AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

(judace) ◊ car j’ai perdu ma flamme. Vide
(judace) ◊ car j’ai perdu ma flamme. Vide
 

 (judace) ◊ car j’ai perdu ma flamme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jude Lucky-Ann Smith

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE: profiter de ma vie.
Faites place à la vedette
Jude Lucky-Ann Smith
J'ai posé bagages ici le : 03/07/2014 Jouant le rôle de : la miraculée – lucky. #team101dalmatians. Nombre de messages : 144 On me connait sous le pseudo : olympe. Un merci à : blondie (ava) sian (signa) wild heart. (code rp). Je suis fier(e) de porter l'avatar de : emma stone.
MessageSujet: (judace) ◊ car j’ai perdu ma flamme. (judace) ◊ car j’ai perdu ma flamme. EmptyMer 11 Mar - 15:55


car j’ai perdu ma flamme
grace-divine & jude
mon amour est parti, elle a jeté mon âme à bouffer au néant me laissant le cœur vide ▬ saez.


Tout est calme dans l’appartement, bien trop calme. Tu n’as pas vu Margo depuis ce qui te semble être une éternité et, si au départ tu ne t’en étais pas inquiétée, tu commençais à réellement te faire du souci pour elle aujourd’hui. Pour Grace aussi. Quelque chose cloche, mais tu ne sais pas quoi. Et personne ne semble vouloir te donner les réponses à tes questions. Ta mère de cœur est étrangement muette ces derniers temps et son visage s’est comme terni. Son regard n’a plus cette étincelle de joie qui y brillait autrefois. Et tu as beau essayer de la faire rire, sourire au moins, rien ne paraît fonctionner. Margo te manque, ça fait un vide immense dans cet appartement. Tu aimerais qu’elle soit là, juste pour te serrer contre elle. Juste pour te rappeler qu’elle est dans ta vie, elle aussi. Est-ce qu’elle va t’abandonner, vous abandonner ? Cette seule pensée de tord l’estomac et tu retiens une vague de larmes brûlantes. Tu n’oses imaginer son absence définitive. Ce serait trop douloureux. Tu as déjà beaucoup perdu depuis que tu as débarqué dans cette ville toute nouvelle, dans ce monde étrange. Ça ne suffisait pas d’avoir perdu ta famille toute entière ? Il fallait en plus que tu perdes cette sœur de cœur ? Pinçant les lèvres, tu te retournes dans ton lit, enfouie sous la couette. Tu n’entends pas un bruit derrière ta porte de chambre, juste parfois le tintement d’un verre qu’on pose sur la table. Et tout ce silence t’enserre la gorge, t’étouffe. Tu aimerais hurler. Hurler à t’en briser les cordes vocales juste pour mettre fin à ce silence qui n’est que trop assourdissant. Il y a tant de choses que tu aurais dites à Margo si elle avait été là. Tu lui aurais parlé des nouveaux pensionnaires du refuge, tu lui aurais décrit en long et en large tes soirées au Hyena Club en racontant comment tu rabroues certains de tes clients qui ne tiennent pas en place. Tu lui aurais dit pour Osiris. Tu ne sais pas exactement ce que tu lui aurais dit, comment tu lui aurais dit. Qu’y a-t-il à dire ? Pas grand chose. Pas grand chose à part qu’il te fait tourner la tête et que ça laisse un drôle de nœud à ton estomac. Et peut-être alors qu’elle t’aurait parlé, elle aussi. Elle qui semble si secrète par moments, elle qui paraît si silencieuse et renfermée. Tu aurais aimé qu’elle partage ses peines avec toi, qu’elle se soulage un peu de son fardeau. Tu n’est peut-être pas de sa famille de sang, tu n’es peut-être pas sa véritable sœur, mais tu avais l’impression notable que vous étiez liées, elle et toi. Mais il ne reste plus rien désormais de tout ça. Elle est comme partie, elle s’est envolée. Et tu ne sais pas pourquoi. Dans un mouvement rageur, tu te retournes à plat ventre, enfouis ton visage dans le moelleux de ton oreiller et te mets à crier de toutes tes forces. Tu cries ta souffrance, ta rage. Tu cries à l’injustice de cet univers qui n’est pas le tien. Tu cries à cet abandon qui était celui de trop. Tu voulais juste une famille. Un peu de chaleur et d’amour, comme avant. Tu voulais juste être heureuse.

Un peu plus apaisée, mais toujours le corps tremblant, tu sors doucement de ta chambre, longeant le couloir jusqu’au salon. Sans surprise aucune, tu y retrouves Grace. Son ombre se découpe dans la pièce éclairée par les seuls rayons de la pleine lune. Elle est assise dans un fauteuil, seule. Dans le noir. Tu te mords la lèvre inférieure, peinée par cette vision de véritable désenchantement. Qu’est-ce que tu es censée faire pour l’aider ? Qu’est-ce que tu peux faire ? Tu n’es même pas certaine de pouvoir faire quelque chose. Tu aimerais arranger cette situation qui semble perdue mais tu n’as aucune carte en mains pour l’instant. Est-ce que Margo reviendra un jour ? Est-ce que Grace retrouvera son sourire ? Est-ce que tu sentiras à nouveau la chaleur de cette famille ? Elle est peut-être un peu étrange, elle est peut-être anormale, bancale. Elle n’est pas banale. Mais c’est ta famille. Une famille que tu t’es dénichée toute seule, à force d’avoir erré, espéré. Tu as espéré tant de fois retrouver les tiens et voilà qu’on t’avait envoyé ces deux étoiles. Grace et Margo étaient tombées du ciel pour sauver cette âme en peine que tu étais devenue. Tu n’es pas prête à perdre tout ça. Tout ce qui a été construit depuis la toute première fois où tu les as rencontrées. C’est si injuste. Vous aviez toutes les trois besoin de cette stabilité, de ce petit monde en dehors de l’univers, en dehors de toutes les bassesses du monde extérieur. Cet appartement est ton refuge, ton sanctuaire. Un endroit où tu te sens en sécurité, protégée. Mais il manque maintenant une pièce à l’édifice. Un pilier à ta construction. Et la demeure devient alors comme un château de cartes, prêt à s’effondrer. Tout va s’écrouler, là, sous tes yeux. Et tu ne peux rien faire à moins de réellement agir. Tu dois trouver les réponses à tes questions, tu dois les obtenir. Tu dois retrouver Margo, lui demander de revenir. Peut-être est-ce égoïste, peut-être ne fais-tu ça que pour ton propre bien-être, ton propre bonheur. Mais à voir ce visage si triste, d’ordinaire si heureux, à entendre ce silence qui siffle à tes oreilles comme une litanie sans fin, tu te dis que tu n’as pas le choix. Que tu ne peux pas faire autrement que de tout réparer. À pas de velours, tu te rapproches du fauteuil où Grace n’a pas bougé d’un cil depuis que tu es arrivée. Tu n’es même pas sûre qu’elle ait remarqué ta présence, en réalité. « Grace ? » C’est un murmure qui semble déchirer l’air comme un coup de tonnerre. C’est presque trop violent. Toi-même tu aurais pu sursauter. C’est devenu si inhabituel ici désormais d’entendre quelqu’un parler. Et les rares conversations sont devenues fausses, insipides. Vides. Tu la vois, jour après jour, qui se force à sourire, qui s’enfonce dans des silences abominables. Elle fait semblant que tout va bien, que tout est normal. Tu ne la reconnais presque plus. Elle n’est pas celle qui t’a sauvée, elle n’est pas celle qui est venue te chercher cette nuit-là dans la rue alors que tu t’étais enfuie de l’appartement. Grace se battrait. Grace remuerait ciel et terre pour retrouver quelqu’un qu’elle aime. Alors pourquoi est-elle encore là ? Pourquoi n’est-elle pas dehors à chercher Maego comme elle l’a fait pour toi ? Elle semble si fatiguée. Si lasse. Tu reconnais ce regard un peu perdu, un peu vide. Tu avais le même autrefois.

Sans brusquerie, tu viens t’asseoir sur ses genoux, te pelotonnant contre elle. Lovée dans sa chaleur, tu restes un instant sans rien dire, à simplement écouter le son des battements de son cœur. Est-il aussi douloureux que le sont ses yeux ? Il y a sa respiration qui balaye tes cheveux sans attache. Dans d’autres circonstances, tu aurais eu la sensation de n’être encore qu’un bébé, bercé par sa maman. Tu entendrais presque la berceuse qu’elle fredonnerait à ton oreille pour que tu t’endormes. Mais tout est trop sombre, tout est trop noir. Tout est trop triste ce soir. « Grace, où est-ce qu’elle est Margo ? tu demandes finalement, la gorge nouée et la voix tremblante. » C’est un peu comme si tu redoutais les réponses, comme si tu redoutais la vérité. Tu n’es plus sûre de vouloir savoir et, en même temps, tu sais que tu en as besoin. Ces blancs laissent comme une amertume au fond de ta gorge, un vide dans ta poitrine. Tu dois savoir si elle est partie pour toujours, si elle va revenir. Seulement alors, tu seras capable de laisser le vide guérir. De voir la cicatrice se refermer lentement. Et tu pourras peut-être avancer. Tu devrais pourtant être habituée à la perte, au vide mais tu ne te fais pourtant pas à la douleur de l’absence. À ce gouffre béant que les gens laissent derrière eux lorsqu’ils partent. Parce qu’ils partent toujours, pas vrai ? « Pourquoi est-ce qu’elle est partie ? » Pourquoi vous a-t-elle laissées seules, là, dans cet appartement devenu bien trop grand, bien trop silencieux ? Pourquoi elle vous a abandonnées ? Il y a encore son parfum sur l’oreiller, son odeur dans les couvertures. Tu le sais parce que tu as dormi quelquefois dans son lit, juste pour imaginer sa présence à tes côtés. Juste pour imaginer que tu n’étais plus seule. Mais au réveil, le mirage s’estompait à chaque fois et tu retrouvais la dure réalité, froide et intransigeante – elle n’était pas là. Elle n’était plus là. « Margo va revenir, hein ? tu souffles cependant que tu te resserres un peu plus contre Grace, comme si tu recherchais sa chaleur et sa protection. Elle va revenir, pas vrai ? Elle n’est pas partie pour toujours, c’est impossible. » Tu aimerais y croire, tu aimerais te raccrocher à cet espoir infime qui continue pourtant de briller en toi. Mais les jours passant sans nouvelle de ta sœur de cœur semblent estomper la flamme et tu sais que, bientôt, elle sera toute entièrement consumée. Et il ne restera plus rien. Plus rien que les cendres encore rougeoyantes de ce qui autrefois a été. Et tu as peur. Tu as peur de ce moment où tu découvriras la triste réalité, où tu te rendras compte que cette famille toute nouvelle est finalement brisée. Déchirée. Parce que tu sais que tu auras du mal à le supporter. Tu auras du mal à t’en relever.



© Gasmask



i was alone and my stomach was twisted, but i can get up now the dark clouds have lifted. back in the old life, before you existed, i couldn't see right, my windows were misted. said one word, made me feel much better, starts with l and it's got four letters. things are looking up, looking up : there's magic everywhere you go 'cause love is on the radio ▬ mcfly, love is on the radio.
Revenir en haut Aller en bas
Grace-Divine J. Rabbit

My life with you
AMOUR-AMITIÉ-EMMERDE:
LISTE-DES-CHOSES-A-FAIRE:
VOTRE RÊVE:
Faites place à la vedette
Grace-Divine J. Rabbit
J'ai posé bagages ici le : 15/07/2014 Jouant le rôle de : la fantasmagorique Jessica Rabbit. Nombre de messages : 90 On me connait sous le pseudo : Cacahuète aka Juliette. Un merci à : @Misty Datura pour la vava & @Bazzart pour la signature. Je suis fier(e) de porter l'avatar de : Megan Fox
MessageSujet: Re: (judace) ◊ car j’ai perdu ma flamme. (judace) ◊ car j’ai perdu ma flamme. EmptyMar 5 Mai - 22:30



car j’ai perdu ma flamme.
Jude & Grace


Te reposer. C'est ce que ta collègue t'a conseillé de faire avant de te renvoyer chez toi pour prendre ta place en poste de nuit. Sans avoir la force de rétorquer quoique ce soit, tu es tout simplement rentrée à l'appartement. tu défais ta veste et enlève tes chaussures. Du réfrigérateur, tu sors une bouteille de jus de carotte que tu verses dans un grand verre. Tu le bois en trois gorgées avant de filer sous la douche - sentir l'eau chaude couler sur ta peau, te fait un bien fou. Malgré tout, tu ne peux t'empêcher de penser à Margo et à votre dernière dispute. Et des larmes commencent à ruisseler le long de tes joues pâles, se mélangeant à l'eau chaude. Voilà plusieurs jours, pour ne pas dire plusieurs semaines que l'une de tes petites étoiles ait quitté l'appartement. Et cette fois-ci, tu n'as pas cherché à la retrouver, ni même la ramener à la maison. Ça n'aurait rien changé, rien arrangé. Elle t'en veut, te hait. Elle te déteste de l'avoir trahi, de lui avoir menti depuis tout ce temps.
T'aurais certainement du lui dire pour Kurt, mais tu ne voulais que la protéger, la préserver de tout ce qu'il représentait depuis l'accident qu'il avait lui même causé. Tu ne voulais que son bien après tout. Et maintenant, que vas-tu devenir sans elle ?! Qu'allez-vous devenir devrais-tu plutôt dire. Jude. Ta choupette doit être perdue depuis le départ précipitée de Margo, ainsi que de ton changement de comportement depuis ces derniers jours. Tu n'es plus aussi souriante et joviale qu'avant. Tu te forces presque à sourire - à faire semblant que tout va, mais tu mens mal. De plus, tu ne prends même plus le temps de te maquiller - passant ton temps à pleurer et à te demander si, Margo reviendra un jour. Tu t'en veux tellement pour tout. T'as pourtant essayé de te justifier auprès d'elle, mais elle n'a rien voulu savoir. Elle était trop déçue, trop en colère contre toi pour t'écouter. Et elle est partie. Sans te dire où et si ou où non elle reviendrait.
Il y a des soirs où, tu restes pendant des heures assise sur ta chaise, dans l'espoir de la voir à nouveau franchir le bas de la porte. En vain. D'autres larmes viennent perler le long de tes joues, alors que tu sors de la douche. Enfilant un tee-shirt, suivi d'un jogging - ne prenant même pas la peine de sécher tes cheveux. Avant de retourner à nouveau dans la cuisine, pour te servir un nouveau verre de jus de carotte. Tu ne dors même plus dans ta chambre, mais dans le salon. Sur un fauteuil. Tu te laisses tomber littéralement tomber en arrière. Tu n'es plus qu'une masse inerte comme morte de l'intérieur. Et tu restes là, dans la pénombre à attendre en vain que le sommeil daigne à te gagner. Tu es si fatiguée, mais incapable de fermer les yeux. Parce que tu espères entendre la voix de Margo de l'autre côté de la porte d'entrée. Tu veux croire à son retour - mais il faut te rendre à l'évidence, elle ne reviendra pas. Du moins, pas pour l'instant en tout cas.
Perdu dans tes pensées, tu ne remarque même pas la présence de Jude. Sa petite voix résonne en toi et ta tête se tourne enfin. Tu lui souris - malgré la tristesse qui peut se lire autant sur ton visage meurtri que dans tes yeux gonflés d'avoir trop pleurés. Sans brusquerie, elle vient s'asseoir sur tes genoux. Machinalement, tu viens l'envelopper dans tes bras. Tu la sers fort contre toi.  Plus que jamais, tu as besoin de sa chaleur et de ce bonheur qu'elle t'apporte chaque jour depuis qu'elle vit à tes côtés. Tu sais ce que tu deviendrais si, à son tour, elle décidait de partir. Tu crois que, tu en mourrais de chagrin. Serrant un peu plus la jeune femme contre toi, tu entends à nouveau sa voix. L’absence de Margo lui pèse à elle aussi. Et c'est normal qu'elle vienne chercher tes réponses auprès de toi. Les deux jeunes femmes ne sont peut-être pas sœurs de sang, mais s'aiment tout autant.
Elles ne sont que tes filles adoptives, mais tu les aimes comme si, elles étaient les tiennes véritablement. L'amour qui vous unit toutes les trois, va au-delà d'un simple lien familial. C'est trop fusionnel, trop compliqué pour être expliqué. ø Je ... je ... je ne sais pas. Avoues-tu la voix tremblante et les yeux pleins de larmes. Si seulement tu savais où elle était. Tu serais aller la chercher où du moins, tu aurais essayé. Parce que même si tu savais l'endroit où elle était, jamais elle n'aurait accepté de te parler. Elle t'aurait fui comme on fuit la peste. Pour elle, tu n'es plus rien. Elle te l'a bien fait comprendre lors de votre précédente dispute. Tout ce que tu espères, c'est qu'elle est pu trouver refuge chez des amis ou chez une personne digne de confiance.
Peut-être vit-elle chez Kurt à l'heure qu'il est - et peut être, est-il en train de la monter contre toi. C'est une possibilité qui fait monter en toi, cette boule dans ta gorge - qui t'étouffe à moitié, pendant que les larmes continuent de couler le long de tes joues. Pourquoi est-elle partie te demande Jude. Tu ne peux pas tout lui dire. Tu ne peux pas lui dire que c'est de ta faute. Tu as trop peur qu'à son tour elle t'abandonne - tu ne  supporterais pas d'être abandonnée une seconde fois. Même si, elle a le droit de connaître la vérité. Tu lui dirais tout, mais pas maintenant. ø Nous ... nous ... nous avons eu une terrible dispute et ... et elle est partie. Bégayes-tu. La voix enrouée et chevrotante. Ton appartement te semble si grand depuis qu'une de tes filles est partie. Tu avais spécialement changé d'appartement pour pouvoir les accueillir toutes les deux. Tu voulais leur donner le luxe que tu pouvais te permettre de leur offrir. Pour elles, rien n'était trop beau.
Aujourd'hui, tu penses à déménager. Parce que trop de mauvais souvenirs te hantent - et tu ne supportes plus de devoir leur faire fasse chaque jour, lorsque tu te réveilles et que tu revois en entrant dans la salle de bain le regard haineux de Margo sur toi.ø Je l'espère ma chérie. Je l'espère. Dis-tu en serrant un peu plus Jude contre toi. T'espères sans réellement y croire. Elle était tellement en colère contre toi ce jour-là que, tu peines à croire à son retour. Tu veux y croire - il le faut pour ta propre sante mentale, il le faut. Ne t'en fais pas ma chérie ! Margo finira par revenir. Tu dois lui manquer autant qu'elle te manque. Elle reviendra pour toi. La rassures-tu dans un léger sourire. Tu sais que si, elle devait revenir demain, ça ne serait pas pour toi. Elle reviendrait pour Jude. Pour toi, il te faudra attendre encore longtemps avant qu'elle n'est l'envie de te reparler. Il lui faudra du temps pour panser ses plaies, mais tu attendras. Parce que tu l'aimes et que tu ferais n'importe quoi pour revoir son sourire. Elle est avec Jude, les choses que tu as de plus précieuses dans ce monde qui n'est pas le tien.

©TENNESSEE.


the day i fall in love
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
 

(judace) ◊ car j’ai perdu ma flamme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pixie Dust ::  :: Bretzelburg Avenue :: Habitations-