutes qu'elle comprenne, et tu es incapable de trouver les mots pour l'aider. Tu passes une main sur ta nuque en baissant les yeux et reste un instant à fixer le sol avant de relevé ton visage vers elle. « Izoë, ta voix vient se briser sur son prénom, Je me fous de ce que tu voles, c'est une question de.. confiance, tu vois ?. » Sans le vouloir tu recules d'un pas, et tu voudrais t'avancer à nouveau mais quelque chose se bloque en toi, t’empêchant de t'approcher d'elle alors que tu voudrais tomber dans l'ignorance de ses bras. « J'ai pas tué personne, j'ai juste... J'ai juste fais ce que je fais d'habitude. ». Et cette fois c'est toi qui ne saisis pas. Tu ne comprends pas le but de voler juste pour voler. Quel plaisir peut-on en acquérir ? Quelle genre de satisfaction cela peut-il apporter ? Tu saisis pas, et pourtant t'aimerais bien, tu aimerais tellement. « Mais..., que tu commences maladroitement. ». Tu te stoppes net. Alors que de ton côté les larmes seraient presque sur le point de s’échapper de tes paupières, tu aperçois sur ses lèvres la forme d'un sourire. Et ton coeur vole à travers la pièce, s'écrasant, démoli, sur le sol. Tu pourrais presque entendre le bruit du verre brisé, tu pourrais presque voir Izoë sauter à pieds joint sur les restes. Tu fais un pas précipité en arrière, ton dos se colle contre la porte et la poignée s'enfonce douloureusement entre les os de ta colonne vertébrale. « OK., lâche tu sèchement. Je sais pas ce qui va pas chez toi, et je croyais être prêt à t'aider, mais finalement peut-être que t'as juste pas envie de faire le moindre effort. Peut-être que t'as juste pas envie de moi. Tu te moques de moi depuis le début, c'est ça ? Ça t'a bien amusé, j’espère ? » Le ton monte considérablement. Et pour la première fois, la première fois depuis que tu as croisé son regard au milieu de la foule, tu doutes que vous soyez fait pour vous comprendre, pour être ensemble, pour durer. Tu doutes que vous soyez faits l'un pour l'autre. « Je devrais pas être là. »


love.disaster


.
Revenir en haut Aller en bas
Izöé-Leska

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Izöé-Leska "Morphy" Wyer
J'ai posé bagages ici le : 02/05/2014 Jouant le rôle de : morphy (treasure planet) Nombre de messages : 311 On me connait sous le pseudo : night sky. Un merci à : night sky. (ava) night sky. (codes) tumblr (gifs) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : zoella sugg
MessageSujet: Re: (zoméo) x i will try to fix you (zoméo) x i will try to fix you EmptyMer 11 Mar - 1:47


   

   
i will try to fix you

   
Take my mind and take my pain like an empty bottle takes the rain. Take my past and take my sins like an empty sail takes the wind. And heal.


   Cinq mois. Cinq mois que tu vis sur ton parfait petit nuage, dans ton bout de paradis. Cinq mois que tu partages ta vie avec lui, sans limite, sans restriction. Comme si plus rien ne pouvait t'empêcher de l'aimer. Alors qu'il t'avait été difficile au départ de lui prononcer les simples mots « Je t'aime », cette petite phrase fait maintenant partie de ton quotidien. Tu voulais le lui dire, le lui rappeler, puis l'entendre te le dire à son tour. Tu voulais passer tes journées ancrée dans ses bras, les yeux plongés dans les siens, juste là à oublier le reste du monde. Parce que le reste du monde n'avait plus d'importance, si ce n'est que lui en fait partie. Lui. On le dirait tout droit sorti d'un conte de fées, et toi, choyée par le destin, tu profites de sa présence dans ta vie sans même ne la mériter. Parce que non, tu ne le mérites pas. Il est un rayon de soleil, tu es une tache, ternie. Tu es immorale, égoïste même, sans le vouloir. Et lui est la chose la plus douce que tu aies jamais connue. Après la concrétisation de votre relation, après la nuit de votre tout premier baiser échangé, tu as cru d'une certaine façon que tu allais pouvoir abandonner ta manie de voler juste pour lui, sans vraiment faire d'effort. Tu as cru que l'amour arrangerait tout. Mais l'amour n'a pas réussi à te débarrasser de tes crimes, non pas parce que tu en manquais, mais parce que l'amour ne pouvait pas te guérir. Tu es défectueuse. Et encore aujourd'hui, après cinq mois passés auprès de lui, tu commets encore l'imparable. Ta main a pêché, ton esprit a failli à ta volonté. Le sac de friandises maintenant bien calé dans le fond de ton sac à main peut en témoigner. Et la facilité avec laquelle tu as dérobé cet item, l'expertise avec laquelle tu procèdes toujours et qui habituellement te rend fière te font à cet instant ressentir de la honte. De la honte parce que tu as échoué là où tu as réussi. De la honte parce que tu as encore été victime de ton talent. De la honte parce que Timéo, lui, voit ce geste avec haine. Tout dans son regard le sous-entend et te rend honteuse. Tu n'étais pas censée faire ça. Tu aurais dû te contrôler, au moins devant lui.

Tu voudrais pouvoir échapper à tout ça. Commettre les crimes que tu veux sans avoir à subir son jugement. Mais il est bon et tu es mauvaise, alors forcément, il y a conflit quelque part. Pourtant, tu ne vois pas tes actes comme étant foncièrement mauvais. Essentiellement ton crime consiste à faire perdre des bouts de papier vert à certains pour les garder ou encore les redistribuer à d'autres. En quoi est-ce si mauvais? Est-ce assez mal pour l'empêcher de t'aimer? Tu redoutes les réponses de ces questions, encore. Tu redoutes le moment où il te repoussera parce que tu en auras trop fait. Tu agrippes sa main, ta pensée essaie de se convaincre que ce geste est suffisant pour le garder auprès de toi. Et tu l'emmènes vers le fond de la boutique, là où se trouve une cabine de toilettes. Peut importe l'endroit, tant qu'il n'y a que lui et toi. Peut-être qu'ensemble vous trouverez une solution, parce que là, toute seule dans ta tête, tu es paumée.

Le temps d'une inspiration, le doute s'empare de toi. Qu'est-ce que tu répondras quand il t'accusera? La vérité est que c'est toi, celle qui vient tout juste de piquer un paquet de friandises dans une boutique. Et ce n'est ni ton premier crime, ni ton dernier. Parce que tu ne peux plus nier l'évidence: tu recommenceras demain, et encore le surlendemain. Tu es condamnée par ton propre vice, et cette malédiction ne peut s'envoler par enchantement. Tu n'es pas dans un conte de fées, beauté, le baiser de ton prince charmant ne peut pas te sauver. « C'est pas ça le problème. Ce pourrait être un lingot d'or ou un porte-clé que ça ne ferait pas la moindre différence... » Tu le sais bien, trop bien, que le problème ne réside pas là. Le problème vient de toi. Et quand tu l'admettras, les conséquences vont alors te retomber dessus. Tu restes muette, sachant qu'aucun mot ne pourrait t'excuser. Il baisse son regard, fait un pas en arrière, comme pour te fuir; ta honte redouble d'ardeur. Pourquoi ce que tu es te fais te sentir mal alors qu'auparavant ça te faisait te sentir bien? Tu ne peux plus être toi-même. « Izoë, je me fous de ce que tu voles, c'est une question de.. confiance, tu vois ? » Confiance... Il a peut-être raison, tout compte fait. Tu n'arrives même plus à te faire confiance toi-même, alors comment peut-il compter sur toi? Tu n'as peut-être tué personne, mais tu as fais quelque chose de mal, ou du moins assez mal à ses yeux pour qu'il en soit blessé. Et tu tentes de te justifier, comme si ce n'était pas assez. Tu baisses les yeux. Tu ne comprends plus rien, tu ne comprends pas le pourquoi ni le comment de tes actes.Tu n'as jamais cherché à le savoir, tu agissais comme ton envie te le dictait, tout simplement. Mais il est entré dans ta vie. Et maintenant, tu te poses un tas de questions. Pourquoi es-tu comme ça? Et pourquoi ça dérange en fait, que tu sois une criminelle? Ah oui, parce que Timéo pourchasse les gens comme toi, il les démasque et aide la justice à placer les criminels derrière les barreaux. Alors pourquoi es-il tombé amoureux de toi, alors? Ça en est presque insensé. Et cette idée te fait d'abord sourire sans vraiment le vouloir. Lui, détective, toi, criminelle, le jour et la nuit... Tu effaces vite ce sourire de ton visage avant de relever la tête, mais trop tard: il l'a aperçu. Il recule, te fuit. Un monstre, voilà ce que tu es. Un instant vous êtes heureux, et voilà que tu détruis celui d'après. Et tu t'enfonces, comme si tu n'étais capable que de ça. Et ses mots alors commencent à se déverser furieusement contre toi. Des mots que tu mérites, mais que tu ne veux pas entendre. Des mots qui blessent. « Attends! » Ses mots résonnent à l'intérieur de ton crâne. Je devrais pas être là. Et ça, c'est de ta faute. Tu te fâches. Pas contre lui, mais contre toi. « Qu'est-ce que tu veux que je fasse, Tim? Tu veux que je change, c'est ça? Je peux pas changer. Et j'ai essayé, crois-moi. Mais je suis pas celle que tu veux que je sois. » Ta voix se perd, elle se brise contre tes pensées. Et sans avoir pu les contrôler, des larmes viennent rouler sur tes joues. Tu avais essayé, en partie. Tu avais surtout essayé de te contrôler devant lui, de lui cacher ce que tu faisais quand tu n'étais pas avec lui, de naïvement jouer un jeu de rôle. Mais même ça, tu n'y arrivais pas. « Et ça tu le sais très bien. » Ton petit paradis s'écroule, pièce par pièce, devant la fatalité des choses: lui et toi, vous n'êtes pas faits pour être ensemble. Et pourtant, ton coeur bat plus fort chaque fois qu'il est près de toi, son regard à lui seul arrive à faire ton bonheur, et lorsqu'il sourit, c'est tout ton être qui fond à l'intérieur... pourtant, tu es cruellement amoureuse de lui. Chaque jour, chaque instant, chaque pensée te le rappelle, comme si la vie voulait t'en convaincre pour mieux te faire souffrir par la suite. Pour te rappeler que le problème ce n'est pas lui, c'est toi. « Allez, pars. Tu seras mieux sans moi de toute façon. Ça aussi te le sais déjà, non? » Ton corps entier éclate en sanglots malgré toi. Et finalement tu ne sais plus ce qui te fera le plus de mal entre le voir partir ou le voir rester.

   
love.disaster



We meet people and fall in love. And when we part, they leave marks for us to remember them by. Our lovers sculpt us, they define us, for better or worse. Like a pinball we slam into them and rebound into a different direction, propelled by the contact. And after the parting we might be scarred or stronger or more fragile or needy or angry or guilty but never unchanged. Our lovers linger inside us like ghosts, haunting the corridors and deserted rooms, sometimes whispering, sometimes screaming. Invisible but always there, waiting.
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (zoméo) x i will try to fix you (zoméo) x i will try to fix you Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(zoméo) x i will try to fix you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-