AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Narcos Saisons 1 et 2 Coffret Blu-ray
18.03 €
Voir le deal

Partagez

Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Vide
Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Vide
Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Vide
Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Vide
Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Vide
Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Vide
Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Vide
Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Vide
Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Vide
Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Vide
 

 Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Thomas C. O'Malley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Thomas C. O'Malley
J'ai posé bagages ici le : 15/07/2014 Jouant le rôle de : Thomas O'Malley, le chat des rues #TeamAristochats Nombre de messages : 400 On me connait sous le pseudo : Doudou. Un merci à : Bazzart. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Ryan Gosling.
MessageSujet: Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte EmptyMar 10 Fév - 21:19


Les yeux couleurs menthe à l'eau
E. Javotte Norris & Thomas C. o'Malley
Les voix raisonnaient dans la salle, une salle plus grande que celles dans lesquelles il jouait d'habitude. L'Orly Star. Le plus grand hôtel de la ville. Une réception privé. Une oeuvre de charité s'il se souvenait bien. La plupart du temps, Thomas acceptait la plupart des concerts qu'on lui proposait, surtout lorsqu'il était sûr d'être bien payé. Bondée de monde. Et, comme à chaque fois, il sentait monter en lui cette puissante adrénaline que lui procurait le trac. Il n'angoissait pas particulièrement mais comme tout artiste il y'avait toujours un certains trac avant de monter sur scène. Debout, derrière le rideau rouge, assit à son piano, celui-ci n'allait pas tarder à se lever pour laisser apparaître le pianiste et sa musique. Pour l'occasion il avait enfilé son plus beau costume, une chemise blanche, un pantalon de costume noir, une cravate parfaitement ajusté, ses cheveux blonds impeccablement coiffé, comme à chaque fois, comme à chaque représentation, il se devait d'être parfait. Ca y'est. Ils retenaient leur respiration et le rideau se leva dans un bruissement léger tandis que la pièce se tamisait délicatement. Alors, dans un mouvement fluide, délicat, il posa ses doigts sur le piano, dans un morceau des plus jazzy, aux sonorités langoureuses et aux couleurs variées. Le regard porté sur son piano, les doigts virevoltant d'une touche à une autre il se sentait incroyablement bien, là, sur scène. Il se sentait chez lui, dans une vie qui lui plaisait, dans une vie qu'il avait choisi.

Alors qu'il entamait son énième morceau, celà faisait pratiquement une heure qu'il jouait, il se décida à porter un regard sur le public. C'est alors qu'il l'aperçu.
"Elle était maquillée, comme une star de ciné. Elle semblait bien dans sa peau, ses yeux couleur menthe à l'eau."
Belle. Magnifique. D'une peau laiteuse parfaite. D'un regard il avait sût qu'il la ferait tomber dans ses filets. C'était subtile. Doux. Quelque chose d'incroyablement excitant et pourtant, elle était si timide. Si réservée. Et, sans savoir pourquoi, c'est ce qui lui plaisait chez elle. Il l'aurai retrouvé au milieu d'une foule de personne parce que dés qu'elle était dans la pièce, le temps semblait se suspendre et il sut alors que ce dernier morceau serait pour elle. Une apothéose de douceur, pour finir par des applaudissements endiablés du publique. Thomas se leva, saluant son publique, tandis qu'on lui lançait des roses. Le rideau se referma sur lui, semblant le capturer à nouveau et il disparut aux yeux du publique. Il ne prit pas le temps de passer par sa loge, il entra dans la salle, se faisant arrêté à de nombreuses reprises pour être félicité. Il vit alors la jeune femme qu'il cherchait. Elle était dos à lui et il était captivé par le charme qu'elle dégageait. Il posa doucement sa main sur son épaule, murmurant d'une voix rauque:

-Le concert t'a plût ?



Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte EmptyMer 11 Fév - 14:52

∞ thomavotte
les yeux couleur menthe à l'eau ♪
Javotte arrivait presque à se trouver jolie. Quand elle avait demandé de l’aide à Anastasie pour se préparer pour la soirée, elle avait bien cru ne jamais plus entendre tant sa sœur avait hurlé de joie que Javotte se mette enfin un peu en valeur et accepte de porter autre chose qu’un jeans et un pull trop grand pour elle. Pourtant pas de nature partageuse, Anastasie avait même accepté de lui prêter une jolie petite robe noire en parfaite accord avec sa chevelure ébène. Moulant très légèrement son buste et ses hanches, cette petite robe fourreau noire était du plus bel effet sur la brune. Mais elle n’était à l’aise. Ses épaules étaient recouvertes d’un châle rouge en accord avec les talons hauts et le rouge à lèvre qu’elle portait pour compléter le tableau. Oh oui Javotte était belle. Elle était belle mais absolument pas à l’aise pour ce qu’elle allait faire. Cette soirée n’en était pas officiellement une. En vérité, Thomas avait brièvement parlé du fait que ce soir il se produirait à l’Orly Star. Envouté par le style musical du jeune homme, Javotte avait eu l’idée un peu stupide et naïve d’assister au concert sans que son « ami » ne soit au courant. Elle s’était prise d’affection pour lui. Curieusement. Elle qui fuyait ce sexe opposé et sa tendance à la perversion. Elle qui fuyait les dragueurs et les éternels célibataires qui s’amuse avec le cœur des femmes. Il n’était pas différent des autres. Peut-être même qu’il était pire. Mais Javotte c’était quand même fait belle pour lui, dans l’espoir qu’il la remarque dans ce bar. Dans l’espoir qu’il ne voit qu’elle et ne jette pas son dévolu sur n’importe qu’elle nymphe aux longues jambes et milles fois plus jolie qu’elle. Un dernier compliment de sa sœur et elle entra dans la voiture en vacillant quelque peu sur ses pieds. Elle ne conduisait pas. D’abord parce qu’elle ne savait pas, et ensuite parce qu’elle n’avait pas envie d’apprendre. Elle n’était pas sereine dans ces engins à moteur. Elle soupira en pensant aux magnifiques carrosses qu’elle aurait pu prendre dans son monde.  Dans l’habitacle pourtant, un regain de courage enfla la poitrine de la jeune femme et elle laissa tomber le châle sur la banquette arrière pour découvrir quelque peu ses épaules. Cependant elle ne l’était pas entièrement car un tulle très fin entourait ses épaules albâtres.

Elle s’installa donc un peu retrait, réservé et seule. Mais jamais son regard ne se détourna de Thomas. Beau dans son art. Beau tout court. Un sourire ravageur sur les lèvres. Serein, sachant parfaitement ce qu’il faisait. Ses doigts coulaient sur les touches, comme s’ils n’avaient jamais su faire que ça. Comme s’ils n’allaient plus jamais faire que ça. Elle tenta de graver cette vision en elle. C’était le genre de moment qui lui faisait doucement accepter sa condition. Cette malédiction. Ou cette bénédiction selon Anastasie. Et alors que le temps et les chansons s’écoulaient, jamais il ne leva les yeux. Sauf… sauf pour cette dernière chanson. Enfin, il l’avait vu. Ce fut si intense, les notes roulèrent sur elle, lui faisant monter le rouge aux joues.

Enfin, le concert prit fin, et Javotte remarqua finalement l’urne placé au centre de la pièce. Sortant son chéquier, elle trouva normal de donner un petit quelque chose pour l’association. Elle n’avait que faire de cet argent. Elle sursauta très légèrement en sentant une main sur son épaule. Mais un sourire se dessina doucement sur ses lèvres quand elle se retourna et vu Thomas. De près, dans ce costume, il était encore plus beau. « Oh oui, merci, c’était sublime. » répondit-elle en baissant les yeux, pudique. Elle regretta amèrement d’avoir laissé son châle dans la voiture. Elle regretta aussi d’avoir renvoyé le chauffeur parce qu’elle avait déjà envie de s’enfuir à toute jambe. « Pour vous. » Elle lui tendit une rose blanche, se mordant doucement la lèvre inférieur et se sentant d’autant plus stupide de continuer à le vouvoyer alors qu’il ne le faisait pas. Jamais il n’avait vu autant d’elle. D’habitude elle était couverte jusqu’aux poignets et jusqu’aux chevilles. Là, elle ne portait ni chapeau, ni manteau, ni jeans. Une robe. Serrée. Cintrée. Dévoilant ses formes de femmes. Ses jambes jusqu’aux genoux, ses bras jusqu’aux épaules. Sans parler de ses deux collines que le décolleté ne laissait qu’apercevoir.  Pour la première fois, Thomas voyait son corps fragile d’oisillon qu’il allait surement manger tout cru ! 
code by Silver Lungs / avatar by "tumblr"
Revenir en haut Aller en bas
Thomas C. O'Malley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Thomas C. O'Malley
J'ai posé bagages ici le : 15/07/2014 Jouant le rôle de : Thomas O'Malley, le chat des rues #TeamAristochats Nombre de messages : 400 On me connait sous le pseudo : Doudou. Un merci à : Bazzart. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Ryan Gosling.
MessageSujet: Re: Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte EmptyMer 11 Fév - 20:51


Les yeux couleurs menthe à l'eau
E. Javotte Norris & Thomas C. o'Malley
Impeccable. Thomas se devait de toujours être impeccable parce qu'il tenait à ce que son allure soit irréprochable. Autrefois, il n'en aurait eu que faire, il n'avait jamais prêté une attention particulière à prendre soin de lui, mais, dans sa nouvelle vie, il aimait à être présentable. Question de principe, d'éthique, et peut être même d'égo. Thomas pouvait parfois se montrer bien trop égocentrique, concentré sur sa petite personne, sur son reflet, son image projeté par le miroir, parce qu'il voulait que les autres le voit de la façon dont il voulait se refléter. Il était difficile de le percer à jour, en réalité il n'avait rien d'un gentleman, d'un homme doux et délicat, du petit fils de bonne famille, au fond il n'était qu'un vagabond errant, voyageant de pays en pays pour jouer, pour vivre de sa musique. Il paraissait parfois si evasif, peut être parce que son âme, elle, l'était, elle s'évadait vers de nouveaux horizons, loin, trés loin, trés hauts aussi. Ses pensées divaguèrent bien vite sur une jeune femme à la chevelure ébène, ils s'étaient vus autours d'un café, il y'a quelques jours, et Thomas lui avait vaguement parlé de son concert à l'Orly Star, dans le but évidemment de la voir. Elle l'envoûtait indéniablement, ses grands yeux vert indéchiffrable, sa timidité, sa beauté naturelle. Sans trop savoir pourquoi, la première fois qu'il avait croisé son regard il avait senti le désir le consumé de l'intérieur, un véritable brasier était né en lui et il avait été trés difficile pour lui de refréner cette passion, mais il s'était contenu, était resté maître de lui même pour ne pas l'effrayer, pour qu'elle ne soit pas apeurer. Alors, là, debout devant ce rideau rouge, il espérait que l'objet de ses convoitises serait là, que la muse serait présente pour lui ce soir et qu'à travers son regard il y lirait de l'émerveillement, parce que c'était ce qu'il voulait provoquer en elle. De l'émerveillement.

Le temps s'était arrêté, l'air avait flotté, intemporel au dessus de leurs têtes, et il avait laissé ses doigts couler sur les notes, sur les accords, jouant ses morceaux les uns aprés les autres, passant de Debussy, à Beethoven, en faisant une alte sur Chopin avant de finir sur un morceau de sa composition. Bien plus jazzy. Bien plus romantique. Il avait laissé libre cours à la folie de sa créativité en posant ses yeux sur celle, qui, du fond de la salle, l'avait charmé. Elle était charmante, ses joues colorées de rouge, sa bouche pulpeuse, ses yeux brillants, une véritable nymphe perdue, au beau milieu d'une salle de concert et il était flatté qu'elle soit venue pour lui. Du moins il espérait que ce soit pour lui, imaginait que ce soit pour une autre homme le rendait affreusement jaloux.

Lorsqu'il termina le concert, saluant une dernière fois son public, le rideau se referma sur lui, semblant l'engloutir dans son ventre. Il pouvait reposer ses doigts, le concert était terminé. Il devait la retrouver. La retrouver avant qu'elle ne prenne l'envoler. Il la trouva rapidement, prés de l'urne de don et d'un doux sourire lui demanda si le concert lui avait plût, son avis compté beaucoup pour lui.

-Je suis ravi que ça t'ai plût.

Il ne pouvait s'empêcher de la détailler du regard, il ne l'avait jamais vu aussi en valeur. Cette femme avait un charme fou, mais il ne la voyait habituellement qu'en jean ou en pull, belle au naturelle mais ce soir elle était incroyablement envoûtante, elle faisait naître en lui des envies bestiales, primitives, auxquelles il devait se retenir de céder. Lorsqu'elle lui tendit cette rose, son coeur manqua un battement. Cette attention était tout à fait adorable, il la saisit délicatement. Délicatement il passa sa main sous le menton de la jeune femme, lui relevant doucement la tête pour la forcer à le regarder dans les yeux:

-Tu es vraiment en beauté ce soir. Je n'ai vu que toi dans cette salle.

Elle continuait à le vouvoyer, il trouvait ça terriblement adorable bien qu'il espérait qu'elle finirait par se sentir assez à l'aise avec lui pour enfin se risquer à le tutoyer. Cette robe noire était sublime sur elle, il pouvait enfin contempler les formes de ce corps si proportionné, ses courbes magnifiques et ce léger décolleté où, pour la première fois, il pouvait oser entrevoir les deux monts de la jeune femme. Il lui murmura d'une voix rauque:

-Serais-tu d'accord pour dîner en ma compagnie ?



Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte EmptyVen 20 Fév - 14:56

∞ thomavotte
les yeux couleur menthe à l'eau ♪
Le timbre de sa voix était à la fois délicat et délicieusement rauque aux oreilles de Javotte. Heureusement que sa sœur avait maquillé ses joues car elle savait qu’elle allait passer son temps à rougir à la fois de honte et de plaisir. De honte d’éprouver de telle chose, de tel envie envers un homme si séduisant. Et de plaisir parce qu’au fond, cette attention charmante et quelque osé lui procurait une sensation de bien-être qu’elle n’avait jamais connu avant. Pour une fois dans sa vie, quelqu’un la trouvait belle. Elle pouvait le lire dans ses yeux. Pas de dégoût devant un nez trop gros ou un menton trop avancé. Pas de dégoûts devant un corps informe et un visage laid. Thomas la trouvait belle, et l’attention était plus qu’agréable pour elle. Elle ne l’aurait jamais avoué à voix haute, encore moins devant Anastasie. Bien que sa sœur l’ait tanné et ait tenté à plusieurs reprises – et très fourbement – de lui soutirer des informations sur le lieu et sur la personne qu’elle allait voir ce soir. Mais Javotte avait tenu. Elle n’avait pas envie d’en parler avant d’être sûr de ce qu’elle voulait, de ce qu’elle ressentait… et de Thomas. Avant d’être sûr de lui, elle ne pouvait parler à personne du fait qu’elle faisait les yeux doux à un homme qui n’était pas vraiment de son rang social, et diamétralement opposé à ses valeurs. Elle savait que Thomas était un coureur de jupon. Elle l’avait vu à l’œuvre quelque fois avant qu’il ne la remarque elle. Papillonnant de femme en femme sans s’arrêter le temps d’en aimer assez une pour la chérir correctement. Mais que pouvait-elle faire contre ça alors que son cœur battait la chamade dans sa poitrine ? Elle avait peur. Peur de faire une erreur en se lançant la dedans. Les choses avaient imperceptiblement changé entre eux. L’entente de base c’était transformé en attirance que Javotte redoutait et dont elle avait (presque) honte. Elle cachait au mieux cette attirance aux autres. Mais en face de Thomas, ce n’était même pas la peine d’essayer. Ses yeux brillaient comme une adolescente face à la star dont elle est absolument fan et ses genoux tremblaient d’appréhension. Elle était pathétique. Mais, à quoi bon lutter ? A quoi bon puisqu’elle était coincée dans ce monde et que TOUT LE MONDE agissait ainsi ? Devait-elle se plier à ce mode de vie dévergondé et dégoûtant à ses yeux ? Ou alors, en avait-elle envie au fond d’elle et se donnait-elle simplement des excuses pour ne pas succomber ?

Le contact de ses doigts sur son menton fit courir un courant électrique dans tout son corps et, elle se surprit à retenir une violente envie de l’embrasser sur le champ. Sa bouche était rose, charnue et ses lèvres semblaient douce et l’appelaient. Elle se mordit la lèvre inférieure, les joues brûlantes d’avoir eu une telle envie dans un moment aussi… aussi approprié en fait. « Oh, merci. Vous... Tu es très élégant dans ce costume. » Elle s’était fait violence pour réussir à le tutoyer, et elle doutait de réussir à recommencer encore. Elle n’était pas encore très à l’aise avec cette coutume du nouveau monde qui consistait à considérer même un parfait inconnu (ou presque) que son ami intime et se permettre de le tutoyer. Thomas et elle n’étaient pas vraiment amis. Mais, il ne lui était pourtant pas inconnu. Elle naviguait en eau trouble à son plus grand déplaisir. Elle s’étouffa presque avec sa salive après sa question. Le pouvait-elle ? Pouvait-elle accepter de dîner en tête à tête avec un homme sans chaperon ? Un homme dont elle reconnaissait le désir bestial dans les yeux ? N’était-ce pas trop risqué ? Pourtant, son visage de fendit d’un sourire timide et elle lui présenta son bras. « Avec plaisir. » Et c’était vrai. Rien ne lui faisait plus plaisir de diner avec lui. Quand bien même c’était risqué. Quand bien même la peur nouait son ventre et son estomac et qu’avec un peu de chance, elle serait incapable d’avaler quoi que ce soit. Elle allait y aller et tenter de passer une bonne soirée sans flipper à l’idée que ce n’était absolument pas une attitude convenable pour une jeune fille comme elle. Elle devait se glisser dans la peau de sa sœur. Cette dernière avait adopté une nouvelle attitude charmeuse et sans complexe. Javotte se devait d’essayer. « Et où comptez-vous m’emmenez ? » demanda-t-elle poliment, recommençant à le vouvoyer bien malgré elle. De nouveau, elle mordilla sa lèvre inférieure, le fixant tendrement les yeux brillant d’une excitation toute nouvelle pour elle.
code by Silver Lungs / avatar by "tumblr"
Revenir en haut Aller en bas
Thomas C. O'Malley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Thomas C. O'Malley
J'ai posé bagages ici le : 15/07/2014 Jouant le rôle de : Thomas O'Malley, le chat des rues #TeamAristochats Nombre de messages : 400 On me connait sous le pseudo : Doudou. Un merci à : Bazzart. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Ryan Gosling.
MessageSujet: Re: Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte EmptyDim 22 Fév - 11:05


Les yeux couleurs menthe à l'eau
E. Javotte Norris & Thomas C. o'Malley
Javotte était une jeune femme agréable à regarder, elle avait un charme imposant, elle semblait si timide, si fragile, une véritable poupée entre ses mains, et cette peur de la briser, cette peur de la casser ne la rendait que plus désirable. Elle n'était pas femme à se donner à n'importe qui, elle n'était pas de celle qui se donnait sans états d'âmes au premier venu et, elle qui avait été un défi pour Thomas au début, devenait à présent un belle révélation. Il n'avait pas envie d'elle que pour une nuit, il ne savait pas ce qu'il ressentait, ne savait pas pourquoi elle lui faisait cet effet là, elle était belle à en mourir, belle à en faire de l'ombre à la lune. Il ne savait pas vraiment comment s'y prendre avec elle, bien sûr il savait charmer les femmes, il savait toujours les attirer dans son filet mais avec elle, il voulait aller plus loin que ça. Thomas n'était qu'un vagabond, un voleur de femme, il volait les coeur sur son passage et les collectionnait, il passait sa nuit entre leur bras, se lever au petit matin et partait sans laisser de trace, il ne rappelait jamais, se confinait dans sa vie solitaire, il n'était pas homme à s'éprendre d'une femme, plus aprés Duchesse, et pourtant, il se sentait renaître lorsqu'il était aux côtés de la jeune femme, mais il ne pouvait pas promettre fidélité, il ne savait pas si il en serait capable et il ne voulait pas la blesser, ne voulait pas la briser, il ne se le pardonnerait jamais. Pourtant, il avait affreusement envie d'elle, affreusement envie de goûter ses si jolies lèvres charnues.

Il ne put s'empêcher de passer délicatement ses doigts sous son menton pour l'obliger à le regarder, elle était magnifique et il ne savait pas combien de temps il lui résisterait comme ça, il mourait d'envie de l'embrasser, mais il avait peur de la faire fuir. Il lui caressa délicatement, du bout du pouce, ses lèvres aussi belle, souriant doucement en voyant que la jeune femme essayait tant bien que mal de le tutoyer. Il lui répondit alors:

-Je dois t'avouer que les robes te vont trés bien.

Javotte était particulièrement attachée aux convenances et, sur ce point là, elle ressemblait beaucoup à Duchesse. Mais il avait envie qu'avec lui elle fasse tomber toutes ses barrières, qu'elle se donne corps et âmes à lui, qu'elle n'est plus jamais honte de le tutoyer. Il voulait lui faire révéler sa féminité, alors il lui proposa de venir dîner avec lui, il n'était pas sûr qu'elle accepte mais il avait trés envie de partager ce dîner en sa compagnie. Il lui prit alors délicatement la main, y déposant un rapide baiser dessus, avant de lui répondre doucement:

-Je suis ravi que tu acceptes, tu ne seras pas déçu.

Il l'emmena doucement dehors, la faisant monter à bord de la limousine qui l'y avait emmené. Il s'assit doucement à côté d'elle, lui caressant doucement la main avec ses doigts, il avait décidé de l'emmener dans un restaurant chic, non loin de l'Orly Star, d'ailleurs le restaurant appartenait à l'hôtel. Il la regarda tendrement avant de lui répondre:

-Dans un petit restaurant chic.

La limousine ne tarda pas à s'arrêter devant un petit restaurant, à la façade ancienne mais l'intérieur était tout à fait charmant. Ils sortirent de la limousine et il lui ouvrit tranquillement la porte pour qu'elle entre dans le restaurant:

-Entre, je t'en pris.



Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte EmptyMar 17 Mar - 15:28

∞ thomavotte
les yeux couleur menthe à l'eau ♪
Elle était fébrile, sa peau lui paraissait brûlante et elle savait qu’en dessous du blush et de la couche de maquillage qu’Anastasie avait appliqué sur son visage, elle devait être rouge comme une tomate. Elle était à la limite d’avoir honte de son comportement. Cela dit, c’était aussi bien trop agréable de plaire pour qu’elle puisse s’en passer. Elle n’avait plus peur en tout cas, c’était déjà un bon début. Elle n’était pas prête à se donner entièrement et complètement mais, elle n’allait pas s’enfuir en courant à toute jambe en hurlant à Thomas de sacré nom d’oiseau. Il ne le méritait pas. Ses gestes n’étaient pas déplacés et il n’était pas trop avenant à son égard. Ce soir, le chat de gouttière avait curieusement des manières de gentleman et Javotte s’autorisa alors à se détendre. Il fallait dire qu’elle avait bien besoin de cette sortie et de ce diner alors qu’elle passait son temps à l’intérieur du manoir à lire et à écouter de la musique sur un vieux phonographe qu’elle avait miraculeusement trouvé. Elle regardait la lumière des lampadaires et des néons à travers la vitre de la limousine avec un certain émerveillement. Elle ne sortait pratiquement jamais le soir et n’avait donc encore jamais eu l’occasion de profiter des illuminations qui permettait une vie nocturne à tout un chacun. Mais dans l’esprit de Javotte, ce soir, elles ne brillaient que pour elle, du moins pour eux. Il n’existait plus personne d’autre qu’eux au monde. Et pour la première fois depuis des semaines, peut-être qu’elle allait enfin passer une bonne soirée et s’amuser sans penser aux conséquences. Et pour cela, un peu de vin serait plus que bienvenue. « [color=plum]Vraiment Thomas, c’était un endroit charmant, merci. » Elle était trop guindée dans ses paroles. Elle le faire fuir. Elle était étrange, pas à sa place. Elle prit une profonde inspiration et s’installa à table avec un sourire timide qu’elle n’arrivait plus à retirer de son visage. La vaisselle était belle. L’endroit était beau et, elle remarqua avec une certaine satisfaction – qu’elle ne chercha même pas à cacher – qu’elle n’était pas la seule à être un peu coincé sur son siège.  Cette ambiance sophistiqué bien qu’un peu lourde lui rappelait quelque chose de connu et elle eut l’impression d’être à sa place finalement.

Sous la table, elle croisa délicatement les chevilles comme on le lui avait apprit et posa ses bras sur la table sans que ses coudes ne la touche pour autant. On leur apporta des bougies sans rien demander ce qui créa automatiquement une ambiance plus romantique. Elle n’en fut pas moins à l’aise pour autant, au contraire. Un reflet de la flamme dansait dans les yeux de Thomas qui ne se détournaient d’elle. Enfin, on leur apporta la carte. Javotte n’y jeta qu’un bref coup d’œil après s’être assuré que son plat favori était au menu. On leur laissa un peu de temps pour décider et la brune chercha un sujet de conversation pour commencer. Mais elle n’était pas très sociable et la seule chose qu’elle savait qu’ils avaient en commun, c’était la musique. Mais il avait fait le tour du sujet en long, en large et en travers et elle devait avouer qu’elle avait envie d’en connaitre plus sur Thomas, de connaitre autre chose. Mais la serveuse la coupa dans son élan en leur demandant s’il avait fait leur choix. Javotte daigna enfin tourner le regard du visage de Thomas pour s’adresser à la serveuse avec un sourire polie bien que coincé : « Pour moi ça sera le saumon au citron avec des haricots verts. Et Monsieur O’Malley, je vous laisse choisir le vin. » Elle attrapa doucement la main de Thomas en glissant ses doigts contre les siens, comme elle l’avait vu dans ces comédies romantiques. La serveuse lorgna sur leur main entrelacée et pinça les lèvres. « Dans tes dents. » pensa puérilement Javotte. Ce soir, pas question de partager, Thomas n’aurait d’yeux que pour elle. Il le fallait. Elle en avait besoin. C’était égoïste, ridicule et complètement dément mais elle ne supporterait pas de voir le regard du chat de gouttière se détourner d’elle pour contempler d’autres femmes. Elle ferait en sorte que ça n’arrive pas.
code by Silver Lungs / avatar by "tumblr"
Revenir en haut Aller en bas
Thomas C. O'Malley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Thomas C. O'Malley
J'ai posé bagages ici le : 15/07/2014 Jouant le rôle de : Thomas O'Malley, le chat des rues #TeamAristochats Nombre de messages : 400 On me connait sous le pseudo : Doudou. Un merci à : Bazzart. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Ryan Gosling.
MessageSujet: Re: Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte EmptyMar 17 Mar - 22:27


Les yeux couleurs menthe à l'eau
E. Javotte Norris & Thomas C. o'Malley
Il ne suffisait pas de manier les mots avec Javotte, il fallait être beaucoup plus subtile que ça. Dieu qu'elle était belle avec sa chevelure ébène et sa mine timide, elle paraissait si douce, si frêle et pourtant, elle semblait pouvoir s'échapper d'un moment à l'autre lorsqu'elle jugerait le moment opportun et, Thomas n'avait pas envie de la laisser partir. Elle paraissait être une grande dame et au fond, elle en était une. Des manières distinguées, un minois à croquer et, une prestance qui n'appartenait qu'à elle, cette délicatesse, cette sensibilité qui la caractérisait si bien. Il se comportait en parfait gentleman, ni trop flatteur ni trop froid, des gestes calculés pour ne pas paraître trop déplacé, il se conduisait de la meilleure des manières possible dans le simple et unique but de ne pas l'effrayer, il ne voulait pas la voir s'enfuir à toutes jambes. Il s'autorisait à ne pas passer la soirée de son piano, à sortir un peu du travail pour profiter de la vie nocturne de Fantasia Hill. Parfois, il oubliait qu'il pouvait se perdre si facilement en oubliant les femmes et, lorsqu'il avait posé ses yeux sur Javotte il n'avait plus été en mesure de pouvoir réfléchir. Son air juvénile, cette naïveté, cette candeur qui n'appartenait qu'à elle, comment ne pas être attiré par un charme si magnétique, par une femme si troublante ? Si mystérieuse ? Il voulait lui changer les idées, qu'elle s'autorise à être elle-même en sa présence, alors, assit dans la limousine, il tentait de la faire entrer dans son monde à lui, dans son monde de lumière et de jazz, un monde qu'elle pourrait peut être apprécier à ses côtés qui sait ? Il lui sourit doucement.

-Mais de rien Javotte, le plaisir est pour moi.

Assit l'un en face de l'autre, Thomas regarda un peu autours de lui, de toute façon, il avait l'habitude ce genre d'endroit, c'était un restaurant dans lequel il venait régulièrement. La mondanité n'avait jamais été l'un de ses plaisirs, en temps normal, il préférait de loin traîner chez lui ou errer dans les rues, ça avait toujours été son quotidien, sa vie, et c'est ce qu'il avait toujours aimer: vagabonder. Pourtant, aujourd'hui, il fréquentait de plsu en plus ce monde de paillette parce que c'était quelque chose qu'il avait apprit à aimé aussi, maintenant qu'il n'était plus le matou errant d'autrefois, il se permettait des luxes auxquels il n'avait jamais eu droit. Le serveur se permit d'apporter des bougies et il le félicita intérieurement, c'était une trés bonne idée, l'ambiance ne serait que propice à la séduction. Il croisa ses mains devant lui, observant le si beau visage de la jeune femme tandis qu'on leur apportait les cartes. La jeune femme était timide et Thomas voulait la pousser à s'ouvrir un peu plus à lui, elle était d'une beauté fragile et il voulait voir se qui se cachai derrière cette façade. La seule chose qu'il connaissait d'elle était la passion commune qu'ils avaient, et qu'elle n'aimait pas porter de robe, pourtant, ce soir, elle avait fait un effort et il ne pouvait que l'admirer, elle était si belle et pourtant elle doutait tellement d'elle. Il tourna son regard vers la serveuse, répondant à son tour:

-Pour moi ce sera lasagne aux épinards et à la ricotta. Quant au vin apportez nous une bonne bouteille de Bordeaux.

Il fut étonné quand la jeune femme prit sa main, il faut dire qu'elle se permettait rarement ce genre de chose et pourtant, il était heureux qu'elle ai prit cette initiative. Du pouce, il caressa doucement la paume de sa main, ne la quittant pas du regard. Il avait envie d'en apprendre un peu plus sur elle et, la dévorant du regard il lui dit alors:

-J'ai envie de vous découvrir, de voir ce qui se cache derrière votre beauté si particulière. Que faites vous dans la vie ? Êtes vous mariées ?

Par moment, Javotte pouvait paraître si prude qu'il se l'imaginait promise à un autre homme et pourtant, ça ne risquait pas de freiner ses ardeurs.





Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte EmptyJeu 2 Avr - 13:09

∞ thomavotte
les yeux couleur menthe à l'eau ♪
Javotte connaissait par cœur cet impétueux et viscéral désir – besoin – de plaire à quelqu’un. Pourtant là, elle osait croire que c’était un peu différent. Elle n’était pas seule dans la barque à essayer de faire bonne impression sur l’autre. Elle avait bien fait comprendre à cette serveuse que ce n’était pas la peine de faire la moue et de papillonner des yeux comme ça, elle n’aurait pas Thomas. Et à présent, elle pouvait prendre du plaisir dans cette soirée. Elle pouvait, et devait. C’était sa première sortie depuis qu’elle était arrivé à Fantasia Hill et elle se passait en la compagnie d’un très bel homme, elle ne pouvait se permettre de gâcher un moment aussi exceptionnel. Et puis Anastasie la tuerait si elle rentrait trop tôt à son goût. Elle lui avait bien faire comprendre qu’elle ne lui pardonnerait jamais de rentrer avant au moins minuit – bon d’accord, trois heures. Lui faire connaitre les vices était la meilleure façon qu’Anastasie avait trouvé pour que Javotte s’adapte. Et pire, la brunette s’était laissé faire sans réfléchir. Pour ne pas dire qu’elle avait foncé tête baissé à sa perte, se jetant dans la gueule du loup – du chat – sans problème d’éthique. Elle était différente ce soir. La moue adorable sur son visage et les yeux de biches qu’elle ne cessait de poser sur Thomas en était la preuve. Elle cherchait à être séduisante. Ce qu’elle n’aurait jamais osé faire avant. Elle changeait sous le joug de sa sœur et de Thomas.

Ses yeux dérivèrent vers la piste de danse du restaurant, et elle commença à battre la mesure avec son pied sans réfléchir, frôlant délibérément au passage le mollet de Thomas sous la table. Cela aurait pu être l’air de rien, elle aurait pu s’en rendre compte et se confondre en excuse, mais bientôt, elle n’eut plus besoin du rythme de la musique pour faire descendre et monter son pied contre la jambe de Thomas. C’était osé, pas du tout elle, mais bizarrement, elle se plaisait dans ce rôle de séductrice. C’était différent, pas du tout elle, mais Anastasie avait été de bon conseil. On leur apporta le vin et elle n’eut même pas besoin de le goûter avant pour savoir qu’il était bon : c’était un bordeaux après tout. Le chat sauvage avait fait là un très bon choix et marquait des points. Elle en avala une gorgée sans retirer sa main de celle de Thomas, ni arrêter son petit jeu de pied. Elle voulait voir jusqu’où elle pouvait aller avant de déconcentrer le matou. « Eh bien à vrai dire, je viens d’emménager il y a peu, donc je n’ai pas encore trouvé de travail fixe. » se permit-elle de mentir un peu. Elle ne pouvait pas lui dire qu’elle venait d’un conte. Il la prendrait pour une folle. Et elle comprendrait. Ce n’était pas tout les jours qu’on rencontrait quelqu’un capable de sortir des énormités pareil. Il fallait avoir le cerveau bien amoché pour dire des trucs pareils. « Je pensais que vous me connaissiez un peu mieux Thomas tout de même, mariée ? Moi ? Serais-je ici si j’étais sur le point de me marier à un autre ? » Elle était beaucoup trop vertueuse pour ça. Ô Javotte avait des défauts, elle était souillée par la haine, la jalousie et elle ne vivait que pour se venger de Cendrillon qui lui avait tout prit, mais paradoxalement, elle était vertueuse et apeuré par la nouveauté.

On apporta enfin leur plat. « Bon appétit.. » Elle mordit doucement dans une première bouché de saumon qui fondit presque dans sa bouche. C’était divin. « Est-ce que vous savez danser Thomas ? » Elle avait beau grandement apprécié son repas, elle ne pensait qu’à la piste de danse, la main de Thomas sur ses reins et leur deux corps se touchant et se frôlant au rythme de la musique. Sous sa couche de maquillage, elle se sentit une nouvelle fois rougir à ses pensées, mais elle savait qu’elle n’était qu’à elle seule et que personne ne pouvait voir dans sa tête. Et c’était tant mieux. Elle aurait été couverte de honte d’avoir de tel pensé. Mais à quoi bon lutter ? Puisque tout le monde était ainsi ici, pourquoi pas elle ? Pourquoi ne s’abandonnait-elle pas ?
code by Silver Lungs / avatar by "tumblr"
Revenir en haut Aller en bas
Thomas C. O'Malley

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Thomas C. O'Malley
J'ai posé bagages ici le : 15/07/2014 Jouant le rôle de : Thomas O'Malley, le chat des rues #TeamAristochats Nombre de messages : 400 On me connait sous le pseudo : Doudou. Un merci à : Bazzart. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Ryan Gosling.
MessageSujet: Re: Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte EmptySam 4 Avr - 9:02


Les yeux couleurs menthe à l'eau
E. Javotte Norris & Thomas C. o'Malley
Thomas essayait de paraître le plus convenant possible. La convenance n'avait jamais été son fort mais avec Javotte c'était bien différent. C'est cette subtilité, cette candeur qui l'avait tant attiré chez elle, ce désir poignant de vouloir ce qu'on ne pouvait pas avoir car la jeune femme paraissait si inaccessible. Un oiseau que si on approchait de trop prés, risquait de s'envoler. La situation n'était elle pas ironique, lui le chat, elle l'oiseau. Il ne pouvait détacher son regard d'elle, lorsqu'il l'avait aperçu dans la salle de concert, le regardant parmi cette foule de gens, il s'était senti flatté mais surtout heureux de la voir là, avec ses beaux yeux vert. Il voulait lui faire découvrir nuit, le monde des lumières, lui faire découvrir les mondanités et le monde de paillette qu'il pourrait lui offrir pour un seul de ses baisers. Il avait terriblement envie de la goûter, de l'emmener valser avec lui. Elle paraissait plus libérée ce soir, plus joueuse, plus charmeuse et sa moue badine lui plaisait plus que de raison. Assis là, dans ce restaurant, il ne pouvait détacher son regard de son si joli visage.

Elle était mutine ce soir, et visiblement plus audacieuse que d'ordinaire ce qui n'était pas pour lui déplaire loin de là. Le petit pied de la jeune femme contre le sien lui donna des frissons et il bougea doucement son pied en rythme avec le sien, elle était douce, si douce, dans tout ce qu'elle faisait, même quand il s'agissait de séduction. Il continua de caresser doucement sa main, elle le troublait mais pas encore assez pour le déconcentrer. Le serveur leur apporta leur plat ainsi que la bouteille de bordeaux pour le plus grand plaisir de Thomas. Il servit un verre à la jeune femme, ainsi qu'un verre pour lui-même puis bu une gorgée de son vin en écoutant attentivement l'histoire de la jeune femme. Serait-il possible qu'elle vienne d'un monde lointain elle aussi ? Il lui répondit doucement:

-Je vois et avez-vous une petite idée du travail que vous aimeriez faire ?

Thomas n'avait voulu en aucun cas la froisser mais il paraissait impensable qu'elle n'ai personne dans sa vie. Javotte était une femme belle, une femme vertueuse, une femme capable d'être aimée de tout homme.

-Je n'ai en aucun cas voulu vous froissez mais vous êtes si belle qu'il me semble impensable que vous soyez seule.

Thomas dégusta une bouchée de ses lasagnes, c'était tout à fait délicieux, il aimait beaucoup ce restaurant. Il plongea son regard dans le sien:

-Oui madame.

Le jeune homme se leva et s'approcha de Javotte, lui tendant doucement sa main. Elle avait visiblement envie de danser et Thomas n'était pas contre, bien au contraire, il avait envie de partager ce moment avec elle. Il lui adressa alors un petit clin d'oeil avant de lui répondre:

-Puis-je vous invitez à danser ?

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les yeux couleur menthe à l'eau ♪ Javotte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-