AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
189.99 € 379 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
21.95 €
Voir le deal

Partagez

(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Vide
 

 (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyDim 8 Mar - 2:32


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
Seul. Les bruits des verres qui passent de main et en main et qui glissent le long du comptoir, l’odeur de clope du barman qui est le premier à braver l’interdiction de fumer, les rires sonores de ces beaufs de bas-quartiers qui hurlent pour se faire remarquer, le goût dégueulasse d’un verre de whisky, mais la chaleur presque réconfortante qu’il devient lorsqu’il glisse le long de ta gorge pour rejoindre ton estomac  vide. Et puis par-dessus tout, les brûlures sous tes yeux que tu n’as pas fermé depuis trois jours, les hurlements que t’entend à l’intérieur de toi, et ce vide : ce vide intersidéral, ce néant interplanétaire qui t’encombre à l’heure qu’il est. Seul, complètement seul. Tu lui as dis ce que tu ressentais, et elle t’a rejeté. Ca avait beau être le truc le plus prévisible de cette planète, tu restes sur le cul, et vidé. Alors pour oublier à quel point t’as honte, à quel point t’aurais envie de crever là maintenant, tu bois. Pourtant l’alcool, tu trouves ça complètement dégueulasse. Disons que ça n’a pas le moindre goût, et tu mets un sacré bout de temps avant d’être bourré. T’as horreur de cette odeur puissante que dégage ta bouche après un verre d’alcool fort, t’as horreur de cet endroit où il n’y a que des débiles profonds empestant tous le cigare ou le sexe. Tu n’es plus rien que rien du tout. Comme un vulgaire cabot, que tu détestes, abandonné sur le bord de la route un jour de vacances d’été, ta chère maîtresse t’a rejeté, et qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? T’enfile un autre verre et ça descend à nouveau jusqu’à ton ventre. Tu vas grossir. Tu vas devenir comme ses gros porcs une table plus loin, les dents pourries et le bide gros comme une montgolfière. Mais elle t’a rejeté, et tu combles comme tu peux le trou que tu ressens depuis quelques jours à la place du cœur. T’es même pas capable d’expliquer un sentiment pareil, pourtant ce n’est pas bien compliqué : comme la plupart de ces êtres humains puants le vivent au moins une fois dans leur vie, on t’avait brisé ton putain de cœur, que tu ne savais même pas existant. Le barman te regarde avec le genre de pitié que tu lui referais volontiers ravalé, mais à la place tu te contentes d’un simple regard noir qu’il interprète plutôt bien, parce qu’il détourne chastement les yeux. T’es un petit teigneux toi, qu’il n’essaye même pas. Seul. Seul comme un corbeau sans aile, on t’offre toute la liberté du monde mais le seul endroit où tu voudrais être, ce serait auprès de ta Maîtresse. Mais désormais, plus rien ne sera plus jamais pareil.  Tu glisses tes doigts lentement dans tes boucles brunes, t’es seul.  

   
   

   made by pandora.
   

   




Dernière édition par Diablo "Crow" Ysley le Ven 13 Mar - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyDim 8 Mar - 12:32


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
T'avais installé une routine dans ta vie, qui ne changeait jamais. Tu n'étais pas plus malheureux – et surtout, tu ne l'étais pas moins. T'avais parfois l'impression de te retrouver comme un automate, boulot-bar-dodo, sans que tu n'ai la motivation de changer cela. Ça te plaisait, de venir ici tous les jours. Tu ne venais pas par rendez-vous, par envie de retrouver des amis d'habitués après le boulot dans cet endroit qui serait le votre, en fait, outre les plans culs récurrents, tu n'étais pas vraiment sociable quand tu te mettais à boire seul. T'avais juste envie qu'on te laisse en tête-à-tête, toi et ton adorable verre rempli. T'avais passé un mois pourri – où était-ce l'année entière qui avait ce goût amer de déception et de désespoir, indélébile sur l'épiderme de ta peau ? T'avais toujours le souvenir de ta dernière rencontre désastreuse avec Aurore, le rappelle incessant que l'un de tes patients préférés à l'hôpital fut retrouvé mort brutalement il y avait quelques jours et que tu n'avais pu rien faire pour le sauver, et les seuls moments de libération et de bouffée d'air tu les trouvais dans les bras de Samson – ou de tout autre inconnu qui se donnait volontiers à toi lorsque tu en avais besoin. Tu te sentais déprimé ce soir-là, mais aussi incroyablement en manque, ce qui te rendait peut-être un peu plus ouvert que d'habitude. Tu étais moins recourbé sur ton verre, comme un homme qui aurait peur qu'à la moindre inattention on lui vole son nectar, non. T'étais dans l'un de ces jours où tu balayais sans cesse les allées et venues des Rhumeries, à la recherche d'une proie pour la nuit qui pourrait calmer tes ardeurs et te faire venir intensément après trop de soirées passées à l'hôpital sans pouvoir te masturber afin de soulager tes excitations. Tu prenais un nouveau verre, bougeant légèrement sur le haut tabouret, comme si l'anticipation de cette nuit commençait à se faire sentir. Ce ne fut que quelques heures après ta venue que tu le remarquais – et t'as failli t'éclater de rire devant les farces de la destinée. Tiens, il était là lui aussi, et le pire c'est que pour une fois, c'était lui qui semblait plus mal que toi. T'as pas réfléchi davantage que ça avant de t'approcher de lui – ça t'avait donné envie de t'amuser, une once de curiosité traversant tes iris noisettes – et tu venais passer une main chaude au creux de son dos, murmurant à son oreille. « On s'est perdu mon corbeau ? » Tu souriais ensuite en coin en te redressant, restant tout de même assez près, un sourcil haussé. C'était bizarre de le voir ici, après tout il avait bien la gueule d'un mec habitué aux bars et pourtant, c'était à peine s'il connaissait le concept quand il était venu te rejoindre avant cette première nuit. « T'as une tête affreuse, c'est le manque de sexe ça. » T'étais pas en plein boulot, tu avais le droit de sortir des explications merdiques non ? C'était juste pour qu'il comprenne que ce soir, tu lui ferais sa fête – t'avais trouvé ta proie.
 

made by pandora.


Dernière édition par Aalès Philippe Beauregard le Lun 9 Mar - 11:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyDim 8 Mar - 13:05


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
Leurs putain de rires commençaient sérieusement à te pomper, et t’étais à deux doigts de te lever pour aller les attraper la gorge et les forcer à se taire. T’étais dévoré par une sorte de haine et d’incompréhension, mais n’était-ce pas déjà toujours mieux que le simple vide ? De toute façon, haïr, c’est tout ce que tu savais faire. T’étais incapable ressentir ces choses toutes bêtes de la vie de tout les jours, comme la douceur, la joie, l’affection. C’était des sentiments inconnus qui te faisaient autant flipper qu’ils étaient pourtant réels. Ce n’était pas dans ton éducation, ce n’était pas toi. Mais alors pourquoi avoir dit ça à ta Maîtresse ? Pourquoi avoir couché avec Philippe ?  Parfois tu faisais des choses complètement illogiques, qui ne te ressemblaient pas. Ton amour pour le sexe, tu le savais depuis bien longtemps, et t’étais le premier à évacuer ta rage sur des filles de joie payées grassement… Néanmoins, tout ça prenait une tournure étrange qui te montait à la tête. Pourquoi t’avais tout gâché ? Pourquoi t’avais pas fermé ta gueule, comme d’habitude ? Est-ce que… T’étais en train de changer ? Mais tu sursautas en sentant une main se poser dans le bas de ton dos, tel un chat surpris, t’étais presque là à feuler. Tu te tournas vivement vers l’individu auquel appartenait cette voix, écarquillant les yeux alors qu’il affichait tout fier son petit sourire de vainqueur de merde. « On s'est perdu mon corbeau ? » Tes dents se serrèrent comme par automatisme, presque par crainte, et tu le fixas d’abord sans répondre. Qu’est-ce qu’il foutait là, bordel ? Tu fixas son sourire pendant quelques secondes, tes dents s’enfonçant dans ta lèvre inférieure. « T'as une tête affreuse, c'est le manque de sexe ça. » De quoi je me mêle, t’avais envie de dire ? Il fallait que tu tombes sur lui ce soir. T’étais déjà pas bien, fallait que le souvenir de cette nuit te revienne brutalement. Et ce… putain de sourire. « Je t’emmerde. J’suis pas en manque. » Si, totalement en fait. Tu détournas les yeux pour balayer la salle du regard, avant d’inspirer, frissonnant un peu en te rendant compte que sa main était toujours posée sur le bas de son dos. Tu pourrais peut-être le laisser un peu fai… ? Non mais ça n’allait pas Diablo ou quoi ?! Tu la dégageais vite, prenant un air mauvais face à sa marque de contact, alors que ça n’avait pas été si désagréable que ça en vérité. « Je suis pas d’humeur ce soir. » Tu lâchais, grognant. C’était quand même drôle ce « ce soir ». 

   
   

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyLun 9 Mar - 11:05


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
Tu l'avais surpris, c'était le moins que tu puisses dire. Il avait l'air tellement pris par ses propres pensées qu'il ne t'avait même pas senti arrivé, et c'était maintenant sûr et certain que le chat n'était pas son animal d'une autre vie. Son visage devenait plus stricte, ses dents serrées par ta soudaine venue, et il commençait déjà par être vulgaire. « Commence pas par être désagréable mon chou, ce n'est pas une tare d'avoir envie de baiser. » Tu disais avec un sourire en coin, ta main faisant discrètement des petits gestes circulaires dans le bas de son dos où elle avait prit refuge. Tu ne savais pas réellement s'il en avait envie ou non – après tout, tu étais loin d'avoir des pouvoirs divins te permettant de lire dans les pensées ou envies les plus secrètes des personnes dans la même pièce que toi – et tu te disais que c'était quand même assez dommage, car ça t'intéresserait bien de pouvoir tout savoir sans même avoir à demander. Ça t'aiderait tellement plus quand t'avais envie d'une partie de jambes en l'air le soir, tu n'aurais qu'à te diriger vers quelqu'un où tu pouvais lire qu'il avait envie et été attiré par toi, sans avoir un risque de rejet. Soit, t'en savais donc rien quant à ton corbeau – ouais hm.. enfin.. ce corbeau, pas le tien – mais t'étais du genre à insinuer des choses, mêmes fausses, en espérant ne pas avoir totalement tord. Et t'étais presque sûr d'être un peu dans le vrai, puisqu'après tout, il avait l'air d'être bien porté sur le sexe le Diablo. Tu portais ton regard sur ta main qu'il venait d'un seul coup de dégager – alors que t'avais rien fait d'exceptionnel, t'étais pas en train de le pincer ou quoi que ce soit – et quand tu relevais tes yeux vers lui, il avait à nouveau cet air mauvais dont il ne semblait jamais arriver à se défaire quelle que soit la situation. Tu ricanais légèrement à son « ce soir » - est-ce que cela voulait dire qu'il avait fini par y réfléchir après être parti de chez toi et qu'il s'était mis d'accord pour tenter une nouvelle fois l'expérience comme tu l'avais suggéré ? - et tu faisais signe au barman pour qu'il t'apporte un nouveau verre, alors que tu t'asseyais sur le tabouret d'à côté. « Désolé, mais ce n'est pas demain que j'ai envie. » Tu lui répondait, prenant une gorgée de ta boisson en le fixant de tes yeux perçants. Il te saoulait là, t'avais juste envie de t'amuser et il faisait son chiant avec son manque de réceptivité, il se prenait pour une diva à se faire désirer comme ça ? Dommage pour lui, il était tombé sur toi, et le voir dans un état qui semblait pitoyable te redonnait du baume au coeur et te donnait encore plus envie de t'implanter à ses côtés pour ne pas le laisser tranquille. Tu reposais ton verre en soupirant, avant de passer ton bras autour de ses épaules, en mode on est méga pote. « Aaaaaller, dis-moi tout, qu'est-ce qui va paaas ? T'as tabassé seulement sept personnes au lieu de huit ces trois derniers jours ? T'as marché dans une merde de chien ? T'as affreusement manqué mon corps, c'est pour ça que t'es dans cet état de dépérissement totale ? » Ta voix avais l'air d'un mec complètement bourré, même s'il te restait encore un peu de marge. Et pour le coup, tu te retrouvais assez en lui, vu que toi ça faisait des mois que t'avais cette même gueule de zombie.
 

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyLun 9 Mar - 20:20


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
La vérité ? Oui, tu étais grave en manque. Comme à chaque fois que t'étais sur les nefs, comme à chaque fois que t'avais l'impression que chacun de tes nerfs allaient éclater, t'étais en manque. T'avais besoin de penser à autre chose, de te défouler et de perdre ton souffle. Certains extériorisaient ça en faisant du sport, toi c'était en baisant. Mais ce soir, t'avais l'impression de détester tout le monde encore plus que d'habitude. T'avais envie de chialer, et de frapper en même temps. Et à la place de ça, t'enchainais ses verres dégueulasses et pas donnés. Mais la voix de l'autre tapette blonde te fis sursauter, et tu lui adressas un regard noir, de celui qui n'a pas envie d'être dérangé ce soir. En vérité, c'est pas que tu voulais pas lui parler, c'était surtout que t'étais paumé, et que tu voulais vraiment éviter de repenser à toutes les conneries que t'avais pu faire, lorsque t'avais fais la plus grosse de ta vie en avouant tes sentiments à ta Maîtresse. Ça pouvait peut-être paraître exagéré, mais toi, toute ta vie tournais autour d'elle tu pouvais pas te permettre de la perdre. « Je m'appelle pas "mon chou", mais Diablo, retiens le, mon bichon. » Tu grognais, n'aimant pas ce surnom beaucoup trop gay qu'il t'avait attribué. Tu soupiras en jouant nerveusement avec ton verre, trempant légèrement ton doigt dedans pour le suçoter : le boire cul sec, c'était trop désagréable finalement. Pourtant, le Philippe n'abandonnait pas pour autant et allait même jusqu'à prendre place juste à coté de toi. Tu lâchas un grognement sans rien ajouter de plus, faisant légèrement craquer tes doigts pour te détendre. « Sérieusement, tu crois que tu m'excites là ? » Tu serrais les dents alors qu'il se mettait à beugler avec sa gueule puant l'alcool, et d'un seul coup.. Tu sus pas trop pourquoi mais t'eus envie de chialer. Chialer toutes les larmes de ton corps. Tu te contentas de le repousser, serrant les dents avant de prendre un instant ta tête entre tes mains. Tu lui lanças un regard noir. « Rien. Rien que tu regardes, rien que tu puisses comprendre. Et même si tu le pouvais, je te le dirai pas, parce que t'es qu'un con complètement bourré qui se touche les couilles pendant qu'il me parle, et parce que tu me fais pitié Philippe. C'est ça fous toi de ma gueule en plus. » Au fond, tu comprenais qu'il se foute de ta gueule, ça a toujours été comme ça vous deux, une histoire de jeu taquin. Mais là, ce soir t'étais mal, t'avais mal, et lui il venait remuer le couteau dans la plaie.    

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyLun 9 Mar - 21:39


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
Il aimait pas tes surnoms le con. Comme si ça allait t'arrêter. « Moooh, c'est qu'il est tout grognon aujourd'hui le petit chou. » Tu disais avec une petite voix qui matchait ton visage à ce moment-là, comme si tu parlais à un petit enfant de quatre ans qui boudait afin de lui redonner le sourire – sauf qu'avec Diablo, même s'il avait l'air de souvent se comporter comme un enfant boudeur, tu savais que t'étais encore loin d'arriver à lui donner le sourire en appuyant encore plus là où il te demandait de t'arrêter. Mais à vrai dire, tu t'en foutais, ça t'amusait de le voir bougonner alors que tu venais prendre l'une de ses joue entre deux de te doigts et la bouger comme une vieille mamie ferait à son petit-fils. Tu t'installais ensuite à ses côtés, et tu ricanais quand il te faisait comprendre que tu n'avais pas l'air de l'exciter du tout là. Ce n'était pas grave, ça t'éclatait tout autant de le voir mal à l'aise de tes contacts physiques. « Désolé, je n'compte pas me couper un bras pour que ta bite décide de se durcir. » Tu lui répondais avec un grand sourire, en référence avec votre dernière – et pratiquement seule – conversation. Tu te penchais une nouvelle fois vers lui, venant délicatement mordiller le lobe de son oreille en appuyant l'une de tes mains sur le haut de sa cuisse. « Mais je suis sûr que la délicatesse ne te laissera pas toujours indifférent... » Tu murmurais, ton souffle chaud contre son oreille, avant de te redresser une nouvelle fois – il serait dommage que tu te prennes une baffe malencontreuse. Il te repoussait d'ailleurs quand tu passais ton bras autour de ses épaules, ses yeux toujours noir alors que sur tes lèvres figurait un même sourire amusé. Puis tu grognais, à ton tour. « Putain, tu fais vraiment chier aujourd'hui. Moi je suis pathétique ? Désolé mais pour une fois, c'est pas moi qui ai l'air d'être à deux doigts de me suicider. » Tu lançais d'une voix bien plus sèche, parce que tu croyais rêver de ses mots qu'il te sortait. En plus monsieur n'était pas content que tu te foutes de sa gueule – comme si lui, si les rôles seraient inversées, y aurait réfléchit à deux fois avant de te faire subir le même sort. C'était lui qui se foutait de ta gueule en insinuant ça. « Tu veux pas baiser, et tu veux même pas t'confier. Bah reste-tout seul. » Tu finissais ton verre, avant de te lever. De toute manière, il ne te restait plus vraiment trente-six mille solutions si tu voulais l'avoir dans ton lit – ou même l'amener à te parler. Il fallait avouer, malgré toi, que sa tête de cadavre ambulant piquait ta curiosité, et que tu frais bien l'effort de te retenir pendant quelques minutes afin de l'écouter se plaindre de ce qu'il ne va pas. Tu le regardais, lui lançant un petit sourire faux et déjà saoulé de sa compagnie. « Tu sais quoi, c'est pas grave si tu veux pas. J'me trouverai un autre mec pendant que toi... Tu te doigtera ce soir en pensant que c'est moi. » Tu lui faisais un petit signe en mode peace ou à la manière de walker texas ranger, les deux doigt sur la tempe, avant de te détourner, espérant secrètement qu'il ne te laissera pas t'enfuir comme ça. Tu faisais quelques pas, à la recherche d'une nouvelle proie, afin qu'il voit que tu ne déconnait pas. Puis quand tu trouvais à quelques mètres de toi un mec qui ressemblait vaguement à Diablo du visage, tu te dirigeais vers lui.
 

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyLun 9 Mar - 23:15


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
Diablo hein. En vérité, ce n'était même pas un prénom qui existait. C'était comme le surnom qu'on donne à un chien, mais pas le prénom d'un être humain. Tu n'avais pas vraiment évolué en fait, tu étais resté l'animal soumis et coassant, malgré ta forme humaine et tes boucles brunes. Tu étais un animal bien seul alors, et perdu surtout. Perdu dans un monde que même en trois ans tu n'arrivais pas à comprendre, seul comme un animal blessé. Tu le réalisais maintenant, comme si t'avais au fond du crâne un mécanisme d'auto-destruction. Quand tu allais mal, il fallait que ton esprit te crève d'autant plus le cœur, et réalise maintenant des choses cruelles que tu ignorais simplement depuis lors. Qu'est ce que tu allais faire maintenant ? Peut-être finir ton verre et prendre une chambre à l’hôtel. Tu ne supporterais pas de retourner la bas pour le moment. Tout t'angoissait.  « Dommage, ça aurait fait du spectacle. » Tu lâchas d'un ton lugubre lorsqu'il te parlait de se couper un bras. Pourquoi pas après tout ? Cela te changeait les idées. Pff, tu disais n'importe quoi. Le blond revenait pourtant à la charge, et tu sentais son souffle brûlant contre ton oreille : putain, mais c'est qu'il avait vraiment envie lui. Pourquoi toi ? Pourquoi ne se décidait-il pas sur une autre proie plus aisée ? Pourquoi il venait toujours... Toujours te troubler, lui et son corps, et son sourire, et sa bouche...  « Laisse moi... » Tu murmurais cette fois ci d'une voix basse, plus suppliante en fermant douloureusement les yeux. Pourquoi ça faisait si mal ? Qu'est-ce qui n'allait pas chez toi à la fin ? Ah oui, t'étais un corbeau. T'étais pas sensé ressentir les choses, tu t'étais toujours promis de ne pas les ressentir d'ailleurs. Mais ce soir, la douleur, elle était pire que réelle.

Cette fois, Philippe s'énervait. S'en était sans doute trop, tu n'y avais pas été de main molle, et forcément, ça le faisait beaucoup moins rire. L'air d'un mec qui veut se suicider ? Ce devait certainement être ça en effet, juste le mec qui venait de perdre sa raison de vivre. Tu ouvrais la bouche pour répondre, mais tu ne sus plus vraiment ce que tu voulais dire. De toute manière, il s'était déjà levé en te proclamant seul dans ton plumard en train de te doigter. Tu lâchas un long râle de rage, prêt à lui sauter dessus pour lui dévisser la tête... mais finalement, tu n'en fis rien. Tu le fixas plutôt avec des yeux ronds comme une bille, avancé vers un autre brun à boucles, au fond de la salle. Tu clignas des yeux, ton verre toujours en main, que tu serras, serras, et serras encore. Le barman poussa râle lorsque le verre se brisa ridiculement sous ta poigne, et tu soupiras. Fixant du coin de l'oeil Philippe qui s'était mit à discuter avec le mec, tu glissais un billet de vingt dollars au barman pour payer les dégâts, laissant quelques traces de sang sur le billet verre, ta main abimée désormais. Tu n'en avais pourtant que faire, car tu te levais d'un bon et fonçais vers la piste, venant attraper Philippe par le col pour le plaquer contre le mur, l'arrachant à sa conversation avec le mec.  « Tu fais quoi là ?! Non mais j'y crois pas, t'es vraiment qu'une merde, suffis que je te dise non pour que t'ailles draguer la première pédale qui me ressemble un peu. » Tu le fixais droit dans les yeux, lançant des éclairs. Pourquoi est-ce que ça te mettait tant en pétard ? Est-ce que t'étais jaloux ?  « Je... » Tu soufflais alors, ton poing serrant sa chemise se desserrant peu à peu, et ta main tremblante tout à coup. Tu le fixais toujours droit dans les yeux, les dents serrées, mais tes yeux s'humidifiaient subitement. Putain, t'avais si mal.  « M-Me laisse pas tout seul putain. » Tu soufflais. Même si c'était que pour baiser, même s'il en avait rien à foutre, ou au contraire s'il avait juste un peu de considération pour toi, si ses rires avaient été vrais, dans ces moments étranges où vous aviez rit ensemble... Qu'il te laisse pas tout seul, pas comme elle l'avait fait elle.

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyLun 9 Mar - 23:50


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
T'étais vraiment en conflit intérieur quant à la personne qu'était Diablo. Il fut ton ennemi autrefois de part son allégeance à la grosse connasse au nom ridicule, et t'imaginais qu'il l'était toujours un peu aujourd'hui. Ce n'était pas comme si avant vous aviez réellement eu une vraie conversation, vous étiez prédestiné à vous retrouver l'un face à l'autre, le bien contre le mal – les deux personnages secondaires et oubliés face aux deux femmes importantes que vous serviez – en quelque sorte. Face à ça, t'avais le fait que ses piques et remarques t'amusaient même lorsqu'elles étaient là pour blesser, et même si votre conversation portait sur les deux femmes que tu détestais maintenant le plus au monde, ça t'occupait assez l'esprit, même si ton regard vers lui lui lançait parfois des éclairs, et te permettait d'être dans un nouvel état d'esprit que celui de penser encore et toujours à un amour véritable perdu. Et puis y avait ses yeux, envoutants et qui pourtant avaient du voir bien des horreurs et son sourire quand il daignait étirer ses lèvres même mauvaisement. Et son corps, qui te faisait oublier le fait que c'était un putain d'ancien corbeau que tu baisais. Il t'intéressait autant qu'il t'énervait, il t'excitait autant qu'il te saoulait. En en même temps, tu savais que c'était mal, et ton esprit parfois ne pouvait que se rendre coupable des ses fantasmes : était-il normal d'avoir tant envie de cette figure maléfique ? Que connaître presque toutes les horreurs sur lui te répugnait certes, mais ne te faisait pas reculer ? Ça te perdait. Il finissait par te supplier de le laisser, comme un mec en train de se faire agresser en pleine impasse, et ça t'énervait. Il voulait que tu le laisse ? Très bien, pas de soucis.

« Salut toi, qu'est-ce que tu fais tout seul ? » Tu commençais à dire en te posant en face du brun, même si ton enthousiasme était atténué à cause du fait qu'il n'était pas Diablo. Il lui ressemblait un peu, mais il n'avait ce truc spécial que tu ne saurais pointer qui faisait son charme – ouais, c'était difficile à avouer, mais il avait du charme l'autre con. T'essayais tout de même de t'intéresser – enfin, d'écouter – ce que le jeune homme de substitut te répondait – après tout, le but était de ne pas se retourner et regarder Diablo. Non. Si tu faisais ça, t'étais foutu, il avait voir que tu voulais seulement le provoquer pour attirer encore plus son attention, et il allait à son tour jouer au dur – ou peut-être même qu'il allait finir par dégager. Alors tu gardais tes yeux rivées sur le mec, avant que d'un seul coup, on te tirait en arrière, puis on te collait au mur du bar. Tu souriais en coin, satisfait, en voyant Diablo qui avait mordu à l'hameçon, même s'il continuait de te lancer des regards noirs. « Pourquoi je n'aurais pas le droit ? Tu commençais, un doigt glissant lentement le long de son torse, sur sa chemise. Après tout t'en avais pas envie – et je ne suis pas à toi. » Tu posais tes yeux sur lui, le regardant intensément alors que tu sentais ensuite sa main trembler contre ta chemise, et tu voyais ses yeux qui commençaient à se voiler. Merde, il se passait quoi là ? T'avais raté un épisode. « Tu vas pas chialer quand même ? » Parce que pour le coup, t'avais pas vu la chose venir et tu ne savais absolument pas comment réagir s'il commençait à pleurer devant toi. C'était pas ton pote, encore moins ton amoureux, tu ne pouvais pas vraiment l'enlacer en lui murmurant des mots doux pour qu'il se sente mieux après quelques minutes. Tu soupirais doucement en l'entendant souffler, et tu venais emprisonner ses mains tremblantes dans les tiennes. « Merde mais qu'est-ce que t'as ? Il s'est passé quoi ? » Tu demandais en fronçant tes sourcils, sans comprendre. T'avais l'air toujours un peu énervé quand tu parlais – mais c'était surtout pour cacher le fait que t'étais plutôt décontenancé par la tournure des évènements. Qu'il en vienne lui, à te demander de ne pas le laisser seul, c'est que vous étiez proche de l'apocalypse.
 

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyMar 10 Mar - 13:20


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
Mais qu'est-ce que t'en avais à foutre qu'il drague un autre mec ? Après tout, il faisait ce qu'il voulait, et ça n'aurait même pas dû t'étonner de sa part. Il était comme toi au fond, il ne s'attachait pas, il passait à un autre mec si son premier choix ne fonctionnait pas, et puis voilà. Il n'avait aucune dette envers toi, et après tout, ça aurait dû te soulager qu'il te laisse enfin tranquille. Mais là tout à coup, livré à ta solitude et ce trou en plein cœur, t'avais l'impression de suffoquer. Et le sang coulant de ta main droite prouvait comme ta frustration était grande. Tu le fixais là, en train d'engager la conversation avec l'autre type, l'air de rien. Alors sans réfléchir tu t'étais levé, et de ta main non coulante tu vins l'attraper par le col, respirant fort. Qu'est-ce que tu lui reprochais au fond, de t'avoir laissé tranquille comme tu le lui avais demandé ? T'étais pas très logique Diablo, mais qui l'était, dans ce bas monde ? « Pourquoi je n'aurais pas le droit ? Après tout t'en avais pas envie – et je ne suis pas à toi. » Lui, il souriait. Il semblait s'amuser de ta colère brutale, de ta... jalousie ? Et toi t'étais partagé entre colère et douleur, mais aussi maladresse et sensation. Tu sentais doucement son doigt glisser le long de ta chemise, mais cette fois tu ne le repoussas pas. « T'es vraiment une pute, tu t'en fous de quel trou tu vas pouvoir fourrer tant que c'est celui d'un mec mignon hein. Tu me dég- » Dégoûte ? N'était-ce pas plutôt un dégoût de toi même que tu haïssais là ? Bien sûr que si.

Tu connaissais l'exagération humaine quant à la douleur des cœurs brisés, et tu avais toujours pensé que tout n'était que superficiel. Pourtant, tes forces te manquaient tout à coup, et tu te mis à trembler de rage, de regret, de honte. Tu lâchais sa chemise. Il te demandait si tu n'allais pas chialer, tu serras les dents. « B-Bien sûr que non, ta gueule. » Tu disais avec rage, mais une voix si petite tout à coup. Aphria, Aphria, Aphria. Ce prénom tourbillonnait dans ta tête. Qu'est-ce que t'allais devenir ? Ou bien était-ce l'angoisse. « Merde mais qu'est-ce que t'as ? Il s'est passé quoi ? » Ses mains vinrent saisir les tiennes, et tu sentis ton sang se rependre dans sa main gauche, tu ne tiltas pas pour autant. Tu secouas la tête en soupirant, fermant fort les yeux jusqu'à en avoir mal à la tête. « R-Rien. Emmène moi chez toi, on fera tout ce que tu veux. » Tu murmuras. Tu voulais t'oublier dans ses bras, parce qu'aussi étrange que ça puisse paraître, lui seul savait te faire oublier les choses.

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyMar 10 Mar - 15:20


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
Tu étais satisfait qu'il rebrousse chemin et que tes paroles et tes actes fassent leurs effets. Alors tu ne pouvais que sourire en le regardant face à toi, même s'il était vachement difficile à comprendre. Il n'aimait pas que tu t'intéresses à lui, mais quand tu décidais de le laisser seul afin d'aller voir un autre mec ça ne semblait pas lui plaire. Il n'avait pas à réagir si fortement non ? Vous n'aviez couché ensemble qu'une fois et c'est lui-même qui était hésitant pour recommencer quand tu avais insinué la chose. Alors c'était vrai qu'outre la satisfaction, t'étais dans l'incompréhension devant la manière dont il commençait à se taper sa crise. Il n'avait pas l'air que tu veuilles l'utiliser comme un simple corps, mais il n'avait pas l'air d'avoir non plus envie de te dire une fois pour toute ce qu'il n'allait pas chez lui. T'avais pas trop de choix. Tu haussais un sourcil quand tu l'écoutais, et ce sont tes poings qui commençaient à se serrer. « Dégoûte ? J'te dégoûte ? Mais p'tain, t'es qui pour m'juger ? Parce que toi t'es un sain, tu couches jamais avec personne, t'es tout propre tout pur et t'attend le mariage avant de faire l'amour peut-être ? » Non mais il te faisait vraiment halluciner le mec, plus il parlait, plus il te débitait des conneries plus grosses que lui.

T'essayais d'être compréhensif, ou au moins de comprendre ce qu'il devait se passer dans sa tête de moineau, mais t'en savais rien. Tu serrais ta mâchoire quand il te répondait, toujours en rajoutant ses gros mots afin de t'insulter. « Ta gueule toi-même ! T'as l'air d'être sur le point d'chialer et je comprend pas, c'est quand même pas d'ma faute ! » Tu t'exclamais en levant les bras en l'air. Ce n'était pas de ta faute si tu voyais ses yeux qui s'humidifiaient, ça ne lui donnait pas le droit de toujours finir la moindre de ses phrases par des gros mots, même lorsque tu voulais l'aider. Tu soupirais longuement, de plus en plus fatigué par l'échange et même lorsque tu prenais ses mains et lui demandais ce qu'il s'était passé, il ne semblait pas vouloir te répondre. Tu haussais un sourcils à ses paroles, même s'il avait fermé ses yeux. « On fera tout ce que je veux ? C'est qui la pute maintenant ? » Tu disais en grognant, secouant un peu ta tête. « T'es vraiment chiant d'jamais parler. » Des conneries, des insultes, il savait les sortir, mais lorsqu'on lui demandait son avis ou ce qui n'allait pas, il n'y avait plus personne. Tu posais tes yeux sur tes mains tenant toujours les siennes, voyant à peine maintenant  qu'il saignait de l'une d'elle, et tu fronçais tes sourcils, te demandant encore comment il avait bien pu faire ça. Sans un mot tu te dirigeais vers les toilettes, l'attirant avec toi, avant d'attraper du papier que t'humidifiait avec de l'eau, pour appliquer sur ses blessures.
 

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyMar 10 Mar - 21:36


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
Cette soirée partait en couille, tu ferais peut-être mieux de partir, et de filer à l'hôtel dès maintenant. Pourtant, t'avais un peu l'impression que tes jambes n'obéissait plus à ton corps, comme après une longue séance de sport, comme de grosses courbatures qui te donnaient des crampes partout dans ton corps. T'étais crevé et surexcité à la fois, t'avais envie de hurler et d'envoyer les verres restant partout à travers la pièce. Voilà que ta folie revenait au galop, et ça te donnait mal à la tête. Rejetant ta rage sur l'attitude de Philippe, tu t'étais mis à l'insulter de tous les noms. C'était de sa faute, il avait qu'à rester, c'était de sa faute. T'avais sérieusement un problème, et Philippe te le faisait remarqué. « Dégoûte ? J'te dégoûte ? Mais p'tain, t'es qui pour m'juger ? Parce que toi t'es un sain, tu couches jamais avec personne, t'es tout propre tout pur et t'attend le mariage avant de faire l'amour peut-être ? » t'avais pas d'argument, t'étais juste dévoré par la douleur. Evidement que t'étais aussi crade que lui, et même bien pire. Mais t'étais en colère, en colère contre lui parce que comme tous les autres, il se détournait de toi. Tu supportais plus ça. « J-J'ai... J'ai changé d'avis okay, alors arrête de te plaindre et viens on va chez toi.» Tu râlais, le front brûlant.

Ouais, t'étais peut-être sur le point de chialer. Ca se voyait tant que ça ? Tu secouais la tête pour ne pas écouter ce qu'il disait, soufflant. « Ta gueule toi-même ! T'as l'air d'être sur le point d'chialer et je comprend pas, c'est quand même pas d'ma faute ! » T'allais pour gueuler du même ton, mais tu cherchais piteusement tes mots. Tu te contentas d'hausser les épaules, et il venait saisir tes mains. « On fera tout ce que je veux ? C'est qui la pute maintenant ? » Tu serrais les dents, une épaisse boucle brune te tombait sur les yeux et voilant ton regard paumé. « C'est moi, et j'men cache pas. C'est ce que tu voulais non, alors prend pas cet air dépité. »  

« T'es vraiment chiant d'jamais parler. » Tu relevais alors les yeux vers lui, ouvrant la bouche pour répondre, sûrement de nouvelles insultes. Mais il t'attirait vers les chiottes, et tu le suivait, avec l'impression d'avoir des fourmis rouges te grignotant les jambes. Tu l'observas attraper du papier et un peu d'eau, et tu soupiras, tendant ta main ensanglantée qu'il vint doucement épongé. Tu ne fis alors plus un bruit, le laissant faire, et ce silence vous enveloppa tous les deux. Il chassa alors ta haine, mais conservait ta confustion. Plus un bruit, sinon ceux de vos deux souffles, alors, tu finis par lâcher : « Tu vas trouver ça ridicule. » Tu murmures, levant lentement tes yeux noirs vers les siens, avant de soupirer. « Je lui ai dis que je l'aimais, et elle m'a jeté. »

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyMar 10 Mar - 22:12


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
Il était en colère, s'en prenait à toi, et pourtant tu étais pratiquement certain de n'avoir rien fait de grave. Il était vrai que tu avais insisté quand il n'avait pas voulu de toi, mais n'était-ce pas là le genre de relation qu'apparemment vous aviez quand vous vous voyez ? Tu ne l'avais quand même pas déshabillé en plein bar contre son gré. Alors il s'énervait contre toi, et toi tu t'énervais contre lui. Il critiquait tes manières de faire, quand de son côté, tu étais certains qu'il devait en faire de même – quoi que, peut-être pas encore avec les hommes. « T'es vraiment indécis toi, c'est pas possible. » Tu répondais en soupirant quand il te disait qu'il venait de changer d'avis. Tu ne savais même plus si tu devais t'arrêter à là et faire comme il te disait, profiter du fait qu'il venait maintenant d'accepter et être satisfait de ce changement de choix. Il avait l'air d'avoir de plus en plus de mal à trouver les mots qu'il fallait pour te répondre et te blesser, et tu l'attaquais à ton tour avec sa propre insulte quand il te disait qu'il ferait tout ce que tu voudrais. Tu levais tes yeux au ciel à sa réponse, et puis tu finissais par l'emmener avec toi dans les toilettes au fond du bar, afin de prendre soin du mieux que tu pouvais de sa main ensanglantée – réflexe d'infirmier surement. Tu appliquais de petites pressions là où la peau était coupée, laissant le silence apaiser un peu la situation qui était rapidement devenue tendue entre vous – et quand elle ne l'était pas ? Tu relevais tes yeux vers son visage quand tu l'entendais après de longues minutes reprendre la parole et – merde, il déconnait n'est-ce pas ? A ses mots, t'avais juste la scène qu'il te décrivait, que t'imaginais rapidement dans ta tête, et tu ne pouvais faire autrement qu'avoir ton sourire qui s'entendait de plus en plus – et puis le fou rire. Le con ! Le con ! Il avait réellement avoué ses sentiments à la personne la moins aimante de la galaxie ? N'était-il pas supposé être le plus proche d'elle, n'était-il pas supposé la connaître mieux que quiconque ? Apparemment non, il devait tellement être pris dans son admiration morbide pour elle qu'il devait s'être fait une image toute fausse, toute idolâtrée, une image d'une Maléfique plein d'amour qui n'existait pas et n'existerait jamais. « Oh mon dieu, tu continuais en ricanant, venant d'un pouce écraser tes quelques larmes de rires, j'aurais vraiment tout donné pour voir ça. » Bon, tout était un grand mot, peut-être pas ton premier nouveau-né, mais quand même, ça devait être extrêmement comique à voir. « Pourquoi t'as fait ça ? J'veux dire, tu l'as connais non ? Tu sais comment elle est. Elle a pas d'coeur, comment tu pouvais t'imaginer une autre réaction d'elle ? » Tu demandais en secouant un peu ta tête, plus calme à présent mais dans l'incompréhension de sa bêtise. « Puis franchement... Elle ? Elle n'est même pas si belle que ça dans mes souvenirs. » Plutôt très atroce même.
 

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyMar 10 Mar - 23:00

[quote="Diablo \"Crow" Ysley"]

   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
Tu t'attendais évidement à ce qu'il se foute de toi, c'était inévitable. Peut-être un sourire, ou même un rire retenu. Un petit air provocateur qui voulait tout dire, auquel t'aurais répondu que c'est bon, pas la peine de se retenir, il pouvait rire autant qu'il se voulait. Parce que oui, évidement que cette situation était ridicule, évidement que t'avais été ridicule. T'avais avoué à la femme la plus incapable de ressentir le moindre amour, tes sentiments. Mais avant tout, t'avais simplement avoué à la femme que t'aimais ce qui te pesais sur le cœur. Était-ce si insensé que ça ? Il semblerait que oui. C'était que dans les histoires romantiques que le héros pouvait tout osé, et rencontrer le succès. Les contraires ne s'assemblaient pas. Cyrano ne finissait pas avec Roxane, Roméo crevait comme une merde, et même Batman finissait plus ou moins avec Robin. Évidement. Ouais, mais de là à ce qu'il éclate de rire comme il l'avait fait, peut-être pas. Alors tu le fixais en train de rire, sans tilter, sans bouger, tes yeux noirs déjà assez paumés comme ça. Ahah, c'était trop drôle hein connard, tu t'étais fais jeté comme une merde. C'était aussi drôle que lui sans sa princesse, un trou du cul alcoolique sans intérêt. T'étais en colère là, vraiment. T'aurais jamais rien dû lui dire, tu savais pas vraiment pourquoi t'avais fais ça. C'était la faute de votre jeu sans doute, t'avais perdu sur ce coup là. « ... » T'attendais qu'il se calme, qu'il revienne de son hilarité incroyable. Ce devait vraiment être la blague la plus drôle sur terre, hein, vu comment il était. Quoique, l'alcool ça devait pas mal aider aussi. Tu savais même pas pourquoi t'avais pas continué à insulter ce trou du cul, pourquoi t'avais cherché tes mots. Ah non lui, il ne cherchait pas ses mots, il avait pas de soucis lui, c'était tellement drôle toute cette histoire hein. Et puis, c'était pas comme si c'était la dernière personne qui pouvait comprendre, te comprendre. Qu'est-ce que tu foutais encore là ?

Tu haussais simplement les épaules à sa question, sans rien laisser paraître. Attends mec, t'as bien ris, à mon tour deux secondes. « Ouais enfin, je suppose que l'amour ça ne marche que sur les gens beaux, évidement. » Tu disais en roulant les yeux. Non mais franchement c'était un prince ça ? Même toi, élevé comme la pire des ordures, t'en riais quoi. « C'est sûr que quand on est élevé dans la promesse d'un mariage avec la plus belle poufiasse du royaume, je suppose qu'il est plus facile de juger sur les apparences. » Tu riais, moqueur, déchiré. « Tu vois tu me demandais pourquoi j'me confie jamais mais... Putain comment tu veux que j'me confie à ça quoi ? J'crois que même moi j'ai jamais ris aussi fort de ton amour complètement débile pour ta princesse et... J'y crois pas quoi. » Tu secouais la tête, tirant sur ton bras pour qu'il le lâche. « De toute façon quoi que je fasse tu trouveras ça ridicule, et quoi tu fasses, je te trouverai ridicule. J'avais envie mais là... C'est la douche froide. » Tu riais nerveusement, avant d'éclater de rire et de lui adresser un doigt d'honneur de ta main ensanglantée, et de sortir des toilettes en claquant la porte.

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyMar 10 Mar - 23:25


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
T'avais pas pu faire autrement. Tu n'avais pas pu te retenir avant de t'éclater comme tu l'avais fait, et ça faisait surement très longtemps que tu n'avais pas ris comme ça, si librement. C'était ça un fou rire, l'une de ces petites choses incontrôlables qui vous prenait parfois, dans les pires des moments, là où vous savez que vous ne devriez pas rire. Il avait pourtant commencé par dire que tu trouverais ça ridicule – et même si c'était totalement vrai, c'était l'indice qui permettait de commencer à te dire qu'il fallait que tu sois ouvert d'esprit quant à la suite de sa phrase. Tu ne l'as pas été. Comprenez bien que tu venais d'avoir comme un choc, parce que là était l'explication la moins plausible que tu aurais choisi parmi toutes les hypothèses possibles sur son état de cadavre ambulant. Apparemment, ton comportement le vexait, puisqu'à peine tu reprenais ton souffle et tu lui posais tes questions, qu'il commençait dans une tirade que tu ne comprenais pas forcément. De quoi parlait-il ? Tu ne savais pas ce qu'il voulait dire en parlant de gens beaux, ni ce que ton titre de prince faisait là. Mais tu pouvais comprendre la suite et le fait que maladroitement, tu venais de le blesser. Ça n'était pas censé créer une émotion particulière en toi, puisque vous blesser vous faisiez cela continuellement en vous jetant à la gueule la moindre de vos erreurs passées et présentes, mais bizarrement, tu t'en foutais pas, de le voir te faire un doigt d'honneur et de partir. Oui, tu avais bien merdé sur le coup.

T'attendais sans trop savoir pourquoi cinq bonnes secondes après qu'il parte des toilettes – tu revoyais juste sa silhouette s'éloigner avant de te rappeler qu'il serait surement judicieux d'aller le rattraper pour que vous pussiez vous expliquer. Tu sortais donc, jetant un coup  d'oeil dans le bar afin de vite le repérer, et d'attraper son bras. « Ça va, arrête de faire ton vexé, t'es pas obligé d'partir comme ça. » Tu commençais par dire pour l'arrêter, parce qu'il t'était difficile de trouver les mots à dire en si peu de temps – et ce n'était surement pas ceux-là. Tu te mettais face à lui, soupirant, avant de passer une main dans tes cheveux, nerveusement. « J'suis désolé, d'accord ? C'est vrai, j'ai pas été très ouvert d'esprit. » Tu finissais par dire, passant ta langue sur tes lèvres rapidement. « J'me moque pas de ton geste mais... Putain, t'aime Maléfique quoi. » Et rien que prononcer cette phrase, t'aurais jamais pensé avoir à le faire avant tellement ça paraissait irréel.
 

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyMer 11 Mar - 13:50


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
De toute façon, t'avais eu tord sur toute la ligne, autant en te déclarant à Maléfique, qu'en parlant à ce crétin qui ne comprenait à rien. Lui adressant un fier doigt d'honneur, tu claquas la porte derrière toi avant de filer vers le comptoir pour reprendre ta veste. Tu en profitas pour demander d'un ton glacial une serviette au barman, que tu enroulas autour de ta main pour empêcher le sang de couler d'avantage, puis tu allais pour sortir.

T'étais déjà en train de penser à dans quel hôtel tu pourrais te réfugier lorsque la voix du blond se fit à nouveau entendre. Tu soupiras, il revenait encore glousser ? Si c'était le cas il pouvait dégager de suite. « Ça va, arrête de faire ton vexé, t'es pas obligé d'partir comme ça. » Ça ne te convenait pas, mais tu t'arrêtas pourtant, lui faisant dos. Il te contourna sans mal pour se planter juste en face de toi, et tu vis ses mains immenses se glisser dans ses mèches blondes, que t'avais passé des heures à caresser cette nuit où vous l'aviez fait. Il te semblait que tu aimais bien ses cheveux, ils étaient doux et toujours bien coiffés, tu aimais leur couleur, leur forme, leur odeur. Philippe était un bel homme, ça jamais tu ne pourrais le nier. « J'suis désolé, d'accord ? C'est vrai, j'ai pas été très ouvert d'esprit. J'me moque pas de ton geste mais... Putain, t'aime Maléfique quoi. » Tu clignas un peu des yeux en entendant ses excuses, relevant ton visage vers le sien avec l'air interrogatif. Tu le vis un peu nerveux, et moins sûr de lui tout à coup. T'avais le choix, soit tu riais et tu partais, soit tu profitais de son calme d'un seul coup. T'avais le choix, et tu fis celui qui ressemblait le moins à l'affreux Diablo. « Ecoute je... On est pas ensemble et quand je vois ta gueule j'ai limite envie de t'exploser contre un mur, et ton sourire a quelque chose d'affreusement emmerdant. » Il te plaisait. « Néanmoins, je sais que t'aurais réagis exactement pareil si j'avais ris à un truc pareil sur ta princesse, lorsque t'étais sans doute encore dingue d'elle. J'te demande pas d'me comprendre, ni d'approuver ce que je fais mais... » Tu réfléchissais. « J'aime baiser avec toi, j'aime l'odeur de ton pieu, j'aime ton corps, et j'suis prêt à supporter ton clebs. » T'avais envie d'une cigarette. « Alors autant ne pas se prendre la tête et simplement oublier ce que j'ai dis. » Tu levas un sourcil afin de connaître sa réponse. Fallait que t'oublie tes histoires de sentiments ce soir, comme il te l'avait proposé en début de soirée.

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyMer 11 Mar - 14:32


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
T'aurais pu le laisser tout simplement partir sous son air d'homme blessé de pacotille. Après tout, il aimait lui-même faire du mal aux gens physiquement, toi s'était mentalement, vous vous complétiez de cette manière. Mais t'avais jamais trop su comment faire face à quelqu'un que tu venais de profondément vexer – ou peut-être que c'était l'effet Diablo qui détenait sur toi, et que tout ce dont tu devais te foutre de lui faire, peu à peu commençait à avoir de l'importance en toi. Corbeau de merde, à plus savoir où t'en étais, ni si ce que tu faisais était bien ou mal. Le fréquenter ne t'allais vraiment pas.

Tu le rattrapais donc, et par chance il se laissa faire quand t'attrapais son bras et que tu venais devant lui. C'était un grand pas non ? T'essayais de t'excuser maladroitement, mais t'osais également pas en dire trop. T'aurais juste jamais imaginé qu'on te dise ça un jour, et tu ne comprenais même pas comment il pouvait s'attacher à une femme comme elle. Elle te dégoûtait, elle te répugnait, et lui, l'esclave sous-exploité, le bras droit malmené, il t'avouait qu'il l'aimait. Ça te donnait sérieusement envie de dégueuler par terre, mais t'étais pas certain que vomir tes tripes sur les chaussures de Diablo l'aide à vouloir te pardonner pour ton fou rire. Tu fronçais tes sourcils quand il commençait à parler, ne comprenant pas du tout où il voulait en venir en parlant du fait que vous n'étiez pas ensemble – hell no ! - ou de ta gueule ou de ton sourire. « Qu'est-ce que tu- » Mais il reprenait, et c'est vrai que tu l'aurais surement mal pris s'il avait rit quand t'étais au plus bas. Tu l'étais toujours un peu – beaucoup – mais à la différence, t'avais pris l'habitude de son absence, de ses mots blessants qui résonnait dans ta tête quand elle fut partie, de tout ça. Lui, c'était encore très frais dans sa tête. Tu savais pas où il allait, alors t'essayais de placer quelques phrases avant qu'il continue. « C'est pas... J'trouve ça... ,tu commençais, cherchant un mot qui pourrait convenir, Admirant ? Que t'ai réussi à t'ouvrir comme ça, et à ouvrir ton coeur, et à aimer quelqu'un. Mais Maléfique est la dernière personne que j'aurais pensé avoir des admirateurs amoureux d'elle. » Mais après tout, c'était ça avec les gourous de secte. Ils vous embrumaient le cerveau avec leurs pensées pas toujours joyeuses ni bonnes, mais vous les suiviez parce que même en faisant des choses mauvaises comme tuer des gens, il y avait l'espoir de trouver sa voie et d'avoir un nouveau but dans sa vie aux côtés d'une figure maternelle ou paternelle. Il suffisait de regarder The Following pour voir à quel point les gens paumées s'accrochaient facilement à cette image de Dieu vivant, et comment leurs morales et valeurs laissaient place aux ordres d'une personne qui ne les aimait même pas. Pauvre Diablo. Tu le laissais continuer, et tu souriais en coin en l'entendant parler. « Supporter mon clebs ? Fait attention, c'est limite une déclaration d'amour ce qu'tu m'dis là. » Tu disais en riant, mais c'était pas méchamment ni pour le blesser comme avant, plus pour essayer de détendre un peu cette atmosphère – si ça marche. Surtout que le pauvre... S'il savait que tu comptais t'en acheter un second, de clebs.
 


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyMer 11 Mar - 19:28


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
Tu savais plus trop quoi penser, et la musique de fond de la rhumerie commençait sérieusement à t'éclater les tympans. Mais néanmoins, tu t'étais arrêté. Au fond, t'attendais pas que ça, qu'il te retienne ? Ce serait mentir de dire que tu ne l'avais pas espéré. Juste un peu, pour ton amour propre sans doute, qu'il finirait par s'excuser. Et c'est ce qu'il avait fait, alors t'étais satisfais, et tu lui pardonnais. T'avais trop l'habitude de la douleur pour qu'elle te touche, et tu ne manquerais certainement de lui rendre ses piques avec vivacité. C'était de bonne guerre, même si pour ce coup, ça t'avais fais mal. Mais t'avais déjà mal. C'était comme se péter la jambe après avoir reçu une balle au coeur, ça n'avait plus vraiment d'importance. Il n'avait pas eu besoin de rire pour que tu comprennes que t'étais ridicule.

Tu parlais, tu disais ce que tu voulais dire, mais il te coupa pour en placer une, et tu en fus le premier surpris, par la tournure étrange de cette phrase. « C'est pas... J'trouve ça... Admirant ? Que t'ai réussi à t'ouvrir comme ça, et à ouvrir ton coeur, et à aimer quelqu'un. Mais Maléfique est la dernière personne que j'aurais pensé avoir des admirateurs amoureux d'elle. » Un petit sourire en coin t'échappa d'un coup, et tu reniflas.  « Admirable. » C'était tout drôle, mais ça te touchas pour le coup ce qu'il te disait, plus que son rire moqueur, plus que ses insultes, juste ça, plus doux que d'habitude. Tu haussas un peu les épaules, concervant ce petit sourire, avant de rencontrer ses yeux des tiens. « Mais merci Philippe. » Tu disais simplement, et comme ça avait dû l'être de s'excuser pour lui, le remercier était étrange pour toi. « Oh des admirateurs, ou que des admiratrices devrais-je dire, elle n'en a que trop. » Tu songeas à Khadija et à cette pétasse de Talie, et tu lâchas un petit souffle moqueur envers toi même. Evidement que tu n'avais aucune chance. Mais t'avais pas vraiment choisis, c'était comme ça. Comme un fléau.

« Supporter mon clebs ? Fait attention, c'est limite une déclaration d'amour ce qu'tu m'dis là. » Tu lâchas un petit rire, il n'avait pas tout à fait tord. T'arrivais pas à croire que tu riais dans un moment pareil, peut-être qu'il était un peu magicien après tout ce con, capable de te faire rire même à travers ta peine. Tu pris une petite mine malicieuse.« Je sais que t'adorerais, mais non, ce n'en ai pas une. » Tu ris de nouveau, roulant les yeux en relevant un peu le menton. Puis voyant qu'il ne faisant rien, tu croisas les bras, le fixant droit dans les yeux avec ton éternel sourire en coin. « Je te pensais plus animal, ça me déçois. » A ton tour de le provoquer un peu.

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyMer 11 Mar - 21:38


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
Ce n'était pas le fait qu'il ai ouvert son coeur et laissé parler ses sentiments qui t'avait fait rire. Au contraire, maintenant que tu y repensais, ça avait été plutôt une grande marque de courage – encore plus en sachant qu'elle ne lui avait pas retourné ses sentiments, et qu'il n'avait donc pas été certain qu'elle dise oui quand il a fait sa déclaration. Il pouvait croire que c'était facile pour toi l'amour, qu'à l'époque t'étais tombé sur Aurore et malgré votre mariage arrangé vous aviez fini par vous aimer, mais ça ne s'était pas passé de la sorte, ça n'avait pas été si aisé. Tu essayais de lui faire comprendre ça, le fait que son geste était bon, trébuchant un peu sur tes mots que tu n'avais pas pris le temps de préparer en le retenant. « Admirable. » Tu hochais doucement la tête – et ouais, admirable ça sonnait mieux que admirant, excuse my french. Tu souriais doucement quand tu croisais son regard, voyant qu'il avait un petit sourire lui aussi, et qu'il te remerciait. Tu soupirais ensuite doucement en entendant sa nouvelle phrase, secouant ta tête. « Je trouve ça vraiment bizarre. Je comprend que quand on aime quelqu'un on ne voit plus les défauts de l'autre ou on apprend à aimer ses imperfections... Mais elle n'a aucune qualité qui pourrait créer une base afin de l'aimer un minimum. Rien. » T'avais vraiment l'impression qu'on t'avait donné un exercice de mathématique incompréhensible pour ton niveau, ou demandé d'analyser un poème écrit en chinois. Le point d'interrogation total. Elle devait être vraiment douée pour arriver à manipuler les gens de la sorte – parce que vu la susceptibilité dont elle faisait part ( tout mettre en oeuvre afin de faire souffrir une petite fille quand elle sera plus grande, juste parce que ses parents ne l'ont pas invité à son baptême, sérieusement ? N'y avait-il pas de plus connes raisons de devenir maléfique à l'époque ? Apparemment non. ), le moindre de ses petits copains aurait fuit dans la seconde où elle aurait commencée une scène de jalousie. Alors qu'elle ai plusieurs admirateurs et admiratrices... Les gens étaient-y si masochistes ? Pourquoi avaient-ils tant le besoin de souffrir ? C'était d'un tout nouveau niveau, bien plus atteint que toi restant accroché au départ de ta princesse.

Tu riais ensuite quand il parlait de ton chien, te concentrant sur ça plutôt que sur ses phrases entières, et tu fus plutôt rassuré en voyant qu'il ne se braquait pas quand aux mots déclaration d'amour, et qu'il se mettait à plaisanter lui aussi. Tu devais avoir une sacrée grosse bonne étoile aujourd'hui pour arriver à te rattraper d'une telle manière. « Tu brises mon petit coeur, j'en rêvais tellement. » Tu t'exclamais d'une fausse voix triste, ta main sur ton torse, là où se trouvait ton coeur. Entendez là que c'était une blague, que tu n'avais pas réellement envie que le corbeau te fasse la cours... Il était très canon, d'accord, mais tomber amoureux de lui ? Eurk. Tu haussais ensuite un sourcil, croisant également tes bras contre ton torse. « Il faut croire que je déçois beaucoup de monde. » Tu répondais prudemment – après tout, il t'avait bien dit qu'il s'était pris la douche froide et que pour le sexe c'était surement niette.
 


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyJeu 12 Mar - 21:59


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
Oui c'était un peu étrange cette initiative chez toi, d'ouvrir ton coeur et de dire simplement ce qui te torturait l'esprit. En temps normal, tu aurais simplement tout refoulé et dit à ce crétin que ces choses là ne le regardaient pas. Sans doute que tu le laissais un peu trop entrer dans ton monde, toi qui ne revoyais jamais tes conquêtes après les avoir souillées. Mais lui c'était différent, c'était lui qui en redemandait. Peut-être était-il un peu masochiste dans son genre. Et en un sens, t'aimais cet intérêt qu'il avait pour toi. Après tout, t'avais toujours été l'animal ou l'homme de l'ombre, jamais le mec intéressant. Tu t'étais caché pendant des années dans l'ombre noire de ta diablesse de maîtresse, et tu t'y étais trouvé à ta place. Mais désormais, quel était ta place ? T'avais la sensation que tout était bousculé. « Vu que tu es l'un de ses pires ennemis, je me doute en effet qu'il est pour toi difficile de concevoir qu'un être sur toute cette planète puisse lui trouver des qualités. » Qu'il n'essaye pas de comprendre, vous saviez autant l'un que l'autre que ce serait impossible. Pourquoi Eva Braun restait-elle avec Hitler, comment pouvait-elle aimer un monstre tel que lui ? Evidement que du point de vue de gens sensés, tout ça n'avait aucun sens. Tout ça ne s'expliquait pas.

Tu te surpris à partager un nouveau rire avec lui lorsqu'il divaguait sur une ironique déclaration d'amour. Evidement que ce n'en était pas une, le jour où tu lui déclarerais ton amour, il y aurait de la neige en plein mois d'août. Mais bon, ça le fit rire, et tu préférais largement ce rire là. « Tu brises mon petit coeur, j'en rêvais tellement. » Oh oui, briser des coeurs, ça te disais quelque chose ça. Comme une certaine Aphria pouvait te l'avoir fait. Elle ne te l'avait seulement pas briser, mais écrasé, brisé, souillé, réduit en miettes. C'est simple, c'était un trou que t'avais au milieu de la poitrine. Même plus une pierre : un trou. « Il faut croire que je déçois beaucoup de monde. » Tu roulas les yeux devant la tête de mule que ce mec pouvait-être, et tu soupirais. Evidement, comme toujours, c'était toi qui devait tout faire parce que monsieur était vexé. Tu l'attrapas la ceinture de son pantalon - grande perche que ce mec pouvait-être - et tu l'attiras avec toi hors de la boite de nuit, enfilant ta veste en cuir. Tu fouillas dans la poche arrière de son pantalon, cherchant ses clés que tu trouvais : ouais t'étais plutôt débrouillard comme un garçon. Tu trouvas sa voiture à force de faire clignoter ses phares, et tu le poussas à l'intérieur, montant en place conducteur. Tu te mis à rire, hochant la tête. « Jolie caisse, t'as sucé le garagiste ou t'as vraiment assez de pognon avec ton boulot d'infirmier ? » Tu caressas le cuir du volant, tournant la tête vers lui avant de rire à nouveau. « T'as une de ses gueules, t'es déchiré toi. » Tu vins lui smacker les lèvres en riant de plus belle.

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyJeu 12 Mar - 22:25


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
« La faute à qui ? » Tu demandais en grognant. Parce que non, ce n'était pas de ta faute si elle était ta pire ennemie. C'était elle et son ego sur-dimensionné. Parce que un jour elle a compris qu'elle était tellement conne et avait si peu d'importance pour les gens qu'ils ne l'invitaient jamais aux naissances, elle a pris la mouche et ne s'en ai jamais remis ? T'étais qu'un gosse toi-même à l'époque, c'est à peine si tu t'en souvenais, mais elle apparemment, c'était gravé dans sa mémoire. Et elle ne se remettait pas beaucoup en question, la vieille. Elle n'avait pas l'air de vouloir comprendre que personne ne s'intéressait à elle parce qu'elle faisait peur et qu'un mot de travers suffisait à ce qu'elle décide de sortir les grandes formules magiques. Même avec Diablo – qui était un animal, un putain d'animal dans votre ancienne vie – t'arrivait mieux à communiquer et à rire même en envoyant des piques. Mais elle, comme elle ne supportait pas l'humour des gens qui se moquaient d'eux-même, qui se moquaient des autres, elle ne voit toujours pas que c'est elle le grand problème et que c'est elle qui s'est mise toutes les personnes à dos.

Il finissait par seulement rouler des yeux comme tu t'étais décidé d'être très chiant et aussi indécis que lui ce soir, et tu te laissais entrainer par lui, riant quand il venait chercher les clés de ta voiture dans les poches arrières de ton pantalon. « Mmmh je sais que t'aime toucher mes fesses, il suffisait de d'mandeeeer... » T'avais l'air bien plus bourré que tout à l'heure, l'alcool ne prenant jamais rapidement chez toi, et t'avais ce grand sourire mi-fier, mi-défoncé sur le visage, un peu comme un idiot béat. Tu le laissais te conduire comme si t'étais un gosse qui ne pouvait pas le faire tout seul, t'asseyant dans la place passager de ta propre voiture. Une grimace apparaissait sur ton visage à ses hypothèses – comme si avoir une si belle voiture ça n'allait pas avec toi. « Beeeurfk... Il s'pelle Richaard, il a la soixantaine et il est groooos ! » Il pensait vraiment que tu te serais tapé un mec pareil, même rien que le sucer, pour avoir une caisse ? Nope, tu faisais pas ta pute pour ça. Tu grognais ensuite à l'absence de ses lèvres quand il les décollait de son smack, et tu avançais ton visage alors qu'il reculait le sien. Ta main venait ensuite tirer sa veste en cuire afin de le rapprocher de toi et tu en profitais pour l'embrasser longuement, grognant de plaisir en retrouvant sa bouche mêlée à la tienne. « Làààà, c'mieux... » Tu murmurais ensuite, détachant tes doigts de son blouson pour qu'il puisse enfin démarrer.
 


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyVen 13 Mar - 10:51


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
T'essayais de ne pas trop prendre parti, pour le coup. Même si t'avais décidé de ton camp depuis longtemps, t'allais pas lui faire la morale et lui venter les mérites de ta Maîtresse pendant des heures, ça aurait été complètement con. Tous les deux avaient des raisons de se haïr, tout comme toi t'avais des raisons de ne pas le supporter. T'aurais dû d'ailleurs être de ceux qui le fuient comme la peste, ou qui le tabassent au milieu d'une ruelle, mais plutôt que ça, tu couchais avec lui et le provoquais. Tu te laissais même aller aux rires. Si Maléfique savait ça. « Bon hein, on va pas refaire le monde. » Tu râlais un peu. ce que tu voulais dire, c'est qu'on allait pas demander qui avait déclaré la guerre, tout le monde le savait, mais bon, vous étiez les méchants. Tous les méchants déclarent la guerre, et ils aiment ça. Et dans les Disney, les héros perdaient toujours, ça te tuais ça. Comment voulez vous apprendre aux enfants la vie en faisant toujours triompher le bien ? Toi tu savais, tu savais mieux que personne que dans la vie, parfois, souvent, le mal triomphait, et ça faisait mal.

Puisqu'il n'étais pas décidé à bouger, et puisqu'il semblait prendre un mâlin plaisir à te faire attendre, tu pris les choses en mains. Et quand Diablo prend les choses en main, Diablo les prend à deux mains. Tu l'attrapas par la ceinture pour le faire sortir de l'endroit, et il éclatait de rire lorsque tu fouillais dans la poche arrière de son jean pour chercher ses clés. « Mmmh je sais que t'aime toucher mes fesses, il suffisait de d'mandeeeer... » Tu souris en coin, te retenant de rire. « Bien bien, la prochaine fois je demanderai. » Tu trouvas finalement les fameuses clés, que tu fis cliqueter dans ta main pour trouver sa foutue voiture : t'avais aucune idée de ce à quoi elle pouvait ressembler. Et qu'elle ne fut pas ta surprise en tombant sur une jolie caisse dans laquelle tu le poussas sur le siège passager. A ta plus grande surprise, il se laissa faire sans mal et toi tu mis les clés dans le contact. « Beeeurfk... Il s'pelle Richaard, il a la soixantaine et il est groooos ! » Il était complètement bourré le con, tu tournas la tête vers lui. Tu tiras tes cheveux en arrière pour imiter la coupe de Philippe, tirant la langue pour faire l'imitation d'une fellation à ce vieux porc qu'il décrivait. La scène était comique. « Ma belle voituuuuuuuure ! » Ouais t'étais pas tout à fait sobre non plus, tu éclatas de rire.

Alors tu vins lui smacker les lèvres mais il n'en sembla pas satisfait. Aussitôt tu te fus reculé qu'il revenait àa la charge, réclamant un baiser plus passionné. Tu souris en coin et le lui rendis, glissant ta main sur sa nuque en grognant de plaisir. Puis il se recula, et tu fis de même, mordillant ta lèvre en t'allumant une cigarette. Tu entre-ouvris légèrement la fenêtre avant de démarrer pour de bon la caisse, et rouler vers l'appartement de Philippe : hors de question que vous alliez "chez toi". Tu te garas devant chez lui avant de plisser les yeux, souriant en coin en te tournant vers lui. « T'as déjà baisé dans une voiture ? » Tu lui adressas un regard malicieux, hoquetant.
 

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyVen 13 Mar - 11:36


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
C'était bien que finalement il décide de prendre les choses en mains, puisqu'il vous arrivait un peu trop d'être sur de différentes longueurs d'ondes et qu'à trop vouloir provoquer l'autre, ça risquait de ne jamais vous amener à rien. Tu voulais baiser, il ne le voulait pas ; puis quand tu l'invitais à parler cette fois-ci il changeait d'avis sur le sexe mais toi tu changeais également ton choix pour le titiller et pour le frustrer encore plus. Et ça continuait comme ça, jusqu'à ce que vous deux finissez par vous laisser aller dans la passion dévorante. T'avais l'air de devenir de plus en plus incompétent, t'avais peut-être bu plus que tu ne le pensais – ou peut-être que son ancien métabolisme de corbeau absorbait plus rapidement l'alcool dans son corps, t'en savais rien. « Bien bien, la prochaine fois je demanderai. » Tu hochais vivement la tête avec un grand sourire, t'appuyant contre lui comme si t'avais du mal à marcher tout en te retenant de lui sauter dessus et de comment par frotter ton entre-jambes contre sa hanche – ouais, mauvaise idée en pleine rue. Tu finissais par t'asseoir, et cette fois-ci c'était une grosse grimace qui prenait place sur ton visage quand il insinuait que t'aurais vendu ton corps à ce bon vieux Richard – dégueulasse, il fallait que tu te retiennes de vomir dans ta belle voiture à cette image. Le con à tes côtés en plus, il essayait de te mimer la scène, et tu grognais en lui lançant le premier paquet de mouchoir fermé qui trainait là à la gueule, riant tout de même devant son imitation de toi. « Marre-toi ouais, je suis sûr que tu suce bien toi. » Tu disais en approchant ton visage du siens avec un grand sourire fermé mais au connotations perverses. Tu venais passer ta main dans ses cheveux bruns, qui reprenait peu à peu leurs formes d'origines sans gel pour les faire tenir comme tu le faisais. « Ma coupe t'allais bien... » Tu murmurais, fixant tout d'un coup ses cheveux en te demandant dans ta tête quelles coupes lui iraient bien … Et ceux que t'aimerait qu'il ai juste pour te foutre de sa gueule.

Après ce baiser que t'allais chercher – non, après la baise pourquoi pas mais t'étais pas trop d'humeur pour les petits smacks qui te laissaient tout frustré de désir – tu reprenais un peu mieux ta place, le lançant fumer et regardant la fenêtre, observant les rues sombres qui défilaient alors qu'il vous ramenait chez toi. Une fois garé, tu tournais ton visage vers lui, souriant en coin à sa phrase. « Non. Toi ? » T'amenais pas techniquement énormément de monde chez toi, et t'avais pas encore eu l'occasion de baiser dans une voiture, qui pourtant chez certaines personnes n'était pas un endroit si insolite que ça – mais tu préférais pas imaginer quelles étaient les genres de pratiques de ces personnes. T'essayais rapidement de passer sur la banquette arrière – parce que devant ça risquait d'être bien plus inconfortable et dune galère pas possible, et tu tapotais la place à côté de toi. « Aller bouge tes fesses connard. » Tu disais en riant doucement, commençant par enlever ta veste pour la jeter sur sa gueule.
 


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyVen 13 Mar - 14:45


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
Lorsque l'un en avait envie, subitement l'autre n'en avait plus. Et ainsi de suite. C'était un drôle de jeu, comme un besoin d'emmerder l'autre un maximum. C'était facile pour un mec comme toi, qui changeait d'avis comme de chemise pour éviter qu'on le comprenne, ou qu'on s'attache à lui. T'étais chiant mais c'était ce que t'étais, c'était une façon de ne pas être le gentil de l'histoire. Aussitôt tu l'eus embarqué hors des rhumeries que l'alcool commençait franchement à faire effet sur lui. Il riait pour un rien et ses yeux n'arrivaient pas à se décoller de tes fesses : il avait vraiment besoin de compagnie ce soir. Toi t'étais déjà plus sobre que lui, mais pas très clean non plus, et t'avais vu ça comme une opportunité d'oublier tes soucis. La dernière fois, t'étais bien parvenue à oublier tes remords à l'idée de tromper ta dévotion pour ta Maîtresse en couchant avec son pire ennemi. Peut-être que même une seconde, te faire éclater le bassin, ça t'aiderait à oublier tout ça. Oublier ta tristesse. C'que t'étais con, et c'que tu t'en voulais d'être si fragile, et touché par tout ça.

En un rire tu lui imitais la scène digne d'un mauvais acteur porno, et malgré sa grimace de dégoût, tu l'entendis rire lui aussi. Tu lui souris en coin.  « Marre-toi ouais, je suis sûr que tu suce bien toi. » Tu levas un sourcil, l'air provocateur, et tu approchas son visage du sien. « Hmmm, peut-être. » T'avais envie de répondre que s'il était sage, il pourrait lui même se faire une idée, mais ça le rendrait trop heureux. Tu préféras lui insinuer ton projet d'un petit regard dans le sien, avant de lui faire un clin d’œil et de te mettre à conduire. Heureusement pour toi, les lignes blanches ne vacillaient pas trop encore. Tu ris en sentant ses mains dans tes cheveux, et toi qui détestait d'habitude qu'on les touche, tu le laissas faire. « J'me demande ce qu'il en serait de toi avec la mienne. Quoique, j'ai un faible pour les bouclés. » Tu affirmas en hochant la tête, tâchant de rester concentrer sur la route en conservant néanmoins ton air malicieux.

Une fois garé une idée te vins, et tu ne perdis pas de temps pour lui proposer de l'explorer. Il en sembla ravi, pour une fois, vous étiez sur la même longueur d'onde. Il n'y avait que le sexe qui pouvait vous mettre d'accord. « Non. Toi ? » Tu secouas la tête en réfléchissant, non, tu n'en avais pas souvenir. « Non j'crois pas, mais ça me dit bien de tester. » Tu dis pour en rajouter une couche, et pour bien lui faire comprendre que ce n'était pas qu'une simple question. Mais ça, il l'avait bien compris, puisque déjà il passait sur la banquette arrière, et tu éclatais de rire. « Aller bouge tes fesses connard. » Le petit surnom qui va bien. Tu levais ton cul pour le rejoindre, grimpant sur ses genoux pour t'y asseoir à califourchon, ayant déjà ouvert ta chemise. Tu frottas d'ailleurs ses fameuses "fesses" contre ses genoux, le regardant droit dans les yeux. « Me vomis pas dessus hein. » Tu dis pour le taquiner, riant à nouveau avant de retourner l'embrasser langoureusement, prenant ses mains pour une poser une sur tes fesses, et l'autre sur ta hanche, alors que des tiennes tu venais lui enlever son haut.
 

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Faites place à la vedette
Invité
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyVen 13 Mar - 15:31


foutesement indélébile,
même si pour moi t'étais qu'un débile.
   
Le voir refaire cette mauvaise scène d'une action entre toi et le garagiste qui n'est et n'arriverai jamais, tu te demandais s'il avait déjà sucé quelqu'un. Le voir faussement à l'œuvre te faisait te poser des questions d'ordres prioritaires – ou peut-être était-ce simplement ton envie qui avait repris le dessus sur toi et qui montait à chaque minutes qui passaient. Après tout, avant cette première fois avec toi, l'autre soir, il n'avait jamais eu l'audace ni le plaisir de se laisser aller avec un homme, et tu te demandais également s'il avait retenté avec des inconnus, puisqu'il avait eu l'air de tant aimer. En tout cas, son regard dans le tien et son petit clin d'oeil était tout ce qu'il te fallait pour te dire que peut-être tu aurais la chance ce soir de voir les choses par toi-même. A suivre. En attendant tu lui faisais confiance avec ta bagnole, espérant qu'il n'aille pas droit dans un arbre et t'en profitait pour t'amuser avec ses cheveux, étant donné que tu n'avais rien à faire d'autre. Tu faisais une grimace quand il se demandait quelle tête tu aurais avec les cheveux bouclés qu'il avait – et même si ce genre de coupe lui allait et apparemment le faisait craquer, ce n'était pas demain la veille que tu t'initierai aux boucles. « J'aurais trop peur de ressembler à un caniche. » Tu répondais d'une voix basse.

Une fois devant chez toi vous décidiez de tester les joies de la voiture, puisqu'aucun de vous deux n'avaient encore eu cette extrême chance. Tu te dépêchais donc d'aller sur la banquette arrière pour y être plus à l'aise, et il riait, alors que tu le pressais pour qu'il vienne te rejoindre. Il finissait par s'installer à califourchon sur toi, et tu souriais en le sentant se frotter, avant qu'il ouvre la bouche. « Me vomis pas dessus. » Pour le coup tu grognais en voyant l'image de sa phrase dans ta tête, et tu venais mordre son cou en donnant une petit tape de ta main sur ses fesses devant ses conneries. « Putaaain, t'es obligé de penser à des trucs dégueulasses, là, tout de suite ? » Tu demandais en relevant ton visage, avant qu'il vienne t'embrasser langoureusement – et tu répondais dans l'instant au baiser, le laissant placer tes mains comme il le voulait. Sa chemise ouverte, tu glissais ta main sous celle-ci, commençant par caresser le long de sa hanche puis son dos, alors que l'autre tâtait ses fesses, mais devenait frustrée de la matière épaisse du jeans qui l'empêchait de pouvoir le caresser correctement. Tu le laissais s'occuper de ton haut alors que tu lui enlevais sa chemise, puis tu t'attaquais à son jeans, le déboutonnant et le dé-zippant. « Lève tes fesses que je t'enlève ce putain de truc qui gène... » Tu murmurais en hâte entre deux baisers brulants, tirant sur son jean pour qu'il t'aide.
 


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Ottis

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: reformer le gang.
Faites place à la vedette
Ottis "Cerbère" Infernos
J'ai posé bagages ici le : 20/10/2014 Jouant le rôle de : cerbère, le chien des enfers, dont mes frères sont les autres têtes. #teamhercules Nombre de messages : 197 On me connait sous le pseudo : wednesday' (camille). Un merci à : acid lemon (avatar) ange (profil+signa) Je suis fier(e) de porter l'avatar de : ash stymest, le démon aux yeux couleur des cieux.
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) EmptyVen 13 Mar - 22:48


   


   
Foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile.

   
Tu disais ça mais en vérité tu aimais autant te foutre de sa gueule que lui pouvait y prendre plaisir. Tu aimais le taquiner, observer ses réactions, et le provoquer aussi. Tu aimais le voir céder à tes envies, le voir s'exciter, t'aimais quand il était un peu chiant aussi. T'étais du genre masochiste toi. T'aimais quand il insistait, quand il donnait un coup de rein de plus même après l'orgasme, pour te rappeler qu'il était encore là. T'aimais sentir le poids de son corps, l'odeur de son souffle et sa haine tenace parfois lorsque vous couchiez ensemble. Vous aviez une relation très spéciale, de ceux qui se détestent et qui pourtant, sont en perpétuel manque de l'autre. Il était indélébile, même si pour toi, un vrai débile. « J'aurais trop peur de ressembler à un caniche. » Tu lui adressas un regard en coin, atteignant un feu rouge. Tes boucles brunes ne manquant pas de volume. « Parce que moi j'ai l'air d'un caniche ? » Tu demandais, levant un sourcil en tirant sur ta clope avec envie, même si s'en était une autre qui montait lentement en toi, comme le mercure d'un thermomètre.

Ce fut sans la moindre hésitation que tu le rejoignais à l'arrière, grimpant sur ses genoux et venant le déshabiller avec envie. Mais tu le sentais lui, en manque total, telle une bête sauvage. Ça tu aimais, ça ça te plaisait terriblement chez lui. T'aimais quand il étai poussé au bout, et qu'il n'en pouvait plus. T'aimais quand il se lâchait, quand il abandonnait le prince parfait et les blagues d'un seul coup, parce que la seule personne dont il avait envie, c'était toi. Et dans ces moments là, t'avais juste besoin de ça, et de sentir que pour une fois, t'étais pas là en vain, et que même si c'était que pour le sexe, quelqu'un avait vraiment envie de toi. « Putaaain, t'es obligé de penser à des trucs dégueulasses, là, tout de suite ? » Tu lâchas un rire, prenant un air faussement angélique avant de venir doucement glisser ta langue dans son cou pour te faire pardonner, lui arrachant quelque frisson. « Hmm, pardon pardon. » Tu le taquinas, répandant ton souffle chaud tout contre son cou, en venant tantôt y passer ta langue, ou le mordiller doucement, tandis que tu te frottais contre ses cuisses. S'en était trop pour lui, qui s'impatientait de plus en plus. « Lève tes fesses que je t'enlève ce putain de truc qui gène... » Tu gémis contre sa bouche dans ses baisers brûlants, l'aidant à te débarrasser de ton pantalon et te retrouvant en boxer juste sur lui. Tu le fis basculer en position allongée sur la banquète, lui ayant retiré sa chemise, et parcourait son torse de ta bouche, avide. Puis comme manquant d'air, tu revins sur ses lèvres, et les embrassait avec une telle avidité, qu'il semblait qu'elles étaient les seules à pouvoir te fournir le moindre oxygène. Tu délias sa ceinture et fit glisser son jean à son tour, la situation devenait plus amusante maintenant.
 

   made by pandora.
   

   


Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) (philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(philow) foutesement indélébile, même si pour moi t'étais qu'un débile. (HOT)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Vieux RP-