AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -36%
Pack 1 mois – PAMPERS New Baby Taille 1 (2- 5Kg) ...
Voir le deal
29 €

Partagez

HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Vide
 

 HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lightning A-H. Teniala

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Lightning A-H. Teniala
J'ai posé bagages ici le : 02/12/2014 Jouant le rôle de : ce fameux cosmonaute de l'espace, buzz l'éclair. #teamtoystory Nombre de messages : 2144 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : swan (avatar) endlesslove (signature) caius, fink (profil) tumblr (gifs) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : jackson gorgeous falahee.
MessageSujet: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptyVen 20 Fév - 21:57


vouloir toujours cacher aux autres ses failles.
ella&&henri








Pour chaque histoire, il y a toujours au moins deux versions. Pour chaque personne aussi. Il y a la facette que nous présentons au monde, et celle que nous gardons au plus profond de nous. Nous avons tous une part de lumière, et une part d'ombre. La capacité de faire le bien et celle de faire le mal coexistent en chacun de nous. Quand on sait brouiller la frontière entre les deux, on a le pouvoir absolu. Il faut savoir quand montrer l'une ou l'autre afin de manipuler les gens, leur faire croire ce que l'on désire, et les briser plus facilement. Mais parfois tout cela n'est pas qu'une question de pouvoir, il y a des moments où l'on ne contrôle plus rien, des moments où l'une des deux versions ne peut plus exister à cause de gros chocs émotionnels. Parfois les choses ne vont pas comme nous le voulons alors le bon comme le mauvais ne sont plus que des états secondaires, on ne discerne plus grand chose, on ne pense plus comme on le faisait avant. Les versions ne sont que des façades, façades que les gens remarquent en premier lieu, alors autant les perfectionner pour que les autres sachent à qui ils ont affaire d'un simple regard qui peut parfois soit se vouloir amical, soit au contraire, totalement antipathique.

Cendrillon est de retour, elle est enfin revenue à la maison. Désormais il faut que je passe le cap. Je ne peux plus faire semblant, je ne peux pas continuer à mentir, ou plutôt à lui cacher la vérité, ce qui est radicalement différent mais tellement proche finalement. Il faut que je lui en parle avant qu’un autre désastre n’arrive. Hier j’ai frôlé l’incident diplomatique à cause de l’alcool et de cette part d’ombre qu’il y a en moi. Fort heureusement que j’avais Jaq qui n’était pas loin, il m’a évité bien des ennuis. Enfin quoi qu’il en soit la voilà de retour à la maison et je dois faire avec, il ne faut pas que ça dégénère, et pour cela, la seule chose que j’ai trouvé à faire c’est lui expliquer tout, tenter de trouver des solutions afin que tout s’arrange, enfin si jamais cela est possible. Il faut que ça le soit, il le faut, sinon c’est sa vie et celle de mon futur enfant que je vais risquer. Il ne le faut pas ça par contre, parce que si jamais ça risque d’être impossible à gérer. Parce que dieu seul sait de quoi je serais capable, hier comme je l’ai déjà indiqué nous avons évité le drame, si jamais il n’avait pas été là… J’aurais pu le tuer ce garçon, j’aurais pu mais ça n’a pas été le cas, fort heureusement.

J’écrase le mégot de ma cigarette dans le cendrier dehors avant de rentrer. Je ne fume plus à l’intérieur, je ne peux pas alors que ma femme est enceinte, je sais que sinon la santé du bébé risque d’être altérée. Je ferme la porte du jardin derrière moi avant de souffler un bon coup. J’y ai réfléchis longuement avant d’oser le faire. J’ai déjà tenté de tout lui dire, mais sans que je ne puisse y parvenir, mais maintenant c’est le moment où jamais. Je la retrouve dans la cuisine avant de la regarder avec un air triste. « Arrête, j’ai à te parler. » Je prends sa main dans la mienne pour l’entraîner dans le salon pour qu’elle s’installe sur le canapé. Il vaut mieux qu’elle soit assise, car dieu sait comment elle réagirait. Je préfère éviter le pire. « Il est temps que je te dise tout, que je t’explique exactement ce qui s'est passé… » Je ferme les yeux et mes poings se serrent tous seuls, ça me fait mal de tenter de faire tout ça, parce que quand j’en parle ou quand j’y pense, ça revient, la noirceur ressort, le mal empire. La peur que tout démarre, et que ça soit à nouveau là, que ça reste pour de bon, j’ai toujours la trouille que ça finisse par recommencer.

J’ai sens une sueur froide me couler le long du dos tandis qu’une peur indescriptible me tord le ventre. Je commence à me sentir trembler, de la tête aux pieds. Jamais au grand jamais personne n’a jamais entendu cette histoire, j’ai toujours été très secret avec mon passé, préférant tout intérioriser afin que ça ne se sache pas et que tout le monde ignore que je suis loin d’être le prince aussi parfait que je le laisse paraître. « Si j’ai demandé à faire un break, c’est parce que je ne suis pas ce que tu crois… » Je détourne le regard et fait craquer mon cou, je sens que mes paupières deviennent à nouveau plus lourdes, les veines autour de mes paupières finissent par ressortir, la cornée de mes yeux devient noire, et mon cœur s’emballe. Non calme toi. Astreins-toi au calme Henri, tout va bien aller. « Ça remonte… à bien avant notre rencontre, à ma naissance en réalité. » Je n’arrive pas à lui dire, je tourne autour du pot. Courage Henri, il le faut, tu ne peux pas te défiler encore une fois, il le faut, pour elle, pour toi, pour le bébé à venir, assume un peu. Je le dois.

electric bird.


    loveless
    fuck you, just fuck you, seriously, you think that you can do what you want ? △ Vers l'infinis et l'au delà. Si seulement ça pouvait s'appliquer à tout, non je ne me fais pas d'illusion, c'est des conneries. On ne peut pas tout avoir, on ne peut pas tout faire, j'ai essayé, mais j'ai merdé, j'ai cru que je pouvais être ce genre de personnes, ceux qui font des exploits tous les jours, mais en fait ce n'est pas vrai.


Dernière édition par Henri-Prince L. Charming le Sam 14 Mar - 23:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptyDim 22 Fév - 12:11

Come morning light
you and I'll be safe and sound
Cette journée en apparence elle ressemble à une normale. Normale comment des nausées le matin, comme tous les matins je suis partie travailler et la maison était vide, parce que Henri était déjà sur la route . C'est toujours au même point même après cet accident cette nouvelle, il reste distant et il n'arrive même pas à me toucher encore ou semble simplement fuir la discutions. Je ne connais rien de ses raisons et pourtant il m'a promis de m'en parler, je crois que je peux toujours attendre. Je sais que cela ne pourra pas durer, il y a un moment ou je ne vais pas supporter attendre pour avoir des réponses que je devrais  déjà connaître. Il m'a détruite avec tout ça et moi j'estime que je dois savoir la raison, je veux savoir , même s'il m'annonce qu'il m'a trompé ou je ne sais quoi je veux savoir. C'est de plus en plus dur de se dire qu'il me cache peut-être des choses. J'attend son enfant et je commence à me demander si je peux lui faire confiance, ça détruit juste doucement mais surement notre couple et on aura beau s'aimer cela ne sera plus possible, il manquera trop de pièces qui se seront éparpillées un peu partout si on n'arrive pas vite à communiquer. C'est difficile parfois de trouver le courage de rentrer après une journée de travail. Je ne sais pas comment j'y arrive, je ne sais même pas pourquoi je le fais, j'appréhende ce regard, j'appréhende ses mots qu'il n'y arrive plus à nouveau. Parfois j'imagine qu'il ne sera plus là, juste une lettre pour me dire qu'il disparaît de ma vie. Je ne sais pas. Je me me perd toute seule, la paranoïa me guette sévèrement.

Je soupire bruyamment dans ma voiture. Je pose ma tête sur le volant quelques secondes. Mon ventre commence à changer, je le sens, je sens que ma soirée va être longue. Je suis épuisée, mais je sors de la voiture. Je rentre, je le salue, un simple baiser sur la joue. Je me dirige vers la cuisine alors qu'il est sorti, surement pour fumer, il n'a pas arrêté cette habitude qui ne me dérange pas, seulement il ne veut pas le faire à l'intérieur pour le bébé apparemment. Je le laisse faire. Moi je ne sais pas ce que je peux faire à manger. J'ouvre le frigo... Je sors des pâtes fraîches, un pot de sauce toute prête, qui a dit que j'étais le genre de femme parfaite ? Personne heureusement, je sais cuisiner mais ce soir l'envie ne me vient pas et puis c'est souvent le cas, je suis épuisée. Henri me relie parfois. Je m'apprête à mettre l'eau sur le gaz lorsque j'entend Henri me dire de m'arrêter. Je me tourne vers lui relativement surprise. Me parler ? Alors on y est ? Soit il me parle, soit c'est terminé entre nous. Je me laisse bêtement traîner sur le canapé et il commence à me parler.  Je fronce les sourcils. Pas ce qu'il croit ? Qu'est ce qu'il peut vouloir dire, je ne comprend pas.. Je serre sa main en le regardant, je vois bien qu'il a du mal. " Je ne comprend pas, si c'est avant pourquoi cela pèserait  sur notre couple ? ". Je fronce les sourcils. " tu peux me le dire Henri, pourquoi tu ne me fais pas confiance? " je pensais pourtant qu'il me faisait confiance, pourquoi ne pas le faire, suis-je si décevante ?  
 
Revenir en haut Aller en bas
Lightning A-H. Teniala

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Lightning A-H. Teniala
J'ai posé bagages ici le : 02/12/2014 Jouant le rôle de : ce fameux cosmonaute de l'espace, buzz l'éclair. #teamtoystory Nombre de messages : 2144 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : swan (avatar) endlesslove (signature) caius, fink (profil) tumblr (gifs) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : jackson gorgeous falahee.
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptyDim 22 Fév - 22:25


vouloir toujours cacher aux autres ses failles.
ella&&henri








J'ai toujours cru en une fin heureuse. Après tout, c'est ce que les légendes racontent : un jour un prince rencontre sa princesse, ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants. Malheureusement, la réalité est bien différente. Le prince peut avoir commis des actes sanguinaires et dévastateurs qui ont pu noircir son cœur, son père l'a obligé à concevoir un enfant avec la princesse qu'il a épousé, mais cette dernière à avoir autant de pression a fait une fausse couche et a perdu le fœtus un mois plus tard. L'histoire n'avait pas prévu tout cela et voilà qu'un nouveau rebondissement se fait et qu'on nous envoie tous dans ce monde si différent du nôtre. Trop de choses, trop de bouleversements. La fin heureuse n'est point pour tout de suite je le crains. Car quelques mois après, nouvelle fausse couche, les actes sanguinaires qui reviennent en tête. Non, c’est de trop pour un seul homme, je n’aurais jamais dû vivre ainsi, je me demande déjà comment j’ai fait pour ne pas sombrer dans la folie. Remarquez, on ne sait pas si l’on est un fou furieux ou non, ce sont les autres qui le voient, pas nous. Les évènements d’hier pourtant me mettent sur la piste, effectivement, je devrais penser à aller consulter une psychologue, parce que ça ne va plus, il faut que je parle, que j’en parle. Il faut chasser le démon, il faut qu’il sorte et qu’il parte pour toujours. Je ne veux plus qu’il soit en moi, jamais.

Barre-toi, va-t’en. Casse-toi j’t’ai dit. Tu ne comprends pas ça ? J’ai pas besoin de toi en moi, faut que tu jartes, parce que je vais finir par faire du mal aux gens que j’aime. Le sang n’est pas indispensable pour moi, ou du moins celui qu’il y a dans mes veines oui, mais faire couler celui des autres ne l’est pas. Je n’ai pas besoin non plus de faire des sévices à n’importe qui. Arrête. Dégage, dégage. C’est pas possible, tu peux pas rester, j’arrête pas de te le dire, de te le hurler, faut que tu t’en ailles, parce que nous deux, à l’intérieur de moi c’est pas possible. On ne peut pas coexister, deux personnalités en une seule personne ça peut pas fonctionner, faut que je te le dise en quelle langue ? Parce que là je commence à m’épuiser en vain quand je te hurle d’aller te faire foutre, parce que moi j’en peux plus à force, ça me fatigue, je finis par ne plus avoir envie de me battre, je commence à avoir envie de baisser les armes et te laisser gagner, et ça je le peux pas, parce que ça signerait la fin de trop de choses, et on en pâtirait tous, tous mes proches, moi, toi, tu vas finir par me faire crever et ça te fera claquer aussi, arrête, dégage, barre toi, casse-toi.

J’ai peur, il faut admettre qu’avouer tout cela à une personne qui ignore tout a de quoi faire palpiter le cœur à cause d’une terreur sans nom. Je ne veux pas qu’elle prenne peur, qu’elle me regarde différemment, mais malheureusement, nous devons passer par-là. Sinon ça voudrait dire qu’on abandonne nous deux, et hors de question, car nous nous aimons, d’une telle puissance qu’on se détruirait à être loin l’un de l’autre. Mais je nous détruits à force de taire ce qui ne va pas, je nous détruits et seul moi ait la possibilité de nous guérir. Alors qu’est-ce que j’attends ? Le déluge ? Il est déjà passé, alors agis bon sang. Elle a toujours ma main dans la sienne, moyen de me rappeler qu’elle est toujours là, mais le seras-tu quand je t’aurais tout avoué ? Me regarderas-tu toujours de la même manière ? M’aimeras-tu toujours autant quand tu sauras que j’ai du sang sur les mains et que j'en ai eu hier encore, même si je n'ai pas tué ? « Je ne comprends pas, si c'est avant pourquoi cela pèserait  sur notre couple ? » Mais parce que tout est lié, parce que ça n’est pas de sa faute à elle, mais de sa faute à lui, de la faute de celle qui m’a mis au monde. Mon père et ma mère m’ont détruit et ils ont créé ce que je suis actuellement. « Tu peux me le dire Henri, pourquoi tu ne me fais pas confiance ? » Si seulement ce n’était que la confiance. Bien sûr que je lui fais confiance, je serais prêt à lui remettre ma vie entre les mains si jamais il le fallait, je lui dirai tout, mais ça c’est trop, c’est un poison et il risque de nous brûler tous les deux de l’intérieur. Je ferme les yeux et souffle lentement. « C’est pas une histoire de confiance, c’est quelque chose que jamais personne n’a su à part mon père que je haïs au plus profond de moi… » Je secoue lentement la tête en gardant les paupières closes. Je finis par dégager doucement ma main de la sienne et entame les cents pas. Il faut que je me calme, parce que je sais que sinon je n’y arriverai pas.

Je finis par m’arrêter et revenir en face d’elle, je m’assieds en tailleur juste devant ses jambes. Je prends une nouvelle inspiration avant de trouver la force nécessaire. Allez, prend ton courage à deux mains Henri, tout va bien aller. Il faut que ça aille bien de toute manière, sinon tu ne t’en remettras pas. Je plonge un regard sombre et triste dans le sien avant de ravaler un sanglot pour commencer à parler. « Je n’ai pas connu ma mère, elle a disparu, le jour même de ma naissance. Mon père m’a tout de suite détesté pour cela, il avait beau faire croire à tout le monde qu’il m’aimait, c’était des foutaises. L’éducation qu’il m’a inculquée était immonde, il voulait que je sois un parfait guerrier, un parfait monarque et il ne m’a ni apporté amour, ni loyauté, ni bravoure, que des choses sans intérêt… Je ne l’ai jamais entendu parler de ma mère, mais dès qu’il me regardait je voyais bien ce dégoût qu’il éprouvait pour moi, j’ai compris qu’il me détestait à cause de la perte de sa femme dont on ne sait rien, on ne sait pas si elle est morte, si elle a été enlevée, si elle s’est enfuie. » J’ai commencé mon récit, c’est la partie plutôt soft, le pire reste à venir, parce que je baisse le regard, je baisse même la tête, parce que mon visage change, je le sens se boursouffler comme à chaque fois que le noir prend le dessus sur moi. Il est trop fort, je finis par le relever tel quel et la regarde avec cette folie et cette rage destructrice. Ma voix est plus rauque, quasiment caverneuse. Fort heureusement, cela ne reste qu’une demi seconde, à peine le temps de le voir et je retrouve cet air triste. « Et ce n’est pas le pire… » Oh ça non, sauf qu’il me faut du temps, du temps pour trouver les mots pour lui dépeindre ce que j’ai fait sans pour autant la choquer. Je n’y arriverai pas… Je ne peux pas, je ne peux décemment lui dire que j’ai tué des gens, comment va-t-elle réagir ?

electric bird.


    loveless
    fuck you, just fuck you, seriously, you think that you can do what you want ? △ Vers l'infinis et l'au delà. Si seulement ça pouvait s'appliquer à tout, non je ne me fais pas d'illusion, c'est des conneries. On ne peut pas tout avoir, on ne peut pas tout faire, j'ai essayé, mais j'ai merdé, j'ai cru que je pouvais être ce genre de personnes, ceux qui font des exploits tous les jours, mais en fait ce n'est pas vrai.


Dernière édition par Henri-Prince L. Charming le Sam 14 Mar - 23:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptyLun 9 Mar - 3:11

Come morning light
you and I'll be safe and sound
Les révélations font toujours peurs. On ne sait pas vraiment à quoi s'attendre, on est nerveux, on regarde l'autre avec un doute, un stresse qui ne devrait pas être. Je regarde mon époux et j'ai l'impression de faire face à un inconnu. Je ne sais pas ce qu'il va me dire, je ne sais pas si c'est nous qu'il va remettre en cause, parce que j'ai cru comprendre que cette chance qu'il doit m'avouer a tout de même eu des répercutions sur notre couple. J'attend tout cela depuis des mois, des réponses, j'ai l'impression qu'il fallait vraiment que je sois patiente. Je suis prête à entendre tout et n'importe quoi. Je ne voudrais pas non plus être prise pour une débile, je crois qu'il s'est assez fichu de moi de ce coté et s'il continue, je crois que je ne le supporterais pas. Je pourrais parfaitement le quitter, encore, non remarque la pause précédente dans notre mariage m'a été imposée, il me l'a fait subir et je peux vous jurer que ce fut l'une des pires choses que j'ai pu faire dans ma vie. Savoir qu'il me désirait sans vouloir m'avoir. Savoir qu'il m'aimant sans l'avoir près de moi. Ne pas savoir ce qu'il pouvait faire pendant ce temps aussi me rendait folle à ne pas en dormir dans mon lit. C'est avec tout ce stresse que j'ai abusé des anti dépresseurs, des anxiolytiques. C'est peut-être un peu pour cela que j'en ressens parfois encore le besoin, c'est surement dans la continuité si j'ai terminé à l'hôpital. J'avais peur de la confrontation, que ce soit moi qui ne soit pas à la hauteur. Est-ce que c'est ce qu'il veut me dire ? Je dois l'écouter pour le savoir et à première vue, cela ne semble pas me concerner directement. Il m'intrigue parce que j'ai vraiment cette impression d'avoir à nouveau cet inconnu devant moi. C'est pourtant le physique de mon époux, de l'homme que j'aime et pourtant il semble que je vais découvrir une vie qu'il m'a caché tout le long de notre relation.

Cela touche son passé, un passé qui n'a aucun lieu de traumatiser notre présent alors j'avoue que je ne comprend pas vraiment. Vous me direz je suis blonde un peu. Enfin je ne sais pas, je ne crois pas être bête mais pourquoi m'avoir fuit si cela ne concerne même pas notre vie à tous les deux. Je deviens perplexe, je ne sais pas quoi penser et j'ai besoin qu'il avance dans son récit, je ne peux rien faire qu'attendre la sentence, j'ai l'impression que je vais me faire fouetter, allez savoir pourquoi mais je sens que cette nouvelle va tout de même bouleverser pas mal de chose. J'ai encore peur, cette peur présente, omniprésente depuis des mois. Encore plus depuis que je sais que je porte la vie, la peur de perdre mon enfant, on n'y arriverait plus. Notre couple ne s'en remettra pas cette fois et je le sens, je le sais. J'ai tendance à faire trop attention, ma main se balance toujours instinctivement sur mon ventre pour le moment pratiquement sans forme. Je frissonne, je le regarde, je n'aime pas le voir comme ça, inquiet, sans savoir l'avenir, sans certitude, il est fébrile. J'inspire doucement. Puis le voir faire les cent pas m'angoisse. Pas une question de confiance, surement un peu, puisqu'il a peur de ma réaction, s'il me faisait confiance un minimum il ne se poserait pas ce genre de question. Je l'aime, je peux entendre un tas de choses, je sais qui il est aujourd'hui, peu importe ce qu'il a pu faire dans son passé. Je crois que j'encaisserais. Il finit par revenir devant moi. Je le regarde, je n'arrive pas à parler, je veux une fuite logique à ce commencement illogique et chaotique. Je lis du bouleversement sur son visage, mon coeur se fend, je caresse, frôle de mes doigts sa joue mais je n'ose le déranger d'avantage, il se lance dans le récit de sa vie. Je l'écoute avec attention, tentant de ne pas montrer d'émotions. Je me doutais qu'il n'avait pas eu une vie rêvait, il n'en parle jamais, alors forcément on ne peut que supposer que les souvenirs ne sont pas les meilleurs dans sa vie. Dans ce que je peux comprendre, enfaîte je ne comprend toujours pas où il veut en venir, d'accord, son père n'a jamais été un homme parfait, on le savait. Puis je savais que sa mère était présumée morte, enfin je le pensais morte tout court. Mais où est-ce qu'il veut en venir avec l'éducation digne d'un Sparte que lui a donné son père ? Je fronce les sourcils, ce n'est pas le pire mais de quoi ? " Tu peux continuer Henri, je n'ai pas l'intention de partir, nul part, et je suis persuadée que te livrer ne pourra qu'apaiser ta peine, qu'est-ce que ton père t'a fait ? " J'imagine le pire, les coups, la torture pur s'endurcir.. et j'en passe il y a tant de manière de traumatiser un enfant. " s'il t'a fait du mal c'est lui le fou, pas toi, c'est lui le malade, pas toi, aujourd'hui une nouvelle vie s'ouvre à toi, sans lui, on avancera ensemble. " je souris chaleureusement. Je serre sa main que je pose sur mon ventre " tous ensemble, maintenant tu n'as plus le droit de douter de toi, je t'aime comme tu es " mais au final, est-ce que je le connais, qu'est-ce qu'il s'apprête à m'annoncer ? Qu'est-ce qu'il va me dire ? m'annoncer, m'avouer ? je peux pardonner beaucoup, enfin si ma fierté n'est pas trop affectée. Une part de moi a peur d'un adultère, même si le mot est fort, peut-être qu'il m'a trompé, qu'elle aussi est enceinte.. non je vais surement trop loin, les films de ce monde n'aident en rien à gérer la paranoïa d'une femme décidément, mais pas question de le perdre, je l'aime, je l'aimerais et ça pour de nombreuses années. On a signé pour et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants et j'attend.. toujours, maintenant que c'est sur le point de se réaliser, plus question d'avoir un option, je refuse et je me battrais.
 
Revenir en haut Aller en bas
Lightning A-H. Teniala

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Lightning A-H. Teniala
J'ai posé bagages ici le : 02/12/2014 Jouant le rôle de : ce fameux cosmonaute de l'espace, buzz l'éclair. #teamtoystory Nombre de messages : 2144 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : swan (avatar) endlesslove (signature) caius, fink (profil) tumblr (gifs) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : jackson gorgeous falahee.
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptyMer 11 Mar - 20:22


vouloir toujours cacher aux autres ses failles.
ella&&henri








En réalité ce que je ressens dans ces moments-là dépasse tout que j'ai pu ressentir de mauvais dans toute ma vie. Je veux dire, qu'à chaque fois, c'est pire que la précédente, car tout s'additionne, tout fait que je deviens un monstre de plus en plus sanguinaire, la preuve dans la rue hier avec Jaq, j'ai faillis tuer un pauvre homme qui m'a bousculé sans faire exprès. Mais ça je m'en fichais royalement, je voulais simplement le tuer. Je me souviens de ce sentiment de plaisir qui me prenait quand je voyais son sang gicler parce que mes poings lui ont pété la mâchoire et le nez. Encore heureux qu'il ne porte pas plainte, je ne souhaite pas me retrouver emprisonné alors que mon épouse est enceinte. Ou si je ne suis pas mis en cellule, je serais probablement interné en hôpital psychiatrique, ce qui pourrait peut-être m'aider à m'en sortir, mais une fois de plus, ce n'est pas ce que je désire alors qu'elle va accoucher d'ici neuf mois normalement. Il faut que je m'en sorte tout seul, il faut que j'y arrive. Mais je ne suis pas obligé d'être seul dans cette épreuve, je peux lui en parler afin qu'elle m'aide, mais encore faut-il que j'en ai le courage et que je trouve la  force qu'il faut pour le faire. Si j'y parviens, peut-être que ça pourra aller mieux, qui sait ? Je veux y croire, il le faut, sinon ça serait le début de la fin.

Je ne dis pas que c'est une bonne idée de lui en parler, parce qu'elle pourra prendre peur et s'enfuir en courant, ne plus jamais vouloir me voir parce que je suis un monstre qui avait soif de sang et dont le côté sombre ressort de plus en plus ces derniers temps alors que nous avons tout pour être heureux. Mais les événements récents n'arrivent pas à me rendre joyeux, même si je sais que je vais devenir papa comme je l'ai toujours rêvé, même si je sais que Cendrillon et moi allons prendre un nouveau départ, je n'arrive pas à me dire qu'il faut que je sois heureux à cause de l'ombre, à cause du noir et du sang. Je sens ses doigts sur mon visage, qui tentent de me rassurer, de me dire qu'il faut que je me calme et que je franchisse le cap, que j'ose tout lui avouer. Seulement c'est bien plus facile à dire ou penser qu'à faire, je ne peux pas, mais il le faudra bien, j'ai commencé, hors de question de renoncer, ce serait céder et prouver que je suis faible face à tout cela. Ce qui est le cas au fond, parce que je n'ai aucun moyen de résister face à tout ça. Ça m'envahit au fur et à mesure et je ne peux rien faire pour l'arrêter.

Elle ne doit pas comprendre pourquoi je commence dès ma naissance, pourquoi j'ai parlé de cela plutôt que du problème, mais pour qu'elle puisse saisir l'étendue de la situation, il faut qu'elle en connaisse les débuts, et en voilà les débuts. Tout ça remonte à ma naissance, c'est là que la folie a commencé à s'emparer de moi réellement. Elle m'a dit qu'elle accepterait ce que je lui dirais, mais ce n'est pas le fait que je l'ai trompé, ça je sais qu'elle pourrait l'encaisser même si sera probablement très dur et que je dormirai sur le canapé pendant au moins un mois, non là c'est le fait que je sois un tueur qui pose souci. « Tu peux continuer Henri, je n'ai pas l'intention de partir, nul part, et je suis persuadée que te livrer ne pourra qu'apaiser ta peine, qu'est-ce que ton père t'a fait ? » Mon père ne m'a rien fait, ou plutôt ça a été un des précurseur de ma folie, c'est de sa faute si je suis devenu comme ça, il n'aurait pas dû me rejeter et m'apprendre les lois martiales. « S'il t'a fait du mal c'est lui le fou, pas toi, c'est lui le malade, pas toi, aujourd'hui une nouvelle vie s'ouvre à toi, sans lui, on avancera ensemble. » Elle y croit profondément, elle sait que c'est possible, que notre nouvelle vie peut nous permettre d'aller mieux, mais que peut-elle face à ce qui m'arrive ? Rien du tout et je ne peux que le subir parce que tout lutte est totalement inutile, enfin du moins pour le moment. « Tous ensemble, maintenant tu n'as plus le droit de douter de toi, je t'aime comme tu es. » Je ne doute pas de moi, c'est bien pire que cela, j'ai juste envie de mettre fin à mes jours parfois, simplement pour éviter de faire du mal aux gens, ou alors je préférerais m'accrocher à un poteau électrique avec des menottes, au moins je serais inoffensif. Je regarde sa main posée sur son ventre qui n'a même pas encore gonflé, et je soupire bruyamment avant de prendre une profonde inspiration.

C'est parti, hors de question de faire marche arrière, désormais c'est le moment de vérité, de tout lui révéler. Pourtant je doute, je me dis que ce n'est pas une bonne idée, mais ayant commencé, elle me harcèlerait pour que je continue sur ma route. Je réfléchis à la façon dont je devrais débuter pour éviter de la mettre dans l'horreur immédiatement, pour éviter qu'elle n'ait peur, pour éviter qu'elle me prenne pour un monstre. Mais c'est inutile, après tout, j'en suis un, et elle le saura bien assez tôt de toute manière. « A mes dix-huit ans je suis parti à la recherche de ma mère. Dans tout le royaume, j'ai sillonné toutes les terres... Mais j'ai été pris de folie, j'ai... j'ai... » Des larmes roulent sur mes joues, me rappelant de tous les actes abominables que j'ai pu commettre, j'éclate sanglots. Que je réprime rapidement en reniflant de manière très peu distinguée et indigne de mon statut de prince, mais tant pis, je n'en suis plus un, je suis un homme comme un autre désormais. « J'ai tué des gens pour obtenir des informations... J'ai torturé des personnes... J'ai fais couler leur sang... Je l'ai fais de mon plein gré, c'est affreux... je m'en veux tellement... » Et cette fois-ci, impossible de m'arrêter, je m'écroule au sol, sur les genoux, avant de prendre ma tête dans mes mains pour laisser couler les pleurs. Je m'en fiche, tout cela est tellement affreux, comment ais-je pu faire ça ? Pourquoi ? Le pire c'est que même si c'est du passé, il n'est pas révolu car il me hante, car il est toujours là, autour de moi, en attendant de pouvoir revenir et s'emparer de mon être.

electric bird.


    loveless
    fuck you, just fuck you, seriously, you think that you can do what you want ? △ Vers l'infinis et l'au delà. Si seulement ça pouvait s'appliquer à tout, non je ne me fais pas d'illusion, c'est des conneries. On ne peut pas tout avoir, on ne peut pas tout faire, j'ai essayé, mais j'ai merdé, j'ai cru que je pouvais être ce genre de personnes, ceux qui font des exploits tous les jours, mais en fait ce n'est pas vrai.


Dernière édition par Henri-Prince L. Charming le Sam 14 Mar - 23:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptySam 14 Mar - 20:10

Come morning light
you and I'll be safe and sound
On a toujours peur du changement. On ne sait pas comment s'en sortir, on ne sait pas comment gérer les choses, on ne sait pas comment cela va se passer. Tout peut changer, tout peut être bouleversé. J'ai peur de ça, que tout change à fond, que tout ne soit plus pareil qu'on n'arrive plus à se retrouver. C'est de plus en plus complexe entre nous deux, on n'arrive à que trop peu de chose. On prend trop de distance j'ai l'impression alors que cela devrait être l'inverse. On s'éloigne trop, on n'arrive plus à parler, je crois que les regards se fuient... Depuis que j'ai failli tout détruire j'ai affreusement honte. Et puis j'attend aussi une explication, je ne veux pas lui mettre la pression, je pense juste qu'il pense que je n'attend que cela. Ok c'est un peu vrai mais je ne serais jamais celle qui pourrait péter un câble pour cela. Mais du coup les tensions sont fortes. Puis nous avons régulièrement Cassidy à dîner le soir, je crois que je me serre un peu trop de lui pour éviter le dialogue et que l'on reparle de tout cela, je me sens encore terriblement mal. Je ne veux pas être confronter à une erreur comme celle-ci. Je me dis que j'aurais surement préféré mourir dans l'accident si j'avais perdu cet enfant qui grandi doucement en moi.

Je stresse. Je ne sais pas ce qui peut le mettre dans cet état. Ce n'est pas la première fois que je le vois pleurer mais il semble totalement détruit et je ne sais pas comment je peux arranger les choses. Je tente de l'encourager, parce qu'il faut qu'il me le dise, je suis presque sûre que cela le soulagera. Il doit laisser sortir ce poids, il doit avancer et ne plus vivre dans ce passé dont apparemment je ne sais rien. Cela me fait bizarre d'imaginer que j'ignore beaucoup de chose à son sujet, je crois que cela me fait un peu peur aussi. Mais il faut que nous franchissions le cap. On doit y arriver. Je tremble un peu, j'ai envie de pleurer mais je me dis que cela ne lui faciliterait pas la tâche. Je reste patiente et il se lance enfin. Je l'écoute, attentivement, une larme coule. Oh ce n'est pas parce que le mythe parfait de mon époux tombe. Je l'aimerais et je l'aime toujours même après ce qu'il vient de me dire. Il n'a pas idée de la pression stupide qu'il se met. On a tous un moment de faiblesse. J'ai eu des idées pas très nettes aussi lorsque j'étais seule et malheureuse, j'aurais pu les mettre à exécution mais je ne suis pas aussi forte que lui. Il m'a toujours porté dans notre existence ensemble et je ne veux pas le perdre. On peut être bien plus fort si on sait tout l'un de l'autre. Si je lui avais dis combien j'avais peur de nous avant l'accident, peut-être que cela n'aurait pas eu lieu. Mais je me dis aussi que c'est cet accident qui nous a annoncé un peu la nouvelle.. Enfin passons. J'encaisse quand même les propos de mon époux. Parce que j'apprend qu'il est tout de même capable de péter un câble et tuer. Je me doutais qu'en tant que prince, et guerrier il était possible qu'il ait tué mais je l'envisageais pour la la défense du royaume, par sur un coup de folie. Seulement cela ne peut pas être si terrible parce qu'il ne l'a jamais refait et qu'il ne compte pas assassiner la première personne qu'il croise. Je vois surtout les ravages que cet acte a pu commettre en lui. Le manque d'une mère, je ne sais que trop bien ce que c'est. La mienne est morte trop jeune et elle me manque chaque jour, je n'ose imaginer les sentiments de frustration que cela doit être lorsqu'on ne sait rien d'elle.

Je m'agenouille à son niveau. Je caresse tendrement son visage, à la recherche de son regard. Je le fais relever la tête pour qu'il me regarde. Mes yeux sont probablement brillants mais non, je ne pleure pas et j'en suis relativement fière, j'avoue. Je prend son visage entre mes mains et je dépose un léger baiser sur ses lèvres humides et salées. Je dessine sur mon visage un doux sourire. " tu crois vraiment que je vais aller faire mes valises parce qu'un jour tu as rêvé de retrouver ta mère, et que ce rêve est devenu une obsession mortelle ? " ma voix est douce, neutre, je veux qu'il comprenne que je l'aime, on a tous notre lot d'horreur, j'apprend les siennes simplement. " à mes yeux tu n'es pas un monstre " j'embrasse son front, je vais doucement, pour ne pas le perturber, comme si je voulais qu'il apprenne par coeur mes paroles pour le réconforter, qu'il n'en doute plus jamais. " tu ne dois pas voir ce passé comme des horreurs qui vont durer toute une vie, tu n'as pas fait que cela.. dans ta vie tu n'imagines pas le bonheur que tu fais... beaucoup plus que du mal crois moi... rien que d'être là avec moi, de m'aimer chaque jour, m'avoir sorti de ma misère.. et ce n'est pas tout. " Je marque une pause, je caresse sa joue du bout des doigts. " Je t'ai vu enseigner, tu es passionné et tes élèves boivent pour la plupart tes paroles, tu es leur modèle parfait, c'est du bonheur, que de bonnes choses " et j'en passe, je pourrais en dire un tas... je vois du bonheur dans tous les gens qu'il aide, qu'il aime, je suis la première à pouvoir en témoigner. " ce passé est un poids dont tu dois te défaire, et je serais là pour t'aider, je te le promets, je ne te laisse pas tomber, jamais Henri, tu m'entends ? Jamais ? " Je l'attire contre moi et j'embrasse le sommet sa tête avant de lui caresser les cheveux, profitant de notre proximité chaleureuse. " et bientôt le bonheur tu le liras dans ses yeux à lui " je prend sa main pour la mettre sur mon ventre, bientôt.
 
Revenir en haut Aller en bas
Lightning A-H. Teniala

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Lightning A-H. Teniala
J'ai posé bagages ici le : 02/12/2014 Jouant le rôle de : ce fameux cosmonaute de l'espace, buzz l'éclair. #teamtoystory Nombre de messages : 2144 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : swan (avatar) endlesslove (signature) caius, fink (profil) tumblr (gifs) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : jackson gorgeous falahee.
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptySam 14 Mar - 23:29


vouloir toujours cacher aux autres ses failles.
ella&&henri








La peur est souvent ressentie comme une émotion négative ou péjorative car considérée comme une faiblesse. Pourtant, cette sensation fait partie des mécanismes complexes qui entrent en action dans notre organisme lorsqu’il est menacé par un danger. Comme pour tout ce que nous ressentons, une succession de processus neurologiques et chimique est à l’œuvre. Selon une femme médecin que j'ai eu le plaisir de découvrir en regardant un documentaire : « La peur est l’attente ou l’anticipation d’une possible blessure. Nous savons que le corps est extrêmement sensible à la possibilité d’une menace et il existe ainsi de multiples voies qui achemine l’information de la peur dans le cerveau. » Savez-vous que les organes de la peur sont les amygdales ? C'est là qu'un neurotransmetteur nommé glutamate déclenche de multiples réactions dans la substance grise périaqueducale qui est une petite glande située dans le centre de votre cerveau. A partir de là, le cerveau doit prendre une décision face à cette peur que l'on a : rester immobile, fuir, ou agir pour la contrer. Entre temps, le message nerveux atteint l’hypothalamus qui contrôle le système nerveux, c'est lui qui met en marche l'adrénaline qui à son tour accélère le rythme cardiaque, la pression sanguine et le rythme respiratoire. Tout cela pour dire qu'au final la peur n'est pas qu'un simple sentiment, c'est tout un procédé chimique et neurologique qui se déroule à l'intérieur du cerveau, elle est incontrôlable et tout le monde a peur de quelque chose. C'est un fait obligatoire pour chaque individu. Celui qui dit qu'il n'a peur de rien est entrain de vous mentir, tout le monde a forcément peur.

Et ma peur la plus forte, celle qui me terrorise le plus, c'est celle qui me tord en deux. Je ne veux pas qu'il revienne, mais c'est déjà trop tard, le processus est enclenché. C'est terminé, ou plutôt cela recommence, ce monstre en moi, ce noir, cette horreur tente de sortir, de se faire entendre, de hurler au monde qu'elle revient.  Je l'ai fais, je l'ai avoué, je lui ai dis ce que j'avais fais dans le passé, mais elle ne sait donc pas ce qui se passe désormais, elle ne sait pas que cette bête en moi tente de faire son grand retour. Mais je ne veux pas, je ne veux pas, elle me fait peur, pourtant, je n'ai pas le choix, c'est elle pourtant qui force le passage ! Mais dégage, pourquoi tu restes ? Pourquoi tu détruits tout ? Pourquoi tu me pousses à foutre tout en l'air ? Non mais c'est de ma faute, tout est de ma faute, c'est moi qui détruit mon couple, rien n'est de la faute de Cendrillon, le fautif dans toute notre histoire c'est moi. Et pour cela, je me déteste, je me haïs au plus profond de mon être. Mais la pire des sensations, c'est de sentir que toute la situation m'échappe et que j'ai beau lutter, cela ne sert à rien, car elle est trop forte.

Alors que je suis au sol, la tête entre les mains en pleurant, traversé par les souvenirs du sang me giclant sur le visage, les hurlements de douleur des gens, ou la peur qui traversait le regard de mes victimes. Tout cela revient et me fait du mal. Elle vient se mettre à genoux devant moi pour caresser mon visage, le relever et m'embrasser alors que je continue à pleurer. « Tu crois vraiment que je vais aller faire mes valises parce qu'un jour tu as rêvé de retrouver ta mère, et que ce rêve est devenu une obsession mortelle ? » Non, je ne pense pas qu'elle l'aurait fait, mais elle ne sait pas tout, je n'ai pas la force de lui dire ce qui s'est passé hier, ce que j'ai fais face à Nathanael, le fait que j'avais envie de tuer cet homme qui m'avait simplement bousculé. « A mes yeux tu n'es pas un monstre... » Et bien tu te trompes lourdement, parce que tu n'as simplement jamais eu cette chose face à toi. Je trouve pourtant cela admirable qu'elle reste forte face à cet aveu. Elle embrasse cependant mon front comme elle le ferait pour un enfant. Finalement c'est ça ce que je suis, je dois apprendre, apprendre à faire face, mais je ne peux pas, c'est impossible. « Tu ne dois pas voir ce passé comme des horreurs qui vont durer toute une vie, tu n'as pas fait que cela.. dans ta vie tu n'imagines pas le bonheur que tu fais... beaucoup plus que du mal crois moi... rien que d'être là avec moi, de m'aimer chaque jour, m'avoir sorti de ma misère.. et ce n'est pas tout. Je t'ai vu enseigner, tu es passionné et tes élèves boivent pour la plupart tes paroles, tu es leur modèle parfait, c'est du bonheur, que de bonnes choses. » Je sais qu'elle a raison, j'apporte beaucoup aux gens, mais pas que du positif comme elle vient de le dire. Mais prendre l'exemple de mon métier me prouve que c'est une bonne chose, pourtant si jamais tout ce que j'ai fais ce sait ou si je tombe face au monstre, mon métier je vais le perdre, je le sais. « Ce passé est un poids dont tu dois te défaire, et je serais là pour t'aider, je te le promets, je ne te laisse pas tomber, jamais Henri, tu m'entends ? Jamais ? » Elle attrape mon corps pour le caler contre le sien et embrasse le sommet de mon crâne avant de caresser mes cheveux, toujours dans le soucis de me mettre en confiance. Je ne sais pas si je dois prendre cela pour me calmer ou parce qu'elle veut que je sache qu'elle est là pour moi quoi qu'il arrive. « Et bientôt le bonheur tu le liras dans ses yeux à lui... » Ou elle, on ne peut pas savoir, pas encore, nous avons encore au moins plusieurs mois à attendre de savoir si c'est un garçon ou une fille.

Mes larmes coulent toujours, mais je me recule quelques peu pour pouvoir m'essuyer les yeux. J'attrape lentement son visage et dépose un doux baiser sur ses lèvres avant de lui sourire faiblement... « Je me sens mal à en crever tu peux pas savoir ce que ça fait d'avoir ça sur la conscience... Tous les jours je me demande pourquoi moi je vis alors qu'eux sont morts de par ma faute... » Je regarde mes mains, toujours conscient que leur sang est toujours là, et que même si je me lave les mains, je gratte les croûtes invisibles, le sang sera toujours présent. Il ne partira jamais, il ne peut pas, et c'est lui qui me rend si proche de la noirceur, tout vient de là, et le monstre en profite pour se faire de plus en plus fort. Je l'ai de nouveau nourri hier dans la journée avec Nathanael. Il s'en sert afin d'être plus fort, j'ai été faible et voilà qu'il me montre que c'est terminé maintenant. Sauf que cela, je ne peux pas lui en parler, il faut que je lui cache jusqu'à ce qu'elle accouche, elle ne supporterait pas du stress à cause de cela. « Je sais que j'ai de la chance de t'avoir, et de bientôt pouvoir l'avoir ce bébé, et merci d'être là... » Je renifle d'une façon peu élégante, et attrape un mouchoir afin de me moucher et essuyer mes paupières afin d'en retirer les dernières larmes. Je finis par aller dans le placard pour en sortir une bouteille de whisky ainsi qu'un verre, je m'en serre avant de ranger la bouteille. « Ne t'en fais pas, je ne veux pas me bourrer la gueule, j'espère juste que ça m'endormira pour ce soir... Et tant pis si je ronfle... » Oui, quand je bois, je ronfle, tout l'opposé du prince charmant. Je dis cela pour tenter d'alléger un peu l'atmosphère, même si venant de moi en ce moment précis ça sonne faux, au moins elle comprendra mon besoin de changer de sujet et de me divertir un peu. Je ne veux plus y penser, parce que plus j'y pense, pire c'est.

electric bird.


    loveless
    fuck you, just fuck you, seriously, you think that you can do what you want ? △ Vers l'infinis et l'au delà. Si seulement ça pouvait s'appliquer à tout, non je ne me fais pas d'illusion, c'est des conneries. On ne peut pas tout avoir, on ne peut pas tout faire, j'ai essayé, mais j'ai merdé, j'ai cru que je pouvais être ce genre de personnes, ceux qui font des exploits tous les jours, mais en fait ce n'est pas vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptyMer 18 Mar - 23:02

Come morning light
you and I'll be safe and sound
Je ne pensais pas entendre de telles choses ce soir. Je ne peux pas nier que cela me choque légèrement, j'aurais aimé que mon mari soit irréprochable même dans son passé mais on ne peut pas avoir tout ce que l'on veut et je ne pourrais pas imaginer lui en vouloir pour une chose qu'il a fait alors que je ne le connaissais pas encore. Cela serait bien trop absurde. Je l'aime et je peux lui pardonner, passer outre, largement. Notre amour est au dessus et je crois que ce n'est pas ce genre de nouvelle qui pourrait me faire douter de lui. Il est l'homme idéal maintenant, torturé encore certes mais il fait des efforts finalement. Je m'en rend compte que maintenant ce qu'il a pu endurer. Il a enfouis ses vieux démons pour m'aimer et se montrer adorable alors que cela s'annoncer beaucoup plus complexe que ce que j'aurais pu imaginer apparemment. Henri est un homme qui semble plein de ressources, fort, mais ce passé s'est carrément sa faiblesse je crois. Une faiblesse que je n'aurais jamais pu deviner. C'est juste étrange de l'imaginer pouvoir péter littéralement un câble mais je crois qu'il y a des choses qu'on ne fait pas de manière tout à fait consciente. Je sais qu'il n'est pas un meurtrier, il a désiré trop fort et je crois que ce genre de chose nous fait toujours dérailler à la longue, j'aurais pu avoir ce genre de comportement si j'avais été enfermée plus longtemps dans ce grenier, à dormir dans les cendres, j'aurais je pense, ou alors je tente juste de le comprendre et de me dire que ce n'est pas si affreux que cela. Avouons le... il a fait une chose horrible, mais je sais que je peux passer outre. Je le sais. On a vécu pire, on a surmonter pire non ? la douleur des pertes des bébés.. la douleur de notre séparation, la douleur de ce monde, les sentiments humains trop forts pour nous au point de nous perdre, des sentiments qu'on ressentait sans les comprendre, maintenant on les comprend et je ne sais pas si c'est mieux ou pas.

Le voir si faible me fait trop de mal, je ne peux pas le repousser, je ne supporterais pas cela. Je sais que je ne suis pas comme ça. Je ne veux pas et je ne peux pas. J'ai besoin de lui autant que maintenant là, il a besoin de moi. Il ne peut pas se sentir seul, il ne faut pas. Je suis ce qui lui reste ici, et on avance doucement tous les deux. Je n'arrive pas à croire qu'il puisse être aussi mal. Je le regarde tristement je me sens impuissante, je sens que mes paroles ne sont pas aussi efficaces, pas comment je l'aurais espéré. J'ai l'impression que ce n'est pas aussi facile que cela, que cette grossesse ne va pas l'aider, peut-être qu'elle le rend heureux comme il le dit, mais je sens qu'il n'est pas totalement au mieux lorsqu'il nous imagine parents. J'ai peur que finalement cela le ronge, je ne peux pas m'en empêcher, il est relativement étrange et distant lorsque j'évoque le sujet. Je baisse les yeux, je le regarde alors se lever et prendre une bouteille d'alcool. Je dois faire quoi dans ce genre de moment ? Je n'en ai pas la moindre idée. Je n'ai jamais trop aimé qu'il boive mais est-ce que je suis sa mère ? C'est d'ailleurs mal vue comme pensée... je culpabilise presque. Mais il ne peut pas m'entendre. Je le regarde revenir vers moi et se servir un verre. Je crois que je ne comprend que le dernier morceau de la phrase et j'en souris. Je l'aurais bien suivi mais je sens que si je touche ne serais-ce que la bouteille pour la ranger, je vais me faire engueuler... alors autant éviter. " Un verre alors.. " Je le dis calmement, je l'attire contre moi , je me positionne derrière lui, une jambe de chaque coté, assise sur le dossier du canapé. Je lui retire son t-shirt doucement pour ne pas renverser son verre et je l'embrasse tendrement dans le cou. " Laisse moi te faire un massage " Je passe mes mains dans son dos, je commence à le masser, mes lèvres embrassent sa peau parfois. " Je t'aime Henri.. j'espère que tu n'oublieras jamais " Je le murmure presque, comme si nous étions avec plein de gens et que je voulais que se soit lui et seulement lui qui entende. Je continue à passer mes mains dans son dos, pour le détendre. " Je suis sûre que je suis mieux que son verre de Whisky " je tente de le détendre aussi en le taquinant, alors verra bien, j'espère y arriver un minimum, je me sens impuissante, tellement.. Et même avec cet enfant dans mon ventre, je ne me sens pas forte.. loin de là.
 
Revenir en haut Aller en bas
Lightning A-H. Teniala

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Lightning A-H. Teniala
J'ai posé bagages ici le : 02/12/2014 Jouant le rôle de : ce fameux cosmonaute de l'espace, buzz l'éclair. #teamtoystory Nombre de messages : 2144 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : swan (avatar) endlesslove (signature) caius, fink (profil) tumblr (gifs) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : jackson gorgeous falahee.
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptyVen 20 Mar - 23:14


vouloir toujours cacher aux autres ses failles.
ella&&henri








J'ai faillis devenir dépendant à l'alcool, elle ne le sait pas, elle n'a jamais été au courant que j'ai presque été alcoolique. Seules quelques personnes le savent, et elles ne lui ont apparemment pas dit. Encore un secret, toujours des secrets. De toute manière, toute ma vie entière n'est qu'un grand secret que je garde enfouis au plus profond de moi-même. Par peur de blesser les gens, de leur faire du mal. Je suis bien loin du prince que tout le monde imagine. Je suis censé incarner la bonté, la générosité, le calme, la bienveillance, alors que je ne suis que décrépitude, horreur, peur et déchéance. Si les gens savaient tout ce que j'ai pu faire, s'ils l'avaient vu, ils auraient peur de me côtoyer, peur de rester en ma présence. D'autant plus que tout est toujours là et que le meurtre me brûle les doigts, m'arrache la conscience et me force à aller faire couler le sang. J'ai l'impression que tout est toujours là, autour de moi, à rôder comme des vautours et des oiseaux de mauvaises augures, attendant le moment propice pour foncer sur moi afin de me faire tomber et me forcer à commettre des choses que au fond de moi, je réprouve de tout mon être. Et comme je n'arrête pas de le penser, cela ne sert à rien de lutter, car ils sont trop forts, ils arrivent à saper toutes mes tentatives de les stopper. Tout cela ne sert donc strictement à rien du tout.

Alors que voilà, j'avais juré de ne plus jamais toucher à l'alcool pour oublier, voilà que je recommence, je ne peux pas. Je ne vais pas dire que j'en suis au point de me foutre du whisky ou de la vodka en intraveineuse, bien loin de là. Mais quand ça ne va pas, ça m'aide à reprendre pied, à tenter de l'effacer de ma mémoire pour que je sois un peu mieux. D'autant plus que c'est efficace, enfin le temps d'une soirée ou d'une journée suivant le moment où j'en ingurgite. Puis le lendemain ça revient et je recommence, et c'est un sacré cercle vicieux, de ce fait je ne m'arrête jamais et cela devient trop important dans ma vie. Presque aussi important que respirer, qu'aimer ma femme, que me préparer à la naissance de notre enfant. D'ailleurs en en parlant, j'ai peur de ne pas être à la hauteur, peur de répéter les mêmes erreurs que mon père, de n'être finalement que sa copie et que tout ne se passe pas comme je l'espère. J'ai toujours rêvé d'être papa, d'avoir une grande famille et de pouvoir avoir la chance de voir grandir le fruit de mes entrailles. Mais quand je me vois actuellement, je me dis que ce n'est pas une si bonne idée et que je ne peux pas me ravir de la naissance de notre bébé parce que je ne suis pas au mieux de ma forme. Et si jamais je dérape, je serais capable du pire.

Avec mon verre de whisky, je sais que ça veut dire qu'en réalité, ça ne va pas bien, c'est un SOS que j'envoie à ma tête, pour lui dire de lutter encore, même si c'est vain. Je ne dois pas tomber, surtout pas, ce serait le début de la fin si c'est le cas. Et le faire, ce serait vraiment une ineptie incroyable. Je me dois de lutter, pour ma femme, pour mon futur enfant et pour mes amis proches. Si j'abandonne, je pourrais leur faire du mal, et c'est inconcevable comme idée tout cela. « Un verre alors... » Je lui souris doucement, elle ne semble pas se formaliser de mon envie de boire pour oublier. De toute manière, je pense qu'elle sait pertinemment que sinon je dormirai mal, et que même si je bois de toute façon, cela ne changera rien, je dormirai mal. Elle finit par m'attirer vers elle et fait en sorte que je m'asseye au sol avant de m'entourer de ses chambres pour me retirer mon t-shirt et m'embrasser dans le cou. Des frissons me parcourent le corps entier avant de me demander ce qu'elle va faire. « Laisse moi te faire un massage... » Je ne dis pas non, peut-être que ça va me relaxer et que finalement je vais peut-être pouvoir bien dormir. On ne sait jamais. Je sens ses mains se poser sur mon dos, elles sont froides et cela me soulage énormément. Puis lorsqu'elle commence à me masser, un soupire d'aise s'échappe de ma bouche. Elle a toujours été doué pour cela. « Je t'aime Henri.. j'espère que tu n'oublieras jamais. » Un murmure au creux de mon oreille, et une promesse informulée qui me rappelle que quoi qu'il arrive, on sera ensemble. Nous avons beau nous engueuler, nous séparer, nous ne pouvons pas rester loin l'un de l'autre. C'est tout bonnement impossible. Cendrillon et son Prince unis jusqu'à la fin de temps. « Je suis sûre que je suis mieux que ton verre de whisky. » Une tentative d'humour qui me fait sourire, je ne suis pas d'humeur à rire, mais je sais que cela part d'une très bonne intention. Cette femme est extraordinaire, je ne peux que l'admettre.

Suite à sa tentative, je finis par apporter mon verre à mes lèvres afin de boire deux gorgées de la boisson ambrée alcoolisée avant de lâcher un petit soupir. Le liquide inonde mon œsophage et finit par me brûler l'estomac mais c'est une douce douleur qui permet de me rappeler à l'ordre même si ce n'est pas forcément utile et efficace. « Ça reste à prouver ça... » Je me retourne avec un petit sourire aux lèvres avant de venir l'embrasser tendrement en passant une de mes mains sur sa joue. J'ai les yeux rouges et le visage totalement ravagé par la peine et la fatigue, mais le regard exprimant un amour inconditionnel et qui dépasse l'entendement des mortels. N'importe qui nous verrait maintenant saurait immédiatement que rien ne pourra ne nous séparer à part la mort. Puis lorsque je me recule, je finis par reprendre ma place et cale inconsciemment ma tête sur sa poitrine pour boire une nouvelle gorgée. « Tu sais, j'ai finis par abandonner tout espoir. Je me disais que si jamais on était tous là et que certains personnages de dessins animés supposés être morts sont revenus à la vie dans ce monde, peut-être qu'elle était là. Mais finalement je me dis qu'elle ne voulait pas m'avoir et que c'est pour cela qu'elle a fuit... » J'ai les épaules abaissées, traduisant un épuisement infini, qui dure depuis bien trop longtemps. Je n'ai jamais eu l'occasion de lui dire, apeuré, mais maintenant que j'ai commencé, je n'ai pas envie de m'arrêter, lui dire ce que j'ai sur le cœur pour que ça ne puisse aller que de mieux en mieux. De toute façon, il le faut, sinon, cela veut dire trop de choses. « C'est logique, regarde bien, elle m'aurait emmené avec moi si elle me voulait... » Je tourne le regard vers la télévision qui me renvois une vision fantomatique de moi-même. Je ne me reconnais plus, j'ai l'air totalement différent, et lorsque je regarde le reflet de mes mains, j'y vois du sang. J'en lâche mon verre au sol, totalement abattu. Je finis par les gratter avec un acharnement digne d'un fou. Je finis par me reculer et courir dans la cuisine pour les gratter avec l'éponge métallique dans l'espoir d'y enlever le sang. Perdu et trop enfoncé dans la folie.

electric bird.


    loveless
    fuck you, just fuck you, seriously, you think that you can do what you want ? △ Vers l'infinis et l'au delà. Si seulement ça pouvait s'appliquer à tout, non je ne me fais pas d'illusion, c'est des conneries. On ne peut pas tout avoir, on ne peut pas tout faire, j'ai essayé, mais j'ai merdé, j'ai cru que je pouvais être ce genre de personnes, ceux qui font des exploits tous les jours, mais en fait ce n'est pas vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptySam 28 Mar - 0:26

Come morning light
you and I'll be safe and sound
Je suis censée réagir comment ? Je ne sais pas, enfaîte c'est terrible je le sais bien mais je suis partagée entre me réjouir parce qu'il n'a rien fait qui pourrait briser d'avantage notre couple, ou me briser et avoir peur, oui peur que cela le ruine finalement totalement, qu'il n'y arrive plus qu'il pense noir, qu'il devienne à nouveau obscure, oui j'ai peur. Je suis égoïste d'être rassurée qu'il ne m'est jamais trompé, qu'il n'en aime pas une autre, qu'il n'a pas eu de liaison dans l'autre monde un tas d'idées qui m'étaient venues en tête. Mais comment je suis censée réagir alors ? Qu'est ce que je dois faire pour qu'il aille mieux ? L'horreur c'est que je n'en ai pas la moindre idée. Quoique je dis ou fasse, je sais qu'il sera toujours dans ses pensées macabres et affreuses, je ne change pas la donne, notre amour ne semble pas pouvoir le sauver, il ne sauve apparemment pas tout et j'aurais aimé que nous soyons plus solide que cela. Je l'aime, je crois que sans lui je ne suis rien, absolument rien, le soucis c'est que nous sommes de plus en plus bancale, notre amour n'est pas si pure et honnête qu'il pouvait paraître. On se cache trop de chose, on veut paraître trop parfait à l'autre, mais j'ai l'impression d'avoir à coté de moi un parfait inconnu qui me rend dingue. connait-il toutes mes facettes ? Je ne sais même pas, pourtant il y a des choses que l'on doit savoir lorsqu'on est ensemble, je suis persuadée qu'on en a oublié tous les deux un tas, alors que nous devrions nous connaitre au mieux. J'ai l'impression que rien ne va et qu'on s'enfonce, je ne sais pas où on va, j'ai peur, toujours cette peur, on en revient toujours à elle. J'ai peur que cela n'aille plus, qu'on soit incapable de réparer les dégâts, que ce monde ne soit pas fait pour nous. Parfois j'ai envie de retourner là-bas, être juste moi, Cendrillon, ne plus subir cette vie trop compliquée, dure, affreuse, trop d'émotions, de passions, de destruction, je ne m'épanouie pas, je n'y arrive pas. Même ma grossesse ne m'enchante pas autant que j'aurais espéré. Du moins elle me laisse totalement perplexe, je me pose trop de questions. Je ne devrais pas.

La dévastation se lit sur tout le corps d'Henri. Mon coeur bat tristement, je ne sais pas quoi faire et ça me rend dingue, je me sens minable et inutile. Je ne sais pas comment faire pour qu'il se sente mieux. J'ai l'impression que l'alcool l'aide mieux que ma simple présence. Vous n'imaginez pas combien c'est frustrant, j'aimerais qu'il me prenne dans ses bras et qu'il se sente déjà mieux, apparemment je n'aide pas des masses, à croire même que j'empire son sentiment de culpabilité. Je tente de le masser pour qu'il se sente mieux, même mes gestes ne sont pas réconfortants. Je le regarde sans rien dire comme une grosse cruche boire son verre et mes mains retombent sur mes cuisses. Comme s'il sentait ça, il se retourne et m'embrasse, un baiser détestable au doux goût de whisky. Je fais un léger sourire en le regardant, je ne sais pas quoi dire, ou faire. Je ne me sens pas bien. Nausée... Mais il recommence à parler et je ne peux pas aller courir aux toilettes, son haleine à  l'alcool me rend malade. Je déglutis et je serre les lèvres en passant une main devant me bouche comme si j'allais réussir à tout contenir, ce n'est pas faute d'espérer. J'aimerais pouvoir lui dire qu'il a tort mais je passe au dessus du canapé en courant, je manque de glisser et je vais à l'évier de la cuisine qui est ouverte sur le salon. Je vomis, de la bille bien sûr, je n'ai rien dans l'estomac, je n'ai pas fait à manger. Je m'en veux immédiatement de ne pas être à 100% avec lui. Je rince ma bouche en vitesse et je me tourne vers lui en m'agrippant au plan de travail, le goût dans ma bouche est pire que tout... " tu ne sais pas ce qui lui est arrivé, arrête juste de te torturer, je ne veux pas que.. " je me retourne à nouveau et je vomis... je suis dégoûtante, je déteste faire ça devant lui... "... tu te rendes malades.. Henri, il faut que tu avances, on t'offre un chance unique ici.. ne gâche pas tout encore. " encore parce que je sens que je n'ai pas fini d'en entendre parler, je suis sûre qu'il repartira à cause de ses remords, je le perds de jour en jour, le pire c'est que je ne suis plus la bonne personne je crois, plus la bonne personne pour l'aider, pour qu'on y arrive, qu'il avance.

Je me rince la bouche et j'attrape une pastille à la menthe qui n'aide pas à faire passer la nausée, j'ai toujours détesté ce genre de pastille mais là, je me vois mal monter me laver les dents. Je m'approche du canapé, je reste debout et je le regarde. J'inspire... peut-être que je devrais le confronter un peu, que je devrais le provoquer, savoir comment est-qu'il est possible de le retrouver, pas juste son ombre sur le mur, je le veux tout entier, je l'aime comme il est, même s'il a fait ça dans le passé, c'est un passé que je n'ai pas connu et que je ne veux pas connaître, il a changé, je ne veux qu'il reste celui que je connais et que j'aime. On a besoin de lui. " J'ai l'impression que quoique que je te dise à ce propos, rien ne fera aller mieux, j'ai cette impression de ne plus avoir d'influence positive sur toi, je ne sais même plus ce qui pourrait t'aider... tu sembles préférer boire pour te consoler que d'être dans mes bras, cette distance que tu as mis depuis plusieurs mois, j'ai du mal, j'en ai marre, je sais que c'est dur ce que tu me racontes, je sais aussi tu aurais dû m'en parler avant pas attendre que les remords t'es bouffé... " Je déglutis, j'inspire, je me concentre pour éviter de pleurer, bordel, les hormones, je suis à fleur de peau. " dis moi ce que je dois faire ? parce que je suis perdue, je ne me sens pas assez forte pour me battre pour deux, trois bientôt, il faut que tu sois là, tu ne peux pas me lâcher maintenant ok ? t'as pas le droit, d'accord ? Bats toi merde ! " je finis par hausser un peu le ton, oui, faut qu'il se batte, qu'il affronte la réalité, elle est dure mais il y a du bon dan sa vie, il devrait aussi s'en réjouir pourquoi voit-il tout en noir, je n'en peux plus, je veux de la joie comme avant, je veux rire avec lui, plus de stresse, je veux m'amuser, être une femme épanouie, j'ai perdu ça... on l'a perdu et là il est temps de le retrouver.

Seulement ne m'écoute plus, mes paroles sont entrées d'un coté de sa tête pour en ressortir illico. Il explose, il est nerveux, je n'en ai pas la moindre idée mais il ne va pas bien. Je le regarde se gratter les mains, il va se faire mal; trop mal s'il continue, bon sang... Je suis tellement choquée par un telle geste qui m'alerte sur sa mentalité que je réagis un peu en retard. Qu'est ce que je suis censé faire ? Comment je l'aide ? Je ne sais pas, je me sens perdue et les hormones de mes grossesses n'aident en rien. Des larmes montent et ma voix est fébrile. Je crois que j'agis vraiment lorsqu'il s'écorche avec l'éponge en métal. Je la lui prend des mains et c'est instinctif. Je l'aide à se laver les mains, j'entre dans son délir pour le calmer et ne pas le brusquer, des larmes roulent sur mes joues, je tente d'engloutir le bruit des sanglots. " Henri, regarde, laisse moi faire, regarde, le sang par, pas besoin de ça, ça va aller d'accord, ne panique pas " Je souris malgré tout le désespoir dans ses yeux et la tristesse dans les miens. Je caresse son visage et je lui prend les mains pour les sécher dans une serviette. " c'est bon, il n'y a plus rien, fais moi confiance " Je lui prend la main, il n'est pas tard mais je le sens trop fébrile pour autre chose. Je le fais me suivre à l'étage, on passe devant cette chambre qui doit accueillir notre premier enfant, toujours dans un état non finit qui me fait mal. Je le fais s'asseoir sur notre lit et je l'embrasse sur le front. Je vais lui chercher un de mes anxiolytiques, je n'en prend plus mais j'en ai toujours. Je lui serre un verre d'eau et rapidement je reviens vers lui. Je le regarde prendre le médicament assise à coté de lui et je l'attire contre moi pour qu'il s'allonge, pourrait m'occuper de lui des heures, j'ai toujours aimé ça, mais il n'a jamais vraiment laissé faire. Je caresse ses cheveux et je regarde le plafond, je chantonne un air qu'il aime temps qu'on a déjà murmuré encore, ça devrait lui faire du bien.
 
Revenir en haut Aller en bas
Lightning A-H. Teniala

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Lightning A-H. Teniala
J'ai posé bagages ici le : 02/12/2014 Jouant le rôle de : ce fameux cosmonaute de l'espace, buzz l'éclair. #teamtoystory Nombre de messages : 2144 On me connait sous le pseudo : caius (nico). Un merci à : swan (avatar) endlesslove (signature) caius, fink (profil) tumblr (gifs) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : jackson gorgeous falahee.
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » EmptySam 4 Avr - 13:24


vouloir toujours cacher aux autres ses failles.
ella&&henri








La peur est souvent ressentie comme une émotion négative ou péjorative car considérée comme une faiblesse. Pourtant, cette sensation fait partie des mécanismes complexes qui entrent en action dans notre organisme lorsqu’il est menacé par un danger. Comme pour tout ce que nous ressentons, une succession de processus neurologiques et chimique est à l’œuvre. Selon une médecin que j'ai eu le loisir de lire : « La peur est l’attente ou l’anticipation d’une possible blessure. Nous savons que le corps est extrêmement sensible à la possibilité d’une menace et il existe ainsi de multiples voies qui achemine l’information de la peur dans le cerveau. » Savez-vous que les organes de la peur sont les amygdales ? C'est là qu'un neurotransmetteur nommé glutamate déclenche de multiples réactions dans la substance grise périaqueducale qui est une petite glande située dans le centre de votre cerveau. A partir de là, le cerveau doit prendre une décision face à cette peur que l'on a : rester immobile, fuir, ou agir pour la contrer. Entre temps, le message nerveux atteint l’hypothalamus qui contrôle le système nerveux, c'est lui qui met en marche l'adrénaline qui à son tour accélère le rythme cardiaque, la pression sanguine et le rythme respiratoire. Tout cela pour dire qu'au final la peur n'est pas qu'un simple sentiment, c'est tout un procédé chimique et neurologique qui se déroule à l'intérieur du cerveau, elle est incontrôlable et tout le monde a peur de quelque chose. C'est un fait obligatoire pour chaque individu. Celui qui dit qu'il n'a peur de rien est entrain de vous mentir, tout le monde a forcément peur.

J'ai peur de ce qui se passe, j'ai peur de ma folie, j'ai peur de ce que je suis entrain d'infliger à ma femme. Je deviens totalement barge, mais qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez moi ? C'est comme si je tombais en décrépitude au fur et à mesure. Ella m'explique que tout va bien aller, qu'il faut que j'arrête de me morfondre comme ça, mais elle part vomir, c'est peut-être l'émotion qui fait ça. Les hormones d'une femme enceinte sont souvent très aléatoires, elle peut passer du rire aux larmes en quelques secondes, et j'en rajoute une couche par dessus. Je suis vraiment un monstre, moi qui voulait absolument avoir un enfant avec la femme de ma vie, voilà que je lui dis tout cela alors qu'elle est enceinte et qu'elle doit éviter toute forme de stress car elle peut le perdre à nouveau. Je ne devrais pas, mais c'est trop tard, j'aurais dû ne rien dire. Je vais causer la fin de notre couple, on va finir par ne plus jamais pouvoir se remettre ensemble de façon durable. Ella et Henri n'ont jamais eu leur ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Ils l'attendent toujours. Nous l'attendons toujours. Et je désespère de finir heureux pour le restant de mes jours, en compagnie de mon épouse et de bambins qui courent autour de nous dans une belle et grande maison.

Je l'admirerai toujours, c'est un femme qui a une force de caractère énorme, elle n'abandonne jamais et elle a des convictions aussi dures que de l'acier brut. C'est un exemple que toutes les personnes de sexe féminin devraient suivre, parce que sans cela, il est tellement facile de tomber dans la décrépitude, dans le mal, un peu comme moi je suis entrain de le faire. Je ne suis pas fort, malgré l'éducation titanesque que mon père m'a fait endurer. Je suis tombé, et je n'arrive pas à me relever, depuis tant d'années, j'aurais dû m'en remettre, mais c'est impossible, je ne peux pas, j'ai beau tout tenter, ça ne marche pas. Et la folie prend l'ascendant sur moi, elle me pousse à faire des actes répréhensibles, comme celui que je m'inflige tout seul. Je me gratte les mains à sang, alors que je devrais m'occuper de la grossesse de mon épouse, mais je n'y parviens pas. Et elle vient d'arriver, elle m'enlève l'éponge des mains, je serais prêt à la repousser, sauf que je vois qu'elle prend du savon pour m'aider à enlever le sang. Elle pleure elle aussi, mais je ne veux pas, elle ne doit pas pleurer, il faut qu'on arrête de se faire du mal comme ça. Pourquoi notre relation ne peut-elle pas être simple ? « Henri, regarde, laisse moi faire, regarde, le sang par, pas besoin de ça, ça va aller d'accord, ne panique pas... » Elle me parle doucement et finit par me sourire, j'aurais aimé lui rendre le sien, mais je n'y arrive pas, je n'y parviens plus depuis hier, impossible de sourire, mon visage est figé soit dans l'indifférence, soit dans la peine ou encore dans la colère et la haine. Je sens qu'elle vient m'essuyer les mains avant de me caresser le visage pour tenter de me calmer. « C'est bon, il n'y a plus rien, fais moi confiance. » Je lui fais tellement confiance que je lui confierai ma vie sans hésitation, alors quand elle me prend la main pour m'entraîner dans la chambre, je ne fais rien d'autre que la suivre, de toute manière, je crois que c'est la meilleure des choses à faire.

Une fois que nous sommes dans la chambre, Ella part chercher quelque chose dans la salle de bain et revient avec un cachet qu'elle me fait avaler, je lui fais confiance, je lui fais toujours confiance. Je finis par m'allonger avec elle en étant tout habillé et la laisse me caresser les cheveux tout en me chantonnant la chanson d'amour que l'on a entonné le jour du bal où l'on s'est rencontrés. « Je te fais confiance Ella... Je te fais confiance... » Je murmure ça en venant me blottir contre elle. Je ne le fais jamais, et dans un couple c'est généralement plus la femme qui cherche à faire cela envers son époux, mais j'ai peur, j'ai besoin d'elle. Je peux être comparé à un petit chiot qui a peur, un petit chiot perdu et sans aucun repère. J'attrape sa main et la prend dans la mienne et commence à me coller un peu plus à elle, venant nicher mon nez dans son cou, la laissant faire ce qu'elle désire de moi. Je ne veux rien d'autre qu'elle, j'ai besoin d'elle, j'ai besoin de toute son aide pour surmonter cela. Après tout, je sais que seul je ne m'en sortirai pas, d'autant plus que je ne lui ai pas dis que je suis retombé, que tout revient, la folie est là, au dessus de ma tête comme une épée de Damoclès prête à me faucher pour que je redevienne ce monstre si pitoyable. « Ne m'abandonne pas, je t'en supplie... J'ai peur... » C'est la première fois que je lui dis cela, et l'émotion qui me caractérise s'entend, je tremble de tout mon corps. Comme si j'avais froid, alors qu'au contraire, j'ai un feu qui brûle en moi, un feu que je m'efforce d'éteindre de toute mes forces.

electric bird.


    loveless
    fuck you, just fuck you, seriously, you think that you can do what you want ? △ Vers l'infinis et l'au delà. Si seulement ça pouvait s'appliquer à tout, non je ne me fais pas d'illusion, c'est des conneries. On ne peut pas tout avoir, on ne peut pas tout faire, j'ai essayé, mais j'ai merdé, j'ai cru que je pouvais être ce genre de personnes, ceux qui font des exploits tous les jours, mais en fait ce n'est pas vrai.
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. » Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

HENDRILLON. ♥ « Vouloir toujours cacher aux autres ses failles. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Madame Irma [DVDRiP]
» G - "With or Without You" [HENTAÏ] [PV Mina]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-